Partagez | .
 

 Ce que femme veut...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar
MessageLun 19 Jan 2009 - 15:09

Suite de : Exploration du voisinage

Spoiler:
 

L’Auberge n’était pas très éloignée de la lisière de la Forêt et l'atteindre ne leur avait pas pris beaucoup de temps. En fait, si ses cheminées avaient été allumées malgré l'heure tout de même encore assez matinale, ils en auraient vu les fumées de là où ils s'étaient rencontrés. A croire que le chef cuistot n'avait pas encore allumé ses fourneaux. L'édifice était au milieu d'une clairière, et profitait des rayons du soleil pour se réchauffer lentement. Vega n'avait pas beaucoup de connaissances sur la région, aussi n'avait il jamais mit les pieds ici, et il n'avait jamais non plus entendu parler d'un tel endroit. Quand à savoir que cette auberge était la seule de la région... Et alors quand à savoir que le proprio ne fournissait pas de baquet malgré les désirs de la succube...

Le bâtiment était grand, bâti sur trois étages, il ne semblait pas très peuplé ce matin là, en tout cas les volets étaient ils pour la plupart fermés. A croire que les gens dormaient encore, ou qu'il n'y avait personne dans les chambres. Alors qu'ils approchaient, une odeur de nourriture froide se fit sentir, certainement un reste des effluves de la veille. Précédent la jeune femme, pour lui tenir la porte, Vega entra enfin dans l'Auberge.

La pièce principale, dans laquelle on entrait directement, sans couloir pour y parvenir, était chaleureuse malgré la cheminée éteinte. L'Aasimar fut étonné d'y voir déjà un monde conséquent, attablé devant des verres de ceci ou cela et des assiettes de nourriture. A une première table, des personnages se là tenaient là, grands, très élancés, assis bien droits, vêtus de vert et de marron, et ils jetèrent sur le couple qui entrait un regard dédaigneux. Des elfes dans toute leur splendeur xénophobe, quoi. Une autre table regroupait tout un groupe de petits personnages râblés et barbus, des nains en cuirasse, qui conversaient bruyamment dans leur langue. Ils étaient tous bien armés, semblaient déjà un peu éméchés, et de temps en temps lançaient des boulettes de mie de pain sur la table des elfes... Et plus loin, un être solitaire, recouvert d'une capuche et d'un manteau si large qu'on aurait eu du mal à en distinguer le corps, se contenait de dépiauter avec les doigts une carcasse de volatile cru, chaque petit morceau porté vers ce qui avait toutes les chances d'être sa bouche, cachée sous sa capuche. Une sorte de chien-serpillère aux longs poils poivre et sel (mais avec 6 pattes au lieu de 4) se leva de devant le comptoir où il était affalé, vint renifler les pieds de l'Aasimar avec un air endormi, puis après un éternuement il alla d'un pas claudiquant disparaître dans la cuisine.

Moins d'une dizaine de secondes après la disparition du chien, alors que Vega s'était approché du dit comptoir, l'animal revint dans la grande salle, suivi d'un homme bedonnant et au teint rougeau. Il avait tout à fait l'air d’être l’aubergiste, surtout avec le tablier blanc qui lui entourait la taille, tendu sur son estomac bien développé. Avisant les deux personnes debout, il alla se mettre à sa place derrière le comptoir en bois tandis que le chien retournait à la sienne, jouant son rôle de carpette ronflante sur le parquet.

"Ah, ben y en a des matinaux à c'que j'vois. Bienvenue quand même. J'vous sert quoi? Pour l’instant y’a qu’du froid mais dans un quart d’heure y’aura du chaud."

L'aubergiste balaya les deux personnages des yeux, s'attardant sur la machette de Vega, mais surtout sur les vêtements déchirés et les blessures de Sybaris, n'oubliant pas de faire un arrêt contemplation dans le décolleté de la succube. L'Aasimar laissa la jeune femme répondre au bedonnant, après tout, c'était elle qui avait voulu venir, c'était elle qui connaissait les lieux (pensait-il), alors à elle l'honneur...
Revenir en haut Aller en bas
Sybaris
avatar
Nombre de messages : 315
Race : Succube
Poste : Confidente infernale / Conseillère du Haut-Roi
Magie Contrôlée : Contrôle

Feuille de personnage
Puissance:
650/1000  (650/1000)
MessageLun 19 Jan 2009 - 20:22

Spoiler:
 

Elle le regarda replier le tissu désormais taché de son sang, que contait il faire avec, l'alcool avait dissolu ce qui pouvait faire de son sang une étrangeté. Enfin quoi qu'il arrive il resterait rouge, puisque c'est la couleur de ce liquide qui coulait dans ses veines.
Elle lui offrit un sourire envoûtant tout en lui prenant le bras

Spoiler:
 

Elle était allée dans cette auberge, il y a trois siècles de cela, elle venait à peine d'ouvrir, les murs étaient en sales état tout comme le toit et le tenancier était une femme, mais personne n'est éternelle, elle se doutait bien qu'il y allait avoir des changements, et ça jouait en sa faveur... enfin elle le pensait.
Effectivement elle ne s'était pas trompée ce lieu de repos n'était pas si loin de leur position, mais elle était étonnée de ne pas voir la fumée sortir des hautes cheminées, l'hiver se rapprochait pourtant. Le bâtiment avait été restauré de belle manière.
Un soubassement à moins que ce ne soit une habillage en pierre avait été fait avec habilité. Sans doute un très bon artisan du coin. Les murs étaient en bois, de grandes fenêtres sur les façades pour des pièces lumineuses à n'en pas douter sans oublier les toits pentu en ardoise. Les propriétaires avaient du faire des annexes, il ne lui semblait pas que le bâtiment était si grand à l'époque.
Vega passa devant la jeune femme et lui ouvrit la porte elle le remercia d'un signe de tête toujours son sourire mi aguicheur mi enjôleur étiré sur son beau visage.

Quand elle entra, le silence ne se fit pas mais on s'en rapprochait un peu tout de même, après tout les phéromones ça marches sur tout être vivant enfin presque... C'est incolore, inodore et indolore.
Un coup d'oeil circulaire, il y avait bon nombre de races qui se côtoyaient ici, elle sentit même des êtres de même nature qu'elle, non pas démons des plaisir mais tout simplement démoniaque. A la première table la plus proche d'eux, des êtres aux oreilles pointus, très grands, secs, droits et fières les toisant d'un air dédaigneux, une fois dépassé elle tourna doucement la tête vers eux et leur adressa un clin d'oeil qui en fit rougir un, et baisser les yeux d'un autre, le reste de la tablée ne broncha pas. Sa démarche n'était en rien vulgaire bien que chaloupée, elle ressemblait plus à un félin, elle ondulait, elle ne marchait pas qui glissait gracieusement sur le sol. Rien de reptilien juste un je ne sais quoi envoûtant et de sensuelle. Le tissu ne mettait pas ses forme aussi bien en valeur que le cuir qu'elle portait pour les champs de batailles mais elle aimait suggérer, faire deviner ce qu'il pouvait se cacher sous ce "kimono" rouge insolant.
Ensuite venait des nains, eux n'eurent qu'un rire gras avant de continuer leur bruyante conversation, sans doute déjà bien attaqués par les pintes de bières qu'ils tenaient à la main ou qui étaient posées devant eux.
C'était amusant cette animosité qu'il y avait entre les "taffioles" et "les piliers de comptoir", ils se cherchaient alors que cette endroit était neutre, c'était tellement puéril, mais amusant.

Elle étouffa un petit rire intérieur contente de pouvoir constater qu'elle faisait encore de l'effet vu son... âge. Devant le bar une sorte de carpette de poile gris cendré cette couleur aurait put être belle si le chien qui la portait n'avait pas les poiles aussi emmêlés.
Cette bestiole à six patte vint renifler les pieds de son compagnon de voyage... du moins pour le moment, avant de partir dans les cuisine pour en ramener un homme à la pense basse et bien portant, une mine accueillant, un tablier blanc bien trop tendu au goût de la succube. Ce genre de corpulence réduisait considérablement ses effluves de phéromone, ça la dégoûtait, mais il fallait bien de tout pour faire un monde.


"Ah, ben y en a des matinaux à c'que j'vois. Bienvenue quand même. J'vous sert quoi? Pour l’instant y’a qu’du froid mais dans un quart d’heure y’aura du chaud."

Elle prit sur elle lorsqu'il détailla ses attributs marquants. Elle questionna son comparse pour savoir ce qu'il voulait puis elle prit une décision elle savait ce qu'elle voulait, elle n'aimait pas les personnes qui hésitaient tout le temps.

" Bonjour, je vais vous prendre une chambre avec un baquet.."
"A désolé ma p'tite dame mais y a pas de baquet ici, mais y a un lac à deux pas d'là si vous voulez. Je fournis les serviettes!"

La succube soupira, c'est pas aujourd'hui qu'elle se prélasserait dans un bon bain chaud.

"-Si il n'y a que ça. Faite monter dans un quart d'heure un rôti de porc et une corbeille de fruit. J'espère que vous avez des Cherybai au moins?!"
"-Bien sur ma p'tite dame"

La succube raffolait de ses sortes de cerises qui arrivaient avec le froid, malgré le temps, elles ressemblaient à de grosses cerises noir bien juteuses et sans noyau. Un régale.

" Mettez aussi deux Arack. Ha oui et j'aimerais également un tissu, drap ou autre assez long pour me refaire une tunique j'ai eu un petit... désaccord avec la faune."
"Bien sur, je vous apporte ça tout de suite"

Alors qu'elle passait sa commande elle se sentit différente et perçu le sort sur ses pupilles faiblir puis disparaître. Elle n'aimait pas ça du tout. Un coup de chance elle était du bon côté de Vega, celui ou la frange tombait devant son oeil.

"Veux tu venir avec moi ? Enfin en tout bien... tout honneur bien sur, histoire que nous puissions conversé tranquillement."

L'aubergiste revient rapidement avec deux serviettes et une étoffe blanche, il n'était pas né de la dernière pluie.
Elle le remercia d'un signe de tête et regagna la sortie, le charme se remit aussi tôt.
Certains très habitués aux démons de sa classe pouvaient la démasquer à ça, mais il fallait que ce soit des as, cela dit elle n'avait pas trop envie de tenter avec lui quoi que... Il était si attirant, si appétissant. Bien que depuis un moment, ce n'est plus son ventre qui dirigeait, juste plus bas. Et ça chez une succube passe avant tout.
Qu'importe le danger elle n'avait pas du tout envie de le laisser s'échapper ou de cédé sa place.
Avec un peu de chance si il arrivait à la faire ronronner elle pourrait passer pour ses hybrides chats éloignés. Pour ça elle avait eu de la chance à la distribution, pas de cornes, pas d'ailes, pas de queue, juste des yeux à la pupilles féline.
Elle se retourna tout en penchant la tête sur le côté et lui sourire les yeux plissés délicieusement
.

"-Le lac est par là. Hum, je ne t'ai pas encore demandé ton prénom... comment te nomme t-on?"

Elle marchait légèrement devant lui pour lui montrer le chemin, ce guerrier pouvait donc à loisir deviner la chute de reins de la demoiselle puis, la forme d'une croupe bombée sans doute rebondit et ferme. Puis le tissu retombait suivant les mouvements des jambes de la belle pour enfin arriver à ses chevilles graciles qui étaient entourées d'un file de cuir la reliant aux chaussures à talon qui donnaient un peu plus de hauteur à la demoiselle. Ils ne mirent pas longtemps à atteindre de fameux lac, le temps était frais, mais il en fallait plus pour donner la chair de poule à une femme de sa trempe. Elle posa sa serviette sur un rocher, le tissu sur une branche avant de se pencher pour délasser ses chaussures. Elle alla tremper la main dans l'eau puis laissa s'élever sa voix amusée.

"-J'espère que tu n'es pas frileux, sinon reste sur le rivage. "

Elle se mit dos à Vega, et commença à défaire le ruban qui lui servait de ceinture. Elle verrait bien ainsi ce qu'il voulait, si il se retournait il était timide, gentleman si il regardait ailleurs ce qui était logique dans la suite des choses et si il la fixait c'est qu'il devait avoir faim. Elle espérait seulement que l'eau froide calmerait un peu le feu qui commençait à poindre au fond de son corps.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageLun 2 Fév 2009 - 10:43

Sybaris semblait connaître les lieux, même si elle regardait à droite à gauche, inspectant le bâtiment, comme lui, nouveau débarqué le faisait. Le regard de l'Aasimar allait des détails de la pièce au visage de la demoiselle. Il voulait sonder sa connaissance de l'endroit. Le chien avait détourné son attention de la démone (qu'il n'avait pas identifié pour le moment comme telle) et il s'intéressait maintenant au tavernier, amusé par le cliché que représentait celui ci. Comme si on avait déjà vu le tenancier d'un endroit cossu et honnête être borgne, unijambiste, crasseux et maigre comme un clou... Rien que sa personne était une publicité pour son établissement : ici on mange bien (trop bien?), on boit bien, et on est bien accueillit (ou foutu dehors vu la taille des battoirs qui lui servaient de mains).

La présence de la jeune femme, plus que la sienne, normal, provoqua quelques réactions dans la clientèle, et ça n'avait rien d'étonnant. Il s'agissait d'un beau brin de fille, légèrement vêtu, et qui plus est dont la tenue était déchirée à des endroits stratégiques. Entrer en sa compagnie aurait ravi les hommes les plus matérialistes, heureux de se pavaner avec une beauté. Vega n'était pas de ceux là. Certes, il appréciait la présence de cette jeune femme, mais se fichait complètement de ce que pensaient les autres. D'ailleurs, il avait un peu la tête qui tournait. C'était l'accumulation des phéromones qui engorgeaient ses synapses qui provoquaient ce tournis, mais il n'en avait pas conscience. Il mit ceci sur le compte d'une petite fatigue passagère... Bizarre quand même, mais bon, il avait un bon nombre de printemps derrière lui après tout.

A savoir quoi boire, il la laissa choisir. Il ne connaissait pas la carte, et puis de toute façon n'importe quelle boisson ferait l'affaire, tant qu'il ne s'agissait pas de sang caillé... Quand à l'échange avec le barman... C'était bien sa veine, elle ne rêvait que d'un bain, elle aurait droit au lac. Cela fit sourire Vega, pas méchamment, c'était clairement un sourire amusé. Elle finissait de passer sa commande, et Vega avait le regard posé sur le descriptif des boissons, essayant de savoir à quoi correspondait le fameux Arack. Il n'avait donc pas son attention portée sur Sybaris, et tant mieux. S’il avait vu ses yeux, il aurait probablement commencé à comprendre quelle était sa vraie nature. Un autre aurait pu passer l'éponge, mais négocier avec les démons n'était pas dans la nature de l'Aasimar. Cela faisait tellement longtemps qu'il était conditionné, entrainé dans le seul but de les éradiquer, qu'il aurait pu avoir un réflexe malheureux envers la succube. Phéromones ou pas, quand c'était l'instinct primaire qui parlait, on ne le retenait pas. Ou alors avec plus que de la simple drogue volatile...

Sybaris venait de récupérer les serviettes et sa future tenue de fortune, et elle demanda son nom à l'Aasimar. Tiens, c'est vrai, ils ne s'étaient pas présentés? Ou avait-il la tête?

"Je m'appelle Vega. Et il me semble que je ne connais pas ton nom non plus."

Elle lui montrait le chemin, ne répondant pas tout de suite, et Vega se contentait de suivre, son regard s'accrochant à tel ou tel détail de l'anatomie de la jeune femme. Plus ça allait, plus il trouvait qu'elle se comportait... Comme une ribaude de luxe en fait. Si au départ ça n'avait été qu'une très faible impression, altérée par le combat avec le lion, maintenant il trouvait que ce qualificatif lui allait bien. Elle était très féminine dans un lieu incongru, savait se défendre, minaudait un minimum... Et entrainait un homme qu'elle ne connaissait pas vers un lac où elle n'aurait pas d'autre choix que se dévêtir. Et en quel honneur? Pourquoi lui? Qu’avait-il de particulier, il n'avait même pas été secourable, elle n'avait aucun compte à lui rendre... Avec le grand air, ses synapses commençaient à se désengorger, et il arrivait à penser de façon un peu plus sensée. Il trouvait quand même la situation louche. Bien sûr il avait déjà croisé des succubes, mais jamais aussi fortes en dissimulation. Mais il commençait à avoir la puce à l'oreille. Que Dierebel l'ait accepté dans sa couche était un fait. Que celle là l'y entraîne était un autre.

"Et dis moi aussi, de quelle race es-tu?"

Pendant qu'il pensait ils étaient arrivés au lac, Sybaris s'était arrêtée et avait déposé ses affaires. Elle commençait à défaire sa ceinture, d'une façon un peu trop lente et appuyée. Attendait elle qu'il tourne le regard? Vega n'y comptait pas. Quand à aller dans la flotte glacée... Il avait déjà pris une douche ce matin, quand à barboter dans le lac... Disons que l'eau froide n'a pas de très bons effets sur les hommes. Et puis sa paranoïa commençait à reprendre le dessus, il comptait bien rester méfiant tant qu'il n'aurait pas fermement identifié la nature de la jeune femme. En bon acteur quand il s’agissait de ces choses là, il n’avait pas du tout l’air menaçant, juste curieux… Il ne se défit pas de ses bottes ou d’autre partie de sa tenue. Non, l’eau froide, ça ne serait pas cette fois-ci, sans façon.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sybaris
avatar
Nombre de messages : 315
Race : Succube
Poste : Confidente infernale / Conseillère du Haut-Roi
Magie Contrôlée : Contrôle

Feuille de personnage
Puissance:
650/1000  (650/1000)
MessageLun 2 Fév 2009 - 19:23

Spoiler:
 

Il ne semblait pas vouloir détourner le regard, elle n'en demandait pas temps.

"-On me nomme Sybaris. Peut tu te retourner deux petites minutes s'il te plais?"

Tout en posant le ruban au sol et se mettant de côté pour ne laisser visible que ses flancs, elle laissa glisser le tissu rapidement, cachant sa poitrine généreuse de ses mains, elle avait tout de même gardé son seul sous vêtement fait de soie sauvage bordé de quelques dentelles sombre, c'était assez échancré, fait pour dévoiler tout en gardant parfaitement la pudeur de la demoiselle qui portait cette toilette. De plus ses cheveux tombaient en une cascade flamboyante dans son dos et sur ses épaules l'habillant un peu plus, elle se dépêcha de rentrer dans l'eau du lac claire. Elle était glacée et elle fut parcourut d'un léger frisson.

- Pour faire simple je suis un croisement étrange. Une bâtarde sans aucun dont, juste doué pour quelques tours de passe passe.

Elle ne disait pas ça de manière à se faire plaindre. En bonne actrice elle parlait et mettait le ton attendu. Son visage ne paressait pas mentir, un don de ça race, ou alors le mensonge découlait de son pouvoir de contrôle? Aller savoir. Elle mit la tête sous l'eau et remonta quelques secondes après. Sa chevelure faisant un arc de cercle envoyant une kyrielle de gouttelettes scintillant à la lumière du soleil comme des petits diamants retournant dans le fond des abîmes.
Elle se passa les mains sur le visage pour en chasser l'eau tout en faisant bien attention à ne rien dévoiler.


-Mon père était un elfe et ma mère une hybride félin déjà bien diluée. Je n'ai hérité que de ses yeux, c'est dommage, les oreilles c'était tellement adorable.
Et toi, Vega qu'es tu donc ?

Cette histoire était la plus plausible qu'elle est trouvée pour expliquer son physique et ses pupilles, surtout si elle devait à nouveau entrer dans l'auberge avec Vega.

Elle fit quelques brasses avant de sortir comme elle était entrer, enroulant rapidement la serviette autour de son corps l'accrochant simplement, profitant de la deuxième serviette pour enrouler ses cheveux dedans. Elle attrapa le grand morceau de tissu, le plia en deux, approcha du beau soldat regardant sa machette.


"-Je peux?"

Sans vraiment attendre de réponse elle l'attrapa et transperça en trévère le tissu pour pouvoir passer les bras. Elle lui rendit gentiment avec un sourire amusé, les hommes détestaient qu'on fasse usage de leur joujou sans leur permission, elle adorait les taquiner. D'un geste fluide elle enfila cette robe de fortune laissant tomber au sol le tissu éponge. D'une main sur, rapide, le ruban se retrouva autour de sa taille fermant le tout.
Elle libéra également ses crinière pour l'essore un peu mieux toujours de côté pour avoir Vega en visuel. Pas question de lui tourner trop longtemps le dos. Folle mais pas suicidaire!


"-Tu était où avant de venir vivre ici ?"

Pourquoi jouer une comédie sur des questions monnaie courante qu'elle aimait posé lors de rencontre. Elle s'asseye sur le roché et remit ses escarpins à talon.
Tout de blanc vêtu, elle n'aurait jamais cru un jour porté cette couleur signe de la virginité, de la pureté.
Son sourire était franc et elle regardait cet homme droit dans les yeux. Son charme était toujours présent mais si il demandait elle pouvait le rompre.


"-Je te demande d'excuser mes manières, mais j'avais vraiment besoin d'un bain, tu n'as pas idée comme ce lion refoulait. Hybride chat peut-être mais j'ai une hygiène tout de même"

Elle avait une moue boudeuse amusé. Comme si elle s'attendait à ce qu'il lui fasse remarquer que l'eau n'était pas l'élément préféré des félin.
Mais là il se trompait, il n'y qu'à regarder les tigres, eux raffolait de l'eau.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageLun 23 Fév 2009 - 19:40

Vega n'avait bien entendu pas détourné le regard, il ne s'était pas retourné, mais il n'en avait pas pour autant observé la jeune femme dans ses détails. Non, il ne regardait pas, il se contentait de voir, et la différence était subtile. Son petit doigt lui disait de ne pas la laisser complètement sans surveillance. Et il n'était pas assez gentilhomme pour que sa politesse prenne le pas sur sa paranoïa. Le tissu glissa, révélant un dessous qu'elle garda pas un sursaut de pudeur et la jeune femme entra dans l'eau glacée sans attendre... Vega n'était pas frileux mais Brrr pour elle... Lorsqu'elle lui décrit sa "race", ou plutôt son "mélange de race", les yeux de l'Aasimar observaient, scrutaient le visage de la jeune femme. Il voulait y dépister du mensonge. En fait, si elle avait été une ennemie, il aurait été plus satisfait : au moins son instinct aurait été d'accord avec sa tête, et ça n'aurait pas été du luxe. Parceque pour le moment, c'était une grande confusion. Il était encore assez enivré par les phéromones, alors ça n'arrangeait pas le tout...

La jeune femme disparut sous l'eau et en ressortit en faisant voler des gerbes d'eau de sa chevelure. Vega fit un pas de côté pour en éviter la plus grande partie. Seules quelques gouttes atterrirent sur son visage, et il put confirmer : oui, c'était froid. Elle était encore dans l'eau lorsqu'il répondit à sa question.

"Je suis un Aasimar. Dilué aussi raconte t’on, mais ça n'a pas tellement d'importance."

En fait, ça en avait, si. Ca en avait assez pour justifier son caractère trop vindicatif et le grand serpent tatoué sur son corps. Mais ça n'intéressait personne d'autre que lui -et Dorcha si par hasard elle était encore vivante- donc pas besoin de s'étaler là dessus. Sybaris sortit de l'eau et s'enroula dans les serviettes. Ses longs cheveux allaient mettre des heures à sécher par cette température, ce serait fort désagréable pour elle, en tout cas l'imaginait il. Lorsqu'elle lui demanda son arme... Vega la laissa faire. En fait, c'était le test ultime. Il avait décidé de la juger sur cette action. Si elle ne tentait rien de stupide, il cesserait de chercher. Sans arme, il serait offensif moins facilement, rapidement, mais pour la défense, il saurait se sortir de tout mauvais coup. Mais il n'eut pas besoin d'y recourir. Sybaris lui rendait déjà sa lame, s'en étant servie que pour un rapide travail de "couture". Il la remit à sa place sans mot dire à ce sujet.

La jeune femme finissait de remettre ses affaires, en l'occurrence ses chaussures. Le Maître d'armes ne lui aurait pas dit, mais il trouvait que le blanc ne lui allait pas du tout au teint. Ca faisait trop... Pur, et elle n'avait rien d'une pure jeune fille. Enfin...

"J'étais plus au Nord de cette région, pour y aller il faut passer les montagnes. J'étais... entre le soldat et le mercenaire, pour une Baronnie. Ils avaient pas mal de démons à éliminer et mon unité était spécialement recrutée pour ça."

Un CV rapide mais complet…

"Et avant ça je viens d'un peu partout, et d'ailleurs."

Lorsqu'il était enfant, Dorcha et lui ne s'étaient jamais arrêtés longtemps à un même endroit. Et puis comment nommer un coin de forêt en particulier quand il y en avait tant d'autres qui lui ressemblaient... Il haussa les épaules, mettant fin à sa réponse. Sybaris, de son côté, s'excusait pour ses manières et pour le bain.

"Ce n'est pas moi que ça va choquer. Par contre avec les cheveux humides, tu risques le coup de froid."

Il ne savait pas si un hybride chat pouvait tomber malade, mais au moins il serait prévenant. Faisant appel à son pouvoir, il fit souffler une légère brise qui se réchauffait avec l'accélération. Le courant remontait le long du dos de la jeune femme et parcourait sa crinière du bas vers le haut, faisant flotter quelques mèches. Ca ne serait que de quoi la déshumidifier juste un peu, mais ça serait déjà ça, le temps qu'ils regagnent l'auberge.

"Je pense que le petit déjeuner doit nous attendre."

Il fit quelques pas en arrière, sans la quitter des yeux. L’auberge était justement dans cette direction. Le lac, c’était sympa, mais bon, tant qu’à faire…
Revenir en haut Aller en bas
Sybaris
avatar
Nombre de messages : 315
Race : Succube
Poste : Confidente infernale / Conseillère du Haut-Roi
Magie Contrôlée : Contrôle

Feuille de personnage
Puissance:
650/1000  (650/1000)
MessageMar 3 Mar 2009 - 21:13

Elle eu l'impression de faire l'objet d'une analyse pousser mais elle ne laissa rien paraître qu'une paix intérieur. Après tout le mensonge faisait partie de ce qu'elle était. Comme pour un hobbit sa nature était de tout le temps manger et bien elle c'était le mensonge. Connaissez vous meilleurs félons et langues de vipère que les succubes ou incubes? Surtout lorsque celle ci est âgé de 660 ans ? J'en doute.
Elle savait qu'elle dégageait des phéromones c'était les enseignements qu'elle avait retenue de ses années passer chez ses paires, mais elle n'avait aucune idée de la quantité qu'elle dégageait surtout que ce soldat l'existait tout particulièrement.
Il était clair pour elle qu'il était dangereux, mais quoi de plus excitant, de plus exaltant que de flirter avec la mort. De voir un ennemi puissant plié sous ses doigts. C'était ce qu'il y avait de plus jouissif pour elle, ce passage ou l'on sans l'autre faiblir, ce petit instant là valait toute les morts du monde. C'est peut-être aussi la raison pour laquelle elle aimait ça.
Quoi qu'il en soit elle avait bien écouter elle aussi les réponses de son comparses.
Un Aasimar, même si ce n'était pas un sans pur c'était des créatures redoutable. Elle avait ouïe dire qu'ils étaient les descendants des dieux. Elle était bien placé pour savoir que dans toute légende, dans tout mythe il y a une part de vérité. Elle faisait elle même partie d'une légende infernal même si très des habitants de cette fange avaient fait le rapprochement.
Il n'avait pas broncher lorsqu'elle avait prit sa lame en main rien. Hum c'était sens aucun doute un homme expérimenté à ne pas sous estimé à aucun prétexte.


"-Ho tu était donc mercenaire... un corps d'élite je n'en doute pas."

Libre à lui d'entendre cette phrase comme bon lui semblait, elle aimait semé le trouble dans l'esprit des gens qu'elle croisait avec ses doubles sens.
Elle se releva doucement de manière élégante. Fille de joie oui mais elle avait un rang, un grade, elle valait son pesant d'Elamentias et ne se donnait pas à n'importe qui.
Libre à elle de refusé ou d'accepté quelqu'un dans ses profondeurs. En l'occurrence elle Vega avait malgré lui éveillé sa curiosité et ses désires féminins.
Elle regarda une dernière fois sa tenue et se mit à sourire levant les yeux aux ciels. Elle en blanc, et pourquoi pas se faire bonne soeur sur la même lancée.
Mais dans tout ça et dissimulé sous ses manières désinvolte elle avait bien encrée une phrase.


"Ils avaient pas mal de démons à éliminer et mon unité était spécialement recrutée pour ça"

C'était un tueur de démons, un pro. Elle profita de ce moment pour lui demander de l'excuser pour ses manières. Visiblement ça ne le dérangeait pas, et bien c'était déjà ça de gagner.
Il semblait tout de même resté une once de galanterie dans ce guerrier puisqu'il l'avertie qu'elle risquait de prendre froid avec les cheveux humide.
A peine avait il dit ça qu'une douce brise chaude vient soulevé sa crinière cuivré. Magie ou coup de chance... dans tout les cas c'était agréable, si bien qu'elle se redressa un peu plus pour profité de la chaleur, sortant la poitrine et les épaules.


" Tu as raison allons y."

Elle récupéra les serviettes et prit le bras de Vega pour marché à ses côtés. Elle regardait l'auberge se dessiner de nouveau devant ses yeux. L'Aasimar pouvait ressentir la douche chaleur qui émanait du corps de la succube passant à trévère l'étoffe de ses vêtements. Lui n'avait pas eu à les changer. Puis ils entrèrent, l'aubergiste qui était au comptoir leur indiquât la chambre à l'étage et tout deux si dirigèrent.
C'était une pièce assez spacieuse pour une auberge. Un grand lit avait été placé contre le mur au fond de la pièce, il était fait, drap de lin et fourrures en guise de couverture. Un table en chêne massif avait été dressé avec sa commande. Un joli rôti et des fruits qu'elle aimait tant sans oublier leur boisson.


"-Parfait, c'est alléchant tout ça, j'ai une faim de loup"

Elle s'approcha de la table, huma l'air en souriant avant de s'asseoir. Elle attendit que Vega fasse de même, puis elle se releva et le servit. Elle était courtisane ne l'oublions pas, elle devait en règles général choyé les êtres qui se payait sa luxueuse personne. Une fois servit elle reprit sa place. Son premier geste fut de porter la timbale à ses lèvres et de se délecté de se breuvage et goûtu.

Spoiler:
 

_________________________________________________________



Dernière édition par Sybaris le Lun 23 Mar 2009 - 14:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageLun 9 Mar 2009 - 21:04

Sybaris avait pris le bras de Vega et ils s’étaient dirigés tous deux vers l’auberge, ou une collation les attendrait certainement, comme promis. La jeune femme ne semblait pas se rendre compte du trouble dans lequel le maître d’armes sombra lorsqu’elle se colla à lui. En fait, il était bien entendu charmé, un peu, beaucoup, etc etc (je vous passe les détails), mais aussi il se sentait… Très mal. Avec un mal de crâne carabiné, comme si il sortait d’une atroce gueule de bois. Trop de phéromones engluaient son cerveau, rendaient sa pensée trouble, et sa lutte vaine pour reprendre le dessus ne faisait que le mettre plus mal encore. Ca n’était pas une sensation désagréable, certains amateurs de paradis artificiels se seraient damnés pour la ressentir, mais disons que ça n’était pas à son habitude.

Ils arrivèrent à l’auberge et le tenancier leur indiqua leur chambre. C’était plutôt cossu, en tout cas très propre, et c’était bien l’essentiel. La nourriture qu’ils avaient demandée les attendait, appétissante… Mais Vega n’aurait pu imaginer en avaler un seul morceau, son estomac était noué. L’Aasimar se laissait guider, un peu malmené par le cocktail explosif qui occultait ses sinus et ses synapses. Il gardait tout de même le dessus sur ses manières, pour rien au monde il aurait clairement avoué se sentir abruti par quelquechose qu’il ne pouvait sentir, ne pouvait voir, que la jeune femme semblait créer en lui quand elle était près de lui, alors que ce n’était pas sa prem…

*Oh, l’abruti…*

Avait il eu de la résine dans les yeux et des bourdons dans le cerveau pour ne pas voir ce qu’il avait eu sous le bout du nez ? Le maître d’armes sentit un frisson lui parcourir le dos, plus d’excitation que d’autre chose, un trop plein d’adrénaline et d’endorphine, mais son regard et ses gestes n’avaient pas changé depuis leur arrivée dans la chambre. Il regardait Sybaris s’asseoir à son tour, belle et désirable plus qu’aucune autre… Mais poussant sa chaise, alors qu’il n’avait même pas encore touché à son verre, Vega se leva, esquissant un sourire de politesse.

« Excuse moi, Sybaris. Je vois que quelquechose manque à cette table. Je reviens immédiatement. Tu m’excuseras… »

Il lui fit un sourire, comme il en faisait toujours et sortit de la chambre. Alors qu’il descendait les escaliers, il lui sembla que son esprit était plus clair, qu’il se sentait mieux, comme libéré. Il respirait mieux, et avait l’impression d’arriver à réfléchir plus rapidement… Comme tout à l’heure au bord du lac, lorsque Sybaris était plus loin de lui. Son sourire s’étendit sur le côté. Arrivé devant le comptoir, le barman essuyait quelques verres avec un torchon propre. Il regarda Vega arriver, avec un air affable, mais amusé. Il devait se douter de la raison de la présence dans une chambre de deux personnes du sexe opposé en plein milieu de la matinée… Ca n’était pas très innocent. Le maître d’armes n’attendit pas pour aller lui parler.

« Excuse moi, l’ami, mais… La demoiselle qui m’accompagne, l’aurais-tu déjà vue ? »

Vega avait pris un air mi-innocent, mi-intrigué, tout à fait faux... Le tavernier éclata de rire. D’un rire sonore et bon enfant.

« Allons, allons, j’en ai vu des tas. Mais pas souvent des comme ça. Celle là, non, c’est la première fois, mais des filles du même genre, j’en ai vu passer d’autres.
- Non, je veux dire celle là en particulier… Je ne suis pas du coin, autant dire que je découvre tout juste la faune locale… »


Le barman fit une pause puis se pencha en avant, dans le ton de la confidence…

« Ecoute, tu m’as l’air sympa comme gars (Vega avait toujours l’air sympa… Au premier abord), alors je veux bien te dire un truc, mais avec quelquechose en échange. Ca marche?
- Mmmh, ça dépend quoi… Mais dans l’absolu d’accord…
- Bon, c’est très simple. Les filles comme elle, elles sont bien jolies et bien gentilles, bie travailleuses, c’est de bonnes clientes, mais elles mettent parfois un peu trop… de pagaille dans les chambres. Et ça mon personnel en a franchement marre. Si tu me garantis que je n’aurais pas de traces de… euhh, disons de sang et/ou de tripaille à nettoyer après vous, alors je te dis ce que je sais. »


Il n’en fallait pas tellement plus pour laisser à Vega le soin de faire le rapprochement, mais bon… « sang et/ou de tripaille », ça ne laissait pas tellement de doute possible. Il tendit sa main au barman qui la serra.

« Je marche.
- Tant mieux, je compte sur toi. Bon. Bien entendu, je ne suis pas certain, mais je mettrais pas mal de choses à couper que c’est une succube, tout simplement. J’ai vu un truc louche tout à l’heure, et je connais bien mon bar et ses propriétés. Il y en a plein dans le coin, des succubes. Des très habiles pour se camoufler, d’autres moins fortes, mais celle là, c’est une vraie pro. Ce sont toutes des jeunes filles très adroites, si tu vois c’que j’veux dire, mais il faut savoir s’en préserver. Elle pourra p’tet être très agréable, tant que tu restes attentif, et que tu gardes la tête sur les épaules. Si tu ne penses pas y arriver, alors file, parcequ’oublie pas, t’as promis… »


Les yeux de l’ancien chasseur de démons se plissèrent un peu, regardant vers les escaliers. Pendant quelques secondes, le tavernier se demanda si il avait bien fait. Puis Vega reporta son attention sur l’homme.

« Ne t’en fais pas. J’ai promis, et je tiendrais ma parole. Rien de glauque à nettoyer après notre passage. La chambre sera impeccable. »

Avant de remonter, Vega réclama une carafe d’eau fraîche et deux verres, ainsi qu’un petit bac en fer blanc dans laquelle une petite serviette de tissus blanc baignait dans un fond d’eau chaude. Au moins il ne remonterait pas les mains vides. Puis il retourna dans la chambre. Ce qui le contrariait le plus dans cette histoire, c’était qu’il avait failli se laisser convaincre, comme quoi Sybaris avait une magnifique capacité à l’entourloupe. Mais à malin, malin et demi. L’Aasimar savait/saurait être retord lui aussi. Arrivé dans la pièce, la carafe à la main, dans l’autre le bac, son regard sur la Succube n’avait pas changé, et son attitude non plus. Tout de suite la sensation de chaleur reprit, à peine avait il franchi la porte, l’étourdissant un peu. Il déposa la bouteille et les verres sur la table, posa le bac au sol après s’être rapidement débarbouillé les doigts puis il s’assit à nouveau.

« Tu m’excuseras, je devais absolument me rincer la gorge. J’ai une de ces soifs depuis tout à l’heure, je ne sais pas trop pourquoi… »

Il se servit un godet d’eau et le but d’un trait. Puis piochant dans le panier de nourriture, il prit une sorte de petite cerise bien rouge dans laquelle il mordit, s’étonnant de ne pas y trouver ne noyau. Il sentait que son estomac n’aurait pas pu accepter plus que ces fruits. Merci les phéromones…

« Je ne connaissais pas, c’est plutôt bon. »

Il en prit une autre entre son index et son majeur et la tendit à la jeune femme de l’autre côté de la table.

« Mais je m’en voudrais de ne pas t’en laisser. »

Toujours ce sourire genre homme conquis mais un peu en retrait. Son expression était la même depuis le lac, il s’appliquait à la maintenir. Ici, il n’était plus à la Baronnie, l’éradication systématique ne devait pas être l’unique solution. Les alentours d’Elament étaient pleins de surprise, oui, mais jusqu’où contrarieraient ils les rapports usuels entre les Bons et Démons ?
Revenir en haut Aller en bas
Sybaris
avatar
Nombre de messages : 315
Race : Succube
Poste : Confidente infernale / Conseillère du Haut-Roi
Magie Contrôlée : Contrôle

Feuille de personnage
Puissance:
650/1000  (650/1000)
MessageLun 23 Mar 2009 - 14:57

Tout en prenant place à table elle se félicitait d'avoir trouver jouet si attrayant, si alléchant. Non elle ne le voyait pas uniquement comme un repas potentiel mais plus comme une babiole pour adulte. Et oui parfois la démone aimait prendre du bon temps et rien de plus. Mais a peine venait il de s'asseoir qu'il se releva aussi tôt prétextant qu'il manquait quelque chose. Elle lui sourit inclinant la tête poliment pour lui indiquer que ça ne lui posait aucune problème. La porte se referma et le songe voilà son visage.
Que pouvait il bien manquer, tout était là, absolument tout, alors qu'était il aller chercher? Hum pourquoi était il descendu... Les choses ne tournait pas comme elle l'escomptait. Mais elle n'avait rien, aucune preuve tangible lui disant qu'il avait découvert sa nature profonde. Elle ne pouvait que supposer, être sur ses gardes. Voilà qu'elle devenait vraiment paranoïaque, était ce là le fruit de ses années de silence, de la trahison de ses paires? Aller savoir.

Elle se leva et fit les cent pas, il mettait beaucoup trop de temps à revenir. Finalement elle se dit qu'il était possible qu'il est découvert. Après tout ce n'était pas si important, elle c'était sortit de bourbier bien plus sombre que celui ci et puis celui là elle n'avait voulut. Après avoir fait les cent pas elle c'était installer bien docilement près de la fenêtre. Les bras appuyé contre le rebord de la pierre, le menton dans le creux de la main, le reste du corps incliné de joli façon elle regardait ce paysage. Première chose qu'elle observa fut la hauteur de cette fenêtre, si ça tournait mal elle pourrait toujours fuir par là. D'un coup ses oreilles frémir, on montait les escaliers. En quelques pas elle reprit sa place et adopta une posture naturelle de lassitude. Quand la porte s'ouvrit elle tourna lentement la tête pour le voir entrer. Elle remarqua tout de suite ce qu'il tenait dans les mains. Tout ce temps pour une carafe et un bac d'eau? Non on ne lui faisait pas à elle. Elle était sans doute la plus vieille succube des enfers, alors elle était capable de voir qu'il y avait quelque chose de louche. Hoo non pas sur Vega lui même, mais dans le temps. Même si l'aubergiste avait eu beaucoup de monde, ça aurait été plus rapide. Il avait du sa passer quelque chose en bas. Son attitude ne changea pas pour autant, elle voulait toujours jouer avec lui. Et puis si il l'agressait elle le verrait bien assez tôt.


"-Je t'en pris fait. Tu es sur que tu vas bien? Si tu veux te reposer va y sa ne me dérange pas. Ce n'est peut-être qu'une petite déshydratation, après tout le grand air donne souvent soif."

Elle le regarda boire et piocher dans les fruits qu'elle avait fait monter. Se réjouissant intelligemment que cela lui plaise. Il est vrai que c'était un met délicat et délicieux.
Elle but une longue gorgée de son cocktail qui avait été monter avec le repas et entreprit de commencer le déjeuner, non pas qu'elle est très faim mais elle pouvait laisser ainsi encore planer le doute. Beaucoup d'être humanoïde pensait que les démons ne se nourrissait pas d'autre choses que de chaire et de sang. Erreur, ils pouvaient manger d'autre choses, enfin certaines castes de démons. Bien sur ce n'est pas ce qu'il préférait mais ça n'était pas dérangeant. Elle avait prit un peu de tout mais en petite quantité, quelle termina rapidement. En venant elle aussi au désert.


"Oui ce sont des baie que j'ai eu location de goûter quand j'étais jeune, depuis j'en raffole. Tu ne mange pas ?"

Elle se pencha au dessus de la table pour aller croquer quand le fruit que lui tendait l'Aasimar. Le jus de fruit coula sur sa lèvre inférieur qui épousait la forme du fruit, puis continua sa course sur le bord de son menton. Elle n'avait pas quitter ce guerrier des yeux un seul instant, depuis le moment ou elle c'était penché jusqu'à celui ou elle avait croquer dedans. Puis sagement elle reprit sa place terminant le fruit avec délice. Elle n'avait pas vraiment fait attention que le fruit avait couler sur son menton, d'ailleurs la gouttelette continuait sa course sur le cou de la demoiselle.

"Ne t'en fais pas pour moi, si tu ne m'en laisse pas, j'en ferais monter d'autres...ou je viendrais la chercher chez toi...."

Elle esquissa un sourire malicieux avant reporter son regard sur la table, posa sa main sur son verre. Par ce geste il voulait s'en doute testé sa nature. Elle venait de lui répondre. Après tout il lui avait tendu la perche et elle espérait qu'il le ferait encore. Elle n'avait jamais connu un être sexué capable de résisté à ses charmes, pouvoir s'en échapper oui, mais ne rien ressentir jamais. Elle avait peut-être encore une chance de pouvoir jouer avec lui.

Spoiler:
 

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMar 5 Mai 2009 - 13:53

Spoiler:
 

Sybaris avait constaté son retour sans vraiment s'émouvoir du temps que le maître d'armes avait passé en bas. Si ça avait été un peu long, cela aurait aussi pu être dû à la lenteur du service, après tout, il n'y avait réellement pas de quoi se faire des idées. Alors Vega s’était détendu, jouant -lui aussi- son rôle. Maintenant qu'il avait la certitude de la nature de la jeune femme, il prenait garde à maîtriser ses pensées et pulsions. Ca n'était pas la première succube qu'il rencontrait, mais jusque là aucune n'avait demandé un tel effort de concentration. Ah la perfidie des femmes, cette charmante, sensuelle et langoureuse perfidie...

Pendant ce temps, Sybaris avait entamé sa collation, piochant un peu de tout. Vega ne doutait pas que les démons puissent -enfin certaines races- ingérer des aliments normaux, mais cela ne devait certainement pas les rassasier complètement. Sans leur besoin de sang (ou de quoi que ce soit d'autre), ils n'étaient pas des démons, après tout... Lui même ne mangeait pas, à peine une ou deux baies qu'il croqua, avec quelques gorgées de sa boisson. D'ailleurs la Succube avait remarqué son peu d'appétit... L'Aasimar regard la gouttelette descendre doucement sur la peau de pèche, larme rouge, invitation à la luxure en une seule goutte vermillon.

Lâchant son verre, Vega se leva, animé d’une envie irrépressible de contact engendrée par le jus du fruit. Il s'approcha de la jeune femme et ses lèvres se posèrent sur la gouttelette, qu'il stoppa au creux de son cou. Il se tenait derrière elle, la cascade de cheveux roux frôlant ses épaules. En une esquisse de sourire, il se mit à murmurer.

"Tu es magnifique..."

Ses mains se faisaient plus entreprenantes, la droite caressant l'omoplate, puis l'épaule, puis la gorge de la Succube, soulignant doucement la forme délicate de sa mâchoire. Sa main gauche, quand à elle, remontait plus haut, pénétrant dans l'épaisse masse de cheveux soyeux, Les pressions qu'exerçaient chacun de ses deux doigts étaient autant de caresses, trop appuyées pour être vraiment douces, ou vraiment chastes. Puis l'Aasimar ouvrit de nouveau la bouche.

"Magnifiquement douée."

Ses mains en mouvement jusque là stoppèrent subitement leurs caresses. Celle qui se trouvait dans la crinière referma son emprise sur les lourdes mèches. Ses gestes se bloquaient et ses muscles rigides condamnaient les articulations à fermement camper sur leurs positions...

"Il suffirait que je tourne un peu..."

Son sourire se fit moins enjôleur. Caresses et baisers n'avaient eu qu'un seul but, lui permettre d'accéder à cette position, cette prise qui aurait pu être aimante, mais qui s'avérait une menace. En une seule traction, la nuque de la Succube pourrait céder en un craquement glauque. Cela pouvait elle la tuer? En tout cas ça avait marché sur d'autres, et Vega n'imaginait pas la voir survivre avec des vertèbres cervicales en pièces, et une moelle épinière détruite. Un bon soldat, voilà ce qu'il était, et il mettait en œuvre une des prises les plus radicales qu'on apprenait aux plus jeunes des recrues, parceque ça peut toujours servir. En effet.

Mais contrairement à ce qu'il aurait fait avant, l'Aasimar n'arrivait pas à se décider à terminer son geste. Impossible de se décider. C'était presque... trop facile, trop simple pour un adversaire trop bon. Une mort trop conne, il avait envie de plus de sport. Cette hésitation avait plusieurs raisons, mais elle était surtout motivée par les reliquats de phéromones qui baignaient encore ses synapses. Sybaris n’était pas une des plus vieilles succubes pour rien, son don était fort bien développé. Ce bras de fer mental entre son instinct et son cerveau était en train de mettre à mal sa volonté de tuer, qui n’avait pourtant jusque là jamais été intimidée.par le sexe, l’âge, ou la beauté intrinsèque de son adversaire.
Revenir en haut Aller en bas
Sybaris
avatar
Nombre de messages : 315
Race : Succube
Poste : Confidente infernale / Conseillère du Haut-Roi
Magie Contrôlée : Contrôle

Feuille de personnage
Puissance:
650/1000  (650/1000)
MessageDim 17 Mai 2009 - 22:50

Au moment ou il posa son verre sur la table, elle sut que tout allait se jouer en cet instant. Il c'était lever approchant d'elle passant dans son dos et stoppant la progression de la goutte vermeille dans le creux de son cou. Elle n'aimait pas quand un ennemi potentiel ce trouvait derrière elle, mais elle ne pouvait pas non plus réagir lui donnant assit raison si facilement.
Alors elle prenait sur elle restant détendu, stoïque et calme bien que son coeur ce soit mi à battre un peu plus rapidement. Son corps était prêt à faire face à la moindre menace trop présente. Ses caresses se refermèrent en une prise solide et mortel pour elle. Il aurait put en finir d'un geste comme il lui avait si bien fait remarqué.... alors pourquoi ne le faisait il pas?

Et là était toute l'erreur du soldat, de ce bon petit soldat qu'il était. Comme beaucoup d'homme de ce corps armée il avait sans doute été conditionner à tuer les démons et il faut dire qu'il l'était à merveille mais voilà! En se rapprochant ainsi d'elle en aillant lui même crée se contact physique il c'était lui même exposer à tout les phéromones de la succube, à sa peau douce et nacrée, à sa chevelure fine et délicate. Il avait commit l'erreur d'aller au contact physique avec elle. Il venait lui même de mettre sous son nez tout les problèmes que rencontrait sa concentration.
Après tout elle était belle, une femme au mensuration de déesse, d'une trentaine d'année, une femme mure et bien plus qu'expérimenter. Excepté ses yeux elle paraissait bougrement humaine. Alors que Vega luttait intérieurement, Sybaris de lui rendit pas la tache plus facile. Elle remonta sa main sur le bras de son adversaire, celui qui allait jusqu'à sa mâchoire, l'autre alla chercher le contact la joue de ce dernier.


"Pourquoi vouloir me tuer Vega... Ai je été une menace pour toi? Pour les autres? Qu'ai donc fait pour mériter un jugement aussi expéditif? Je pensais avoir été clair dans mes actes, visiblement il faudrait que je sois peut-être plus direct."

Sa main gauche c'était arrêter sur celle qui l'entravait l'autre était poser sur la joue de Vega et elles ne bougeait plus.

"-J'ai simplement envie de toi... je vois pas ce qu'il y a de mal à ça au point de vouloir ma mort. Si tu était puceau, prêtre ou un truc dans le genre il fallait le dire avant, je me serait abstenue...."

C'était un mensonge et sa ne l'était pas en même temps. Mensonge car homme d'église ou pas elle n'aurait pas changer son attitude, mais pour le reste ça ne l'était pas, c'était même la strict vérité. Elle avait envie de lui ni plus ni moins et c'est pour dire c'était au dessus de sa faim habituel. Elle avait juste envie de passer du bon temps pour une fois. Mais sa semblait compromit pour une fois qu'elle disait la vérité, si c'était pas malheureux.
Allait il lui briser le cou là tout de suite. Sans doute, il n'allait sans doute pas croire ses paroles. C'était plus que probable qu'il lui brise les cervicales mais en même temps, aussi longtemps qu'il resterait en contact avec elle il allait resté indécis et ce n'était pas la voie de la succube qui allait y aider.

Après un long moment ou visiblement le maître d'arme n'arrivait pas à ce décider, il relâcha légèrement sa prise - les sinus sans doutes trop encombrés par les phéromones de la succube - juste assez pour qu'avec une peu de force la démone puisse ce libérer. Non pas qu'elle était contre l'amour vache mais là elle commençait à avoir une crampe.
Ce qui se passa par la suite se déroula en quelques secondes. Vega semblait quelque peu vaseux, comme dans une infime brume, qu'elle n'avait aucune envie de voir disparaître toute suite pour la survie de ses fesses.
Elle se retourna déposa un baiser furtif sur les lèvres du beau rôdeur, y laissant par la même occasion le parfum des Cherybai. Dans un rire mutin mais nullement enfant elle sauta par la fenêtre ça faisait haut mais pas assez pour qu'elle se fasse mal.
Alors que Vega se penchait à la fenêtre pour sans doute la pourchasser, elle lui adressa un signe de la main tout en s'éloignant à reculons pour lui lancer une dernière petite réplique taquine.


"Merci Vega, j'ai passer une agréable matinée, je me suis bien amusée, il faudra se revoir un des jours."

Elle lui envoya un baiser du bout des doigts avant de partir en courant dans les bois. Il était impératif qu'elle regagne les enfers, si il la poursuivait elle ne donnerait pas cher de sa vie de plus son confort sybaritique commençait à lui manquer.

Spoiler:
 

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» Ce que femme veut, homme le peut [Pv Llyïah Reivan]
» Voila la femme que McCain veut comme vice-presidente
» LA FEMME QUI VOULAIT RESSEMBLER A UN FELIN
» Christine de Listenois ; souvent femme varie, bien fol est qui s'y fie.
» "Vodka" veut dire "eau" en russe... [Pv Urushi]