Partagez | .
 

 Convocation [PV Baati]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Astrid Sondoré
Tutrice Igni
avatar
Nombre de messages : 5
Race : Fée Lumineuse
Poste : Tutrice Igni
Magie Contrôlée : Igni

Feuille de personnage
Puissance:
646/1000  (646/1000)
MessageVen 5 Sep 2014 - 17:07

Attendre, voilà bien une chose qui m’exaspère ! La matinée s’est lentement avancée comme un attelage embourbé. Le soleil balaye lentement du regard ma salle de classe. Convoquer mes futurs élèves était une riche idée, mais encore aurait-il fallu que je précise une heure de rendez-vous ! Ah, mais Astrid, la ponctualité est l’un de tes défauts, ha ha ha ! Je retournerai bien sous mes draps... Mais non, trouvons de quoi passer le temps ! Passer la salle en revue par exemple. Une cinquième fois !

La salle de classe Igni présente des spécificités adaptées à l’étude et à la maîtrise du feu. De fait, en dehors de quelques pièces de mobilier, tout y est en pierre du sol au plafond. Le risque le plus grand de l’art Igni étant l’incendie, mieux vaut s’en prévenir. J’en parle en connaissance de cause, hi hi. D’ailleurs même avec tous les efforts du monde, la pièce est tachetée de quelques traces sombres, souvenirs laissés par les essais de centaines d’étudiants à travers le temps. Tiens celle-ci doit être de moi si je me souviens bien !
La hauteur du plafond peut paraître exagérée, mais elle est surtout nécessaire. Le premier mouvement d’une flamme sera de s’élever, aussi mieux vaut laisser de la marge aux novices quand ils commencent à manipuler leur élément. Ajoutons à cela qu’on ne trouve pas de fumée sans feu ! C’est pourquoi le plafond comprend plus d’une vingtaine d’aération qui viendront aider à purger l’air, en renfort à la rangée de hautes fenêtres qui s’étale le long du mur nord.
Bien, voyons les équipements. On retrouve évidemment les chaises et les bureaux typiques de toutes les grandes écoles, partageant cette même qualité Ô combien appréciée des étudiants: l’inconfort. Il n’y en a que six pour le moment. Je suppose que ce sera suffisant, même si la salle paraît bien vide. Je constate tout de même que l’établissement a fini par écouter l’un de mes anciens tuteurs, et a remplacé le bois par le métal. Hu hu, cela m’inspire quelques farces ! Les fesses de certains chaufferont en cas d’inattention hi hi.
Ah, en parlant de chauffer, voyons voir ces poêles à bois. Il y en a quatre installés sur le mur ouest. Ils s’avèreront très utiles pour les premiers travaux pratiques, comme éteindre ou allumer un feu. Pour les essais plus imposants, une énorme cheminée large de 6 mètres et en pierre massive, servira de théâtre. Elle se dresse fièrement au milieu du mur et sépare les poêles en deux paires. Les deux piliers de jambage s’élèvent dans un style dorique que surmontent des corbeaux ornementés de bas reliefs à motifs floraux. La tablette de la cheminée présente une frise géométrique plus classique, mais porte en son centre un médaillon reprenant les anciennes armoiries de l’école d’Elament surplombant le mot IGNI gravé en lettres crystalléennes dans la pierre.
Il ne reste donc plus qu’à vérifier les étagères et les armoires. C’est le seul mobilier en bois qu’on trouve ici, je trouve que ça apporte une touche de vie. Ces meubles n’ont en revanche rien de bien particulier. Il faut dire que ce sont souvent les premiers à flamber, d’ailleurs on peut voir quelques traces de brûlure et un peu de rafistolage par-ci par-là. Le plus triste reste leur contenu. Je me souviens de la profusion de livres sur l’art Igni, à l’époque de ma formation... Aujourd’hui, après des années de guerres et de pillages, il ne subsiste qu’une poignée de ces précieux ouvrages. Et encore, ouvrage est un grand mot. Certains ne sont que des pages reliées hâtivement à l’aiguille, comprenant trop de trous au sein des chapitres pour être compris. Aaah...
Vois le bon côté des choses, Astrid. Le vide qui règne dans les armoires t’a au moins permis de te faire un nid douillet. Contre quelques avances (et un peu de menaces), un lutin est parvenu à me faire quelques pièces de mobilier à ma taille. J’ai un petit lit, une jolie table et une chaise, ainsi qu’une penderie pour mes robes. Je ne dirai pas que c’est l’idéal en matière de confort, mais c’est suffisant pour le moment. Il me faudra juste faire preuve d’un peu de discrétion, je ne suis pas sûre que l’administration voit d’un bon œil qu’une tutrice fasse son lit dans l’école, hi hi ! Je ferai bien un petit somme d’ailleurs...

Bon ! Que fait cette étudiante, bon sang ! Elle serait encore moins matinale que moi ? Comment c’était son nom déjà ? J’ai laissé la feuille là-bas, sur le bureau...
Voyons, Baati Pruderonce. Ah oui. Elle n’a vraiment pas l’air expérimentée dans l’art Igni... Ni en quoi que ce soit d’ailleurs...? Sa fiche indique 4 ans, c’est sûrement une erreur. Bon, je verrais bien. Je vais continuer à l’attendre en voletant ici. En empêchant... mes paupières... de se fermer...
...

Seule dans la salle baignée d’une douce chaleur, une boule de lumière ronfle imperceptiblement en papillonnant au-dessus d’un bureau.
Revenir en haut Aller en bas
Baati Pruderonce
Novice
avatar
Nombre de messages : 32
Race : Plantimorphe - Citrouille
Poste : Novice
Magie Contrôlée : Feu

Feuille de personnage
Puissance:
180/1000  (180/1000)
MessageLun 8 Sep 2014 - 14:41

La convocation était arrivée ce matin, alors que Baati dormait encore. Les jours étaient calmes et tranquilles, elle les passait à jouer avec les enfants et à coudre. Elle aimait ce train de vie, et en avait presque oublié ce pourquoi elle était venue. Heureusement, les leçons occasionnelles avec Logan étaient là pour le lui rappeler. C'est avec surprise qu'elle accueillit le petit oiseau doré qui transportait un parchemin. Malgré les progrès qu'elle avait fait en matière de lecture, c'est Solmyr qui le lui déchiffra. Elle apprit la nouvelle avec excitation. Elle ne savait même pas qu'un nouveau professeur était arrivé en ville, alors le fait qu'elle allait enfin commencer les cours l'emplissait de joie. Elle quitta donc le trou des elfes peu avant midi et prit la direction de l'Ecole.

Sur le chemin, elle rencontra quelques habitants qui la saluèrent d'un joyeux sourire d'un signe de la main, qu'elle leur rendait gentiment. Sans qu'elle le sache, la nouvelle de l'arrivée de la première élève s'était répandue -la lumière rouge qui avait brillé au sommet de la tour de l'Ecole y avait grandement aidé- et elle était devenue une célébrité. Bien que la plupart des gens n'avaient strictement aucune idée de ce à quoi elle pouvait bien ressembler.

Arrivée à l'Ecole, elle monta d'un pas assuré jusqu'au premier étage où se trouvaient les salles de classe. Tyrol lui avait fait visiter l'Ecole quelques semaines plus tôt, et elle avait tenté de tout mémoriser. Elle s'arrêta finalement devant la salle qui portait le symbole en forme de rond coupé en deux -sa famille à Thyr avait tenté de lui expliquer le concept des chiffres, mais cela restait un peu flou. Lorsqu'elle poussa la porte, elle s'aperçu avec déception que la pièce était vide de monde. Sa professeure aurait-elle oublié leur rendez-vous? Même s'il n'existait pas vraiment de rendez-vous, Baati s'était imaginé qu'elle attendrait ses élèves quelque part. Peut-être s'était-elle trompée? Elle balaya la pièce d'un regard triste; elle semblait pourtant faite pour l'étude Igni: exemptée de quoi que ce soit qui pourrait causer un incendie, pas comme la salle dans laquelle elle s'entrainait avec Logan. Ce n'était donc pas une erreur de sa part.

Un rayonnement suspect attira son regard. Tout d'abord elle cru que ce n'était qu'un rayon de soleil, mais cela avait une forme sphérique, et flottait au dessus du plus grand des bureaux. Et cela pulsait imperceptiblement, comme si un petit coeur battait à l'intérieur. Jamais la citrouille n'avait rien vu de semblable -non pas qu'elle ai vu grand chose, dans son magasin, au long de sa courte vie. Intriguée, elle s'avança vers la source lumineuse. A chaque pas qu'elle faisait dans la salle, la température montait. Lorsqu'elle ne fut plus qu'à quelques centimètres de la lumière, elle avança un doigt prudent. Elle dégageait une douce chaleur, qui ne se dégageait pas de la pièce, mais lui était propre. Elle ne se brûla pas, et le doigt blanc disparu dans la lumière. Baati cru qu'il allait passer à travers, mais elle étouffa un cri lorsqu'elle heurta quelque chose de dur. Il y avait quelque chose dans la lumière!


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Astrid Sondoré
Tutrice Igni
avatar
Nombre de messages : 5
Race : Fée Lumineuse
Poste : Tutrice Igni
Magie Contrôlée : Igni

Feuille de personnage
Puissance:
646/1000  (646/1000)
MessageMer 10 Sep 2014 - 20:44


Note pour Baati:
 

Les bois en pleine période estivale me procurent toujours une sensation de bien-être inégalée ! J’adore entendre les feuilles frémissantes sous la brise légère, et sentir la chaleur solaire à travers les déchirures des arbres verdoyants ! La faune ne se préoccupe pas des petites fées comme moi et vit s’inquiéter de ma présence. Je vois les cerfs majestueux et leur famille paître paisiblement, les lapins sautiller dans les fougères, le loup et sa meute se réchauffer sur les pierres... Mais pourquoi la nuit tombe-t-elle si vite ? Où est passé le crépuscule ? Les branchages, maintenant raides et tranchants, abritent des créatures féroces dont les yeux luisants me contemplent avec avidité ! Un cri déchire la nuit et fait frémir mon échine d’appréhension ! Je l’ai trop souvent entendu pour ne pas reconnaître son hurlement ! Voilà son ombre colossale qui me cache le ciel, l’ombre du chasseur malicieux dont je suis maintenant la proie ! Pourquoi je ne peux pas avancer, je ne fais que voler sur place ! Non, ses serres vont m’attraper ! Je dois m’échapper !

- Je ne veux pas finir en pâture pour hibou !

Par réflexe je fonce vers la lumière, mais me cogne violemment contre le rectangle lumineux. Mon esprit encore embrumé par le rêve me commande les actions les plus primaires, je dois me protéger ! Du feu jaillit de mes mains tendues et je tente vainement d’enflammer ce qui gêne mon envol, cette aile longue et obscur qu’on dirait taillée dans une seule et unique plume. Rien ne prend, me voilà en train de tomber, coincée entre cet espace rayonnant et cette ample et ténébreuse menace, tout en crachant du feu de toute part. Et je continue de crier avec effroi «Le hibou !» à répétitions. Astrid, tu dois ressembler à un feu follet bruyant en pleine dégringolade à présent ! Une vive douleur marque mon point de chute, mes fesses s’en souviendront pour la journée.

- Oh, ce n’est pas de la terre, c’est le sol de la salle de classe... J’étais en train de rêver ? Quelle idée de se débattre contre les rideaux heureusement ignifugés... Décidément je n’en rate pas une.
...
Hey !


Quelqu’un est entré pendant que j’étais assoupie ? Se pourrait-il que ce soit mon élève?

- Tu ne serais pas Baati Pruderonce, par hasard ? Ne sais-tu pas qu’il est très impoli de rentrer dans une salle de classe sans s’annoncer !

Je m’en approche à tire-d’ailes en massant mon postérieur endolori. Espérons qu’elle n’a pas vu ce spectacle affligeant, c’est dégradant pour une première rencontre ! Et moi qui tenait tant à faire bonne impression...
En tout cas, c’est sûrement elle. Mon regard enchanté décèle une trace de magie Igni chez cette jeune inconnue, faible comme une braise dans un feu de camp. Visiblement, elle est aussi surprise que moi. Aurait-elle fait quelque chose de mal ? Le réseau thermique de son corps ressemble à celui de quelqu’un qui aurait commis une maladresse, il y a ce mélange typique de culpabilité et de confusion. Son expression reflète tout à fait son état d’esprit, elle a l’air embarrassée.
En tout cas le formulaire était bien erroné: elle n’a certainement pas l’air d’avoir 4 ans cette charmante enfant. Sa taille à elle seule démentirait, autant que celle de ses cheveux roux rattachés en un chignon qui m’a l’air, ma foi, fort confortable. Que dirais-je de plus à son égard, si ce n’est que la finesse de ses traits ainsi que cette mignonne frimousse, sans égaler la beauté d’une vestale, n’en font certainement pas une fille de basse besogne. Mais si mon éducation porte ses fruits, elle pourrait devenir une magnifique pyromancienne aux talents aussi ardents que sa chevelure, hu hu !
Cache ce sourire carnassier Astrid, et agis en bon professeur tant que tu le peux encore ! Maintient son attention sur toi, vole un peu à gauche et à droite, qu’elle suive ta lumière du regard !

- Bien, ma chère Pruderonce ! Je me présente, l’Ardente Astrid Sondoré, professeure attitrée dans l’élément Igni de cette prestigieuse académie. Et également la seule à l’heure actuelle. Note bien dans un coin de ta tête, l’Ardente Astrid Sondoré ! Ou Madame l’Ardente Sondoré, si tu préfères.
Voilà, mets un peu d’autorité et de respect dans cette relation. Une petite acrobatie pour ponctuer tout ça, un looping et on finit en planant sur le dos.
- Je vais donc me charger désormais de t’enseigner les rudiments de la maîtrise du feu, à un rythme que nous élaborerons plus tard en fonctions de tes talents premiers. Pour le moment, je souhaiterai seulement que tu te présentes, et que tu me montres ce que tu sais faire. Oh, si tu disposes de particularités dont tu souhaiterais me faire part, n’hésite pas. Tiens d’ailleurs, ta fiche d’inscription mentionne un âge de 4 ans, il faudra corriger cela au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Baati Pruderonce
Novice
avatar
Nombre de messages : 32
Race : Plantimorphe - Citrouille
Poste : Novice
Magie Contrôlée : Feu

Feuille de personnage
Puissance:
180/1000  (180/1000)
MessageDim 28 Sep 2014 - 20:28

La citrouille retira son doigt précipitamment et la boule lumineuse commença à s'agiter. Que cela pouvait-il bien être? C'est ce que toute personne censée se serait demandé, mais elle n'avait pas pour habitude d'émettre des hypothèses. Elle recevait les informations, vivait ce qui se déroulait devant ses yeux sans chercher à interpréter. Ce cadeau qui lui avait été fait par la nature -un esprit doué d'intelligence- était quelque chose qu'elle avait encore du mal à utiliser. Mais cela ne lui posait pas de problème. Elle fit un pas en arrière et observa le feu follet qui valsait maintenant dans tous les sens en émettant des sons énervés. De temps en temps, des flammèches en jaillissaient et allaient s'écraser sur les pavés froids.

A force de l'observer avec attention, Baati remarqua que quelque chose bougeait à l'intérieur de la lumière: une humaine toute petite, avec des ailes. Sa famille lui avait parlé de ces créatures, lors de ces interminables soirées au coin du feu, quand le père racontait des histoires fantastiques aux enfants. Elle aimait ces moments et s'appliquait à enregistrer toutes les informations, même les plus farfelues, qu'il lui transmettait.

La petite créature finit par stopper sa course folle et s'écrasa au sol dans sans un bruit, ce qui fit sourire la citrouille. Elle n'avait vraisemblablement pas l'air contente d'avoir été dérangée durant son sommeil et émettait des petits cris énervés. Dans cet amas de grognements, elle reconnu son nom, et la petite dame s'approcha d'elle en voletant. Sa professeure se nommait Astrid Sondoré, et malgré son embarras apparent, Baati la trouvait absolument charmante. Elle faisait facilement cinq fois sa taille, et cela lui semblait absurde face à la description terrifiante des professeurs qu'on avait pu lui faire. Elle la suivait de son regard toujours curieux alors qu'elle voletait autour d'elle. Madame l'Ardente Astrid Sondoré. C'était beaucoup de mots à retenir pour une si petite chose, mais elle ne savait lesquels étaient indispensables et lesquels ne l'étaient pas: il lui faudrait donc tous les retenir.

La tentative d'autorité qu'elle tentait de mettre en place était vite effacée par les acrobaties amusantes qu'elle faisait. Baati aurait eu envie de la regarder gigoter pendant des heures, mais ce n'était apparemment pas le moment. Avec un sourire joyeux aux lèvres, elle écouta les explications de Madame L'Ardente Astrid Sondoré. Elle lui posait beaucoup de questions, mais la citrouille avait beaucoup pratiqué l'art de la conversation autour de l'art de la magie, et elle ne le craignait donc pas. Elle ignorait en revanche ce que "se présenter" pouvait bien signifier.


- Je sais allumer des feux à distance, et faire ça. Ce faisant, elle fit apparaître une flammèche sur le bout de ses doigts, la fit danser un instant, et la fit ensuite grandir jusqu'à ce qu'elle tienne dans la paume de sa main. C'était un tour qu'elle avait travaillé avec Logan et dont elle était plutôt fière. - Et.. J'ai quatre ans, ce n'est pas une erreur. Elle parlait lentement, comme à son habitude. Les mots qu'elle utilisait n'étaient pas très compliqués, mais ils lui venaient de plus en plus facilement. Elle en était très fière. Pour ce qui est de l'âge, c'était une notion qui lui était plutôt floue: sa famille d'adoption avait déclaré sa naissance à quelques mois avant sa transformation -les citrouilles ne vivent pas très longtemps-, et ils avaient continués à compter depuis lors. Elle n'avait aucune idée de ce que cela pouvait bien signifier, et elle n'y prêtait guère attention.
Revenir en haut Aller en bas
Astrid Sondoré
Tutrice Igni
avatar
Nombre de messages : 5
Race : Fée Lumineuse
Poste : Tutrice Igni
Magie Contrôlée : Igni

Feuille de personnage
Puissance:
646/1000  (646/1000)
MessageVen 17 Oct 2014 - 15:36

Comment ça, elle a vraiment quatre ans ? Bien sûr il existe des races qui atteignent rapidement une telle maturité, mais cela se rencontre davantage chez les petites gens ! Son empreinte thermique n’a pas évolué en confirmant son âge, donc elle ne mentait pas ou alors elle est très douée pour ça. Qui peut bien être cette demoiselle ? Voilà un mystère bien intrigant !
En tout cas ses compétences ne sont pas nulles. C’est une bonne chose, je n’aurai pas à partir des bases. Bien sûr la flamme est petite, mais elle parvient à la faire danser avec aisance. Je suppose qu’elle a dû travailler ce tour avec beaucoup d’application.

- Bien, tu parviens à faire les choses les plus fondamentales. Allumer un feu à partir de rien est un bon début. Les ignis savent tous le faire, mais certains mettent du temps à maîtriser cette base. Je suis curieuse de savoir qui t’a aidé à travailler ce tour, jeune novice. Ce que je peux savoir facilement en revanche, c’est qu’il ne s’agit pas d’un pyromancien. Rien ne vaut une démonstration, alors tu vas faire ce que je te dis.

Si je continue à voler devant elle, elle ne sera pas tout à fait concentrée. Je vais m’installer sur son chignon. En repoussant un peu ce coin de cheveux, la position sera peut-être acceptable. Ah, elle bouge la tête ! J’ai peut-être trop tiré ? Bon ça ira comme. Tiens, c’est assez confortable tout compte fait, je pourrais faire ma sieste sans problème là-dessus. Ah non ce n’est pas le moment, reprends-toi Astrid !

- Baati, Pourrais-tu tendre ton bras et allumer une flamme? Bien, maintenant éteint-la. Encore une fois. Voilà, encore une fois. Parfait. Une dernière et ne l’éteint pas cette fois ! Est-ce que tu as remarqué quelque chose ? Toutes tes flammes étaient différentes ! Tu allumes ton feu comme une allumette sans en maîtriser la puissance, et toujours avec trop de magie pour un tour si basique. Tu vas devoir apprendre à réguler tout ça, de manière à créer directement le feu qu’il te faut sans perdre de l’énergie inutilement, ce qui viendra évidemment avec la pratique.

L’idéal est de commencer avec une flamme pas trop grande. Une taille d’un pouce devrait suffire, je vais réduire sa flamme avec ma magie. Voilà, comme çaaaaaaa... Toc !

- Est-ce que tu sens l’énergie qu’il faut pour cette flamme, Baati ? A partir de maintenant, tu devras t’exercer à reproduire exactement cette flamme ! Il faut que ce soit une seconde nature chez toi, tu ne devras même plus y penser ! Je te montre.

C’est dommage de quitter le petit nid douillet offert par ses cheveux, mais il faut qu’elle voie la suite. Vole devant elle Astrid, et ne la quitte pas des yeux, ça fera son petit effet !

- Regarde ma main ! Hop, une flamme d’un pouce ! Je l’éteins, je la rallume, je l’éteins, je la rallume, et encore et encore... Tu as compris Baati ? Tu sais créer du feu, je suis là pour t’apprendre à le maîtriser comme il se doit ! Ce sera long, difficile et souvent frustrant, mais au bout du compte très gratifiant.

Un dernier tour pour lui donner envie, il faut motiver les novices ! Et la couleur sera... verte ! La chaleur part de mon buste et se répand dans mon bras tendu vers le plafond. La petite boule colorée s’élève vivement, je lui ai donné un peu d’effet pour le spectacle. Elle tournoie ! Encore un peu plus haut et ce sera parfait, maintenant!  Elle éclate en petites particules colorées, toutes d’une vert lumineux. Le rayon sphérique de l’explosion est parfait, toutes les lueurs sont également réparties et se laissent tomber doucement. La lumière du jour n’est pas idéale pour bien profiter de ce petit feu d’artifice improvisé, dommage ! Il faudra que j’organise une petite sortie un soir. On pourrait manger un pic-nic dehors et profiter des dernières chaleurs de l’automne. Les soirées sont fraîches, mais ce n’est pas ce qui pose problème à un igni... Ho ! Un peu de concentration, les petites braises sont presque sur nous ! Je les éteins sans paniquer, vite vite ! Voilà ! Ah, le nez en l’air, je pense que mon élève n’a pas vu ma presque-bourde cette fois. Je peux être fière de moi ! Un tournoiement de victoire et un grand sourire, on fait une révérence !

- Des applaudissement peut-être ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: La Cité d'Elament :: Le Cœur de la Cité-

 Sujets similaires

-
» [Convocation d'Aya] Salle B101
» Convocation pour la première mission ?
» Convocation chez son directeur de maison à 18h
» Convocation militaire
» [Flash-Back] Convocation royale