Partagez | .
 

 Pour une belle nuit... [TERMINER]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar
MessageMar 30 Sep 2008 - 16:58

précédement

Cela avait été une belle course.

Saisei s’était enivré de l’effet droguant de l’adrénaline dans les veines, son regard était resté vert mais plus fou, la pupille dilatée prenait presque tout la largeur de son iris. Le souffle court et la gorge sèche… Mais heureux, le dénivelé des monts l’avait vraiment amusé. Monter, descendre, monter, descendre… Maintenant il se trouvait devant les portes de la citée. La fée avait peut-être pu voler au-dessus des monts, Odereur était peut-être rapide, mais ce n’est pas aux vieux singes que l’on apprenait à faire des grimaces. Saisei était tout de même un démon d’ordre respectable.

Il s’appuya sur ses genoux et plia son dos pour reprendre sa respiration.
C’était une magnifique course, mais ils avaient perdu : Saisei allait devoir les manger.
Un sourire carnassier fila sur ses lèvres ; ses canines sortirent largement. Dans sa tête l’ancien sifflotait une chanson mortel et sinistre. Triste mélopée issue des tréfonds des enfers où ce dernier avait vécu, il y a bien longtemps :


Ô vous malheureux
Ô vous qui allez mourir
Que vos douleurs soient entières
Que vos peurs nous nourrissent


La marche funèbre était aussi meuneumé par cet esprit.
Ces chansons excitait encore plus Saisei, son état devenait de plus en plus critique.
Il s’était arrêté assez loin des portes de la citée. Les sentinelles et les gardiens ne pourraient donc pas les voir. De plus tant que Saisei ne montrait pas d’aggressivité envers la cité elle-même ils n’interviendraient pas. Mais ce soir, la nuit enivrait le jeune démon d’envie de sang et de combat. Juste pour cette nuit… Même si son ancêtre parlait de mort et de meurtre Pourquoi salir cette nuit qui promettait d’être belle.

Lorsque la fée et Odereur arriveront le démon les attendra L’épée bleue flamboyante à la main et un sourire carnassier sur le visage.
Revenir en haut Aller en bas
e'Dierebel
avatar
Nombre de messages : 268
Âge : 34
Race : Fée sombre
Poste : Esclave (Saïsei)
Magie Contrôlée : Terra

Feuille de personnage
Puissance:
830/1000  (830/1000)
MessageLun 13 Oct 2008 - 18:32

Dierebel hurla, le démon venait de se retrouver face à lui et elle avait eu beau courir comme une dératée pour rejoindre au plus vite les portes de la cité, c'était trop tard. Cette fois-ci elle voyait son véritable visage : canines sortie au grand air, le regard bourré d'animosité, son armes sortie dans a demie-lueur qui restait du jour.
Alors elle n'avait plus le choix... Pétrifiée elle recula de quelques pas en arrière. La peur serrait ses tripes. Flûte et re-flûte. Elle balança son sac rempli de racines et de champignons à la tête de Saisei pour libérer ses mains.

Elle brandit soudainement ses paumes en direction du sol, bras en croix. De nombreuses racines déchirent la terre et ondulèrent comme des serpent autour d'elle. Ses prunelles grises virèrent au noir le pus intense. Ses ailes se déplièrent dans son dos, faisant vibrer l'air avec une force étrange.

" Écarte-toi démon !!! Laisse-nous rentrer sans encombre... C'est mieux pour toi. " cria t-elle prète à se défendre.

La peur décuplait sa force et sa vivacité. Elle ne le laisserait pas faire, quitte à laisser du sang sur les parois de la muraille d'Elament. Les racines dessinaient un cercle ondoyant autour d'elle.

Die ne voulait pas mourir ce soir, elle était résolue à faire honneur à ses Dieux et son pouvoir. Elle se promit de ne pas le laisser s'approcher.
Où était Odereur ? Après tout, elle s'en fichait. Il fallait qu'elle sauve sa peau avant tout.

_________________________________________________________

e'Dierebel
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageLun 13 Oct 2008 - 20:07

Alors qu'un combat allait commencer, Odereur était encore loin. Un petit kilomètre de là où ce passait la scène.
Pas pressé pour un sous, Odereur prenait son temps, il flannait ici et là.
Que la lune était belle, que la nuit rend tout ce qui l'entoure beau. Odereur glissait, dansait, la nuit avait toujours eu un effet magique pour lui, il en oubliait presque tout, laissant la nuit l'emporter.


*Qu'est ce que je suis bien ici, dommage que le soleil se lève tout les jour, je pourrait bien rester des heures ici.*

La fraicheur de la nuit était bien présente mais Odereur bougeait et dansait tellement qu'il n'avait pas froid.

*Pourquoi ce presser? Il faut mieux partir à point. Mais pas trop non plus, Saisei n'attendra peut-être pas indéfiniment, ou perdra patience peut-être? Il faudrait peut-être que je me remette en route non? Bon assez tergiversé, il faut que j'y aille pour le bien de la mission.*

Odereur repartit donc en direction de la porte. Saisei était-il encore là-bas? Odereur n'en savait rien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageDim 19 Oct 2008 - 15:03

"Pauvre ignorante... Ignorais-tu le pouvoir d'un vrai démon?"

À ces mots Saisei leva son épée. Le ciel s'obscurcit et on entendit soudain le tonnerre. On voyait largement que l'orage qui allait éclaté n'était pas naturel, le ciel encore claire du début de nuit laissait voir la limite du pouvoir du démon. Le cercle de nuages noirs ne couvrait qn'un demi kilomètre autour de lui. Mais c'était suffisant pour alimenter son épée. Lors d'un coup de tonerre la foudre tomba soudain sur le sol, à l'endroit même où Saisei et son épée se trouvaient.

Lorsque la lumière s'évapora Saisei était toujours là, une marque rouge sang était apparut sur sa joue. Son armure fumait légèrement, elle était donc solide au point de résister à la foudre... Mais le plus impressionnant, et le plus inquiétant, était sans doute le crépitement autour de son épée. Encore plus bleue qu'avant et Saisei semblait avoir du mal à la maîtriser.


"J'arrive."

Prête ou non la fée vit le démon se ruer vers elle.
Saisei appartenait à la classe des berserker, des fous de guerre, de puissant guerriers résistant et fonce dans le tas. Saisei n'avait rien d'autre que sa connaissances des champs de bataille... La fée serait son champs de bataille... Il comptait s'amuser avec elle. Et pour le moment voyons comment elle réagit d'une attaque simple, de face... Sans ruse...
Revenir en haut Aller en bas
e'Dierebel
avatar
Nombre de messages : 268
Âge : 34
Race : Fée sombre
Poste : Esclave (Saïsei)
Magie Contrôlée : Terra

Feuille de personnage
Puissance:
830/1000  (830/1000)
MessageDim 19 Oct 2008 - 17:05

Dierebel poussa un cri et ses ailes la projetèrent vers le haut, évitant de justesse l'attaque frénétique du démon. Seule contre lui, elle ne s'en sortirai pas, il suffisait qu'elle constate la puissance de son champs de force électrique pour le comprendre... Et Odereur qui devait traîner tranquillement loin derrière...
Si ça se trouvait, il avait déjà fuit. Peut-être même était-il déjà rentré dans la Cité ? Il en aurait bien été capable. Heureux soient les imbéciles.

Pas le temps de laisser son esprit se disperser d'avantage, Dierebel allait y perdre la face. Elle avait déjà combattu des démons pendant la guerre, mais il y avait toujours eu des élémentaires autour pour surenchérir à ses attaques. C'était le jour J, elle allait enfin savoir de quoi elle était capable seule...

Soudain, les troncs d'arbres se pliaient et s'affaissaient sur Saisei, prêts à le réduire en bouillie. Leurs racines s'éjectèrent du sol pour le gifler et le griffer.

" Je n'ai jamais sous-estimé un démon ! Mais je ne leur ai jamais rien fait qui puisse justifier un tel manque de respect, goujat ! " hurla t-elle en battant des ailes au-dessus des branches.

_________________________________________________________

e'Dierebel
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMar 28 Oct 2008 - 17:21

Lorsqu'Odereur arriva en vue de la porte, il en était encore loin, le peu de lumière que produisait la lune ne dévoila pas grand chose. Les murailles semblai n'avoir qu'une petite taille de là où il était.
Un bruit dans son dos le fit se retourner. Rien, il n'y avait rien derrière lui, rien d'autre que le sombre manteau de la nuit.
Un autre bruit provenant de la direction de la porte. Par une douce nuit comme celle là, le moindre son pouvait être entendue sur de longue distance. Un craquement? Une explosion? Impossible pour Odereur de déterminer ce qu'était le bruit qu'il entendait.


*A mon avis ils sont toujours à la porte, m'attende-t-il? Non je ne pense pas. La petite femme n'est pas du genre patiente. Un combat entre démons et elamentien est le plus probable.*

Un combat? Odereur ne voulait pas manquer ça, il accéléra donc espérant ne pas arriver trop tard, et qu'il n'aurai pas manquer quelque chose d'important. Au pire il pourrait toujours porter secourt à la petite femme.
Odereur fit tout de même un détour pour pouvoir se cacher de la vue des deux combattant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageSam 8 Nov 2008 - 19:12

Le sang excitait le démon.

Que ce soit celui des ennemis, ou parfois même le sien, qu'importe, la couleur l'excitait, réveillant ses pupille, les forçant presque à prendre la même couleur. L'odeur l'excitait, elles voudraient presque devenir encore plus pointues, abandonnant leur forme elfique. Le gout l'excitait, ses canines lui semblait plus acérées, la langue claquait. La texture l'excitait, il voulait encore en toucher, encore en déchirer. Il en voulait plus...

La fée s'étais envolée pour éviter son attaque, Saisei avait levé son épée pour tenter d'entailler la peau blanche de la créature mais elle était rapide. Aucun sourire ne s'affichait sur son visage. Encore moins lorsque les ronces l'enlacèrent. Saisei ne réagit pas lorsque les épines lui déchirèrent la peau là où son armure ne protégeait pas. Plaqué au sol il semblait vaincu.
Il semblait...

La fée ne se souvenait-elle pas ? L'épée appellait la foudre, Saisei tenait l'épée... Le démon soupira, et appella son alliée maléfique. Heureusement pour elle Saisei ne contrôlait pas encore ce pouvoir. La foudre effleura la fée et ses ailes, suffisement pour électrocuter en surface la demoiselle.
Saisei lui se dégagea des ronces calcinée, aussi bien qu'un igni hein...
Se redressant en s'aidant de son épée Saisei regarda Dierebel et s'avançat vers elle. À terre, les ailes fumante sans doute avait-elle de la chance qu'elle n'ai pas grillées avec la foudre. Le démon enfonça son épée dans le sol et saisit Dierebel avec sa main. Un sourire carnassier aux lèvres cette fois.


"Un dernier souhait ?

Saisei leva son autre main, prêt à arracher la tête de la fée.
À l'intérieur l'ancêtre félicitait son poussin, après tout il avait réussit à vaincre quelqu'un sans faire appel à lui, il s'améliorait...
Revenir en haut Aller en bas
e'Dierebel
avatar
Nombre de messages : 268
Âge : 34
Race : Fée sombre
Poste : Esclave (Saïsei)
Magie Contrôlée : Terra

Feuille de personnage
Puissance:
830/1000  (830/1000)
MessageSam 15 Nov 2008 - 17:38

Dierebel flottait dans les airs en observant attentivement le démon, elle voulait être sûre de l'avoir immobilisé assez longtemps pour pouvoir lui mettre une raclée. Et puis Saisei dirigea son épée vers le ciel et Dierebel pensa alors qu'il prenait un air de héro pour lui déclamer une réplique cinglante et lourdes de menaces. Elle qui était toujours su le qui-vive fut drôlement surprise.
Elle vu d'abord une lumière intense qui l'aveugla puis une chaleur insupportable l'envahit. Son corps se secoua de spasmes dans les airs avant qu'elle ne sente tout le poids de son corps s'écraser au sol. Elle eut du mal à comprendre que la foudre l'avait frappée...

Ses ailes fumaient, dégageant une étrange odeur de souffre acide et piquante, pourtant le démon ne semblait pas l'avoir senti car il s'approcha du petit corps recroquevillé de la fée. Cela la fit sourire... Il s'approcha si près pour lui parler qu'elle manqua d'éclater de rire. Bien sûr, elle souffrait atrocement et dans ses pupilles grises comme les nuages de pluie se mélangeait la douleur et l'amusement. Elle se régalait de le voir aspirer le poison blanc flottant...

Qui ne savait pas ça ? Quiconque cherchait à couper les ailes d'une fée, lui brûler ou même lui les égratigner, serait confronté au plus bel instinct qui existe sur terre : l'instinct de survie... Ses ailes fumaient faute à la chaleur exubérante de la foudre, certes, mais pis encore, elles dégageaient une substance hallucinogène puissante. Même un ogre y céderait.

"Un dernier souhait ?" dit-il satisfait de lui-même.

Elle ria, doucement, toussota, grinça, recracha un peu de sang et se redressa fébrilement. Il la saisit au cou et la souleva du sol brusquement après avoir planté son épée dans le sol. Elle posa ses deux mains sur son collier de fortune, la main de son ennemi, plantant son regard dans le sien, un battement d'ailes, cette drôle d'odeur qui devenait de plus en plus forte, et ses mains...
Saisei allait sentir la douceur de la peau de la jeune femme, décuplée, centuplée, la chaleur de ses doigts fins et agiles lui caresser lentement le dos de la main puis les avant bras... Une douceur si étrange, si compatissante avec sa colère... Et pourquoi la Lune brille t-elle si fort ? Elle sent bon non, cette fée ?

"Oui... Lâche-moi, et donne-moi un dernier vrai baiser. C'est mon dernier souhait !" déclara t-elle calmement, comme résignée à la mort.

Ne trouvez-vous pas que sa voix chante comme un millier d'oiseaux au printemps... Comme l'écho de la voix de votre mère... Votre mère....

_________________________________________________________

e'Dierebel
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMar 25 Nov 2008 - 10:18

L’odeur…

Non mauvais idée ! Ne repsire plus ! Retiens ta respiration, inspire le moins possible poussin ! Tu m’entends ? Poussin ? … Quoi ? Tu vois la forêt ? Mais c’est impossible nous sommes dans un endroit dégagé, il n’y a pas d’arbres dans le coin. C’est cette fée ! Elle te trompe ! Réveille toi Saisei !

Mais la forêt était là. Le jeune démon entendait le vent dans les feuilles, il voyait la danse de l’herbe. Il sentait l’humidité agréable de cet endroit où il avait grandit et vécu des jours heureux… Maman et Papa…
Deux mot simples qu’il s’était interdit de prononcer et pourtant devant lui, la gorge entre ses mains se tenait sa mère. Elle était brune, ses cheveux ondulés, cascadaient sur ses épaules. Sa peau sombre et ses yeux vert, ses oreilles pointues… Une elfe sylvains. Elle était vieille, son visage respirait la douceur et la sagesse. Saisei lui lâcha la gorge.
Il avait voulut l’étrangler ? Comment ? Pourquoi
?

« Pardon ! … Je ne voulais pas… C’est… C’est lui qui… »
*- Réveille toi gamin ! Ta mère est morte depuis longtemps ! Elle n’est plus là ; souviens toi ! La fée !
- SILENCE !*

Saisei se saisit de l’épée et la jeta au loin, plus loin était l’épée, moins son ancêtre il entendra. Saisei, tout naïf qu’il était se rapprocha de sa main et l’enlaça. Il sentait son odeur, la pomme ; ça lui rappellait des bons souvenirs. Elle lui avait manqué. Il sentit alors des larmes lui piquer les yeux, c’était stupide, il n’était plus un enfant mais… Mais sa mère l’avait quitté trop tôt…

« Je suis désolé maman… Je te promet, c’est papa qui à commencé… »

Il enfoui son visage dans la nuque de la fée, sans savoir qu’il s’agissait de cette inconnue mais seulement de sa mère. Celle qui l’avait élevé avant de mourir. Le protégeant de son père qui lui l’acceptait moins. Lui, l’étrange enfant trouvé dans la forêt, les oreilles pointues mais la peau si claire… Au début ils avaient pensé à un enfant elfe de la lune… Non ses cheveux ne pouvaient être aussi noir… Alors peut-être noldors… Mais pourquoi de si grandes dents ?
Saisei n’était tout simplement pas un elfe. Pris de pitié les elfes ne purent l’abandonner une deuxième fois, il l’élevèrent comme leur fils, espérant en faire quelque chose de pacifique… Mais l’épée ne l’entendait pas de cette oreille...


*Maudis gamin ! Me jeter ainsi au loin et offrir sa fragilité à cette fée. Je sais qu’il est faible, il me fallait pourtant un corps solide et fort, avec un moral de guerrier. J’ai eu à la place ce poussin trop vite sortit de l’œuf… Maudis elfes…
Saisei, il ne faut pas laisser transparaître ainsi tes émotions… Tu es un démon. Tu es ma descendance… Et j’ai tout pouvoir sur toi…*

Et Saisei, tout content d’être dans les bras de sa mère, sentit soudain une poigne le saisir au visage, à la partie droite plus précisement. Les veines gonflèrent et rougirent. Affichant une étrange marque. Ces marques ressemblaient aux motifs du masque de l’ancètre, ce masque qu’il utilisait pour cacher une signature de guerre. Pourquoi ? L’épée était pourtant loin de lui, il ne la touchait pas… Mais ce que Saisei ignorait c’était qu’importe la distance, Isaac Rëfëlas et Saisei resteraient toujours liés… Et ce jusqu’à la mort du vivant…
Isaac prenait doucement possession du corps de Saisei, l’avantage pour lui c’était que l’odeur n’atteignait pas les fantôme et même s’il prenait le corps du petit, il ne sentirait rien…
Et peu à peu la vision du démon se clarifiait, sa mère disparaissait pour laisser place à cette fée, cette felone… Saisei, coléreux de sa naïveté, laissa alors totallement la place à son ancêtre, sans lutter… Pour une fois. Lui ne pourrait pas la frapper à nouveau… Elle avait la même odeur que sa mère…

Maintenant la fée devait faire face à un nouvel adversaire : Isaac, le fantôme.
Les yeux du démon étaient rouges, des marques sur la partie droite du visage et le sourire dément prouvaient qu’il ne s’agissait pas du même personnage…
Isaac, ne s’encombrait pas d’émotions…


(c’était si gentiment demandé =D)
Revenir en haut Aller en bas
e'Dierebel
avatar
Nombre de messages : 268
Âge : 34
Race : Fée sombre
Poste : Esclave (Saïsei)
Magie Contrôlée : Terra

Feuille de personnage
Puissance:
830/1000  (830/1000)
MessageMar 25 Nov 2008 - 11:03

(( N'est-ce pas *_* ?? ))

Bien sûr, Die aurait du y penser... Il avait l'air d'un elfe, oui. Ses oreilles pointues, son visage d'ange, la force et l'élégance de ses mouvements... Et puis ce visage qui prenait peu à peu forme à la place ddu sien, vulgaire, rougeoyant, agressif...
Saisei était possédé par un démon bien plus puissant qu'il ne le pensait, qui commanditait ses actes et traçait son destin à sa place.

Die était dans les bras du démon à présent, elle respirait un peu mieux mais la douleur était toujours vive. Son petit médaillon bleu nuit au bout de sa chaine en bronze scintillait doucement, paisiblement. Elle ferma les yeux. Son médaillon de lumière guérissait doucement ses blessures et par la même occasion atténuait les peines de ceux qui l'entouraient...
Elle récupérait ses forces sans bouger, comme si elle ne sentait pas le danger.

Elle lâcha un long soupir plaintif. Elle était à la merci du démon. Neanmoins, elle ne comprenait pas sa colère, elle n'avait rien fait qui puisse le mettre dans cet état. Il s'était opposé à elle comme si cela avait été un jeu. Probablement il avait envie de s'amuser et de se faire les crocs sur une victime prise au hasard.
Elle regardait Saisei se métamorphoser lentement. Elle commença lentement à se dégager de son étreinte pour se redresser, encore sonné par le violent coup électrique qu'il lui avait asséné.

Elle murmura : "Et toi, que me veux-tu, démon ? Prendre aussi possession de mon corps ? Abuser de moi ? Me vider de mon sang ? Tu sais que tu ne peux pas boire le sang des fées au risque de perdre le corps de celui que tu hantes... Quoique je te pense assez cruel pour ne pas te soucier de lui et l'utiliser à ton ignoble profit ! Et qui es-tu pour te permettre de semer le chaos autour de la Cité ?"

Progressivement elle s'était écartée des bras de Saisei. Elle fixait son visage prête à attaquer de nouveau le démon...

_________________________________________________________

e'Dierebel
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageSam 29 Nov 2008 - 12:20

La culpabilité.

Isaac avait très bien compris que ce que voulait faire la fée était de faire culpabiliser le démon. Certes cette technique aurait pu marcher avec le poussin. Mais lui, l’ancêtre, le fantôme avait vécu tellement de choses, qu’il ne culpabilisait plus. Le poussin lui avait reçu une éducation d’elfe, il réagissait comme un elfe. Certes depuis qu’Isaac avait tué le père du poussin ce dernier faisait des efforts pour être un démon. En fin de compte Saisei ne voulait simplement pas être seul ; s’il faisait tant d’effort pour ne pas humilier son ancêtre c’était avant tout pour ne pas se retrouver seul sur la terre.

Isaac regardait cette petite femme, même pas assez grande pour satisfaire quelques besoins de deux démons… Pas assez humble pour devenir une servante… Et puis de toute façon s’il l’amenait là-bas elle ne durerait même pas une semaine… Non, le mieux ce serait de s’amuser maintenant avec et de la laisser retourné parmi les siens… Le seul inconvénient majeur c’était le poussin. Il avait montré des signes de faiblesse morale, elle s’en était rendut compte, il fallait donc réparer cela mais comment ? Le pouvoir démoniaque de l’ancêtre était le même que celui du poussin : berserk. Si seulement il y avait eut un contrôleur dans le coin, il aurait pu lui faire oublier sans douleur… Et depuis quand on annéstésie les ennemis au juste ?

L’ancêtre sourit, il venait de se rapeller qu’un grand coup sur la tête pouvait faire oublier beaucoup de choses… Mais en attendant amusons nous !
Le jeu ? C’est moi le chat ! Isaac fit tourner son épée, il la maniait bien mieux que Saisei, après tout c’était la sienne. Il la tourna vers l’arrière et des éclairs vinrent la faire vibrer.

« Tu t’appercevras bien vite que je ne suis pas comme l’autre. Moi je ne m’encombre pas de souffrances inutiles. »

Il exerca une pression sur la poignée de son épée et effectua un moulin du poignet, la pointe de la lame racla le sol et un serpent d’éclair chargea en direction de la fée.
Avec un simple moulin de poignet… C’était le même visage, le même corp,s mais la puissance était bien plus grande…


"Mais je vais te répondre féeillette (mélange de fée et de fillette) Je suis l'enfant des maudis. Ceux qui ont défiés les Anciens. Aussi mon devoir est de terminer ce qui a été commencé. Comprend tu à présent ce que je veux ?"

L'extinction des pouvoirs élémentaire. La toute puissance de démons. Le chaos du monde, voila ce que voulait Isaac ; mais avant tout il voulait s'amuser.

"Voial ce que je te propose enfant. Tu vois les portes là-bas, elles sont garder par des gardiens et des sentinelles. Plus je m'approcherais d'elles plus le danger sera grand pour moi. Mais pour toi c'est synonyme de sécurité donc : On va encore faire la course. Si tu gagnes tu pars et tu pourras demander ce que tu veux au poussin auquel appartient ce débris de corps. Mais je gagnes... Tu me donne ce médaillon.

Un deal ? Mais était-ce bien prudent de marchander avec un démon ? On dit que ces créatures n'ont pas de paroles...





Mais les elfes en ont, eux...
Revenir en haut Aller en bas
e'Dierebel
avatar
Nombre de messages : 268
Âge : 34
Race : Fée sombre
Poste : Esclave (Saïsei)
Magie Contrôlée : Terra

Feuille de personnage
Puissance:
830/1000  (830/1000)
MessageDim 14 Déc 2008 - 14:53

La bouche de Dierebel s’ouvrit sans produire aucun son. Elle était sidérée de la proposition du démon et n’arrivait pas à s’en cacher. Il était visiblement sûr de sa réussite, d’ailleurs, il lui avait déjà prouvé sa rapidité… Ses lèvres se refermèrent et sa main droite entoura le médaillon. Elle ne savait pas s’il lui connaissait les pouvoirs des médaillons de lumières célestes même s’il en avait eu un bref aperçu. La fée doutait même que le médaillon lui soit d’une grande utilité. Durant un instant elle contempla le bijou qui scintillait dans la paume de sa main. Elle ferma les yeux pour méditer la proposition du démon.

Les médaillons de lumières célestes étaient offerts à ceux qui avaient défendu l’honneur des petites fées. Dierebel avait traversé de nombreux territoires et d’immenses landes pour arriver aux portes d’Elament. Et puis, un beau soir tiède comme celui-ci, elle avait aperçu un troll. Il était ignoble, puant, repoussant et riait de ses sarcasmes auprès des siens. Perchée sur sa petite branche, elle avait décidé de se reposer là avec sa mère. Mais un frisson la parcouru lorsqu’elle entendit ces visiteurs impromptus se moquer d’un village de petites gens de lumière : « Elles vont payer mon humiliation, avec ma hache, je vais les écrabouiller comme des pâquerettes sur un champ de bataille ! ». Ils ignoraient la présence des deux fées sombres au-dessus d’eux mais celles-ci n’ignorèrent pas un instant de plus les menaces de l’affreuse créature. D’un regard entendu, elles virevoltèrent discrètement au-dessus de leurs têtes. Puis elles aperçurent le petit village, niché au creux d’un chêne qui avait repris vie après un coup de foudre fatal. Les deux étranges créatures ailées se précipitèrent pour alerter leurs consœurs.
Pour les remercier, ces dernières leur offrirent deux âmes enfermées dans deux médaillons de cristal. Des médaillons de lumière céleste. Ces derniers permettaient à son propriétaire de guérir temporairement ses blessures, qu’elles soient du cœur ou du corps, afin de surmonter les épreuves qui entravaient leurs routes. Quiconque briserait le cristal du médaillon, verrait leur pouvoir s’éteindre à jamais.
Mais fallait-il encore le vouloir.

C’était ce médaillon-ci qui venait de sauver la mise à la petite fée qui contemplait de sa petite taille Saïsei. Il flottait à deux centimètres à peine de sa paume comme surélevé par une magie inconnue. Elle rouvrit les yeux et ses iris d’acier brillèrent avec tristesse. Ce présent avait une valeur sentimentale plus qu’importante. Et sa perte ou son don à une mauvaise âme pouvait représenter un danger pour elle comme pour tout habitant de la cité. Elle ignorait la force réelle de ses pouvoirs mais une vague idée lui vint en tête.

Elle fit rapidement le bilan, car il ne s’agissait plus de perdre du temps. Elle s’était cachée puis assoupit, passée pour espionne. Le démon n’était pas encore là, il s’agissait d’une simple créature. Une créature dont elle ignorait la race véritable. Mais elle cachait un bon fond avant que l’esprit qui le possédait, aussi lourd soit son titre, ne prenne le dessus. Car dans cette créature, elle avait cru voir certes de la haine et un besoin non-négligeable de démonstration de force mais aussi de la peur, de la pitié et du chagrin. Là les yeux de la fée convergèrent sur le démon. Il possédait un corps qui ne lui appartenait pas et détenait un esprit bien plus faible que lui. Cependant, comme elle venait de se le remémorer, le médaillon offrait ses pouvoirs à celui qui le détenait… Physiquement. Et donc, même si elle se voyait contrainte de le remettre au démon, son don irait à Saïsei. Et pourquoi ne guérirait-il pas ce dernier ? Et si le pouvoir du médaillon de lumière céleste pouvait le guérir de cette présence maléfique qui le hantait ?
Probablement, il ne ferait pas effet tout de suite, mais progressivement, il pourrait atténuer et affaiblir le fantôme, l’obligeant progressivement à s’éteindre… A faire place à la véritable âme qui possédait ce corps. A panser cette blessure qui ne devait être qu’une malédiction, un malentendu.
Oui, la fée détenait finalement la victoire, rien ne coûtait moins que d’y croire. Même si elle perdait cette course contre la montre, elle ne perdrait sûrement pas contre le démon. Aussi fort le mal soit-il, le pouvoir des petites gens de lumière était sous-estimé…
Autre chose, pour que le médaillon soit offert, elle devait consciemment et volontairement l’offrir. A « poussin » ainsi avait-elle retenu le nom de celui qu’elle devait désigner durant son offrande.
Si elle gagnait, elle pourrait tout de même oser lui offrir…

Elle serra les lèvres avant de lâcher un long soupir. Il fallait essayer.

« J’accepte ton offre, ton marché me semble équitable. » déclama-t-elle doucement en tendant la main vers lui comme pour la serrer.

Et puis soudain la voilà déjà partie, filant comme le vent vers l’entrée de la cité… En un éclair, trois battements d’aile, à peine le temps d’un battement de cœur…
La ruse n’appartient pas qu’aux démons après tout…

_________________________________________________________

e'Dierebel
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageJeu 18 Déc 2008 - 14:41

Petite rusée…

Partir ainsi, avant la poignée de main finale. Elle prenait un risque la petite…
Issac arqua les jambes de Saisei, l’avantage avec un démon aussi petit et léger c’était sans doute son agilité et sa rapidité. Et le corps bondit, Isaac sentit avec déléctation le vent sur son visage, les nerfs de Saisei étaient merveilleux, enivré par cette sensation, il en aurait presque oublié son but : la course.
Les pas se firent plus longs, plus rapides… Isaac la voyait elle tenait la distance mine de rien, ses ailes semblaient se porter mieux, semblaient la porter mieux… Le démon sauta, tout est permit sans poignée de main finale :
Il hurla, la puissance de sa voix couplée à son coup produirent une onde de choc qui devrait déstabiliser la fée dans son vol ou sa course. Le démon lui ne serait pas gêné, il se trouvait après l’onde de choc. Cette dernière continua sa course et heurta les portes, ces dernière ne frémir même pas, ce n’était pas pour étonner Isaac, il savait qu’à lui seul il ne pourrait ouvrir les portes.
Il entendit des cloches résonnées, des cris retentirent : les sentinelles s’activaient.
Le démon sourit, il allait finallement s’amuser. Mais Saisei se débattait, il voulait ressortir. Pas encore, seulement lorsqu’il serait devant les portes.


*- Veux-tu ma mort ?
- Non, sinon je devrais encore attendre bien des années pour trouver un nouveau corps, décide toi à te trouver une femelle qui enfantera ta descendance, pourquoi pas cette petite fée.
- Ca n’as rien à voir ! Je t’ai déjà dit, je serais le dernièr que tu possèderas ! Je n’aurais pas d’enfant !*

Isaac et Saisei, en pleine dispute se battèrent durant une seconde pour la maîtrise du corps, ce dernier se raidit un instant et trèbucha. Isaac reprit le contrôle, assomant son descendant et relança la course, il avait perdut un peu d’avance. Mais elle n’était vraiment pas loin, encore un peu et il pourrait la toucher de la lame de son épée… Le démon inspira alors et leva les yeux, une étoile inhabituelle avait attiré son attention, cette étoile avançait, elle grossissait…
Isaac se baissa à la dernière seconde, évitant une flèche de justesse. Il leva les yeux vers les remparts de la cité et devina des archers. Il pesta et commença à slaloomer pour éviter les flèches mais continua à se rapprocher dangereusement du dos de la fée…
Revenir en haut Aller en bas
e'Dierebel
avatar
Nombre de messages : 268
Âge : 34
Race : Fée sombre
Poste : Esclave (Saïsei)
Magie Contrôlée : Terra

Feuille de personnage
Puissance:
830/1000  (830/1000)
MessageSam 20 Déc 2008 - 19:43

Ce que Isaac et Saisei ignorait, mais ce qui était surtout dangereux pour Saisei, c’était cette proposition entre l’ancien et le jeune possédé. Car la petite fée ne rêvait que d’une chose… Dans sa tribu, ces fées de l’ombre, semi créatures semi amazones, avait pour coutume de donner descendance très jeune. Dierebel approchait douloureusement de la trentaine et n’avait jamais réussit à remplir sa mission. Mais il ne s’agissait pas seulement d’enfanter, il s’agissait plus précisément de donner naissance à une fille et tuer tout éventuel enfant du sexe masculin qu’elle pouvait faire naître. Une fille qui serait confiée à sa mère supérieure et élevée comme fée sombre et amazone.
Depuis toutes ces nombreuses années, la petite fée avait tenté de donner vie à une descendance féminine. Elle s’était d’abord concentré sur ce que ses professeurs d’Elament lui avaient enseigné, appris à contrôler et maîtriser son pouvoir hors-du-commun, puis progressivement, cette coutume avait repris le dessus sur ses priorités… Elle avait eu de brèves aventures, jamais de réelles histoires. Mais jamais elle n’avait réussit à tomber enceinte. Et puis un jour, elle avait vingt-deux ans, des nausées l’avaient pris, son corps était à la fois magnifié par une étrange humeur et maladivement souffrant. Un médecin lui confirma l’attente d’un enfant. Comme elle avait certes eu déjà accumulé un certain nombre d’aventures, elle avait noté sur un carnet en cuir rouge, le nom de ses prétendants, leurs races et la date de leur nuits de libertinage. Tout correspondait. Son heure était enfin venue… Cependant, la jeune fée ne donna pas naissance à cet enfant tant attendu, elle le perdit alors qu’elle se damnait de bonheur depuis cinq longs mois et avec effroi, se dit qu’elle ne trouverait jamais ce passeport si merveilleux qui lui ferait quitter Elament pour retrouver les siens. Les siennes. Pendant un temps, elle eu du mal à se remettre de cette perte. Mais il fallait aller de l’avant. Les médecins lui annoncèrent qu’après ce brutal accident, il y avait peu de chance qu’elle puisse à nouveau enfanter. L’espoir était minime mais il représentait toujours un espoir aux yeux de Dierebel. Dès lors, elle se refusait de moins en moins… Son désir d’accomplir son devoir d’amazone et de femme décuplait sa foi en ce petit espoir de rien. Elle aurait cette fille de son sang, elle se l’était juré.

Alors si aujourd’hui, même un démon, lui proposait de déployer tous les efforts du monde pour réaliser son souhait le plus cher, elle n’était pas à l’abri d’accepter. Tant bien même que ce démon lui était insupportable, comme elle le savait, chaque année qui passait diminuait ses chances. Et il lui serait insupportable de passer à côté d’une telle occasion.

Il valait mieux pour Saisei de reprendre le dessus avant même que son ancêtre ne lui propose ce qui serait pour lui la fin de son calvaire mais celui d’une nouvelle génération.

Retour au combat...

Dierebel ne regardait même pas derrière elle, le son des cloches des sentinelles lui indiquait bien mieux qu'un regard furtif en arrière que le démon était près à la semer. Soudain une violente onde de choc secoua la terre. La fée fut projetée hors du sol qu'elle effleurait pendant sa course. Mais bien plus lui en fallait, même si elle fut déstabilisée, ses deux ailes la portèrent à quelques centimètres du sol. Mais la douleur du coup de foudre était encore bien présente, sa vitesse diminua aussitôt. Le médaillon avait beau briller de toute sa lumière, ses muscles endoloris hurlèrent au scandale cet effort insurmontable. Elle retoucha le sol, trébucha, et roula sur elle-même sur plusieurs mètres.
Il fallait encore déployer sa ruse pour ne pas perdre cette guerre sans merci. Une flèche enflammée tomba aux pieds de la fée, elle releva les yeux. Ces sentinelles étaient bien moins doués qu'il le prétendaient ! Même s'ils attaquaient la bonne cible, ils la visaient mal. Un regard en arrière, Saisei était à deux mètres de lui, elle n'avait pas un millième de seconde à perdre...
Elle frappa la terre de ses petits poings en hurlant de rage. Les branches des arbres s'abaissèrent et les racines se soulevèrent pour bloquer le passage d'Isaac. Quant à elle, elle se propulsa dans les airs, au-dessus des arbres pour continuer du mieux qu'elle pouvait cette course sans mercis.

Oui, la petite "chose à paillettes" était bien redoutable mais surtout... Mauvaise joueuse !

Pourtant, bien malgré cette rage toute nouvelle qui l'envahissait, elle fut contrainte de rejoindre le sol assez rapidement, ses ailes continuaient de faire souffrir atrocement son dos. La silhouette de Saisei était là, il essayait de l'atteindre en slalomant entre les flèches de feu. Ses doigts la frôlaient, tantôt dans le cou, tantôt ses ailes... La petite fée voyait la porte se rapprocher mais elle n'arrivait plus à tenir la distance...

Et elle ne pouvait désormais plus et se concentrer sur la course, et se concentrer sur son pouvoir. Des larmes de douleur tracèrent leurs routes au coin de ses joues... Saisei allait l'attraper. C'était devenu inévitable.

_________________________________________________________

e'Dierebel
Revenir en haut Aller en bas
Iniloth
Nombre de messages : 96
Âge : 1529
Race : Aasimars
Poste : Percepteur
Magie Contrôlée : eau

Feuille de personnage
Puissance:
690/1000  (690/1000)
MessageDim 21 Déc 2008 - 18:44

Le vent des couches supérieures s’établit à l’ouest, et des nuages denses et humides s’élevèrent pour déverser leur charge de pluie sur les têtes dénudées des ’’collines Devëlite’’, on ne voyait qu’eau tombante. Puis tout d’un coup, la pluie cessa subitement. Le soleil, d’un jaune pâle et aqueux, luisait à travers de la brume qui se glissait descendant des montagnes, et lentement devînt un brouillard épais, froid et blanc. L’air devînt silencieux, lourd et glacial.

En ce moment une ombre venait de surgir du sentier escarpé qui descendait des montagnes de la terreur au nord de la cité de l’espoir. Il était fatigué, transpirant et pourtant glacé. Il arrêta la pluie pour développer tout autour de lui un dense brouillard pour ne permettre à aucun œil de le localiser. Epuisé qu’il était, il ne pouvait se permettre l’encombre d’un combat gratuit avec une quelconque créature errante. La route tourna alors vers le sud, descendant en pente rapide d’entre les bras du vallon, à une certaine distance en dessous il pénétra une forêt qui déboucha rapidement sur un lac profond et d’une clarté de cristal, un peu plus à l’est une rivière qui descendait en cascade, alimentant le lac en une eau fraîche qui tombait sur le rebord de pierre pour se presser quelque milles plus loin hors de ce foyer et courir scintillante et grouillante, dans un lit de roches escarpées.

Iniloth leva les yeux et il vit devant, le lac s’étendre à perte de vue admirablement paisible. Des myriades d’oiseaux tournoyaient dessus comme une poussière blanche dans le soleil. C’est là qu’il l’aperçue pour la première fois. Elle apparaissait, lointaine et splendide, entourée de mur blancs, flanquée de nombreuses tours, fière et belle au milieu de sa vallée, le lac embrassant son coté sud, ses créneaux scintillaient d’acier et la couleur de nombreuses bannières égayait ses tourelles. L’espoir resurgit inopinément dans le cœur du Vieillard encapuchonné.

Toute cette journée, il poursuivit sa marche jusqu’à ce que la froideur du soir se fit sentir et qu’on entendit le premier vent nocturne murmurer parmi les feuilles. Il arriva enfin devant l’imposant portail, Iniloth restait là à le contempler, comme lisant quelques runes invisibles que lui seul pouvait lire, car pendant son méditation il revoyait en hâte toute l’histoire de la cité, cherchant comment, y pénétrer lui serait-il d’une aide dans sa quête de venger les siens? Et qui ,pourrait le guider, parmi les milliers d’esprits l’habitant.

*te voila enfin, maintes lieues que j’ai parcouru et maints dangers pour arriver devants tes portes, là où je cherche conseil et aide, car les miens on été injustement traité et l’ombre qui les effaça me cherche maintenant, pour se procurer l’arme que je lui ai prise il y a longtemps, afin recouvrir la terre de ses ténèbres* se murmura-t-il

Et il attendit, enveloppé de son manteau noir, un quelconque murmure, il savait qu'il n'avait qu'à toucher la porte pour qu'elle s'ouvre. Mais il y avait quelque chose qui le retenait, fusse la crainte de ce qui l'attend ou de ce qu'il apprendra en la passant, il ne le su point.

Ainsi fut il perdu dans ses pensées, un petit nuage de brume tournoyait tout autour de lui. Quand subitement, des filaments se détachèrent du nuage, Iniloth eu conscience d’une présence, non de trois présences à proximité de lui et qui accourraient en sa direction. Puis peu à peu un frisson lui parcouru le corps, un être malfaisant en faisait partie et il avait une grande puissance. Iniloth se concentra d’avantage, il ferma les yeux et les innombrables gouttelettes d’eau lui murmuraient. L’aura de l’être malfaisant était telle qu’il percevait à peine la présence des deux autres. Le vieil Aasimar était sûr que ces derniers étaient en un grand péril.

Il dégaina Erendaës son arc-épée, dont la lame brilla sous les rayons de lune, pris une flèche de son carquois, souffla sur son extrémité et la tête se transforma instantanément en un pieu de glace acéré, banda son arc et serra la flèche et resta silencieux et attentif le visage tendu. Puis un long cri retentit et une onde de choc comme Iniloth n’en a jamais vu depuis son combat avec son frère se répandit et le heurta de plein fouet, il fut tellement secoué qu’il fut projeté et la flèche qu’il tenait lui échappa. Il se retourna en vol et atterrit sur ses pieds, agenouillé et une main plaquée contre le sol.

Il remua sa tête et ouvrit les yeux, un démon aux apparences charmantes mais plein de malveillance, était engagé en une course infernale qui apparemment avait pour but de se saisir d'une jeune créature qui ressemblait à une elfe mais qui avait des ailes bizarres. Iniloth resta un moment perplexe, il n’y avait là que deux êtres où était donc tapi le troisième. Il ne voulu donc pas agir et se contenta d’observer la scène mais il gardait en même temps sa flèche visée sur le cou du démon, simple précaution et il continua de rechercher la troisième présence jusque là imperceptible.

Pendant ce temps de répit, le démon, les mains serrant la garde de son glaive, s’était dangereusement rapproché de la créature avachie impuissante qui tentait désespérément tour de magie après tour dans sa fuite. Des flèches enflammées sifflèrent de par-dessus les remparts de la cité, mais ils ne touchèrent point le démon qui avait une vitesse vertigineuse et par-dessus tout étaient une menace de plus à éviter par la créature désespérée.

Iniloth marmonna en décrivant des mouvements fluides de la main et un mur de glace s’éleva coupant les gardes de la scène, puis se retournant l’Aasimar vit qu’il n’y avait plus de choix, il devait abandonner toute vigilance et agir sinon il y aurait une tuerie. Il respira profondément, cligna des yeux et la brume se dissipa d’un coup, il sentit le vent souffler sur son visage, il ne voudrait pas qu’un élément aussi aléatoire intervienne dans une situation si critique. Le démon la tenait à un pouce près, ses doigts lui frôlaient la nuque à présent. Erendaës chanta, et la flèche était partie, une trainée enneigée dans son sillage, prenant l’avant bras du démon comme cible.

_________________________________________________________


Le glas de la mort est le froid
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageJeu 1 Jan 2009 - 21:06

Il l'avais presque !

Plus rien ne comptait. La terre aurait pu s'arrêter de tourner, elle aurait pu être sur le point de se détruire, l'apocalypse pouvait venir. Qu'importe. Isaac tenait presque le cou de la féellette dans sa main. Il allait l'avoir !
*de la glace ! à l'entrée de la cité !* Silence poussin ! Le cou n'est plus qu'à quelques centimètres ! *Il n'y a plus de flèches ! Il se passe quelque chose ! Quelqu'un va intervenir !* Qu'importe il ne s'agit pas là de son corps.
Isaac perçut un sifflement et soudain du givre vint briller devant ses yeux. Le poussin pesta, le corps fit un pas de coté et s'éloigna un peu de la fée. Continuant de courir il regarda son avant bras : une flèche avec une pointe de glace, un aqua.

Isaac sourit, après la fée terra il faudra se battre contre un aqua de race inconnue ? Qu'importe, il n'avait même pas sentit la flèche lui percer le bras. La douleur ne pouvait l'arrêter. Il repartit donc en chasse de la demoiselle terra. Cette dernière avait encore fait appelle à son pouvoir, d'un trait d'épée il coupa net branches et racines lui barrant la route, brisant les plus fines et repoussant les débris. Il n'était pas berserk pour rien.
Isaac adorait ce pouvoir, simple et efficace, un gros bourrin est toujours apprécier dans les guerres et les débouchés sont multiples. Et surtout il ne demande pas d'apprentissage spéciale, juste le dépassement physique, ce qui était très simple comparé au innombrables formules que demande d'autre magie démoniaque...

Soudain les frémissement des feuilles cessèrent et ils se retrouvèrent devant les portes, elle allait peu être bientôt gagner la garce. Isaac repoussa encore les limites du corps de Saisei et le fit accélérer. Il voyait maintenant un mur de glace empêchant les sentinelles d'interférer dans le combat, on pouvait apercevoir l'un d'eux en train de faire fondre ce mur de glace grâce à son pouvoir igni. Il avait entendue parler de cette sentinelle, on disait qu'il était puissant, si jamais il traversait le mur Isaac n'était pas sûr de le vaincre. Mais la fée n'était pas loin.

Isaac vira vers la fée et tendit la main, l'ennuis avec les cheveux long, c'est qu'on pouvait les attraper.
Quelques centimètres et c'était bon. Il gagnerait.
De son coté Saisei observait cet homme agenouiller juste devant la porte de la cité, c'était de lui que venait la flèche, c'était lui qui empêchait la brume de venir sous leur pieds. C'était lui l'aqua qui l'avait attaqué alors qu'il ne lui avait rien fait.
Revenir en haut Aller en bas
e'Dierebel
avatar
Nombre de messages : 268
Âge : 34
Race : Fée sombre
Poste : Esclave (Saïsei)
Magie Contrôlée : Terra

Feuille de personnage
Puissance:
830/1000  (830/1000)
MessageMar 6 Jan 2009 - 19:42

Non, non, non… La petite fée poussa de toutes ses forces sur ses ailes. Elle décolla presque et porta ses pas encore plus rapidement. Des mèches de cheveux frôlèrent encore les doigts de Saisei, pour la dernière fois. Un cri de rage s’échappa de la bouche de la petite fée. Cette fois-ci, ça commençait à bien faire, ce démon était la pire ordure qui soit. Elle ne lui avait rien demandé et il exigeait sa soumission en échange. Elle n’allait pas mourir ce soir ! Non ! La petite créature décolla dans les airs et pivota sur elle-même pour faire face à Saisei, elle lança sa bottine en cuir directement dans sa joue. Cela lui permettrait de le repousser et de prendre un sacré élan.

Elle décolla dans les airs, sans prendre peine de regarder derrière elle le mal qu’elle avait pu causer et se concentra du mieux qu’elle pu pour déchainer encore et encore les forces de sa mère nature. Son médaillon illuminait sa poitrine plus que jamais et elle cru un instant qu’elle ne saurai souffrir d’avantage. Ses efforts la heurtait mais la porte était là, à quelques mètres à peine, enfin. Ses ailes la firent planer vers le sol et elle plongea bras devant vers la porte.

Elle n’avait même pas conscience de ce qui se passait alors autour d’eux. Elle n’avait pas remarqué l’aqua qui venait de planter de longues flèches perçantes dans le bras du démon, elle ne voyait plus passer les flèches enflammées, elle n’entendait plus l’alarme de la cité qui hurlait ni même les cris des sentinelles qui s’activaient. Elle sentait juste planer la présence maléfique et l’âme folle du monstre qui la coursait.

Ses doigts touchèrent enfin l’immense porte et elle s’écroula au pied de son édifice de victoire. Elle repris son souffle en se retournant vers le démon, prête à se défendre à nouveau si Saisei ne renonçait pas. Ses pupilles étaient dilatées, ses cheveux emmêlés, sa robe déchirée par endroits. Son dos se plaqua en même temps que ses ailes sur la porte.
Elle avait gagné.
Elle avait gagné.

Mais Saisei serait-il un bon perdant ?

_________________________________________________________

e'Dierebel
Revenir en haut Aller en bas
Iniloth
Nombre de messages : 96
Âge : 1529
Race : Aasimars
Poste : Percepteur
Magie Contrôlée : eau

Feuille de personnage
Puissance:
690/1000  (690/1000)
MessageDim 25 Jan 2009 - 17:36

Spoiler:
 

Il semblait que le démon était bien au-delà de ce que Iniloth attendait sur le plan puissance, il n’avait même pas sentit la flèche qu’il lui avait encoché, loin de cela il semblait d’autant plus acharné, d’autant plus motivé à saisir la jeune créature, qui lui envoya un léger coup de pied en plein figure histoire de le ralentir d’avantage, mais il fallait que l’Aasimar s’engage physiquement vue l’ampleur de la force du démon.

Tout se passa en un clin d’œil, Aganërhim, sorte loup géant fait de glace et de vapeur emmêlées, un sort complexe qui consisitait à donnait une forme à un ensemble particules de son élément et les commander par la pensée, dont usait Iniloth dans ces duels, apparu du néant, il partit en longues enjambées vers la petite créature désespérée. Iniloth repéra un point qui rougeoyait dans le mur de glace, c'était là la solution. Le loup partit se saisir du petit ange aux ailes bizarres, il sauterai pardessus le portail, au niveau où la glace eu été moins épaisse grâce aux sentinelles, Iniloth ne devrait pas annuler totalement le sort car il risquerai de se faire cribler de flèche, son apparence n'était pas de grande aide.

Le vieil Aasimar se déplaça en un nuage de brume vers l’être acharné afin de lui barrer le chemin, il ferait tout afin de l’arrêter, cette cité à laquelle il s’attaque est censée être celle de la paix, la pureté, celle du dernier espoir. Iniloth sentait une grande fureur contre cette être maudit, il encocha une centaine de flèches glacées une à une au rythme de sa respiration qui, si elles ne pouvaient être fatales, ralentiraient le démon et même s’il ne prend pas garde, l’enfermeraient dans un cercueil de glace jusqu’à la nuit des temps.

_________________________________________________________


Le glas de la mort est le froid
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMer 18 Fév 2009 - 18:57

Les flèches... Les cheveux... Il fallait choisir.

La situation n'était plus à Isaac. En un instant les yeux cramoisit du démon redevinrent vert, ses crocs diminuèrent et Saisei se retrouva en plein course. Seulement... Avez-vous déjà essayer de rattraper le temps perdut ? Non ? Et bien laissez moi vous dire que c'est très difficile. Saisei était un démon agile et puissant mais non, décidement reprendre en cours une course folle qu'il n'avait pas commencer il ne pouvait pas le faire. Et c'est ainsi que la jeune fée, les sentinelles ainsi que cet étranger encapuchonné purent voir Saisei se vautrer lamentablement sur le sol dans un nuage de poussières.

Mais un malheur n'arrive jamais seul, pour Saisei il s'agirait plus d'une chance. Ainsi la face au sol Saisei évita ainsi les flèches de glace. Le jeune démon prit quelques secondes pour reprendre son souffle et profita d'une brèche parmit les flèches pour se relever et filer vers un couvert. Couvert qui se présenta sous forme de racines. Protéger par cette précédentes ennemie envoyée par la jeune fée. Saisei regarda qui lui faisait face :
Un homme d'allure grande et mince, encapuchonné et mystérieux. Il n'inspirait rien de bon au démon. Ce dernier remarqua alors la présence d'un immense loup, étonnant. Saisei déglutit et soupira.

Toujours caché il reprit doucement son souffle et se concentra. Le ciel était resté noir et menaçant. Saisei baissa son épée et effleura le sol de la pointe de cette dernière, quelques petits éclairs vinrent s'y loger. Le démon sortit alors de sa cachette sur la droite et lança son épée sur le loup. Fendant l'air comme s'il s'agissaient de simples visères, elle atteignit le loup vers l'omoplate, des éclairs vinrent alors tombés sur l'épées, cette dernière servant de parafoudre.
Saisei, en attendant , s'était jeté à la poursuite de son épée. Histoire d'être armé s'il y avait une suite au combat.

Une fois près de la porte, Saisei put voir qu'il avait définitivement perdu. La petite fée avait la main bien à plat sur la porte de bois. Bon et bien c'était finit. Saisei baissa les épaules mais sa garde restait bien fermée, il lui fallait récupérer son épée. D'un bond il la récupéra au vol et fit face à l'homme encapuchonné.


"La course est finie. Rangez vos flèches et je rangerais mon épée."
*Es-tu fou ou inconscient ? Il Pourrait nous tuer sans qu'on s'en apperçoive ! Tue le immédiatement.
- Non.*

Saisei se déplaça peu à peu sur la droite, rejoingnant Dierebel.

"J'ai perdut. L'accord entre mon ancêtre et toi tiens toujours. Je ferais ce que tu veux que je fasse. Ordonne moi !"

Inolith devait certainement ne rien comprendre. Mais qui lui demandait de le faire ? Il avait été au mauvais endroit au mauvais moment, il avait voulut jouer les héros. Saisei le toisa.
Ses cheveux noirs étaient encore plus ébouriffés et emmélés à d'habitude. Mais son maintien restait droit et fière, tel un elfe avec qui il avait été élevé.
D'un certain point de vue Saisei était assez content d'avoir perdut. Qui sait-ce que l'ancêtre aurait voulut de la petite femme.
Revenir en haut Aller en bas
e'Dierebel
avatar
Nombre de messages : 268
Âge : 34
Race : Fée sombre
Poste : Esclave (Saïsei)
Magie Contrôlée : Terra

Feuille de personnage
Puissance:
830/1000  (830/1000)
MessageMer 18 Fév 2009 - 23:22

Dierebel restait le dos collé contre la porte, cherchant d’un geste malhabile son élément du bout des doigts. Son cœur battait à tout rompre, coupant par instants sa respiration déjà saccadée. La course avait été longue, infiniment trop longue. Les sentinelles s’agitaient, Saisei était à la portée de n’importe quel archer débutant ou lanceur de pierres du dimanche. Et puis soudain…

Un homme venu de on-ne-sait-où, accompagné de son loup, se joignit aux défenseurs des portes de la cité. Une flèche de glace siffla dans les airs, captant immédiatement l’attention de la petite fée. Qui était-il ? Pourquoi avait-il pris son parti sans savoir ? Certes Dierebel n’avait pas l’allure d’un démon, de loin, néanmoins fallait-il toujours se méfier ! Les apparences étaient trompeuses et tout le monde le savait ici bas, surtout depuis la guerre des démons.

Et puis, quelque chose se passa, Saisei, l’être infernal aussi sûr de lui et agile s’écroula en moins de deux sur le sol. Pour éviter la flèche ? Non… Son visage… Son visage avait changé. Saisei n’était plus possédé. Maintenant la jeune femme faisait la différence nette et précise entre l’elfe qu’elle avait croisé en haut des monts et la présence étrange qui le dominait. Ce regard presque innocent la toucha. Elle sentait la panique l’envahir et admirait le doute emplir ses pupilles.

Toujours plaquée contre sa forteresse bénie, elle n’avait pas bougé d’un pouce, ni même sillé à une seule reprise. Que faire ? Apparemment, son ancêtre savait être malin et mauvais que lorsque ça ne l’arrangeait. Il laissait alors au plus grand des dangers le seul corps qu’il habitait encore. Saisei.
Maudits soient les démons des pans d’Elament. Vicieux, agressif, sans pitié et sans fierté !

Saisei se redressa et accouru pour avouer sa défaite. Enfin… Elle se sentait maintenant en sécurité. Et elle doutait que le jeune homme ne soit capable de la trahir.
L’homme qui avait fait irruption sur la scène de la course restait emmitouflé sous son voile de noirceur, et les paroles du possédé ne semblèrent pas l’atteindre. Il proposait le cessez-le-feu. Une trêve, le temps de conclure leur accord. Ses pas se dirigèrent prudemment vers la fée.

Les sentinelles avaient éteint les lumières, une corne résonna bruyamment, Die grinça des dents en se plaquant les mains sur les oreilles. Elle marmonna une insulte bien sentie à l’attention de ses pitoyables protecteurs. Ca ressemblait à un « bande d’incapables » dit dans une langue bien ancienne qui sifflait entre ses jolies dents.
Elle redressa alors son minois vers l’ennemi. Il était grand, digne, presque absent, comme si tout ce qui s’était passé ne l’avait pas touché.
« Ordonne-moi ! » lui dit-il d’un ton sec et pressant.

Die ferma les yeux. Un frisson la parcourut. Sa vie était entre ses mains, le temps lui appartenait. Enfin, elle reprenait le contrôle de la situation. Rien de plus jouissif…
Un sourire satisfait s’afficha sur ses lèvres charnues. Elle avait bien une idée.
« Trois fois j’aurai besoin de m’aventurer ici, trois fois je t’appellerai et tu seras mon serviteur. Trois aubes jusqu’aux crépuscules. Tu devras me défendre, m’obéir, me subir. Sans jamais me trahir. »
Ses yeux se rouvrirent, emplit d’orgueil et d’une autorité nouvelle. Elle attendait sa réponse.

Mais à ce moment précis elle leva la main et un mur de pierres se dressa de lui-même. Ses pupilles écarquillées traduisaient sa surprise. Une seconde de plus et Saisei aurait été touché par la pointe enflammée d’une sentinelle. L’attaque reprenait de plus belle. Il fallait faire court et simple.
« Y consens-tu ? » interrogea-t-elle d’un ton pressé et presque agressif le jeune elfe.

_________________________________________________________

e'Dierebel
Revenir en haut Aller en bas
Iniloth
Nombre de messages : 96
Âge : 1529
Race : Aasimars
Poste : Percepteur
Magie Contrôlée : eau

Feuille de personnage
Puissance:
690/1000  (690/1000)
MessageDim 22 Fév 2009 - 12:41

Iniloth avançait toujours en tirant ses flèches, le démon finira certainement par en recevoir une et d’autre suivraient alors, il prit un court instant pendant lequel il jeta un coup d’œil en direction de la muraille de givre qui se fondait sous l’effet de la chaleur d’une sentinelle, la situation ne va plus être si aisée, il devait en finir avec la chose le plus tôt possible. L’incube profita de ce moment d’inattention où les flèches se sont un peu espacées dans le temps pour se frayer un chemin vers ce qui semblait être le muret qu’érigea la fée tout à l’heure pendant sa course. Le vieil Aasimar s’arrêta un moment pour souffler et changer de tactiques, il paraissait que les fléchettes n’arrivaient pas à percer la roche. Cela fait, il se sentit soudain, sa chair griller sur lui. Son loup esprit, qui avait presque atteint sa cible, reçu l’épée du démon dans le dos et un choc qui sembla arrêter les organes du vieillard et déchirer ses tripes se fit sentir, il s’accroupit sous l’effet de l’agonie. Aganërhim se volatilisa en plaine course et l’épée fut attrape avant de toucher le sol par son manieur, qui se tenait toujours méfiant, observant Iniloth avec insistance.

Le vieil Aasimar se releva bouillonnant encore plus de rage, ses yeux se muèrent à un bleu incandescent, on aurait dit que des flammes y couvaient. Son arc s’allongea et la corde disparu, il devint une épée à fine lame. Il fit quelque pas envers l’être malfaisant et sentit à sa grande surprise qu’il n’était plus aussi malfaisant que ça. L’esprit maléfique de force épouvantable avait disparu et Iniloth ne ressentait plus que la présence de deux êtres qu’il voyait devant lui. Les deux n’avaient rien de créatures malveillantes. Le jeune être était possédé à coup sûr. Il se rappelait avoir sentit trois présence plutôt et n’avoir pas pu déterminer son emplacement, maintenant ça collait. Mais la stupéfaction du vieillard ne s’acheva pas là, et loin de l’être, il entendit l’incube à présent aux apparences d’elfe lui demander de ranger ses flèches afin qu’il range son épée, la course était finie. Mais quelle course. S’était il prit dans un simple jeu de jeune gens. Mais ça semblait être tellement réel, elle semblait sur le point de fondre en larme quand il faillit l’avoir, et puis les sentinelles et leurs intervention. Rien ne collait, et pour combler le tout, Iniloth entendit la soit disant faible créature proposer au démon ou ce qui en restait de lui faire une promesse de veiller sur elle et de la revoir à volonté trois fois.

L’Aasimar restait perplexe, ses yeux s'étegnirent et d’un mouvement nonchalant de la main il annula le sort de la glace éternelle qui enlaçait les murs et pu voir les sentinelles s’agiter à nouveau. Il continuait de tenir Erendëas, fixant l’elfe démon sans ciller attendant un quiconque mouvement hostile de sa part pour reprendre le combat. Il ne pouvait plus s’aviser à l’attaquer maintenant, alors qu’il a baissé ses armes et demandé une trêve.

L’orgueil d’Iniloth fils d’Orothil était se qu’il avait de plus fatal.

_________________________________________________________


Le glas de la mort est le froid
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMar 24 Fév 2009 - 17:48

Rengainant son épée dans son fourreau, sur son dos.

Saisei entendait dans un coin de sa tête les paroles sifflantes, blessantes, fourbes et menaçante de l'ancêtre. Mais les deux démons étaient d'accord sur un point : ils avaient perdus.


*- Perdre contre une petite gamine minuscule...
- Une élémentaire.
- Qu'à cela ne tienne ! C'est une femme !
- Une femme élémentaire.
- Une femmelette !
- Oui mais la terre était avec elle.
- La prochaine fois je ne lui laisserais aucune chance !
- Tu ne lui en a pas laissé aujourd'hui. Nous le savons parfaitement, laisses-là gagner et mets ton orgeuil de côté pour une fois.*

Ce fut sur cette pique que l'ancêtre se tînt silencieux. Non loin d'être pas fièr de lui ; Saisei se surprit à avoir presque envie de fanfaronner. Les ordonnance de la fée étaient plutôt simple, elle avait besoin de sortir et voulait un garde du corps ? Ok. Saisei réajusta sa manche et son écharpe et commença à fouiller son pantalon, où plus précisement ses poches. Tandis qu'il tatonnait, Dierebel éleva un mur de roche sur le côté, instinctivement Saisei s'accroupit et posa sa main sur la garde de son épée.

*Elle veut nous tuer maintenant !*

Mais non, Dierebel avait juste fait attention aux sentinelles. Le démon apperçut une silhouette humanoïde mais la pose, la prolongation vertébrale arrière, les oreilles et l'odeur ne l'était pas : humains. D'autres silhouettes, dont une très massive, se joignaient à elle pour insulter et attaquer le démon.
Saisei se dépêcha, il voulait trouver quelque chose qui puisse servir à Dierebel pour l'appeller.

*Autour du cou, idiot.*

Instinctivement Saisei plongea la main dessous son écharpe et toucha délicatement un bout de bois sulpté. Le poussin ne voulait pas s'en séparer, c'était précieux c'était...


"Y consens-tu ?"

Saisei se mordit la langue, les paroles de Dierebel et de son grand-pêre se mélangeaient. Il tira un coup sec sur la cordelette de jonc et jeta son sifflet aux pieds de la fée.

"Je reviendrais le chercher !"

Et en un demi tour Saisei s'en alla.
S'il y avait bien une chose qu'il savait faire et aimait faire c'était courir.
Ainsi Saisei disparut, laissant la fée avec le sifflet de manufacture elfique simple. Et laissant à ses interrogations l'homme encapuchonné. Les sentinelles avaient ouverts les portes et sortaient peu à peu, certaines commençaient à courir après Saisei, d'autre interrogeaient la fée et l'aasimar.

Dans le silence de la nuit saisei disparut, avec lui l'épée ensorcelée et les nuages noir et menaçant. Laissant leur place à un ciel dégagé où la lune était reine.
Revenir en haut Aller en bas
Iniloth
Nombre de messages : 96
Âge : 1529
Race : Aasimars
Poste : Percepteur
Magie Contrôlée : eau

Feuille de personnage
Puissance:
690/1000  (690/1000)
MessageVen 27 Fév 2009 - 21:35

Spoiler:
 
Les battants tournèrent sur leurs gonds…

Comment se faisait il que les êtres de l’extérieur arrivaient à pactiser avec des démons. Ne savaient ils donc pas que les paroles des ténébreux ne sont d’autre que mensonges. Un autre moyen pour arriver au sang et à la chair. Et pourquoi donc le démon contre qui il s’est battu, si fiers et hardis, fut il au début, s’était il avachit ainsi abandonnant son hôte dans une situation si critique et avec pareille lâcheté.

Il jeta un sifflet au pied de la fée, se retourna et parti ; le laissant à ses interrogations. Les sentinelles arrivèrent le bombarder de questions, il s’en retourna sans dire un mot et se retira de la scène, ruminant. Il s’attendait à autre chose en ce lieu. Ce fut craint des démons jadis. Aujourd’hui, un s’en est approché, mettant en danger la vie d’une protégée de la cité sans en payer le prix.

Il y eu un temps, qu’aucun être perfide n’osait regarder en direction de la ville, par crainte de se bruler les yeux par sa lumière, c’est ce que Iniloth entendit. C’est pour cela qu’elle était la cité du dernier espoir, celle qui mènera les peuples libres à la salvation.

Celle qui les sauvera des ombres de la nuit.

_________________________________________________________


Le glas de la mort est le froid
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» Une nuit à l'auberge
» (n°15) Une bonne nuit de sommeil! On peut toujours espérer, non? [PV Beast]+ [Terminé]
» Réchauds solaires pour Haiti. Belle idée !!!
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]
» C'est la belle nuit de noël .... (Sujet chanté..... LIBRE)