Partagez | .
 

 Nouvelle Aube [ Privé - Ruby et Shin ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Shaloa
avatar
Nombre de messages : 424
Âge : 201
Race : Archange
Poste : Milicien
Magie Contrôlée : Aera

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageVen 11 Fév 2011 - 16:21

Presque un an, déjà, que la cité d'Elament fut perdue, assombrie par la conquête des démons et de fait, surnommée Elament la Sombre. Un nouveau nom tristement célèbre qui fait chavirer le coeur de tous les élémentalistes, qu'il leurs rappelle un amer sentiment de défaite ou au contraire déçoit certaines âmes perdues en quête d'un foyer qui n'existe plus. Les démons sont plus puissants que jamais en ces temps mauvais, c'est vrai, mais tous n'ont pas abandonné. Sur une île secrète, dans les grottes, sous une vieille relique en décomposition, la résistance bat toujours son plein, gardant espoir de reprendre cette cité qui est la leur tout en essayant de survivre, s'organisant au mieux de leur capacité.

Nous sommes au milieu du onzième mois du Second Âge des Ombres, c'est l'été et le soleil dehors ne se gêne pas de nous cuire la peau, comme il l'eut fait quelques temps au paravant, quand le sang coulait et quand une nouvelle page d'histoire s'écrivait. Aujourd'hui, les trois pères et mères de la résistance se rencontre, pour faire le point, pour prévoir, pour agir. La planque de Tyiös choisie comme lieux idéal pour l'ultime rencontre, son arche des retours favorisant les déplacements et sa salle de conseil pas trop occupée, on y entame les préparatifs de réception. Bien des réfugiés sont enthousiastes à l'idée de simplement saluer la matriarche, qu'ils n'ont pas eu l'occasion d'entrevoir depuis longtemps. D'autres sont tout simplement impatient que cette rencontre commencent, pour ensuite savoir le plan d'action.

Notre archange, lui, s'assure que la salle du conseil, qui occupa quelques autres fonctions en s'adaptant aux évènements, reprenne son allure originale. On répare quelques chaises, on installe une carte du monde, on y laisse son rapport des derniers mois qu'on a rédigé la veille.

Un mois après la perte, on désignait cette tour toute cassée, on creusait une trappe, on s'installait, on planifiait. La planque de Tyiös naissait, prête à accueillir réfugiés comme résistants cherchant de l'action. Depuis les dix derniers mois, elle a sut bien s'épanouir. Quelques dizaines d'élémentalistes y font besognes régulièrement, et plusieurs s'y sont installés de façon permanente. Elle est restée simple, ne ressemble toujours qu'à un petit camp de fortune, mais est devenue tout de même très utile. On y sauve souvent de nouveaux élémentalistes perdus, on accueille le temps d'une nuit les aventuriers suivant leurs quêtes près de la cité, on y soigne les blessés ... Et que dire de l'arche des retours, qui, depuis son installation, fait terriblement progresser les objectifs qui nécessitaient avant de longs périples ! La situation générale demeurait tout de même sans grand changements et une routine s'installait. Va savoir si c'était une bonne ou une mauvais chose.

Finalement, Shaloa se dirige vers le poste de garde, à l'entrée, parfait endroit pour attendre ses invités. Si l'un d'entre eux n'arrive pas par l'arche placée juste à côté, ce que fera sûrement la matriarche grâce à son anneau mais pas Shin, n'étant lui-même jamais venu, il descendra forcément par l'échelle, juste devant. L'ange attend donc patiemment, accoté sur le mur, hâtif de cette rencontre qui se révèlera probablement, il l'espère, productive.

_________________________________________________________

http://thebluekenny.blogspot.ca/
Revenir en haut Aller en bas
Shin
Vagabond
avatar
Nombre de messages : 757
Âge : 27
Race : Elfe noir
Magie Contrôlée : Don de l'eau

Feuille de personnage
Puissance:
910/1000  (910/1000)
MessageLun 25 Avr 2011 - 21:28

Nuit de printemps. Sous le rayonnement de la lune, la forêt semble bien paisible, ne songeant qu'à récupérer d'un hiver rugueux et des batailles qui y ont eu lieu. A cette heure-là, les tensions ne se faisait sentir que dans les camps des deux belligérants. En dépit du calme, on se tenait en alerte. Nul ignore que la félicité était le moment propice pour frapper. Alors il y eut des tours de gardes pour laisser s'endormir des guerriers fatigués par le poids de leurs responsabilités. Mais aucun d'eux n'oubliait de poser leurs armes près de leurs couches, prêt à être dégainées. A la lueur vespérale, personne ne se reposait sur leurs lauriers. Certaines nuits, on profitait pour se déplacer lentement, tel des pions sur un échiquier et se rapprocher de l'ennemi. Parfois on attendait des heures pour surgir sur les positions de l'ennemi et trancher leurs gorges dans leurs sursauts de répits. Mais pas cette nuit, du moins pas encore. Juste une tension habituelle pour tenir les soldats en éveil. La brise fraîche remplaçait la chaleur des nouvelles journées qui elle-même remplaçait le froid de la précédente saison. Une bien agréable récompense pour avoir su résisté vaillamment durant des mois dehors.

La tour de Tyios. Célèbre pour être un de ces vestiges du passé qui n'ont pas disparu après le passage du temps, de la forêt et des différentes hordes. Si la Cité millénaire a su se protéger de l'usure, c'était bien grâce à ses habitants. Mais cette tour, elle, peut se targuer d'exister encore, même en lambeaux, alors que personne n'y avait portait intérêt durant des siècles. Et aujourd'hui comme un véritable symbole pour la Résistance, elle portait dans ses entrailles l'un des fruits d'un nouvel espoir. Si pour le voyageur ou le démon, elle ne signifiait rien d'autres qu'un amas de pierres au milieu d'une forêt qui l'avait épargné, pour les élémentalistes, elle avait plus que de la valeur, elle méritait une certaine forme de respect. Comme une vieille dame qui s'offrait un nouveau souffle pour permettre à cette jeunesse de retrouver ses ailes. Comme si elle risquait une dernière fois sa vie avant de s'effondrer et de retourner à la poussière, pierre par pierre.

Cette nuit-là, elle était le lieu d'un événement sans précédent. Les trois cœurs de la Résistance venait à se réunir pour réfléchir à la prochaine manœuvre. Dépouillés de leur cité, repliés dans leurs derniers retranchements par une horde démoniaque sanguinaire, ceux que l'on appelait des élementalistes et qui avait trouvé refuge à Elament au fil des années, soit rejetés ou craints par leurs familles ou leurs civilisations, soit en quête d'apprentissage de ce mystérieux don qu'ils avaient en leur possession, ceux-là échappèrent de peu à l'anéantissement.

Durant des mois, ils s'attelèrent à récupérer des forces, réapprenant à se connaître soi-même et leurs semblables, construisant de nouvelles fondations par eux-mêmes et cherchant de nouvelles sources de pouvoirs. Sans attaquer foncièrement, comprenant qu'une telle décision transformerait leurs pertes en leurs morts. Puis ils commencèrent à résister et à reprendre petit à petit ce qui était de leurs droits, sans oublier de continuer à approfondir leurs forces et leurs connaissances à travers les territoires récupérés ou les endroits les plus éloignés. Et aujourd'hui était le tournant d'une nouvelle étape, le début de l'assaut. Du moins, c'est ce qu'on espérait dans les troupes.

Car d'obscures affaires pouvaient mener cette réunion à détruire plus qu'à faire avancer. Peu de gens le savaient, mais une césure venait de séparer les cœurs alors unis de la Matriarche et du Chef. Une triste histoire de prisonnière cachée, torturée et violée. Une succube représentant l'ultime outrage que pouvait faire un élementaliste envers lui-même et envers ses camarades. Venant de l'un des dirigeants de surcroit, de cet elfe noir aussi sombre de morale que de peau. S'oubliant dans les cuisses de l'ennemi, ignorant l'avenir qu'il pouvait compromettre, niant la vérité selon laquelle rien n'échappait à la Dame Blanche. Et elle le sut. On les savait tout deux l'opposé de l'autre, de part leurs physiques, leurs destinées et leurs consciences, mais unis par une histoire connue que d'eux seuls, par leurs rôles sur le damier politique, par une certaine considération l'un envers l'autre. Mais tout ceci avait perdu de son sens. Et dans leur relation ne résidait plus que la nécessité d'apparaître comme des alliés aux yeux des Résistants. Même si quelques semaines séparaient la funeste scène à cette réunion, il suffirait que leurs regards se croisent pour de violentes sentiments renversent l'organisation vers l'échec. Il s'agissait donc là d'un risque énorme que de mener cette discussion qui soit permettrait une avancée, soit enlèverait tout espoir. La vie de toute une civilisation dans les mains de trois êtres, qui devront choisir entre leurs sentiments et les entités qu'ils incarnaient. Un pari aux cœurs.

Un nuage passa devant la lune et l'éclipsa. Soudain la tour plongea dans l'obscurité en dépit des quelques étoiles qui parsemaient le ciel. Les créatures aux alentours, habituées à la nuit qui durait depuis plusieurs heures, pouvaient à peine apercevoir une étrange scène qui se déroula alors. La brise légére du vent se changea en une bourrasque qui emportait avec elle des débris de la forêt. Au milieu de ce soudain changement d'atmosphère, on pouvait arriver à distinguer, si on se concentrait suffisamment, deux capes noirs qui flottaient à toute allure. Vu leur vitesse, la rafale de poussières et la pénombre ambiante, ils restaient relativement discret au centre de cette humeur de l'air. La bourrasque traversa les ruines et continua son chemin. Au détours des pierres, deux ombres apparurent. Dans le silence après cette petite tempête, un murmure s'éleva d'une des deux silhouettes.


"Ô visiteur n'oublie pas, toi qui vient là, que ton chemin a été guidé par les éléments!"

Un roulement de pierres laissa entendre qu'une trappe venait de s'ouvrir à quelques pas d'eux. Orienté par le son, les deux ombres esquivèrent quelques fondations de l'ancienne tour, puis arrivèrent devant la tête du garde qui apparaissait au centre d'un trou, agrippé à une échelle.

"Déclinez-nous!" ordonna le guet.
"Je suis le murmure du Vent." prononça l'un des deux invités.
"Je suis le Dieu des Tempêtes." adressa le second.

Bien entendu par le gardien, il disparut sous terre pour laisser descendre les arrivants. Mais avant d'entreprendre cette démarche, l'un d'eux mit pied à terre, enleva délicatement son gant droit, et ramassa de la terre qu'il porta à son visage. Il huma cette terre qu'il n'avait pas touché depuis des mois, cet odeur nostalgique. Le souvenir des chasses, de rencontres et d'entraînements qui eurent lieu dans cet forêt, voire même dans cet tour, lui vinrent à l'esprit. Cela fit si longtemps que cet homme n'avait point touché de la véritable terre, non créé par un élementaliste, qu'il lui était nécessaire de prendre ce contre-temps. Il s'était habitué aux souterrains pour survivre, mais son esprit quant à lui avait perdu peu à peu de sa vivacité, éloigné de la surface, éloigné de ses origines.

Avec ses responsabilités, il avait renié ce besoin vital de lumières solaires et de vastes paysages. Entre de perpétuels murs, au milieu de citadins qui eux aussi perdaient le sens de leur ancienne vie, cet esprit luttait en silence contre son possesseur, qui ne pouvait faire autrement que de rester. Et lorsqu'il ne put en supporter d'avantage, il prit l'opportunité qu'offrit une prisonnière pour se défouler sans se soucier des conséquences. Si il avait plus écouté son corps, il n'aurait point libéré cette créature. Et après cela, il était venu comme urgent qu'à la moindre occasion, il devait sortir de ce trou à rat.

En sortant, il s'était extasié quelques instants devant la beauté de la lune et des étoiles. Après quelques pas, il s'était incliné sur le sol pour le ressentir. Avant même de commencer ce petit voyage, il avait posé ses mains sur un arbre puis l'avait embrasser. Ce n'était pas une folie, c'était l'action d'un homme qui avait trop souffert en silence de l'isolement. L'éclaireur qui l'accompagnait ne le comprenait que trop bien, et comprenait que malgré la stature de son voyageur, ce dernier avait besoin de quelques instants pour respirer de l'air véritable et s'émerveiller de la nature. Mais il durent partir pour ne pas arriver en retard à la réunion au sommet. Mais lorsqu'ils arrivèrent à leur destination, l'homme des souterrains ne put s'empêcher de retrouver ces sensations perdues depuis presque une année.

Tandis que l'invité de taille serrait cette terre si fort dans sa main, l'éclaireur prit l'initiative de commencer à descendre l'échelle.

"Monsieur, on vous attend!"

Il respira une dernière fois sa poignée avant de la laisser s'échapper dans le vent. Il se releva puis suivit son éclaireur. Il descendit les barreaux de l'échelle et posa pied à terre, puis se retourna. Il jeta un rapide coup d'oeil au poste de garde avant de poser ses yeux écarlates sur l'Ange qui l'attendait. Son habituelle sourire carnassier apparut dans l'ombre de sa capuche. Il ôta le tissu de sa tête pour laisser apparaître son sombre visage et ses longs cheveux argentés qui se prolongeait dans sa cape. C'était Shin le Chef, l'elfe noir de la Forteresse. Il ne connaissait pas énormément l'ange, n'étant pas son partenaire principale et n'avait point eut le temps de bavarder en dehors de quelques formalités et politesses d'usages. Néanmoins l'elfe noir avait une certaine sympathie pour cet Ange à l'allure d'un roturier comme lui, mais qui avait le cœur d'un roi, une volonté qui était à la proue de la Nouvelle Aube. Il inclina la tête et plia légèrement les genoux en signe de respect et attendit que son hôte prit la parole pour lui souhaiter la bienvenue.
Revenir en haut Aller en bas
Ruby
Prophétesse
avatar
Nombre de messages : 4776
Âge : 36
Race : Peuple de Cristal
Poste : Errante - Prophétesse
Magie Contrôlée : Arcanes de l'Eau

Feuille de personnage
Puissance:
990/1000  (990/1000)
MessageDim 1 Mai 2011 - 16:58

Les bagues de téléportations sont des objets rares, et puissant. L'existence même de l'Arche des retours est une aberration : Théurgie moitié démoniaque, moitié élémentaire, les bijoux de transport ont, eux, nécessité des heures de travail par un puissant mage. Leur utilisation est une souffrance, elle se rapproche de la prise en main de votre âme par une poigne glacée et tranchante, d'un écartèlement. On met toujours les utilisateurs de pareil objet au courant de l'horreur de leur utilisation. On raconte aussi que de pareils artefacts changent la nature même de votre essence, vous perverti, vous corrompt, fait de vous des êtres différents...

Mais on raconte tant de choses. Et au final, seuls les forts s'en sortent.

La sensation se fit intense, enivrante, et, comme dans un fleuve, le courant l'emporta, la transperça. Un battement de cœur déchiré plus tard, son propre poids l'écrasait sous l'Arche, dont les lumières colorées projetaient des mouchures de vitrail sur sa peau aussi blême que l'os. Un mince sourire de confidence transforma son visage. Au pied du monument, un garde armé d'une hallebarde l'attendait, l'air sévère, un pli austère au front. La Dame s'inclina doucement devant lui, et il fit de même : personne à part quelqu'un possédant un anneau ne pouvait venir ici.

« Matriarche, vous êtes attendue. » Au loin, Ruby vit la silhouette carrée de Shaloa se découper dans les ombres, au niveau de l'entrée de la Planque.

Elle se rappelait de sa première visite ici, de l'étrangeté de la construction que l'ange avait entamée. Il n'avait pas l'âme d'un bâtisseur, et construisait en fonction des besoins, d'une étrange façon organisée et anarchique, radicalement différente de l'ordre militaire que Shin avait imposé dans la Forteresse. Quant à l'Île, le village y était une forêt où une maison fleurissait en fonction de l'humeur des gens, dans le chaos le plus total.

La Cristalléenne se dirigea naturellement vers l'Ange et le salua, avec des étoiles de plaisir dans les yeux. Shin était déjà là, capuchon rabattu, et elle lui adressa du hochement sec du menton, rigide et froid comme un iceberg. L'Ange leur souhaita la bienvenue, avec les formules d'usages qu'on se plaisir ici et là à glisser pour donner du solennelle aux rencontres des Fondateurs de la Résistante. Mais, entre eux, dans l'intimité d'un Salon, ils n'étaient pas des figures de cérémonie, tout au plus des gens animés par une même volonté de construire – bien que de récents événements aient portés la Dame à croire qu'un certain Elfe visait dorénavant la destruction.

Et puis, ils le suivirent simplement, dans la Salle de Conseil qui n'étaient présentes que pour ses réunions exceptionnelles, leurs pas n'éveillant que peu d'échos dans les tunnels calmes des sous-terrains de Tyiös. Finalement installés, la Matriarche laissa au Chef des lieux le loisir d'introduire les éléments de leur rencontre.

_________________________________________________________

http://elament.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Shaloa
avatar
Nombre de messages : 424
Âge : 201
Race : Archange
Poste : Milicien
Magie Contrôlée : Aera

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageVen 22 Juil 2011 - 4:32

Shin fut le premier arrivé. Notre hôte le salua de la tête et attendit calmement que l'autre invitée arrive pour prendre la parole. Celle-ci finit inévitablement par apparaitre, littéralement, et Shaloa la salua elle aussi. Passé les salutations, l'ange invita les deux chefs à le suivre et se dirigea vers la salle du conseil. Une fois entrés et la porte fermée, les différents chefs prirent place parmi les chaises disponibles et se mirent à leurs aises. Une fois tout le monde installé, le père de la résistance brisa la glace et ouvrit la discussion.

-Je vous remercie de vous être tout deux présentés et, afin de ne pas trop éterniser cette rencontre, je vais m'en tenir à l'essentiel et vous épargnerai le rappel des évènements de l'année dernière. Non, aujourd'hui, nous ne sommes pas ici pour parler du passé, mais de l'avenir. Car il faut y penser. Tout d'abord, j'apprécierais un petit résumé de vos progressions respectives pour savoir où on en est. Ensuite, nous devrions partager nos plans quant à la prochaine année et aussi à plus long-terme, car si nous voulons arriver à quelque chose, il faut travailler ensemble. J'espère donc qu'à la fin de cette rencontre, nous arriverons à un consensus.

L'archange prit une légère pause, puis, après avoir consulté son rapport des derniers mois, reprit la parole.

-Pour ce qui est de ma planque, elle n'a cette dernière année que réussi à se construire, à survivre et à se peupler. C'est un très bon début. Je dois tout de même avouer que nous ne sommes pas encore assez pour élaborer un projet concret. Nous réussissons tout de même à recueillir efficacement les élémentalistes dans le besoin grâce à notre location assez pratique. Et quant à l'avenir ... Personnellement, j'espère que nous réussirons un jour à reprendre Elament et à lui redonner son prestige. Mais pour l'instant, je crois pas que nous en ayons les moyens. Avant ça, il faudra prendre des forces. De quoi pouvoir vivre à l'air libre sans craindre la mort. Je parle bien évidemment d'une armée collective.

Shaloa regarda ensuite Shin, lui léguant silencieusement la parole.

_________________________________________________________

http://thebluekenny.blogspot.ca/
Revenir en haut Aller en bas
Shin
Vagabond
avatar
Nombre de messages : 757
Âge : 27
Race : Elfe noir
Magie Contrôlée : Don de l'eau

Feuille de personnage
Puissance:
910/1000  (910/1000)
MessageLun 27 Fév 2012 - 19:54


« La véritable puissance est contenue dans les choix difficiles qu'il nous faut, à bien, mener »
Préface des Légendes d'un Elfe noir, Shinreï Suiton

Lorsqu'il fut temps de s'assoir, l'elfe noir passa ses jambes au-dessus de la table et les croisa légèrement. Quelque en soit les circonstances, il aimait jouer de son insolence, brisant les tabous. Cela n'avait pas changé en un an. Il gardait sa discipline interne mais ne pouvait rester droit dans les bottes des autres. Il décevait, et parfois surprenait. Alors que leurs relations devaient être tendus par le fil des événements antécédents, l'elfe noir faisait fi des tensions et passait outre là où sa place de déchu aurait du le mettre pour l'éternité. Dans la solitude la plus complète, à l'isolation. De la lumière à l'ombre, mis au silence par sa propre conscience abasourdis par ses propres péchés.

Mais il était tant de choses, ce grand monstre. Sans rentrer dans la schizophrénie, il pouvait passer par de nombreux traits de caractères, jouait de nombreux rôles, et dépasser la simple portée de ses actes. La violence lui était si banal que contrairement à d'autres, il n'était pas marqué par la monstruosité de certains de ses méfaits. Il avait tué, violé, torturé, mangé ses semblables. Mille fois et de milles façons. Transgressant les règles établies. L'être blanche qui se tenait à quelques pas de lui en cet instant, pouvait en témoigner. Trahie, salie, assassinée, parjurée, sa confiance envers lui avait eu sûrement maintes fois subir ces actes inconscients.

Et pourtant il se tenait, là. Il était un des chefs de la Résistance. Malgré sa vie quasi-démoniaque, il était l'une des têtes des élementalistes et on lui faisait confiance pour mener à bien la Résistance. Ironique, n'est-ce pas ? Pas tout-à-fait, car à côté de sa bestialité naturelle et de son goût prononcé pour la transgression sauvage, le drow cherchait toujours à s'améliorer, son caractère, et ses capacités, à sa propre manière. Par une vie marquée par sa persévérance, il s'était créé sa propre vie et pouvait désormais diriger d'autres personnes. Et par ses nouvelles qualités de meneur, il se tenait , là. Capable de faire abstraction de ces anciennes et récentes bévues.

Avant de se concentrer sur l'objet de cette réunion, il eut un certain audace, en adressant à la dernière arrivée, son sourire de traqueur, celui sur quoi tout passe, mais rien ne reste.

------C'est le propre de l'humain que d'oublier, pour avancer...ou pour fuir------

Il croisa ses doigts à hauteur du front. Il écouta les paroles de l'Ange. De ce qu'il avait entre-aperçu de lui et de ce qu'on lui avait raconté, il était homme de confiance dans la Résistance. D'un esprit pur et fort, prenant à cœur le travail qu'il menait ici. Néanmoins, faute de temps, l'elfe noir n'en savait pas d'avantage, ne dépeignant de lui aucune idée fixe. Serait-ce donc l'occasion de mieux se connaître ?

Après un bref résumé de ce pourquoi ils sont ici en ce jour (parler de l'avenir), l'ange commença légèrement à irriter les oreilles de l'elfe noir. Peut-être avaient-ils des conceptions différentes de ce pourquoi est né la Résistance, peut-être qu'un certain Ténébreux n'était pas passé à la tour de Tyiös, comme à la Forteresse, où il rappela à l'elfe noir, l'essence même du combat et de la vie, au-delà de la simple survie.

Car oui, il manquait quelque chose à cette Résistance. Quelque chose qui n'était pas dans la nature des élementalistes, trop habitué au confort des murs de la Cité, puis trop habitué à devoir survivre sans pouvoir prendre une quelconque forme de recul face à cette année de peurs et de bouleversements. Quelque chose d'essentiel, qui avait permis aux démons de battre nos chairs, cette fois-ci. Même l'elfe noir, pourtant ancien traqueur et chef actuelle de la Forteresse, l'avait oublié. Face à la routine, les multiples peurs de ces camarades, et les nombreuses tâches qu'incombent ces fonctions, ce sens profond qui pourtant l'avait habité toute sa vie, s'était tari en lui. Le sens de la dynamique, des forces, du temps, et de l'évolution. Le sens de la transgression, du pouvoir et de la puissance. Le sens de la création, de l'imagination, de l'invention et de l'originalité.
Et si ce sens n'était pas nécessaire à la survie des résistants, son oubli conduira à leurs dissipations. Luttant face aux démons, si ils n'étaient pas soudés par cette force naturel, ils seraient voués à errer sans véritable objectif, à viser un passé.


***
« Regardez-vous ! Écoutez-vous ! Fourmis, termites, sacrifiés pour retarder votre perte! Est-ce là les enfants des Dieux ? Vous vous battez pour protéger, non plus pour vaincre, terrés ici, préservant d’abord les vôtres, lançant de timides attaques ou cherchant des moyens détournés. Pensez-vous que protéger soit tout ? Vous pouvez sauvegarder votre Refuge, vos blessés, vos familles – mais en mourant pour eux, vous mourrez en vain. Vous ne pouvez vaincre définitivement qu’en sacrifiant tout en retour, et votre vie n’est pas suffisante. Vos Dieux eux-mêmes l’ont su, les pierres de votre cité s’en souviennent, mais vous – vous l’avez oublié.»

Réminiscence d'une sombre journée
***

Le Message du Ténébreux avait aujourd'hui un Porteur. Un porteur qui eut du mal à comprendre au début là où son action faisait défaut. Son corps réagit en premier. Luttant face aux murs des souterrains fortifiés, il eut l'opportunité de se défouler sur une succube. Ce qui avait failli le mener à sa perte. Mais lorsque dans ses mains, l'objet oni de ses propres pulsions vint à renaître, il comprit alors ce qu'il devait désormais être.

Lorsque ce fut à son tour de prendre la parole, l'elfe noir se dressa et fixa du regard le garant de cette Tour.


« Vous ne voyez pas assez loin, Shaloa. »

Il commença alors à faire le tour de la pièce.


« Quel est l'objectif de la Résistance ? Quel est l'objectif de l'Ile ? Des planques ? Je conçois que nous avons dû nous refaire suite à notre Perte, luttant face à un ennemi implacable. Mais qu'est-ce qui fait leurs forces ? Est-ce leurs nombres ? La variété de leurs pouvoirs ? Des personnages charismatiques à leurs têtes et une hiérarchie refondée ? Je ne pense pas. Leurs grandes forces, c'est leur soif, leur ambition. Quand ils conquirent Elament, est-ce qu'ils en sont arrêtés là ? Non, ils nous poursuivent, veulent notre entière disparition. Les murs de cette ville légendaire ne suffit pas à étancher leurs passions du sang. »

Il s’arrêta, droit sur ses jambes, derrière la Matriarche.

« Et même, qu'ils ne s’arrêteront pas là. Je pressens déjà qu'ils s'en vont désormais conquérir le monde. Et si ils étaient capables de dépasser les cieux qui nous protègent de cet espace inconnu, ils iraient se frotter aux étoiles, affrontant même des galaxies. Ce que je suggère, ce n'est pas de devenir comme eux, bien que je le puisse, personnellement. »

Il reprit le fil de sa marche.

« Ce que je suggère, c'est que nous dépassons l'horizon funèbre que nous semblons voir. Quelle est notre objectif : Récupérer la Cité et revenir à notre régime ? Les dieux qui nous ont fait maîtres des éléments en riraient, si ils savaient ce que nous faisons de notre dons. Survivre ? C'était une étape nécessaire durant cette première année. Nous avons dévoilé des capacités extraordinaires, enfouis en nous toutes ces années : la persévérance, la mobilité, le courage, la créativité et de la force. »

Il s’arrêta encore une fois, derrière l'ange cette fois-ci.

« Mais avec de petites ambitions, même si elles nous ont mené vers de grandes quêtes, à ce qu'il paraît, de belles forteresses, attention à mes chevilles, et des planques fortes. Mené à nous réapprendre et nous réorganiser, à nous faufiler, et à nous affranchir en quelques sortes de la fatalité....Et bien nous n'irons pas plus loin. De quoi pouvoir vivre à l'air libre sans craindre la mort ? Quel pessimisme, l'Ange ! Une armée collective ? VISE PLUS HAUT BON SANG! Nous avons des aventuriers qui nous ramènent des objets extraordinaires, une Ile qui regorgent de gens de valeurs et de précieux trésors, des Guerriers qui mettent leurs vies en jeu et démontrent des capacités hors du commun, des Spadassins qui se faufilent à travers les démons pour nous ramener informations, livres, et tentent maintenant de ramener quelques esclaves. Nous pouvons déjà créer de quoi renverser nos amis, les démons. ET IL NE FAUT PAS S’ARRÊTER LA ! Car nous sommes encore...»

Il fit une pirouette et passa au-dessus de l'ange. Un tour complet sur lui-même avant d’atterrir au milieu de la table. Une petite vague de vapeur jaillit autours de lui et il frappa quelques coups de pieds souples sur la table, comme un danseur de brasier.

« EN VIE ! Et tant que...nous sommes...encore en vie, nous devons.... explorer tout les champs possibles de nos dons, de nos corps, de notre esprit, et surtout de nos potentiels fusions. Au point, qu'il ne sera pas nécessaire pour un certain maître des ténèbres...


Il regarda le plafond, l'esprit dans le vague, à la recherche de ces fameuses paroles qui restèrent gravés en lui...


« ...de raser notre refuge jusqu’à la dernière pierre, de nous chasser nus jusqu’aux murs sanglants de la Sombre.»


Il plia les jambes et se recroquevilla, pour que son visage soit à la hauteur de celui de l'Ange.

« Nous sommes des élémentalistes, et nous sommes vivants. Peut-être veux-tu de l'air libre et des murs pour nous rassurer, mais si tu veux que ça, et ben nous sommes déjà morts, pulvérisés par les démons. Alors dis-moi, as-tu une véritable vision de l'avenir, dont tu souhaites que nous parlions ici, ou dois-je me tourner vers la Matriarche pour connaître la sienne ? Car la connaissant, sa vision dépasse peut-être la mienne. »

Sur ses mots, il se tourna vers la Matriarche, indiquant qu'il eut finit sa longue tirade, encore plié sur ses jambes.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» Une nouvelle voie...(Privé Plume de colombe)
» Une nouvelle amie de nouvelle aventure [Privé : Petit Emeraude :) ]
» Une nouvelle Aube est née dans la forêt ♥
» Une nouvelle guerrière ! (privé Nuage d'ébène et les autres)
» Aux compagnons de la nouvelle aube