Partagez | .
 

 Enfin... Il est à moi [privé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ceinwyn
avatar
Nombre de messages : 489
Âge : 202
Race : Oréade
Magie Contrôlée : Aera

Feuille de personnage
Puissance:
310/1000  (310/1000)
MessageJeu 29 Jan 2009 - 21:59

[HRP: Ceci est un post dont je serais le seul narrateur, personne ne répondra à par moi, merci de ne pas poster donc ^^ Il se passe avant ce post la: http://elament.forumactif.com/la-chope-hurlante-f74/un-repas-et-un-boulot-libre-t9706.htm ]

Enfin, entre ses mains, elle tenait un semblant de réponse... Elle ne parvenait pas à imaginer tout ce qu'il c'était passé avant qu'Il se retrouve entre ses mains. Oui, Il avait du traverser des océans, franchir des montagnes et des déserts à travers les âges. Il était sans doute bien plus vieux que Armand et elle connaissait nombre de vampire qui tuerait pour l'avoir entre les mains. Elle passa ses doigts blancs contre le bois rugueux et sentit des échardes tenter en vain de pénétrer sa peau. Soudain, le bout de son index rencontra un creux, puis deux... Elle fronça les sourcils, dans les ténèbres de la nuit, elle n'avait pas vu cette inscription.

Toi qui, comme un coup de couteau,
Dans mon cœur plaintif es entrée;
Toi qui, forte comme un troupeau
De démons, vins, folle et parée,

De mon esprit humilié
Faire ton lit et ton domaine;
Infâme à qui je suis lié
Comme le forçat à la chaîne,

Maudite, maudite sois-tu!


Elle écarquilla les yeux. Dieux mais c'était ça. Toute excitée, elle savait à présent qu'Il serait intéressant, elle n'avait pas fait tout ça pour rien. Sa main se posa sur le bois avec respect, Il était vieux, très vieux et qui savait ce qu'Il contenait. Peut être des sornettes, peut être des réponses aux questions des nons morts.


~

Messire,

Cette chose est trop dangereuse, il nous faut l'enfermer, le sceller afin que jamais ceux qui sont morts ne mettent la main dessus. Dieu seul sait ce qu'ils pourraient s'imaginer si ils tombaient dessus. Rien de bon n'en résulterait pour nous, vous en conviendrait. Prions pour que Raphaël, l'ange de feu nous protège et empêche ses cadavres de s'emparer de Lui. Il sera donc mis à l'abri dans un lieu que seul les plus sages connaitront, au chapitre, je n'ai pas été choisit et j'en suis soulagé. Je n'aurais pas à m'exiler ni à veiller sur lui. Seigneur, je ne pourrais pas vous dire ou Il sera retenu, je n'en ai pas moi même la connaissance.

Sachez cependant qu'on l'enfermera dans un coffret de bois, scellé par la force des hommes et la magie de Dieu. Un coffret aux allures banales, mais que nulle force au monde ne pourra ouvrir sans la clef. Seul la magie pourrait permettre de Lui accéder, mais si un non mort parvenait à ouvrir l'écrin, Raphaël brulerait immédiatement le démon.

Messire, je viens d'apprendre qu'un jeune novice sera envoyé pour Le garder. Étrange, ils ont placés leur confiance dans ce jeune Etienne. Il avait un avenir prometteur, à présent il n'est plus qu'une ombre chargé d'un lourd secret. Le jeune homme se mettra en route demain, que Dieu guide ses pas et nous protège de la folie de ceux que l'on nomme Vampyrs.

Le Père Claudius



~


Le jeune Etienne était partie, trop tôt le matin, il avait pris la route gelée vers un lieu qu'il ne connaissait pas. A dire vrai il ne savait pas ou aller, ses frères ne lui avaient donné pour toutes recommandations que de Le cacher. Oh bien sur, il lui avait tout expliqué, l'importance de sa mission, la nécessité d'aller vite et seulement le jour. Oui, les recommandations avaient été clair, voyager le jour, rester caché la nuit dans les endroits les plus improbables ou aucun non mort ne risquait de mettre les pieds. Il lui fallait toujours Le cacher, aussi avait il enfouis le coffret Le contenant dans sa bure, son voyage serait dangereux, aussi était il armé (même si il y rechignait). Mais Etienne n'était pas dupe, il n'avait pas été choisit pour sa foi, mais bien pour son intelligence et son habilité à l'épée, rare était les hommes de foi à connaitre l'usage des armes, voila, ce pourquoi c'était lui, qui avait été choisit. Des l'aurore, on l'avait gentiment mis à la porte de l'abbaye. Il avait lu dans les yeux de ses frères la peur, la peur panique de ce qu'il transporterait. Il, était aussi craint que le diable ici, Il avait déjà fait trop de mal, l'arracher aux griffes du vampyr dément avait été traumatisant et tellement de vie avait été perdu.

C'est donc en bure couleur terre que le jeune moine s'avançait, tantôt dans l'herbe givrée qui crissaient sous ses pieds, tantôt sur des chemins de terres glissant à cause de verglas. Etienne ne regardait pas ou il allait, sa destination? Loin, très loin, vers l'est. Oui le plus loin possible de toute vie mais surtout, de toutes créatures du malin. Il avait la foi dans sa mission, mais le doute persistait. Si Il était aussi dangereux, pourquoi ne pas L'avoir détruit? Le jeune homme sentait qu'Il pourrait toujours être utile pour certains, il haussa les épaules et continua sa route, s'amusant à regarder la buée s'échappant de sa bouche.

Pendant plusieurs jours, sans doute plusieurs semaines, il marcha sans savoir ou aller, dormant ou il le pouvait et le plus souvent possible dans des églises. Il lui était parfois arrivé de poursuivre sa route à la tombée de nuit et ces quelques expériences avait finit de le convaincre de la justesse des propos de ses supérieurs. Si le soleil disparaissait pendant qu'il était sur les chemins, des voix se faisaient entendre, des sifflements inquiétants, venant des ombres. Tout ceci lui fit passer l'envie de désobéir, naïvement, il se réfugiait des que possible dans des lieux consacrés ou éloigner de tout. Un soir, n'y tenant, il voulut savoir ce qui lui causait tout ses ennuis, il voulut connaitre la raison de son errance. Sa main se glissa sous sa bure et il tira d'un plis de la toile un coffret de bois.

L'écrin était simple, un bois sombre, taillé de façon peu avenante. Etienne planta ses ongles dans les interstices des plaques, essayant de comprendre ce qu'Il pouvait être, comment Il était fait, mais il eut beau tirer, tirer à s'en arracher les ongles, rien ne vint. Résigné, il aller ranger le coffret quand un terrible frisson lui parcourut l'échine. Une inscription lui avait échappé...

Suub tuum

"Sous ta protection", un nœud étrangla un instant le moine et le poids terrible des responsabilités écrasa ses épaules.


~


Ce ne fut que des siècles plus tard que l'abbaye d'où était venu Etienne reçut des nouvelles. Un matin d'hiver, une missive leur parvint. Le Père supérieur ouvrit cette lettre vieillie et stupéfait, se vit rappeler à sa mémoire une histoire qui se transmettait de Père supérieur en Père supérieur. Il lut l'écriture à toute vitesse, les membres tremblants, une fois finit, il se leva brusquement et se dirigea vers sa bibliothèque personnelle. Il ouvrit un livre paraissant extrêmement vieux, ses yeux s'écarquillèrent d'effrois. C'était vrai, tout était vrai dans cette lettre. Ils L'avaient retrouvé, la lettre semblait vieille, elle avait du voyager pendant longtemps. Soudain épuisé, le Père supérieur décida de la relire.

"Au père supérieur, ou qui que vous soyez.

Je me vois heureux de vous annoncer que voila 5 siècles, mon ancêtre Etienne a mené à bien sa mission. C'est loin du monde, dans une petite bourgade du nord est qu'il trouva la paix nécessaire à sa retraite. Pour que vous compreniez tout, il me faut vous raconter certaines choses.

Tout d'abord notre village n'en ai pas un. Nous vivons tous (et du temps de mon ancêtre il en était de même) dans un château, une sorte de forteresse. Chacun à un rôle bien définit, nous vivons bien même si le climat très rude du nord nous mène la vie dure. Tout d'abord, Etienne dut se faire accepter, s'acclimater à la température ainsi qu'aux mœurs. Vous l'avez sans doute compris, mais il abandonna rapidement la bure pour le vêtement d'époux. Toutefois, il continua de remplir son rôle avec brio. Il était caché, Il n'était connut de personne et Il semblait loin de tout Vampyr. Les années passèrent et lorsque vint la mort de l'ancien moine, son fils le succéda, puis le fils de son fils, puis sa fille, puis le fils de sa fille... Jusqu'à moi. Je suis heureux de vous annoncer qu'Il est toujours ici, coincé dans l'écrin de bois fabriqué pour lui.

Pourquoi cette lettre? Je vous disais qu'Il était toujours la, c'est vrai. Pourtant, nous commençons ) être inquiet au château. Dans les villages alentours (qui sont tout de même très éloignés) on raconte que des grands Seigneurs de l'est se dirigent par la, de nuit et monter sur des chevaux infernaux. Les rumeurs ne nous inquiéterai pas tant si, depuis aujourd'hui quelques jours, nous assistons à des phénomènes étrange. Des femmes sont retrouvée folle, terrifiée par les ténèbres ou leur propre reflet. La nuit, d'étranges bruits de pas et de voix résonnent dans nos murs... Nous sommes tous à cran, pourtant je crois être le plus inquiet. Oui, même ici, tous connaissent et craignent les Vampyrs, mais personne n'est aussi persuadé de leur existences que moi, et je sais que j'ai quelque chose qu'ils veulent. Ils viennent Le prendre. J'ai peur que quand vous en serez informé il soit déjà trop tard. Des demain, lorsque le jour se lèvera, je vous enverrai un cavalier, et Il viendra avec lui, Il n'est plus en sécurité."


Le père supérieur frissonna en lisant la suite.

"Dieu ai pitié de nous, les ténèbres de la nuit nous ont recouverts, Il à disparut et peu à peu, nous mourrons tous ici, vidé de notre sang. Je l'ai vu, le grand Vampyr, je l'ai vu de mes yeux briser la nuque d'un homme aussi solide qu'un chêne. Seul ce message et le messager pourront partir, nous sommes tous mort, sa soif de sang semble sans fin. Il à donc disparut, et Il n'est pas entre les mains de n'importe qui. Ce "Voïvoïde" (ici ce terme désigne les grands seigneurs vampires de l'est) semble posséder un égo sans limite et une violence sans borne. Je fais partir ce messager, j'entends les ténèbres se refermer sur moi. Adieu, nous avons échoué, Il est entre leur main, espérons qu'un jour Il réapparaitra et que les hommes pourront de nouveau le cacher..."

La lettre s'arrêtait la. Le père supérieur tremblait à présent comme une feuille. Si Il était entre les mains des nons morts, nulle ne pouvait savoir jusqu'où irait le massacre. Un dernier espoir subsistait, la magie de Dieu qui protégeait le coffret. En s'éloignant de son bureau, une dernière pensée vint effleurer le vieil homme...

*L'homme n'est qu'une bien petite chose et qui peut imaginer l'étendue des pouvoirs des Vampyrs...*


Plus courbé que jamais par le temps, il repartit vaquer à ses occupations. Tant d'années, de siècles et de vie gâchées, pour ça... Pour rien, pour qu'un démon fou et prétentieux s'empare de Lui.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» Nouvelle structure de la Partie Privée
» Entraînement chasse ! (privé Nuage de Corbeau)
» Le combat des Alphas [Privé] [Lexy vs Blackmist]
» L'union et le silice, l'espoir renait du caprice, te revoici enfin... [PV Meryle ; Luyak. Privé]
» Ed, Détective privé