Partagez | .
 

 Déchainement [PV Energa/Faust]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Iniloth
Nombre de messages : 96
Âge : 1528
Race : Aasimars
Poste : Percepteur
Magie Contrôlée : eau

Feuille de personnage
Puissance:
690/1000  (690/1000)
MessageDim 15 Fév 2009 - 13:28

précédemment

Le soleil réchauffait la face de la terre, il était peu après midi. L’eau gargouillait dans le lit de la rivière qui alimentait le lac, puis se déversait en une écumante cascade. Un renard courait derrière un lapin qui s’engouffra dans sont trou, laissant le chasseur à sa faim. Ce dernier sautilla soudainement comme surpris par quelque chose et s mit à bondir loin de la place. L’atmosphère se froidit gravement et d’un coup. Des particules de givres apparaissaient du néant, puis une vapeur blanche se mis à tournoyer au tour d’elle. Une silhouette revêtant une armure d’ombre se matérialisa et se mis instantanément à brailler, comme soumise à une séance de torture. Elle se tenait la tête. Iniloth avait le souffle coupé.

Il ouvrait des yeux ahuris et observa. Il avait réussit à fuir le domaine des enfers, mais ça lui a couté un effort incommensurable et La chose était folle de rage et luttait hardiment pour la possession du corps. Il ne pouvait pas se permettre de lâcher prise maintenant, pas après s’être sauvé du domaine, la chose ne pouvait plus aspirer les ténèbres environnantes, c’était lui le maître de la situation à présent. Mais le problème réside en la force que la chose a déjà absorbée. Il se débattait virilement.

Les deux pouvoirs luttèrent en lui longuement. Durant un moment, en parfait équilibre, entre leurs pointes perçantes, le corps se crispa, supplicié. Il s’affaiblissait, l’ombre reprenait le dessus. La peine était ultime. Des exhortations d’agonie résonnaient continuellement. Son cerveau se fendait, sa salive coulait du coin de la bouche, ses yeux s’enflammaient parfois d’un bleu incandescent, d’autres fois le vide s’y installait. La faux sur le bras gauche d’Iniloth était littéralement en feu. Son corps était d’autant plus mortifié qu’avant et son visage avait encore perdu de son humanité. Ses lèvres étaient ensanglantées tellement il hurlait. Le tourment était suprême.

Tout s’arrêta soudainement. Plus de cris, plus de débattements, rien. La silhouette se tenait immobile, les bras tendus le long du corps morbide plein de plaies qui saignaient toujours. Aucune réaction, aucun mouvement, pas même une respiration. Le regard vide s’était installé d’une façon permanente, on aurait dit un gouffre sans fin. Des veloutes de vapeurs noires tournaient tout au tour de lui. La terre sous ses pieds se desséchait, comme pourrie ou morte et l’infecte phénomène se propageait tout autour, l’herbe et les fleurs de même. Comme si leur vitalité était aspirée par quelque sorcellerie.

Le Huor Nemharma, Seigneur de la mort était à l’action.

_________________________________________________________


Le glas de la mort est le froid
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageVen 20 Fév 2009 - 17:03

[suite de Arrow Jouer et tuer, c'est pareil]
Quelle joie peut on avoir lorsque l'on découvre, l'objectif que l'on s'est fixé, d'autant plus si cet objectif est par exemple un trésor templier, on se précipite à sa rencontre, et puis l'on s'arrête de peur que celui-ci disparaîsse, ce qui pourrait être vrai, après tout l'indice de la sainte vierge ouvrant le bras semblait trop facile alors ce trésor pourrait disparaître, alors on y touche et on sent le contact, et là il est difficile d'expliquer cette joie de l'accomplissement que l'on ressent, nul doute qu'Energa aurait fait de même en arrivant devant cette cité magnifique qui depuis plusieurs jours le taquinait et se gaussait de ses mésaventures prévoyant qu'il n'arriverait jamais au but, le déviant à plusieurs reprises de la route qui l'aurait mené directement à l'intérieur de la cité. Mais Energa devait calmer ses angoisses, il avait déjà affronter des démons, mais elle! Ce n'était pas un combat mais une guerre psychologique qui aurait fini par le rendre littéralement aussi fou qu'elle. Il avait dû en hâter la fin et fuir aussi vite que possible.

Ne s'arrêtant qu'en début d'après-midi devant ce refuge, il avait soif de tuer, et il avait faim, il pria donc pour l'âme de ce qu'il dévorerait, attrapa un lapin et lui cassa la nuque. Puis il commença à le manger, cru,et en donnant des morceaux à son compagnon de voyages observa le spectacle de cette grande cité se dressant au milieu de tout, des plaines à la forêt, des montagnes à la mer, beaucoup de choses pouvaient se voir ici, mais rien ne s'apercevait mieux que cette porte géante où les signes des quatres éléments étaient gravés.

À nouveau son instinct se réveilla, et une créature ni vivante ni morte se mit à hurler alors que l'air refroidissait, il souffrait, ses traits inhumains étaient encore plus torduspar la douleur, il luttait, mais contre quoi? Et une deuxième force se prit au jeu, froide, implacable, mortelle et efficace, la lutte dura longtemps, Energa vit et sentit la défaite de la victime face à ce monstre, il y avait un moyen d'agir et si le froid lui était d'une quelconque indication sur la stratégie à suivre, il comprit que le dragon qui l'avait adopté lui serait utile.

En souhaitant que la créature dispose de points vitaux, il lui décocha un coup de pied sauté à la tête.Puis quand tous deux atterrirent sauta en arrière pour ne plus être à la portée de ses armes et entra les signes de sceaux de l'épée et de la puissance pour attirer son attention. Si il avait bien frappé, la vision de son adversaire sera altéré de façon à ce que celui-ci voit l'image rémanante, donnant une impression d'aura s'écoulant de lui, c'est ce moment que choisit le dragon alors derrière lui pour cracher du feu au dessus de sa tête.


'Bien joué on ne pouvait pas faire mieux, petit dragon!'

Pour en ajouter, il laissa le vent souffler et les nuages couvrir le soleil. Son adversaire se relevait, et il se mit en garde, de profil, le poids sur la jambe arrière un bras ptotégeant son épaule et son visage, l'autre détendu, devant lui,le coude protégeant les côtes.
"Mon nom est Energa, et je te laisse dix secondes pour sortir du corps de cette personne, si tu refuses... Je te ferais sortir de là par moi même."
Son plan était fixé, restait à connaître ce que l'autre pouvait faire.
Revenir en haut Aller en bas
Iniloth
Nombre de messages : 96
Âge : 1528
Race : Aasimars
Poste : Percepteur
Magie Contrôlée : eau

Feuille de personnage
Puissance:
690/1000  (690/1000)
MessageDim 22 Fév 2009 - 12:38

L’air devenait infecte, la terre et sa flore pourrissaient à vue d’œil, le Huor s’assurait d’avoir assez de ressources en cas où l’Aasimar revenait encore une fois, une autre lutte serait très hasardeuse, vu qu’il ait acquit pendant ces deux cents ans de séparation une sagacité et force d’esprit très développée. Concentré sur son être et à étendre sa putréfaction dans les environs, il ne pu le percevoir. Pour lui il était insignifiant. Cela ne le retint pas de lui porter un coup qui le fit trébucher.

Face contre le sol, il sourit, une proie s’offrait à lui, au moment où il en avait le plus besoin. Le nouveau venu usait de techniques de combats qui reposaient sur le contrôle de l’esprit, la rapidité et une technique de combat rapproché assez traditionnelle. Le Huor en a déjà vu meilleurs dans des temps lointains, des temps où son règne de terreur s’étendait sur toute la terre. Ces sens furent brouillaient, mais à quoi bon il en aurait besoin, il sentait, l’entendait, le goutait même. Le nouveau guerrier eu même l’audace de se révéler à lui et ne s’arrêta pas là ; mais alla jusqu’à commander le seigneur du supplice. Il lui ordonnait de quitter le corps d’Iniloth. A l’entendre on aurait dit un vulgaire exorciste dont l’âme pure et délicieuse n’attend qu’a être happée. Cela ne sera qu’un jeu d’enfant pour le revenant des ténèbres.


‘’Hhhhhhhhhssss’’ un râle se fit entendre

La terre paru frissonner, les arbres se courber, l’eau cessa de couler de la cascade, sous l’effet d’horreur que produit La chose par excès de sentiments meurtriers. Le nouveau venu se tenait prêt dans une pose de combat propre aux sabreurs des rois de l’est, longtemps au part avant décimés par lui le Huor. Y aurait-il quelque chose de spécial à propos de cet être. Il n’était pas humain pour sûr, aucune description des races que La chose connaissait, ne s’appliquait à lui. Tant pis il le saura quand il aura saisit son essence.

Le plus ancien des mages noirs, s’approchait lentement, glissant à peine quelques pouces au dessus du sol. Voyant voir de quoi tu es capable jeune être. L’aura ténébreuse s’enflamma autour de lui, son adversaire devrait l’éviter s’il ne veut mutiler son âme et brûler sa chair.

‘’Tu auras l’honneur de périr, consumé par les ténèbres du Huor Nemharma’’ se répercuta une voix sinistre dans les environs, une voix à glacer la moelle qui sembla sortir d’en dessous de la terre.

_________________________________________________________


Le glas de la mort est le froid
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageLun 23 Fév 2009 - 16:41

Quand un corps est attaqué par un virus, ce dernier se sert de son hôte pour qu'il devienne au moins un millier de répliques de l'envahisseur. Finalement, le corps devient l'esclave non consentant de la créature sans vie. Dans le cas de la possession, le problème est le même, à quelques exceptions près, par exemple, le corps n'a pas besoin d'être transformé pour l'utilisation, et il est difficile de mettre un fragment d'esprit inactif pour que le corps s'en souvienne et puisse lutter contre, étant donné que la seule défense du contaminé reste sa volonté de lutter.

Pour le moment le dit corps regardait avec mepris celui qui avait osé le défier, il faut dire que quand toute vie autour de soi à tendance à disparaître par notre simple acte de présence, et que l'on pouvait flotter à quelques pouces au dessus du sol sans même y penser on était plus enclin à la folie des grandeurs.

Encore une fois Energa sentit la volonté de l'ennemi tenter de s'emparer de son être, par experience avec Sappho, il abaissa lui même ses défenses, mais ne permit pas à la chose de revenir, le lien vampirique réapparaissait de nouveau mais consciemment ce coup-ci et Energa ne perdait pas la tête.

Il était évident que celui-ci le sous-estimait, pas de défense lorsqu'on l'examinait, une posture de défense basique mais efficace, de petite taille, un courage que ne souligne malheureusement pas son intelligence, aucune arme, Energa semblait la proie parfaite.


"Voyons voir de quoi tu es capable jeune être!"

Avec ces mots, l'energie qui se trouvait autour de lui troubla l'air alentour et celui ci s'enflamma, curieuses flammes noires montrant la noirceur de l'âme du propriétaire. Pour réaliser ce tour il devait poséder beaucoup d'energie, ce qui était impossible, inacceptable, le combat entre l'un et l'autre devait avoir épuisé presque tout, il l'avait senti, la victime tenait deux secondes de plus, et c'était suffisant pour le faire taire. Il ferma les yeux, durant ces deux secondes, d'obscurité, il analysa et décortiqua de quoi était composé la force qu'il avait capté et qu'il aspirait toujours. Il fut surpris par le nombre de différences de teintes, dans l'un il entendait le grondement des cascades, dans l'autre le chant des oiseaux, il sentait l'herbe verdoyante en dedans.

Il rouvrit les yeux, ainsi la créature se nourissait de la vie aux alentours. Il devait éviter que ce vide n'attire la ville d'Elament, car son ennemi ne serait plus contrôlable. Il devait l'éloigner, donc le manipuler! Mais quels étaient les clés de l'utilisation de son ennemi.


Citation :
‘’Tu auras l’honneur de périr, consumé par les ténèbres du Huor Nemharma’’ se répercuta une voix sinistre dans les environs, une voix à glacer la moelle qui sembla sortir d’en dessous de la terre."

Ainsi l'adversaire d'Energa était le Huor Nemharma, le démon qui avait défait l'armée de Qin il y a de cela plusieurs générations. Quand Energa avait entendu cette histoire dans un salon de thé, il pensait à des légendes, ces humains se seraient entretués comme ils avaient l'habitude de le faire. Son adversaire avait dû interpréter cette position de combat comme celle d'un des anciens guerriers d'elite, dans peu de temps, il serait surpris.

Il possédait maintenant la clé de son déplacement, et connaissait le danger de ses flammes, quelques feu follets avaient touché le vêtement d'Energa, et s'étaient évaporés aussitôt. Les flammes s'attaquaient donc au vivant et si il était hors de portée des mains d'Energa, il apprendrait rapidement sa pointure.

Son poing partit donc mais au moment où il frôlait les flammes, Energa leva la jambe arrière faisant suivre celle de devant et entra son premier coup avec la pointe de sa bottine et se servant de ses mains, se mit à tourner sur lui même pendant quatre tours, chaque demi tour entraînant un coup de pied circulaire au même point du bas ventre de l'asimaar possédé, puis tendant les bras, il se souleva du sol, se retourna atterit les deux pieds sur le visage de la créature et executa un salto arrièreavant que celle-ci ne tombe.


"Quoi, c'est tout, j'avais vu que t'étais faible quand tu as déclenché ces flammes, alors je me suis dit que j'allais éviter de me servir de mes mains, pour rendre le jeu interessant, mais tu vaux vraiment rien!"

Avec ces mots, il le tenait et si ce dernier se focalisait sur lui, il pourrait en restant sur la défensive et en l'insultant de temps à autre avec quelques coups, l'éloigner de la cité.
Revenir en haut Aller en bas
Iniloth
Nombre de messages : 96
Âge : 1528
Race : Aasimars
Poste : Percepteur
Magie Contrôlée : eau

Feuille de personnage
Puissance:
690/1000  (690/1000)
MessageSam 28 Fév 2009 - 1:16

Loin de toute attente, le jeune sabreur vînt accourant à la rencontre du Huor, celui-ci fut tellement surpris qu’il prit prit une multides de coups, le dernier en pleine figure, mais à quoi bon. Le jeune être se battait contre l’imbattable. Il voulait vaincre l’invaincu. En attaquant le corps, il blessait Iniloth mais pas lui. Lui il fallait s’y prendre sur un autre plan, uniquement en s’attaquant au spectre et uniquement par la puissance spirituelle et mentale pouvait ont lui faire face. C’est ainsi qu’il fut jadis emprisonné.

Certes la chose était ancienne, et munie d’un pouvoir immense, mais elle n’était qu’une imitation pâle du pouvoir du Huor emprisonné il y a longtemps de cela. Cela ne le dissuada pas de corrompre l’âme d’Olorin frère ainé d’Iniloth et de s’échapper de sa demeure censée être éternelle. À présent, le seigneur de la mort était de retour, mais loin de là, à Garad Vishiu ancienne Vakoar Elda cité d’Iniloth. Il avait tellement corrompu l’âme d’Olorin lors de la période qu’il était le maître de la Garadrhim qu’il pu fusionner son être avec l’âme de l’Aasimar le rendant encore plus terrible. La chose ici présente qui se disait être le seigneur de la mort, n’était qu’une extension du pouvoir du maître, cela dit, Olorin/Huor devait fournir un grand effort pour lutter contre la volonté d’Iniloth et combattre le jeune être à la fois. Le contrôle de l’armure lui avait échappé et cela fait des centaines d’années qu’il ne l’avait plus.

Le Huor était à présent à bout de patience, il cligna des yeux vides, la terre en dessous de lui parut émettre une lamentation de souffrance. Le dit Energa continuait à faire pleuvoir des insultes, cherchant peut être à l’énerver, ou attirer son attention loin de quelque autre chose. Le seigneur du supplice, le fixa dans les yeux, le jeune brave le soutint, ce fut une grave erreur. Ils plongeraient maintenant dans un monde où le Huor était un dieu. Il vit loin au fond de lui, ses pires craintes ses pires souvenirs, il le ferait noyer dans un rêve d’agonie éternelle où un instant passera en une éternité de souffrances et de tourments sans précédent. Sa famille, son maître, ses erreurs passées. Il passerait plus tard à une scène beaucoup plus divertissante. Il se délecterait son âme, morceau par morceau tandis qu’il goute aux mille et une agonies de l’ombre ancienne.

Le Huor était absorbé par son attaque réussie, sa crise de démence ne lui permit pas de se rendre compte du maitre légitime du corps qui remuait à l’intérieur, Iniloth reprenait des forces, le pouvoir agonisant de Huor était concentré ailleurs, c’était à lui à présent de faire le reste. Mais la lutte précédente l’avait tellement affaiblit qu’il ne trouvait pas assez de puissance pour se remettre, il lui fallait son élément. Il qu’il s’approche d’une source d’eau.

_________________________________________________________


Le glas de la mort est le froid
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMar 3 Mar 2009 - 18:28

[vu la longueur de mon message, j'ai pensé inutile de lancer une intro]
Le plan d'Energa avait lamentablement échoué, au lieu de s'enerver et de perdre ses moyens,l'ennemi s'était simplement contenter de le regarder dans les yeux. Croyant à un autre duel, notre héros avait rassemblé toute sa volonté pour faire face au mur démoniaque qu'il était en droit d'attendre. À sa surprise, il ne vit rien dans les yeux de la créature sans vie aussi bascula-t-il de tout son être à l'intérieur des ténèbres.

Il chutait et tourbillonnait, n'eût été le vent dans ses cheveux et ses vêtements, il n'aurait jamais pu deviner où se trouvait le haut du bas. Cela faisait maintenant un moment qu'Energa chutait dans ces ténèbres impénétrables mais au combien oppressante. Il arriverait bien un moment où il atterrirait et cela lui sera sans nul doute fatale. Son ennemi avait dû le transporter dans un endroit élevé afin qu'il ne s'écrase.

Tout aussi brusquement qu'elle avait commencé celle-ci s'arrêta. Energa se releva sans aucun problème, ce qui le surprit. Il n'était pas très intelligent mais il savait que grosse chute plus atterrisage brusque était égale à océan de douleurs si ce n'était pas la mort. Tout autour de lui il n y avait que les ténèbres sauf sur sa droite où brillait une pâle lueur permettant à certaines ombres de se dresser. Au fur et à mesure qu'il avançait, Energa pût voir que ces ombres formaient un labyrinthe granitique pour liliputiens. Alors pourquoi ces écarts réguliers? Et les formes des pierres lui rappelaient quelque chose, il l'avait au bout de la langue.


'Ces pierres me rappellent quelque chose, voyons réfléchis, ce n'est pas tout les jours qu'on croise des cailloux rectangulaire avec une voute au dessus.'

Il en était là de ces réflexions quand un râle d'agonie se fit entendre. Il se précipita à la rencontre de l'être qui avait poussé ces sons guturaux. Ce qu'il vit le fit pâlir, souleva son estomac enclin à rendre le lapin en état de prédigestion, et fit flancher ses genoux. Ce ne fut que par un effort surhumain de sa volonté qu'il se dirigea vers cette vision tellement horrible que le narrateur demanda le prochain paragraphe pour le décrire, paragraphe qu'il cacha pour les plus jeunes.

Spoiler:
 

"Je t'avais bien dit que je rirais! Arh.. arh... aarrhh."

Il n'avait connu qu'une personne assez folle pour rire face à la mort. Et maintenant qu'il la regardait avec plus d'attention, il pût se rendre compte qu'elle et la victime ne faisaient qu'une. La torture avait été poussée à un tel point, que c'en était devenu de l'art, mais qui pouvait être assez fou pour surpasser dans sa cruauté la perversité même, qui avait pu oser s'amuser de la sorte, en un mot qui avait pu détruire aussi efficacement Sappho la petite faucheuse?

Il se détacha du spectacle avec une énorme effort de volonté mais ne pût toucher au corps de peur de le briser d'avantage. Cela était une étrange impression, comme marcher dans un rêve qui se transformait peu à peu en cauchemard. Il était tellement absorbé par ses questionnements, qu'il ne se rendit pas compte qu'il escaladait une colline herbeuse avec des creux disseminés au petit bonheur.

L'artiste, car pousser la souffrance à son paroxysme et la maintenir à son acmé même une fois l'oeuvre accomplie devait s'y connaître dans le corps et sa composition, ainsi que le rôle des différents organes. Il devai donc s'agir
d'un ancien guerrisseur. En tout cas, si Energa n'avait pas la reponse sous les yeux, il en avait du moins une partie.

Pendant qu'il songeait, il avait atteint le sommet du monticule, et devant lui se dressait une pierre de petite envergure avec un trou de six pieds de profondeurs à sa base. Mais le plus saisissant restait la silhouette qui semblait boire toute lumière, la rendant en ombre autour d'elle, assise nonchalamment sur la pierre, et reposant à côté, une faux.

La silhouette contre toute attente se leva et éclata de rire, il y avait du ténor mais déformé par l'energie sombre qui circulait autour d'elle. Il pouvait donc conclure que l'individu en question était un mâle.


"Ah Energa! Tu arrives à temps je viens juste de finir!"

"Hein.. quoi.. Qu'est ce que..."

"Je te reconnais bien là, incapable de réfléchir ne serait-ce qu'un peu tant qu'il ne s'agit pas d'un combat, mauvaise habitude! Je paries que tu te demandes où nous sommes?"

Il s'interrogeait bien sûr sur ce lieu, mais le plus important était de mettre hors d'état de nuire le psychopathe qui avait fait ça à Sappho pour éviter qu'il ne le reproduise ailleurs. Et l'autre l'avait insulté, donc si il voulait le décontenancer, il devit ne pas répondre à ses attentes.

"Non, je me demandais si c'était vous qui aviez fait souffrir Sappho de la sorte. Vous savez, la petite fille en bas."

Le faucheur rit de nouveau, de ce rire qui donnait envie de fuir au loin

"Souffrir? Tu appelles ça souffrir! Mais mon pauvre ami, à ce niveau ce n'est plus de la souffrance, je l'ai brisée, je l'ai consumée, je lui ai fait subir un millier d'agonies, mais souffrir... Que tu es drôle!"

Energa tremblait de rage, de cette rage qui l'avait poussé à pliusieurs reprises à tomber dans les pièges les plus diverses. Il se lança donc contre la créature, frappant à l'intérieur de l'ombre, sans jamais rien toucher de solide, où de resistance, rien que de l'air, coup de poings, coups de pieds, coups de genoux, oups de coude, coups de tibias, coups de tête, et tout ça de plus en plus vite, si vite qu'il perçut à nouveau ce mur d'air qu'il avait ressenti durant son entraînement à la livraison supersonique, assez vite pour faire disparaître les ombres, chose qu'il souhaita instantanément ne pas avoir fait.

Ce n'était pas le manque de précision qui l'empêchait d'atteindre son but, mais les esquives perpetuelles de l'ennemi, pour le moment simple tâche de couleur rouge sur un fond noir. Et durant tout ce temps, le rire ne cessait pas. L'ennemi prenait cela comme un jeu, éventant chacun de ses coups, des plus directs aux plus avancés.

Energa s'arrêta aussi violemment qu'il avait commencé, il savait reconnaître un combat qu'il ne gagnerait pas. Et de la même façon son adversaire fit de même. Energa souhaita aussitôt de ne s'être jamais arrêté. Du respect gagné grâce aux prouesses du psychopathe, ne restait plus que de la stupeur teinté d'horreur.

Il était devant une créature couverte d'une cape de voyage refermée de couleurs grises. Au niveau de ses épaules, des bras fins couleur de neige retombait gracilement jusqu'aux cuisses cachées par le vêtement dissimulant une silhouette qu'Energa ne connaissait que trop bien, à côté des mains fines et douces qu'une cicatrice traversait des paumes à la base des doigts se trouvait une taille graciuse, qui donnait de la base des côtes à l'extrémité du bassin une apparence qui n'était pas sans rapport avec un sablier, au dessus d'un cou long et délicat de la même complexion que les bras, se trouvait un visage doux et arrondi aux joues avec un menton de faible volonté. Celui-ci était orné d'une bouche délicate avec des lèvres n,ayant point perdue la pourpre vesprée si chère à Ronsard, cachant un trésor de perles, un petit nez coquin qui permettait la séparation entre deux grands yeux soulignés par des cils délicatement courbés qui encadraient des prunelles couleurs émeraudes. Ces yeux étaient surmontés de sourcils fins et de longueur brèves qui se prêtaient aisément à toutes descriptions de la même couleur que la mâne ardente qui retombait sur ses tempes et coulait en un torrent de lave jusqu'un peu après son séant.

Energa connaissait cette personne pour l'avoir vue au bord des ruisseaux calmes ou dans ces salles en passant devant cet ensemble de silicium et de pierre que l'on appelait mirroir. Actuellement, les intentions d'Energa n,était nullement de se mirer même si il pouvait le faire à loisir, si il n y avait pas certains éléments discordants comme le sourire cruel qui ne faisait que souligner les intentions de ces prunelles qui avait grossie de façon à ce que la pupille ne soit plus qu'une pierre dans un océan de prairie, ou encore la façon dont il tenait la faux qui était sortie de sa léthargie, Energa n'aurait su dire avec précision lequel des deux antagonistes il était.


"Alors, satisfait? Tu sais maintenant qui je suis, c'est une des deu faveurs que je te dois, quand à l'autre, tu le sauras bien assez tôt."

Il ne pouvait guère bouger dans son état, chose compréhensible quand on a en face de soi un double qui a versé dans le côté obscur de la force et qui venait de commettre un acte aussi barbare.

"Maintenant je vais me débarasser de toi!"

À chaque pqs que l'un faisait, l'autre tremblait, il était lui, mais il n'était pas lui, pourtant, il savait qu'il n'aurait jamais pu pousser le sadisme à ce point, l'aurait-il pu, non, c'était contre ses valeurs, il détestait tuer, alors pourquoi continuait-il? Il n'avait pas le choix, c'était ça ou mourir. Et puis il avait vaincu l'autre une fois, alors qu'est ce qui l'empêchait de le refaire.

Il se lança dessus avec toute sa haine, mais l'autre lui décocha un coup de pied qui l'envoya rouler plus loin. Il n y a pas de honte à rouler, cela permet de transformer les conséquences d'une chute en un avantage. Il se servit donc de la chute pour se repropulser sur l'autre qui le repoussa du revers de la main. Ce qui ne l'empêcha pas de revenir l'attaquer sur un autre front fainter, sauter, faire passer le combat du sol en mid air puis le rendant carrément aérien. Il combattait la créature et celle-ci semblait avoir plus de mal à réagir au fur et à mesure, si il s'était arrêté pour prêter attention au paysage, il se serait rendu compte que celui-ci s'effaçait au fur et à mesure tout comme la forme de son alter ego qui prenait de plus en plus de tailles, des griffes et des crocs poussaint, et son visage se déformait prenant dee plus en plus l'aspect d'un cadavre.

Quand il atterrit à nouveau, Energa se rendit compte qu'il n y avait plus de paysage, juste du blanc partout, et une colonne de noirceur s'élevait de son adversaire. Celui-ci semblait plus mort que vif, et le combat l'avait sérieusement entamé, on pouvait dire la même chose d'Energa. D'autant plus que chose inhabituelle, son cerveau tournait à plein régime.


'Ces pierres, c'était un cimetière! Et l'autre, c'était pas moi, mais c'était trop réel pour être une illusion, d'autant plus que maintenant qu'il est fatigué, tout est blanc. Et cette force, la même que celle de tout à l'heure mais c'était il y a plusieurs heures, alors pourquoi ne pas m'avoir achevé quand je tombais, d'ailleurs, pourquoi n'ai je pas eu mal? C'est arrivé après que j'ai soutenu son regard. Se peut-il que je n'ai pas bougé? Donc nous serions'

Ses yeux s'écarquillérent, c'était tellement évident, et pourtant si incroyable, si il n'avait rencontré ce guerrier qui l'avait vaincu sans le toucher, il ne l'aurait jamais cru, et pourtant c'était ça, sinon, pourquoi avait-il eu affaire à cette créature et pas au corps.

C'est le moment que choisit le démon pour attaquer avec sa faux. Energa posa sa paume sur la pointe et celle ci se cassa.


"Je sais où nous sommes Huor! Ceci est le monde des esprits! Tu comptais te repaître de mon âme après m'avoir fait souffrir, n'est ce pas? Mais tu as commis deux erreurs! La première est que mon ops n'est pas sans défense, je me suis entraîné pour être efficace même inconscient! Ensuite, tu n'es pas le seul à connaître quelques tours ici. Voici mon dernier avertissement, pars ou je te fais disparaître!"


Dernière édition par Kaze Energa le Sam 7 Mar 2009 - 23:08, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageSam 7 Mar 2009 - 19:59

Faust s'était lâchement tiré des Enfers, échappant à Inoÿ et Swa qui l'avaient condamné à mort... Il n'en aurait eu aucun remord, ne se serait pas sentit aussi lâche s'il n'avait laisser derrière lui Iniloth en bien mauvaise posture. Mais il avait bien trop peur pour revenir en arrière... Et puis, il ne serait probablement pas d'une grande aide avec ses plaies ouvertes dans son cou qui ne cessaient de saigner... Heureusement pour lui, aucune de ses artère n'avait cédé... Il survirait donc, même si les blessures semblaient impressionnantes...
La direction qu'il pris, sans même y réfléchir vraiment, fut celle de la cité d'Elament. En volant, il y fut en peu de temps... Elament n'était pas un endroit sûr pour un démon comme lui, mais pour le moment, c'était quand même plus sûr que les Enfers...
Quand il fut à proximiter de l'entrée de la citée, l se posa et repris son souffle... Il serrait les dents, mais pas sous le coup de la douleur... Il s'en voulait vraiment d'avoir laiser Iniloth seul aux Enfers avec deux démons sur le dos... Et aussi... La dernière fois qu'il avait réussi à jeter un regard sur son ami... Il n'avait pas semblé au mieux. Quelque chose avait semblé prendre possession de lui...
Soudain, il entendit un cri, enfn ça ressemblait à un cri... Et Faust se dit que ça ne pouvait être qu'Iniloth... Il tendit l'oreille, mais il n'y eu plus rien pendant un moment...


*C'est dans ta tête mon pauvre vieux...*

Puis ça recommença... Plus fort, plus violent... Celui qui faisait ça souffrait vachement...

*Non... C'est pas dans ta tête.... Ou alors t'es vraiment taré...*

Faust se releva, passa une main griffue dans son cou et elle lui revint toute ensanglantée... Il pouvait voir le sang couler sur son torse quand il baissait la tête... Mais peu importait pour le moment. Il fallait qu'il soit sûr que ce n'était pas Iniloth... Il grimpa dans un arbre et décolla, se laissant guider par ces cris d'agonie qu'il n'aimait pas du tout...
Il ne lui fallu que quelque minute avant d'atterrir pour assisster à un spectacle des plus horrible... Même pour un natif des enfers, c'était difficile à supporter... D'autant que Faust avait reconnu Iniloth, malgré que son apparence avait encore bien empiré...
Trop absorber par la vision de son ami entrain de lutter contre un ennemi invisible, Faust n'avait d'abord pas remarquer l'autre créature qui était là... Un humanoïde. Mais quand Faust le vit, il s'approcha brusquement de lui et l'attrappa par les vêtements, le soulevant du sol. Un humanoïde au cheveux rouge qui avait l'air aussi effaré que lui-même...


C'est quoi?! Qu'est-ce qu'il a?!

Faust paniquait.
Revenir en haut Aller en bas
Iniloth
Nombre de messages : 96
Âge : 1528
Race : Aasimars
Poste : Percepteur
Magie Contrôlée : eau

Feuille de personnage
Puissance:
690/1000  (690/1000)
MessageDim 8 Mar 2009 - 16:58

Energa se retrouvait prit dans les ténébres. Le Huor allait se régaler à présent…

Son emprise de terreur se glissa jusqu’aux fins fonds de l’esprit de son adversaire, le scrutant questionnant, cherchant ses pires craintes, sa plus grande peur, l’illusion avec laquelle il va s’abreuver son âme. Il était un guerrier d’honneur avec tous ses principes et lois, de la matière sur quoi travailler. Comment réagirait-il face à sa pire frayeur. Qui y a-t-il de meilleur pour effrayer un droit guerrier que de lui montrer ce qui arriverait s’il tourne mal, s’il se fait corrompre, le Huor ne le savait que trop bien. Le cœur battrait à tout rompre, les membres trembleraient d’horreur, le corps se figerait d’effroi. La personne en question perdrait tous ces moyens, se briserait elle-même. Elle se fatiguerait en essayant de corriger le tort qu’elle pense avoir commis et si la résistance mentale n’y ait plus, il serait au Huor de se saisir de l’essence.

Le seigneur de l’effroi était pleinement concentré sur son illusion, son chef d’œuvre. Energa toujours debout face à lui, se noyait lentement mais inévitablement. Il s’exténuait, toute son énergie inutilement déployé dans un combat qu’il ne peut vaincre, un combat qu’il avait perdu depuis qu’il s’est fait happer par les ténébres du maître de la mort. Celui-ci, après avoir concrétisé les pires craintes de sa victime, l’observait s’auto détruire, un rictus déformant son visage desséché.

Il ne restait qu’à lui donner le coup de grâce. Le jeune guerrier était à la limite de la folie, pleinement déstabilisé, il venait de perdre espoir et désespérer face aux ténébres est la fin des espérances. Tout s’arrête. Dans le plan matériel, les flammes sombres du Huor ronflèrent s’élevant encore plus haut ; déformant le paysage encore plus, consumant la vie encore plus. Les lianes d’ombres se glissaient lentement sur la roche en direction du jeune sabreur inconscient, égaré dans ses frayeurs, quand tout s’arrêta. Les ombres se levèrent, replacées par des écoulements d’eau qui s’évaporèrent aussitôt. Le corps possédé ne se tenait plus droit, mais un bras était tendu en avant, Iniloth refaisait surface, le Huor s’était fatigué par la succession de combats face à Senector, Inöy, Energa et Iniloth lui-même, son pouvoir de contrôle s’en trouvait touché, de plus qu’il concentré son pouvoir sur la torture du jeune guerrier, Iniloth trouvait plus d’espaces pour reprendre ses forces mais un autre évènement lui permis de reprendre le dessus, étant conscient mais emprisonné, il pu sentir l’approche d’un troisième individu, un individu qu’il connaissait très bien et pour qui il avait développé une certaine affection, une aide qu’il n’espérait point. Sa peur lui permit de plus ou moins neutraliser l’attaque du Huor et ainsi épargner Energa de la même occasion. Ce dernier perçu la perturbation et résista à l’attaque atténuée par le vieil Aasimar qui lui permit de dissiper quelque peu les illusions que lui dessinait le seigneur de l’effroi pour lui permettre de voir qu’il n’avait en aucun cas bougé mais que tout cela ne se passait que dans sa tête.

Une haute forme ailée approcha à une vitesse ahurissante et vînt se saisir du jeune guerrier. Cela brisa le contact visuel du jeune être et le Huor annulant la séance de supplice de laquelle Energa commençait à se réveiller, un exploit que nul n’est arrivé à réaliser avant lui, la plupart perdait la raison bien plus tôt. Faust et Energa se trouvait à présent à une centaine de pieds loin du corps possédé. La scène d’agonie revînt de nouveau. Iniloth tremblait de tout ses membres, le Huor condensait encore et encore ses ombres qui tournoyaient tout autour d’eux, embrouillant le cerveau de l’Aasimar, des pieux d glaces fusaient du sol sur une zone circulaire, les vapeurs d’eau se mêlaient aux fumées noires, la terre se fissurait, des myriades d’oiseaux fuyaient les environs immédiat, puis un hurlement strident retentit, un cris à liquéfier le cerveau, une onde de choc se propagea, destructrice, recouvrant tout de givre d’une couleur bizarre, un givre violet comme emmêlé de ténébres. Un rayon lumineux partait du corps possédé pour soutenir un ciel surplombé de nuages noirâtres.


‘’CE CORPS EST À MOIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII’’ retentit un grondement plus fort que le tonnerre

_________________________________________________________


Le glas de la mort est le froid


Dernière édition par Iniloth le Lun 9 Mar 2009 - 1:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageDim 8 Mar 2009 - 20:10

Mais ce n'était pas le moment de paniquer... Ce qui le ramena à un peu plus de raison fut l'état dans lequel était le jeune homme qu'il tenait entre ses griffes... Il n'avait pas seulement peur, il était atterré par la peur et pas seulement par la peur de ce corps décharné et possédé qu'était devenu Iniloth, mais par quelque chose de plus profond. Le pouvoir de contrôle du chiropteran lui permis de percevoir l'illusion qui se déroulait dans la tête de l'humanoïde... Il se tourna alors vers Iniloth, ou quoi que ce soit qu'il était devenu. Et comme si Faust avait provoquer quelque chose, la créature semblait perturbée, frustrée, elle se tordait à nouveaux... Tout devint sombre, la terre se fissura, tout givra, y compris son propre corps et le corps de l'humanoïde. Il faisait froid... Et ce n'était pas le plus ipressionnant. La créature décharnée cria, hurla que ce corps était à elle et un grand rayon qui montait jusqu'aux cieux... Faust ne comprenait rien...

*Sauf que tout ça, c'est pas bon.*

Et qu'il n'allait pas attendre là de voir si l'univers allait sauter ou non... Ni les réponse du sabreurs qui ne viendraient de toute façon pas tout de suite vu son état. Faust déploya ses ailes, faisant craquer le givre qui s'y était formé et, profitant de tout les courant d'air que provoquaient Iniloth, décolla pour aller poser l'humanoïde plus loin, à l'abri derrière un rocher, pas trop loin... Enfin à l'abri... Tout est relatif... Quand on a une scène pareille devant les yeux, on s'attend plus à l'apocalypse qu'à ce qu'un rocher fut un abri suffisant... Lui aussi se planqua derrière le roc... Le temps de réfléchir. Iniloth devait souffrir à mort... Mais Faust n'avait aucune idée de ce qui causait cela et encore moins de ce qu'il devait faire... Il reporta son attention sur l'humanoïde, sonné à cîoté de lui... Il le secoua un peu, nerveux, alors que des bout de bois et des pierres étaient projetés contre leur humble protection...

Allez reprend toi!

Il n'vaiat jamais vraiment utiliser son pouvoir de contrôle pour faire du bien à quelqu'un, mais ça vallait peut-être le coup d'essayer...

*Pourvu que ça le tue pas...**

Se concentrant très fort, il entra dans la tête de ce type qu'il ne connaissait pas, mais qui pouvait peut-être l'éclairer sur ce qu'il se passait, et expulsa l'illusion (heureusement déjà bien affaiblie) de son cerveau...

Allez parle!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageDim 8 Mar 2009 - 21:14

Le démon était parti, pas seulement disparu pour essayer de l'attaquer par derrière, mais parti sans laisser de trace, pourtant, il sentait quelque chose à côté de lui, quelque chose qui voulait l'aider. Décidant de se fier à son instinct, il accepta l'aide de la créature capable de voyager entre deux plans. Et bientôt il fût sorti de l'illusion déstinée à le détruire.

Il inspira un grand coup comme après être remonté à la surface d'un lac et examina son environnement. Apparemment la Terre avait décidé que ce serait aujourd'hui l'apocalypse. Les nuages noires semblaient illuminés par en dessous, la terre se craquait et il faisait très sombre. Ce qui ne lui permettait pas de voir la forme exacte de son sauveur. Cependant, il pouvait voir sa silhouette. Il possédait un bec, deux longues ailes et était beaucoup plus grand que lui.

Energa soupira, il fallait évidemment que les dieux l'envoient contre une créature qui pouvait provoquer une fin du monde à cause d'un problème d'identité. Néanmoins, à chaque épreuve quasi impossible que lui imposaient les dieux, il avait toujopurs une clé quelconque qui lui permettait de s'en sortir plus ou moins. Il était face à un être possédé et savait ce qu'il devait faire pour l'exorciser.

À cette époque, il avait été accepté dans le village des nuages et son petit secret ne l'était plus. Il fut surpris de voir que des humains pouvaient accepter des créatures magiques, cependant, eux aussi avaient leurs secrets. L'archipel où il s'était rendu avait un système où l'ethique et la politique se mêlaient en un noeud inextricable et qui coutait la vie à plus d'une personne voulant en sortir. La chose s'expliquait ainsi, il y avait un chef suprême, celui-ci commandait à un ensemble de seigneur qui eux même constituaient une hiérarchie . À cette hiérarchie s'ajoutait des guerriers determinés à tous les sacrifices pour leur seigneur, en d'autre mots, si celui-ci demandait la tête de la femme et des enfants d'un de ses guerriers pour en éprouver la loyauté, il l'aurait avant d'avoir fini sa phrase. Si un de ces guerriers était répudie, il devait s'ouvrir le ventre et son meilleur ami devait apporter sa tête. Il est utile de préciser que cet archipel était gouverné par l'honneur.

Pourtant, cette règle ne plaisait pas à tous le monde, certains préferaient faire passer les leurs devant l'honneur, ce qui chose paradoxale était tout à fait honorable aux yeux de tous. Bien sûr, ces guerriers devaient se cacher, certains devaient même quitter leur village natal avec femmes et enfants pour en assurrer la sécurité, des habitations dissimulées dans les zones les moins accessibles se réunissaient peu à peu pour donner des villages cachés. Non pas que le problème de la famille passe devant, mais des rumeurs circulaient sur ces guerriers qui protégeaient la veuve et l'orphelin et appelés les chevaliers des champs. On les accusait de sorcellerie, de vols, de meurtres, de débauches et même d'être associés à des onis, créatures magiques qui jouaient des tours aux humains.

Le village des nuages, était un de ces villages cachés, et Energa serait passé devant sans s'en rendre compte si il n'avait pas décidé de sauter de branches en branches et entrer inintentionnellement par une fenêtre d'un abri suspendu. À cause de son apparence, il jouait plus souvent un role de femme ou d'enfant lors des différentes missions. Une d'entre elles avait été de s'introduire chez un seigneur très pieux pour récupérer des informations. Energa était devenu à cette époque un de leurs meilleurs membres, qu'il s'agisse de se déguiser, de soigner, de survivre, d'empoisonner ou de disparaître et sa capacité de combat ainsi que sa polyvalence avec les armes le qualifiaitent tout naturellement pour ce périple en solo. Il fut donc entraîné à devenir une nouvelle prêtresse et avec ses bases acquit en un an l'expérience des différents exorcismes, de la purification de l'esprit et un certain don divinatoire qui n'apparaîssait qu'être une des branches de l'instinct, tout en se rapprochant suffisamment du seigneur visé, malheureusement, quand son village lui apprit que ce seigneur s'emparaît des plus belles jeunes filles, les défloraient et les abattaient ensuite, il eût pour obligation de détruire le triste sire.

Bientôt, le maître du fief se lassa de ses conquêtes, et son esprit se tourna vers cette jeune prêtresse taciturne aux cheveux d'ébènes et à la voix mélodieuse. Elle n'était pas très développée de son point de vue, mais sa petite taille allait de paire avec ses formes, et plus d'un homme avait confessé que la forêt de ses yeux verts et son petit rire charmant l'aurait déjà rendue grosse n'eût-elle était sous la protection des ancètres. De plus, sa timidité était vraiment amusante à voir, dans tous le domaine, jamais personne n'avait réussi à la voir nue et pourtant beaucoup de pervers et de personnes abusant du sake s'y étaient risqués. Et chaque fois celle-ci les surprenait et faisait semblant de les gronder en ne perdant jamais son sourire. Bien sûr, le seigneur faisait de son mieux pour oublier la créature, mais plus il s'y forçait, plus elle revenait des plus entêtantes.

Un jour, il se résolut à l'inévitable et monta les marches menant au temple. La prêtresse en balayait sa devanture en chantonnant une comptine les yeux dans le vague et le même sourire habituel. Il la sortit de sa rêverie en lui annonçant que sa chambre était hantée et qu'elle devait venir lorsque les derniers rayons du soleil auraient atteint le mont fuji pour voir le phénomène. Pendant que celle-ci se préparait, lui mettait des hommes autour de la chambre et préparait cette dernière pour le plaisir divin qui l'attendait.

La prêtresse entra le sourire aux lèvres, il y eût des cris des bruits de bousculades et plus rien. Les guerriers s'étonnaient de la brièveté de leur maître mais vinrent pour disposer du corps. En entrant, ils furent frappés de stupeur, les meubles étaient éparpillés, certains était brisés. Mais le plus surprenant restait le corps sans vie du maître ne possédant aucune trace de blessure et la prêtresse n'était nulle part.

Pour se défaire de son déguisement, il fallut trois mois à Energa le temps que sa coloration parte aidée par quelques décoctions et mixtures. Il fut témoin de comment les légendes locales le prétendirent envoyée des dieux pour punir ceux qui ne pouvaient être atteints par la justice des Hommes.

Un souvenir en entraîant un autre, il se rappela des images traumatiques laissées par cette rencontre. Il était venu tout naturellement à la demande du seigneur et comptait versé un poison incolore et non détectable au goût mais dont l'effet ne se faisait sentir qu'en 8 heures et qui provoquait une mort instantanné. Le seigneur lui avait semblé étrange, et cette piece ne semblait pas hantée, en un éclair il fut projeté contre un meuble l'étourdissant un peu, mais il avait eu le temps de voir que la cruche était déjà bien entamée et que le seigneur titubait. Il pensait que son déguisement était éventé, et cette robe l'empêchait de se mouvoir correctement. D'ailleurs si ses guerriers d'élites étaient à côté, c'était sûrement pour s'en saisir. Et voilà que l'autre lui faisait de la poésie, c'était destabilisant. Et maintenant, il lui faisait une déclaration d'amour entrecoupée de sanglot, et son visage était si près que les relents d'alcools l'étourdissait. Enfin il essaya de le déshabiller en l'insultant sans y réussir. Il lui parla de confiance et d'honneur et se dévêtit à son tour. Energa avait fini par comprendre, il n'avait pas vu à travers son déguisement, il s'en était même entiché et si on ajoute qu'Energa n'avait jamais eu de cours sur les choses de la vie, sa première leçon était choquante. Il avait devant lui un homme nu et plein de désir. Ce fût à ce moment que le cerveau d'Energa choisit de s'éteindre et Energa poussa un cri si aigu, que ceux qui pouvaient douté du sexe de leur prêtresse n'eûrent plus aucun doute. Après ça, Energa se retrouva à pleurer au bord d'une rivière à six lieues de la forteresse. Ses affaires empaquetées dans un baluchon. Ce qu'il s'était passé entre temps mystère.

Energa trembla de dégoût à ce souvenir et c'est ce moment que choisit le chiroptéran pour lui demander de parler.

Se souvenant de sa dernière aventure, il réorganisa ses pensées, apparemment, le combat avait pris un tournant dramatique d'après ce qu'il voyait. Et ses réserves d'energie étaient à un seuil critique. Il réfléchit donc à toutes les possibilités possibles et envisageables pour vaincre la créature. Il n'y avait qu'un défaut, la présence du démon. Celui-ci ne le laisserait pas approcher les zones qu'il avait besoin d'atteindre. Il devait donc le retenir ailleurs et il avait son idée.


"Nous sommes face à un cas de possession. Ton ami est en train de lutter contre un démon qui a dévasté plusieurs royaumes. Car tu as l'air de le connaître n'est ce pas? Quand j'ai vu ça, j'ai accouru pour le sauver, mais il semble que j'ai sous-estimé ses capacités psychiques. Cependant il y a peut-être une solution. Quand la colonne de lumière disparaîtra, j'aimerais que tu retiennes le démon en lui aussi longtemps que tu pourras dans une illusion, vu ton état, je dirais que tu pourras tenir suffisamment longtemps pour que l'on puisse le sauver. Ah oui, si la colonne ne disparaît pas..."

Il dégraffa sa cape, la posa au sol et sortit le petit dragon noir de sa cachette. Il ne devait rien avoir pour le ralentir.

"J'aimerais que tu t'occupes de lui, il ne mange pas beaucoup et il peut se rendre très utile. Je ne sais pas pourquoi, mais mon instinct me dit de te faire confiance. Considère cela comme ma dernière volonté."

"Grumpf!"

"Adieu j'ai été heureux de faire équipe avec toi!"

Après avoir dit ces mots, il partit. En s'aidant du rocher leur servant d'abri, il se propulsa sur un des projectiles et rebondit dessus, il accélérait de plus en plus, s'approchant du cratére créé par le duel interne. Arrivé dessus, il sautait de dénivellement du terrain en dénivellement de terrain. Si il tombait à la verticale, il seait ralenti, il tournait donc autour de la colonne à toute allure et de plus en plus vite. Bientôt il se heurta à un mur d'air.

'Non pas encore! Je ne pourrais pas tourner indéfiniment, je dois briser le mur sinon, je ne pourrais pas pénétrer à l'intérieur, je dois briser le mur, je dois briser le mur!'

Energa s'enroula, posa les jambes sur une paroi verticale, les plia et les détendit, le mur était toujours présent, et soudain plus rien. Aux alentours, cela se traduisit par un bang qui se fit entendre dans toute la région et brisa les stalagmites de glace.

L'energie de la colonne bougeait au ralenti, ne montrait plus un pillier uniforme mais des vagues successives. Energa s'étant déjà propulsé à toute allure vers le monstre s'engouffra dans le creux qui s'était formé et allongea le bras.

Il était dans l'oeil du cyclone, la victime et le monstre tenaient le corps la tête en arrière le yeux révulsés et les bras en croix, le corps à quelques mètres au dessus du sol. L'armure brillait intensément témoignant de sa nature magique. Et si il y avait une chose qu'Energa ne pouvait prendre en compte, c'était la magie. Une autre armure se serait brisé sous la vitesse d'attaque d'Energa mais celle là pourrait très bien ne pas bouger. Il espérait au moins déplacer suffisamment d'air à l'intérieur avec le choc pour que celui-ci frappe l'abdomen comme pour un coup de poing normal et interrompe le ravitaillement en énergie tout en dispersant celle présente. Sinon, la violence de l'énergie le déchiquetterait dans les airs.


'Ça passe ou ça casse!'

Il ferma le poing au moment de l'impact.
[Héhé, big cliffhanger, mais je vous laisse choisir la suite]
Revenir en haut Aller en bas
Iniloth
Nombre de messages : 96
Âge : 1528
Race : Aasimars
Poste : Percepteur
Magie Contrôlée : eau

Feuille de personnage
Puissance:
690/1000  (690/1000)
MessageLun 9 Mar 2009 - 15:17

Spoiler:
 

_________________________________________________________


Le glas de la mort est le froid
Revenir en haut Aller en bas
Iniloth
Nombre de messages : 96
Âge : 1528
Race : Aasimars
Poste : Percepteur
Magie Contrôlée : eau

Feuille de personnage
Puissance:
690/1000  (690/1000)
MessageSam 14 Mar 2009 - 0:32

Le froid devenait mordant, l’être perdait peu à peu ces moyens, ses ombres étant prit au dépourvu par la violente reprise de conscience du maître légitime du corps. Plus le temps pour s’occuper de quoique se soit d’autre que ce vieillard délabré qui s’acharnait à lutter contre la plus terrible des volontés, bravant les plus cuisantes agonies. Le Huor ne s’y attendait pas. Son emprise faiblissait, à l’inverse de celle d’Iniloth qui s’intensifiait continuellement. Il ne restait plus qu’un seul tour à tenter, au péril de déchiqueter le corps si l’Aasimar résistait.

L’illusion venait de se rompre. La terre s’éventra. Le ciel s’obscurcit. Une plainte soudaine retentit. Un cri terrible, prolongé, de douleur et de désespoir. Un cratère se creusait à mesure qu’un champ de force horrifiant se déployait autour de l’être torturé. Le rayon de lumière partait en pilier, se perdre dans le ciel encombré de nuages sinistres. Au tour de lui, tout flétrissait, l’herbe séchait. Des veines noires enlaçaient les troncs des arbres jusqu’à les muer en cendres ; même la roche en dessous, peinait à le supporter. Les ténébres reprenaient puissance. Le pouvoir de succion de Huor était terrifiant. La plaine se transformait à vue d’œil zen un désert de roc et à mesure que la couleur du rayonnement tournait noire, la soif du seigneur de l’effroi ne se faisait que plus grande. Les deux plus anciens adversaires luttaient toujours. Le corps supplicié, avait les bras en croix sur le torse, la tête retombée vers l’arrière, le visage émacié faisait face au ciel. Ils ne percevaient rien de leur environnement, absorbés qu’ils étaient par ce duel titanesque où la moindre erreur signifierait la fin. Du moins c’était le cas pour Iniloth car ce corps lui revenait. Le Huor attendrait toujours son opportunité, sommeillant dans l’artefact, mais à quoi bon attendre plusieurs autres décennies

Un sourd grondement résonna, aussi assourdissant que le roulement du tonnerre. Le flux d’énergie se perturba, le pylône se déforma, oscillant dangereusement puis diminua d’intensité. Le corps se plia un moment, une quantité incommensurable d’énergie, qui n’avait rien à voir avec les deux adversaires, vînt s’appliquer sur l’abdomen du corps. Ce n’était pas possible, rien ne pouvait pénétrer le champ de force. Il se ferait déchirer. Cependant le regard vide du Huor se prit dans celui vert émeraude, plein de détermination du jeune sabreur qui avait quelques instants en arrière échappé à son emprise fatale. Sa chevelure flamboyante virevoltant dans son sillage sous l’effet des courants d’air en ce lieu, une jambe pliée en dessous de lui, l’autre tendue en arrière, son poing était appliqué sur le bas de l’armure, sa chair brûlait mais il n’y prêtait pas attention.

Le seigneur de la mort sourit. Encore une fois, le jeune homme s’offrait à lui, cela lui donnerait assez de force pour dominer Iniloth éternellement. Il fut surpris cependant, de voir qu’il ne pouvait, en rien, influencer l’esprit d’Energa. Il était tellement renfermé, tellement en contrôle de lui-même, qu’il para la tentative d’intrusion sans y fournir d’efforts. Le Huor fut déstabilisé. Comment se pouvait il qu’on lui résiste dans son monde. Pendant ce temps, un regard flamboyant le fixait intensément de l’autre bout de la clairière ravagée.

Le résultat de l’attaque fut instantanée. Le flux d’énergie rompit. Le Huor avait perdu ses ressources d’énergie. Le regard vide s’embrasa de flammes bleues foncées, des veines apparurent palpitante sur la nuque et les trempes du corps. Une onde de choc jaillit, faisant encore flancher le sol et élargissant encore plus le cratère.


‘’CE CORPS EST MIEN’’

Iniloth prit feu. Des flammes bleuâtres ronflaient tout autour de lui. Il avait les poings serrés à ces cotés, les jambes entrouvertes. L’armure enfla, elle se décollait de lui parcelle par parcelle, comme si elle faisait partie de sa chair. Du sang giclait à mesure que les lianes d’ombres se rompaient. Les flammes s’embrassèrent encore s’élevant plus haut et une lumière aveuglante rayonna.

La confusion était à son comble.


Spoiler:
 

_________________________________________________________


Le glas de la mort est le froid
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageSam 14 Mar 2009 - 17:43

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMer 18 Mar 2009 - 20:21

L'attaque avait commencé. Et Faust espérait que ça allait marcher, qu'il n'allaient ni tuer Iniloth, ni se tuer eux-mêmes. Il n'avait aucune idée de ce qu'il se passait, de ce qui provoquait cela. Iniloth était peut-être devenu fou après tout...
Bref, totalement ignorant, Faust ne pouvait s'accrocher qu'aux instructions données par l'humanoïde inconnu qu'il venait de ramener à la conscience. Il devait être extrêmement fort pour réattaquer aussi vite après être tombé dans les pommes.
Le chiropteran créa donc une illusion, comptant sur le stress qu'il ressentait pour faire marcher son instable pouvoir de contrôle. L'humanoïde était déjà partit quand il lança enfin son illusion. Elle n'avait aucun sens. Créer quelque chose, une histoire, quelque chose de cohérent, aurait été fatiguant pour lui, et pas tellement pour l'Aasimar ou quoi que ce soit qui la recevait maintenant. Il envoyait juste des images, un mélange de bribes de souvenirs et d'images inventées de toutes pièce. Tout cela en espérant que l'adversaire essayerait d'y joindre un sens, se fatiguant par la même occasion.
Quand le grand cri "ce corps est mien" retenitit à nouveaux, la chair de poule grimpa le long du dos du chiropteran, qui maintint l'illusion. Il avait d'ailleurs tellement peur qu'il risquait de ne pas l'arrêter avant que quelqu'un ne lui dise de le faire.
Il se passa ensuite quelque chose: Iniloth commença à perdre sa peau, à saigner. Et, contre toute attente alors, Faust cessa l'illusion.


INILOTH!

Crevant de peur, mais agissant par instinct, Faust se jeta en avant, et commença à courir vers Iniloth, ses griffes grattant le sol maintenant sec et dépouvu du moindre signe de vie. Mais quand il arriva à proximiter de l'Aasimar qui hurlait à la mort, il fut projeté en arrière et tourna plusieur fois sur lui-même avant de réussi à replonger ses griffes dans le sol. Des yeux, il chercha alors l'humain aux cheveux auburn. Mais il ne le vit pas. S'il n'avait rien compris à ce qui c'était passé jusqu'ici, cela n'allait pas en s'améliorant.

*Si on s'en sort, je veux un explication!*

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageJeu 19 Mar 2009 - 0:21

[Iniloth m'a donné carte blanche pour ses agissements, donc je vais essayer de le faire réagir en fonction de ce que je crois bon]
Il avait réussi, contre toute attente Energa avait franchi la colonne de lumière et rentrer un coup assez puissant pour couper l'arrivée d'air et donc l'energie dégagée s'interrompit soudainement et avant que le Huor n'ait pu comprendre, il avait été emprisonné dans un mirage, mais maintenant que le flot était interrompu, il n y avait plus rien pour s'opposer à la vitesse et la force qui en resultait, fort heureusement, l'attaque était dirigée vers le haut, ce qui poussa le guerrier et sa charge inconsciente en dehors du cratère et de la zone de glace. L'aterrissage ne fût malheureusement pas aussi doux que le décollage et le choc étourdit Energa.

Ils venaient de se rendre à quelques lieues de la porte d'entrée et se trouvaient maintenant à mi chemin entre un colisée de pierre d'assez grande envergure et un temple qui frisait le ridicule en matière de construction de petite proportions, de plus, c'était un miracle que celui-ci tienne encore en place avec ses murs lézardés et ses colonnes fissurées.

Energa se relevait difficilement, ses membres semblaient faits de plomb et un voile noir commençait à s'abattre sur ses yeux. Il tituba en se rendant vers l'Iniloth qui se trouvait au milieu des trois en esperant que ce soit le bon. Il entendit une voix sur sa gauche.


"Merci de m'avoir délivré du maléfice qui m'empêchait hélas de me comporter comme il se doit brave et noble guerrier. Mais n'était-ce pas un peu démesuré comme action?"

Il avait dit ces paroles sans aucun signe de reproche derrière, d'ailleurs les visages des trois Iniloths qui maintenant tournaient autour de lui sur un sol s'amusant à s'incliner à droite et à gauche avaient le bas du visage qui semblaient s'ouvrir et compressaient les différentes cicatrices se liant avec ses rides sur sa peau parcheminée. Interruption nâcrée dans un paysage dévasté de cratères et de monts décharnés, certains crachant encore le magma carmin, trésor de vie et preuve physique des souffrances du souverain. Iniloth souriait tout heureux de s'être enfin débarassé de son tourmenteur.

Malheureusement, l'ennemi n'était que retenu et Energa ne voulait imaginer sa réaction quand l'ennemi se rendrait compte de la mystification et si il voulait la contrôler, il devait faire vite. Pas comme quand il avait passé la colonne, mais avec précision et sans précipitation, un point mal activé et ses efforts n'auraient servi à rien.

En jouant les prêtresses, il avait appris que ce ne sont pas les sceaux qui permettaient de faie sortir l'esprit sous sa forme détruite mais la façon dont ils étaient placés. Autrement dit, l'exorcisme concernait des points du corps et pas le matériau béni ou quoi que ce soit de l'objet utilisé, et Energa étant ce qu'il est, il finit par comprendre qu'il n'y avait pas besoin de sceaux pour vaincre les créatures parasites. Pour découvrir, quelles fonctions ces points permettaient, il s'entraîna avec des humains possédés par des Ebroms.

Ce qui gênait dans le cas de l'aasimar était son armure permettant aux points permettant l'expulsion de l'esprit de rester intouchable. Cependant, il pouvait facilement accéder à ceux qui en permettaient la destruction.Toutefois, si tous étaient activés sufisamment forts, c'était Iniloth qui y perdait son âme et le huor serait dès lors un danger bien trop important pour qu'Energa puisse le vaincre ou encore s'en approcher. Cette mission semblait assez difficile si on ajoutait en plus qu'Energa avait dépassé ses limites d'endurance, cela devenait presque infaisable, et c'était sur ce presque au combien petit que s'appuyaient tous les espoirs du guerrier aux cheveux roux.


"Malheureusement, ce n'est que temporaire, notre ennemi est aux prises avec le pouvoir télépathique d'un de vos amis, mais je peux peut-être vous en débarasser, il me suffit juste que vous écartiez vos bras en croix."

Durant son discours, le visage du souverain était passé de la plus grande joie à la plus profonde consternation, perdant les couleurs qu'il venait de prendre et devenant plus pâle qu'Energa, mais une lueur d'espoir semblait éclairer ses yeux, le guerrier à la pâleur naturelle l'avait déjà sorti de sa prison, peut-être serait-il capable de le délivrer définitivement de ce fléau qu'il avait pris pour un trésor. Ses yeux se durcirent ainsi que sa mâchoire donnant une impression de la grandeur passée sous ce masque de douleur.

"Si il y a un espoir, il ne sera pas dit qu'Iniloth Vakoar lui tourna le dos!"

Il se redressait fièrement retrouvant un peu de sa beauté des temps jadis, ajoutant au respect qu'Energa avait de l'homme en face de lui. Chacune des cicatrices témoignaient des blessures qu'il avait obtenu et auxquelles il n'avait pas succombé et si son âge ne le faisait pas déjà, ses paroles démontraient une certaine sagesse. Mais l'heure de la contemplation n'était nullement venue, et comme le roi ecartait les bras c'était au tour d'Energa d'agir.

Il approcha sa main fine aux doigts si délicats avec lenteur de l'extrémité du membre supérieur droit desséché et parcouru de cicatrices et de plaies récentes, bien qu'elle dégagea une certaine sensulité, sa lenteur venait du fait qu'il voyait toujours triple et en mouvement circulaire et alors que son doigt frôlait la paume du vieillard, il se figea net.

Le démon amical n'avait pas tenu assez longtemps, la preuve, Iniloth flottait encore au dessus du sol et venait de déclarer que ce corps était à lui dans une voix profonde et terrible, traduction le Huor était de retour et ne semblait pas disposer à attendre que les points soient appliqués si les flammes bleues qui sortaient du corps indiquaient quoi que ce soit. Les reayons bleuâtres se reflétant sur les parois du cratère ne laissaient pas de doute quand au destin d'Energa.


'Attend voir le cratère! Mais on était à côté d'une arène, d,ailleurs comment ça se fait que je ne vois pas ma main et pourquoi les flammes ne me brûlent elles pas? '

L'image de Sappho brisée apparut dans ses souvenirs.

'Mais oui, je n'étais pas au royaume des Esprits, c'était une illusion comme là! Ça veut dire qu,il a réussi à retourner le sort du démon, mais c'est trop tôt!'

Voyant que le sens du toucher n'était pas concerné, il tâta à l'aveuglette les différents points du roi patientant avec apréhension tandis qu'Iniloth flottait embrasé avec des morceaux d'armures tombant et arrachant de la chair devant ses yeux qu'ils soient ouverts ou fermés.

Loin de là, le petit dragon noir avait aperçu les deux silhouettes qui s'étaient extirpées à toute allure du trou que la colonne lumineuse avait provoqué et son compagnon ailé semblait très concentré dans sa tâche. Le soleil était déjà haut et il s'amusait à essayer de gober des papillons.

Soudain, la créature ailé se redressa en criant un ensemble de son qui ressemblait à
'I.. ilo..he' et il se précipitait vers le cratère maintenant vide oubliant de voler, ce qui permit au gardien de la cape de son protecteur de le rattraper.

"Grumpf! Grumpf !"

L'autre ne l'écoutait pas, il sauta sur sa tête entraînant avec lui la cape d'Energa qui se mêla aux ailes, il se pencha sur le visage avien du sprinter et recommença à grogner mais celui-ci ne l'écouta pas. Il laissa donc la chaleur en lui, s,accumuler entre sa gueule et ses naseaux et visa l'intérieur des ailes, une odeur de brûlé s'éleva, suivie d'un hurlement et la créature les bougeant par réflexe les emmêla dans la cape et finit par s'étaler de tout son long.

Energa de son côté avait fini d'appuyer sur les différents points de destruction et Iniloth était toujours là. Si le plus dur était fait, il restait encore une dernière chose à faire et ce serait encore plus difficile pour Iniloth que pour lui.
Soupirant, il déclara:


"J'ai maintenant la possibilité de vaincre le Huor, mais pour ça, il doit prendre contrôle de votre corps une dernière fois."

Il ne le voyait pas ni ne l'entendait mais savait que celui-ci devait être choqué au-delà de tous les mots qu'Energa connaissait, que celui en qui il avait mis tous ses espoirs lui demandait de se soumettre prenait des traits de trahison.

Ne sachant si il l'interrompit il reprit:


"Les points sont instables, si vous luttez ou si vous restez, c'est vous qui serez détruits."

Energa attendit devant la forme agonisante du vieillard flottant dont les flammes bleues atteignaient desormais le sommet du cratère. Et tout s'arrêta, il se trouvait à nouveau à côté du temple décrépi et de l'arène majestueuse.

Iniloth se tordait de douleur et hurlait de toute la force de ses poumons, saignant à nouveau. Ses traits se durcissaient et de la bave coulait de sa bouche, pantelant, haletant, hurlant, Iniloth laissait le démon devenir maître de son corps.

Devant cette scène, Energa restait impassible, il avait jeté un dernier coup d'oeil sur sa reserve d,energie et il y avait franchement de quoi être pessimiste. Il ne savait pas ce que faisait une bûche de bois à la place d'Iniloth ni même pourquoi il se retrouvait dans la clairière de la forêt maudite, mais il ne s'en souciait guère.

Une femme beaucoup plus grande que lui le regardait de ses yeux rouges avec une pointe d'agacement dans son expression. Elle portait les cheveux courts et des oreilles de chiens sortaient de part et d'autre de sa tête. Son corps elancé et athlétique était contrasté par certaines courbes au niveau de la poitrine et des hanches, elle portait un Gi et une ceinture noire pour maintenir le tout.


"Alors Energa, qu'est ce que tu attends, tu sers vraiment à rien!"

"Oh ferme là, tout le monde n'a pas la chance d'avoir l'endurance et l'apparence d'une brique!"

"Pourquoi tu ne retournerais pas faire le ménage et la cuisine, après tout ton corps délicat doît être fatigué d'accomplir cet entraînement de guerrier."

"Quoi! Qu'est ce que tu racontes encore?"

"Ça ne se voit pas? Fille manquée!"


Bien sûr à ce moment, Energa n'avait que l'envie d'avoir le dernier mot tant il était ulceré par les insultes de sa compagne.

"Au moins, j'apporte la touche de féminité qui manque à cette équipe puisqu'une certaine chienne est incapable de le faire!"

"Incapable? Tu ne m'arrives même pas à la cheville! Être une femme c'est bien plus qu'être jolie ou douce, être une femme c'est avoir la volonté de lutter contre les malheurs de la vie pour se tailler une place à l'ombre du bonheur et toi monsieur ô combien délicat, tu te compares à moi alors que tu n'as même pas la volonté necessaire pour fendre une bûche."

"Très bien je vais la fendre ta bûche!"


Il avait crié ses mots excédés, mais la scène avait changé, il se retrouvait devant un Iniloth presque entièrement possédé. Il pouvait le sentir, le Huor arrivait. Il se mit donc à une distance securitaire, et attendit que le Huor Nemharma seigneur de la mort prenne le contrôle.

Il se redressa en criant un
"Enfin!" bien sonore et fit jouer ses jointures. Ses yeux malveillants scrutaient l'horizon à la recherche de proies potentielles, il était tellement satisfait de son contrôle qu'il ne se rendit pas compte que la nature n'avait pas changée.

Energa se fit un devoir de gâcher sa joie.

"Huor Nemharma, ceci est le dernier avertissement! Quittez ce corps, et il ne vous sera fait aucun mal. Restez et vous serez vaincu."

Celui-ci s'était retourné en entendant son nom, et un sourire cruel était apparu sur son visage en reconnaissant Energa. Et il était franchement amusé par la doléance du guerrier roux.

L'herbe autour de lui se noircit et il s'interrompit, son visage perdit ce sourire amusé et de la colère apparut sur son visage.


"Il semble que tu n'avais pas menti, mais même si je ne peux pas me servir de mes pouvoirs... LE HUOR EST INVINCIBLE!"

En criant il avait attaqué Energa, tout son corps lancé avec le poing, et laissant un cratère assez profond à l'endroit où se trouvait Energa qui avait fait un saut carpé pour passer au dessus de lui.

Energa se remettait de sa surprise, non seulement il avait senti la barrière qui l'aurait détruit si il s'était substanté de l'energie des êtres vivant autour d'eux, mais en plus il savait aussi se battre si le cratère signifiait quelque chose. Il fallait juste qu,il y ait un choc, et les points s,activeraient, malheureusement vu l'état du sol, un seul coup et Energa perdait le combat.

C'était à Energa de passer aux choses sérieuses.

Il se plaça sur la garde avancée de l'eau, genoux de la jambe de devant faisant face au dos du Huor, genoux arrière ouvert sur cent degrés, le bras arrière plié parallèle à la ligne des épaules, la main souple mais tendue dépassant légèrement de la tête l'autre bras suivant la pente de sa jambe de devant.

Quand le Huor se retourna, il resta sans voix. Cette image semblait lui être familière. Puis passée la seconde d'égarement, il administra un coup de pied vers Energa que ce dernier contourna pour se retrouver dos à sa hanche gauche , la reaction du seigneur de la mort fut un coup du tranchant de la main gauche pour envoyer bouler cet impudent mais ce dernier sauta et enroula son dos autour du bras et atterit en Appui Plié Renversé, il se propulsa dans le but de frapper le menton, mais le seigneur se pencha en arrière à temps.

Energa sentait qu'il n'avait plus qu'un geste à faire et les ténèbres le clameraient, il resta dans cette position inversé et tendit le poing vers le Huor qui de son côté avait décidé de le renvoyer avec un uppercut, les deux poings avançaient l'un vers l'autre, la distance diminuait de façon inquiétante. Aucun des deux ne semblait vouloir lâcher et quand chaque jointure frôlait celle de l'autre. Energa donna un dernier coup de rein, et sa main s'éloigna de celle de l'adversaire qui continuit toujours à monter tandis qu,il tournait sur lui même et que son pied rencontrait le menton offert du Huor, passant sous la garde haute du démon.

Ce dernier partit en arrière et Energa fit trois tours avant d'atterrir sur le ventre. Ils ne voyaient plus qu,une silhouette qui avançait vers lui, et se sentit soulevé du sol, la dite silhouette perdait des morceaux au niveau du torse et des jets de rouge sortaient. Il n'entendit pas le Huor lui promettre de revenir et de s'occuper de lui, pas plus qu'il ne vit le chiropteran arriver. Il sourit juste et murmura:

"Je t'avais bien dit que je fendrais cette bûche...Camille!"
Energa finit par sombrer dans l'inconscient le plus total tandis que les ténèbres de Sappho et du Huor se réfugiaient au plus profond de son être attendant de pouvoir remettre ce jeune démon sur le droit chemin.


Dernière édition par Kaze Energa le Ven 20 Mar 2009 - 18:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Iniloth
Nombre de messages : 96
Âge : 1528
Race : Aasimars
Poste : Percepteur
Magie Contrôlée : eau

Feuille de personnage
Puissance:
690/1000  (690/1000)
MessageVen 20 Mar 2009 - 17:27

Huor…

Etrange sensation ! Ce pouvait il que ce gamin soit un manipulateur de réalités. Même s’il l’es, il devrait être bien distinctif pour pouvoir tenir aux illusions du Huor lui-même. L’être le plus accompli dans ce domaine. Le jeune sabreur n’avait seulement pas résisté au sort, il l’avait annulé. Des laines d’ombre se précipitèrent en sa direction, il ne fit aucun mouvement. Pour un moment il semblait entrain d’absorber ce flot de non-énergie. Le ténébreux restait consterné, il n’en croyait pas ses yeux. Puis Energa s’entoura d’une aura plus noire que les ténébres du Huor lui-même, ses cheveux devenaient gras, et prenaient une teinte sombre, ses yeux devenaient vides, sa chair avait une pâleur morbide et l’aura de terreur s’embrasait de plus en plus.

‘’Seigneur ! Je vous croyais… ! Pardonnez-moi mon ignorance seigneur. J’ai douté de vous. Le conseil des neufs s’était mit d’accord contre vous ! Je ne pouvais les contre dire !’’ Implora la voix inhumaine

Ça ne pouvait être, il a été bannit, son pouvoir depuis longtemps défait, que se passe-t-il donc. Comment se pouvait il que le marcheur des ombres ait choisit une enveloppe si déshonorante. Pour quel but ? Pourquoi ne s’est pas révélé depuis le début ? Pourquoi l’avait-il combattu.

Trop de questions se bousculait dans son esprit, confus qu’il était, il ne pu y répondre. Il ramena des paupières à la chair tourmentée, sur les gouffres qui lui servaient d’yeux. Cela n’avait aucun sens. Le marcheur s’est perdu, longtemps au part avant. Les neufs s’en étaient chargés. Son pouvoir fut brisé. Comment se fait il qu’il soit là. Il ne l’avait pas faillit, ce fut sa cupidité qui l’avait anéanti.

Il se sentait affaiblit, il ne pouvait plus maintenir ses ombres, pour tant Iniloth ne se manifestait pas. Pourquoi donc sent-il que sa force est en décadence. Subitement la plus folles des idées le frappa de plein fouet, comme si il venait de percuter un mur invisible après une course à toute allure. Les environs devenaient de plus en plus flous, les images trop incohérentes, le marcheur des ombres céda sa place à Orothil père d’Iniloth préparant un piège intra-dimensionnel mais sans qu’il ne sente l’ampleur de l’attaque. Un ciel clair se dessina avant d’être à nouveau engloutit par les ténébres, un regard flamboyant le fixait intensément, un novice en magie démoniaque. Du haut de son sombre trône à Grimbalad, le Huor sourit, le corps d’Iniloth ne s’exécuta pas. Comment s’était il fait ainsi dupé. Il refoula son énergie, la canalisant de nouveau pour renvoyer l’illusion à son expéditeur, qu’il vienne à lui, il le briserait. La scène de la lutte agonisante pour le corps se redessina, les flammes bleuâtres ; synonyme du retour d’Iniloth ; s’embrasèrent. Le démon accourait, abandonnant toute vigilance, accourait vers sa perte tant dis que des images d’exhortation que souffrait son ami lui étaient envoyés par le seigneur de la mort.

Un temple aux murs craquelés se dressa subitement, les environs n’étaient plus le désert de roc où il croyait se trouver. Cette fois, plus le temps pour les jeux enfantins, l’ensemble des guerriers aux quels il s’opposait avaient réussit à faire quelque chose, il ne savait pas encore en quoi ça consistait, mais ça ne pouvait être bon. Apparemment il s’était perdu dans ses propres illusions croyant ce qu’il voulait croire. La manipulation des réalités n’est jamais sans dangers, même pour le plus aguerrit des illusionnistes. L’horreur de la situation le prit au dépourvu, il avait perdu sa source d’énergie, ne pouvant plus régénérer ses réserves d’énergie vitale pour une quelconque raison, son pouvoir ténébreux s’en retrouva diminué d’une manière critique. Ni succion, ni illusions, le Huor n’avait plus que la puissance de son entité pour manipuler le corps qui lui avait échappé et plus tard rien d’autre que la force brute, pourvu que le corps tienne. Il ne chercha à rien comprendre, Iniloth lui sembla être à plat et il saisit l’occasion. C’est maintenant ou jamais, reste un petit problème, la lutte était moins ardue, il s’emparait du corps un peu trop facilement …


Iniloth…

La terre tournait, la force résultante était immense, incontrôlable, il ne pourrait y résister. Il se sentit soulevé hors du cratère, l’air s’engouffra dans ses cheveux. Il respira à plein poumon, le bourreau n’était plus là, le jeune guerrier avait exécuté un sort à l’aide du quel il réussit à le vaincre. L’agitation du Huor se faisait sentir. L’exaltation de la liberté soudaine fit en sorte qu’Iniloth ne perçu qu’il s’élevait un peu trop haut qu’après s’être tordu une cheville en retombant. Cependant, il se redressa boitant légèrement, la scène avait une similarité frappante avec ce qui s’était passé quelques trois siècles en arrière, lorsque le Huor avait prit possession du corps d’Iniloth de la même manière, à travers l’armure, mais en ce temps là la terrifiante entité été scellé dans les abysses de la terre mais à présent il se tenait souriant et confortablement assit sur un trône en roche noire. Le souvenir fit courir un frisson le long de son corps à présent libre, enfin libre, après tant de souffrance et d’agonie. Il sentit puis vit le guerrier à la chevelure flamboyante et aux yeux couleur émeraude et se retourna pour le remercier de sa précieuse aide, sans laquelle il serait entrain de se regarder massacrer les gens libres d’Elament qui auraient la malchance de le croiser sans pouvoir réagir mais en ressentant tout le remord et la peine qu’un être libre sentirait face à la brutalité et à la sauvagerie. Il s’approcha chancelant du jeune être étourdit par la chute.

"Merci de m'avoir délivré du maléfice qui m'empêchait hélas de me comporter comme il se doit brave et noble guerrier. Mais n'était-ce pas un peu démesuré comme action?"

Son visage esquissait un sourire. Il y avait même un zeste d’humour dans ses paroles, sentiment dont il fut incapable depuis bien longtemps. Après tout la compagnie des gens n’est pas aussi encombrante qu’il ne le pensait. Ses plaies commençaient à se refermer, le sang gelait sur sa peau, chose qui n’améliorait pas l’esthétique du roi déchu, cela le rendait d’autant plus laid et défiguré qu’avant mais il était content, soulagé. Le visage d’Energa était toujours tendu, crispé par la concentration ou bien trouvait il la tache de se tenir debout trop ardue. Celui-ci annonça sans même prendre la peine de le fixer du regard.

"Malheureusement, ce n'est que temporaire, notre ennemi est aux prises avec le pouvoir télépathique d'un de vos amis, mais je peux peut-être vous en débarrasser, il me suffit juste que vous écartiez vos bras en croix."

Iniloth se teint un moment indécis, il se concentra un moment et vit que loin d’en avoir fini avec lui, le Huor n’était que pris dans une rêverie et qu’il se réveillait à présent, lentement mais inévitablement. Des visions de la réalité où était le seigneur de la mort commençaient à prendre forme parmi eux, les ombres se glissaient, Iniloth sentait ses sens de plus en plus embrouillés. Puis dit avec une voix magistrale.

"Si il y a un espoir, il ne sera pas dit qu'Iniloth Vakoar lui tourna le dos!"

Les fins doigts d’Energa se faisaient à peine sentir sur sa peau mourante recouverte de cloques, ampoules et de terribles cicatrices. Le jeune être œuvrait du mieux qu’il pouvait, mais Iniloth ne pu s’empêcher de constater que le paysage éventrait qui l’entourait un moment au part avant avait disparu, l’obscurité se faisait de plus en plus épaisse et le sentiment de paix le quittait déjà. Il referma les yeux et essaya de lutter le plus longtemps possible contre la volonté et ses maléfices. Il sentit en dépit de tous ces efforts le Huor composer plusieurs illusions et les envoyer vers un tiers. Une voix le tira de sa méditation.

"J'ai maintenant la possibilité de vaincre le Huor, mais pour ça, il doit prendre contrôle de votre corps une dernière fois."

Le regard d’Iniloth flamba un moment, la nouvelle le prit au dépourvu, il s’attendait à ce qu’après l’exécution de l’exorcisation il pourrait retrouver l’usage de son corps sans complications. Mais il parait que les dieux se délectaient ses souffrances, s’en réjouissaient au point de le faire souffrir jusqu’à la toute dernière fin, quelle soit la tienne ou celle du Huor. Mais Après tout ce jeune être s’est précipité à son secours sans même y penser, et il avait tenu face au seigneur de l’effroi plus que tout autre adversaire dont il eu question. Il acquisa d’un signe de la tête, l’air un peu hautain trahissant une lassitude sans précédent.

Les illusions devenaient d’autant plus réelles et plus distinctes. Quand sans prévenir, le sang gicla de toutes les entailles fraichement cicatrisées de son corps meurtrit. Les exhortations de souffrance retentirent à nouveau, les coins de sa bouche se déchiraient, à force qu’il cirait, ses poumon semblaient se déchirer à l’intérieur de son torse, ses yeux tournaient exorbitant dans leurs orbites. Pourvu que le gamin sache ce qu’il veut.

Spoiler:
 

‘’EnFiiiiiiiiiin hhhhh hhhhhhhhhhh’’ s’éleva un horrible râle

Il passa la langue sur ses lèvres desséchées, ses yeux se posèrent sur Energa. Maintenant que tout était en ordre, il se devait de lui rendre les pièces de sa monnaie. Toutefois.

"Huor Nénharma, ceci est le dernier avertissement! Quittez ce corps, et il ne vous sera fait aucun mal. Restez et vous serez vaincu." Annonça-t-il en une voix sans le moindre brin d’effroi

Le Huor brula, tentant de déployer sa putréfaction et avaler l’énergie environnante. L’herbe se contenta de noircir. D’une façon ou d’une autre Huor ne pouvait plus user du corps d’Iniloth à sa guise, certain ordre ne passaient plus. Il sourit tout de même.

"Il semble que tu n'avais pas menti, mais même si je ne peux pas me servir de mes pouvoirs... LE HUOR EST INVINCIBLE!"

Au dernier mot, il s’élança avec une telle vélocité que, là où il appuya ses pieds pour se déplacer la terre flancha. Energa eu à peine le temps d’effectuer un saut carpé. Un cratère se creusa. Le jeune sabreur paraissait bien las, car non seulement son adversaire était un sorcier hors repaire mais il avait de même des capacités de guerrier. Mais le plus assommant fut le fait qu’il arriva à effectuer plusieurs figures de souplesse et de force qu’Iniloth dans l’état actuel de son corps ne saura faire. En dernier lieu, Energa évita encore une fois une attaque du Huor et pris une pose défensive bien particulière. En se retournant, la mémoire d’Olorin, le corps et l’âme du quel le Huor s’est approprié, fut stimulée et il revit Iniloth dans son jeune âge lui faisant face le jour où il le vaincu pour la première foi. Cela le fit perdre d’autant plus la raison, et ses attaques devinrent de moins en moins efficaces.


Qu'à t il à voir avec Iniloth? Il ne savait point. Ce n'était pas le temps à la reflection. Il fallait l'éliminer coute que coute. Le Huor canalisa ce qui restait de son énergie dans le paume de la main gauche et l'envoya vers Energa avec l'idée de le fendre en deux. Tout se passa en un clin d'oeil, il prit un coup de pied en pleine figure et ce qu'il sentit fut bien plus que ce qu'il devrait. Il sentit son pouvoir se perdre dans le néant, le corps échapper inevitablement à son contrôle, il se sentit désintéguré, plus faible que le moindre des être, puis plus rien.

Un cris sinistre retentit du haut de la forteresse de Grimbalad, un cris exprimant une colère murtrière et une haine sans limite. Les démons résidant dans le fort furent parcourus d'un frisson. La partie d'esprit que le Huor insufla dans l'armure pour souiller Olorin et Iniloth après lui, fut detruite, il ne savait comment, mais plus jamais il ne va être capable de s'approprier le corps du vieil Aasimar. Son seul espoir réside en le fait qu'un être de faible puissance spirituelle s'empare de l'armure, les ténébres qui résident en elle devraient être suffisant pour le ramener à lui, mais il ne peut esperer tel chose en sachant qu'elle est en la possession d'Iniloth, il est bien trop eveillé pour un coup pareil.

Pendant ce temps, Iniloth ouvra les yeux, il était étendu à l'ombre d'un chêne. Il se releva et comtempla le paysage éventré qui s'offrait à lui, se maudissant pour avoir un jour songé à s'approprié la chose. Faust était à plat une dizaines de mêtres plus loin, Iniloth ne savait s'il était conscient ou pas. Il se retourna vers Energa, celui qui l'a émancipé.

Des flammes bleuâtres s'élevèrent, cicatrisant ses plaies et entailles, dans ses yeux la même lueur brûla, l'armure se détachait morceau par morceau , il fit un dernier effort dégageant de l'energie, décollant l'artefact de sa chair. Le tas de metal gisait à ses peids, informe. Il l'abandonna sur le sol et se dirigea vers le jeune guerrier inconcient, le souleva et l'étreint en guise de remerciements, ses yeux s'embuèrent de larmes. Il ne trouvait pas de mots qui puissent décrire ses sentiments. Après cinq siècles de vassalité, il était à nouveau le maitre de lui même. Du néant il fit surgir un banc de glace qu'il recouvra d'une couche fine de neige et y reposa le sabreur. Il s'en détourna ensuite pour observé les restes de l'armure se fendre et se reconstruire d'eux même. Le mal en elle était incrusté bien trop profondément. Il l'enferma dans une bulle d'eau pour se dirigea vers le lac.

Loin en dessous de la cité, réside à présent l'un des plus sombres secrets des antiques arts noirs, attendant son heure, usant de toute la malice dont il disposait pour se révéler à son créateur...

Spoiler:
 

_________________________________________________________


Le glas de la mort est le froid


Dernière édition par Iniloth le Jeu 26 Mar 2009 - 14:34, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Iblîs Nemrodus
avatar
Nombre de messages : 599
Âge : 29
Race : Marcheur des Ombres
Poste : Démon Libre
Magie Contrôlée : Magie démoniaque (Tenebrae)

Feuille de personnage
Puissance:
980/1000  (980/1000)
MessageMar 24 Mar 2009 - 0:33

Suite actuellement en discussion avec Inloth, SVP ne pas prendre en compte le poste précédent si vous préparez une réponse en avance : il est possible que de gros changements soient faits.

~ Poste d'information tant qu'Inloth est absent, à son retour je serai reconnaissant à un modo de le supprimer, pour ne pas perturber le topic ~
Wink
Revenir en haut Aller en bas
Iniloth
Nombre de messages : 96
Âge : 1528
Race : Aasimars
Poste : Percepteur
Magie Contrôlée : eau

Feuille de personnage
Puissance:
690/1000  (690/1000)
MessageVen 27 Mar 2009 - 14:32

Normalement le problème a été résolu on peut reprendre les gars
et encore désolé pour la longue attente.

_________________________________________________________


Le glas de la mort est le froid
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» Fiche Technique de Faust
» Road trip to Cait Shelter [Pv Alice Faust]
» Thomas Faust
» Les origines de Val-Faust
» De la crasse jusqu'aux genous [FB. Faust ?]