Partagez | .
 

 [Vagabond] Tranlthanas - Igni

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Tranlthanas Courseaube
Vagabond
avatar
Nombre de messages : 296
Âge : 504
Race : Elfe Sabrone à l'état sauvage
Poste : Emmerdeur (Peluche chauffante à l'occasion)
Magie Contrôlée : Feu

Feuille de personnage
Puissance:
930/1000  (930/1000)
MessageLun 10 Déc 2007 - 21:19



Dernière édition par Tranlthanas Courseaube le Mar 18 Sep 2012 - 10:32, édité 58 fois
http://www.facebook.com/?ref=logo#!/profile.php?id=1000015493315
Revenir en haut Aller en bas
Tranlthanas Courseaube
Vagabond
avatar
Nombre de messages : 296
Âge : 504
Race : Elfe Sabrone à l'état sauvage
Poste : Emmerdeur (Peluche chauffante à l'occasion)
Magie Contrôlée : Feu

Feuille de personnage
Puissance:
930/1000  (930/1000)
MessageLun 10 Déc 2007 - 21:20



Crédit Avatar:
 

| Vers la fiche de Tyrol, chasse-gardée de Tranlthanas |




Tranlthanas Courseaube



501 ans et plus si affinités



Elfe Sabrone.
Les Sabrones forment un peuple d'elfes sauvages, voire primitifs•ves, divisé•es en plusieurs tribus nomades dont les terrains de prédilection sont les montagnes abruptes et les déserts. Elles ont la particularité de compter parmi elles de très nombreux animorphes. La communauté est basée sur une vie en plein air constante, un partage total de toutes les tâches quotidiennes et des possessions terrestres (qui n'en sont plus vraiment, de fait), y compris des enfants que tout le monde peut élever sans distinction. Bien que fondamentalement tribale, leur société est particulièrement anarchique et vit au jour le jour sans se préoccuper des conséquences autres que leur impact sur la nature dont elle vénère les esprits animaliers. Brusque et belliqueux, ce peuple, bien que théoriquement immortel comme les autres elfes, voit rarement ses membres dépasser les 500 ans ; Sa foi en la réincarnation est cependant très forte et la mort n'est qu'une étape parmi d'autres, simple passage de vie en vie, peu importe sa nature (humanoïde, animale, végétale...).



Vagabond, mercenaire, acrobate ou danseur à ses heures.
Sinon il aime bien faire chier le monde en fait. Surtout.



Feu, car on aime se méfier de l'eau qui dort, mais moins du feu qui couve sous les braises.



Tranlthanas n'a longtemps vécu que pour se venger, mais à force lui-même ne savait plus trop de qui, de quoi. Sa vengeance semble avoir été accomplie, mais, loin de le rassasier entièrement, elle lui a fait prendre un dangereux goût au sang ; Toutefois, si son niveau maximum de cruauté s'atteignait très facilement passé un temps, c'est beaucoup moins évident aujourd'hui du fait de l'expérience accumulée, de la présence de ses enfants, d'une vision des choses plus large et surtout… De la présence de Tyrol. Il demeure néanmoins quelqu'un de fondamentalement violent, bien que la barbarie qu'il ait subie et lui-même distribuée sans relâche durant plus de quatre siècles l'ait quelque peu essoufflé et lassé.  Il s'est progressivement éloigné de tout cela et est à présent plus calme, plus joyeux, plus affectueux... Une bête nonchalante mais plus enragée, néanmoins restée très sensible sur certains points, d'où un caractère instable et facilement irritable. Méfiance, donc, car si sa fureur contenue se libère, vous et le décors alentour risquez d'en payer le prix fort.

Il paraît parfois amical, souvent moqueur, toujours indifférent. Il sourit, il parle, il vous regarde dans les yeux... Sociable, en apparence ; Mais ce qui lui importe réellement est de savoir si vous êtes susceptible de lui servir à quelque chose dans un futur plus ou moins proche. La moindre curiosité chez quelqu'un accroche son attention, mais la conserver est moins facile : Il s'intéresse et s'attache aussi facilement qu'il se désintéresse et se détache. Il tolère tout tant que cela ne met pas directement en péril ce qui le concerne et/ou l'entoure. Sur ce point et sur bien d'autres, il se comporte en véritable animal. Il est en tout cas très franc du collier et bien que son manque total de tact et de considération puisse vous rebuter, vous pouvez être assuré•e de son honnêteté. Honnête au possible, et en premier lieu avec lui-même, il lui arrive donc fréquemment de se contredire et de choquer par sa cruauté et son inconséquence puisqu'il ne fait que suivre ses pulsions, son instinct ses envies du moment, et elles peuvent changer d'une seconde à l'autre selon tout un tas de variables impossibles à prédire.



Tranlthanas est de grande taille, et élancé. Ses épaules sont particulièrement solides, et son torse musclé fait parfois douter du fait qu'il soit un elfe... En tout cas pour celles et ceux qui croient encore qu'un elfe est un machin tout guèze qui bouffe des feuilles vertes. Il coule cependant une grâce féline et une souplesse incroyable dans chacun de ses gestes et chacune de ses acrobaties. Il a l'allure et la prestance d'un noble mais une beauté de sauvageon. Ses cheveux, d'une couleur à mi-chemin entre le châtain et le roux, tombent devant ses yeux et sur ses épaules en longues mèches rebelles et mal coupées. La couleur de sa peau approche de la teinte du cuivre, et celle de ses jolis yeux en amande du ciel au soleil couchant. Leurs reflets se comparent à la danse des flammes et son regard est une arme fatale dont il use à outrance pour séduire et captiver afin d'obtenir ce qu'il désire. Une fine cicatrice à l'œil droit brise la symétrie parfaite de son visage mais n'altère en rien sa beauté, soulignant au contraire l'insolence de cette dernière. Beaucoup d'autres cicatrices parsèment le reste de son corps, indénombrables, plus ou moins visibles et plus ou moins récentes. Seules les cicatrices en croix sur sa main droite et celle à son œil sont clairement dessinées, encore rouges comme si elles allaient se rouvrir d'une minute à l'autre.

C'est donc un très bel elfe que vous avez là : Autant signaler la banalité de la chose. En tout cas, qu'on soit charmé ou agacé, on ne saurait rester totalement indifférent.



Il a peur des serpents. Mais surtout, et il le dit lui-même : "j'ai bien peur que vous ne soyez pas tombé sur moi dans un bon jour".



Niveau très élevé, évidemment loin d'être parfait.

Tranlthanas n'a jamais foutu les pieds aux cours d'Elament malgré la recommandation de feu son mentor. En revanche, avoir rencontré Lén (Tyrol) lui permit de s'entraîner seul à part dans les alentours et dans l'intérieur-même de la Cité, avec l'aide du petit elfe qui lui transmettait ses propres cours théoriques sur l'Air, dévalisait pour lui la bibliothèque et récoltait des informations auprès des professeurs du Feu. Une impressionnante foultitude de meurtres et de combats sanglants tinrent lieu d'entraînement pratiques.
Son imagination est le principal moteur de sa force : elle lui permet de créer sans cesse de nouveaux sorts ou des variantes de sorts déjà existants. Il ne tarit jamais d'idées farfelues et dangereuses (comme lever des créatures dont l'apparence se rapproche de dragons squelettes de petite taille, entièrement faites de flammes). Il adore se transformer lui-même en animal enflammé, toujours en Panthère (son degré de fusion avec son élément et sa capacité de concentration en temps normal sont tels qu'il parvient à appliquer quelques sorts à lui-même), jouer à augmenter et baisser sa température interne jusqu'à parfois des températures extrêmes…

En revanche, il travaille très peu, voire pas du tout sa défense. Il connaît quelques sorts simples et un petit peu personnalisés par lui-même, mais ne s'en sert pour ainsi dire pas. Même lorsqu'on l'attaque, il reste sur l'offensive, il est donc très aisé de le toucher par le biais d'une arme ou d'un sort. Il manie lui-même relativement bien les dagues mais ne connaît qu'un seul enchaînement de coups : Karv Neth Cha'i, la Danse du Serpent. C'est une sorte de ballet morbide servant à se faufiler entre plusieurs ennemis tout en les frappant pour atteindre précisément les points faibles de leur corps.




Like a Star @ heaven Tranlthanas est très résistant physiquement mais une trop grande accumulation de blessures le brûle, comme si son don était mis à vif en même temps que sa chair. La douleur finit par le faire entrer dans une rage incontrôlable, de la folie pure et dure le poussant à chercher les coups, les blessures, jusqu'à destruction complète de l'adversaire responsable de sa douleur. Cette rage l'aveugle (littéralement puisque sa vue tend à se troubler dans ces conditions), désordonne ses pensées et ses gestes, lui fait perdre toute logique et raison, tant et si bien qu'il ne fait plus rien de cohérent. Cette transe morbide peut durer encore longtemps après un combat particulièrement éprouvant. Engourdi et exténué, il est obligé de s'isoler pour retrouver un état un tant soit peu normal, contraint à errer seul en poussant des cris de bête agonisante jusqu'à ce que la fatigue reprenne ses droits. Inutile de dire qu'il est totalement incapable de se défendre dans une situation pareille.

Like a Star @ heaven Tranlthanas a deux enfants. Toute atteinte portée à la chair de sa chair le rend plus féroce qu'un lion dont on menace le territoire (métaphore à appliquer également à Tyrol dans nombre de cas) mais il n'attaquera de façon immédiate que pour défendre son fils, encore trop petit, estimant a contrario que sa fille est tout à fait capable de se débrouiller seule.
Spoiler:
 



Like a Star @ heaven La tribu possède un renard de feu à neuf queues nommé Amandin. Son rôle premier étant de veiller sur la progéniture de son maître,
on le trouve toujours après d'elle ou, en cas de grand problème, auprès de Tyrol dont il est capable de retrouver la trace afin de quémander de l'aide.

Like a Star @ heaven Sur l'une de ses épaules nues, on peut y voir un tatouage : Une feuille de chêne, courbée et roussie, liée à une fleur à la forme et aux couleurs
imaginaires, le tout entrelacé dans des ronces qui se prolongent jusque dans son dos, parcourant sa colonne vertébrale et ses omoplates pour
atteindre l'autre épaule. Véritable scarification, particulièrement dangereuse à faire et à supporter par la suite, ce tatouage fait partie des choses qu'il faut mieux ne pas titiller du doigt sans permission au risque de manger bon dans la seconde qui suit.

Like a Star @ heaven Contrairement aux idées reçues sur les Ignis, Tranlthanas adore l'eau, les bains, la pluie et la neige.



Dernière édition par Tranlthanas Courseaube le Jeu 8 Mai 2014 - 15:20, édité 23 fois
http://www.facebook.com/?ref=logo#!/profile.php?id=1000015493315
Revenir en haut Aller en bas
Tranlthanas Courseaube
Vagabond
avatar
Nombre de messages : 296
Âge : 504
Race : Elfe Sabrone à l'état sauvage
Poste : Emmerdeur (Peluche chauffante à l'occasion)
Magie Contrôlée : Feu

Feuille de personnage
Puissance:
930/1000  (930/1000)
MessageDim 26 Avr 2009 - 17:20


Anciens :
Respirer ! (Lessiën Sërégon)
Maison de Lessiën (Lessiën Sërégon)
Tiens, ça m'dit quelque chose (Lessiën Sërégon)
Sûrement la dernière rencontre avec Tranlthanas (Stella Alamga)
Solitude (Angélique Black)
Dernier jour dans la Région (Keerra Heartilly)
Dialogue de Nuit, ou Monologue Privé (Tina)
J'ai faim (Khori)
Suite de la baston (Khori)
Là où le Chacal se repose (Chilk Agony)
Qui sera la victime ? (Coamenel Eve)

Depuis son retour :
Coup de Foudre pour ce Lieu (Maorn Ombal)
Une (infortunée) Nécromante pense pouvoir être tranquille sur le terrain de jeu de Tranlthanas...
Et C'Est Parti ! (Faust)
Tranlt et Solmyr pêchent un Chiroptéran bizarre
Ce Soir au Menu, Mandales (Vykirinos)
Pour un baiser volé, un combat offert, profitez-en !
Deuxième Service (Vykirinos)
Vous en reprendrez bien encore un peu...
Ça va passer... (Vykirinos)
Félicitations, c'est un garçon !


Dernière édition par Tranlthanas Courseaube le Mar 18 Sep 2012 - 10:19, édité 7 fois
http://www.facebook.com/?ref=logo#!/profile.php?id=1000015493315
Revenir en haut Aller en bas
Tranlthanas Courseaube
Vagabond
avatar
Nombre de messages : 296
Âge : 504
Race : Elfe Sabrone à l'état sauvage
Poste : Emmerdeur (Peluche chauffante à l'occasion)
Magie Contrôlée : Feu

Feuille de personnage
Puissance:
930/1000  (930/1000)
MessageDim 11 Avr 2010 - 16:31

Elament avait cramé un soir, comme ça, en total free-style, limite sans raison. Solmyr , dont l'odorat dépassait de loin l'animalité, avait senti l'odeur de la fumée et du feu, sûrement même de la chair brûlée, depuis sa petite paillasse aménagée dans une alcôve de la grotte. Elle était sortie voir, et, devant l'amusant spectacle qui s'était offert à ses petites prunelles orangées, avait cru bon de réveiller son père pour lui montrer. Elle avait bien cru ! L'elfe était sorti de leur repaire, et, depuis l'imprenable panorama qu'ils avaient depuis les Monts, avait assisté à la scène. Ca brûlait, ça fuyait, ça hurlait, ça s'écroulait… Assis sur le rebord du promontoire avec sa fille, les coudes sur les genoux et la tête sur le poing, ils avaient attendu un peu devant cette vision étrange, étonnés. Tout était absolument noir, de la nuit au paysage ; Il n'y avait que ce petit point illuminé et bruyant qui agonisait en plein milieu. Pourtant, quand c'est dramatique, généralement, on met de la pluie, ça fait plus triste… Mais non, c'était juste l'été et il faisait chaud, même la nuit, et surtout dans les Monts.

"Bon allez, viens te coucher."

Et ils retournèrent dans les bras de Morphée comme si de rien n'était. Solmyr avait vu brûler la Grande Prison Dorée, et cela était drôlement chouette ! Elle se sentait apaisée, comme si l'existence de cette ville était une menace à sa vie, une menace enfin éliminée… Elle n'y était jamais entrée, ne l'avait jamais approchée ; Mais Papa ne l'aimait pas, malgré le fait qu'il doive s'y rendre pour accompagner Lén de temps en temps. Alors Solmyr lui donnait raison, tout simplement. De toute façon les villes trop propres sur elles n'avaient jamais rien de bon : Dans son pays les civilisés avaient tenté d'établir leur propre ordre, comme celui des Cités. Ils avaient tous été massacrés, et la leçon avait été suffisante pour que plus personne ne refasse l'essai ! L'elfette fut contente de ce dénouement. Lén n'irait plus là-bas, Papa ne l'accompagnerait plus : Ils s'occuperaient plus d'elle, et peut-être même qu'ils pourraient rentrer au pays !

Solmyr ne se trompa que de peu de détails dans cette conclusion : Quelque peu fâché avec Lén – bien que fâché fût un bien grand mot -, Tranlthanas ne l'accompagnait même pas pour l'aider dans son entêtement permanent à vouloir faire le bien du monde et, par conséquent, s'occupait beaucoup de sa fille, au plus grand bonheur de celle-ci ; Mais Lén, lui, était parti aider les survivants seul et ne venait plus lui faire ses leçons de langues et d'algèbre. Par ailleurs, son bonheur fut de bien courte durée, car elle avait oublié quelque chose : La dame. Celle qui s'était battue avec Papa, et qui au final revenait le voir très souvent. Elle savait pourquoi : Papa lui avait dit qu'elle aurait peut-être un petit frère bientôt. Mais la présence de cette femme l'ennuyait profondément, et l'ennuya d'autant plus quand elle fut enceinte ! Au début, ses visites restèrent espacées. Puis elle finit par rester avec eux à la grotte à cause de son gros ventre qui l'empêchait de continuer son métier de combats, et Papa s'occupait pas mal d'elle, surtout le soir. Enfin, en se tenant à distance respectueuse, Solmyr feignit de ne pas la trouver dérangeante : De toute façon, elle passait la plupart de son temps dehors à chasser ou à crapahuter dans les Monts, alors elle n'avait pas trop à s'en faire. Au final, son père resta le même avec elle durant ce temps, et sa jalousie s'estompa sans qu'elle n'eut à trop se concentrer dessus… Au final, cette passade ne dura que quelques jours, le temps que la petite, véritable animal à l'image du père, prenne ses marques sur l'Amazone. Une fois imprégnée de son odeur, et la reconnaissant comme invitée spéciale dans la tribu, elle se laissa plus facilement approcher par la dame, qui lui offrit même un couteau. Sûrement pour l'amadouer, se dit-elle d'abord, perspicace… Mais la dame lui parlait souvent, lui posait des questions. Elle semblait tout de même s'intéresser à elle, qui, au final, ne demandait pas mieux que l'on s'occupe de son joli minois ; Elle accepta "Vyky", qui promit de lui apprendre quelques techniques de combat, pendant et après sa grossesse. Finalement, elle devait être bien.
Il ne fut en revanche jamais question de revoir le pays Sabrorne, mais tant pis, finalement. Solmyr avait la tête ailleurs.

Hélas, un autre problème survint : Lors de leurs sorties, le père et la fille repéraient des mouvements d'élémentalistes de plus en plus fréquents, et surtout, de plus en plus proches. Tranlthanas ne parvint jamais à localiser exactement le lieu de leurs rendez-vous, mais comprit rapidement que ceux-là n'avaient rien trouvé de mieux que d'élire domicile sous leurs pieds, sûrement organisant une mini-Cité, avec des règles de civilisés tout aussi stupides. Il ignorait leurs plans, il se fichait de leur vie et de leurs envies, mais ne supportait pas l'idée qu'ils puissent venir jusqu'ici ! Rongeant son frein, l'elfe attaquait tous ceux qui osaient sortir de leur repaire pour parcourir les Monts Décharnés, furieux de voir sa tranquillité troublée. Ah ! Finalement, cette Cité aurait mieux fait de rester debout, et tous ces idiots seraient restés bien groupés loin de lui ! Devenant de plus en plus mécontent et de plus en plus violent, Tranlthanas passait le plus clair de son temps sous sa forme animale, ne recouvrant celle d'elfe que quand la situation se compliquait. Véritable furie paranoïaque, il ne tolérait aucun passage, de près ou de loin, et rôdait dans toute la chaîne montagneuse comme un prédateur assoiffé de sang. Il attaquait à vue tout élémentaliste ou démon qu'il croisait, ne cherchant même plus à faire de distinction entre ceux qu'il visait réellement et ceux de passage ; Le soir, enfin, quand il revenait, Solmyr et Vyky le voyaient rentrer blessé et enragé, et l'elfette commençait à paniquer. Elle ne sous-estimerait jamais son père, mais il était seul, et les civilisés finiraient sûrement par se lancer à sa poursuite pour le tuer afin qu'il les laisse en paix. C'était comme ça qu'ils faisaient avec les animaux ! Elle pria souvent les esprits des Monts, quels qu'ils soient, de protéger son père, et surtout, pria de toutes ses forces le retour de Lén, qui serait le seul à le calmer et à lui faire entendre raison…

Par bonheur, le messie arriva, sans se douter qu'il y avait autant besoin de sa présence ! Il était simplement venu dans l'idée de faire bouger Tranlthanas, mais pas seulement de façon temporaire : Il lui offrait de voir un autre endroit totalement inexploré. Solmyr en rêvait. Elle désirait partir, voir d'autres paysages… Mais la femme enceinte risquait de poser problème, si elle ne pouvait pas bouger ! Lén proposait tout de même une expédition en lieu inconnu… Mais la dame remonta dans l'estime de l'elfette en acceptant de les suivre. Après tout, elle était bien forte, comme femme, et ça elle ne pouvait pas le nier… Papa accepta de déménager tout le monde bientôt. Ils verraient la mer, la plage, les montagnes grises, une grande forêt abondante et dangereuse… Enfin ! Solmyr plia ses maigres bagages et attendit ce jour avec une impatience mal contenue, attendant le jour où Lén reviendrait les chercher pour qu'on les amène sur l'île…
http://www.facebook.com/?ref=logo#!/profile.php?id=1000015493315
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Le Commencement :: Fiches de Personnages-

 Sujets similaires

-
» PERHAPS F X CANICHE/GRIFFON 9 ANS (59) ASSO VAGABOND & CO
» [Officiel] Nicodemus, L'Eternel Vagabond.
» Daren Abyssea [Vagabond]
» Zebron. [Vagabond et voleur]
» Alteor Seveach [ Mage Vagabond ]