Partagez | .
 

 « Clad ??? Ouh-ouh ! »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
e'Dierebel
avatar
Nombre de messages : 268
Âge : 33
Race : Fée sombre
Poste : Esclave (Saïsei)
Magie Contrôlée : Terra

Feuille de personnage
Puissance:
830/1000  (830/1000)
MessageJeu 15 Jan 2009 - 16:11

Il était encore tôt ce jour-là, l’hiver laissait progressivement place à un temps radieux, infernalement froid, mais radieux. Le soleil restait bas dans le ciel, dessinant sur le plafond du monde, des teintes pastelles et joyeuses. Les nuages rosissaient d’être aussi fin qu’un voile de soie et les façades des maisons prenaient des teintes orangées comme si elles se délectaient de ce beau temps. Après les grandes neiges de décembre, l’astre brillant s’éveillait dans le ciel, laissant sa dernière chance aux gelées matinales de teindre de cristaux blancs les végétaux de la nature.

Dierebel se promenait là, errant sans but. Elle avait traversé le marché, acheté quelques commissions, un peu de poisson, du tofu et autres bricoles. Elle était rentré dans une boutique de chiffons avant d’en ressortir aussitôt, outrée par les prix que pratiquait la jeune commerçante. Finalement, elle était revenu à son point de départ, dans les ruelles de la cité. La voilà qui passe près de la Chope Hurlante, et puis, comme elle n’a pas d’obligation, elle se dit qu’elle passerait bien faire un petit bonjour à son plus vieil ami, Clad. Bien sûr, la Chope Hurlante n’est ouverte que le soir, mais par expérience, la petite fée sait que Clad ne ferme pas la porte quand il est à l’intérieur, déjà à préparer sa taverne pour la soirée qui s‘annonce. Ce qui arrivait fréquemment en fin de semaine.

Elle s’avance et pousse la porte qui cède sous ses mains. Dans le bar, tout semble désert. Les chandelles sont éteintes et seule la lumière rayonnante du jour se glissent entre les rideaux qui bordent les rares fenêtres. Suffisamment pour y voir clair. Ses petites bottines heurtent doucement le sol pavé de la taverne et sa petite voix se risque à un :

« Clad ?! Tu es là ? C’est Die… »

La fée s’avance dans la salle. Quiconque savait ce qui s’était passé quelques jours précédemment se serait outré de sa présence. En effet, la jolie demoiselle avait pointé le bout de son nez la semaine auparavant, en pleine nuit, afin de trinquer avec le grand serveur, en souvenir du bon vieux temps. Mais voilà qu’elle s’était entiché d’un homme de passage et avait fini par laisser tomber Clad pour papillonner ailleurs. De plus, ce soir-là, le jeune homme était plutôt réceptif à la demoiselle. Plusieurs fois au cours de la soirée, il avait évoqué, de manière très vague, le petit écart que lui et elle avait eu ce fameux soir de mai, quelques temps après la remise des diplômes. Probablement avait-il eu en tête de discuter enfin de ce qu’il en était… Mais Dierebel n’était visiblement pas d’humeur et n’avait cessé de changer de conversation. Elle ne voyait peut-être pas l’intérêt de remettre ça sur le tapis. Même si le barman n’avait pas tout à fait tort, car les choses avaient dérapés d’autres fois, moins loin, mais tout aussi intensément.

Il fallait dire que la créature ailée cachait bien son jeu, à en faire douter son ami sur sa réelle capacité à éprouver des sentiments. La seule chose qui avait pu lui en faire douter, ce fut un matin quelques mois avant leur étrange aventure, elle lui avait juste glisser après lui avoir rendu un service :

« C’est fait pour ça les amis, non ? »

Ainsi, il était son ami. Bien plus sûrement. Un frère aussi. Mais elle n’aurait jamais le courage de le lui dire. Bien qu’il ne soit pas dans son tempérament de ne pas être franche ou directe - quitte à blesser son interlocuteur - Dierebel ne savait pas cacher ce qu’elle pensait vraiment.
D’ailleurs, c’était pour ça qu’elle adorait tant Clad, et qu’elle lui faisait cet innocent affront de se pointer sous son nez cet après-midi là. Il savait que la jeune femme s’emmêlait les pinceaux avec le tact et que ses mots allaient plus loin que sa pensée. Il ne lui en avait jamais tenu rigueur jusque là. Egalement, il savait être honnête avec elle. Et même si elle gardait les réponses de certaines questions auxquelles Clad avait toujours souhaité entendre vérité, il savait accepter son silence et son mystère. Tout comme elle savait bien lui être oreille attentive.

Non, la fée ne parlait pas beaucoup ; ou du moins que de choses sans vraiment grandes importances. Elle n’aimait pas se calquer sur l’image romantique d’une femme prise dans ses tourments et jouer la carte du dramatique à chaque occasion. Ses cicatrices étaient bien dissimulées. A tort ou à raison.
Et qu’il soit son ami, ou pas !

Dierebel était donc là, plantée sur ses deux petites jambes au milieu de la taverne à chercher tout signe de vie. Ses cheveux détachés autour de son visage prouvent sa bonne humeur. Un regard en arrière, non, personne.

« Clad ??? Ouh-ouh ! »

Dernier appel. Visiblement, il n’est pas là. Ou bien il n’a pas envie de la voir tout de suite. Il doit bien savoir qu’elle ne lui présentera pas d’excuses pour son comportement ni pour ne pas être passée plus tôt. Un soupir lui échappe. Quelque part au fond d’elle, elle étouffe une petite voix qui lui dit que ça lui apprendra à le mener par le bout du nez et qu’elle finira par le perdre. Même si c’est dans sa nature de batifoler de la sorte.
Un revers de main balaye une trace de poussière sur sa robe d’un violet profond outrageux. Elle regarde une dernière fois… Bon, il est peut-être temps de s’éclipser.

Ses pas font demi-tour vers la porte…

« Dommage, je voulais te faire une soupe de poisson ce soir ! »

Spoiler:
 

_________________________________________________________

e'Dierebel
Revenir en haut Aller en bas
Clad
avatar
Nombre de messages : 1749
Âge : 228
Race : ange noir
Poste : Barman de la chope hurlante
Magie Contrôlée : air...souffle de paix et de destruction a la fois ...

Feuille de personnage
Puissance:
777/1000  (777/1000)
MessageLun 19 Jan 2009 - 0:55

Ange ou démon, difficile de classer Clad dans une de ces deux catégories, sa condition était une énigme, loin de faire des envieux, ceux que l’on peut appeler les bonnes personnes mettaient un point d’honneur a ce tenir éloigné de lui. Peu de personnes savaient qu’il était marié, encore moins qu’il avait une fille, et donc de ce fait une situation stable, le Barman préférait tenir tout cela secret, afin d’éviter les ennuis, ils existaient encore dans la cité des êtres vivants qui n’accepterait pas ces discussions qu’il avait entretenu avec les démons.

Ce soir, c’était une soirée plutôt banale qui s’annonçait, la foule qui entrerait bientôt dans son bar serait composée d’habituer, d’élèves, et de quelques curieux qui reviendrait pour une prochaine occasion ou non. L’ange noir était descendu au second sous sol, le premier constituant le bar, pour remonter des alcools oubliés par le temps, dans l’ange était surement le seul de la cité à connaitre le contenu. Et puis il faut dire aussi qu’Azazel s’attendait a une petite visite de la part d’une vieille amie fée, il voulait lui faire le plaisir de sortir l’un de ces meilleurs vins. Ce pressentiment trouva réponse bien plus tôt qu’il ne l’avait prévu, une voix féminine se soulevant de l’étage supérieur.

Faisant mine de ne pas entendre, car un peu agacé de sa conduite de la dernière fois, l’ange noir pris son temps avant de remonter a l’étage, celle-ci l’avait appelé en effet, plusieurs fois même, mais le plus surprenant et comique à la fois, c’est qu’elle se proposait d’être de corvée de cuisine se soir. Clad n’hésita alors pas un seul instant avant de tirer le rideau qui séparait les deux étages, apparaissant prenant toutefois garde de ne pas se laisser éclairer par les rayons du soleil qui filtrait encore par les fenêtres.

- J’avais dans l’idée de te faire attendre jusqu'à ce que la porte s’ouvre ce soir, mais je risque de ne même pas ouvrir si tu penses sincèrement a cuisiner.

L’ange noir était a peine visible dans la pénombre qui régnait dans le bar en cet instant, seuls ces yeux noirs brillaient grâce a la réverbération du soleil sur le bar. Il se tenait derrière son comptoir, une bouteille de vin noir dans les mains, sa chemise entre ouverte laissait apparaitre sa peau pâle, ces cheveux étaient toujours aussi ébouriffés bien qu’élégant, normal pour un ange. Son pantalon noir tombait presque droit laissait un ou deux pli dût au travail du bar.
D’un coup de main dans l’espace de son bar, il ferma les rideaux plongeant le bar dans l’obscurité, il alluma les bougies une par une a l’aide d’allumettes, justes une sur trois, histoire de bénéficier d’assez de lumière pour se mouvoir entre les chaises sans se cogner. L’ange finit d’allumer les bougies qui se trouvait derrière la fée pour venir se planter a son niveau dans son dos, sans vraiment vouloir croiser son regard. Il murmura.

- C’est une drôle de façon que de venir me voir en plein jour, même si je ne crains pas les lueurs du soleil, je ne les aime pas.

Son regard s’embrasa légèrement, juste assez pour faire remonter la chaleur de la pièce, histoire de ne pas gêner la condition de la fée, les maigres filets de lumières qui filtraient a travers les fenêtres ne suffisait pas à réchauffer la pièce centrale, bien trop spacieuse pour cela. L’ange posa une dernière question avant de laisser ces doigts s’hasarder sur la bouteille de vin, dont l’étiquette avait été rendue illisible par le temps, comme si il s’agissait des cheveux de Die.

- Je ne te demanderais pas pourquoi tu n’es pas revenue la dernière fois mais pourquoi ne pas au moins m’en avoir informé ?

_________________________________________________________


Le katana ne suffit pas a lui même ...

histoire de l'ange noir
http://spacetart.skyblog.com
Revenir en haut Aller en bas
e'Dierebel
avatar
Nombre de messages : 268
Âge : 33
Race : Fée sombre
Poste : Esclave (Saïsei)
Magie Contrôlée : Terra

Feuille de personnage
Puissance:
830/1000  (830/1000)
MessageLun 19 Jan 2009 - 13:00

Dierebel sourit en entendant la voix de Clad. Enfin ! Il décidait à montrer le bout de son nez. Elle n’était pas une si excellente cuisinière, mais son ami aimait ce qu’elle lui concoctait de temps à autres. Fermer le bar pour goûter à ses recettes maison ? Il ne fallait rien exagérer ! Elle ria un court instant avant de laisser ses deux petites ailes la porter sur le bar. Une fois assise, elle posa sa petite besace débordante de produits du marché et se débarrassa de son minuscule manteau. Die regarda finalement Clad. Sa chemise ouverte et ses cheveux décoiffé accentuèrent son sourire. Elle aimait bien le surprendre quand il ne s’y attendait pas.
D’ailleurs, il sembla le lui reprocher un peu. A moins que se ne soit encore sa rancune qui parlait.

Spoiler:
 

« Hey, il n’y a pas d’heure pour rendre visite à une personne chère, non ? Et puis, c’est pour la bonne cause. J’ai une idée de recette, je pense qu’elle te plaira, c’est un peu exotique… » répondit-elle pour sa défense.

Elle avait vraiment l’art de tout ramener à elle ! Agaçant…
L’air frais se réchauffa tandis que les yeux de son vieil ami rougirent. Elle ne s’étonnait plus de son comportement depuis longtemps, tout comme il ne s’inquiétait pas des fleurs étranges qui naissait entre ses mèches brunes. C’était bien pratique ce pouvoir, igni, avait-elle toujours pensé. Bien que destructeur, ce don lui aurait également collé à la peau à merveille. Mais on ne choisissait pas son élément, n’est-ce pas ?
Il avait fermé les rideaux et allumé quelques bougies. Dommage avec un si beau soleil dehors ! Tant pis, Die en ferrait le deuil une fois occupée derrière le fourneau.

Distrait, il se hasarda de demander à la fée des explications sur sa fugue de l’autre soir. Bien ! Qu’allait-elle dire maintenant ? Ce n’était pas franchement coutume de s’appeler à une explication entre eux… Quoique. Ces derniers temps, il avait bien l’air d’humeur à régler certains comptes avec le passé. Puisqu’il le voulait !

« Hé bien, je pensais qu’un grand garçon comme toi n’aurait pas besoin d’une justification. J’ai fait ça comme ça, sans réfléchir vraiment. Et puis tu étais occupé, je n’allais pas revenir pour te dire ce que tu savais déjà ! Tu comprends ? »

Elle s’emmêlait un peu les pinceaux, mais au moins, c’était dit. Elle captura entre ses mains la bouteille de vin sur laquelle il s’acharnait depuis un moment, comme pour ne pas confronter son regard au sien.

« Ne me dis pas que tu m’en veux, je ne te croirais pas… » mentit-elle avec aplomb avant de reprendre sur un ton enjoué, « hey, très bonne idée cette bouteille, mais tu penses vraiment que ça irait avec le poisson ? »

Non, Die n’était pas du genre à ouvrir son cœur. Il aurait était sûrement plus simple de lui dire : « Quand j’ai vu dans quelle conversation on mettait les pieds, j’ai juste voulu te faire comprendre que c’était trop dur, même bizarre d’en parler. Et surtout après tant d’années ! Et en pleine soirée !!! » Mais à quoi bon ? Elle le responsabilisait, lui demandant de manière déguisée de prendre sur lui une fois de plus. Peut-être une fois de trop d’ailleurs.
Elle savait aller de l’avant, elle. Sûrement ses ailes la portaient plus loin que lui. Quitte à bâcler. Ce genre de conversation houleuse lui donnaient des regrets, et elle avait horreur de ça.

Voyant qu’il restait silencieux, elle revint à la charge : « Le blanc, c’est quand même ce qu’il va de mieux avec le poisson non ? J’ai acheté une bouteille d’un cultivateur de la région maudite, je pense que ça vaut le détour, tu ne veux pas goûter plutôt celle-là ? C’est toujours un contact que tu pourrais avoir en plus. »

Disant cela, elle lui brandit sa propre bouteille sous le nez avec un air fier et mutin.

_________________________________________________________

e'Dierebel
Revenir en haut Aller en bas
Clad
avatar
Nombre de messages : 1749
Âge : 228
Race : ange noir
Poste : Barman de la chope hurlante
Magie Contrôlée : air...souffle de paix et de destruction a la fois ...

Feuille de personnage
Puissance:
777/1000  (777/1000)
MessageLun 19 Jan 2009 - 16:49

Elle était égale a elle-même, papillonnant a droite a gauche, elle s’en moquait bien de le déranger et feignait de ne pas le blesser comme si tout lui était indifférent, elle était simplement elle-même, dur et d’un air désintéressé. Quoi que le côté désintéressé ne fût plus vraiment marqué, son regard c’était légèrement illuminé quand elle avait croisé sa tenue entre-ouverte et sa chevelure ébouriffé. Elle avait décidé de passer derrière les fourneaux préparant sa recette, le pouvoir d’aéra d’Azazel avait permis de réchauffer la pièce. Décidément elle préférait changer de sujet et se concentrer sur sa recette, Clad regarda la belle s’afférer derrière les fourneaux, intéressant, elle y mettait tout son cœur mais pourtant il y avait quelque chose d’inhabituelle à l’ambiance pesante du bar.

Voila qu’elle revenait sur le sujet principale, le fait qu’elle l’avait abandonnée pour un flirt, le laissant en plan comme s’il n’avait jamais rien partagé, chose que Clad détestait. Elle s’emmêlait, comme d’habitude, elle jouait sur les mots pour ne pas avouer qu’elle était désolée de ce qu’elle avait fait.

Elle prit la bouteille de vin des mains d’Azazel comme pour se concentrer sur autre chose que le désaccord qu’il y avait entre eux. Son corps trahissait ces envies, et tout cela était drôle, elle se perdait encore plus quand elle essayait de se recentrer. La voila qui se permettait de critiquer la bouteille, bon d'accord c’était un vin noir, mais tout de même quel vin ! A coté n’importe quelle autre bouteille aurait l’air d’une piquette. Toute sauf celle qu’elle lui présentait, elle s’y connaissait donc en vin ? Impressionnant. Mais bon cela ne pardonnait pas tout loin de là.

- Le vin blanc c’est effectivement une bonne idée, si tu insistes pourquoi pas.

Tout sourire comme a son habitude elle pouvait effectivement être fière de ce qu’elle venait de faire. Un tour de force que de surprendre un barman avec de l’alcool. L’ange noir caressa l’idée de garder toute la nuit avec elle, la surveillant afin qu’elle ne s’enfuit pas encore une fois comme a son habitude pour une rencontre d’un soir. L’ange noir regarda la fée dans les yeux, la forçant en modulant l’air de la pièce pour que celle-ci ressente un frisson dans le dos, suffisamment intense pour que le regard de la jolie femme daigne se poser au fond e celui de l’ange.

- Les cultivateurs de la région maudite ne se cachent plus ?

Impressionnant, pour dégotter un de ces producteurs il fallait se montrer téméraire, ils gardaient leurs productions, comme ci c’était la prunelle de leurs yeux, chaque gouttes de ce précieux nectar coûtaient le prix d’une vie humaine ou presque. Quoi qu’il en soit la situation était sans appel elle marquait des point. Mais encore une fois tout cela n’excusait pas sa conduite. Une dernière pique puis il arrêterait.

- Je peux espérer que tu ne t’enfuis pas cette fois ?

La table était dressé pour deux les volets fermés, ne vous méprenez pas, il ne s’agissait pas d’un rendez vous, juste d’un début de soirée entre ami.

_________________________________________________________


Le katana ne suffit pas a lui même ...

histoire de l'ange noir
http://spacetart.skyblog.com
Revenir en haut Aller en bas
e'Dierebel
avatar
Nombre de messages : 268
Âge : 33
Race : Fée sombre
Poste : Esclave (Saïsei)
Magie Contrôlée : Terra

Feuille de personnage
Puissance:
830/1000  (830/1000)
MessageMer 21 Jan 2009 - 10:15

Dierebel commençait déjà à s’affairer autour du bar et à répandre ses diverses trouvailles matinales autour d’elle. La bouteille de vin avait l’air de surprendre Clad. Non, bien sûr la fée n’y connaissait pas grand-chose en vin, mais elle savait le déguster à juste titre pendant un bon repas. De plus, comme elle savait qu’elle consommait souvent ses biens buvables avec Clad, elle se renseignait toujours pour ne pas prendre n’importe quoi.

Son ami souleva alors une question : comment cela se faisait-il qu’elle ai réussit à dégoter ce genre de boisson entre les murs d’Elament ? Il insinuait sûrement par là qu’elle devait exagérer. Eh bien, pas du tout ! L’étiquette, pour un collectionneur qui savait la reconnaître, était bien celle des cultivateurs de la région maudite. Même papier filigrane accolé au verre, même appellation, même logo, même image, une date plutôt récente (car ce nectar précieux avait tendance à moins bien vieillir que les vins traditionnels), bouchon rouge froid… Oui, c’était bien ce délicieux jus qu’on s’arrachait à prix d’or dans le monde entier. D’ailleurs, où avait-elle eu l’argent pour acquérir un si précieux mets ? Encore une de ses magouilles. A moins qu’elle n’ai encore usé de son charme pour avoir un rabais intéressant… Qu’importe.
Il était vrai qu’il était rare d’en trouver. Cependant, avec la guerre des démons, certains cultivateurs avaient profité des nouveaux territoires conquis pour étendre leur marché. La récolte avait été fructueuse et à vrai dire, il n’était pas rare de trouver une bouteille ou deux à prix intéressant autour de la cité d’Elament. La nouvelle ne s’était sûrement pas encore répandue, mais l’un des commerçants du marché avait pendant le conflit tissé des liens assez profitable avec cette contrée reculée. Résultat, l’ouverture des frontière apportait de sympathiques biens sur les stands de la cité des éléments.

« Oh, tu sais, les démons se sociabilisent un peu plus maintenant. Bon, j’avoue, il a du me dire d’où elle venait pour que je comprenne à quel point ça devait être fabuleux d’y goûter, mais l’essentiel, c’est que j’en ai trouvé une, non ? »

La fée pris sous son bras ses petits effets et se dirigea vers la cuisine cachée elle aussi derrière un lourd rideau. Elle entendit juste à temps la question de Clad rebondir entre les murs et atterrir au creux de son oreille. Erf, décidément, il savait l’enquiquiner quand ça l’arrangeait. Et visiblement un petit repas ne suffirait pas à convaincre son vieil ami de sa sincère venue.

« Tout de suite les grands mots ! Je ne m’enfuis pas déjà, je… Je… Je… Je vais là où l’envie me porte sans réfléchir. Hey, on est pas marié ! On ne va pas se suivre comme de gentils petits époux à longueur de journée. » répliqua-t-elle sur un ton un peu dur, plus pour le faire taire que pour l’impressionner.

Son sourire la reprit aussitôt, s’il voulait jouer aux piques, il en avait trouvé la reine : « Attention, je vais disparaître ! » S’exclama-t-elle avant de s'effacer derrière le rideau. Un éclat de rire et puis : « Mais non, ne t’inquiète pas, je suis juste en cuisine… »

Die fit une petite grimace une fois isolée, l’air de dire au poisson mort qu’elle tenait entre ses mains : ‘’Non mais j’te jure, vivement qu’il te mange, la bouche pleine on ne peut plus rien dire au moins !’’.
Et hop ! La voilà qui déballe tout sur la table, cherche couteaux et plats et se met à l’action. Carottes, branche de céleri, poireaux… Tout se voit changer de forme : rondelles, cubes, lamelles, purée. Pas de quartiers pour les légumes !
Tandis qu’elle fignole et qu’elle pinaille sur les détails, sa petite voix se met à chantonner un air enjoué.

Les aliments plongent un par un dans le bouillon qui commence à parfumer la pièce. Ça sent l'ailleurs, les rues passantes des villes contemporaines des territoires de l'Ogre Blanc. Celles où les cuisiniers ont des fenêtres ouvertes sur la rue pour distribuer à la volée des plats à manger en se promenant. Une odeur entêtante de soupe pirate s'entremêle avec le parfum fugace de la peau de la fée. Elle cherche ensuite les assiettes dans un placards et des verres...

« Bon sang, Clad ! Je n'aime pas quand tu ranges ta vaisselle tout en haut, je n'arrive jamais à l'attraper. Viens m'aider, s'il te plaît ! »

Mais, elle ne peut pas voler ? D'habitude c'est toujours comme ça qu'elle fait...

_________________________________________________________

e'Dierebel
Revenir en haut Aller en bas
Clad
avatar
Nombre de messages : 1749
Âge : 228
Race : ange noir
Poste : Barman de la chope hurlante
Magie Contrôlée : air...souffle de paix et de destruction a la fois ...

Feuille de personnage
Puissance:
777/1000  (777/1000)
MessageJeu 5 Mar 2009 - 9:28

Pas marié hein ? Alors c’était quoi cette attitude, cette fausse brimade pour l’inciter à la rejoindre en cuisine ? Les plats n’avaient jamais été trop hauts, et puis elle avait des ailes. Elle pouvait s’en problème se hisser là haut. Elle avait parfois des attitudes si prévisibles mais tellement pleines de charmes. Mais le passé de leurs études ne devait pas les ratrapper maintenant. Il avait une relation engagé et cependant si conflictuelle, au fur et a mesure que le temps passait il s’éloignait de plus en plus de celle qu’il avait épousé, à qui il avait offert le plus beau des présents, une fille.

Mais aujourd’hui, ce retrouver dans cette proximité avec cette femme qui avait tout su de lui durant leur études, il était dure de lui résister, mais il tenait bon pour l’instant. Elle le tentait c’était un fait qu’il devait bien évidement reconnaitre, mais là tout de même c’était une situation pour le moins embarrassante, lui avait fait vœu de fidélité, et elle, d’obtenir de lui tout ce dont elle rêvait, ce partage interdit et délicieux qui les avaient consumé lors de leurs premières années de copinage.

L’ange se décida finalement a se diriger vers la cuisine où l’attendait la belle, décidé a ne rien faire de mal, pour l’instant. Effleurant le comptoir du bout des doigts, il se mordit les lèvres pensant a ce dont il avait été témoins, ce joli bar en marbre noire avait vu plus d’une fois les jeux interdits des deux amants, ils avaient partagés bien plus d’une fois, cette étreinte complice se cachant des autres étudiants de l’école. Il fallait se faire discret dans l’enceinte de la faculté, la réputation était vite faite. C’est pourquoi ils c’était retrouver de nombreuse fois dans ce lieux sombre, or des horaires d’ouverture, pour pouvoir se retrouver seuls, loin des regards indiscrets.

Nostalgique de cette époque l’ange aux ailes noires soupira avant de rentrer en cuisine, frôla la fée, respirant son parfum il lévita sans user de ces ailes, celles-ci invisibles a tout regard rentrées dans son dos, une fois a hauteur il descendit deux assiettes creuse assez simple, qu’il déposa sur la table de travail.

Fermant les yeux l’ange ne savait plus trop quelle attitude adopter, la situation a laquelle il se prêtait n’avait rien de facile, il n’était pas vraiment a l’aise, partagé entre l’idée de se laisser consumer par le désir qu’elle faisait naitre en lui où de feindre l’indifférence la plus totale. Il desserra finalement les dents, uniquement pour lui dire ceci :

-Plus le temps passe et plus l’on ressemble a deux vieux amants perdus, sans possibilité d’avenir stable et doté d’un passé inavouable.

Un demi sourire apparu sur son visage, il s’était jeté a l’eau le premier, pour clarifier la situation, mais il ne voulait pas s’arrêter ainsi et fouina dans les étagère un tire bouchon ancien à la forme pour le moins étrange afin d’ouvrir une bouteille, en guise d’apéritif en quelques sortes, il servit ainsi de grand verres d’un vin daté de plusieurs dizaines d’années, il lui tendit l’un des deux regardant le sien, il avait visiblement du corps, peu ou pas de dépôt, il devait être agréable, l’odeur lui rappelait les terres brulées qu’il avait dût traverser pour atteindre la cité. C’était un grand cru, saurait elle l’apprécier autant que lui appréciait sa compagnie.

_________________________________________________________


Le katana ne suffit pas a lui même ...

histoire de l'ange noir
http://spacetart.skyblog.com
Revenir en haut Aller en bas
e'Dierebel
avatar
Nombre de messages : 268
Âge : 33
Race : Fée sombre
Poste : Esclave (Saïsei)
Magie Contrôlée : Terra

Feuille de personnage
Puissance:
830/1000  (830/1000)
MessageVen 6 Mar 2009 - 19:31

« Tu exagères ! » répondit la petite fée avec un grand sourire, sachant bien que le sujet finirait par être abordé au cours de la soirée.

Il était vrai que durant les nombreuses années qui s’étaient écoulées, les deux compères n’avaient pas reparlé de leurs aventures. Pourtant, à l’aube d’un âge où l’on fait le point sur le passé, l’heure était aux questions. Et puis, au final, il fallait bien en parler un jour ou l’autre. Au fond d’elle, Die sentit que c’était le moment d’en discuter. Cela faisait longtemps qu’elle ne s’était pas retrouvée avec Clad seul à seule. Si elle était venue ici, c’était aussi, inconsciemment, pour retrouver leurs bonnes vieilles nuits blanches à papoter de tout et de rien. Elle plongea son regard dans le sien comme rarement elle l’avait fait, avec cet air de confidente pleines de tragédies à conter. Sa main libre saisit le verre qu’il lui tendait et elle le fit s’entrechoquer au sien avec un clin d’œil.

« Nous ne sommes plus amants depuis longtemps, à regrets parfois pour moi. » dit-elle dans un soupir avant d’avaler une gorgée de vin. « Délicieux… »

Elle savoura une autre gorgée avant de reprendre en reposant les yeux sur son potage :

« Je pense qu’il ne faut pas se focaliser sur ce que nous avons pu éprouver l’un pour l’autre. Tu sais, je ne veux pas te faire de mal. Je suis libre comme l’air. Et j’aime en profiter. Je ne veux pas faire de toi la victime de mes folies. Alors… Dès fois, je te l’avoue, il m’arrive de me dire que je ne veux pas finir mes vieux jours seule, et que tu serais, à juste titre, la personne avec qui je les finirait volontiers. Mais c’est un beau rêve de petite princesse capricieuse que je ne peux te promettre de réaliser. »

C’était la première fois que ses yeux se perlaient de larmes devant son ami. C’était la première fois qu’elle reconnaissait avoir un jour éprouvé quelque chose pour lui. C’était sûrement magique pour lui. Mais elle se sentait cuisinée comme aux enfers. C’était douloureux pour elle de dire ce qu’elle ressentait véritablement. Ouvrir son cœur était une opération délicate. Elle avait du mal à trouver ses mots.

« Et puis, nous n’avons pas un passé inavouable. La preuve, nous nous sommes tout dit, non ? »

Ses yeux le fixèrent à nouveau. Elle savait qu’ils ne s’étaient pas tout dit, et peut-être ce soir attendait-elle de lui un non. Un non pour enfin mettre des mots sur des blessures qu’elle n’avait pas pu guérir, chez lui comme chez elle.
Elle posa son verre de vin et versa la soupe dans l’assiette creuse que l’ange noir avait posé là. Machinalement, elle finit de mettre la table. Elle continuait de parler :

« L’avenir est incertain. Que nous soyons tous deux réunis ou pas. Pour chacun. Ce n’est pas question d’être deux vieux amants perdus sans lendemain. La question est au temps, au hasard… »

Dierebel fit papilloner ses ailes avec délicatesse avant de chasser les larmes qui menaçaient de s’écraser sur ses joues rosies par l’émotion.
Son sourire inébranlable repris le dessus :

« A table très cher ami, c’est prêt ! »

_________________________________________________________

e'Dierebel
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» Défi n°6.... pour Clad
» groupe D : Hyunkel vs Clad