Partagez | .
 

 Le Goût de l'Acier [Sekthi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ruby
Prophétesse
avatar
Nombre de messages : 4776
Âge : 36
Race : Peuple de Cristal
Poste : Errante - Prophétesse
Magie Contrôlée : Arcanes de l'Eau

Feuille de personnage
Puissance:
990/1000  (990/1000)
MessageDim 15 Juin 2014 - 19:24

Cette partie de la région avait été – étrangement – non touchée par l'incident. L'Arène demeurait droite, haute, inflexible, mais ne portant que faiblement dans l'air des effluves de sang. La dame en avait, au final, bien plus sur les mains que le sable n'en avait absorbé. Et, aussi droite et aussi inflexible que le bâtiment, elle s'avançait dans la pâle lueur du matin vers une échoppe attenante. Elle avait revêtue pour l'occasion une sorte de salopette blanc cassé, dont les chausses, très amples, étaient tenues serrées à ses chevilles par des liens. Son dos était nu, comme de raison, sa pâleur laiteuse exposée comme un mensonge à la face du soleil. Ses cheveux, tressés en une natte lourde, venait régulièrement battre la mesure contre ses hanches.

Ce qui la conduisait ici n'était qu'une suite d'événements illogiques, troubles et traîtres, issu de son esprit culpabilisant. Elle avait abandonné la gouvernance de la Cité, avait relégué ses pouvoirs et laissé de côté ses privilèges. Même l'enseignement de son pouvoir – qui lui avait donné l'occasion de s'épanouir et de gagner en force – avait été une fonction transmis à un autre. Elle marchait seule, maintenant, dénudée de tous les artifices qui avaient faits d'elle pendant plusieurs années une Reine de droit. Mais elle restait pourtant incroyablement altière.

Mais faible.

Car, qu'était-elle sans la possibilité d'user de sa magie ? Maintenant que les alentours étaient devenus un terrain hostile aux élémentalistes, elle était inutile. Il lui restait toujours – bien évidemment ! – sa magie naturelle. Elle savait se battre en usant de son corps comme d'une arme. Ce n'était à ses yeux pas suffisant, et la Cristalléenne s'était mise en tête de réparer cette faute supplémentaire.

Elle toqua vivement à la porte.

_________________________________________________________

http://elament.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Sekhti d'Arden
Vagabonde
avatar
Nombre de messages : 57
Âge : 24
Race : Matel - Démone
Poste : Maître d'armes & Mercenaire
Magie Contrôlée : Tenebrae

Feuille de personnage
Puissance:
642/1000  (642/1000)
MessageVen 4 Juil 2014 - 13:19

Le Maître d’armes de l’Arène, celui aux cheveux rouges comme un soleil crépusculaire, possédait un atelier un peu à l’écart des autres habitations qui se construisaient autour de ladite Arène. Là où la magie répondait encore aux ordres de ses utilisateurs, elle attirait Elémentalistes comme petits commerçants. Et un semblant de village s’était fondé. Ce maître d’armes, précisément, vivait et travaillait au même endroit. On lui attribuait une assez bonne réputation. On le disait forgé du même métal que ses lames, à la fois souple et fort. On le disait aussi vif et insaisissable, car son histoire comportait autant d’ombres que les arbres pouvaient en projeter. Peu loquace et avare en conseils, il fallait suivre ses directives sans broncher ni protester. Il détestait les clients trop impatients ou orgueilleux. Et les faisaient volontiers courber l’échine devant lui. Si on ne voulait rien apprendre, ce n’était pas la peine de se présenter à sa porte. Mais si on payait bien, et qu’on faisait des efforts, il ne crachait jamais sur quelques jolies pièces. Après tout, c’était son seul gagne-pain. Et ce maître d’armes, enfin, était une femme.

Sekhti d’Arden entendit frapper à sa porte. Des coups vifs, donnés par une main ferme. Quelqu’un désirait apprendre.

La Matel somnolait dans sa cabane, une dague sous l’oreiller, son faucon à demi sauvage perché sur une poutre au-dessus d’elle pour faire le guet. Faucon était son nom. Elle avait toujours manqué d’imagination lorsqu’il s’agissait de nommer les choses. Elle aimait ce qui était simple, rapide à comprendre et logique. Lorsqu’elle ouvrit la porte, toute pensée logique la quitta. Sur le seuil de sa maison se tenait la silhouette altière, dure et belle comme un éclat de glace, dépouillée de tout artifice, de la Prophétesse Blanche. Sekhti perdit sa voix et resta un instant à la dévisager. Elle n’osait pas y croire. Son visage exprimait l’étonnement et la peur. Comme rarement ses traits n’avaient exprimé pareille émotion. Paralysée, elle réussit tant bien que mal à incliner sa nuque avec raideur pour saluer la jeune femme. La bouche sèche, elle articula :

- Bienvenue à la salle d’armes de Sekhti, ma Dame…

_________________________________________________________

" Il y a toujours l'odeur du sang...
Tous les parfums d'Arabie ne rendraient pas suave cette petite main ! "

Macbeth, Shakespeare
Revenir en haut Aller en bas
Ruby
Prophétesse
avatar
Nombre de messages : 4776
Âge : 36
Race : Peuple de Cristal
Poste : Errante - Prophétesse
Magie Contrôlée : Arcanes de l'Eau

Feuille de personnage
Puissance:
990/1000  (990/1000)
MessageDim 13 Juil 2014 - 20:50

Le divin engendre deux sentiments : la fascination et la peur. Quand la Dame Blanche entrait dans une pièce, ou qu'elle passait à travers une foule, ces deux émotions sourdaient généralement des gens présents, et venaient lui lécher la peau, gluantes, insupportables. Avait-elle alors obtenu un nouveau statut, aux vues de ses échecs successifs ? Peut-être, mais probablement pas : ce n'était là qu'une réaction normale, à laquelle elle avait fini par s'habituer.

Ruby inclina donc humblement le visage, et salua du même ton la Maîtresse d'Arme, dont l'odeur, portée par une petite brise, parvint à ses narines. Elle fronça les sourcils, mais ne fit aucun commentaire : la nature de la maîtresse ne l'intéressait pas, bien qu'elle ne put être certaine que celle-ci fusse différente de celle des habitants. Il aurait pour cela fallu poser la question, et se montrer impolie. Mieux valait ne pas ombrager l'humeur de quelqu'un dont on allait quérir les services.

« On parle de vous en d'agréables termes, dans la cité. » ajouta l'ancienne Dirigeante après les salutations d'usage. « Et j'aurais aimé faire appel à vous. »

Elle se permit de dévisager un peu plus la tenancière : belle, grande – mais tout le monde semblait grand en comparaison de la Cristalléenne – bien taillée, une chevelure aussi sanglante que celle de la Dame était de neige, un regard franc et droit, piqué de malice pourtant, une bouche qui semblait faite pour dire la vérité ou des mensonges réconfortants. Il n'y avait pourtant un je-ne-sais-quoi dans l'ensemble qui troublait la Maîtresse de l'eau. Elle passa outre.

« Ce n'est là aucunement une requête de la part de la Cité. Juste la mienne, propre, pour laquelle je suis prête à payer en espèces sonnantes comme il se doit. » Elle marqua une pause, pesant les mots, réassurant sa décision « Et pour laquelle je demanderai un tant soit peu de discrétion. »

Elle tira de sa salopette une bourse replète. Les choses de l'argent étaient un peu hors de la sphère de connaissance de la Dame, mais elle avait toujours fait en sorte de garder cela secret : elle ne contrôlait pas les finances de la cité, elle n'avait jamais vraiment eu à s'inquiéter de ses revenus. Sa position dans son clan faisait certes d'elle une paria, mais une paria entretenue. Grande difficulté que cette vie là ! Elle espérait pourtant que la somme suffirait, faisait confiance – si ce n'est à elle-même – au moins à la maîtresse d'arme pour demander plus ou lui rendre le surplus. Sa réputation en faisait foi.

L'argent resta un poids lourd sans sa main.

_________________________________________________________

http://elament.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Sekhti d'Arden
Vagabonde
avatar
Nombre de messages : 57
Âge : 24
Race : Matel - Démone
Poste : Maître d'armes & Mercenaire
Magie Contrôlée : Tenebrae

Feuille de personnage
Puissance:
642/1000  (642/1000)
MessageLun 14 Juil 2014 - 10:11

La Prophétesse Blanche fut la première à rompre la gêne et à entrer dans le vif du sujet. Cela permit à la maîtresse d’armes de recouvrer son sang-froid. Le masque du professionnalisme se peignit sur les traits de Sekthi, tandis qu’elle prenait note mentalement des désirs de sa cliente. Car cette femme ne devait être qu’une cliente pour la Matel et rien de plus. Oublié son passé de guerrière et de magicienne, de sauveuse d’Elament au prix d’innombrables sacrifices… Ici et maintenant, il n’y avait qu’une femme désirant apprendre, faisant face à une autre femme capable de lui enseigner.

Au compliment de la Cristalléenne, la démone accompagna son bref salut d’un geste de reconnaissance. Dans la bouche de cette femme-là, il n’était nullement question de flatterie, elle le sentait. Les yeux verts de Sekhti se posèrent sur la bourse rebondie, trônant dans la pâle main de Ruby. Elle s’en saisit, la soupesa, l’ouvrit. Calculant mentalement ses dépenses en temps et en matériel, elle en retira une certaine somme, faisant tinter les pièces d’or entre ses doigts. Puis elle tendit de nouveau la bourse à sa propriétaire, sans un mot. Sekhti aurait pu sourire de la demande si particulière de l’ancienne Dirigeante de la Cité. De la discrétion… La Matel connaissait cette vertu et l’employait depuis si longtemps que la discrétion était devenue comme une seconde peau. Elle ouvrit plus grand sa porte et se décala sur le côté, permettant à Ruby de pénétrer dans son humble demeure.

- Il en sera ainsi.

Faucon poussa un cri perçant. L’oiseau de proie s’envola dans un grand bruissement d’ailes, pour venir se poser sur l’épaule de la maîtresse d’armes, là où celle-ci portait un morceau de cuir rembourré pour accueillir les serres. Sekhti chatouilla les plumes de Faucon puis referma la porte.

- Voulez-vous une tisane, m’dame ?

Elle avait l’habitude de boire des décoctions censées couper la faim. Cela lui évitait de courir les bois toutes les nuits à la recherche d’un vagabond à vider de son sang. La qualité de sa cliente, de plus, la contraignait à faire preuve de civilité. Faucon quitta son perchoir, lui préférant le rebord du lit de fortune. Curieux, il darda ses yeux sombres sur la Cristalléenne et pencha la tête de côté.

- Faucon est à moitié sauvage. Évitez de le toucher si vous ne voulez pas perdre un doigt.

Elle avait proféré cette mise en garde sans une once de malice. Elle ne tenait pas à enseigner à une femme mutilée comment manier une épée. Malgré tous ses efforts, la nervosité gagnait Sekhti. Au moindre faux pas, elle finirait dans une geôle d’Elament ou, pire, sur le bûcher des démons. L’idée de choisir un camp ne lui avait jamais plu, jadis. Aujourd’hui, elle en payait le prix, devant se cacher aussi bien des Elémentalistes que des Démons.

- Que souhaitez-vous apprendre de moi ?

_________________________________________________________

" Il y a toujours l'odeur du sang...
Tous les parfums d'Arabie ne rendraient pas suave cette petite main ! "

Macbeth, Shakespeare
Revenir en haut Aller en bas
Ruby
Prophétesse
avatar
Nombre de messages : 4776
Âge : 36
Race : Peuple de Cristal
Poste : Errante - Prophétesse
Magie Contrôlée : Arcanes de l'Eau

Feuille de personnage
Puissance:
990/1000  (990/1000)
MessageJeu 24 Juil 2014 - 18:47

A la suite de la Maîtresse d'Arme, la Cristalléenne entra dans la cahute. C'était un espace qui manquait un peu de chaleur : tout ce que la Dame voyait était du matériel fonctionnel, il y avait peu de place pour la personnalisation. Elle n'avait elle-même jamais eu de vraie place lui appartenant, et s'installer dans une chambre, ou un arbre-maison, ou une cabane, lui laissait un arrière goût de temporalité : toutes ses expériences passées lui criaient que ce n'était qu'un endroit où elle ne resterait qu'un laps de temps très court. Avec cela à l'esprit, comment trouver l'envie de choisir les meubles, ajouter des décorations, laisser des objets de valeur ?

Ses réflexions furent coupées net par l'envol d'un oiseau, et Ruby, toujours sur ses gardes par habitude, miroita un instant de sa magie clanique : elle se transforma rapidement pour revenir tout aussi vite à la normal. Disparu, ongles allongés, invisible, les crocs qui avaient pointé un quart de seconde sous sa lèvre supérieure. A la remarque de Sekhti, elle répondit avec un sourire coulant.

« Ne vous en fait pas, j'ai peu d'affinités avec les animaux. »

Elle était un prédateur, après tout. Elle en portait l'odeur diffuse, sous le vernis mat du froid, derrière le fumet pétillant de la glace. La plupart des créatures le sentait et l'évitait, et les élémentalistes qu'elle croisait qui possédaient un sang animal devaient souvent réprimer leur première impression pour s'approcher d'elle. Elle en faisait tout autant.

La Cristalléenne s'installa à la table rustique et accepta l'invitation à boire de l'infusion, plus par soucis d'établir un contact que par vraie soif. Ce genre de rituel, elle l'avait appris durement, était habituel et continuel dans le beau monde, mais quelque chose lui disait que la Maîtresse n'en avait cure elle non plus.

Quelque chose, vraiment, l'intriguait sur cette personne. Elle s'assit en plissant le nez, jetant un regard en coin à l'habitation de la Maîtresse, essayant de déceler ce qui manquait. Son esprit toujours accordé à la conversation répondit aux interrogations de la Maîtresse d'Armes.

« Ce que je voudrais ? J'aimerais être capable de me battre et de me défendre sans utiliser ni mes pouvoirs, ni les autres... talents dont je dispose. » Prenant un peu plus de temps pour développer ses attentes, la Louve prit le temps de préciser que, suite aux accidents apparu dans la région aux élémentalistes, il lui semblait normal, voire évident, de développer ses talents martiaux dans une autre discipline que la maîtrise de son don. Qu'adviendrait-il si la malédiction qui avait prit les alentours de la cité ne s'étendait plus seulement aux élémentalistes, mais à toutes les sortes de magie ? Quels recours lui resterait-il pour accomplir ses devoirs auprès des habitants ?

Et puis, prenant un ton un peu plus bas, Ruby ajouta : «  Je dois sûrement vous préciser que je ne possède guère de vigueur physique. Je me suis reposée toute ma vie sur mes magies, au détriment évident de mon physique. Et, ma maladie... » Elle marqua une pause. Il était essentiel que sa maîtresse en sache le plus, pour la former comme il se devait, mais il était certaines informations qui, relevant presque du secret d'état, la mettraient elle et la cité dans une position délicate si elles advenaient à se savoir.

La Maîtresse de l'Eau n'ajouta rien. Il n'y avait qu'à la voir pour savoir que sa constitution n'était pas le fruit d'une origine raciale particulière, mais bien la marque d'une faiblesse physique que seule sa maîtrise exemplaire de la magie de l'Eau avait réussi à rendre nulle.

_________________________________________________________

http://elament.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Sekhti d'Arden
Vagabonde
avatar
Nombre de messages : 57
Âge : 24
Race : Matel - Démone
Poste : Maître d'armes & Mercenaire
Magie Contrôlée : Tenebrae

Feuille de personnage
Puissance:
642/1000  (642/1000)
MessageMer 30 Juil 2014 - 21:17

Sekhti resta debout près du chambranle de la porte, à observer l’ancienne Dirigeante prendre place sur un modeste tabouret. Il y avait de la simplicité dans les manières de la femme blanche, ce qui lui permettait de mettre à l’aise ses interlocuteurs, sans doute. Sekhti avait appris à ses dépens que même un enfant, ou un infirme, pouvait être dangereux. En particulier pour elle. Malgré les apparences et sa réputation, la maîtresse d’armes cachait autre chose de bien plus tabou qu’un passé d’orpheline battue et dépourvue magie.

La démone préféra s’activer dans le petit coin dévoué à la cuisine. Plutôt que d’observer jusqu’à la lie sa cliente, au risque de trahir l’angoisse qui montait lentement en elle. La Matel savait se contrôler. Elle devait conserver son sang-froid. Tant qu’elle n’utilisait pas la magie des Ténèbres - ou qu’elle ne se dénudait pas -, elle ne risquait pas le moindre faux pas. Sa couverture était sauve. Et suffisamment facile à retenir pour être passe-partout. Elle gardait au chaud de l’eau dans une vieille bouilloire, posée devant l’âtre de pierre. Le premier pas vers l’édification de sa cabane près de l’Arène. Elle cacha les pièces d’or de la Prophétesse dans une bourse pendant à sa ceinture. Tirant un sachet d’herbes de sa besace pendue au mur, elle en déposa quelques feuilles au fond d’une tasse de terre cuite. Puis versa l’eau chaude. Elle revint vers son inestimable cliente et prit place sur le tabouret en face d’elle. Une tasse était posée devant chacune d’elle.

- Vous êtes un membre du Peuple de Cristal, déclara Sekhti après un bref silence. Les capacités inhérentes à votre race vous offrent déjà certains avantages. Vous êtes frêle. Votre musculature n’est pas assez développée. Vous ne possédez ni force, ni endurance. En revanche, vous devez être rapide et silencieuse : un atout dans les combats si vous parvenez à maîtriser vos émotions.

Sekhti adoptait toujours un ton neutre, presque froid, lorsqu’elle faisait part de ses observations à ses clients. Une manière de leur montrer leurs faiblesses et leurs qualités sans les flatter. Un bon maître d’armes ne récompense pas. Il entraîne ceux qui ont assez de cran pour ne pas pleurer dès les premières douleurs. Seuls les persévérants sont ensuite récompensés par leur propre mérite. Sekhti ne disait jamais « C’est mauvais » s’il n’existait pas une chance au client de s’améliorer. Lorsqu’il n’y avait rien à faire, elle ne gaspillait pas sa salive, rendait la moitié du prix demandé et claquait sa porte.

- J’ai appris, ici et là, différentes formes de combat qui pourraient vous convenir. Il vous faudra une arme adaptée. Et supporter l’entraînement par tous les temps, car vos heures de travail avec moi ne changeront ni en été ni en hiver, qu’il neige ou qu’il pleuve. Je vous pousserai dans vos réserves en matière de résistance à la douleur et l’épuisement. Vous devrez avant tout maîtriser vos émotions, vos sensations, avant de faire plier le corps à votre volonté. Le combat modifie la perception des choses, plus que vous ne pouvez l’imaginez. Peu m’importe votre état de santé, vos problèmes familiaux ou je ne sais quoi…

Bien sûr, il lui faudrait trier dans ses connaissances pour offrir plusieurs arts martiaux standards pour les gens d’Elament. Pas de pugilat typique des arènes infernales. Pas de stratégie en raid comme le sait si bien faire la piétaille démoniaque. Pas de magie ténébreuse pour renforcer ses coups ou obscurcir les sens de son adversaire. Un zeste de fierté, à peine perceptible, perçait dans les mots de Sekhti d’Arden. La démone avait connu l’Enfer, la guerre, la violence dans tous ses états. Et elle avait survécu. Si Dame Ruby avait également réchappé aux précédents massacres entre Elémentalistes et Démons, elle ne pouvait pas avoir connu une existence propre aux légions anonymes peuplant le monde souterrain. Un tout autre univers gisait sous ses pieds, grouillant de vie et de lois inimaginables. Un monde dont elle avait connaissance, mais qu’elle ne pourrait sans doute jamais réellement comprendre. Sekhti vivait entre ces deux mondes, celui d’en bas et celui d’en haut.

- Vous devrez m’obéir, même si ça fait mal ou que vous en avez assez. Je n’accepte pas qu’on discute mes conseils pendant l’entraînement. Acceptez mes termes et nous pourrons commencer.

Sekhti attrapa l’anse de sa tasse brûlante, souffla brièvement dessus et but une première gorgée de son infusion. Elle n’avait pas quitté des yeux son interlocutrice. A aucun moment. On ne cille pas devant un animal inconnu, avant de savoir s’il s’agira d’une proie, de son égal, ou même de son adversaire.

_________________________________________________________

" Il y a toujours l'odeur du sang...
Tous les parfums d'Arabie ne rendraient pas suave cette petite main ! "

Macbeth, Shakespeare
Revenir en haut Aller en bas
Ruby
Prophétesse
avatar
Nombre de messages : 4776
Âge : 36
Race : Peuple de Cristal
Poste : Errante - Prophétesse
Magie Contrôlée : Arcanes de l'Eau

Feuille de personnage
Puissance:
990/1000  (990/1000)
MessageDim 17 Aoû 2014 - 17:55

Mais à qui pensait-elle parler ? Pendant un moment, le visage de la Cristalléenne afficha une consternation sincère. La prenait-on pour une élève récalcitrante, à se plaindre, à aimer le confort, à ne pas vouloir se plier aux exigences d'un maître ? Et puis... elle réalisa que la Maîtresse d'Armes était une maîtresse et qu'elle opérait comme elle l'avait toujours fait : en mettant tous ses élèves au même niveau. Elle ne prenait pas en compte le fait qu'elle s'adressait à une Maîtresse des Arcanes de l'Eau, et que l'apprentissage seul de cette discipline, poussée à ce niveau, impliquait la souffrance. Certaines formes de cette magie demandaient une concentration absolue pour ne pas se laisser emporter, rendue à l'état de flaque d'eau ou de vapeur. Dissoute. Perdue.

Et c'était au final assez reposant de laisser les clefs de son éducation entre les mains de quelqu'un d'autre, aussi inclina-t-elle le visage, sans prendre la peine de répondre : tout ce que la Maîtresse d'Arme lui disait relevait de l'évidence à ses yeux. Mais même si la louve possédait une rigueur, une discipline et une force morale qu'elle pouvait appliquer à sa maîtrise de l'eau, cela ne signifiait pas que l'apprentissage des armes serait une chose facile.

« Je vous fais confiance. C'est vous la Maîtresse. »

La Cristalléenne porta la tasse bouillante à ses lèvres et, par l'action de sa magie, le breuvage refroidit un peu avant de toucher sa langue. Elle fit jouer la tisane dans sa bouche quelques instants avant de l'avaler, tachant d'en trouver les ingrédients. Le nom de Maya lui revint immédiatement à l'esprit et elle fronça les sourcils, posant un regard nouveau sur le breuvage posé devant elle. Ses yeux quittèrent la tasse et remontèrent vers la Maîtresse d'Armes, inquisiteurs. Il lui sembla voir une légère tension passer par le corps de sa nouvelle instructrice.

Lentement, la Cristalléenne avala l'infusion. Elle ne savait pas exactement ce qui la troublait chez la femme en face d'elle, et elle se rendit compte qu'elle était en mauvaise position pour se permettre des hésitations : si elle était Maîtresse d'Armes ici, c'est qu'elle servait la cité, et cela seul suffisait à l'ancienne Maîtresse de l'eau. « Tout le monde a des secrets, et tout le monde a droit à ces secrets. » Ruby la quitta des yeux, reportant son attention sur le breuvage.

« J'attends vos instructions pour la suite des événements. » La perspective d'apprendre une nouvelle chose grisait un peu la femme aux yeux rouges. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas senti ce frisson le long de son échine.

_________________________________________________________

http://elament.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Sekhti d'Arden
Vagabonde
avatar
Nombre de messages : 57
Âge : 24
Race : Matel - Démone
Poste : Maître d'armes & Mercenaire
Magie Contrôlée : Tenebrae

Feuille de personnage
Puissance:
642/1000  (642/1000)
MessageMer 10 Sep 2014 - 12:24

Sekhti aurait pu se permettre un sourire de connivence. Pour se rendre plus agréable, plus aimable et entamer une relation moins froide avec sa nouvelle élève. Mais alors, elle ne se serait pas appelée Sekhti d’Arden et elle n’aurait pas craint à chaque instant pour sa vie si son sang démoniaque était découvert. La Matel se contenta d’opiner de la tête, les lèvres scellées. La discipline résultait avant tout d’une volonté de fer. Tel l’acier dont elle se servait pour combattre et enseigner, Sekhti se pliait parfois mais ne cassait pas. Elle ne laisserait aucune faille visible, que l’ancienne Dirigeante pourrait exploiter pour s’attirer ses faveurs, ou la détruire.

Elle chassa ces pensées en reposant sereinement sa tasse.

- Bien. Nous pouvons commencer.

Sekhti alla jusqu’à Faucon, le nourrit d’un petit rongeur pris dans un piège disposé autour de la cabane un peu plus tôt. Le dos tourné, distraitement occupée à lisser les plumes de son rapace, cela lui offrait une bonne excuse pour ne plus croiser le regard inquisiteur de la Cristalléenne. Malgré toute sa maîtrise de soi, elle aurait été incapable de nier que cette femme la rendait nerveuse. Sa simple présence semblait rendre la cabane soudain trop exiguë pour elles deux.

- Vos leçons se feront à l’aube. Tous les jours si vous le souhaitez. Ou bien le dernier jour de la semaine. Présentez-vous à ma porte dès votre arrivée. Oubliez les vêtements amples et encombrants. Tout ce dont vous aurez besoin pour vos leçons, je vous le fournirais, dans un premier temps.

Elle fit l’effort de jeter un regard à l’Elémentaliste par-dessus son épaule. Comme pour s’assurer de sa tranquillité.

- Vous connaissiez sans doute déjà l’Arène, avant la guerre et l’invasion ? Peu de choses ont changé, sauf si on y regarde de plus près. Il y a beaucoup de pratiquants de la magie qui viennent ici s’exercer. Certains vont même jusqu’à vendre leurs services. Personne ne viendra nous embêter, cependant, que vous soyez célèbre ou non. Personne n’ose déranger Sekhti la Maîtresse d’Armes.

Fort heureusement. Elle ouvrit la fenêtre, laissant s’échapper un Faucon beaucoup trop nerveux. Il sentait encore l’odeur du loup sur la peau de leur invitée. Et l’oiseau de proie n’appréciait guère ce fumet synonyme de danger

- Quand souhaitez-vous débuter, élève Ruby ?

La nature sentait bon l’humidité à cette saison. Mue par une impulsion, Sekhti se retourna vers son élève. Elle rejeta machinalement une mèche rousse derrière son oreille. Hiver et Eté se faisaient face dans la pièce, sans même peut-être s’en rendre compte.

- Peut-être voulez-vous voir le terrain d’entraînement.

_________________________________________________________

" Il y a toujours l'odeur du sang...
Tous les parfums d'Arabie ne rendraient pas suave cette petite main ! "

Macbeth, Shakespeare
Revenir en haut Aller en bas
Ruby
Prophétesse
avatar
Nombre de messages : 4776
Âge : 36
Race : Peuple de Cristal
Poste : Errante - Prophétesse
Magie Contrôlée : Arcanes de l'Eau

Feuille de personnage
Puissance:
990/1000  (990/1000)
MessageVen 19 Sep 2014 - 13:22

L'eau a la particularité de s'adapter au récipient dans lequel elle se trouve, mais la glace... ah ! La glace, elle, éprouve quelques difficultés à se plier aux contraintes. En proie à des courants contraires, la Cristalléenne ne put que se contenter d'acquiéçer aux ordres la Maîtresse d'Armes : Elle était déchargée de ses responsabilités de Dirigeante, tailler dans sa journée une grosse partie de la matinée n'était pas un problème, mais elle devrait se plier aux disponibilités du Régent. C'était à elle de faire preuve de souplesse, et non à lui.

Voilà une leçon d'humilité qui n'était pas pour lui déplaire : malgré sa nature simple et aimable, la Dame s'était laissée aller à une certaine oisiveté. Se faire appeler « Dame », déjà, était un exemple criant.

Elle pinça les lèvres en s'entendant dire qu'il lui faudrait abandonner des vêtements amples : son expérience lui criait qu'ils étaient les mieux adaptés pour masquer certains mouvements. Sa coquetterie – toute relative ! – pâlissait à l'idée de révéler de façon aussi violente sa maigreur maladie : quelle peur pouvait-elle inspirer à ses ennemies quand elle n'avait que l'épaisseur d'une feuille morte ? Rien de tel qu'un adversaire qui fait passer une brindille pour un instrument de guerre solide ! Elle opina du chef.

« Je connais l'Arène. » Ruby y avait été plus de fois qu'il plaisir à son cœur : c'était un lieu dédié à la guerre, ce qui dans sa culture relevait déjà de l'étrangeté. Ceci dit, une visite n'en était pas nécessaire. « Je peux débuter dès à présent si vous êtes également disponible. » Ne pas donner d'ordre, ne faire que des recommandations et exprimer des préférences. Voici une partie de l'art de la diplomatie qu'elle n'avait pas pratiquée depuis longtemps.

Son cœur penchait vers les armes : elle était avide de se défaire de ses faiblesses maladives.

_________________________________________________________

http://elament.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Sekhti d'Arden
Vagabonde
avatar
Nombre de messages : 57
Âge : 24
Race : Matel - Démone
Poste : Maître d'armes & Mercenaire
Magie Contrôlée : Tenebrae

Feuille de personnage
Puissance:
642/1000  (642/1000)
MessageJeu 2 Oct 2014 - 15:40

La Dame Blanche s’adaptait relativement bien à son nouveau rôle. Humble et obéissante, elle se révélerait peut-être l’un de ses élèves les moins insupportables. Pour ne pas donner l’impression de la dévisager, Sekhti se dirigea derechef vers sa cache aux armes. Elle disparut un instant dans sa chambre – l’unique seconde pièce des lieux -, referma la porte derrière elle et poussa son lit de fortune pour libérer le passage. Dans une espèce de placard miteux étaient rangées plusieurs armes de bonne facture, sans fioritures outrancières et toutes d’un modèle différent. Au milieu de cet amoncellement d’épées, de sabres, de dagues et de haches – ou parfois d’objets aux formes étranges -, la Maîtresse d’Armes se saisit de deux longs bâtons en bois. Elle referma soigneusement sa cache, les armes en mains et s’en fut retrouver son élève.

- Suivez-moi.

Pour atteindre l’Arène, il fallait descendre un petit sentier depuis le couvert des arbres. Alors, vous atteignez une grande plaine érigée de fortifications et de baraquements disparates, où l’odeur de la viande rôtie et le brouhaha des combattants ne faiblissaient presque jamais. L’Arène se dressait au centre de ce village improvisé, surplombant les échoppes branlantes des forgerons et des rôtisseurs, tel un colosse statufié, condamné à regarder le monde évoluer sans pouvoir lui-même y participer. L’édifice en pierres, bien que récent, semblait intemporel. On saluait, on dévisageait ou on jaugeait mais on ne pouvait ignorer la femme rousse qui marchait d’un pas militaire vers l’Arène. Tout le monde, ou presque, la connaissait ici. Et quelque chose d’étrangement familier et d’altier émanait de sa nouvelle élève, cette créature blanchâtre qui cheminait avec la Maîtresse d’Armes. Une fois à l’intérieur de l’Arène, sous le regard aveugle d’immenses gradins désertés, Sekhti choisit une zone d’entrainement où le soleil ne gênerait pas leur vision. Quelques autres combattants s’entraînaient autour d’elles, à l’écart, chacun prêt à défendre sa portion de l’Arène.

« Que le sable de l’arène rougisse du sang des vaincus ! »

Cette phrase avait rythmé une partie de la vie de Sekhti. Presque entièrement sa jeunesse, de fait. C’était une des raisons pour lesquelles elle se sentait chez elle ici. Parmi tous les repères brisés de son existence, ce lieu fournissait un rappel constant. Qui elle était, ce qu’elle devait cacher, comment elle voulait vivre. Une démone, qui connut le destin des gladiateurs infernaux, et qui vit comme un humanoïde lambda.

- Aujourd’hui, je ne ferais que tester votre équilibre et vos forces. Je dois connaître les limites de vos capacités pour adapter mon enseignement. Prenez-le.

Elle lança le bâton de bois à Ruby, observant ses réactions. Elle n’avait pas affaire avec n’importe qui. La Prophétesse qui lui faisait face masquait de terrifiants pouvoirs, un lourd passé et, peut-être, des secrets encore plus terribles que ce qu’elle avait pu entrevoir un jour dans l’Artifice. Elle s’en souvenait encore comme si c’était hier. Fuyant la bataille qui faisait rage et qui menaçait son anonymat, Sekhti vit la lame étincelante, tenue par une main aussi blanche que la neige, saigner comme un animal une femme aux cheveux rouges. Une Matel, qui était morte aux pieds de ce petit bout de Cristalléenne, alors que soudain la terre grondait et qu’Elament réapparaissait. Sekhti déglutit. Son visage lissé de toute expression, elle chassa ce souvenir au fond de sa mémoire.

Pour le bien de cet apprentissage, et pour le bien des deux femmes, il valait mieux que ni l’une ni l’autre n’évoque un tel épisode.

- Avez-vous déjà combattu sans l’aide de la magie, par le passé ?

_________________________________________________________

" Il y a toujours l'odeur du sang...
Tous les parfums d'Arabie ne rendraient pas suave cette petite main ! "

Macbeth, Shakespeare
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Extérieur de la Ville :: La Plaine au Cairn-

 Sujets similaires

-
» Fouet d'acier et coup critique .... !!!
» La crevette d'acier
» Méphisto ou machoire d'acier
» DK et Mantel d'acier ?
» Mantel d'Acier ?