Partagez | .
 

 Maison d'Inou et Mÿno (anciennement celle d'Arthur)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar
MessageMer 29 Aoû 2007 - 16:20

-Description-


Cette maison est faite de pierre et de bois.
Les charpentes sont visibles à l'extérieur comme à l'intérieur ; sans doute du chataigner au vu de la couleur sombre naturelle. Les pierres sont soudées entre elle par un mortier assez vieux et fait de graviers et de boue. Le toit est en chaume, d'une couleur qui pouvait être du jaune doré autrefois il ne reste aujourd'hui que du brun délavé et gris. Des restes de nids d'hirondelles sont accrochés sur la façade et le toit. Parfois au printemps il en revient et ça pialle des jours entier.

À l'intérieur il y a un parquet de chêne noir.
Lorsque vous entrez vous êtes face à une grande pièce sans plafond direct, vous vous trouver sous les charpentes, de grandes fenètres permettent à la lumière de rentrer abondament et d'illuminer l'endroit. Sur votre droite se trouve le mur, il y est accrochée une ancienne tapisserie, sans doute laisser par l'un des précédent habitant ; sur votre gauche, plus précisement vers 11h se trouve une table basse avec un canapé et deux fauteuils éparpillés autour : c'est le salon.
En continuant plus loin un quart de mur sépare la cuisine du salon. La cuisine est simple, un minimum d'ustencils empilés dans les tiroirs et quelques assiettes ou verres trainent dans l'évier de calcaire.

Sur le mur en face se trouve un escalier, trois portes s'ouvrent à vous.
L'une d'elle est remplie de poupée en tous genre, la fenètre vous fait face et éclaire un lit double place dont les draps sont faits à la râche. Plusieurs créature de chiffons ornent le sol, accompagnée de paluche en tous genres. Une armoire sur la gauche cache les secret d'une petite fille. Une toute petite table fabrication main supporte le poid de millions d'affaires, des crayons et des feuilles, des milliers de dessins de la petite Mÿno Salichtana. L'ambience pourrait se porter au rose
La deuxième chambre et bien plus rangée. De la même disposition que la précédent avec cependant un lit moins en ordre et une armoire plus vide. Pareil la fenètre illumine l'endroit mais cete fois avec une ambiance légèrement jaune. Inou ne sencombre pas de chose inutile dans sa chambre.
La troisième porte donne sur la salle de bain. Une simple lucarne permet l'aération de la pièce. Faite simplement de granite blanc cette pièce est naturellement lumineuse et donne une impression d'espace malgré le nombre d'objets encombrants. La baignoire est un carré profond avec plusieurs vidoirs, l'évier est adjacent et très bas. Il y a un miroir à un mètre du sol et fendu. Divers linges, gants et savons ornent une petite étagère et une table de chevet.
La dernière et quatrième porte donne à nouveau sur une chambre. Celle-ci à les volets fermé, l'air est vieux et sent le renfermé, un simple matelas orne le sol et plusieurs débris fonchent le parquet , ici était l'ancien véritable propriétaire de la maison : Arthur Kingsley, aujourd'hui disparut et sans doute mort.

Voila, vous avez fait le tour de la petite maison.
Comment ? Ah ! La trappe dans le plafond, près de la quatrième chambre ? C'est un accés au grenier. Comme à la cuisine où une autre trappe vous emmène à la cave.
Au revoir, au plaisir de vous acceuillir à nouveau.

-FIN DE LA DESCRIPTION-
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMer 20 Aoû 2008 - 12:49

[Depuis ici]

Nouveau penchement de tête. Mÿno lui avait dit de la suivre, et Bô se demanda pourquoi, et où elle comptait l’amener. Mais pas le temps de se poser des questions, elle partait déjà devant et il se sentit obligé de la suivre, quoique marchant plus vite pour arriver à rester à sa hauteur. À se presser pour ne pas la perdre, il remarqua qu’elle avait les cheveux longs. Détail de peu d’importance, mais il aimait bien, donc il y prêta attention. Une fille avec des cheveux longs était plus jolie, c’était ce que Maman disait toujours, et Papa souriait quand elle le disait.

D’ailleurs, qu’allaient-ils dire si leur petit allait chez Mÿno sans leur dire ? Tant pis, ils n’étaient pas rentrés et elle était gentille, alors ils n’allaient pas crier. Et puis, depuis le temps qu’il se baladait dans les rues, les gens l’avaient remarqué et pourraient leur dire où il était.
Et Maman serait sûrement contente qu’il se soit fait une amie, finalement.

Serrant fort sa peluche, Bô en venait presque parfois à courir derrière Mÿno. Ce n’était pas sa faute, le sol était dur et parfois un peu mouillé, et il marchait pieds nus. Il n’avait pas l’habitude d’avancer si vite, d’ailleurs, et ça faisait parfois mal aux pieds, mais il ne disait rien parce qu’il devait rattraper la fillette qui devant lui.

Et quand enfin elle ralentit assez pour lui, l’ourson et elle étaient arrivés devant une maison. Les yeux du petit scrutèrent un instant la bâtisse avant d’emboîter le pas à son hôte. L’ambiance était douce et chaude, avec le bois, la pierre et la boue. Ça sentait la nature, se disait le petit. Encore une fois il scruta l’intérieur, à travers une fenêtre, finalement pas très à l’aise dans cet endroit qu’il ne connaissait pas.
Bô serra de nouveau sa peluche contre lui, seul rempart entre les choses gênantes et lui-même. C’était donc ici que Mÿno habitait ? Elle vivait avec son Papa et sa Maman, comme lui ? Mais l’ourson ne remarqua personne pour l’instant. D’ailleurs, il était un peu trop nerveux et intimidé pour remarquer quoi que se soit.
Ainsi, au lieu de faire quoi que se soit de plus, il se tourna vers la fillette, ses battements de paupières comme seule preuve de son attention.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageJeu 21 Aoû 2008 - 18:02

Mÿno avançait à pas enjouer.

Sur le chemin qu’elle connaissait que trop bien, elle voyait toujours les mêmes têtes, de temps en temps des têtes inconnues mais la plupart elle les connaissaient, bien sûr beaucoup étaient portées disparues, mais Mÿno n’étaient pas tristes. Les adieux, les aux revoirs, elle connaissait bien tout ça. De temps en temps elle trottinait, sautant par-dessus un caniveau, s’arrêtait, vérifiait qu’il la suivait toujours. Oui car Mÿno ne rentrait pas seule, elle avait décidé, exceptionnellement, de ramener un copain à la maison.

Bon, elle venait à peine de le rencontrer, il n'avait pas l’air très malin, mais au moins il n'était pas farouche. La plupart des enfants de Elament évitaient la petite hybride. Trop précieuse ou différentes à leur goût. Deux enfants elfes l’avaient même traité d’erreur un jour. Madame Inou avait été là pour les corriger, mais lorsque les parents s’en sont mêlé Mÿno du s’enfuir.
Qu’avaient tous ces gens à l’isoler ainsi ? Mais qu’importe elle y penserait plus tard, un autre jour. Mÿno cilla et repartit en direction de la maison.

Cette maison Inou et Mÿno y cohabitaient de force. Si elles pouvaient choisir sans doute se séparaient-elles. Mais Inou tenait à ce que Mÿno rentre à des heures convenables, mange correctement… L’enfant ne comprendrait jamais cette femme.
Une fois devant la maison Mÿno présenta la devanture à son ami et monta les petits escaliers qui permettaient d’entrée dans la demeure. Sans doute Inou serait-elle déjà-là.
Habituée, Mÿno prit appuis sur une jambe et se mit sur la pointe de l’autre pour atteindre la poignée et ainsi ouvrir la porte. Une porte épaisse de bois de chêne ou un autre truc du genre,
Une fois à l’intérieur une odeur de viande en train de griller parvint aux narines de la jeune fille. L’hybride avança tout en signalant qu’elle était rentrée, laissant son nouvel ami entrer après elle. L’enfant se rendit ensuite près des fourneaux où elle était presque sûre de trouver Inou.

La jeune femme y était en effet.
Toujours habillé à la façon garçon ; un pantalon de toile très ample, reposant sur les hanches inexistantes, un maillot de toile recouvrait les épaules et le torse de l’adulte. Ses cheveux emmêlés et crépus ne rendait pas joli le visage de l’hybride qui s’en fichait éperdument. De sa main gauche, elle tournait une broche ou était fixée un paon, elle était allé chasser récemment ; ça sentait bon. De sa main droite, elle ajustait son pantalon, se grattait la tête, replaçait l’os qu’elle mordillait ou ajoutait des herbes sur la volaille. Mÿno vint derrière elle et lui expliqua.


"Madame Inou, j’ai amenné Bô aujourd’hui. Il peut rester avec nous ?"Se doutant de l’ambiguïté de la fin de sa phrase, elle continua"pour toujours ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageSam 23 Aoû 2008 - 21:59

Toute une journée à chasser.

Oh bien spur la chienne s’était arrêter en milieux de journée pour manger elle-même un petit truc mais… Une journée entière de cavalcade l’avait épuisée, autrefois elle aurait put courir ainsi des jours durant. Serit-elle en train de vieillir ?
Le feu dans l’âtre devint plus vif à cet instant, reflètant l’état de pensée de l’hybride. C’est vrai qu’elle était plus très jeune, toujours pas mère, mais veuve… bon à son niveau on pouvait toujours dire pas mériée mais c’était un peu faux en même temps… Rha la galère
Inou soupira et caressa, presque machinalement, sa boucle d’oreille sur la droite. Un jour il faudrait qu’elle essaye de l’enlever, mais le problème était que la boucle était une vraie boucle, pas d’ouverture prévue, rien qu’un cercle que l’on avait soudé après l’avoir enfilé à chaud sur la chair tendre de l’oreille de la chienne.

Une odeur de brûlé vint réveiller l’hybride et elle tourna la viande. C’est en pensant à se genre de truc qu’on gâche un repas. Aujourd’hui c’était Paon grillé, en espérant que Mÿno apprécie ce met, pas très fin, mais nourrissant. Inou bailla et attrapa une casserole à coté vérifiant son reflet cuivré : elle avait pas encore de rides heuresement…
C’est alors que le grincement de la porte se fit entendre, Inou ne tourna même pas la tête pour voir qui entrait, elle devinait que c’était Mÿno. L’hybride retourna à nouveau la viande tout en diminuant l’intensité du feu et entendit la petite fille arrivée dans son dos.
Elle écouta la petite fille et amorça le mouvement pour poser la casserole…
Un fracas assourdissant acceuilla la fin de la phrase de l’enfant. Inou trembla un instant et se retourna, une moue crispée sur le visage.


"Qui ?"

Inou enjamba la petite fille et regarda ‘Bô’. Un gamin encore plus jeune que Mÿno. Assez pouilleux des habits, une immense peluche dans ses bras et ses oreilles laissait largement entendre qu’il était hybride lui aussi. Encore un. Inou soupira et se frictionna la tête un instant en gommelant.

"Mÿno… Ce gosse, il doit bien avoir des parents, non ? Tu l’as quand même pas trouvé errant pitoyablement dans les rues sans savoir où il allait, non ? Ecoute j’admet que c’est gentil d’aider les personnes dans le besoin mais euh… Bô, c’est ça ? Ne peut pas rester avec nous ; il a une famille qui doit l’attendre. Non ?"

La dernière question était surtout à l’attention du petit garçon. Inou refusait de prendre quelqu’un d’autre. Déjà qu’elles étaient deux squatteuse dans cette maison, pourquoi ne pas ouvrir un chenil pendant qu’on y était…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageSam 6 Sep 2008 - 14:00

La lenteur d’esprit de Bô fit encore une fois montre de son efficacité : il ne réagit pas tout de suite, et laissa donc amplement le temps à Mÿno et la femme de parler. Même après que cette femme, d’ailleurs, eut terminé, il mit quelques secondes à montrer signe de vie.
Et ce ne fut que pour la regarder, cligner des yeux quelques fois, et baisser les yeux au sol. Encore quelques secondes de pose, et il débita tout un charabia bafouillant difficile à saisir, d’où seuls quelques mots reportait clairement : Papa, Maman, Partis dehors, Battre, Démons, et Pas revenus.
Restait à comprendre que lui-même n’avait absolument pas comprit ce qu’impliquait leur absence. Dans sa petite tête d’enfant, ses parents n’étaient tout simplement pas rentrés. Il ne pouvait pas s’imaginer qu’ils puissent avoir été tués, ça n’était pas vraiment à sa portée.

Après son débit, le petit garçon retomba dans son état de gamin au QI d’huître habituel. Il releva les yeux sur la dame. Comment Mÿno l’avait appelée déjà ? « Madaminou ? » Drôle de nom. Comme ça, elle n’avait pas l’air si terrible. Mais le fracas de casserole qu’elle avait fait plus tôt avait presque fait sursauter Bô. Si l’on exceptait, là encore, sa lenteur d’esprit.
Par contre, elle n’avait pas l’air très contente. Le gamin lui aurait bien tendu sa peluche pour qu’elle lui fasse un câlin et se calme, mais il rechignait toujours à s’en séparer. En fait, c’était même pire, il ne le supportait pas, ou peu s’en faut.

Le petit hybride jeta un coup d’œil à Mÿno. Devait-il faire quelque chose ? Ses parents n’étant pas revenus, ils ne diraient rien que leur petit restait un peu chez une amie. Au moins ça serait plus simple pour manger. Mais Madaminou n’avait pas l’air très d’accord. Mais Mÿno voulait, et Bô ne voulait pas lui faire de peine. Du coup, impossible de savoir quoi faire. D’un autre côté, le problème tourna à peu près trois secondes dans sa petite tête.
Retour sur Madaminou. Et là, illumination : la moue crispée. L’hybride ouvrit les yeux à peine plus grand, et remarqua enfin (il était temps) que c’était loin d’être rassurant. Avec une lenteur rappelant vaguement un cadavre ambulant, il se déplaça pour aller se « cacher » derrière Mÿno. Pas bien dur étant donné qu’il était plus petit qu’elle, mais la peluche de lapin géante n’aidait pas vraiment à la discrétion, et encore moi avec un déplacement aussi peu rapide…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMer 17 Sep 2008 - 18:47

Mÿno la détestait.

Si elle avait le choix, elle demanderait à Maigrichon de tuer Madame Inou. Elle était tellement pas belle, tellement pas gentille, tellement... adulte. Mÿno savait depuis longtemps que les adultes devaient entourés les enfants et être méchant. C'était leur devoir, mais déjà la petite fille s'était promis de ne jamais traiter ses enfants comme ça. Mais selon la voisine, une vieille elfe, les enfants avaient besoin d'être encadrer pour mieux grandir. Les adultes comme Inou jouaient donc volontairement les méchants pour leur apprendre à ne pas être comme eux.
Mÿno l'avait dans le museau mais elle devait avouait que ça marchait : elle n'avait aucune envie d'être comme cette femme en face d'elle. Grande, mince, musclée, plate... Les cheveux en bataille... Non

Plus tard Mÿno sera belle. Elle aura plein de jolis robe, une taille de guêpe et de longs cheveux lisses et toujours bien coiffés. Elle aura aussi de jolis courbes avantageuse pour attraper n'importe quel pigeon et surtout elle sera plus petite que Inou. Parce que mine de rien Mÿno observe beaucoup, Inou avait beaucoup de mal à trouver des hommes plus grand qu'elle. Elle les dépassait presque tous. Pauvre chienne.
En pensant à cela un sourire mauvais apparut sur le minois de la petite fille mais disparut bien vite pour une grimace. Retroussant la truffe délicate de la petite fille et fixant la chienne adulte de son regard noisette.

Bô vint derrière elle.
Mÿno surprise le regarda faire, il n'était vraiment pas malin mais bon. Elle l'aimait bien, il était mignon avec son air perdu et naïf. La petite chienne sourit et se tourna vers Inou. D'après elle ses parents étaient aller se battre contre les démons... Oui Mÿno se souvenait très bien de cette pariode passer avec la vieille elfe dans la cave, seules dans le noir... L'hybride plissa les yeux. Inou était revenue presque morte de cette guerre... Alors les parents de Bô...


"On doit le garder !" Et avant que Inou ne dise quoi que ce soit Mÿno enchaîna "Ses parents nous seront certainement reconnaissant d'avoir garder leur enfant. Ils voudront peut-être même nous récompenser."

Mÿno offrit alors un sourire adorable accompagner de ses fameux chibi-eyes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageVen 19 Sep 2008 - 16:35

Un orphelin de guerre.

Inou grogna et se retint difficilement de hurler à la mort. Il devait exister des milliers de maisons dans cette ville, capable d'adopter un gamin comme celui-là, mais non, il fallait qu'il tombe dans la sienne. Inou avait déjà du mal à s'occuper d'elle et de Mÿno mais si encore ce gosse s'ajoutait...
Bon on disait bien quand ya de la place pour un y en a pour tous mais bon là quand même. C'est pas la place qui manquait, au contraire, cette maison était grande pour seulement deux habitants. Mais Inou n'avait pas de situation stable. La preuve, ce paon, elle était aller le chercher elle-même en lui courant après cette après-midi. Inou n'était pas le genre de femme qui achetait toujours tout au marché, mettait quelques herbes et hop dans l'assiette et le bec des gosses...
Non... Inou n'était pas mère.

Inou se redressa et se gratta la tête.
Si elle avait bien compris le gosse ses parents étaient partit combattre les démons et étaient pas revenut depuis... Inou se mordit la lèvre, si ils étaient toujours pas là depuis c'est qu'ils étaient mort... Quels genre de parents laisseraient leur gosse seul aussi longtemps ?
Bon Inou avait pas eut le meilleur exemple mais bon, il n'était certainement pas dans son cas. Il se retrouvait donc seul et attendait bêtement que ses parents reviennent... Pauvre naïf.
Inou expira à fond et toussota.


"Bon euh... D'accord. Il peut rester s'il veut..."

Un crépitement intense la fit se retourner, sa queu ébouriffer et les oreille plaquer en arrière. LE PAON !!!

"Arg ! Bande de boulet ! La bouffe va cramer ! Mettez la table plutôt que de traîner dans mes pattes !"

Et oui, s'il voulait rester fallait prendre le coup. Et puis Mÿno l'avait ramenée, qu'elle prenne ses responsabilité cette petiote.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageLun 2 Fév 2009 - 17:29

Et en trop peu de temps pour permettre au cerveau de mollusque atrophié de Bô de comprendre, l’agitation commença. Madaminou s’excitait sur ce qu’elle préparait, et Mÿno allait faire il ne savait quoi. Ce n’est qu’une fois qu’elle la vit en action, mettant la table, qu’il comprit. D’ailleurs, ce fût presque au même instant qu’elle lui fourra une assiette en céramique entre les mains. Seulement, avec son temps de réaction affligeant, la pauvre petite assiette fit son premier et dernier baptême de chute libre. Cause du décès : rencontre violente avec le sol dans un bruit monstrueux.
L’ourson fixa les débris au sol, leva des yeux tout penauds sur Madaminou. Elle allait sûrement s’énerver et le gronder pour avoir cassé une assiette. La maman de Bô le faisait aussi, elle n’avait pas quand il cassait des choses, même si il ne faisait pas exprès.

Timidement, le gamin se baissa, tenant sa peluche d’un bras, et voulu ramasser les morceaux pour nettoyer, comme sa maman lui avait déjà dit de le faire. Sauf que de la céramique cassée, c’est souvent plus dangereux. Et ce qui devait arriver arriva. Après le troisième petit morceau déposé de côté, Bô s’entailla la main. Seule réaction rapide de sa courte vie, il lâcha le débris qui retourna avec ses amis au sol et tourna sa main vers ses yeux.
Une ligne rouge, trop fine pour être un gros problème mais pas assez pour n’être pas grand-chose, commença à laisser couler un peu de sang. Ça piquait, ça lançait, ça faisait mal. Bô n’aimait pas ça. Après quelques secondes d’examen, quoiqu’il ne comprenait absolument pas ce qui se passait en fait, l’ourson laissa échapper un pauvre gémissement pitoyable. Sa bouche se tordit en une petite moue, et il ne fallait pas être un génie pour deviner que, dans relativement peu de temps compte tenu de sa lenteur d’esprit, il se mettrait à sangloter sur sa blessure.

Incapable seulement de rattraper une assiette, il se retrouvait maintenant à s’être coupé la main et à faire montre lui-même de son incompétence. Chose certaine, partie de cette façon, sa présence dans cette maison risquait de ne pas être d’une grande aide. Cela risquait même d’être pire s’il cassait une assiette par repas de cette façon.
Debout au milieu des bouts de céramiques aux arrêtes coupantes, pieds nus, le petit se contentant de gémir faiblement en fixant sa petite paume ensanglantée. Son esprit se demanda quelques secondes ce qu’il lui était arrivé, question qui s’estompa devant une constatation plus urgente : ça faisait mal.
Bô releva les yeux vers Mÿno, n’osant pas regarder Madaminou de peur qu’elle ne soit encore plus énervée par ce qu’il venait de se faire tout seul.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageDim 8 Mar 2009 - 14:22

*Oh Non...*

Telle furent les pensées de Mÿno lorsqu'elle se rendit compte que Bô avait laché une assiette. La petite plaqua ses mains contre sa bouche et tourna viement les yeux vers madame Inou pour vérifier sa réaction. L'adulte ne faisait vraiment pas une bonne tête ; au contraire, elle faisait la moue. Mÿno s'attendait vraiment a ce que l'hybride dispute le nounourse mais non. Inou serra les dents et siffla à Mÿno de finir de mettre la table puis de balayer le sol aussi rapidement que possible.

La petite fille s'éxécuta. Elle sortit une nouvelle assiette et la posa sur la table avec le reste des couvert. Elle posa ainsi trois assiettes creuses, trois fourchettes et trois petits bols. Une fois que c'était fait Mÿno s'éloigna de la table et de la cuisine pour aller vers le coin de la pièce où se trouvait une petite porte de bois brut, elle l'ouvrit et saisit un balai. Elle revint vers Bô.


"Ne bouge pas."

La petite fille entreprit de balayer autour du jeune hybride. Elle regroupa ainsi les petits bouts de céramique, ainsi que quelques touffes de poils de chien. Mÿno continua de balayer et de pousser ainsi les petits débris jusqu'à dehors. Elle ouvrit la porte et poussa les morceaux jusque dans la rue où elle les éparpilla comme Inou lui avait appris à le faire.
Une fois son office fait elle rentra. Elle n'avait pas à s'inquiéter elle, elle portait de petits sabots de bois. Elle reporta le balai là où elle l'avait pris et revint à table. Elle se hissa sur une chaise car Bô y était aussi ; elle attendit d'être servit et que Inou soit installer pour comment après avoir souhaiter bonne appétit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageDim 8 Mar 2009 - 14:41

Un bruit...

Un bruit du genre pas rassurant, un bruit du genre assassina d'assiette par terre. Inou tourna la tête et vit Bô, le petit ourson nouveau de la maison, devant des débris de céramique. Pas besoin d'être Einstein pour deviner ce qui s'était passé. En fait ce gamin était vraiment débile. Inou soupira.


"Mÿno. Finit de mettre la table et nettoie le sol. Toi Bô tu bouge pas."

Inou était pieds nus, elle aussi. Ca ne la gênait pas, ses pieds avait vu et fait tellement de chemin. Elle prit la broche de paon à une main ainsi qu'un grand plat de l'autre. Elle enjamba le gamin et posa le plat au milieu de la table puis le paon dessus. Ceci fait elle s'essaya les mains sur son short et inspira. Elle saisit soudain Bô sous les aisselles et le souleva avec aisance pour le poser sur une chaise de la table. Elle lui prit le doigt et inspecta la blessure. Rien de grave, même pas de quoi infecter mais Inou commençait à savoir comment s'y prendre avec les gosses. Elle prit un torchon qui traînait dans le coin et en déchira un bout.

"Alors tu vois ça ? C'est un torchon magique, il nettoie super bien les assiettes et en plus il guérit miraculeusement les blessures." Dit-elle en enroulant le doigt du petit ourson dans le bout de torchon "Voila, t'auras bientôt plus mal."

Inou se redressa et regarda la gamine aller dehors avec les débris. Elle apprennait de mieux en mieux. Inou approcha la main près de la peluche de l'ourson pour la lui retirer, qu'il puisse mieux manger mais ce dernier ne la laissa pas toucher. Inou fronça les sourcils et approcha alors une autre chaise juste à coté de Bô.

"On va le poser là."

Inou laissa le jeune garçon poser lui-même sa peluche sur la chaise voisine et commenç aà couper le paon. C'était comme du poulet, en plus gros et en plus juteux. Inou coupa les blancs et en servit un à Mÿno, qu'elle découpa ensuite en plusieurs petits morceau pour faciliter la tâche de la gamine. Gamine qui était revenue et s'était installer. Inou servit la même chose à Bô, elle se doutait que les gosses préféraient les blancs, partis les plus tendres de paon. Pour elle, elle se servit une cuisse et les ailes.
Elle souhaita bon appétit et commença à mordiller les ailes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageDim 23 Aoû 2009 - 19:48

Bô ne bougea pas durant toute l'opération. Déjà, il n'eut pas l'idée de faire un seul mouvement de tout le temps qu'il fallu à Mÿno pour mettre la table et balayer autour de lui, trop concentrés qu'étaient ses deux neurones et demi sur la ligne sanglante sur sa main. Aussi ne remarqua-t-il rien jusqu'à se faire soulever de terre, ce qui ne provoqua pas plus de réaction de sa part, d'ailleurs.
Ce n'est qu'une fois posé sur sa chaise qu'il regarda, un peu craintivement certes, Madaminou. Il s'attendait à l'entendre crier et le disputer, mais elle n'en fit rien, ce qui aurait pu le déstabiliser s'il avait eut un QI un peu plus élevé.

De même, l'ourson n'était pas assez malin pour relever le côté irrationnel du torchon magique. Aussi il ne fit que regarder fixement sa main alors que l'adulte lui faisait un pansement de fortune. Le pouvoir de la suggestion étant ce qu'il est, et le gamin étant particulièrement du genre à croire tout et n'importe quoi, il n'eut effectivement plus mal très longtemps.

Par contre, il fut un peu plus rapide quand l'hybride voulu lui retirer sa peluche, la reculant de ses mains en fronçant un peu ses petits sourcils. Il ne laissait personne toucher à son lapin, sauf si lui-même le décidait, ce qui devait arriver à peu près aussi souvent qu'une éclipse solaire. Aussi, devant son refus catégorique de coopérer, Madaminou du se résigner à adopter la technique du « il mangera avec nous », avec un succès total.
Avec tout l'innocence que lui conférait sa faible intelligence, Bô posa sa peluche sur la chaise, bien assise, et s'assura de son confort avant de s'intéresser à son assiette.

Il prit un petit morceau de viande, le sentit et le mangea lentement. Alors, tranquillement, il se mit à manger un à un les petits morceaux de paon. Bien qu'il n'avait pas l'air plus vif ou plus expressif, le petit semblait se régaler. De temps en temps, il s'arrêtait, regardait Mÿno et Madaminou, puis reprenait son repas comme s'il n'arrivait pas à faire les deux en même temps.
Le goût de la volaille semblait lui plaire, à en juger par le fait – assez perturbant si l'on prenait en compte le fait qu'il ne parlait que très peu – qu'il ouvrait grand la bouche pour les manger. Par contre, pas une seule fois il ne prenait ses couverts, utilisant plutôt ses doigts, comme la moitié des gosses de 5 ans.

À l'occasion, il jetait également des regards à sa peluche, l'air de vouloir tant s'assurer qu'elle n'était pas tombée que pour vérifier que personne n'y touchait. À part cela, sa posture pouvait quelque peu prêter à sourire. L'ourson était assit au bords de sa chaise, une main fermement accrochée au rebord de la table, pendant qu'il tendait l'autre pour attraper sa nourriture. Dans une telle posture, et compte tenue de sa faible taille, autant dire que le plateau de la table n'était pas loin en dessous de son menton...
Et, sous la table, les doigts de pieds de Bô gigotaient à mesure qu'il prenait plaisir à son repas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageJeu 29 Oct 2009 - 10:19

Mÿno mangeait différement de Bô.

Elle utilisait ses couvert et faisait bien attention à ne pas s'en mettre partout. Elle s'essuyait les lèvres après chaque bouchée et ne prenait pas de trop gros morceau. Par contre, tout comme l'autre petit hybride, elle se trouvait assise au bord de la chaise et était penchée en avant pour atteindre la table. Mais elle savait que Inou préparait des bloc pour lui permettre d'être plus haute et ainsi plus confortablement installée.
Elle devrait simplement en faire deux maintenant.

Mÿno était bien contente que Inou ait accepté le petit ourson. La petite fille ne passerait plus ses longues journée à s'ennuyer. Maintenant elle aurait quelqu'un avec qui jouer et s'amuser. Même sa peluche pourrait se faire des amis parmis les siennes.


Lorsque chacun eut finit de manger vint le moment que Mÿno détestait : le médicament. Elle ignorait pourquoi elle devait prendre ce mélange d'herbes que Inou préparait et qu'elle lui faisait prendre à chaque midi. Elle disait que ça empêchait les microbes de venir dans leur corps. Mais c'était tellement pas bon, que Mÿno préférerait se passer de vitamines.
Inou prit les assiettes et se leva, les apportant à l'évier et s'empara d'un cruchon qui avait été poser près du feu de l'âtre.
Elle remplit de moitié les bols qui se trouvaient à table.
Mÿno fit la grimace, mais elle savait qu'elle ne pourrait pas sortir de table tant qu'elle ne l'aurait pas bu. La petite hybride avala donc rapidement ce bol pour écourter son mal. Elle se brûla légèrement la gorge et demanda un bol d'eau fraiche cette fois.
Pendant que Inou allait le lui chercher elle regarda la réaction de Bô face au médicament.


"C'est pas bon hein ?"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» Maison de Nara
» LA TARTE AUX EPINARDS (comme celle de ma mère)
» Maison de Riiko
» La maison de Evans Paul vandalisee par les siens
» [Lieu] L'église Saint Sauveur de Ryes