Partagez | .
 

 [Tutrice Aera] Vila Arteth - Aera

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Vila Arteth
Tutrice Aera
avatar
Nombre de messages : 13
Race : Nymphe des Glaces
Poste : Professeur de l'Air
Magie Contrôlée : Arcanes de l'Air

Feuille de personnage
Puissance:
550/1000  (550/1000)
MessageJeu 17 Juil 2014 - 18:58

Nom : Arteth

Prénom : Vila

Age : 278 ans, ce qui lui donne une trentaine d'années d'apparence humaine

Race : Nymphe des glaces

Rang / Rôle : Professeur Aera

Elément Contrôlé : Arcanes de l'Air

Histoire :

I- Jeunesse

La prime jeunesse de Vila fut douce et insouciante, rythmée par la neige qui tombe et la pousse des edelweiss. La nymphe fût élevée par sa seule mère au coeur d'un glacier à l'Ouest de Siddarthâ. Elle s'en occupa avec toute la douceur dont elle était capable, même si cela ne se résumait qu'à quelques sourires et enseignements sur la montagne, ses habitants et son rôle. Elle ne lui reprocha jamais cette distance entre elles, elle ne ressentit jamais le besoin de plus. Jusqu'à ses 140 ans, la nymphe ne rencontra personne d'autres et ne s'éloigna jamais à plus de deux heures de marche du glacier bleu. Elle passait le plus clair de son temps à marcher dans la montagne, à surprendre les petits animaux qui bravaient le froid dans leurs tâches quotidiennes, et à regarder la neige tomber.

La petite venait tout juste de célébrer son cent-quarantième anniversaire, et se promenait comme à son habitude dans les alentours du glacier. Elle entendit alors un cri d'agonie qui la hante encore aujourd'hui. Lorsque le sanctuaire d'une nymphe est violé, elle le ressent dans tout son corps: son coeur se brise et un mélange de peur, de tristesse et de colère l'envahit. C'est ce que Vila ressentait lorsqu'elle courait vers l'origine du bruit. Elle découvrit alors au détour d'un chemin un jeune aventurier, probablement perdu et affamé, penché sur le cadavre d'un petit animal blanc. Ravagée par la colère, son pouvoir s'éveilla en elle et une bourrasque de vent jeta l'homme au fond d'une crevasse. Il ne poussa pas un cri, et elle ne se pencha même pas pour vérifier si il était mort: elle prit la créature encore chaude dans ses bras et l'emmena pour l'enterrer, ne laissant comme trace de son crime qu'une tâche rouge sur la neige argentée.

Elle mit plusieurs semaines à parler de cet incident à sa mère, mais lorsqu'elle le lui appris, celle-ci décida tout de suite de l'envoyer à Kalmastre pour qu'elle en apprenne plus sur son don. Sans plus d'au-revoir qu'un baiser glacé sur le front, elle lui ordonna de partir. Plus jamais elle ne la revit.

L'arrivée à Kalmastre fût un véritable choc. Jamais dans sa longue vie la nymphe n'avait vu autant d'êtres vivants réunis au même endroit, ou de Nature altérée par la main de ses créations. Il lui fallut plusieurs jours pour s'adapter à cette idée, où elle resta assise au bord du petit lac sous le dôme gigantesque de l'entrée. Les Kalmastriens l'accueillirent alors à bras ouverts et l'initièrent aux délices de la culture et de l'art. C'est là qu'elle apprit à jouer de la harpe, qu'elle aimait car cela lui rappelait les sons des gouttes d'eau qui suintaient du plafond de sa grotte les jours chauds. Elle vivait tellement de choses à la fois qu'elle en oublia de se renseigner sur une quelconque façon de maîtriser son don. Elle passa quatre ans dans le Joyau du Nord, elle habitait sa propre chambre au nord de la ville, lisait de nombreux livres et s'instruisait toujours plus. Elle avait appris l'existence d'Elament en discutant avec un Aqua venu entretenir le grand dôme, mais l'envie de partir l'avait quitté.

La principale raison à cela est que c'est pendant cette période qu'elle rencontra son -seul- Amour. C'était un elfe ailé, venu étudier au Nord pour devenir ambassadeur de sa race. Il était très intelligent, et divinement beau. Les premiers mois de leur relation furent absolument parfait, mais le devoir finit par l'appeler. C'était une histoire de frontière entre deux clans, qui avait déjà causé de petits affrontements. Il lui fallait agir rapidement, et il quitta donc Kalmastre avec la promesse de revenir vite, mais on retrouva son corps quelques jours plus tard, piégé par le froid. Il n'avait même pas quitté les frontières de la ville, qu'il avait été piégé par une tempête de neige.

Ravagée par la douleur et le chagrin, Vila partit quelques jours plus tard vers Elament, et la promesse d'une vie nouvelle.

II- Elament
Le voyage vers Elament dura six mois. La nymphe voyageait seule, à l'aide d'une carte qu'elle avait emprunté dans une bibliothèque. Elle se perdit à de nombreuses reprises car elle ne savait pas vraiment s'orienter, mais au terme d'un trajet long et pénible elle finit par arriver à la Cité Millénaire. Et la grandeur de Kalmastre sembla s'effacer devant la magnificence de la ville.

Du temps de sa grandeur, Elament était véritablement le joyau du Monde. La magie y vibrait dans les moindres recoins: l'architecture y était dédiée aux quatre éléments et les bâtisseurs savaient reproduire la fluidité de l'eau, les détails d'une feuille et le mouvement du vent dans une pièce de marbre. Les habitants étaient heureux, et le soir, on pouvait assister à des compétitions entre élémentalistes qui consistaient à former la plus belle oeuvre à l'aide de son élément. Le commerce était florissant et aucun élamentien n'avait faim, ou froid -bien que Vila, elle, trouvait qu'il faisait particulièrement chaud. La cité regorgeait plus généralement de joie, d'agitation, et ne dormait jamais totalement.

Elle y passa près d'une centaine d'années à étudier la magie, et perfectionner son Air. Les études lui plaisaient, et elle  y passait le plus clair de son temps. Elle ne se lia pas avec grand monde, son insouciance et sa joie de vivre s'étant ternie après la perte de l'elfe ailé. Cependant, elle s'accrocha profondément à la cité, à la beauté de sa magie, cadeau des Dieux, et donc inévitablement à ses habitants. Elament devint son Sanctuaire, elle se jura de le protéger et de ne jamais la quitter, quoi qu'il en coûte. Son domaine magique favoris étant le soin, lorsqu'elle y devint assez talentueuse, elle ouvrit un cabinet à l'entrée de la Cité. Elle y passa donc plus d'une trentaine d'années, jusqu'à la prise d'Elament par les démons.

III- La Chute
Elle était en première ligne lorsque les maudits attaquèrent. La bataille dura plusieurs jours et elle combattit de toutes ses forces, mais ce n'était pas assez. Lorsqu'elle vit les premiers élamentiens fuir vers la plaine, elle se sentit profondément trahie, mais le serment qu'elle s'était faite des années plus tôt l'empêcha de les suivre: elle devait protéger la cité quoi qu'il advienne. Mais que valait La Magnifique, sans ceux qui lui donnaient son âme, et qui fuyaient par centaines? Elle combattit jusqu'à être à bout de force et perdit connaissance. Lorsqu'elle se réveilla, la Cité était tombée.

Il ne lui prit pas longtemps pour être vendue au marché aux esclaves.. Les bras de tous avaient étés décorés de marques inhibant leur magie et ne pouvaient donc se défendre. Ce fût la plus grande raclure qui aie jamais foulé cette terre qui l'acheta, elle et quelques autres. Il ne leur donna jamais son nom, à elles et aux compagnons élamentiens qui étaient à son service, mais cela n'est de toutes façons pas nécessaire pour qu'il reste à jamais gravé dans leurs mémoires. Ils l'appelaient simplement le Nécromancien, ou le Maître, suivant qu'il était là ou non.

La première chose qu'il leur imposa fût le port d'un ruban noir autour du cou. Jamais ils ne devraient l'enlever, car cela lui garantissait selon lui leur fidélité et honnêteté inébranlable. Ils crurent d'abord que ce n'était qu'une fantaisie esthétique, mais il s'avéra que les damnés bouts de tissus étaient ensorcelés. D'un geste de défi, un jeune Aasimar retira le ruban de son cou, et révéla une énorme plaie qui n'était pas là une minute plus tôt. Sa tête se détacha de son corps et roula sur le sol, et plus personne n'osa jamais remettre en cause l'autorité du Maître.

De longs mois de torture passèrent. Il n'avait d'intérêt dans ses esclaves que pour la torture et les tâches ménagères. C'était la créature la plus sadique que Vila aurait pu imaginer, et elle vit de nombreux camarades de fortune tomber sous sa main. A chaque fois, c'était un déchirement de plus. Le Maître comprit bien vite que torturer les autres faisait plus de mal à la nymphe que de la torturer elle-même, et il aimait l'inviter à jouer de la harpe pour lui lorsqu'il pratiquait ses expériences sur ses malheureux sujets. Chaque jour sa haine pour lui grandissait, et elle aurait aimé le tuer de ses mains, si il ne s'était pas enfui avant la reprise d'Elament par ses légitimes habitants.

IV- Renaissance

La reprise d'Elament fût le jour le plus joyeux et le plus terrifiant de sa vie. Le maître n'avait donné signe de présence depuis plusieurs heures et les esclaves commençaient à s'inquiéter. Au dehors, des cris de bataille se firent entendre. Ils crurent d'abord que ce n'était qu'une révolte d'esclave de plus, mais cela était plus long et plus intense qu'à l'accoutumée. Tout d'un coup, le bruit le plus long qu'ils avaient jamais entendu retentit. La terre trembla et ils crurent que leur dernière heure était venue. Mais c'était l'Ile qui s'écrasait sur la Cité, et avec elle marquait la fin du règne des démons.

Les premières semaines furent difficiles. Les élamentiens pansaient leurs plaies et le souvenir de la terreur démoniaque était encore trop vif. Les marques des esclaves furent retirées au bout de quelques jours et ils purent retrouver leur magie. Vila essaya de prêter main fortes aux habitants en tant que soigneuse, mais alors qu'elle tentait de réparer une jambe cassée, son sort de soin s'inversa et l'os sorti de la jambe dans une marre de sang. Terrifiée, elle alla directement se faire inspecter pour voir si elle avait contracté le Miasme, mais elle apprit qu'elle n'avait pas été touchée par le Miasme, mais que c'était le sortilège de Mort qui coulait dans ses veines qui affectait son pouvoir de différentes manières. Il lui était encore possible de l'utiliser, mais avec une grande attention. Elle ne fût pas la seule de ses anciens compagnons esclaves à être affectée, et certains allèrent jusqu'à se suicider par désespoir. Elle voulu retrouver son ancien maître pour le faire payer, mais elle n'entendit plus parler de lui, ou ne retrouva son corps sur le champ de bataille. Vivant ou mort, il semblait avoir déserté Magyar.

Aujourd'hui, la nymphe se remet encore difficilement de son expérience mais entend aider la Cité d'une autre manière que celle dont elle avait pris l'habitude: joindre l'enseignement afin de former de nouveaux élémentalistes.

Caractère :
Vila est à l'image de sa race: vigilante et froide. Elle ne montre quasiment aucune émotion, aucune faiblesse dans l'esprit. Elle regarde passivement la vie se dérouler devant ses yeux, n'agissant de façon drastique que par nécessité ou par devoir. Tranquille, elle est difficilement perturbable à moins qu'on ne s'en prenne à quelque chose ou quelqu'un qui lui est cher.

Elle accorde difficilement sa confiance et son amitié aux gens, pour la simple raison qu'elle n'est pas intéressée dans les relations sociales, quelles qu'elles soient. De plus, elle part du principe que chaque intervention sociale est intéressée et est donc attentive à chaque mot sortant de la bouche de ses interlocuteurs. Sa beauté quasi mystique et sa puissance ont cependant, à son grand dam, tendance à attirer l'attention des autres. Elle ne les repoussera alors pas, son instinct protecteur prenant le dessus sur ses a-prioris.

Il y a deux choses qu'elle aime plus que tout: la Nature -elle a également un penchant pour l'art et a appris à jouer de la harpe étant jeune- qui suscite son admiration à chaque petit détail qu'elle crée par hasard, et Elament, la cité qui a accueillit la moitié de sa vie. C'est le Sanctuaire qu'elle s'est choisit et a juré de protéger quoi qu'il en coûte, malgré le fait qu'il ne soit pas vraiment adéquat pour une nymphe comme elle. En découle bien sûr un besoin  de protéger ses habitants.
Lorsque quelqu'un tente de violer son sanctuaire, la tranquille nymphe se transforme  en une véritable tempête.  Elle devient alors violente et rancunière, et rien sur son passage ne semble pouvoir la calmer. La furie ne redeviendra statue de marbre que lorsque ceux et celles qu'elle protège seront en sécurité. C'est pour cela que les longs mois d'impuissance à souffrir, mais également à voir souffrir d'autres élamentiens sous le joug de son maître furent une véritable torture, et qu'elle désire maintenant voir tous les démons retourner à la poussière.

A cause de la malédiction qu'elle porte autour du cou, il lui est impossible de mentir, ou de faire allusion à son ruban de quelque manière que ce soit.

Physique :
Spoiler:
 
Bien que marquée par les nombreux mois de sa captivité, la nymphe a su garder la grâce et la beauté propres à sa race. Sa peau d'albâtre est parcourue de nombreuses cicatrices, pour certaines encore fraîches, laissées par les fantasmes de son ancien maître. Elle est grande et fine, sa taille étant amplifiée par son absence de formes. Malgré cette apparence fragile, elle dégage une impression de puissance, peut-être due au froid permanent qui se dégage d'elle. Cette aura, bien qu'impressionnante au premier abord, est un gage de protection rassurant pour ceux qui l'entourent et lui accordent leur confiance.

Ses cheveux, d'un bleu clair dans sa jeunesse et qui étaient sa fierté, ont tourné à l'ébène lors d'une expérience par le nécromancien qui la retenait. Elle les porte mi-long et ne les attache jamais, ainsi ils ont tendance à tomber devant ses yeux. Ceux-ci sont d'un gris très clair, sa bouche rose pâle, ses traits marqués. Tout dans son visage sans âge crie le froid de la montagne, mais elle dégage également une certaine douceur, dans ses gestes lents et attentifs, et son regard figé dans une expression douce et passive.

Elle ne porte ni bijou ni maquillage, s'habillant simplement d'une longue robe bleu ciel en tissu léger et lui arrivant aux chevilles, nouée à la taille par un bout de tissu de la même couleur. Elle ne se couvre jamais les bras et ne porte pas de chaussures, ne craignant pas le froid, où qu'elle aille.

Sa seule parure est le ruban qu'elle porte autour du cou. Noir, en dentelle finement ouvragée, il est noué sur le devant et lui retombe jusqu'au sein. Il contraste avec la simplicité de la nymphe, et pourtant elle ne l'enlève jamais. En posant trop longtemps les yeux sur lui, un passant ou un interlocuteur quelconque ne tardera pas à ressentir une impression de malaise, et ne pourra résister à l'envie d'en détourner les yeux. Poser une question à son sujet serait alors mal venu.

Peur(s) :
Jadis elle avait peur de la mort accrochée à son cou, prête à la tuer à la moindre volonté de son maître, mais cette crainte pris fin lors de la libération. Aujourd'hui, certes la menace est toujours présente, mais Vila est en capacité de se défendre.

Elle a également toujours eu une peur de la maladie. Non pas le simple rhume ou la bleuite, mais la vraie maladie, contre laquelle on ne peut lutter -et certainement pas avec les capacités qu'elle a maintenant, qui vous ronge de l'intérieur et vous réduit à l'impuissance. C'est pour cela que l'arcane démoniaque qu'elle craint le plus est la corruption.

Niveau de maîtrise du pouvoir :
Il fût un temps où Vila, après près d'une centaine d'années d'entrainement, était une Aera très puissante dans tous les domaines. Mais la Mort qui coule dans ses veines a aujourd'hui perverti son Air,  jusqu'à un point de non retour.

Tout d'abord, l'effet des sorts “purs” a été inversé ou annulé;  ses tentatives de soins sont inutiles au mieux, mortelles dans le pire des cas. Elle ne peut plus plier la lumière pour créer des illusions, ou utiliser le Vent pour détecter une présence, transmettre un message télépathique etc. Ce fût un véritable drame pour Vila lorsqu'elle le découvrit, car le soin et l'esprit étaient ses aspects favoris de son pouvoir.

A l'inverse, la puissance des sorts “violents” semble avoir été décuplée. Il semble en effet que son Air réagisse mieux aux pensées négatives et aggressives, mais il lui est alors difficile d'en contrôler la puissance.  Elle peut, lorsqu'elle est provoquée, créer des bourrasques, voire des tempêtes extrêmement violentes.  Cependant, elle sait se concentrer au maximum sur des pensées paisibles pour ne pas laisser exploser son pouvoir.

Lors d'un affrontement ses armes de prédilection sont des petits couteaux qu'elle se forge à partir d'air compacté pour égorger ses ennemis. Lorsqu'elle se sent d'humeur plus créative, elle peut également faire apparaître des griffes d'éther au bout de ses doigts. N'étant naturellement pas très souple, elle n'est pas douée au combat rapproché et préfère se déplacer rapidement grâce à son Air vers sa cible. Il est alors quasiment impossible de la saisir.

A cause du sort accroché à sa gorge, elle ne peut dire que la vérité, et on ne peut lui enlever son ruban, auquel cas elle mourrait sur le coup. De plus, pour une raison qui lui échappe, il lui est impossible de parler du ruban à qui que ce soit.

Particularité(s) :
Son seul objet de valeur est une grande harpe qu'elle a ramené de Kalmastre. Faîte d'un matériau bleuté, ses cordes semblent faîtes d'argent. Elle y joue principalement des airs mélancoliques et durs, venant du Nord. Avant elle pouvait la faire jouer par la magie, mais elle préfère maintenant éviter, de peur de la casser -pour obtenir des cordes de remplacement, il lui faudrait traverser la moitié du monde, et le voyage n'est pas vraiment quelque chose qu'elle apprécie.
Revenir en haut Aller en bas
Tyrol
Régent
avatar
Nombre de messages : 378
Âge : 294
Race : Elfe (Solan)
Poste : Régent
Magie Contrôlée : Air

Feuille de personnage
Puissance:
910/1000  (910/1000)
MessageJeu 17 Juil 2014 - 20:18

Youplàboum, vue sur la chatbox, validée en bonne et due forme, toussa toussa o/

Indice de Puissance : 550.

_________________________________________________________

"Combattre une armée d'archers, c'est comme lancer une
pierre dans un nid de guêpes : je ne souhaite l'expérience à personne !"
(
Tyrol)

http://sforzanda.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Le Commencement :: Fiches de Personnages-

 Sujets similaires

-
» Fin de la série ?
» Suite de créations
» [RP] - Bureau de la direction (demandez messire Liptis)
» Image x.M'Viℓa ™
» 01.01/29.L.Association de bienfaiteurs - Groupe de Swift