Partagez | .
 

 Retour aux Enfers... [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
avatar
MessageDim 28 Déc 2008 - 18:35

Faust était revenu aux Enfers aux alentours de midi, ce qui n'était pas dans ses habitudes. Et pour cause, sa fin de nuit avait été des plus mouvementée… Il avait attaqué un Aasimar nommé Iniloth et après un bref, très bref combat suivit d'une discussion, ils s'étaient quittés dans une ambiance plus ou moins sereine… Et tous les deux étaient en vie… Faust retourna dans les souterrains sans encombres, protégé qu'il avait été par un épais brouillard… Il était d'ailleurs tombé tellement vite ce brouillard que le chiropteran ne pouvait s'empêcher de soupçonner que l'Aasimar en était la cause.

Une fois à l'ombre dans les tunnels souterrains, Faust pu rouvrir les yeux. Il était fatigué malgré la régénération qu'avait pratiqué sur lui Iniloth. Les discutions l'avaient fatigué et la peur qui en résultait en était plus fatigante encore… Baillant, il retourna dans la crevasse qu'il "habitait" pour le moment. Pendant le trajet jusque là, il avait bien caché la petite Elament miniature que lui avait offert Iniloth avec le paquet contenant les restes écrasés de son armure. Il ne se sentait pas en sécurité…

Arrivé à sa crevasse qui n'était rien de plus, aucun signe de confort quelconque, aucun signe que quelque un ou même quelque chose pouvait se reposer là, il lança son armure contre la roche et s'accroupi ensuite pour creuser une petite cache pour son nouveau trésor. Une fois la petite citée bien cachée dans le trou que Faust avait colmaté avec un petit rocher, il s'appuya contre la roche froide de la crevasse… Ses yeux se fermaient tous seul, mais il repris en main les restes de son armure et détacha la lanière de cuir qui tenait le tout ensemble.

Le grand loup d'Iniloth l'avait complètement écrasée, au point que le métal s'était fendu. Faust soupira… Il lui faudrait réparer ça aussi vite que possible et mieux, trouver le moyen de la rendre plus solide encore. Alors même qu'il pensait à cela, sa tête se laissa lentement aller jusqu'à ce qu'elle tombe carrément en avant. Endormi, le chiropteran lâcha les restes de son armure brisée et ses ailes l'entourèrent pour le protéger des courants d'air régnant dans les souterrains.
Revenir en haut Aller en bas
Swa
avatar
Nombre de messages : 143
Race : Chiropteran
Poste : Serviteur de Sybaris
Magie Contrôlée : Chaos

Feuille de personnage
Puissance:
626/1000  (626/1000)
MessageLun 29 Déc 2008 - 12:40

Spoiler:
 


Les pas changèrent de route. Décidément... après avoir dérivé pour arriver au fin fond de la lagune, et y trouver le futur, voilà que la bête, au lieu de retourner chérir son Artifice pour retrouver son ancien corps, faisait route vers le nord, et pas qu'un peu. retour au bercail comme on dit de part chez nous. En y réfléchissant un peu, ça faisait une petite paille en réalité, que la bête n'était pas revenue ici. Pourtant, son rôle ne serait-il pas de protéger le grand trône ? Peut lui importe en fin de compte. Son corps plus animal qu'humanoïde trottinait, parfois des instant joyeux défilaient dans ses deux crâne qui ne faisaient qu'un en matière de pensée, parfois ses idées noires ressurgissaient en lui, sourire sadique. Heureux de lui, fière de sa marche vers le mensonge, il serra grand avant d'être beau. Qu'est-ce donc que cette beauté dont tout le monde parle ? Son corps, bien que décharné par les combats, le temps si long que même sa mort à voulu fuir, sa forme étrange, bestiale accompagné de cordes vocales... ce corps là, avait des muscles parfait à ses yeux enfin ouverts sur le monde, à force de voir ce foutu monde avec les yeux de son nouveau et bientôt ex-corps chiroptéran, il en était venu à faire cet acte macabre qui n'est autre qu'extraire le masque fait dos, incrusté dans son crâne. Ce jour là, après sa propre résurrection au milieux de l'Artifice, ses yeux avaient pleuré. La vue troublée, mais il voyait.

Il s'approchait enfin du Domaine, après une longue marche, ou un long vol, cela dépend de quel côté on se place. L'animal loup ? Ou le Chiropteran, ancien Bavard ? Dans le domaine, le double corps croisa trois hurleurs. Il était toujours fasciné par la beauté de cette grosse bestiole aux allures cadavériques. M'enfin, la bête n'était pas là pour s'attarder à la beauté de ses insolites bestioles, son futur l'intéressait bien plus encore. Son passage en ces lieux n'était là que pour montrer sa présence. Les doutes sur sa personne ne devaient pas encore exister. Une chose stoppa ce gros chien aux couleurs d'automne, et son corps fin, cornu et ailé du Chiropteran s'arrêta net derrière lui. Il n'était pas seul, cela ne faisait aucun doute. Son flair ne se trompait jamais, ou aussi souvent que sa toilette qui est bien loin d'être quotidienne. Dans le gouffre sombre qui se trouvait non loin de lui, une créature semblait y résider en cet instant précis. La curiosité est-elle donc un mauvais défaut ? Tout est-il que le gros canidé, pouvant ressembler à un très grand chien de garde et d'attaque évidemment, ne manqua pas de se risquer dans cette étroite crevasse. Au pire, il avait toujours son statut de protecteur, il ne se gênerait pas pour virer qui que ce soit qui n'a en rien sa place dans ces lieux, pour la protection du trône, bien qu'en réalité, il louchait sur le pouvoir... Aussi démoniaque que faussement divin, car imbus de sa personne comme il se doit, il ne s'avança pas jusqu'au fond de cette planque sordide. Une forme de vie pouvait se dessiner dans la pénombre. Il usa donc de sa voix chaude, bien qu'avec des pointes glacées rappelant les douces entrailles de l'enfer.


" - Un insecte dans un trou. Qu'il sorte, j'aime les insectes."

Comprenez ou pas les paroles tordues de la bête, le plus sage étant d'y répondre par n'importe quel moyen qui s'offre à vous. La bête est patiente... mais elle a un goût incommensurable pour se délecter de toute chair qui s'offre à elle.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageLun 29 Déc 2008 - 14:02

Faust s'était réveillé instantanément quand il avait entendu des pas approcher… Le chiropteran s'était tapi au fond de son trou, redoutant un attaque, comme toujours. Cette fois, il avait un avantage, il était invisible, protégé par la totale obscurité. Il verrait ce qui approchait avant que ça ne le voit. Il vit alors une sorte de grand chien qui approchait, reniflant l'air… Il connaissait cette bestiole et il savait qui se trouvait toujours derrière. Celui qui approchait était un de sa race… Enfin… Plus ou moins… Faust n'avait jamais vraiment su ce qu'était cet être spécial nommé Swa… Il fallait dire qu'ils ne se connaissaient que de vue, sans s'être jamais réellement parlé…

Swa… C'était un chiropteran, en théorie… Mais il était vraiment spécial… Dans sa façon d'être, de se comporter, il faisait presque peur. Mais ce n'était rien à côté de la bête nommée Senector… Car si Swa ne sentait pas le mal à plein nez, c'était le cas du grand chien… Décidément, c'était la période où Faust avait affaire à des canidés énormes… Toujours sous le couvert de l'obscurité, Faust entendit une voix parler d'insectes… Cela confirma que c'était bien Swa qui était près… Trop près peut-être…


Ne faisant pas confiance du tout en Senector, Faust sortit de sa cachette, s'approchant doucement…

Swa… Va bouffer des insectes ailleurs…

Bien que terrifié, Faust s'approcha du grand chien qui lui barrait la sortie. Le chiropteran se tenait près à se défendre au cas où Senector décidait de se faire un festin… Enfin, Faust aperçu la silhouette décharnée de Swa… Il n'avait pas l'air très impressionnant comme ça… Mais au Enfers, les apparences étaient plus que trompeuses.

Ca fait un moment qu'on ne t'as pas vu te traîner par ici… Ca faisait des vacances…

Faust n'aimait déjà pas tellement Swa à cause de son ego surdimensionné, de son arrogance, mais il aurait facilement pu s'y adapter s'il n'y avait pas eu cette créature à ses pieds. Les chiropterans étaient des créatures solitaires mais dans les souterrains, il était difficile de ne pas en croiser d'autres, du coup, certains noms restaient en mémoires, certains visages... Et puis Swa était connu car il était un chevalier démoniaque, pas un simple soldat comme l'était Faust lui-même... D'ailleurs, il ne doutait pas que si lui avait retenu son nom, ce n'était pas le cas de Swa qui ne passait probablement pas son temps à retenir les noms des rotures démoniaques telles que Faust...
Revenir en haut Aller en bas
Swa
avatar
Nombre de messages : 143
Race : Chiropteran
Poste : Serviteur de Sybaris
Magie Contrôlée : Chaos

Feuille de personnage
Puissance:
626/1000  (626/1000)
MessageLun 29 Déc 2008 - 15:05

Intéressant... c'était tellement rarissime que l'on ose lui parler sur ce ton. Mais paradoxalement, il aimait. C'était bien plus amusant, pimenté, lorsque la personne usée aussi d'une petite pointe d'arrogance dont il fait lui même très souvent usage. Tiens donc, un Chiroptéran ! Senector aimait cette race seulement pour leur possession d'ailes. C'était une chose qu'il pouvait goûter depuis pas plus d'un siècle, grâce à ce fabuleux Swa. Un être autrefois très loquas, qui ne manquait jamais de riposter avec des blagues foireuses et morbides. Un petit crétin, stupide, chiant au possible, mais qui avait un sourire qui jamais ne s'effaçait, comme si, au fond de lui, une idée amusante trottinait sans cesse. Swa avait de grand étendards dans le dos, munis de trois longues griffes articulés à chaque extrémité de l'articulation principale. Tout comme les doigts de ses pieds et ses dites mains d'ailleurs, jamais il ne saurait être habille pour jouer du violon, mais quand à l'art du combat, ça... oui.

Senector, qui avait depuis, enterré son masque qui cachait ses yeux, dans un coin de l'Artifice, regardait le Chiropteran avec ses yeux bleu glacé. * Swa… Va bouffer des insectes ailleurs… * cette phrase lui rappelait la rencontre qu'il avait faite, dans cette grotte humide. C'est à peu près ce qu'il avait lancé dans la figure de Swa, pauvre petit perdu qui venait perturber son si doux sommeil. La réponse avait était simple. Un Chiropteran n'a rien d'une chauve-souris, alors les insectes...

Sur ses quatre pattes fines et robustes, le canidé repris la paroles, il était bien le seul de ses deux corps à pouvoir parler, et ça n'avait jamais changé depuis sa naissance.


" - Nous aimons les insectes, trop pour les manger, bien assez pour les chérir. "

Comme à son habitude, chaque mot, chaque ponctuation était articulée avec le plus de précision que possible. Sa voix raclait le fond de sa gorge. Il ricana. le visage de cette créature lui disait vaguement quelque chose, mais trop vaguement à son goût. Il aurait dû sans douter, son absence quoi que normale à ses yeux, s'était remarquée. Après tout, il étaient trois à protéger ce foutu trône, pourquoi diable son absence devrait-elle être gênante ? Après mainte réflexion il ne devait pas s'en soucier. Ses magouilles ne pouvaient pas se voir, à moins de le suivre de près, bien trop près... il l'aurait remarqué assez rapidement. Senector fait toujours gaffe à ses arrière. Sa patience n'a presque aucune limite, le suivre aurait aussi été long et encore plus chiant que d'assister à un repas royal.

" - Eh bien, tu n'es pas ici pour des vacances. "

Il semblait fatigué. Qui était-il ? Ce devait être un Soldat, il n'y avait aucun doute, dans le cas contraire, il n'en aurait fait qu'une bouchée. Oui, Senector ne se demande jamais si ce qui se trouve devant lui est plus fort ou non que sa propre double personne. C'est bête, mais c'est ainsi. Cette stupidité lui a pourtant valu la mort de son ancien corps, bien que les circonstances étaient nettement différentes qu'en cet instant. Il ricana entre ses crocs, une fois de plus, mais jamais de trop. Une chose l'intriguait, c'était la fatigue qui se ressentait chez cet individus... et lorsqu'une chose l'intrigue, il veut absolument trouver la réponse à sa, ou ses questions.

" - Oooh ! fatigue que voilà-là ! Vacances trop longues n'est-ce pas ? Ou travail trop rude..."

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageLun 29 Déc 2008 - 17:30

Pour le peu qu'il connaissait Swa, Faust le trouvait d'une étrangeté incomparable. Et ce n'était pas peu dire vu le nombre de créatures étranges qui peuplait les Enfers… Le truc avec ce chiropteran là, c'était qu'on ne savait pas trop qui était qui. Sa personnalité semblait complètement détraquée, et il n'y avait pas moyen de savoir qui était l'être intelligent entre lui et le canidé qui l'accompagnait partout. Mais loin de rendre Swa faible, ça ne faisait qu'embrouiller les autres, dont Faust dont la peur ne faisait que grandir… D'autant plus qu'en y repensant à deux fois, il y avait quelque chose dans cette crevasse qu'il ne fallait absolument pas que quelque un des enfers découvre.

Du coup, quand il s'était adressé à Swa, cela avait été d'une façon très agressive, et sans aucun respect, alors que ce dernier était en quelque sorte son supérieur en temps que chevalier, ce qu'il n'aurait pas fait d'habitude. Mais la peur combinée à la fatigue avait fait que Faust n'avait pas pu faire autrement. Mais loin de subir une quelconque colère, cela semblait amuser Swa.

Le grand chien répondit à l'agression de Faust, parlant pour eux deux. Cela dit, Faust faisait ce qu'il pouvait pour ne même pas regarder l'animal nommé Senector, gardant les yeux fixé sur le chiropteran. Sa voix donna des frissons dans le dos à Faust. L'animal parlait en accentuant tout… Faust faisait face aux deux créatures, bouchant l'entrée de la crevasse. Faust soupira, fatigué et exaspéré par les paroles de l'animal qui puaient l'ego.

Je fais ce qu'on me demande, je suis là pour ça…


*Mais tant qu'à choisir, je préfère que celui qui me donne des ordres ne soit pas détraqué…*

Alors Swa sembla encore plus intrigué… Faust ne comprenait pas. D'habitude, quelque un du grade de Swa aurait passé son chemin, se moquant bien d'un simple soldat… Mais là, il semblait de moins en moins décidé à partir. Faust n'aimait pas ça du tout. Surtout qu'il sentait sur lui le regard perçant du grand chien. Quand il parla encore, Faust compris que sa fatigue se voyait bien plus qu'il ne le pensait…

Le nuit à été longue et j'ai du rentrer de jour… Ca te situe?

Faust serrait les dents. Il se sentait de plus en plus oppressé par Swa et son compagnon. S'il avait été du même grade que Swa, il aurait pu lui aussi lui demander d'un air cynique où il avait disparu pendant tout ce temps, mais ce n'était pas le cas…. Cela impliquait que Swa pouvait poser toutes les questions qu'il voulait, alors que Faust, lui n'avait que le droit de rester dans l'ignorance.

Tu perds ton temps avec moi, Swa…

Les yeux de Faust commençait à devenir lumineux, trahissant qu'il ne voulait pas, mais alors là pas du tout que Swa traîne dans le secteur. Si ça continuait, Faust attaquerait sans pouvoir se contrôler, uniquement parce qu'il crevait de trouille.
Revenir en haut Aller en bas
Swa
avatar
Nombre de messages : 143
Race : Chiropteran
Poste : Serviteur de Sybaris
Magie Contrôlée : Chaos

Feuille de personnage
Puissance:
626/1000  (626/1000)
MessageMar 30 Déc 2008 - 10:47

Un ricanement grincent sortit une fois de plus de sa gueule, gros chien des enfers, ami ennemi à la fois de mère nature.

" - Hun hun hun Hunnn Huuuuuun !!!!! "

Petite pose dans sa voix qui dérapait sur l'écho produit.

" - Le temps n'est en rien une barrière ! Fichtre l'éternité me tend les bras, la mort même m'a renié on dirait... !"

Ce soldat était bien trop nerveux, ou trop arrogant pour son rang. C'était une chose à vérifier. Peut-être aurait-il été surpris au mauvais moment ? Peut-être que... en fait, pas besoin d'énumérer les peut-être, pourquoi ne pas le repousser dans sa crevasse histoire d'en savoir un peu plus. Il cachait quelque chose, ça se sentait à plain nez. Qu'avait-il pu bien faire ? A en juger sa position, ses muscles tendus, ce grand Chiropteran, bien plus imposant que Swa de par sa corpulence, sa tête au large bec... n'était pas loin du conflit. Étrange pour une personne qui en sait tout juste assez sur la distance, cette marge entre le Soldat et le chevalier. Le canidé s'avança, histoire de faire reculer l'individu en question. Quand à son corps cornu derrière lui, dont le sourire égalait presque la largeur de sa propre tête, restait en retrait, derrière. Comme toujours.

" - J'ai tant de douceur à savourer le contenu des pensées. Elles sont fines, subtiles... délicates. Toutes les peurs, tous les petits secrets sont toujours bon à connaître mon brave ! Soit, ça va faire un moment que mon esprit ne se trouve pas en ces lieux. Affaire personnelle. Aussi, j'aimerais avoir des nouvelles chaudes ! Le froid ne me souris guère."

Swa avait la... patte droite, dont les trois griffes articulées pointaient en direction du sol, de l'enfer, comme il se doit. Le double corps était prêt à s'amuser avec le royaume des ombres et des illusions. Un plaisir qu'on ne saurait décliner. En effet, il avait tout son temps devant lui, et c'est avec amusement qu'il prendrait des minutes voir bien plus encore, histoire de trouver la cause de l'arrogance chez ce Soldat. Il n'y avait peut-être rien, après tout, cette race est aussi aimable qu'un vagabond affamé. Mais il n'avait rien à perdre, son occupation favorite était bien celle-là, celle de tout savoir, de ne pas laisser s'échapper la moindre chose, puisse-t-elle être de la moindre importance, cela n'était en aucun cas un problème pour le double corps. Rien ne peut être négligé car la moindre chose peut être utilisée pour ou contre qui que ce soit.

La bête n'avait rien à ajouter, il avait plongé son regard dans celui du soldat, et le fixait avec insistance et malice. Aucun mot n'était à ajouter dans ses phrases foireuses, seule l'attente de la réponse de l'étrange personnage qui se tenait face à lui l'intéressait. Il avait cependant, le corps animal, plus que le cornu, tendu comme une barre en bronze, les muscles sous une chair roulant sous un très peu de graisse, la gueule entrouverte, il était toujours sur ses gardes, que ce soit fasse à qui que ce soit. Il ? Ou ils ? Étrange être au double corps et double personnalité depuis sa fusion qui, sans elle, sa mort ne l'aurait peut-être pas renié, et il aurait déjà été accompagné dans les chemins qui n'ont qu'un sens, sauf en cas de résurrection. En cet instant, comme en tant d'autres malheureusement, ses pensées divaguaient entre les leurs, car on peut dire qu'ils sont deux, et le doux souvenir de son ancien corps. Cheveux rouge sang, la face décharnée, composée de ferrailles, de chair mise à nue... majestueux s'ils peuvent dire. Bientôt il le retrouvera, bientôt l'ancien bavard retrouvera sa parole et son ancienne liberté et stupidité enfantine. Bientôt...

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMer 31 Déc 2008 - 11:57

Faust pencha la tête sur le côté, sceptique, quand Swa insinua qu'il était… qu'il était quoi? Immortel? Brièvement, l'esprit de Faust se focalisa là-dessus… C'était impossible… De ce qu'il savait, personne n'était immortel, pas les chiropterans en tout cas. Le grand chiropteran à la peau brune risqua un regard sur le grand chien, mais ce fut très bref… Bizarrement, il était incapable de soutenir le regard de la bête. Il reporta donc son attention sur celui qui lui ressemblait, aussi peu que ce fut… Le rire de Swa, ou du chien, Faust ne savait pas vraiment, lui glaça le sang.

Tout ce que Faust ressentait était en fait amplifié par le sentiment de culpabilité dont il était envahi… Il savait très bien qu'il avait fait et qu'il pensait des choses contraire à sa nature… Il faisait donc, en même temps qu'il affrontait le regard du chevalier des Enfers, son possible pour bloquer son esprit à toute intrusion. Alors le grand chien se mis à avancer, repoussant Faust dans la crevasse. Les yeux de Faust s'illuminèrent alors franchement, allant jusqu'à éclairer les murs de pierres de la crevasse. Les paroles de Swa au sujet des pensées ne l'avaient pas rassuré… Et voilà qu'il se faisait repousser au fond du trou. Faust se félicita d'avoir pensé à enterrer la cité miniature offerte par Iniloth… Après tout, cela reporterait peut-être sa mort d'une ou deux minutes…


*Quelle poisse…*

Au fur et à mesure que le chien avançait et que Faust reculait, les yeux du chiropteran se faisaient plus lumineux encore et il commença à grogner en montrant les dents. La peur en lui était presque palpable dans l'air maintenant. Mais Faust savait que cette peur était son amie plutôt que son ennemie car celle-ci avait toujours multiplié la puissance de son pouvoir de contrôle quand il était en mauvaise posture. Le chiropteran, dont l'instinct marchait plein tube, ouvrait grand les ailes, cela le faisant paraître plus grand, plus impressionnant.

Il n'y a rien de nouveau aux Enfers, Swa… Nous sommes toujours des monstres, nous sommes toujours ceux dont personne ne veut entendre parler… Nous sommes toujours le même ramassis de parasites.

Faust parlait d'une voix rauque entre deux grognements… Arrogance soudaine ou folie passagère, il prononça une dernière phrase.

Et nous ne sommes pas près de gagner contre la cité de lumière.

Alors tant qu'à mourir, autant que ça prenne le moins de temps possible. Faust avait une peur bleue de la mort, autant que d'être simplement blessé… Car un être blessé, aux Enfers, était un être faible et donc condamné. Il se jeta donc sur le grand chien, qui était de loin, pour l'instant, la plus menaçante des deux créatures. Il planta ses griffes dans la chaire du chien, essayant d'aller le plus profondément possible. Mais le but de Faust était surtout de mettre le chien hors course pour atteindre Swa.

*Merde! Si c'est moi qui doit mourir, que ça aille vite!*
Revenir en haut Aller en bas
Swa
avatar
Nombre de messages : 143
Race : Chiropteran
Poste : Serviteur de Sybaris
Magie Contrôlée : Chaos

Feuille de personnage
Puissance:
626/1000  (626/1000)
MessageMer 31 Déc 2008 - 13:29

Légèrement surpris par cette situation, la bête laissa le poids du Soldat qui incrustait ses belles griffes dans sa chair, tomber sur lui, son corps ne montra aucune résistance. C'était voulu, il roula au sol, obligeant le Soldat à se tenir droit pour ne pas tomber à la renverse dans sa fausse chute. Swa, dont les griffes pétillaient d'un désir... celui de s'amuser. Elles pointaient toujours le sol, et petit à petit, la petite crevasse ou s'y abritait le Chiropteran semblait se renverser, le ciel devenait sol, et vis-vers ça. L'ombre que Senector aimait contrôler, enveloppa l'espace. Ce qu'il aimait, c'était la peur des autres. Cet individus avait sûrement mal réagit, il se sentait agressé alors que la bête ne faisait que demander des informations, cherchant évidemment, si ça demande était perturbante ou pas. A priori, oui... elle lui posait problème. Des voix féminines ainsi que masculines, plaintives s'échapper de nul part.

* HHHhhhhHééo... Loca in ferna in nocte...
--------------------------------------------------------------------------------Loca in ferna in nocte
----------------------------Animae in nebula
*

Les voix disparaissaient pour mieux revenir encore. De temps à autres, nulle parole ne venait troubler ce moment... puis un pleure. Un cri, une femme sanglotait dans son coin inexistant. Les ténèbres ne sont pas du néant, et c'est là, la source de vos peurs. La bête saignait, mais elle pouvait endurer les coups, après avoir fait maints combats, après avoir été recousu à maintes reprises... après avoir retiré, arraché, cisaillé son masque d'os. La douleur n'était pas plaisante, certes, mais c'était un habitué.

Silence...
------------------------------Rien...
-------------------------------------------La bête n'était pas loin
------------------ Un chant suivit les murmures


La bête chanta à son tour, de sa voix grave, qui glissait en raclant le fond de sa gorge. Voix calme, posée, grave, reposante tout autant qu'imposante. Ce n'était seulement pour un court instant, avant qu'il ne prenne la parole tandis que l'endroit était envers, et que les voix rebondissaient sur les parois froide du domaine. Peut-être qu'il devrait parer une seconde attaque ? Il le saurait bien assez vite.


" - Des nouvelles du domaine je n'ai pas encore reçus. Aurait-tu quelque chose à cacher ? Ou l'humeur c'est perdue dans ta rude nuit ? Hun hun hun huuun huuuun !!! "

Son rire froissa les voix plaintives. Parfois, un murmure s'arrêtait aux oreilles du Soldat, et pourtant, il n'y avait personne. Aucune sensation d'une présence. La bête, Senector, sentait la ruse à plain nez. Ou du moins, la tromperie. Mais chacun peut se tromper, lui le premier, qui n'était pas épargné par l'erreur. Il aurait pu ne pas s'attarder, mais ça sentait bien trop bon par ici.

" - Alors ? les insectes clouent-ils les langues aussi tôt ? Tu n'es pas dans ton assiette, à moins que ton repas te donne des nausées, te voilà fort insultant à mon égare.

Une goûte rougeâtre perla le long de son poil, afin de s'écraser au sol, les autres goûtes qui suivirent se terminèrent sur la langue du gros chien, qui venait de laper soigneusement la blessure.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMer 31 Déc 2008 - 14:02

Faust eu à peine le temps de se rendre compte de ce qu'il se passait qu'il était complètement perdu… Tout avait changé, il n'avait plus l'impression d'être dans la même grotte, mais les deux créatures étaient toujours là. Il avait du lâcher le grand chien qui ne semblait pas souffrir plus que ça de ses attaques. Faust ne savait pas s'il marchait au plafond ou au sol, s'il était couché ou debout. Sa droite et sa gauche, qu'il avait déjà du mal de déterminer d'habitude étaient complètement tronquée… Mais ça aurait été génial si seulement il n'y avait eu que ça.

Parce qu'il n'y avait pas que ça. Il y avait des chants, des cris, des voix dont Faust ne pouvait déterminer l'origine. Ca venait de partout et de nulle part, de près et de loin. Faust avait beau jeter des regard autour de lui, il n'y avait rien. Rien hormis Swa et son compagnon plus que démoniaque. Faust fini par tomber à genoux sur le sol qui pouvait aussi bien être le plafond et plaqua ses mains à quatre doigts sur ses oreilles… Mais il n'y avait rien à faire. Il entendait toujours tout.

Il fallait que Faust se calme, même si son envie était plus proche d'étriper le chiropteran face à lui que de lui parler en essayant d'être lucide. Pourtant, il fallait qu'il se ressaisisse ou il serait mort avant d'avoir pu faire quelque chose. Et une mort entourée de voix qui vienne de nulle part n'était pas le genre de mort que Faust voulait. D'autant que…

D'autant que si la cité miniature tombait entre les pattes de Swa, ce dernier aurait une carte précise d'Elament et connaîtrait tous ses points faibles. Faust retira ses mains de ses oreilles, et redressa sa tête qui lui tournait atrocement, lui donnant la nausée. Swa avait posé une salve de questions.


Je n'ai rien à cacher. J'ai passé une rude nuit, maintenant je suis crevé, j'ai peur comme seule peu l'être une créature qui n'a pas plus de puissance qu'une bête sans intelligence et la peur entraîne l'agressivité, tu dois le savoir.

Tentative bien pitoyable, mais que restait-il à Faust sinon le mensonge? Il était fatigué, ça, ce n'était pas un mensonge, il avait peur également, d'autant que son armure avait été détruite durant la nuit… Mais il avait quelque chose à cacher, ça c'était clair. Il avait été un imbécile de ramener la petite cité ici. Et il n'avait pas eu sa part de chance cette fois car il était tombé sur une créature complètement détraquée, mais intelligente. S'il s'en sortait, Faust détruirait la cité de glace…
Revenir en haut Aller en bas
Swa
avatar
Nombre de messages : 143
Race : Chiropteran
Poste : Serviteur de Sybaris
Magie Contrôlée : Chaos

Feuille de personnage
Puissance:
626/1000  (626/1000)
MessageJeu 1 Jan 2009 - 14:16

La majorité des voix s'estompa dans le néant, seules quelques plaintes restèrent, bien plus faibles maintenant. Les éléments reprirent leur endroit d'origine durant la dissipation des Ténèbres et du Chaos. Le gros chien lapa une fois de plus sa plaie avant de répondre au mots du Chiropteran apeuré.

" - Peur ? Qu'as-tu donc à craindre ? Pourquoi te ferais-je du mal ? Je ne te demande rien d'autre que des nouvelles chaudes du Domaine. Une chose te tracasse, à moins que tu ne sois juste fou... "

Ses deux billes d'argent pâle roulèrent en toute direction, posant le regard un peu partout dans la crevasse. Chose certain, c'est que bien qu'il puisse être fou, ce Soldat n'était pas à sa place, du moins, il ne l'avait pas gardé en s'attaquant à un rang supérieur. Il avait perdu le contrôle de son calme et s'était presque rendu. Se rendre ici, ne voulait pas dire qu'il se rendait fasse au combat imminent, mais il avait avoué par crainte, et sans le vouloir, en perdant tous ses moyens, qu'il était louche. C'était bien le cas de le dire et Senector, grosse brute qu'il était, était bien content de son petit jeu.

" - La folie n'est qu'un miroir sans fin de nos pensées celées au fond de nous. Si la clef ouvre cette porte intérieur, alors le corps s'empare des pensées, les mots deviennent biscornus, et la raison n'a pas même aussi raison qu'auparavant. Chamboulement de notre être. Mais... "

Senector regarda les griffes de sa patte droite avant, laissant un petit sourire se dessiner le long de ses crocs.

" - Mais vois-tu, la folie peut dénoncer ce que nous voulons cacher cout que cout..."

Il s'avança, jusqu'à atteindre le fond de la crevasse, ainsi le soldat se trouva entre la sortie ou s'y trouvait le cornu, et le gros chien.

" - Et... pas plus de puissance qu'une bête sans intelligence... pour un soldat c'est assez péjoratif ne trouves-tu pas ? La loyauté devrait dépasser la peur. Es-tu donc loyal envers le grand trône ? Là est la question. Alors, choisis soigneusement les mots que tu vas utiliser soldat dont je ne connais pas même le nom. "

Il était fasse au soldat, le train arrière quasiment contre le fond de cette petite tanière. Ses deux billes bleutées le fixait comme il n'y a as si longtemps que ça, un regard pesant...

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageJeu 1 Jan 2009 - 17:26

Les choses avaient repris leurs places et les voix, les chants avaient diminué d'intensité, mais n'avaient pas disparus. Swa avait repris la parole et Faust devait avouer qu'il avait raison… Et pour cause, il devait s'y connaître au niveau folie… Le chiropteran à la peau brune et au muscles bien dessiné, s'étant redressé, faisait maintenant à nouveau face à son semblable décharné. Il écoutait la voix de Swa, ou de qui que ce soit d'autre, qui venait de partout, cet effet étant encore amplifié par l'échos que provoquait la grotte.

Alors que Faust se disait qu'il était vraiment mal barré, Swa lui posa une nouvelle question: était-il loyal au grand trône? Il le prévint de bien choisir ses mots, ce qui, Faust devait l'avouer, n'avait pas été son fort depuis le début de cette rencontre. Faust s'énervait beaucoup trop et, de fait, s'était laisser aller aux sous-entendus… Et ces sous-entendus, Swa semblait n'avoir aucun mal à les décrypter. Faust était presque sûr que si Swa n'avait pas pris autant de plaisir à jouer ce petit jeu, il aurait été directement à son but et à l'heure qu'il était, Faust serait déjà entrain de se faire bouffer par les amis de Swa, les insectes.

Quand la créature cessa de parler, Faust entrepris de répondre, doucement, choisissant ses mots, même si au fond de lui, il avait l'impression que le pire était déjà fait…


La folie reflète ce qu'on ressent au fond de soi, je suis d'accord, mais qu'en est-il si je ne suis pas fou? Car je ne suis pas fou…

*C'est-ce qu'ils disent tous… Mais non, c'est vrai tu n'es pas fou, juste complètement dingue d'avoir décidé de protéger Elament…*

Et en ce qui concerne ma loyauté, ne sommes nous pas, en tant que démon, incapable de loyauté si celle-ci ne nous rapporte rien, ne nous élève pas? Tout comme nous sommes incapables de penser à autre chose d'autre que nous-même?

Il répondait essentiellement par des questions, et par là, il ne mentait ni ne disait la vérité. Il contournait la difficulté. Le chien, pendant ce temps, avait reculer, plaçant Faust entre lui et Swa… Faust, qui avait pourtant réussi à se calmer un tout petit peu, recommença à stresser. Senector était maintenant placé juste devant le petit rocher dissimulant la cité miniature. Les grognements remontèrent dans sa gorge et ses yeux se remirent à luire… Il se trahissait lui-même, comme souvent.

Faust attaqua alors une nouvelle fois, incapable de se contrôler, sauf que ce ne fut pas le grand chien qui fut sa cible cette fois, mais le chiropteran décharné. Faisant une bonne vingtaine de centimètres de plus que Swa, avec le poids qui va avec, Faust n'eu aucun mal à le renverser à terre. Et son pouvoir de contrôle se mit alors en marche: Faust envoya des chocs mentaux à Swa, mixages de bruits stridents et de basses tellement forte que le cœur se mettait à battre au même rythme.

Dans la tête de Faust, il n'y avait que la peur, dans ses tripes, pareil… Et il savait très bien que s'il n'y avait pas de miracles dans les prochaines minutes, voire secondes, Faust se ferait massacrer.
Revenir en haut Aller en bas
Swa
avatar
Nombre de messages : 143
Race : Chiropteran
Poste : Serviteur de Sybaris
Magie Contrôlée : Chaos

Feuille de personnage
Puissance:
626/1000  (626/1000)
MessageJeu 1 Jan 2009 - 18:02

Spoiler:
 

Un temps de parole qui ne dura pas. Une bêtise renouvelée. Jamais deux sans trois... mais il n'y aura pas de trois. Swa, le cornu, se fit renverser sur le dos. Corps humanoïde trop fragile. Senector avait bien hâte de retrouver son ancien. Swa étant un être fusionné, sa douleur était celle de Senector. Deux corps ne font qu'un. Pendant que sa tête cornu lui faisait terriblement mal, son corps animal bondit sans hésiter sur ce Barbare. Cette magie lui était insupportable. Pendant que son corps cornu souffrait sous le rythme bien trop rapide de son cœur ainsi que sous les sons strident qui lui brisaient la tête, la bête s'abattit sur le dos du Chiropteran. _ Enfoiré _ pensa-t-il instantanément. Il avait réagit vite, mais le voilà énervé. Sa gueule s'ouvrit sur la large nuque de son agresseur et s'y referma. Il n'avait nullement l'intention de l'étrangler, ni de lui bouffer la nuque. Seulement de l'immobiliser afin qu'il cesse de lui lancer cette douleur. Ses crocs s'enfoncèrent dans la chair par accoue, sans aller trop loin. Un soldat mort n'était pas de grande utilité. Sans lâcher prise, le canidé, seul corps doué de parole malheureusement, s'acharna pour essayer d'articuler, afin de parler... dur comme exercice, lorsque la gueule reste encombrée par une nuque robuste.

" - JJJjjj'adooooorrrr ! Fffffrrrraiment ! Lâchhhhe moi ou j'te boufffffe !"

Dur, mais pas incompréhensible. La douleur aurait pu être pire, mais avec Swa comme second corps, ce n'était pas simple de faire intervenir les voix à sa place, d'ailleurs, il n'y avait plus de voix. Dissipées, envolées. Le canidé fit en sorte de bouleverser la sortie, elle était difforme, comme si ce n'était qu'une vague spectral qui flottait, une paroi en mouvements qui faisait tourner la tête. Le chaos, ça oui, il pouvait en faire bon usage en cet instant. Senector tourna son corps en direction de la sortie, ne lâchant toujours pas prise, le cou tordu afin de ne pas briser la nuque de son agresseur. Il grognait, bavait, sa langue goûtait à la nuque, laissant les quelques perles de sang glisser le long de sa gorge. Le sang l'attirait, c'était un amoureux du sang, mais le goût et l'odeur n'est qu'une parcelle de ce qu'est la chair. Les vampires se privent de la plus grande partie du repas, le sang est un parfum.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Iniloth
Nombre de messages : 96
Âge : 1528
Race : Aasimars
Poste : Percepteur
Magie Contrôlée : eau

Feuille de personnage
Puissance:
690/1000  (690/1000)
MessageVen 2 Jan 2009 - 0:37

...précedemment

Un long cri plaintif retentit, tel le cri de quelque créature solitaire, qui souffrait atrocement, puis ce fut le silence, rompu seulement par le son du vent dans les feuilles. Iniloth mis un moment à saisir que l’horrible plainte ne venait pas des environs, et qu’elle avait résonné dans sa tête. Il se tenait toujours dans la clairière, où s’était déroulée son entrevue avec le jeune chiropterant, celui qui à présent, était censé être un vaillant guerrier, dévoué à la protection de la cité du dernier espoir.

Il ferma les yeux, et se concentra sur l’origine de la lamentation, certainement un objet empreint de son pouvoir était sur les lieux. Au risque de les faire repérer, il se concentra dessus. L’arche de la caverne où il avait enfouit la Garadhrim, s’illumina alors d’une lumière bleue éblouissante, il n’y avait rien, l’armure était en place ainsi que toutes les mesures défensives de l’Aasimar. L’orbe de glace qu’il avait laissée dans son propre sanctuaire dans les lointaines montagnes du nord, fit de même, personne ne se trouvait là non plus.

C’est là qu’Iniloth fut frappée d’un grand désarroi, serait possible que Faust se fasse déjà repérer, il rumina encore quelques moments, mais il ne pouvait risquer plus longtemps, d’autant que la cité miniature ne devait tomber dans de mauvaises mains, il s’est avérer que le vieillard avait pris le chiropterant en affection. Il focalisa alors sa pensée sur la cité de glace, celle là s’embrasa d’une lueur bleue là où elle était. Iniloth éprouva deux sentiments contradictoires, un effroi sans précédent et une satisfaction inexpliquée. Puis il le vit. Faust était dans une mauvaise passe la nuque entre les mâchoires d’une grosse bête à quatre pattes dont le sang coulait de son flanc.

Momentanément, sa vitesse amplifiée par la crainte pour son nouveau camarade, un nuage de brume filait contre le vent, n’importe quel œil l’ayant perçu l’aurait pris pour un mirage, ce ne fut que quelques instants et il y était. Un lieu abominable, certainement un domaine des créatures de l’ombre, mais le temps n’était pas à cela, il fallait qu’il intervienne sinon, la vie de Faust était en péril. Il se faufila dans les fissures de la montagne et se dirigeait déjà vers ses entrailles, arrivant dans une crevasse malodorante. Faust était là, son bourreau de même. Iniloth ne prit pas le temps d’évaluer la situation.

‘’Komt îne Aganërhim’’ Dit une voix grave et froide qui semblait sortir de terre

Le brouillard monta en roulant jusqu’aux parois et s’éleva au dessus des êtres présents aussi rapidement qu’un éclair qui déchire le ciel, et comme il montait, il se replia sur leurs têtes, jusqu’à couvrir entièrement la roche de la grotte et une colonne centrale surgit, tourbillonnant jusqu’à toucher le sol. En ce moment une haute forme blanche se manifesta de la trombe de vapeur. Griffes déployées, le souffle fumant, la gueule entre ouverte exposant des crocs acérés prêt à déchirer le métal, Aganërhim, ayant reçu l’ordre de défaire la saisie de la bête à quatre pattes, fonça sur l’être d’apparence canidé. Il suffirait pour le sinistre des glaces d’attraper les mâchoires de la chose.Il tenterait de défaire la prise de l'être féroce.

Entre temps, la silhouette encapuchonnée d’Iniloth avait pris forme, au centre de la pièce. Il se trouva face à une créature des plus repoussantes, il était tellement horrifié par la laideur de la chose, cornes dépassants, chair morte pendante, qu’il en oubli un moment sa propre malédiction. Il fut de même saisit du pouvoir qu’elle dégageait, cet être était empreint de malveillance et de ténébres jusqu’à la moelle. Il était, aux yeux bleus incandescents d’Iniloth, la représentation suprême du mal absolu. Jamais auparavant, durant sa longue et lassante existence, n’avait-il éprouvé pareille horreur face un ténébreux, pas même face à son propre frère Olorin seigneur légitime de la Garadrhim.

Le vieil Aasimar, tripotant Erendaës d’une main, continuait à fixer et à évaluer l’humanoïde défiguré qui se tenait face à lui. Et attendant l’issue du duel d’Aganërhim, Iniloth dégainât son arme, qui scintilla puis flamba, éclairant les parois rocheuses d’un bleu ardent. Iniloth fendît l’air de son épée embrasée et des flammes bleues s’en échappèrent en direction de l’être, elles ne le bruleraient point, mais l'emprisonneraient dans un cercueil de froid éternel.

L’Aasimar était prêt à se volatiliser à tout moment, pourvut qu’Aganërhim arrive à défaire Faust et il dégagera l’entrer de la grotte avec un déluge, que les plus hardis des êtres ne sauraient se tenir en face. Mais celui là était de loin le plus imprévisible des ennemis d’Iniloth jusqu’à présent, il a une telle emprise sur ses pensées qu’Iniloth avec ses neuf cents ans de côtoiement avec les ténèbres, ne put briser. Il ignorait le pouvoir et la puissance de son rival et cela ne le réconfortait guère.

Un froid des plus mordants, dévorait la pièce à fur et à mesure que l'Aasimar et son invocation déployaient de force dans le combat à l'issue incertaine.

_________________________________________________________


Le glas de la mort est le froid


Dernière édition par Iniloth le Ven 27 Fév 2009 - 22:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageVen 2 Jan 2009 - 10:34

Observer par les limbes, voguer dans l'Aether... un plaisir que peu avaient connus... des mois dans ce lieu appelé l'Artifice avaient permis à Inoÿ de développer ce pouvoir que d'autres avaient nommés le déphasage.

Fusionner avec l'impèrium ,la chair et le sang devenait Ether, l'esprit obtenait toute sa dimension, les limites physiques n'existaient plus. Le corps de Elle n'était pas seulement une création désespérée d'un mourant, les nobliaux n'étaient pas morts pour rien...

Inoÿ souriait intérieurement, Elle et Lui étaient enfin deux, Leur esprit était clair désormais. le chevalier démoniaque était à nouveau intègre, comme du temps d'Apharez.

S'atteler à rechercher ce visage grimaçant, figé d'un sourire découpé dans la chair était une tâche prenante ,mais dans l'Aether, tout est lié. Rechercher l'ancienne forme de Senector liait Inoÿ aux pulsions de la bête.

Et en ce moment même sa folie et sa soif de sang était impressionnantes, autant que la douleur que lui causait Swa... Inoÿ se demandait si une fois sa tâche accomplie, il ne tuerait pas le chiroptéran...

Bref ,Inoÿ repéra rapidement Senector ,aux enfers , Il y passait bien du temps... quoiqu'il y fasse ce devait encore être un magouille étonnante... Surtout depuis que le trône avait rendu son jugement... Une incapable maîtresse des enfers... Pas étonnant que la Senector la Bête retrouve de vieilles envies de conquête.

Mais Senector ne se batait pas seulement contre un démon, les fluctuations d'Ether était différente en un point. Un Elamentalien, dans les enfers, étrange... ça puait la traîtrise et ce genre de choses à plein nez...

Voyager dans l'Aether était risqué , le voyage pouvait durer une seconde comme un siècle, mais Elle servait de balise, en ce lieu son corps d'énergie pure était un phare attirant tous ce qui peuplait ce lieu...

Au milieu du silence et du vide, les trames d'énergie fluctuèrent, formant un ballet incandescent dans des ténèbres insondables, et Eux s'éveillèrent....


Retrouver une forme physique pouvait être désagréable ,en retrouver deux, dont une à moitié dans le monde des mânes, était vraiment perturbant...
Eux recomposèrent en quelques secondes le monde l'entourant... Lui était déjà frémissant, muscles bandés ,bave aux lèvres, Elle rougeoyait, entre chair et lumière...
Eux sentirent les magies en jeu, le démon ailé qui attaquait Swa et se faisait accessoirement broyer la nuque par Senector n'était pas bien dangereux, Eux s'en fichait. L'autre magie, ce froid mordant venant de la magie des éléments était plus préoccupant.. un Aqua... pas terrible, l'eau n'était pas le fort d'Inoÿ...

Cependant depuis que Sulino avait attaqué Eux, Inoÿ avait prévu des défenses plus précise... Elle développa une toile de lames d'énergies dansant langoureusement autour des deux corps, non pas un bouclier protecteur ,mais une sangsue de magie , aspirant tout ce qui venait d'Elament...

Le froid diminua un peu, les traces résiduelles du sort apparaissaient clairement à leurs yeux... Inoÿ repéra rapidement la forme humaine qui créait tout ceci... et Lui bondit dans sa direction....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageVen 2 Jan 2009 - 11:53

Sous la menace de Senector qui le maintenait maintenant fermement par la nuque, ou Swa, Faust n'arrivait toujours pas à déterminer si le chiropteran s'amusait à faire croire que le maître était le chien en parlant à travers lui ou si c'était vraiment le cas, Faust lâcha le chiropteran. Il se fit ensuite traîner par Senector, qui apparemment ne comptait pas défaire son emprise. Faust essayait pourtant de se relever, de bouger pour faire lâcher le chien, mais tout ce qu'il arrivait à faire, c'était enfoncer encore plus les crocs de Senector dans sa nuque.

Au moment où Faust se résignait à la mort, Swa étant trop fort pour lui, ce qu'il savait depuis le début, l'air changea, devenant bien plus froid d'un seul coup. Au départ, Faust pensa que c'était parce que son corps se refroidissait, gagné peu à peu par la mort… Pourtant, pour un futur mort, il lui semblait avoir encore pas mal d'énergie, qu'il était d'ailleurs entrain de gaspiller en essayant de se débattre.


*T'as voulu faire le malin, assume maintenant…*

Faust essaya alors de lancer des coups de griffes par au dessus de sa tête pour atteindre le chien, mais pas moyen… Senector mordait à chaque tentative d'agression. Alors Faust se rendit compte de ce qu'il se passait car il lui semblait que Swa n'était plus totalement concentré sur lui. Et une créature qu'il connaissait apparu: un énorme loup se tenant sur les pattes arrière. Le miracle que Faust attendait.

*Sur le fil! Comme dans les légendes!*

Le grand loup d'Iniloth s'attaqua directement à Senector, essayant de lui faire lâcher prise à son tour. Quand il arriva à écarter un tout petit peu les mâchoires puissantes de Senector, Faust s'en extirpa, se blessant le cou et la nuque dans l'aventure. Il fini assis sur le sol, massant ses muscles engourdi et Iniloth apparu, plein de charisme même dans les ténèbres. Mais il ne fut pas le seul à apparaître et le sourire qui était apparu sur le bec de Faust disparu aussitôt. Un autre démon, lui aussi accompagner d'un canidé se matérialisa.

INILOTH ATT…!!

Trop tard, l'autre gros canidé, celui du démon qui venait d'apparaître, bondit sur l'Aqua. Faust hésita alors à lui aussi se jeter dans la mêlée… Mais il y avait quelque chose de mieux à faire. Le chiropteran sentait le sang dégouliner de son cou sur son torse, son ventre et son pagne bleu absorbait le tout. Mais ce n'était pas vraiment le moment de s'occuper de ça. Swa étant occupé avec le grand loup d'Iniloth et l'autre démon, avec Iniloth lui-même, Faust en profita pour courir jusqu'au fond de la crevasse, dégageant le rocher qui protégeait la cité miniature. Quand il l'eu en main, il la souleva au dessus de sa tête. Pas loin de lui, les combats faisaient rage. Il siffla pour attirer l'attention sur lui et laisser quelque souffle à Iniloth.

Swa, madame dont je ne connais pas le nom… Voici Elament!

Et sans leur laisser le temps de réagir, le chiropteran lança de toute ses forces la cité de glace à terre et celle-ci se brisa, ne laissant même pas deviner que tout ces morceaux de glace avaient représenter quelque chose quelque secondes encore auparavant. Il serait donc un traître à partir de maintenant… Du moins, s'il était encore vivant dans deux minutes, car ce geste ne manquerait pas de mettre les deux créatures en colère. Mais il n'oubliait pas qu'Iniloth était là et qu'en compagnie de ce dernier, il était plus fort. Il lui faudrait quitter les Enfers s'il s'en sortait… Ne jamais y revenir…
Revenir en haut Aller en bas
Swa
avatar
Nombre de messages : 143
Race : Chiropteran
Poste : Serviteur de Sybaris
Magie Contrôlée : Chaos

Feuille de personnage
Puissance:
626/1000  (626/1000)
MessageVen 2 Jan 2009 - 14:31

Spoiler:
 

Froid... du froid... deux corps, l'ailé n'était pas bien couver, un vieux manteau noir posé à même sa peau nue. Le gros loup rouge, quand à lui, avait par chance, une épaisse peau cachée par une belle couche de poils. Un duvet qui l'aidait à se protéger du froid. La nature pouvait bien être cruelle, elle savait parfois créer en n'oubliant pas ce genre de petites gâteries. L'ailé cornu avait froid, ses ailes se replièrent sur lui pour parer cette puissance. Du givre ? Qui était cet intrus dans le domaine ?

Senector, se retrouva en face à face avec un gros loup. Décidément, pas le temps de s'amuser ! Sa rage montait en lui, énervé par ce gros loup. Mais sa gueule se mit à sourire, il se mit à rigoler au beau milieux de ce froid. Quelle surprise ! Inoÿ était ici ! Un sentiment glissa le long de son dos. De la joie. Pas même une bataille pouvait lui retirer ce sentiment dont il se délectait. Il riait, oh oui qu'il riait ! Quelle fabuleuse arrivée ! Lui qui devait se dépatouiller pour le retrouver dans l'Artifice, voilà que la chance venait à lui. C'était son jour et il en était ravis. Son corps se leva, laissant tout son poids sur ses pattes arrières, cette position ne lui était pas des plus confortables, mais son corps lui permettait de se tenir ainsi avec de assez d'équilibre. Il pouvait même marcher, mais ça lui était fatiguant. Debout, il dépassait la taille d'un simple homme. Il le va la patte droite en arrière, afin de la faire retomber sur le loup qui n'avait rien à faire ici. Une menace se sentait à plaine truffe. Son poil était froid, glacé même. Son rire sadique raisonna dans le bout de grotte. Quand à cet instant, le Chiropteran leur présenta ce petit bout d'Elament, une miniature... qu'était-est-ce donc que ceci ? La question n'allait pas avoir de réponse rapide, ce morceau de glace se fit briser contre le sol, envoyé avec brutalité par les griffes du fou... le soldat traître ! Le gros loup, gros chien rouge ne resta pas debout, après le coup de patte, il se redressa pour retomber quatre pattes au sol aussi lourdement qu'il le pu, puis il hurla à la manière d'un loup dont la voix semblait être double, sans parler de l'écho qu'elle produisit.
[Ceux qui ont vu 300, au début du film, combat contre le loup noir. Même voix]. Son hurlement produisit des tas d'autres hurlement venant de nul part. Le temps sembla changer de sans, comme si l'enfance nous tendait les bras, avec amour. Tendre instant, les souvenirs du passé ressurgissaient. La grotte devenait de plus en plus petite, illusion où réalité ? Peut importe, impression d'étouffement, rien n'avait plus sa place, le matériel se dématérialisait. Un corps congelé, un qui combattait... Senector avait de la maîtrise en la matière. Il contrôlait son corps ailé du mieux que possible, se réchauffant dans ses ailes tout en essayant de ne pas perturber son corps animal.

La gueule grande ouverte, il bondit en direction de soldat toujours sans nom, les pattes en avant, les yeux écarquillés... son bond le fit passer au-dessus du gros loup, le touchant de ses pattes arrières qu'il replia sur lui afin d'éviter une quelconque morsure. Ses pattes avant se posèrent avec force sur le torse du traître, puis virent les pattes arrière. Son poids envoya le soldat contre le sol. Son corps cornu avait beau être dans une position inconfortable, il pouvait encore manier les ténèbres. Des langues de vipères faites d'ombres virent laper le gros chien, elle s'enroulèrent devant ses yeux. Qui que soit le nouvel individus, il n'était pas le bien venu en ces lieux. Inoÿ était sûrement du même avis. La bête s'agrippa au soldat avec force et disparu dans les parois de la grottes avec sa proie. En réalité, il ne faisait rien d'autre que de suivre la paroi jusqu'à la sortie, mais le chaos ayant rétrécit la crevasse, aux yeux de tous, il était entré dans la roche même.

Grand coup d'ailes, battements des étendards, réchauffement du corps, le cornu qui par chance, était à la sortie de la crevasse, suivit son corps Maître. S'il n'avait pas pu le faire, le corps Maître ne serrait pas allé bien loin, une séparation n'était pas bien possible pour deux corps ne faisant qu'un.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Iniloth
Nombre de messages : 96
Âge : 1528
Race : Aasimars
Poste : Percepteur
Magie Contrôlée : eau

Feuille de personnage
Puissance:
690/1000  (690/1000)
MessageVen 2 Jan 2009 - 17:32

Spoiler:
 

Faust était libre, Iniloth s’apprêtait à lancer son sort de déluge pour libérer la voix, il ne fallait pas rester ici, plus longtemps. Ce lieu puait les ténébres et les émanations de magie démoniaque étaient trop présente, si présente qu’Iniloth commençait à s’en enivrer, l’emprise de la Garadrhim se faisait toujours sentir au fond de lui, elle l’appelait, elle convoitait un maître aux pouvoirs aussi développés et à la sagesse si immense. Et elle ne fera que le rendre plus terrible encore.

Ayant porté son coup à l’humanoïde, qui fut emprisonné, Iniloth lutta un moment contre l’emprise de l’armure de l’ombr. Il était confus, se revoyant en ses jours de gloire, quand des plaies se tracèrent sur son visage infect, profondes et douloureuses. Le canidé qui tenait Faust avait porté un coup de griffe appuyé de tout son poids qu’Aganërhim ne pu éviter. La chose riait, elle riait alors que son compagnon était gelé et qu’elle devait se battre seule contre trois. Un frisson parcouru le dos d’Iniloth, un autre être faisait son apparition dans la scène, quelque chose qui a trompé l’instinct du vieillard. Du néant jaillit une haute silhouette qui s’était, sans attendre, attaquée à l’Aasimar. Faust articula quelque chose mais Iniloth ne pris pas de temps pour l’entendre, la chose allait être sur lui, il leva la main gauche, paume en direction du nouveau venu, tissant une toile de fins filaments de givre qui le protègeraient de l’assaut, mais non ça ne se passa pas ainsi, le canidé qui lui sautait dessus n’en pris pas compte et les filaments se brisaient ou plutôt disparaissaient des qu’il les touchait au lieu de le retenir en l’air.

La bête fraichement débarquée, était sur lui, plus aucune chance d’éviter le coup, dans un dernier effort, Iniloth se ressaisit, il se volatilisa au dernier instant. Comment pourrait ce démon, blesser ce qu’il ne peut attraper. Le canidé nouveau venu s’était pris dans la cape du vieil Aasimar, sans l’avoir lui-même, quand à Iniloth, il se tenait à l’autre bout de la crevasse, les dernières veloutes de fumée blanche dansant en son sillage, le torse et les membres supérieurs dévoilés, en fait il s’était trompé sur le « qui est le plus laid ». Chair manquante, le buste décharné couvert de cloques, le visage infect, les bouts répugnants dépassant de son torse lui servant de bras, ses mains desséchés semblable à des araignées qu’on aurait brulées, Iniloth était de loin le plus désagréable être vivant qu’il soit. Maintes sont les personnes qu’il rencontra et qui furent intriguées qu’un être pareil à lui puisse être bénit de la magie des éléments.

Iniloth évalua la scène, Faust qui avait détruit la maquette, Aganërhim se fit blessé encore une fois, les entailles se traçaient sur le dos de son maitre, mais rien ne se voyait sur l’invocation elle-même, les nouveaux venu s’apprêtaient à une nouvelle offensive à ce qu’il parait, l’humanoïde se décongelait. Quand tout les sens de l’Aasimar furent brouillés, un des démons avait certainement usé de son pouvoir, Iniloth ne respirait plus, le temps semblait suspendu. Il voyait le loup rouge faire passer Faust dans la roche, sans pouvoir réagir, son propre canidé était prit dans un piège de lanières faites d’ombre, quand il l’entendit à nouveau, il se revit même, dans le passé glorieux, roi fils de roi, siégeant sur son trône, revêtant son armure resplendissante, lui donnant une allure d’autant plus impressionnante.

*Ce n’est qu’une illusion*

Il se tenait maintenant, devant les portes de sa cité l’éternelle ‘’Vakoar Elda’’ son armée splendide derrière lui, son canidé chevauchait à ses cotés, à l’assaut d’une vaste armée ténébreuse.

*Ressaisit toi*

Il se trouvait dans une situation désespérée, son armée à moitié décimée, lui tout meurtrit et son canidé avait disparu, il était trop faible pour maintenir le sort, quand l’armure commença à lui chuchoter, de belles douces paroles, sur la gloire et la victoire, sur l’estime et la chevalerie. Il se laissa soudoyer, il sentit sa force se décupler, plus de peur, plus de crainte, plus de sentiments. Ses doigts tremblaient, sa lame s’enveloppa d’un brouillard plus noir que les ténèbres, puis il ne vit rien. Il se le rappelait, ce jour ou il se laissa contrôler par l’armure, quand il reprit conscience, tout les démons avaient étaient écorché, massacrer et sauvagement tués, si une telle scène est possible. Sa lame était toute empeignée de sang, sa main de même. Mais quelque chose n’allait pas, tous ses muscles, articulations, chaque pouce de chair lui faisait subir un supplice sans précédent, il nettoya la lame de son glaive et vit son reflet.

L’armure de l’ombre ou le mal l'habitant, Iniloth ne le saura que trop tard, avait tellement surexploité les ressources de son corps, que la chair brula, les muscles se déchirèrent, même ses os s’ébréchèrent. Mais en ce moment, il se voyait contraint à lui faire appel, jamais il n’avait pensé avoir besoin d’y faire recourt encore une fois, certainement pas avec un corps pareil. De plus le sort de l’armure revenait à un autre à présent d’en faire ce qu’il veuille, mais pourquoi pas une dernière expérience, rien que quelque instants suffiraient. Il était là en la présence d’êtres bien malveillants et sa vie ainsi que celle de son ami reposeraient sur son choix. Il était sûr que sa magie ne serait de grande utilité vu la barrière qu’avait développée le nouveau venu, il pourrait forcer sa fuite mais ce serait lâcheté et traitrise, il ne pouvait abandonner Faust à son sort.

Bien qu’Iniloth aie revu presque toute son histoire, rien que quelques secondes avaient passé dans la caverne, il perdait l’emprise sur son esprit, les ombres l’enlaçaient, des filaments de ténébres avait surgit du sol de la grotte et enlaçaient son corps efflanqué et ses yeux s’éteignirent, son souffle ne fumait plus, Aganërhim disparut aussi subitement qu’il avait paru. Quand il rouvrit ses yeux, ce ne fut plus le regard bleu enflammé mais un vide, un vide profond. Une onde de choc jaillit de lui, allant percuter les parois de la crevasse, et tout repris place, plus de tromperies plus de jeux. Iniloth ; ou ce qu’il était advenu enfonça son épée souillée dans la terre, des doigts, des bras et des lianes ombreuses surgirent pour enlacer le loup rouge et son compagnon, afin de libérer le chiropterant. Quand aux nouveaux venus, Iniloth leur envoya une illusion qu’ils n’étaient pas prêts de s’en sortir tout de suite.

La Garadrhim était de nouveau réunie avec son maitre, tout le pouvoir et la malice de l’ancien ‘’ Huor Nénharma’’, la force de l’elementien s’en trouva décuplée, bien qu’il ne soit pas aux commandes de son propre être. Mais du moins arrivait-il à canaliser ses pensées sur ce qui importait, en finir le plus vite et s’échapper de ce lieu. Mais la Garadrhim fraichement libérée d’un sommeil de plus de 200 ans, voulait à coup sûr faire une petite preuve de force face à ces êtres arrogants, se croyant invincibles, immortels.

Non personne ne se tiendra face la volonté de la Garadrhim, au péril de détruire le corps qui la revêt, elle passa à l’offensive ricanant par la voix d’Iniloth sur les tentatives de ce dernier de reprendre le dessus. Elle était libre, et elle voulait dévaster le plus possible, détruire, déchirer, annihiler et répandre la désolation.

''Laisssssssssse, moi jouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiir un peu, crains tu pour tes ammmmmmis ou pour ta propre enveloppe'' dit une voix des plus sinistres dont la froideur glace le sang

Un râle se faisait entendre, Iniloth glissait, à quelques pouces au dessus du sol, des veloutes de vapeur noire s'échappait de la forme et allait se faufilait dans les parois de la crevasse, quelque chose se préparait.

_________________________________________________________


Le glas de la mort est le froid
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageSam 10 Jan 2009 - 21:21

Ca allait mal, très très mal... Trop de choses se passaient en même temps et cela s'enchaînait beaucoup trop vite pour que Faust puisse analyser convenablement la situation... Du coup, ben il se retrouvait encore une fois le cou coincé dans les mâchoirs du grand chien qu'était Senector... Et celui-ci l'éloignait du reste, et surtout d'Iniloth qui, semblait-il, avait utilisé quelque chose de très puissant, malgré tout, cela ne sembla pas arranger la situation, au contraire, la dernière seconde pendant laquelle il avait pu voir Iniloth, ce dernier était comme... Possédé... Mais les ombres s'abattirent sur Faust. Senector l'emmenait, suivi de près pas Swa.

Il l'emmenait, mais ne semblait décidément pas prêt à le tuer. Faust se demandait pourquoi il ne serrait pas les mâchoires pour en finir avec toute cette histoire... Mais puisqu'il lui restait peut-être une chance de s'en sortir, pourquoi attendre de sentir sa nuque craquer sous la pression?

Même si tout autour, il ne semblait n'y avoir que les ténèbres, Faust savait très bien que c'était une illusion. Swa n'était pas le seul aux Enfers posséder le pouvoir de Ténèbre... La chiropteran planta alors ses griffes dans ce qui pouvait être le sol, empêchant la progression de Senector.


Si tu veux me tuer, fait le vite, je n'ai pas l'intention d'aller me ballader avec toi et ton molosse Swa!

Faust tira un grand coup sur ses bras, se blessant encore plus profondément le cou à cause des dents de Senector. il se défit encore unefois tant bien que mal de son étreinte et quand il fu un peu plus libre de ses mouvements, le chiropteran envoya un grand coup de poing dans la gueule du grand chien, avant de courir vers Swa et de l'écarter de son chemin d'un coup de griffe.

Fuir la queue entre les jambes, c'était maintenant la seule solution, la seule échappatoire. Courir le plus vite possible soit jusqu'à une sortie soit en semant les deux monstres derrière lui...
Revenir en haut Aller en bas
Swa
avatar
Nombre de messages : 143
Race : Chiropteran
Poste : Serviteur de Sybaris
Magie Contrôlée : Chaos

Feuille de personnage
Puissance:
626/1000  (626/1000)
MessageSam 24 Jan 2009 - 14:10

Oubliez tout ce que vous avez vu. Oubliez ce que nous vous avons dit. Oubliez même votre existence. Et recommencez.

Un, deux, trois... tourne sur toi même.
Quatre, cinq, six, les mains devant les yeux.
Sept, huit, neuf, et tout recommence !


Les couloirs du Domaine des Enfers passa des ténèbres à la lumière. L'idée même que deux corps puissent ne faire qu'un être vous est impossible à comprendre, et l'idée qu'un corps qui n'est pas l'original... vous êtes perdus. Mais si je vous disais que les ténèbres et le chaos pouvaient en réalité passer d'un corps à un autre sans problème ? Swa pouvait très bien être le corps d'où viendrait le chaos et Senector les Ténèbres. Je vais vous éclaircir un peu en vous faisait une goute de lumière. Swa était un Chiropteran, ce qu'il contrôlait, c'était le chaos. Les ténèbres elles, résidaient en Senector. La fusion a aussi fusionné les pouvoirs. Bien que Senector ne puisse parler de son nouveau corps bipède, il pouvait très bien manier le chaos à partir de son corps animal. Mais il faut l'avouer, il était bien plus doué avec les Ténèbres, Swa n'avait pas perfectionné son pouvoir, il l'avait appris, il le manipulait bien, assez bien même... mais ce n'était ni un très bon niveau, ni l'apothéose.

Êtes-vous perdus ? Car la parenthèse se ferme, et vous replongez dans cette vague lumineuse engloutissant l'ombre produite par le double corps. La lumière n'avait au premier abord, rien de ténébreux, les ténèbres se déplacent dans l'ombre c'est bien connu. Mais le chaos lui, celui qui contourne tout, celui qui montre le contraire, celui qui trouble et qui ment... le chaos était sournois. Les yeux se plissèrent, car à trop voir dans le noir, ils voyaient la lumière comme une agression. Tous les yeux, ceux des Chiropterans étaient le plus touchés évidemment. La sortie n'était pas bien loin, et le fou courrait dans la lumière. En espérant qu'il se souvienne de chemin de la sortie... le double corps courait derrière lui, laissant dans la crevasse, un étrange sort qui n'émanait de cet individus accompagné d'un loup... Inoÿ allait s'en tirer, fallait pas se faire de soucis pour ça. Il s'en était toujours bien tiré jusqu'à ce jour. Tout en courant, Gueule de sang laissa s'échapper sa voix.


"- HA HA HA HA HA HA !!!!"

Son rire sadique raisonna, se multiplia avec les échos, il rebondissait sur la paroi du Domaine.

"- Qui as dit que je voulais te tuer ? Je n'ai pas faim, le gosier n'est pas sec !"

Il courrait toujours, espérant que le soldat, s'il trouvait la sortie, puisse s'arrêter un instant, à moins que sa peur était bien trop présente pour stopper sa course acharnée en quête d'un moment de répit. Senector ne savait pas vraiment ce qu'il allait faire. Parfois ils préparait des toiles qu'il tissait durant des années, et qui prenait des années encore afin d'envelopper ses proies et parfois, il jugeait au moment venu, la toute dernière minute. Lunatique, c'était le cas, très lunatique. La dernière minute, l'improvisation... c'était un piment dont il se régalait. Il aimait l'inconnu, l'adrénaline qui montait petit à petit, l'envie de connaître la suite. C'est tout comme s'il écrivait une histoire qu'il vivait au moment présent, une plume en tête, u_n bloc note imaginaire. Connaître l'histoire et la fin de l'histoire n'était pas très amusant lorsqu'on voulait se mettre à la lire... rien de nouveau. Seuls ses toiles tissées et déjà tracées et écrites lui tait permises, car même ces toiles pouvait garder et cacher dans un recoin, une dose d'inconnu et de petites choses imprévisibles. Pouvais-vous toujours tout prévoir de A à Z sans jamais faire fausse route ? Non mes amis, je ne le pense pas, Senector ne le pense pas non plus. Posez la question à ses belles lucioles, insectes favori du gros loup rouge, et elles vous répondront la même chose.

" - Arrêtes de courir voyons !"

La sortie était proche, très proche, elle s'approchait à grande vitesse. Le soldat trouverais surement la sortie, c'était prévu d'avance. Mais la sortie ne voulait pas dire qu'il serrait enfin débarrassé de lui.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageLun 26 Jan 2009 - 10:02

Tout recommençais, même si son long exil dans l'artifice avait permis à Inoÿ de maîtriser le déphasage, il avait perdu l'habitude des combats et surtout des surprises... L'aura du grand elfe avait changé du tout au tout, elle n'était que noirceur et décomposition, il était possédé jusqu'à la moelle.

Un éclair de lucidité parcouru l'esprit d'Inoÿ, il n'avait rien à faire ici, maudit soit Senector, encore une histoire dont il ne savait rien, un jeu de la bête dans son sadisme et sa démence... Il fallait vraiment se débarasser de Swa.

Son adversaire était désormais plus puissant, sur le plan physique, Le grand loup se heurtait à une vitesse surnaturelle, ne pas avoir du sang dans la bouche lorsqu'on en attendait avait de quoi rendre fou... Le corps du loup était bardé de défenses magiques et il savait quoi faire. Occuper le tas de chair puant qu'était devenu l'Asimaar , sa démence lui avait déjà fait oublier ce qui l'entourait, et Elle allait en profiter.

Sur le plan des mânes, une vague d'Ether d'une nature insupportable entourait l'Asimaar, sûrement une âme damnée d'un démon vaincu et rongeant son frein dans son impuissance. Enfin un vrai test de Leur nouveau don.

Elle devint Ether, son esprit devint puissance. Inoÿ confinait cette force et développait sa maîtrise de l'Ether faisant de Elle un être d'une puissance Inouïe dans le plan des mânes.

Et pendant que le grand loup, écumant de rage, ses babines dégoulinant de son propre sang se ruait à nouveau sur le corps putréfié de son adversaire, le corp astral du démon le possédant voyait fondre sur lui une force qui aspirait tout ce qui l'entourait ,et les enfers sont riches en petits êtres insignifiant pouvant être sacrifiés...

Le démon préparait quelque chose ,ça pouvait être dangereux, mais pas pour Eux. Le grand loup environné de protections mystiques se jetait sur son adversaire, et Elle s'abatit de toute sa puissance sur le démon prenant la forme d'un visage de loup émacié et grimaçant.

La puissance devenait grisante ...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageLun 26 Jan 2009 - 21:57

Faust courait, entendant le rire de Swa résonner en échos dans les cavernes... Il n'osait même pas se retourner. Dans sa peur, il en avait même oublier le grand Aasimar qui devait toujours livrer bataille à l'intérieur... La seule pensée encore cohérente et dominante dans la tête du chiropteran était: trouver la sortie... Et il avait trouvé le moyen, sans même y réfléchir, plutôt par instinct de survie, de parer aux illusions qu'envoyaient Swa... ou Senector, il ne savait pas trop... Il courait en fermant les yeux, se guidant par ultrasons. Bientôt, l'air devint plus frais, moins puant... C'était l'air du dehors qu'il respirait... Avant même d'avoir atteint la sortie, il sauta et commença à voler dans la dernière ligne droite qui le mènerait à la nuit éclairée par la pleine lune. Fermant les yeux, il n'avait pas pu, tout au long de la course, savoir à quelle distance était Senector, mais au moment où il décolla, il avait pu sentir le souffle du grand chien... Il avait bien failli y passer cette fois-ci.

Faust sentit qu'il était dehors quand le vent joua dans ses ailes et ses cheveux. Alors il rouvrit les yeux et pris de la hauteur... Il savait que Swa était un chiropteran et pouvait voler... Mais ce n'était pas le cas de Senector... Le chiroptan n'osa tout de même pas jeter un coup d'oeil derrière lui... Il n'était pas encore conscient que cette nuit était la dernière où il aurait eu à respirer la puanteur des Enfers...


[Mon perso est out maintenant en théorie, sauf demande de l'un de vous...]
Revenir en haut Aller en bas
Swa
avatar
Nombre de messages : 143
Race : Chiropteran
Poste : Serviteur de Sybaris
Magie Contrôlée : Chaos

Feuille de personnage
Puissance:
626/1000  (626/1000)
MessageMar 27 Jan 2009 - 8:46

Spoiler:
 


Un lâche.

Les choses ne se déroulent pas toujours comme il le voulait, mais c’était le risque qu’il courait lorsqu’il s’aventurait dans une partie d’inconnu. Sa gueule s’ouvrit, ses babines se retroussèrent et dans un dernière élan, il tenta de se jeter sur le fuyard. Mais il le manqua et laissa son souffle sortir de son corps comme lorsqu’on compresse la cage thoracique. Ses pattes réceptionnèrent le corps en un mouvement fluide. En même temps, son second corps partie dans les airs. Ses grands étendards munis de trois longues griffes articulées s’ouvrirent, balayant le sol poussiéreux. Malheureusement, Senector ne pouvait pas se porter dans les bras du cornu tout en essayant d’attraper le soldat. Le bavard aux grandes ailes ne pourrait pas aller bien loin sans gueule de sang. En bas, le loup rouge se mit à gueuler de toutes ses forces. La rage était en lui. Décidément, ce soldat avait pris peur dès sa venue dans le domaine, et cette peur ne fit qu’empirer la situation. Et il n’avait servit à rien de lui avouer qu’il ne le tuerait pas... comment savoir s’il disait vrai ? Beaucoup aiment mentir, lui le premier. Senector hurlait tel un loup enragé qui appelait la meute. Mais la meute qu’il connaissait restait dans les alentours de l’artifice.

« - Tu n’es qu’un lâche !!!!!!»

Il grognait, laissant un semblant d’aboiement s’échapper de sa gorge en la raclant par accoue avec entrain. Le cornu laissa son corps dériver sur le côté, comme une chute improvisée, avant d’envoyer un coup d’aile avec force dans les aires. Il était désormais trop loin de son autre corps pour user de son pouvoir ainsi que pour continuer la course. Il eut seulement le temps de lui infliger une belle balafre à la jambe droite, au niveau de la cheville. Il aurait pu s’agripper à lui. Mais à la vue de cette lâcheté, il préférait ruminer sa rage pour mieux la lui cracher dessus. Il était comme ça aussi, le temps filait devant lui et il le suivait sans rejoindre la mort, alors oui. Il aimait prendre son temps, et retomber sur sa proie lorsqu’elle ne s’y attend pas.

Demie tour. Un vieux camarade des enfers l’attendait à l’intérieur. La fureur du combat se faisait entendre, elle raisonnait, elle s’accrochait sur les murs comme une bave dégoulinait sur la joue. Inoÿ usait de sa force. Pourquoi décrire ce qu'il vit au détour de la crevasse, alors que le voir est bien plus parlant encore. Senector ne fit rien... rien ? Il préféra regarder le combat jusqu'à ce qu'il doive y prendre partie par obligation. la seule chose qu'il fit fût de laisser des cris de femmes percer les oreilles de l'inconnu venu aider un Chiropteran déjà en fuite. Les cris étaient perçants, insupportable. Inoÿ connaissait sans nul doute déjà ces cris, mais depuis, Senector avait perfectionné cette dite attaque. Le seul être pour l'instant qui pouvait ne pas supporter les cris étaient bel et bien l'inconnu givré. Inoÿ résisterait. C'est en tout cas ce qu'espérait Senector.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Iniloth
Nombre de messages : 96
Âge : 1528
Race : Aasimars
Poste : Percepteur
Magie Contrôlée : eau

Feuille de personnage
Puissance:
690/1000  (690/1000)
MessageDim 1 Fév 2009 - 2:41

Meurtre, traitrise, sauvagerie et incertitude contaminaient l’atmosphère du domaine, l’ancien seigneur de la mort s’en régalait. Il glissait par ci par la, reniflant, se passant la langue sur les lèvres. L’épée été toujours enfoncée dans le sol pourri de la crevasse, des veloutes de fumée noirâtres s’échappaient de l’être malveillant et allaient s’engouffrer dans les parois de la place. La souffrance, la mort, l’effroi qui empreignaient ce lieu, donnait force et vitalité au démon fraichement débarqué. Iniloth essayait vainement de reprendre le dessus, mais en un lieu pareil et avec pareil compagnie cela était d’autant plus difficile.

Un autre râle se fit entendre, puis l’attention du seigneur démon se rapporta sur le loup qui s’abattait sur lui, avançant rapidement, dangereusement, griffes déployées, le regard menaçant. Il était affaiblit certes, mais cela était à cause de l’enveloppe qu’il revêtait pour le moment, il pouvait tout de même s’offrir un petit régale de cet être infâme qui s’offrait à lui, pas sans risques mais cela ne l’importunait point le corps n’était pas sien et sa destruction ne fera qu’augmenter son pouvoir, cela briserai le sort et il sera de nouveau libre à répandre sa terreur sur la terre mais il serait faible pour un moment et il ne préfèrerait pas que se soit en la présence de démons de ce rang, ça pourrait s’avérer dangereux, même pour lui.

La bête au bouclier était sur lui, Il s’embrasa. Des flammes, plus froides que le souffle de la mort, dansèrent, plus sombres que les plus ténébreuses abîmes de la terre, faites d’une magie aussi ancienne que les dieux de jadis, plus souillée que tout ce dont ces créatures jeunes ne pouvait imaginer. Si le malheureux y touchait, sa défense contre les petits jeux de sorts de magie des éléments ne sera d’aucune aide face à la magie la plus puissante des arts noirs du temps de jadis. Son sang bouillonnerait, sa chair brûlerait, ses entrailles se déchireraient. Mais rien n’était certain, le seigneur de la mort l’avait appris à ces dépends une foi et un seigneur doit tirer sagesse de ces erreurs. La bête toucha ou pas l’aura meurtrière, Lui n’attendit pas, il enfonçât son bras dans la première partie du corps de la bête qui s’offrait à lui, ses doigts à présent munis de griffes acérés s’enfoncèrent profondément.
Il passa encore une fois la langue sur les lèvres. Le sentiment lui avait tellement manqué, quel régal.

Que sont donc ces lamentations. D’où viennent-elles. Iniloth prisonnier de son propre corps, qui jusqu’à maintenant luttait pour reprendre le dessus, sentit le plus désagréable des sentiments, le plus horrible. Son cerveau se fondait, ses yeux bouillonnaient dans leurs orbites, ses membres intérieurs se déchiraient, il lui semblait que chaque particule de son corps partait chacune dans un sens, on aurait dit que milles et une aiguilles se manifestaient de sa chair. Les lamentations empiraient et Iniloth se retrouvait encore plus affaiblit mais pas Lui. Encore de la souffrance, des supplices, le désespoir, cela affaiblissait Iniloth et le mettait, Lui, encore plus à son élément, c’était sublime.

La faible créature était partie, mais pourquoi donc. Lui, il voulait d’autant plus de monde pour se dégourdir un peu, maintenant avec le vieillard en si faible état, plus rien ne va le retenir, il riait, continuait à se délecter la souffrance de la bête, et ne s’aperçu aucunement du sort que jeta l’autre qui était restée en arrière. Le sort s’abattit, la chair brûla, le sang gicla. Il était à terre, ce corps était brisé, trop faible pour supporter le coup, qu’importe. Il se releva, comme si de rien n’était, Iniloth lui priait pour que tout finisse, le sort l’avait tellement secoué qu’il se sentit quitter ce monde puis revenir comme retenu, Il ne voulait même pas le laisser mourir. Son tourment, sa faiblesse et fatigue étaient telles, qu’il ne pouvait plus rien essayer, et lentement il sombra comme ça c’est déjà passé, laissant son sort aux mains de La chose.

La chose elle, se sentit dangereusement défiée dans son propre jeu.L'être, ou les êtres contre qui il luttait avaient une existence dans son domaine,, il l'avait sentit, mais pas assez tôt. Une vague d'Ether s'abattit sur l'ancien souillé et pour un moment il cru qu'il y passerait. Il avait sous estimé encore une fois son adversaire. Le choc l'etourdit, il ne s'y attendait pas, personne jusqu'à maintenant n'avait réussit à l'atteindre sur ce plan autre que le vieil Aasimar qui le scella dans ses propres ténébres il y a bien longtemps. Pour la première fois depuis un temps oublieux, il se sentit menacé, on pouvait l'atteindre, son être fut soulevé, ses sens brouillés et celà le contraint à respecter ceux qui se tenaient face à lui, il était enfin tombé sur des égaux. Des être dont l'éxistence ne se résumait pas sur un plan materiel, mais s'étendait dans le monde des spectres, des ombres et de l'oubli. Il était fasciné, apeuré certe, mais surtout fasciné. Lui qui existait depuis si longtemps, s'était tellement occuper à pourrir les âmes des créatures moindres, qu'il en oublia l'existance de concurrents dignes. Son aura cessa de s'embraser pour un moment le laissant sans défense, et il sentit le vieil Aasimar remuer à nouveau, maintenant il devait faire face à trois adversaires voir plus si l'ailé et son loup revenait, sa situation devenait difficile, mais quoi donc de plus ravivant qu'un combat entre egaux.

La chose tendit donc la main vers le glaive souillé qui se sortit de la terre et vint se poser en son paume, le corps était battu, du sang coulait à flot d'une multitude d'entailles infligées par la bête à l'armure magique, une sphère de ténèbres grandissait, la crevasse tremblait, les veloutes d’ombres tournoyaient de plus en plus rapidement, le seigneur de l’effroi se préparait à exécuter sa pièce maitresse, son souffle de la mort, histoire d’attirer leur attention, qu’ils sachent à qui ils ont affaire.

Un froid mordant se glissa, pas celui d’Iniloth. Un froid imposé par la senteur de la mort, celui qui saisi l’âme et la consume… Le seigneur de l’effroi se déchaine. Que la mort s'abat sur ceux qui le contestent

Spoiler:
 

Spoiler:
 

_________________________________________________________


Le glas de la mort est le froid
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageJeu 12 Fév 2009 - 10:06

Une âme pourrie. Un être brisé et scellé dans un corps faible et désormais agonisant...

Le grand Loup sentait le sang centenaire et pur de son adversaire, rien de comparable à celui des humains, un vrai délice, dommage que ce vieux Senector n'en profite pas... encore à courir après n'importe qui pour on ne sait quelle raison...

Il faudrait qu'Eux et Senector aient une discussion avant qu'Inoÿ aille chercher le vieux corps grimaçant dans les limbes, si Senector retrouvait toute sa puissance, Eux devaient être au fait de la suite des évènements, puis il fallait savoir quoi faire de Swa, le chiroptéran risquait de ne pas survivre a la scission des âmes, et même s'il survivait Inoÿ risquait de le tuer pour ce qu'il était.

Eux se perdaient dans des réflexions dans un moment peu opportun. Même si elle tenait la dragée haute avec sa magie enveloppant les environs, même si Eux avaient complètement déstabilisé le démon renaissant, cette pâle rémanence d'une puissance bien plus grande n'était pas une menace, elle e se réveillerait pas.

Cependant il semblait que le choc sur un autre plan ait fait lâcher quelque chose que le démon préparait... Quoi que se soit se serait sûrement mauvais, et assez destructeur. Eux en avaient fini ici, laisser tout partir en cendres ne gênait pas en fin de compte.

Eux renoncèrent aux lois physiques et migrèrent vers le plan astral, leur spectre d'ether virent alors le sort qui était préparé. Puissant, mais inutile... Dans les limbes des mânes, Inoÿ perçu le visage d'Elle souriant, heureuse de tout ceci, pourtant Eux n'étaient pas a proprement parler heureux, disons qu'Eux éprouvaient une légère satisfaction...


Bref, Inoÿ concentra son esprit pour retrouver Senector, Ils avaient des choses à faire...
Revenir en haut Aller en bas
Swa
avatar
Nombre de messages : 143
Race : Chiropteran
Poste : Serviteur de Sybaris
Magie Contrôlée : Chaos

Feuille de personnage
Puissance:
626/1000  (626/1000)
MessageVen 13 Fév 2009 - 15:04

Plus rien... si ce n'est un combat inachevé. Qui voudrait l'achever d'ailleurs ? Pas grand monde. La faim était présente, elle rongeait le ventre de Senector. Ça tiraillait, l'estomac se tordait dans l'attente d'un repas. Mais le ventre, qui à cet instant là, fixait l'attention de la bête, passa en second plan. Un appel retentit dans la tête du double. Un appel sortant tout droit d'une réalité parallèle au commun des mortels. Plus le temps d'attendre, plus le temps de terminer un combat qu'Inoÿ venait de quitter.

Inoÿ ? Ils n'étaient pas loin, c'était certain, mais plus ici. Senector grogna de joie et de rage face à l'adversaire. _ On se reverra_ pensa-t-il presque tout haut. _On se reverra..._ et son corps animal fit volte face, tordant la colonne vertébrale pour rebrousser chemin. Ses pattes griffues râpèrent le sol, les griffes claquèrent, et en un rien de temps, ce coin de grotte fût délaissé par les doubles démons. Le cornu ? Inutile d'en dire plus, il avait suivit son corps animal, Master d'un temps. Que lui réserverait la suite ? Il n'était plus lui même ces derniers temps, et lorsqu'il trouverait enfin usage de son corps, unique. Quand il serra lui à part entière, que ce passera-t-il alors ? Lui aura été un pantin éloignant la mort de Senector qui n'était pas loin que ça à l'époque, bien qu'il avait tenu bon sans sa perte, il était faible avant la fusion. Oui... que ferrait Senector ? Où peut-être que la plus grande question devait se diriger vers Inoÿ ? L'ami ennemi de l'ailé. Le pantin avait aidé la bête à survivre, mais ne se serrait-elle pas simplement servit de lui ? Ami... ils étaient amis avant la fusion. Et pourtant, tout était-là, Senector cherchait à retrouver sa perte en se délaissant de lui, l'ancien bavard cornu... ça voulait bien tout dire, il était jetable, un objet de survie. Seul, que deviendrait-il ? Survivrait-il seulement à la séparation durant la fusion de la bête et son ancien ? S'il survivait, l'achèverait-on ? Pas de compassion dans un monde décharné, hostile envers le moindre être vivant.

Senector galopait, il planait presque, suivant l'appel. Plus il s'approchait... plus l'angoisse s'emparait de lui. Le chemin n'était pas rassurant, il aurait aimé rester dans l'Artifice. Mais non, c'était autre chose, ça n'avait rien à voir. Il ne ferrait que passer, ne pas s'y éterniser. La perte de son ancien de devait en aucun cas causer la perte de sa vie ainsi que celle d'Inoÿ.


La suite ICI

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» De retour d'Algerie . [LiBRE]
» Grand retour de Djamila( libre)
» Retour d' Egypte. [ libre ]
» Retour d'Adriana ( libre )
» Retour Mael et libre