Partagez | .
 

 Six mois de silence [PV Tyrol]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Logan
Bâtisseuse
avatar
Nombre de messages : 277
Âge : 29
Race : Peuple de Cristal
Poste : Bâtisseuse
Magie Contrôlée : Air

Feuille de personnage
Puissance:
655/1000  (655/1000)
MessageMer 4 Juin 2014 - 11:10

Depuis combien de temps était-elle partie ? Cinq, six mois ? Elle avait fini par en perdre le compte. Son voyage avait été long, éprouvant, c’est ce qu’elle en retenait. Elle n’était plus la même, elle avait changé. Tant à l’extérieur qu’à l’intérieur.

Elle observait la Cité devant elle. Elle voyait l’île écrasée. Que s’était-il passé durant son absence ? Où étaient les démons, combien de survivants y avaient-ils ? Elle sentit un nœud serrer son ventre. L’appréhension de ce qu’elle pourrait découvrir mais aussi la peur de se faire juger. Après tout, elle avait fui au moment où Elament avait le plus besoin de ses habitants. Durant son absence, elle avait régulièrement pensé à Tyrol, l’imaginant toujours heureux de l’accueillir. Mais serait-ce le cas ?
Une pensée glaça Logan : était-il seulement toujours vivant ? Elle sentit la panique monter en elle. Elle n’avait pas envisagé une seule fois l’éventualité de la mort de son ancien professeur. Elle l’avait toujours imaginé assis tranquillement à son bureau, l’attendant avec un sourire aux lèvres. Mais si elle ne trouvait personne dans son bureau, que ferait-elle ?
« Non, non, non Logan, ça ne sert à rien de paniquer » se sermonna-t-elle.
Elle tenta de se rassurer, de se convaincre qu’il était forcément vivant, que son Vent si unique devait lui avoir sauvé la vie. Elle essaya de chasser l’image qui lui revint en mémoire, celle de voir Tyrol dépérir lors de leur voyage sur l’île car sa magie la quittait. Il était si faible sans elle…
Comme pour compenser sa panique, le doux souvenir de Mako lui apparut également. Mako… Une agréable chaleur envahit son corps qui se détendit. En effet, ça ne servait à rien de paniquer tant qu’elle ne savait rien. Elle était revenue pour faire d’Elament son nouveau foyer. Elle avait découvert une force en elle dont elle ignorait l’existence. Cette force l’aiderait à affronter la réalité, quelle qu’elle soit.

Elle avança, pénétra dans la Cité. Autour d’elle, une magnifique effervescente. Elle vit les habitants, unis, en train de reconstruire la ville. Celle-ci grouillait de vie et d’énergie. Pourtant, on ne pouvait ignorer le passage des démons. Beaucoup de maisons étaient démolies, la nature ravagée. Ces tâches, était-ce du sang ? Et ce cimetière devenu trop petit…
Où aller ? Où trouver Tyrol ? Elle arrêta un passant.

- Excusez-moi mon brave, savez-vous où je pourrais trouver le Professeur Tyrol ?
- Tyrol ? Connais pas m’dame, navré !

Ne pas connaître Tyrol ? Elle le regarda, surprise.
- Cela dit, ajouta-t-il, si c’est un professeur, l’école est votre meilleure piste…
- Mais l’école a été détruite… non ?

Ce fut au passant de la regarder d’un air surpris.
- Bien sûr que non. Les… démons l’avaient gardée intacte. Nous l’avons restauré, ajouta-t-il d’un ton fier.
- Oh ! Très bien, merci alors.
Elle fit quelques pas, se retourna. Elle vit que le passant faisait parti d’un groupe occupé à reconstruire des maisons. D’autres plus loin réparaient des ruines. Elle sourit devant leur ferveur.

L’école se dressait face à elle. Il y avait beaucoup de mouvements à l’intérieur, des gens entraient et sortaient d’un air afféré. Des professeurs ou des élèves ? Difficile à savoir. En pénétrant dans le bâtiment, elle prit directement l’aile est. Elle monterait en haut, très haut pour trouver le bureau de Tyrol. Elle songea un instant à y aller grâce au vent – moins fatiguant et plus rapide – mais elle se dit qu’il serait sans doute fort impoli de débarquer à la fenêtre de quelqu’un après quasiment six mois d’absence. Les escaliers, donc.
En gravissant les marches, elle se demanda ce qu’elle allait dire en retrouvant – normalement – son professeur. « Bonjour Tyrol, comment ça va ? », « Bonjour Tyrol, alors, quoi de neuf ? », « Oh là, ça fait longtemps hein ? Quoi de beau ? ». Elle eut un petit rire, se moquant d’elle-même. Pourtant, la tension montait.

Enfin, elle fut devant la porte. Elle hésita. Qu’allait-elle trouver derrière ? Que devait-elle faire ? Frapper et attendre ? Entrer directement ? Elle remarqua la porte entre-ouverte. Elle frappa et poussa timidement la porte. Son cœur battait si fort qu’elle avait l’impression de l’entendre résonner dans ses oreilles.
Elle ouvrit et … rien. Personne. Si ce n’est un joyeux capharnaüm. Une couchette installée dans un coin, des piles de livres et de parchemins. Les étagères débordaient de livre. Cette pièce sentait la vie, elle en était certaine. Pourtant, personne. Cela ne prouvait toujours rien. Elle appela timidement son professeur.

- Tyrol ? Etes-vous là ?

Aucune voix ne lui répondit. Déçue, elle soupira et fit demi-tour. Où pouvait-il bien être ? « Partout » lui chuchota une voix. Logan n’avait pas envie de retourner toute la ville pour retrouver l’elfe, un chassé-croisé perpétuel serait trop facile. La meilleure solution était peut-être de l’attendre dans l’école. Elle se laissa alors tomber dans un coin dans le hall d’entrée. Elle n’avait plus qu’à attendre.

_________________________________________________________

Avatar : Dessin original
http://elyan-dreams.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Tyrol
Régent
avatar
Nombre de messages : 378
Âge : 294
Race : Elfe (Solan)
Poste : Régent
Magie Contrôlée : Air

Feuille de personnage
Puissance:
910/1000  (910/1000)
MessageMer 4 Juin 2014 - 22:22

"Je vous assure", soupira doucement une voix fatiguée à un homme particulièrement grand et bien bâti. "Les plans sont corrects, ce sont les matériaux qui ne vont pas. Il faut ignifuger les toitures existantes et tenir un compte exhaustif de toutes les bâtisses à protéger. Et pour les nouvelles constructions, faites à nouveau venir des tuiles de Thyr.
-Mais les tuiles coûtent cher, et il faut le temps qu'elles arrivent jusqu'ici ! Avec les bandits, les Démons et le miasme, sans compter les détours pour que la Cité demeure cachée, nous ne les aurons pas avant deux mois !
-Que sont deux mois ? Ne prenez aucun risque. Il faut du solide afin de minimiser les risques. Rassemblez les Terras, les Aquas et les Ignis en charge des protection magiques en bâtiment et demandez-leur un rapport détaillé pour chaque maison, commerce et bâtisse, officielle ou non !
-Mais à qui faut-il donner ce rapport, en finalité ? Nous n'avons même pas encore de représentant de la profession !
-Considérez que je vous en fais la commande en mon nom propre, je le transmettrais moi-même à qui de droit. Les directives vous reviendront sous peu. Si vous ne savez élire le ou la meilleure d'entre vous pour vous représenter, la régence nommera cette personne."


La voix semblait distribuer des ordres comme elle aurait donné de simples conseils de cuisine ou des indications géographiques. Aucun mot ne s'emportait ni ne s'élevait plus haut qu'un autre et à aucun moment le ton ne se modula pour sembler plus froid ou plus cinglant. L'autre voix en revanche, celle du travailleur chargé par ses pairs de jouer les porte-paroles auprès des hautes instances de la Cité, ne retint pas ses grognements et une certaine forme de lassitude devant les exigences de son vis-à-vis : Peut-être estimait-il qu'un gringalet pareil n'avait pas à se mêler de construction. La porte qui s'était ouverte et donnait sur le hall principal cachait pour l'instant les deux hommes auxquelles les voix appartenaient à toute personne située du côté des escaliers et à l'inverse, le soleil qui entrait par la grande porte principale les éblouissait presque en se reflétant sur le marbre ambiant.

"À quel nom, la commande ?", s'impatienta le bâtisseur.

Son interlocuteur sourit et tendit gracieusement une main afin de l'inviter à passer devant lui et à le précéder vers le comptoir d'accueil situé à l'entrée où il se saisit d'une plume trempée dans un encrier à l'abri des regards. Il sortit un parchemin d'un étui qui pendait à l'un de ses ceinturons et commença à y écrire une courte note dans laquelle il soussignait demander trois rapports distinct au nom d'un certain Tyrol, dans les plus brefs délais et dans l'intérêt de la Régence. Il accola au bas de page la marque connue par tous et toutes : Un sceau de cire blanche où apparaissait l'empreinte d'une clé. Il semblait que par commodité, il possédait plusieurs exemplaires de ladite marque dans le fond de son étui à parchemin et qu'il lui suffisait, pour la fixer, de la chauffer légèrement afin qu'elle puisse adhérer à la surface rugueuse de son support. L'homme à côté de lui le regarda faire et, devant l'apparition du sceau, cessa de grogner. Il prit la note et quitta le lieu sans d'autres paroles qu'un au revoir très convenu, laissant son commanditaire sur place. Ce dernier enfin seul soupira en s'appuyant sur la large tablette d'acajou dissimulée derrière le comptoir. Il sentait sous ses doigts les gravures qu'un maître Terra avait sculptées afin de recouvrir les mots obscènes et démoniaques des anciens propriétaires des lieux. Un travail de maître, cela n'était pas peu dire au vu de l'état dans lequel on avait retrouvé le comptoir.

Bien que la lumière lui meurtrît les yeux, l'elfe resta quelques secondes à regarder rêveusement le marbre blanc éclater en mille rayons le soleil qui le frappait de plein fouet, dispersant sur les murs et au plafond des myriades de reflets striés. Seul le passage de quelques personnes parfois permettait aux yeux de prendre du repos face à tant de luminosité ; Mais il semblait apprécier cette entrée de chaleur et d'éclat blanchâtre, tendant légèrement la tête comme pour en attraper quelques rayons au vol. Ainsi éclairé par la réverbération, ses cheveux d'un blanc pur  semblaient briller plus fort qu'à l'accoutumée et l'entouraient d'un pâle halo mouvant. Le Solan prit une inspiration.

Il avait tenu la conversation une bonne heure avec difficulté, sans cesse dérangé au fond de lui par une sorte d'appel lointain qu'il ne parvenait à identifier. Ce n'était pas la voix de Tranlthanas ; Cette voix-là avait cessé depuis quelques mois. C'était une autre voix, qu'il connaissait et qui s'était elle aussi éloignée de lui, jusqu'à devenir presque douloureuse dans son absence. Mais il ne lui semblait pas avoir forgé de lien magique avec cette personne-là, pas d'Appel... Une heure durant laquelle il avait, encore une fois, dû faire preuve de beaucoup de diplomatie afin de faire comprendre ses ambitions pour la Cité tout en essayant de ne pas chercher d'où la voix venait.

Tyrol se refusait à toute tyrannie et prenait toujours le temps de consulter les différentes professions qui œuvraient depuis le premier jour à la reconstruction d'Elament la Belle. Il faisait le point chaque mois, distribuait des plans, informait les différentes parties des disponibilités des ressources afin que les projets prennent vie, recrutait à tour de bras et se déplaçait en personne hors d'Elament, comme il l'avait fait autrefois lorsque l'Île était encore au large, allant dans les contrées voisines afin de marchander nourriture et matériaux de construction contre l'or de vieux elamentias fondus. Il ne lui en restait plus beaucoup. Il faudrait bientôt trouver autre chose. Elament était retournée au troc mais pas toutes les autres régions, qui chérissaient leur monnaie comme ile se devait. Échanger avec elle devenait parfois difficiles lorsqu'elles n'avaient pas besoin d'importer ce qu'Elament pouvait produire. Et comme l'avait mentionné le bâtisseur, les délais terrestres étaient long et dangereux. Tyrol devait trouver une idée ; Non, il avait l'idée. Il lui fallait trouver les moyens de la mettre en place. Mais la ré-urbanisation de la Cité primait sur tout nouvel aménagement supplémentaire : Remettre les habitations en état était presque chose faite quoique toujours en mouvement puisque l'on ne finissait jamais de loger des gens, les bâtiments officiels avaient retrouvé leur éclat d'antan, les commerces et les champs étaient opérationnels. Mais il fallait voir plus grand. La survie et la pérennité de cette ville, ce Joyau Divin, en dépendaient.


Sortant lentement de sa torpeur, l'elfe blanc aux yeux d'absinthe rangea les marques dans leur étui avec les parchemins et referma le tout avant de le ré-harnacher à son ceinturon. Il réajusta les boutons de manchette de sa chemise couleur printemps dont il releva les manches jusqu'aux coudes comme s'il se préparait à quelques travaux, épousseta distraitement son veston et retourna fermer la porte de la salle où il s'était entretenu avec l'homme de terrain. Mais, au moment de la fermer à clé, s'aperçut que quelqu'un se trouvait derrière. Depuis combien de temps ? Que faisait-elle là, assise ? Écoutait-elle la conversation ? Pourquoi cette silhouette lui semblait-elle familière malgré des cheveux bien plus courts et plus ternes que dans ses souvenirs ? Mais le regard qui croisa le sien ne mentait pas. Il n'était pas que familier. Un choc puissant frappa l'elfe en pleine poitrine lorsqu'il réalisa ce que ce visage représentait pour lui dans cet océan d'occupations diverses qui l'avait tant secoué depuis une dizaine de mois. La douleur en fut si puissante que sa voix elle-même refusa de se manifester, paralysée par un sanglot encore invisible, étouffé. Il oublia la clé sur la porte et se laissa tomber à genoux pour entourer de ses bras le corps de Logan et la serrer contre lui comme un père venant de retrouver son enfant disparu.

_________________________________________________________

"Combattre une armée d'archers, c'est comme lancer une
pierre dans un nid de guêpes : je ne souhaite l'expérience à personne !"
(
Tyrol)

http://sforzanda.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Logan
Bâtisseuse
avatar
Nombre de messages : 277
Âge : 29
Race : Peuple de Cristal
Poste : Bâtisseuse
Magie Contrôlée : Air

Feuille de personnage
Puissance:
655/1000  (655/1000)
MessageJeu 5 Juin 2014 - 18:43

Le son régulier des pas tapant sur le dallage du hall berça l’attente de Logan. Personne ne faisait attention à la jeune femme assise contre un mur, ils avançaient tous, afférés. Elle ferma les yeux, écouta, s’imprégna de ces sons. Ils raisonnaient à l’intérieur de son corps, rythmaient les battements de son cœur.
Combien de temps attendit-elle ? Seul le déplacement du rayon du soleil lui indiqua que l’après-midi était déjà bien entamée quand elle prit conscience du mouvement qu’il y avait dans la pièce à côté d’elle. Elle se prit à écouter ce qu’elle entendait. La conversation tournait autour de constructions, bâtiments, commandes, délais. Pas forcément intéressant. Elle regarda ailleurs, tentant de deviner si cette silhouette à contre-jour était Tyrol ou juste un autre illustre inconnu.
Devait-elle attendre encore longtemps l’éventuelle arrivée de son professeur ? Peut-être était-il en déplacement ? Ou simplement à l’autre bout de la ville et il ne comptait pas poser un orteil dans ce hall ? Logan fronça légèrement les sourcils, sentit les coins de ses lèvres se plisser.
Ses pensées furent perturbées par un mouvement à sa droite, une dernière personne dont elle n’avait pas senti la présence sortit de la pièce. Elle leva la tête distraitement et lorsqu’elle vit… lorsqu’elle le reconnut… Son esprit se fit blanc, son cerveau se vida de toute autre pensée. « Tyrol ». Il était là, en face d’elle. L’instant d’après, il la serrait dans ses bras. Si fort ! Elle n’aurait pas cru qu’un corps aussi chétif puisse contenir tant de force. Elle sentit l’émotion la submerger de manière incontrôlable. Elle se demandait pourquoi Tyrol la serrait si fort, pourquoi avait-elle cette impression que c’était l’énergie du désespoir ? Elle lui rendit son étreinte avec tout autant de force, un sanglot s’échappa de sa gorge.

Leur étreinte dura de longues minutes avant que Tyrol ne se détache avec douceur. Elle lui sourit timidement, embarrassée par les larmes qui perlaient aux coins de ses yeux mais immensément soulagée d’être enfin de retour près de l’elfe. Elle ne savait pas quoi dire. Elle ouvrit la bouche une fois, deux fois, tentant de rassembler ses pensées pour en faire une phrase. Puis finalement :

- Je suis tellement soulagée de vous savoir en vie !

_________________________________________________________

Avatar : Dessin original
http://elyan-dreams.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Tyrol
Régent
avatar
Nombre de messages : 378
Âge : 294
Race : Elfe (Solan)
Poste : Régent
Magie Contrôlée : Air

Feuille de personnage
Puissance:
910/1000  (910/1000)
MessageMer 11 Juin 2014 - 1:52

Il semblait au monde entier que l'elfe se refusait à lâcher celle qu'il tenait entre ses bras et que, quand bien même elle aurait tenté de se défaire de son étreinte, il ne l'aurait jamais laissé faire si facilement. Il redressa plusieurs fois la tête afin d'embrasser la tempe hâlée de la jeune femme et répétait inlassablement à quel point le souci l'avait rongé durant les huit derniers mois.

"J'ai tant crains de ne jamais te retrouver ! Mais où étais-tu ? Où étais-tu ?"

Occupé par ses activités et responsabilités encore récentes d'un point de vue elfique - ou tout simplement d'un point de vue temporellement objectif, Tyrol avait néanmoins trouvé le temps de s'inquiéter chaque seconde pour chaque personne qu'il avait connu et souhaité protéger dans ce monde ; Il n'en avait pas retrouvé la grande majorité. Ses ancien•nes élèves... Beaucoup avaient disparu avant ou pendant la Perte. D'autres, celles et ceux qu'il chérissait le plus, après la chute de l'Île. Des générations entières de sang neuf s'étaient perdues en route, tout élément confondu ; Et des connaissances très chères à son cœur également. Leur absence, leur silence était une torture de chaque instant et la culpabilité avait souvent étreint le Solan aux cheveux déjà blanchis par l'angoisse de la Mort et de la Solitude. Comment pouvait-il assurer prendre soin de ses proches, assurer aimer et protéger de son mieux toute Vie lorsqu'il échouait à en retrouver la trace au milieu des ruines ? Il ne le savait pas. Il était persuadé de faire au mieux ; De son mieux.

Avant que tout pouvoir ne vienne se loger au creux de ses mains, il avait dit à la Matriarche que les choix n'étaient pas tous foncièrement bons ou mauvais mais que les conséquences pouvaient souvent dépasser les intentions. Peut-être était-ce son cas. La Chute n'avait été que la conséquence de sa tentative de ramener l'Île à terre avant qu'elle ne se disloque ; La vitesse de déplacement du rocher et sa hauteur de chute avaient décidé de la suite et de la fin de cette décision et s'étaient montrées plus fortes que les pouvoirs réunis des Dresseurs et Dresseuses de Nuages dont Tyrol avait fait partie. Trop vite. Trop peu de temps pour y penser. Et l'accident.

Le résultat avait été décrié, bien entendu : La violence, la soudaineté, les décès, le choc... Puis la résignation, l'euphorie de la reprise, la reconstruction. Tout et son contraire, des émotions mêlées, inextricablement ombiliquées en chacun et chacune, transformées en énergie afin que la Vie continue. L'elfe avait repris ses activités comme tout le monde, avec les mêmes motivations que toujours, celles qui ne l'avaient jamais quitté depuis sa naissance : Se donner, sans compter, offrir tout de lui, s'user jusqu'à la corde pour que d'autres aient la vie la plus paisible possible. Il n'était pas plus à l'abri de la souffrance que d'autres et ne comptait pas s'y mettre. Il composerait avec elle afin que rien n'ait été vain ; Et pourtant, savoir que Logan était en vie fut comme une libération pour lui, un signe, un cadeau inestimable auquel il ne croyait plus mais qu'il ne pouvait tout simplement pas refuser, dans un élan de bref égoïsme. Elle n'avait pas tord de sentir dans la force insoupçonnée des bras fragiles et du corps maladif l'énergie du désespoir, mais y verrait sûrement aussi la puissance débordante de beaucoup d'espoir et d'amour.

"Te revoir est un don du ciel", murmura-t-il en réponse à la seule phrase que la Cristalléenne osa enfin articuler à son intention, tout en tenant désormais son visage entre ses deux mains et en plantant son regard pâle et noyé de larmes dans le sien. "Je t'ai cherchée partout. Je ne souhaite pas te perdre de vue de nouveau, ma fille."

Logan connaissait suffisamment l'elfe pour le savoir sincère et spontanément transparent en toute circonstance. Ses mots étaient toujours pesés et choisis sans pour autant être cryptiques quant à ses sentiments et intentions. En l'occurrence, cette tirade parlait d'elle-même et ne nécessitait aucune seconde lecture ou interprétation : Il tenait à elle et supporterait difficilement une nouvelle séparation brutale. C'était ainsi et il n'en rougissait aucunement d'embarras honteux ou timide.

Plusieurs longues minutes d'étreinte et de contact physique s'étaient écoulées avant que Tyrol ne décide de se lever, se penchant et tendant les bras vers la jeune femme afin de l'inviter à s'aider de lui pour se remettre sur pieds.

"Tes cheveux ont changé. Je crois que tu as beaucoup à me raconter, alors... N'omets rien !"

_________________________________________________________

"Combattre une armée d'archers, c'est comme lancer une
pierre dans un nid de guêpes : je ne souhaite l'expérience à personne !"
(
Tyrol)

http://sforzanda.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Logan
Bâtisseuse
avatar
Nombre de messages : 277
Âge : 29
Race : Peuple de Cristal
Poste : Bâtisseuse
Magie Contrôlée : Air

Feuille de personnage
Puissance:
655/1000  (655/1000)
MessageMer 18 Juin 2014 - 11:32

« Je t'ai cherchée partout. Je ne souhaite pas te perdre de vue de nouveau, ma fille. »

« Ma fille »

L’estomac et le monde de Logan se retournèrent pour inverser toute perception de la réalité. Le sol était maintenant le plafond, le passé le futur et le présent une perception très étrange où un mélange de ses anciennes peurs et de ses espoirs formèrent un tout incohérent qui finit pourtant par se stabiliser sous la forme du mot « amour ». La logique et l’évidence de ce mot, sa sincérité prononcée par l’elfe créèrent chez elle un sentiment d’apaisement d’une telle force que Logan s’en rappellerait toute sa vie.
Elle lui rendit son étreinte avec plus de force mais n’ajouta rien, se sentant incapable de prononcer un mot sans fondre en larmes ou exploser sous l’intensité de cette émotion complexe et subtile.

Enfin ils se levèrent, Logan un peu embarrassée par cette démonstration de sentiments en public, fait dont elle prit seulement conscience quand elle croisa le regard intrigué d’un passant quelconque. Tyrol toucha délicatement une de ses mèches de cheveux et son regard brillait de la curiosité si typique de son professeur. Elle lui répondit d’abord par un sourire, prenant un bref instant pour se remémorer l’ordre chronologique des évènements qui avaient bousculé sa vie ces derniers mois.

- Le récit va être long si vous voulez tous les détails, peut-être pourrions-nous nous installer dans un endroit plus confortable ?

Elle leva la tête pour regarder autour d’elle. C’était la fin d’après-midi et pourtant, le hall était encore occupé par une dizaine de personne. Elle n’avait vraiment pas envie d’étaler sa vie en public.
Tyrol lui montra de la main la porte juste à côté d’eux.

- Nous pouvons retourner dans cette pièce, nous y serons tranquilles.
- C’est parfait alors.


Il ouvrit la porte et céda le passage à la Cristalléenne. La pièce au haut plafond était baignée d’une magnifique lumière dorée dont Logan ne put nier la beauté. Presque vide, elle était occupée d’une vaste table qui trônait au centre de la pièce circulaire. Quelques chaises étaient réparties autour et des papiers traînaient ci et là. Logan avança lentement laissa le bout de ses doigts glisser sur le bois massif de la table. Elle ne put se résoudre à s’asseoir tranquillement sur une chaise tant l’histoire de son absence lui parut soudainement énorme. Elle finit par simplement s’appuyer contre la table, attendant que Tyrol vienne s’installer à proximité pour qu’elle puisse commencer son récit. Un peu nerveuse, elle regarda le sol et ses pieds nus pour se donner du courage.

- Le début de mon histoire n’est pas très glorieux car comme une lâche, lorsque j’ai vu… l’île tomber sur la Cité j’ai… je…

Le rouge lui monta légèrement aux joues, elle continuait de fixer ses orteils.

- Je suis partie. Je n’ai pas supporté la vue de la Chute après tout ce qui s’était passé dans le combat. J’ai… Oh Tyrol, pardonnez-moi ! J’ai tellement honte de ce comportement ! Mais il faut comprendre que… enfin ce n’est pas… non, ce n’était pas dans ma nature de…

Elle bafouillait, ne parvenait pas à trouver les mots qui pouvaient justifier sa fuite, expliquer la peur et le tourment qui s’étaient soudainement emparés d’elle. Elle pensa à tout l’amour que Tyrol ressentait pour elle et elle se demanda s’il l’aimerait toujours après son récit.

- Voir la Cité détruite ça m’a… C’est bizarre, je ne sais pas très bien pourquoi mais le visage de ma… la Materchka de mon ancien clan m’est revenu en mémoire. C’était tellement fort, l’image se superposait à celle de la Chute, du champ de bataille, de tout. Je ne me sentais plus à ma place et je… Je suis partie. Au début, je ne savais pas très bien où j’allais, je ne voulais pas m’avouer que je voulais retourner dans mon clan, ni ne comprenait pourquoi au final. C’était très confus dans mon esprit.

Elle jeta un rapide coup d’œil à l’elfe. Une expression neutre flottait tranquillement sur le doux visage de Tyrol. Elle prit cela pour un encouragement et continua son récit. Au fur et à mesure, elle se détendit. Elle lui parla de sa découverte du déséquilibre magique, de sa rencontre avec l’animorphe Mako, qu’il l’avait accompagné. Elle lui raconta sa rencontre avec les animaux volants, ses mésaventures marines, tout en détail si ce n’est qu’elle évita de formuler clairement les sentiments qu’elle avait développé pour son compagnon de voyage. Le souvenir était encore trop ardent pour qu’elle puisse en parler librement. Arriva enfin la partie de sa rencontre avec son désormais ancien clan. Ce fut la partie la plus douloureuse de son récit.

- Je ne fais plus partie du clan de la forêt de Brocaliande, Tyrol… Je…

Pour toute explication, elle défit le bandage qui couvrait son tatouage pour révéler la cicatrice qui le barrait. Elle ne regarda pas la blessure tandis qu’elle continuait à parler en triturant, tirant, nouant le bout de tissu qu’elle tenait entre les mains.

- Quand je suis arrivée, je n’avais qu’une envie : leurs raconter tout ce que j’avais vu. Avec les années qui s’étaient écoulées, j’avais oublié la haine qui brûlait en la Materchka. J’avais oublié à quel point elle ne me supportait pas, moi la faible qui pourtant avait survécu ! Elle ne s’attendait pas à ce que je revienne, ma vue lui était insupportable. Elle a… elle a ordonné à mes Sœurs de me tuer.

Tandis qu’elle parlait d’une voix légèrement tremblante, elle se souvint d’avoir aperçu le visage de sa mère biologique dans la foule de furies prêtes à la tuer.

- Pire que tout, j’ai tenté de leurs faire du mal avec mon Don ! Je ne savais plus quoi faire pour me protéger alors je les ai immobilisée pour leurs parler et au final… Je me suis rendue compte que je ne valais pas mieux qu’elles, que je cherchais à leurs imposer une vision du monde dont elle ne voulait pas. Alors je leurs ai fait mes adieux car j’ai pris conscience que je ne pourrais jamais être un membre complet de ce clan. Je ne m’en étais pas rendue compte mais… ma famille ne se trouvait plus là-bas. Chez moi c’était… hé bien… C’était ici.

Elle leva les yeux vers la fenêtre qui offrait une vue directe sur la rue. Un silence s’installa dans la pièce mais Tyrol ne prononça aucun mot, comme s’il percevait que l’histoire n’était pas encore tout à fait finie.

- Mako m’a aidé à m’enfuir…

Un petit rire sans humour ponctua cette phrase.

- Décidément, j’ai beaucoup fui ces derniers mois…

Le ton était moins animé, une vague de tristesse envahit le cœur de Logan.

- Quand je me suis réveillée le lendemain, j’avais les cheveux bruns. Parfois, dit-elle en prenant une mèche afin de la regarder, je crois encore voir des reflets roux mais je n’en suis pas certaine. Je n’ai pas non plus tout à fait compris pourquoi mes cheveux avaient changé de couleurs car je ne suis pas devenue plus sage, vous voyez ? Je suis toujours la même, je ne sais pas ce qui a changé. Enfin bref. Le lendemain, Mako et moi sommes partis en direction de la Cité mais au bout de quelques jours, il a décidé de retourner auprès de son nid. Voilà.

Voilà, le récit était fini. Combien de temps avait-elle parlé sans que Tyrol ne l’interrompe ? Il avait été tellement silencieux qu’elle le regarda pour vérifier qu’il ne s’était pas endormi. Mais non, il était là très éveillé et toute son attention était concentrée sur elle. Elle fuit le regard si intense de celui qui était un père pour elle. Elle lâcha un long soupire qui détendit ses épaules. Elle se sentait soulagée de s’être livrée entièrement à Tyrol – enfin, à quelques détails amoureux près. Cependant, qu’allait-il dire maintenant ?

_________________________________________________________

Avatar : Dessin original
http://elyan-dreams.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Tyrol
Régent
avatar
Nombre de messages : 378
Âge : 294
Race : Elfe (Solan)
Poste : Régent
Magie Contrôlée : Air

Feuille de personnage
Puissance:
910/1000  (910/1000)
MessageDim 22 Juin 2014 - 20:22

Un long récit ? Tyrol avait encore quelques bonnes décennies elfiques devant lui. Il invita Logan à le précéder dans la pièce qu'il avait souhaité fermer à clé avant de la voir ; Cette fois, il la ferma de l'intérieur afin que rien ne vienne troubler leur discussion. Amusé de voir la jeune femme s'appuyer sur la table sans trop savoir où se mettre, l'elfe se glissa à côté d'elle et se hissa sur le meuble afin de demeurer à son côté alors qu'elle entamait son histoire. Et il l'écouta avec toute l'attention qui se devait d'être. Il avait besoin de savoir. Sa curiosité devait être rassasiée !

Lorsqu'elle découvrit le tatouage zebré d'une coléreuse cicatrice, il lui fit signe d'approcher et lui saisit le bras avec beaucoup de délicatesse afin d'examiner la blessure de plus près, jetant un regard compatissant sur le souvenir qu'elle devait représenter pour Logan et l'encourageant à continuer d'un autre regard. Il demeura globalement impassible, ne souhaitant nullement l'interrompre, portant son entière attention sur ses mots, ses expressions, ses gestes. Elle disait toujours bien plus que ce qu'elle voulait bien admettre et il mémorisait chaque seconde de son récit sans sourciller, se contentant à la mention de famille de lui porter un regard brillant de bonheur.

"Voilà", répéta-t-il avec un léger sourire mutin lorsqu'elle eut fini.

Il remit précautionneusement le bras de la jeune femme en place et lui sourit gracieusement en touchant à nouveau quelques mèches de cheveux, accentuant son sourire à la vue de quelques mèches brillant de reflets acajou au creux d'un océan de bois brun.

"Ce qui fait de toi une Cristalléenne a reconnu, et sans partialité, l'effort que tu as fait d'essayer d'avoir une vision globale des choses. Tu as découvert et appris, tu as pesé les pour et les contres et tu as tenté de communiquer ; La volonté ne suffit pas toujours pour être écouté•e mais tu auras essayé jusqu'au bout. Jusqu'à mettre ta vie en jeu. Le prochain pas vers une plus grande sagesse sera de savoir reconnaître le moment où il faut cesser de communiquer et préférer sauver sa vie tant qu'il en est temps, car aucune forme de sagesse n'est utile six pieds sous terre."

Et il lui tapota légèrement l'épaule avec un regard entendu quoique toujours très aimable. Évidemment, il aurait souhaité qu'elle ne risque pas sa vie, quelle que fût la raison ; Mais comme il le lui avait dit, elle avait cru à ce qu'elle avait fait et avait surtout pensé bien faire. Elle avait entreprit un voyage long et périlleux pour échanger quelques mots en espérant apaiser une vieille douleur, simplement pour enterrer les rancœurs et tenter un départ nouveau et pour cela, il se sentait fier d'elle et de ce qu'elle avait souhaité accomplir ; Le Peuple de Cristal, fidèle à lui-même, en avait décidé autrement et avait répondu aux mots par la violence car là était la seule réponse qu'il connaissait. L'éducation en son sein était faite ainsi : On ne discutait pas les Anciennes, on ne remettait en question ni la hiérarchie, ni les coutumes et tout manquement à l'ordre établi était sévèrement réprimé. Logan s'était défendue de l'oppression... Car elle avait appris à le faire. Dans tous les sens que les mots "défense" et "oppression" pouvaient revêtir.

L'elfe aux yeux d'absinthe continua à remonter le flot du récit, petit à petit :

"Je suis désolé de la tournure qu'ont pris les choses à propos de ton clan. Tu t'es attaquée à un très gros morceau en étant bien seule... Les traditions et les lois, même orales, possèdent des racines si profondes et si épaisses qu'on ne peut simplement arriver avec une hache afin de les tailler en quelques minutes. Cela ne peut qu'endommager l'arbre qui s'est élevé sur elles et entraîner sa mort... S'il n'a pas décidé de se défendre à grands coups de branches sur les fesses avant, bien sûr."

Sa position se révélant inconfortable pour son dos qui ne trouvait nulle part où s'appuyer, il se laissa lentement descendre de la table et se déplaça tout aussi paisiblement vers la chaise qui avait été sienne durant les dernières heures de réunion. Sa main conserva un appui prudent sur la table tandis qu'il s'éloignait de deux mètres à peine, et il retrouva avec bonheur la sensation de détente absolue que lui procurait la position assise. Il tapota doucement sur le dessus de la table afin de lui demander de s'approcher pour le rejoindre

"Peut-être un jour le Peuple de Cristal changera, mais cela ne pourra émerger que d'une volonté commune",  continua-t-il avec une voix qui semblait très légèrement faiblir par moments mais qui se voulait rassurante. "Lorsque plusieurs esprits libres comme le tiens auront décidé qu'il est temps de se lever pour de nouvelles idées... Peut-être suffira-t-il de demander la permission, peut-être faudra-t-il chahuter, peut-être faudra-t-il se battre ou se séparer afin de créer de nouveaux clans... Tu as changé, mais tu étais la seule Cristalléenne à avoir évolué au-dehors et à témoigner. En matière d'idées révolutionnaires, il ne faut jamais combattre seul•e ! Mais ne t'en fais pas, aucun pas en avant ni aucune main tendue ne saurait être inutile. Tu n'es pas faible ; Tu t'es montrée bien plus brave que tout ton clan venu déchirer ton seul corps à plusieurs. Avec ce courage et cette force, tu as sûrement commencé quelque chose de grand ce jour-là ; Tu ne l'entrevois simplement pas encore."

Il sourit à nouveau, plein de soutien et de confiance envers elle, et lui désigna la chaise à son côté. Plusieurs papiers débordaient sur le coin de table devant elle, venant bien entendu du coin de table assigné à Tyrol. Celui-ci commençait à rouler quelques parchemins afin de les ranger dans les nombreux étuis prévus à cet effet, lesquels traînaient eux aussi un peu partout.

Il y avait là des cartes de la ville en grand ou découpée en quartiers, des zones colorées, des traits, des flèches... Il y avait de même d'autres cartes de la région d'Elament et du continent de Magyar, beaucoup de lettres manuscrites, des enveloppes, des dessins, des formules magiques et mathématiques... Le tout semblait ordonné selon une logique particulière seulement dérangée par les conversations qu'il avait dû avoir un peu plus tôt avec son interlocuteur précédent. L'elfe blanc classait tout sans précipitation, triant soigneusement chaque document de quelques coups d'œil.

"Et enfin, Logan, ne t'excuse pas d'être partie. Personne ne peut t'en vouloir ; Personne ne pourra jamais en vouloir à toutes les personnes brisées qui ont décidé de quitter cette Cité après la chute de l'Île. Je suis également désolé de la peine qu'a pu t'infliger ce terrible spectacle."

Le sortilège échoué, l'Île se soulevant sans contrôle... La voix de l'imperturbable Solan semblait s'être cassée sur son dernier mot mais il n'en fit rien et continua son rangement.

"Et ce Mako... Comment était-il ?" glissa-t-il avec légèreté et un certain amusement en coulant un bref regard en coin vers la Cristalléenne.

_________________________________________________________

"Combattre une armée d'archers, c'est comme lancer une
pierre dans un nid de guêpes : je ne souhaite l'expérience à personne !"
(
Tyrol)

http://sforzanda.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Logan
Bâtisseuse
avatar
Nombre de messages : 277
Âge : 29
Race : Peuple de Cristal
Poste : Bâtisseuse
Magie Contrôlée : Air

Feuille de personnage
Puissance:
655/1000  (655/1000)
MessageMer 9 Juil 2014 - 17:21

- Je sais ce qu’on dit des Cristalléens et de leurs principes de vie mais je ne pense pas que nous devions interdire une évolution dans nos propres mœurs. C’est ce que je voulais expliquer à mon clan, répondit-elle au commentaire de Tyrol. Enfin… Je me sens un peu stupide de dire ça, après tout c’est quelque chose de plus facile à dire qu’à faire, n’est-ce pas ? Le Peuple de Cristal, comme n’importe quelle race, est plus subtile et complexe que je ne le pensais. Il suffit de voir mes cheveux : je ne corresponds pas à la philosophie de mon clan et j’ai pourtant passé un stade important… Si ce qui fait de moi une Cristalléenne a décidé d’être en accord avec moi-même, sommes-nous réellement des clans ? Mon corps, en agissant ainsi, m’a transformé en individu et plus en un membre d’une communauté. Cela signifie que nous nous sommes trompées sur qui nous étions.

Les paroles sortaient dans un flot rapide, un torrent de pensées qui s’évadait de sa bouche sans qu’elle ne s’y attende. Ces pensées… Depuis combien de temps les avaient-elles en tête ?

- Enfin, ajouta-t-elle en expirant, vous avez raison, tout cela demande du temps. Il faudrait que j’y réfléchisse à tête reposée sans doute.

« Peut-être un jour le Peuple de Cristal changera, mais cela ne pourra émerger que d'une volonté commune. Lorsque plusieurs esprits libres comme le tiens auront décidé qu'il est temps de se lever pour de nouvelles idées... Peut-être suffira-t-il de demander la permission, peut-être faudra-t-il chahuter, peut-être faudra-t-il se battre ou se séparer afin de créer de nouveaux clans... Tu as changé, mais tu étais la seule Cristalléenne à avoir évolué au-dehors et à témoigner. En matière d'idées révolutionnaires, il ne faut jamais combattre seul•e ! Mais ne t'en fais pas, aucun pas en avant ni aucune main tendue ne saurait être inutile. Tu n'es pas faible ; Tu t'es montrée bien plus brave que tout ton clan venu déchirer ton seul corps à plusieurs. Avec ce courage et cette force, tu as sûrement commencé quelque chose de grand ce jour-là ; Tu ne l'entrevois simplement pas encore. »

« Quelque chose de grand ? » pensa-t-elle. « Je ne sais pas, peut-être m’encense-t-il un peu trop. J’étais et suis un électron libre pour mon clan… Enfin, mon ancien. Je n’ai jamais rencontré quelqu’un comme moi… Non, attends… Si, bien sûr. Ruby ! »

Comment pouvait-elle ne jamais y avoir pensé ? Pourquoi ne l’avait-elle jamais interrogée sur les raisons de sa solitude ? Qu’avait fait la Dame pour qu’elle ait les cheveux blancs ? En était-elle arrivée à ce stade car elle avait été en accord avec son clan ou en harmonie avec elle-même ? Logan se promit de lui poser la question. Il fallait qu’elle sache, elle voulait davantage comprendre sa race.

Logan se laissa glisser sur la chaise en face de Tyrol sans ajouter un mot. Elle l’observa se mouvoir avec une lenteur toute contrôlée pour saisir ses parchemins. Ses gestes étaient calmes, posés, comme son caractère. Il prenait toujours le temps de faire et de dire. Probablement que lorsque l’on vit plusieurs centaines d’années, on possède une autre perception du temps.
En voyant son ancien Professeur obligé de tendre de plus en plus le bras pour saisir les parchemins, elle amorça un geste qui échappa à Tyrol. Le geste avait été spontané car elle voulut l’aider à saisir ses papiers mais elle s’arrêta net dans son mouvement. Elle se rappela juste à temps que l’elfe avait une notion du rangement toute particulière et qu’il valait donc mieux le laisser s’organiser. Quitte à ce qu’il lui demande de l’aide lui-même.

- Merci Tyrol… Votre bonté me fait du bien, que ferais-je sans vos sages paroles ? dit-elle avec une pointe de malice.

Mais toute malice s’évapora lorsque celui-ci pointa d’un doigt assuré le l’élément sensible de l’histoire : Mako. Elle lui en voulut pendant un bref instant, le jugeant bien insensible face à ses sentiments qu’elle tentait de cacher – sans aucune efficacité. Mais elle tut rapidement ces pensées trop fières pour admettre que la curiosité insatiable de Tyrol concernait tout. Pour se donner un peu de temps avant de répondre, elle se leva de sa chaise, fit quelques pas hésitant puis finalement s’appuya contre le châssis de la fenêtre. Le soleil était bas et illuminait le ciel de sa douce lumière rosée. Elle chercha dans l’horizon masqué le courage d’avouer qu’elle avait découvert quelque chose d’inattendu pendant son voyage. Elle se rendrait compte plus tard avec surprise qu’elle n’avait même pas envisagé de lui cacher la vérité.

- Vous savez que… j’ai toujours été quelqu’un de… solitaire…

Certes, c’était une évidence assez inutile à préciser mais elle cherchait ses mots. Tyrol lui fit un geste encourageant pour continuer.

- Pfff… Je ne sais pas comment dire ça sans me sentir stupide ! lâcha-t-elle. Mais bon, Mako… Je n’avais jamais passé autant de temps avec quelqu’un et franchement, je ne me serais pas cru capable de supporter une présence aussi longtemps. Mais Mako… Il est d’une patience infinie, d’une curiosité infinie…

Elle s’arrêta soudainement et dévisagea Tyrol.

- En fait, il vous ressemble dans un certain sens.

Et cette réflexion la troubla au plus haut point. Jamais, au grand jamais, elle n’avait ressenti quelque chose de similaire pour Tyrol. Alors pourquoi avait-elle ces sentiments pour Mako ? Elle retint une grimace de gêne et décida de balayer cette étrange pensée.

- Enfin bref. Je ne sais pas quand ça a commencé mais… Rah ! s’exclama-t-elle brusquement. Je… Je DÉTESTE avouer ça mais…

L’ancienne Logan refaisait brusquement surface. Après tout, chassez le naturel…

- Roh vous avez compris, non ? Vous n’allez pas me forcer à le dire quand même ? dit-elle mi-provocante, mi-implorante.

_________________________________________________________

Avatar : Dessin original
http://elyan-dreams.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Tyrol
Régent
avatar
Nombre de messages : 378
Âge : 294
Race : Elfe (Solan)
Poste : Régent
Magie Contrôlée : Air

Feuille de personnage
Puissance:
910/1000  (910/1000)
MessageJeu 10 Juil 2014 - 16:39

"Qu'est-ce qu'une communauté sinon une agglomération d'individus ? Prends le temps d'y penser, comme tu le suggères toi-même : Le jeu en vaut la chandelle."

Et disant cela, Tyrol avait un court instant serré la main de Logan dans un geste d'encouragement. Il ne doutait pas une seule seconde d'elle, de ses capacités ou de ses intentions. C'est qu'il espéra lui transmettre par ce contact avant qu'il ne retournât à son rangement et que la Cristalléenne ne le complimentât de façon tout à fait inappropriée. Un simple soufflement du nez amusé répondit à la malice contenue dans cette taquinerie routinière qui ne demandait aucune réponse sérieuse. Mais alors la malice se transforma en surprise et se trouva fort chamboulée et bien embêtée à répondre à la question fatidique : Celle qui évoquait le nom de Mako. Et elle prouva à ce moment ce qui était dit plus haut, à savoir qu'elle en disait bien plus lorsqu'elle souhaitait se taire sur un sujet sensible. Elle s'empêtra un peu dans sa réponse, jusqu'à sa propre question qu'elle retourna vers lui tel un bouclier.

"Je me permettrais difficilement de forcer quoi que ce soit si aucune vie ou intégrité n'est en jeu", s'étonna l'elfe en amorçant un très léger mouvement de recul de la tête face à la réaction de la jeune femme.

Sensiblement surpris de son comportement, il s'était arrêté de ranger et l'une de ses mains s'était immobilisée net au-dessus d'un étui qu'il souhaitait saisir quelques secondes plus tôt. Un instant, la rondeur de ses grands yeux clairs s'était accentuée sous le coup de l'incompréhension, fût-elle brève et peut-être même injustifiée ; Après tout, il connaissait Logan. Il connaissait son caractère à la fois emporté et refoulé, comme une vague venant écraser de sa force le rivage qu'elle érode avant de se retirer en mille éclats d'écume. Elle était un être complexe, bien sûr, faite des contradictions propres à tout à chacun•e, mais il ne s'était pas attendu, après le long discours sur son voyage et les changements opérés en elle, à les voir ressurgir si rapidement.

Elles étaient explicables. La conversation qu'elle venait d'avoir avec Tyrol à propos de son peuple semblait avoir été une introduction à sa réaction face à la question concernant Mako. Une parfaite illustration de ce qu'elle subissait toujours, même si cela était moins fort, moins violent qu'autrefois : Le poids de son éducation Cristalléenne face au monde extérieur. Ce fait qu'elle confondait avec sa nature, qui elle, était hybride. Elle était en partie animale, bien que l'elfe blanc ignorât toujours jusqu'à quel point cette animalité la définissait, l'influençait... Comme si ses caractéristiques de panthère passaient bien après la poigne de fer de son clan.

Sortie de celui-ci, Logan avait eu à interagir avec des cultures variées et des comportements différents de ceux qui pouvaient être socialement acceptés au sein de son peuple : Elle était parvenue à s'adapter, à s'accoutumer à certains d'entre eux... Mais certaines choses ne changeaient pas si aisément, ou changeaient en profondeur, mais leur évocation plus ou moins publique ainsi que leur dévoilement au grand jour demeuraient taboues... Jusqu'au jour où l'esprit et le cœur ensemble se sentaient prêts à les admettre. À assumer la force de leur signification et de leurs conséquences. Elle avait fait une partie du chemin mais certains réflexes demeuraient. À présent changée par ses rencontres et ses expériences, elle voguait dans ses contradictions, ne sachant encore quoi garder et quoi laisser afin d'être ce qu'elle estimait être "elle-même". Une question autrement plus épineuse, que le simple nom de Mako faisait trembler de haut en bas.

"Je suppose que tu n'as plus peur de ce que tu ressens puisque cela s'est bel et bien passé, mais qu'il t'es compliqué d'en parler. Et il est vrai que je n'ai pas grand chose à faire dans cette partie de ta vie, je te prie de m'excuser", commença le Solan en baissant humblement son regard pâle, l'air attristé de sa propre intrusion... Avant de laisser à nouveau un fugace sourire taquin se peindre sur ses lèvres et d'échapper un clin d'œil. "Mais, oui, j'ai compris !"

Il rapprocha de lui un encrier et une plume et prépara le matériel afin d'écrire, remontant soigneusement les manches de sa chemise de lin qu'il ne voulait pas tâcher.

"Tu es libre d'affirmer ton refus de m'en parler, telle l'adulte que tu es devenue", continua-t-il avec toujours la même bienveillance, la même douceur et la même sérénité afin d'apaiser la jeune femme. "Tu es libre de définir les limites de ton propre espace vital. Saches que tu es en sécurité avec moi ; Je refuse de croire que tu craindrais une seule seconde de m'opposer un "non" clair, ferme et sans haine. Ni que tu craindrais ma réaction face à ce "non". Je ne suis ni ta Shamane, ni ton ennemi ; Verbalise ton malaise face à ma question et ton refus de poursuivre, et je serais ravi de changer de sujet."

Il venait lui-même de mettre des mots sur ce qui l'avait surpris dans la réaction de Logan ; Non pas sa gêne par rapport à ce qu'elle avait vécu, ressenti et vu changer en elle, qui pouvait être expliquée par toutes les raisons évoquées plus haut et qui pouvaient être des pistes parmi d'autres, mais bien cette dernière phrase. Celle où elle lui demandait, avec plus ou moins d'assurance, de ne pas lui faire cracher le morceau.

Il interrogea donc, avec décontraction :

"D'ailleurs, depuis quand es-tu revenue ? La Cité est encore un véritable chantier, il y a beaucoup à faire et il te faudra trouver un endroit où dormir si cela n'est pas déjà fait."

_________________________________________________________

"Combattre une armée d'archers, c'est comme lancer une
pierre dans un nid de guêpes : je ne souhaite l'expérience à personne !"
(
Tyrol)

http://sforzanda.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Logan
Bâtisseuse
avatar
Nombre de messages : 277
Âge : 29
Race : Peuple de Cristal
Poste : Bâtisseuse
Magie Contrôlée : Air

Feuille de personnage
Puissance:
655/1000  (655/1000)
MessageVen 11 Juil 2014 - 11:18

Logan prit pleinement conscience de la mauvaise foi dont elle venait subitement de faire preuve et cette pensée l’agaça. Sa brusquerie un instant auparavant dirigée vers Tyrol se retourna contre elle-même et un goût amer ampli sa bouche. Décidément, elle n’avait pas autant changé qu’elle l’espérait si c’était pour réagir avec autant de vivacité sur les sujets sensibles. Elle voulut ravaler sa fierté pour s’ouvrir à nouveau à la sollicitude de Tyrol qui, à son grand regret, semblait légèrement blessé par le ton qu’elle avait employé. Elle regretta aussitôt son attitude et tenta donc de reprendre contenance. Tyrol n’avait pas à subir ce sentiment qui envahissait son cœur à chaque fois qu’elle pensait à Mako. C’était à elle à gérer et à accepter ce qui était un chagrin d’amour, le premier de sa vie. Elle passa distraitement une main dans ses cheveux et caressa du bout des doigts la plume bleue cachée derrière ses mèches brunes.

Elle s’apprêtait à présenter ses excuses mais Tyrol fit preuve de tact en enchaînant aussitôt avec d’autres questions. Elle fut sincèrement impressionnée de la diplomatie naturelle dont faisait toujours preuve l’elfe. Le jour où elle aurait les cheveux blancs serait le jour où elle pourrait être aussi sage et bonne que son ami si cher, elle en fut convaincue. Elle espérait cependant que cette délicate intention n'allait pas laisser place à de la rancœur dans le cœur de Tyrol.

- En fait, je suis revenue aujourd’hui et je suis directement venue vous voir. J’ai d’ailleurs failli me perdre tant la Cité est différente depuis les démons.

Logan repensa aux inscriptions grossières qu’elle avait aperçues sur certains murs. Elle espérait vivement que les Terras et les Ignis arriveraient à réparer ces murs souillés ou tout du moins à masquer ces viles insultes.

- J’ai pu observer les nombreux chantiers sur mon chemin mais comment se porte Elament en général ? Et que s’est-il passé depuis la chute de l’Ile ? Je n’ai même pas posé la question ! se rendit-elle compte avec surprise.

_________________________________________________________

Avatar : Dessin original
http://elyan-dreams.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Tyrol
Régent
avatar
Nombre de messages : 378
Âge : 294
Race : Elfe (Solan)
Poste : Régent
Magie Contrôlée : Air

Feuille de personnage
Puissance:
910/1000  (910/1000)
MessageMer 16 Juil 2014 - 22:45

Et à cette question qu'elle n'avait pas encore posé, Tyrol répondit sans faiblir dans son amabilité. La vision qu'il avait d'Elament revenue à la vie, couplée à celle de Logan se perdant dans les rues nouvelles, lui tira par avance un sourire de réel bonheur. Il lui portait si peu ombrage de son comportement précédent qu'il lui répondit avec beaucoup d'enthousiasme :

"Elament se remet, comme tu l'as vu. Le miasme rend les déplacements extérieurs et le commerce compliqués mais les attaques frontales démoniaques sont devenues très rares. Pour la première fois depuis longtemps, la ville est en paix, bien que toujours entourée de dangers. La population a reconstruit son havre, de tout son cœur, et le résultat est aussi étrange que charmant... Il y a toujours à faire mais chacun et chacune a pu retrouver ses occupations propres. La vie et l'activité sont revenues, lentement mais sûrement... Même l'École a repris un peu de service !"

Il se souvint alors de la première question de la jeune femme et se remémora le fait qu'elle eût quitté la Cité très tôt après sa reprise et que beaucoup de choses s'étaient déroulées depuis. Peut-être n'avait-elle même pas entendu parler du miasme ?

"Le miasme... Il ne me semble pas t'avoir entendue le mentionner. Tu as sûrement rencontré ses effets en quittant la Cité puis en y revenant ; On l'appelle ainsi car cela imprègne l'air, mais la nature de ce sort qui affecte les environs de la ville est encore inconnue."

Et même s'il advenait que Logan eût connaissance de ce miasme, au moins de nom, l'elfe blanc ne put s'empêcher d'étaler son savoir sur le sujet sans même attendre de réponse :

"Les effets sont parfois similaires à ceux que nous avions expérimenté à nos débuts sur l'Île : Les sortilèges se dérèglent, explosent, se dévient, ont un effet inverse à celui qu'ils sont censé avoir, sont aspirés par un vide inexplicable... Et parfois, ce sont les corps des élémentalistes qui sont directement affectés : Il arrive que le miasme y reste attaché et cause des effets secondaires comme une fatigue continue, des sorts moins efficaces même à l'intérieur des murs, voire même dans de très rares cas des capacités physiques ou magiques touchées de façon permanente.. La prévention est partout mais peine encore à faire son chemin pour une raison qui m'échappe encore.."

Un léger soupir contrit s'échappa de ses lèvres fines et pendant un instant, la Cristalléenna aurait aisément pu visualiser les rouages évanescents de cet esprit en constante ébullition tourner à toute vitesse dans la tête de son ancien professeur. En lui énonçant la situation actuelle, il réfléchissait encore plus intensément que d'ordinaire à la façon de résoudre tous ces points qu'il entrevoyait sans cesse sans pouvoir toujours s'en occuper. La lumière de ses yeux se plissa un court moment sous l'effet d'un bref froncement de sourcil et le regard se fit plus lointain que d'habitude : La préoccupation se lisait sur les traits pâles du Solan, qui sembla soudainement se souvenir de quelque chose et sursauta afin d'en faire part à son interlocutrice :

"Des contrôles sont organisés régulièrement afin d'éviter le pire. La plupart d'entre eux se font une fois la Grande Porte passée, y as-tu eu droit ?"

Il se jeta presque sur une pile de parchemins encore non triés sur son côté gauche et fouilla dedans afin d'en tirer deux documents. Deux cartes, que Logan pouvait discerner depuis son point de vue : Une de la Cité et une de la région toute entière. Tyrol lui fit signe d'approcher, décidément peu enclin à se lever à nouveau.

"Cela pourra te servir !" dit-il avec une pointe d'amusement. "Cette carte est celle de la nouvelle cité. Le centre n'a pas changé mais les périphéries sont devenues très différentes de ce qu'elles étaient. C'est une carte officielle, millimétrée et contenant les tracés de toutes les ruelles, y compris des passages aériens entre les habitations ! Tout est annoté, la légende est au dos. Et ceci est la carte de la région telle que nos cartographes l'ont vue durant ces dix derniers mois. Tous les lieux entourés de cette façon sont, comme Elament, exempts de toute emprise du miasme. Si tu décides de voyager, tu trouveras là les étapes qu'il te faudra... Si tu vas vers la Lagune et les Marais, couvre-toi, le temps est devenu horriblement froid et humide là-bas. Je veux dire, plus qu'avant."

Et il lui remit les deux cartes sans hésitation ni secret.

"Ne prends pas la carte de la Cité lorsque tu en sors, je te prie", se contenta-t-il de préciser avec douceur. "Tu me la rendras lorsque tu sauras te repérer ; Il ne faudrait point qu'elle tombe entre de mauvaises mains. J'espère qu'elle t'aidera à retrouver ton chemin entre les chantiers... Regarde."

Et il lui désigna du doigt l'une des cartes modèle géant qu'il s'apprêtait à ranger un peu plus tôt. Elle était identique à la petite, mais sur celle-ci, les mesures étaient beaucoup plus nombreuses et pléiade de lieux, dont les contours avaient été repassés en rouge, y apparaissaient comme autant de fleurs sur le parvis de l'École. D'autres étaient repassées par d'autres couleurs, voire même plusieurs à la fois.

"Ceci est la carte des travaux... La sécurité est une priorité. Les habitations construites par la populations doivent être révisées par les Aquas, les Ignis et les Terras afin de prévenir les risques d'infiltrations d'eau, d'incendies et d'effondrement. Les vieux bâtiments abîmés sont entre les mains de tous les artistes à disposition, des annexes sont ajoutées un peu partout, des agrandissements verticaux, horizontaux... Sans parler de la voirie !"

La ferveur gagnait l'elfe aux yeux clairs, dont le discours semblait s'accélérer malgré lui. Le débit de paroles dépassait ses capacités physiques mais le cœur y était. Tant qu'il faillit lui en arriver au bord des lèvres.

"La magie est à l'œuvre dans chaque pierre, chaque plante que cette Cité porte en son sein. Nos dons font de cette reconstruction un véritable miracle, une prouesse de survie... Une résurrection. Nous sommes béni•es dans notre malheur mais je voudrais tant que cette épreuve soit la dernière que les élémentalistes aient à subir..."

Et il dut s'arrêter pour s'excuser, sortir son mouchoir et y tousser sèchement, emporté par son excitation.

_________________________________________________________

"Combattre une armée d'archers, c'est comme lancer une
pierre dans un nid de guêpes : je ne souhaite l'expérience à personne !"
(
Tyrol)

http://sforzanda.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Logan
Bâtisseuse
avatar
Nombre de messages : 277
Âge : 29
Race : Peuple de Cristal
Poste : Bâtisseuse
Magie Contrôlée : Air

Feuille de personnage
Puissance:
655/1000  (655/1000)
MessageDim 27 Juil 2014 - 16:50

Logan ne put empêcher le large sourire qu’éveilla l’enthousiasme de Tyrol de s’étaler sur son visage. Son cœur déborda d’amour devant une telle sincérité, sachant pertinemment bien que la joie de Tyrol était dénuée de tout égoïsme et n’était destinée qu’à Elament et à ses habitants. Son sourire s’effaça tout de même à l’évocation du « miasme ». Elle devina confusément qu’il s’agissait de quelque chose de sérieux et handicapant. Elle se concentra sur les paroles de son ancien professeur et se demanda avec inquiétude si elle était atteinte de ce miasme.

« J’ai en effet rencontré le miasme » répondit-elle distraitement, ne sachant pas si elle répondait à Tyrol ou si elle parlait pour elle-même.

A l’évocation des contrôles, Logan comprit alors ce qu’elle avait vu à l’entrée de la Cité. Lorsqu’elle avait franchi la porte, elle avait été surprise d’y croiser autant de monde. A droite et à gauche, il y avait des attroupements de 3-4 personnes, certains parlaient avec animation. Sans mauvaise attention, elle avait traversé la foule pour entrer dans la cité et avait donc évité d’être contrôlée, perdue qu’elle était dans cette confusion. Elle se mordit la lèvre inférieure, craignant que ce miasme soit contagieux et qu’elle ait pu l’introduire dans la Cité. Cependant, le ton relativement léger de son ami ne semblait pas annoncer un risque de catastrophe imminente.
Tandis qu’une partie de son esprit se tracassait du miasme, l’autre nota le regard légèrement troublé de Tyrol. Lors de leur expédition dans l’Ile qui flottait alors toujours au-dessus de la Cité, elle avait appris à détecter les indices qui trahissaient la faiblesse physique de son Professeur. Il l’avait tant inquiétée durant ce voyage que le moindre geste moins assuré qu’il avait, faisait bondir son cœur. Et là, elle reconnaissait cette tension qui montait dans son corps fragile et trahissait une fatigue latente.
D’un point de vue éthique, philosophique, humain, il ne lui semblait pas étonnant de retrouver son Professeur tant investi dans le renouvellement de la Cité. Elle n’envisagea même pas la possibilité qu’il fasse cela car il en était obligé, qu’il était devenu Régent suite au départ de la Dame. Non, cela échappait encore à Logan. Pour elle, c’était un comportement tout naturel pour lui. Mais d’un point de vue physique, elle était inquiète. Elle craignait que le corps de Tyrol le trahisse bien trop vite et l’empêche d’accomplir sa volonté et son devoir. Devait-elle lui faire part de cette inquiétude ? Non, bien sûr que non, se répondit-elle aussitôt. Il avait pleinement conscience de sa fragilité physique et donc du danger qu’il courrait à s’autoriser trop peu de repos. Elle se contenterait de veiller secrètement sur lui autant que possible. Elle ne voulait pas perdre Tyrol, pas maintenant et après tout ce qui s’était passé.

Logan prit docilement les cartes et regarda avec attention celle de la Cité. Elle repéra la porte et essaya de retrouver le chemin qu’elle avait suivi pour arriver jusqu’à l’Ecole. Elle comprit aussitôt pourquoi elle s’était sentie aussi déroutée car de nombreuses routes s’étaient ajoutées durant ces derniers mois et certaines traversaient des zones où se trouvaient des habitations auparavant. Elle jeta un rapide coup d’œil à la carte de la région et cette fois chercha après la zone où elle avait constaté la défectuosité de la magie. Elle avait visiblement eue de la chance car elle avait traversé une large zone par son côté gauche. Ayant été très éloignée du centre de la zone, elle avait probablement évité un grave accident. Elle enroula les parchemins et se pencha sur la version géante des cartes. Elle tira distraitement le papier vers eux pour mieux voir ce que l’elfe lui montrait. Celui-ci parlait de nouveau avec beaucoup d’enthousiasme, parlant avec tant d’énergie que son corps finit par lui envoyer un bref rappel. Lorsqu’il eut fini de tousser, Logan posa une main douce sur son épaule. Elle ne fit pourtant aucun commentaire quant à la santé de l’elfe.

- Tyrol, votre enthousiasme est contagieux ! Je vois qu’il y a énormément de travail qui nous attend et je serais ravie de vous aider. Dites-moi où une Aera serait utile et j’irai !

Elle glissa doucement sa main sur l’épaule de son ami, dans une tentative maladroite d’une caresse réconfortante. Mais elle était mal à l’aise avec les contacts physiques, surtout lorsque cela venait d’elle, alors elle retira sa main.

- Il serait par contre prudent de me faire inspecter pour le miasme car j’ai malheureusement abusé de la confusion des gardiens à l’entrée de la Cité. Ça ne partait pas d’une mauvaise intention, je crois qu’ils étaient simplement débordés et j’ignorais ce nouveau protocole.

_________________________________________________________

Avatar : Dessin original
http://elyan-dreams.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Tyrol
Régent
avatar
Nombre de messages : 378
Âge : 294
Race : Elfe (Solan)
Poste : Régent
Magie Contrôlée : Air

Feuille de personnage
Puissance:
910/1000  (910/1000)
MessageLun 28 Juil 2014 - 13:55

Probablement tirait-il trop sur la corde. Non, pas probablement ; Il tirait indéniablement trop sur cette fragile corde qu'était celle de sa santé. Elle était la seule et unique barrière à beaucoup de choses. D'efforts, de projets, d'actions... Fort heureusement, la Magie était là, ainsi que sa volonté et son caractère. Il puisait en els ce qu'il pouvait afin de donner tout ce qu'il avait d'amour, d'empathie et de soutien permanent•es. Cela n'était pas toujours suffisant et oui, son corps aimait à lui rappeler les limites à ne pas dépasser. Il ignorait souvent les signaux. Il les connaissait, il décryptait très clairement leur signification... Et il les négligeait ouvertement pour la plupart. Était-il utile, réellement, de se donner... Non, de se faire tant de mal ? Tyrol ne s'était pas même posé la question. Il n'en avait pas besoin. Il n'avait que ça et il le faisait naturellement, comme le savait si bien Logan ; Un jour, cependant, la Magie s'évanouirait. La maladie le rattraperait et le conte de fée prendrait fin. Et cela, elle ne le savait pas encore. Lui ne faisait que s'en douter.

L'un et l'autre n'en parlaient jamais. La santé de cet elfe fondamentalement dégénéré n'était pas un tabou, mais le premier n'avait jamais eu pour habitude de se plaindre de ses maux et il savait que la Cristalléenne, de par son éducation, avait appris à mépriser la faiblesse. C'était sur ce postulat qu'il était même parvenu à gagner son respect le temps d'une première leçon d'Aéromancie. Au fil du temps, certaines visions du monde, dont celle-ci, s'étaient sensiblement modifiées en elle mais par habitude et respect, il avait été tacitement convenu de ne point se lamenter sur ce sujet. Elle avait simplement vu et constaté les choses car parfois, les signaux se faisaient beaucoup trop évidents. Alors un sujet de conversation quelconque était engagé, on se posait un peu, on attendait.

Il ne pouvait donc lui être plus reconnaissant en cet instant de ne point faire grand cas de sa toux. Avant qu'elle ne retire sa main, il joignit la sienne à celle qui caressait son épaule et leva vers la jeune femme des yeux brillants de gratitude et d'affection.

"Oh, merci beaucoup ! Il y a en effet beaucoup de travail, encore...", murmura-t-il tandis que sa respiration, encore sous le choc de la toux, sifflait légèrement. "Une Aera, voyons cela..."

Il amena à lui la carte des chantiers qu'il venait de lui montrer et l'observa longuement, cherchant les lieux où l'aide était la plus urgente. Les Aeras étaient nécessaires en construction, principalement dans le transport vertical des matériaux et objets, qu'ils soient lourds ou non. Les personnes aptes à se concentrer suffisamment efficacement et sur de longues durées étaient très appréciées. En tout petit dans les cercles de couleur, des chiffres séparés par une barre oblique, écrits au crayon de bois, apparaissaient. C'est ce que Tyrol regardait tranquillement, prenant le temps de calmer ses poumons endoloris.

"Il y a une équipe près d'ici qui travaille à la réfection des charpentes et des toitures des anciennes ambassades. Dans ton cas, chère Aera, ta tâche sera d'aider à hisser les matériaux de construction au plus haut grâce à ton pouvoir. Il faut beaucoup de concentration et de précision, mais je te fais entièrement confiance. Si je t'ajoute ici, tu pourras commencer dès demain."

Il se prépara à modifier les chiffres selon l'acceptation ou le refus de Logan, qui venait de mentionner le miasme et le fait qu'elle était passée au travers des contrôles. Il y avait décidément quelque chose à faire de ce côté-là...

"Le danger est moindre tant que tu n'utilises pas ta Magie. Je vais m'en occuper, cela ne te changera guère de d'habitude !"

Le nombre de fois où il avait agi sur l'énergie de Logan dépassait largement le compte des doigts des deux mains. Elle était familière au contact lointain, magnétique et venteux des mains blanches du Solan, celui qui prenait temporairement sous son contrôle et sa protection tout fluide magique présent dans les corps vivants. Elle put constater qu'il les manipulait toujours avec autant de respect et de précaution, soucieux de ne rien endommager tandis qu'il les mettait en mouvement.

"Quant à te loger, j'y repense...", dit-sereinement il alors qu'il glissait ses deux mains au niveau de la nuque, avant de descendre vers chaque articulation. "La situation est encore compliquée pour les personnes nouvellement arrivées. Je n'ai moi-même pas encore d'endroit vraiment à moi... Je loge chez une famille qui vit non loin de l'Île. J'ai accompagné ses démarches administratives, je fais le marché pour elle, j'aide un peu à tenir la maison et j'ai le gîte et le couvert en échange. Je ne peux pas te proposer de logement décent individuel, j'en suis vraiment désolé... Mais en attendant que tu trouves, je peux te laisser mon bureau, tout là-haut. Il y a un petit lit."

C'était peu, mais tout joliment vêtu qu'il était, l'elfe blanc était ici comme tout le monde : En débrouillardise complète. Le lit du bureau, Logan le connaissait aussi un peu. C'était le point de chute de son Professeur qui, trop fatigué pour rentrer chez lui parfois, y dormait au milieu des livres et des parchemins. Sa fonction, selon ce qu'il en disait, semblait s'en être retournée à cela. Logan sentit les chatouillis et les remous propres à l'énergie vivace et éthérée qui voguait en elle, guidée par la main de Tyrol. Elle bloquait parfois, se concentrait en un endroit, puis, défaisant de force le nœud problématique à sa libre-circulation, repartait de plus belle.

"J'aurais aimé pouvoir t'accueillir chez moi et te proposer mieux", s'excusa-t-il à nouveau. "Bien, je crois que tout est bon pour le miasme, tu n'avais presque rien ! Fais bien attention à toi à l'avenir lorsque tu reviens de l'extérieur."

_________________________________________________________

"Combattre une armée d'archers, c'est comme lancer une
pierre dans un nid de guêpes : je ne souhaite l'expérience à personne !"
(
Tyrol)

http://sforzanda.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Logan
Bâtisseuse
avatar
Nombre de messages : 277
Âge : 29
Race : Peuple de Cristal
Poste : Bâtisseuse
Magie Contrôlée : Air

Feuille de personnage
Puissance:
655/1000  (655/1000)
MessageVen 12 Sep 2014 - 18:00

Logan attendit les instructions de Tyrol. Elle savait qu’il ne lui demanderait rien qu’elle ne sache faire. De plus, son envie d’aider les Elamentiens était tellement intense en cet instant qu’elle aurait dit oui à tout. Elle vit les yeux de l’elfe s’attarder sur une zone de la carte. Elle se pencha pour essayer de distinguer ce qui l’observait mais ces nombres ne lui évoquaient rien. Elle pivota pour s’appuyer contre la table, attendant la suite.

Elle retint une grimace qui eut aurait trahie son hésitation quant à ses capacités de « précision ». Elle n’avait jamais été très à l’aise avec les sorts précis, quand bien même elle était capable d’en accomplir certains, comme son Pas de Lune ou se concentrer sur l’envoi d’une missive. Mais ce n’était pas pour autant que c’était évident pour elle.

« Des poutres cela dit, c’est tout de même différent qu’un bout de papier » pensa-t-elle.

Elle hocha la tête avec un petit sourire en coin.

« C’est OK pour moi Tyrol, je me rendrai sur ce chantier avec plaisir ! »

Tandis que Tyrol se levait de son siège, elle s’installa sur le rebord de la table. Elle se tint le dos droit et relâcha sa respiration pour se détendre. Ainsi, elle faciliterait la manipulation énergétique. Comme d’habitude lorsque l’Aera commença ses mouvements, un frisson incontrôlable remonta le long de son échine. A chaque fois, elle avait l’impression qu’une brise fraîche soufflait à l’intérieur d’elle-même. Elle avait un jour tenté d’expliquer cette sensation à Tyrol et celui-ci lui avait expliqué que chaque personne ressentait cette manipulation de manière différente car elle correspondait à sa magie, qui, malgré sa source commune, restait un pouvoir propre à chacun. Elle se demandait depuis ce que lui ressentait.

« Tyrol, vous ne devez pas vous excuser de tout, vous savez ! » répondit-elle en se remettant debout. « J’accepterais volontiers le lit de votre bureau, cependant ne risquez-vous pas que je vous prive d’un havre de paix ? Je sais que vous avez tendance à vous éterniser dans cette pièce… »

Une pensée traversa son esprit.

« A vrai dire, c’est peut-être mieux si je prends votre bureau. Comme ça, vous serez obligé de rentrer vous reposer au lieu de traîner trop longtemps ici ! Alors c’est bon, j’accepte votre lit avec plaisir ! Je prendrai grand soin de votre bureau et de vos milliers de bouquins pendant la nuit. »

Elle ponctua cette dernière phrase avec une pointe de malice dans la voix.

_________________________________________________________

Avatar : Dessin original
http://elyan-dreams.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Tyrol
Régent
avatar
Nombre de messages : 378
Âge : 294
Race : Elfe (Solan)
Poste : Régent
Magie Contrôlée : Air

Feuille de personnage
Puissance:
910/1000  (910/1000)
MessageMar 16 Sep 2014 - 13:18

"Merci", s'amusa l'elfe blanc qui trouvait la vivacité d'esprit et la spontanéité de la jeune femme toujours aussi rafraîchissantes. "Installe-toi comme tu le veux et veille bien sur tout cela car j'ai mis beaucoup de temps et d'énergie à les rassembler à nouveau !"

Il se rassit, gomma proprement le chiffre dans son cercle afin de le remplacer par l'entier supérieur à l'aide de son crayon de bois. Ainsi, la carte, et par extension les équipes de reconstruction, accueillaient une volontaire de plus. Soudain, la désagréable sensation de jeter une personne aimée en pâture aux rêves de grandeur perdue d'une ville lui étreignit douloureusement le cœur. Peut-être même se servait-il d'elle pour ses propres rêves de grandeur et cette seule idée le tuait de l'intérieur. Et les autres, dans ce cas ? Parce qu'il les connaissait moins, devait-il se montrer moins empathique ? Non, bien sûr que non. Il comprenait et composait avec les contraintes personnelles de toutes et de tous. Tout cela était fait volontairement, depuis le début. Tyrol n'avait fait que rassembler des personnes, des initiatives et des projets déjà entamés, le tout destiné à servir la communauté, sous une supervision commune dont il se faisait le messager. Logan était entrée dans la chaîne sans que celle-ci lui soit une entrave ; Lorsque ce travail ne lui conviendrait plus, elle serait libre.

Cette suite de réflexion raisonnée lui ôta du cœur le poids que ses sentiments lui avaient jeté en bloc.

"Je n'ai plus réellement le loisir de m'y attarder", continua-t-il avec un sourire afin de la rassurer au sujet d'une éventuelle intrusion inopinée. "Cette pièce est située bien trop haut pour moi et par ailleurs, je suis bien plus occupé dans la Cité. Lorsque je dois m'isoler afin de lire et écrire, je préfère cette pièce, là où nous sommes ; Formelle, impersonnelle et bien trop grande, mais plus facilement à ma portée. Et le soir, les tranquilles veillées de la petite famille qui m'héberge me sont très précieuses..."

Il referma le grand rouleau que formait la carte des chantiers et le rangea à son tour dans son étui dédié. Ne restaient plus maintenant sur la grande, trop grande table, deux derniers étuis qui n'avaient pas été ouverts et plusieurs petits carnets qui semblaient garnis de pages volantes contraintes à tenir entre les pages par la force des choses. Engoncées entre les parchemins reliés, trop nombreux et trop lourds, elles n'attendaient que d'en sortir pour être lues. Mais pour l'instant, c'est un nouveau parchemin qui prit la place de la carte de la ville en reconstruction. Quelque chose de plus décousu et moins bien dessiné, qui semblait plus personnel. Logan put y discerner une sorte de copie, vue du dessus et de face, de la grande Île échouée. Plusieurs coupes étaient annotées "côté ouest", "côté est", selon les points cardinaux, comme si l'on avait tenté de reproduire d'après observation l'immense rocher maudit, sous toutes ses coutures.

"Tu as sûrement d'autres personnes à retrouver que ton ancien professeur un peu bavard, je ne voudrais pas que tu t'ennuies. Pour aujourd'hui, je vais probablement rester ici encore un peu. Faire du découpage et du collage... Je m'amuse un peu, vois-tu. l'Île me fait de la peine. Sans doute vidée de sa magie, posée là comme une pauvre chose que plus personne n'aime ou ne regarde, sinon avec mépris. Tu te souviens du petit îlot sur lequel notre groupe était arrivé pendant notre exploration ? Quelle aventure ! Eh bien, cet îlot n'est plus. Il s'est échappé de l'orbite de l'Île et s'est écrasé sur les Falaises avant d'être recouvert par le raz-de-marée... J'en ai été si attristé de m'en rendre compte que je n'ai plus osé regarder les dessins que j'avais faits à l'époque pour lui..."

Il saisit l'un des carnets et l'ouvrit pour le montrer à la Cristalléenne. Si sa mémoire était bonne, elle reconnaîtrait sans doute les notes et les croquis pressé•s de son professeur alors tout occupé à recenser ce qui existait sur l'île et son satellite étrange. Plus loin dans les pages, tout partait des observations réelles réalisées sur place pour se perdre en dessins fantasques imaginant mille bâtiments et bateaux volants construits autour de l'îlot. Des flèches, des annotations, des ratures, tout était là. Toute l'imagination et le rêve de Tyrol tenaient en quelques carnets fous.

"Je vais les reprendre. Les adapter à l'Île. Faire quelque chose de toutes ces images qui brûlent mon esprit depuis si longtemps. Dans notre malheur, nous avons amené l'océan à nous, lui qui était si loin ; Le lien vers tout ce qui nous manque est ici. Le commerce, père de toutes les alliances et de tous les renouveaux..."

Sur l'une des coupes de côté de l'Île, une flèche indiquait la direction de la mer désormais ouverte à Elament. L'elfe posa le doigt sur le flanc de roche, encore nu de tout autre dessin ou annotation, qui surplombait cet océan nouveau.

"Je vois très bien mon futur logis ici, qu'en penses-tu ?"

_________________________________________________________

"Combattre une armée d'archers, c'est comme lancer une
pierre dans un nid de guêpes : je ne souhaite l'expérience à personne !"
(
Tyrol)

http://sforzanda.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Logan
Bâtisseuse
avatar
Nombre de messages : 277
Âge : 29
Race : Peuple de Cristal
Poste : Bâtisseuse
Magie Contrôlée : Air

Feuille de personnage
Puissance:
655/1000  (655/1000)
MessageMer 29 Oct 2014 - 13:03

Spoiler:
 

« Il n’a plus le loisir de s’attarder dans son bureau mais j’ai l’impression que c’est aussi en raison de son nouveau jouet… Cette île. »
Elle ne savait pas trop quoi penser de cet engouement. Elle comprenait la curiosité de Tyrol – c’était dans sa nature – mais était-ce une bonne idée de s’attarder autour de cette ancienne île flottante qui avait anormalement perdue sa magie ?
« Je me fais peut-être des idées. Je ne suis pas au courant de tout. »
Elle ne dit rien, donc, car elle avait vite appris qu’on apprenait plus en écoutant les autres qu’en les interrompant sans cesse. De plus, son ancien professeur était beaucoup plus bavard qu’il ne le pensait. Et c’était probablement la seule personne au monde qui n’ennuyait pas Logan lorsqu’il parlait.

- Il serait intéressant d’avoir une carte détaillée de l’Ile, se contenta-t-elle de répondre.

Elle aurait voulu lui demander qui l’hébergeait, qui était cette famille, mais il ne lui laissa guère le temps de poser la question. Ce n’était pas une information vitale de toute façon, elle pourrait l’interroger plus tard.

- A la fois reculé et proche de la Cité, je vous imagine très bien emménager à cet endroit.

Et elle, où vivrait-elle ? Elle ne pouvait pas loger indéfiniment dans le bureau de son professeur. Elle fut surprise. Elle ne s’était pas posée la question une seule fois pendant tout son voyage. Obsédée par la crainte de voir Tyrol furieux de sa fuite, impatiente de le revoir, elle n’avait pas projeté son retour au-delà de cette conversation. Elle n’avait pas pensé à son futur.

- Je pourrais me faire une habitation pas trop loin. A une bonne distance pour vous laisser tranquille mais assez proche pour pouvoir vous rendre visite assez régulièrement, ajouta-t-elle en pointant son doigt à quelques centimètres de celui de Tyrol.


_________________________________________________________

Avatar : Dessin original
http://elyan-dreams.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Tyrol
Régent
avatar
Nombre de messages : 378
Âge : 294
Race : Elfe (Solan)
Poste : Régent
Magie Contrôlée : Air

Feuille de personnage
Puissance:
910/1000  (910/1000)
MessageMer 26 Nov 2014 - 18:10


La brièveté des réponses de Logan ne semblait pas préoccuper Tyrol outre mesure. Il aimait ce qu'il faisait, malgré la difficulté, malgré la folie des grandeurs que ses rêveries semaient partout dans son esprit et son cœur tandis que son corps s'affaiblissait et peinait de plus en plus à s'accorder à ses volontés. Il n'y avait rien d'anormal à se passionner pour de mystérieux cailloux, après tout ; Sans magie, l'Île pouvait être réaménagée, urbanisée, servir de nouveaux buts, et non plus demeurer ruine honnie surplombant outrageusement une Cité pour qui le souvenir de sa chute était encore à vif. Il avait toujours eu beaucoup d'espoir et avait toujours cru au renouveau des choses, à la rédemption, au changement ; Cela était effectivement, comme le pensait Logan, dans sa nature. Peut-être n'en voyait-elle pas nécessairement l'intérêt, mais ce serait quelque chose qu'elle ne pourrait lui enlever.

"Avec cette carte", approuva-t-il à nouveau après elle, "ce seront des heures d'études urbanistiques qui m'attendront. Quelle joie !"

Cette phrase, dans toute autre bouche, aurait indubitablement respiré la fausseté et le sarcasme ; Mais ici, avec Tyrol, aucunement, et ses plans en pagaille et autres dessins en coupe le prouvaient. Sûrement sa nouvelle vocation était-elle en train de s'affirmer, elle qui était née de deux évènements pourtant si terriblement destructeurs, qu'il devait se sentir en besoin de réparer de tout ses efforts.

Logan acquiesça à l'idée de voir son ancien professeur se retrouver à nouveau proche de la Cité mais hors de son centre, semblant lire à nouveau en lui concernant son caractère et ses habitudes. Elle émit même l'idée de l'y suivre peut-être, dans le futur. Le fait qu'elle vienne poser son doigt non loin du sien sur la carte eut le don de bouleverser l'elfe blanc, sans que lui-même ne comprenne pourquoi dans un premier temps. Il leva vers la Cristalléenne des yeux surpris, dont les reflets verts brillaient d'une lueur sincèrement émue, quoiqu'interrogative.

"À… À côté de moi ? Je veux dire, pas si près que cela, mais… À côté de moi tout de même ?"

Le naturel avec lequel la jeune femme lui avait annoncé cela paraissait prendre au cœur le sensible Solan, qui ne sut quoi renchérir pendant quelques minutes. Tout bavardage venait d'être soufflé par quelques mots anodins, qui auraient dû sembler tout à fait normaux mais résonnaient différemment en cet instant chez Tyrol.

"Eh bien si la construction te plaît vraiment, tu auras fort à faire pour te bâtir un beau nid ! Et tout le port aérien qui sera édifié tout autour !"

_________________________________________________________

"Combattre une armée d'archers, c'est comme lancer une
pierre dans un nid de guêpes : je ne souhaite l'expérience à personne !"
(
Tyrol)

http://sforzanda.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: La Cité d'Elament :: Le Cœur de la Cité-

 Sujets similaires

-
» DOLLY chiot femelle croisé fox-yorkshire 5 mois SPA DOUAI 59
» CANICHE croisé Griffon de 6 mois champagne Roubaix (59)
» SISSI croisée caniche bichon 6 mois DOUAI (59) ADOPTEE
» MOIS DE GLACE
» bidouille york de 4 mois 1/ 2 (77)