Partagez | .
 

 La loi du plus ... malin [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar
MessageVen 7 Nov 2008 - 2:24

Sur les bords de la Lagune, un petit être s’approche de l’eau. L’air est charge d’une tension lourde et pesante, quelque chose menace la vie présente en ce lieu mais le prédateur reste tapis dans les coins sombres qui entourent le plan d’eau. Le petit être est une sorte de biche avec la taille d’une chèvre naine (chèvre domestique), ses pattes sont agiles et son corps est sans cesse en alerte et peut en quelques instants bander tous ses muscles au moment d’une improbable attaque ennemie.

L’étrange petit herbivore s’avançait par petit pas, tous plus assurer les uns que les autres. A chaque foulée il ne cessait de tourner ses yeux dans des directions diverses afin d’assurer un petit moment de calme pour se désaltérer. Le voici avec les pattes antérieures dans l’eau, il jette un dernier regarde circulaire et se décide a pencher l’avant du corps dans l’eau, il commence à boire les premières gorgées de l’eau tant désirée.

Une autre créature observait l’herbivore et n’attendais qu’un moment d’inattention pour surgir et fondre sur sa proie. C’est le moment, l’animal ferme les yeux en buvant, il ne le verra pas, la pitance du prédateur est assurée. Ce dernier lance vers sa proie une gueule ouverte acérer de crocs plus coupants les un que les autres.

La proie ouvre ses yeux, il est trop tard, la peur a déjà envahit son corps et comme le venin du serpent qui vous paralyse les muscles, l’animal reste immobile attendant sa mise à mort imminente… Mais rien, la « biche » ouvre ses yeux et cherche son prédateur, plus une trace. Ce dernier lui aurait laissé la vie sauve par pitié ? C’est peu probable. Il aurait sentit la présence d’un autre prédateur plus fort que lui ? C’est bien ce qui semble le plus logique.

Le sol trembla, il se craquela sous les sabots du rescapé, on dirait même que la terre se met à bouillir. L’animal se sent projeter vers l’arrière et finit par s’étaler sous un arbre mort. L’ancienne proie ne sent pas seule, juste a ces cotes elle entre aperçus la forme d’un autre animal qui semble lui aussi terrorisé par le spectacle contre nature qui s’offre à leurs yeux. Se remettant tant bien que mal, du choc contre le bois mort, la biche observe son compagnon d’infortune……C’est lui ! Son propre prédateur, si cruel, si sauvage, le voici réduit à l’état de proie.

A l’endroit où se tenait la biche, le sol continuait son balai grotesque et finit par laisser sortir deux cornes, suivit par un amas d’os. Mais il ne s’agissait pas de n’importe quel déchet morbide, mais l’ensemble ressemblait à un siège et même à un trône vu l’envergure qu’il exposait. Au centre de l’étrange assise, une créature mi-femme mi-serpent regardait droit devant elle, lorsque le trône finit sa sortie peu commune et se stabilisa sur un sol redevenu ferme et propre a la marche, la haute reine se leva et regarda le couple d’animaux resté là a l’observer.


[…]

(Hj : si un démon rejoint se topic il peut emprunter se type de passage à ma suite, mais à l’heure actuelle ce « tunnel » est à sens unique)
Revenir en haut Aller en bas
Tranlthanas Courseaube
Vagabond
avatar
Nombre de messages : 296
Âge : 505
Race : Elfe Sabrone à l'état sauvage
Poste : Emmerdeur (Peluche chauffante à l'occasion)
Magie Contrôlée : Feu

Feuille de personnage
Puissance:
930/1000  (930/1000)
MessageDim 9 Nov 2008 - 17:24

Ce prédateur apeuré, c'était Amandin, le renard de feu à neuf queues. Il fixa de ses immenses yeux noirs l'espèce de truc immensément incompréhensible qui avait émergé du sol. Lorsque tout se sembla calmé, et qu'une sorte d'hybride femelle se leva, le renard se carapata à toute vitesse, cherchant à rejoindre la seule chose qui lui assurerait une défense contre ce nouveau prédateur inconnu : Son maître. Ses nombreuses queues balayèrent frénétiquement le sol, ses griffes le foulaient en pagaille. Il finit sa course dans l'eau, à peine à deux mètres de la rive-même où il avait chassé la biche quelques minutes avant…
En vérité, à quelques mètres plus loin, sur le côté, là où se tenait un grand elfe métissé avec pour seul vêtement un pantalon noir. L'elfe en question avait remarqué le chahut, et, par prudence peut-être – par étonnement scotchant sûrement – n'avait pas bougé. La seule chose qui lui traversa l'esprit fut une intérieure plainte lyrique : "On peut plus prendre un bain peinard !".

C'était quoi ça ? En tout cas, ça avait interrompu le magnifique spectacle de son renard mettant à mort une proie… La confiante petite chose n'avait pas été intimidée par la présence d'un bipède à une dizaine de mètres d'elle, sans se douter que le bipède en question possédait une seconde bouche à nourrir. Bref, Amandin n'était plus prêt de bouffer maintenant.
Le plus surprenant en vérité, outre le fait qu'un énorme truc en os et en autres matières sympatiques avait littéralement poussé du sol, c'était ce qu'il y avait dessus. L'elfe, debout à demi penché sur l'eau, se séchait encore machinalement les cheveux en les secouant de sa main quand son regard enflammé tomba sur l'apparition. Oh non. Oh non. Il faut que ça tombe sur moi, les machins bizarres, complètement décalés et démentiels... Il resta indifférent sur ce point : C'était l'habitude, il devait aimanter les évènements surnaturels.
Son air curieux, délicieusement interrogatif, se changea en surprise complète, les yeux écarquillés : Il dissimula ainsi habilement et sans s'en rendre compte son dégoût, en fait, sa trouille ultime des… Serpents.

OH MY GOD.
Une vague de sueur froide lui parcourut le corps tout entier, il sentit ses membres se raidir. Keep Zen ! Enfin, essaye. Il hésita sur la marche à suivre : Partir en courant ou tout faire cramer ? Au moins avec la seconde option on se débarrassait du problème pour de bon, puisqu'à force de tout enflammer on finissait par avoir les bons dans le tas. Un dilemme profond que voilà…
Pour l'instant rester à distance raisonnable était pas mal. Il maudit cent fois Amandin d'avoir couru vers lui, parce que l'hybridesse l'avait suivi des yeux et donc… Etait tombée sur lui, l'elfe. Sauvageon repoussa le renard du pied en murmurant les habituels mots Sabrones qui signifiaient "file vite" : Amandin partit donc sans se faire prier, allant rejoindre son second maître afin de se mettre à l'abri, comme toujours lors des rencontres incertaines de Tranlthanas. Sauvageon, lui, resta sur place. D'accord il y avait des serpents, mais logiquement, un machin comme ça, coiffé de façon tellement branchée, ça devait pas sortir d'Elament. Et ce qu'il y avait en dehors d'Elament, c'était soit des marginaux comme lui et la Nécromancienne de la dernière fois, soit les démons.

Il espéra alors étrangement que ce soit la seconde option, rien que pour voir… Peut-être que son intérêt enfoui depuis longtemps prendrait le dessus sur sa trouille, qu'il dissimulait à présent avec brio sous une expression de bienvenue assez inattendue, accompagnée d'un signe de tête et d'un sourire d'un petit instant avant de détourner la tête afin de récupérer ses bracelets dans l'eau.
http://www.facebook.com/?ref=logo#!/profile.php?id=1000015493315
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMer 12 Nov 2008 - 5:40

Elle vit l’étrange prédateur qui prenait la fuite, elle ne prit pas la peine le suivre du regard. Mais elle sentit une seconde présence plus diffuse. Ce terrain marécageux était un endroit plein s de surprise, et confiante en elle, elle fit mine de rien et se concentra sur l’onde face à elle.

Elle mit la paume d’une de ses mains vers le sol et imita le mouvement de quelqu’un qui soulève une valise invisible. Une dizaine de bras en décomposition bien avancée sortirent du sol boueux et tendait les mains vers la nouvelle régente infernale, comme ci ils attendaient de recevoir quelque chose. Celenya ôta ses brassards d’or, sa ceinture ainsi qu’une sorte de couronne qui empêchait les serpents de venir sur son visage. Elle laissait tomber chaque bijou sur le sol sans regarder leurs chutes, mais les précieux objets ne touchaient jamais le sol car les mains servantes les récupéraient aussitôt et les conservaient bien en vue.

Ainsi dépouillée de tout ornement, la démone se trouvait nue avec comme seul cache pudique les serpents qui couvraient sa poitrine dévoilée. Elle ondula vers l’eau froide comme son propre sang et une fois qu’elle fut immergée au ¾, elle tourna la tête vers les fourrés tout proches. Ce mouvement circulaire de la tête fut accompagnée d’une métamorphose en forme humaine, elle était toujours nue mais beaucoup beaucoup moins repoussante. Elle fixa les environs comme sentir la présence de quelques individus trop curieux :


« Qui va la ? Montrez-vous !! » Dit elle d’une voix chevrotante, comme la voix d’une pucelle effarouchée.

[HRP : si j’ai bien compris, il y a 3 persos dans ton rp ? j’avoue que je m’y suis perdue donc j’ai fait dans le vague…au pire j’éditerais ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Tranlthanas Courseaube
Vagabond
avatar
Nombre de messages : 296
Âge : 505
Race : Elfe Sabrone à l'état sauvage
Poste : Emmerdeur (Peluche chauffante à l'occasion)
Magie Contrôlée : Feu

Feuille de personnage
Puissance:
930/1000  (930/1000)
MessageMer 12 Nov 2008 - 14:41

Quoi, elle l'avait pas vu ? L'elfe ne sut s'il fallait être vexé ou pas, et la question resta sans réponse. Il resta là où il était : S'il fallait discuter, ce serait de loin. De très loin. Sinon il cramait les serpents. Et la porteuse des serpents. Et toute la Lagune avec, et, et… ! Non, non, be cool, faut pas déconner. Cramer les serpents comme il faut serait déjà un bel exploit. Cela faisait longtemps qu'il n'en avait pas vu et s'en était pas plus mal porté… Depuis l'espèce de serpent géant et ses gentils petits dans le Désert des Illusions, il en avait eu sa claque des serpents ! Cette peur était presque logique : Sauvageon avait toujours adoré les félins, en particulier les panthères. Il s'en était senti si proche qu'il avait depuis dégoté un sort pour en imiter la forme grâce à son pouvoir ! Un tour pas mal, certes, mais dites-moi, quel est le pire ennemi des panthères ?… Le serpent ! Si Panthère est capable de tuer une proie deux fois plus grosse qu'elle, elle résistait difficilement à la strangulation vicieuse des reptiles… Chteu d'saloperies, va.
Ce qui rendait la peur illogique, c'était d'en avoir eu peur bien avant d'aimer vraiment les félins, et surtout bien avant de connaître son propre pouvoir qui lui permettrait plus tard d'en "être" un. Bref, depuis toujours, c'était la crise entre lui et ces trucs louches.

L'elfe tira ses bracelets de l'eau et entreprit de les remettre, un au poignet, l'autre à la cheville, bien calmement histoire de se concentrer sur un truc qui lui donnerait contenance. Pourtant il surveillait du coin de l'œil : Ca bougeait, ça bougeait… Eh ça se rapproche ! L'elfe eut un réflexe de protection et bondit sur le premier arbre à ras de l'eau qui se présentait à lui, tout juste à son côté. Il se hissa à la troisième branche, assis et tout raidi, à l'affût. Accès interdit aux serpents, voir les conditions dans les magasins participants seulement !
En cette saison, le peu de feuilles que ce genre d'arbres littéralement allongés sur l'eau avaient étaient déjà parties en vue de l'hiver. Sauvageon avait un sacré panorama sur l'eau, celle-ci même dans laquelle il aurait bien aimé terminer sa toilette peinard, et était lui aussi parfaitement en vue puisqu'aucun feuillage n'était plus là pour le cacher. Il regarda l'hybridesse s'immerger dans l'eau avec un dégoût certain très visible sur le visage, et là…

Pardon ? Attendez, doit y avoir erreur de script : Qu'est-ce que… c'est… que ça ? Bon, on voit immédiatement un unique point positif : On ne l'aurait pas à ce jeu-là, il l'avait déjà vue dans toute saaaaAHEM splendeur ! Trop tard ! Et le petit truc de la voix minaudante… Ah ! Tranlthanas essaya de l'imaginer sur la femme-serpent d'il y avait une minute ; Il retint presque un fou rire. Finalement, ça s'annonçait pas si dégoûtant que ça.

Se montrer ?


-Pour quoi faire ? lança-t-il de but en blanc en montant à la quatrième branche à laquelle il s'accrocha.

Il se déplaça à l'envers comme un petit oustiti, jusqu'au bout de la branche qui, plus longue que les autres, le rendait encore plus visible qu'il ne l'était déjà. Il pendait ainsi au-dessus de l'eau, seul dans son arbre. Il y resta un instant, essayant de regarder la femme à l'envers, une expression de curiosité sur le visage, afin de vérifier son ressenti : Dans ces jolis cheveux trop blonds il vit pousser des serpents.
Non, pas moyen, même comme ça j'y arrive pas !
Il se hissa sur la branche, à nouveau assis, de nouveau à l'endroit, réitérant sa frimousse de bienvenue qu'elle n'avait pas vue. Mais toujours de loin. Et en y regardant bien, il se demanda si finalement il la préférait pas à l'envers...
http://www.facebook.com/?ref=logo#!/profile.php?id=1000015493315
Revenir en haut Aller en bas
Tranlthanas Courseaube
Vagabond
avatar
Nombre de messages : 296
Âge : 505
Race : Elfe Sabrone à l'état sauvage
Poste : Emmerdeur (Peluche chauffante à l'occasion)
Magie Contrôlée : Feu

Feuille de personnage
Puissance:
930/1000  (930/1000)
MessageMer 11 Fév 2009 - 22:25

[~ Celenya : Topic sans réponse depuis 2 mois et sans nouvelles, out pour ma part, je clos ~]


EDIT Khisath : Ok, c'est noté ~. Wink
http://www.facebook.com/?ref=logo#!/profile.php?id=1000015493315
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ? Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]