Partagez | .
 

 [Vagabonde] Tréaga - Igni

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Tréaga
Vagabonde
avatar
Nombre de messages : 425
Âge : 26
Race : Halfling
Poste : Vagabonde
Magie Contrôlée : Igni

Feuille de personnage
Puissance:
490/1000  (490/1000)
MessageLun 2 Juin 2014 - 16:08



Nom : Tréaga, « La Triple »

Anciens noms : Sen Chizu, Del, Jasdrian

Âge : Le corps en a 20, si l’esprit n’en a plus

Race : Halfling

Etat : Vampirisée

Rang / Rôle : Vagabonde

Elément contrôlé : Feu

Histoire :

~ Sen Chizu, les premiers pas

Spoiler:
 

~ Del et Jasdrian, le sang et l'ombre

D’un côté, il y a Elle, la princesse endormie, la petite personne. De l’autre, Lui, ce général sans merci, le démon sans moitié. C’est entre les deux que je me tiens, là, le temps du balancement.

Pour moi, il n’y eut pas de naissance, pas de premier cri, juste l’éveil d’une conscience. Un souffle. Un battement de cil. Puis, j’étais là, les yeux rivés sur le ciel, un arrière-goût amer de souvenir dans la bouche. Ce dont je me souviens ? De peu et de beaucoup. Pas assez pour définir une identité, mon identité, stable, mais assez pour savoir de qui je suis tombée. Je sais qu’il y eut un battement, et que je fus là. Eux deux lovés contre mon sein, embrassés et réunis, pour la première fois peut-être. Et alors que je baissais les yeux, lentement les yeux, mes mains ouvertes se portant à mon visage, des visions éclatées surgirent de toutes parts.

Petite fille, riant et jouant dans un village. Les créatures qui hurlaient dans le noir. La marque, sur la peau et sous la peau. La morsure. Jeune fille se cachant derrière un sourire. Le démon, le démon toujours en-dedans. La vengeance. La Cité, les quatre éléments, et le chaos. Umbrae Volcanus, la cour chasseresse. Lutter pour sa survie. Et enfin, la défaite. La chute. L’oubli.

A quelques centimètres de mon visage, mes mains étaient couvertes de sang. Celui de qui ? Le mien ? Ou celui d’un autre ? Mon corps ne portait aucune trace de blessure, aussi optai-je pour la seconde solution. Au loin, Elament, ou ce qu’il en restait, se dressait, des silhouettes fuyant ses remparts. Les démons s’éparpillèrent autour des ruines de la Cité, couronnés de honte, et je sus qu’ils avaient perdu. Les anciens habitants revenaient reprendre leur place. Je n’en conçus pas particulièrement de joie, mais aucune tristesse ne me vint. Rien qu’une pensée : Ah. C’est donc ainsi.

Les vagues léchaient le rebord du rocher où je me tenais. Je me détournai. Mes pas me portèrent dans la forêt où je me mis à errer. Sans but. Sans nom.

Si je croisais des étrangers sur mon chemin (car étrangers, démons ou élémentalistes, ils l’étaient tous à mes yeux), ils m’ignoraient, ou alors je les ai bien vite oubliés. Tous fuyaient. Parfois certains en poursuivaient d’autres, et je crois avoir assisté, de loin, à des combats. Parfois, il me prit l’envie de les poursuivre, et il arriva que je la suive, leur sang coulant bien assez tôt entre mes crocs. Toujours, je finissais par aller mon chemin. Je me sentais comme un réceptacle qu’on avait rempli, certes, mais pas assez pour étancher la soif. Au détour des arbres, je finis par découvrir, ou redécouvrir, une bâtisse entre les branches d’un chêne, sans doute construite pour en faire un lieu de repos. C’était une simple plateforme au toit incliné, offerte au ciel. J’y grimpai. A l’intérieur, les planches portaient des marques de griffure et du sang séché s’étalait par endroit. Pourtant, je revis l’ange, assis, contant ses anciens récits, et surtout, je la revis Elle qui l’écoutait, meurtrie encore de son combat contre Raziel. Ce refuge avait traversé la guerre. C’était un endroit de paix. Je m’allongeai sur la fraîcheur du bois et m’y laissai couler dans le sommeil, je ne sais combien de temps. A mon réveil, je m’étais trouvée un nom, un nouveau nom, autre que ceux que mon enveloppe avait portés jusqu’alors.

Tréaga. La Triple. Pour les trois que nous étions.  

Ce fut dès lors, le lieu qui se rapprocha le plus de ce que je pouvais appeler « maison », car où que j’aille je finissais inlassablement par y retourner. Je ne m’éloignais jamais énormément de la Forêt Darke, et y rencontrai encore des gens que j’avais peut-être un jour connus, mais dont je ne me rappelais plus. Je les chassais de temps à autre, quand le besoin de sang se faisait sentir, et n’en ressentais nulle satisfaction ou dégoût de moi-même. J’étais le produit de deux êtres, ma nature le résultat de leur fusion. Je n’avais pas eu le choix d’être bestiale. Ma conscience se développant, j’en vins à considérer le peuple démoniaque de la même manière, mon cœur penchant pour ceux que la fatalité avait heurté de sa main. J’avais ce même regard compatissant pour les élémentalistes toutefois, victimes du mauvais sort.

Je ne prenais pas part à leur discorde. Entre le balancement. Toujours.

Il arriva qu’une nuit je m’installai parmi les décombres de la Tour de Tyios, perchée sur un de ses rebords. La nuit était calme, même si parfois troublée d’échos provenant de la forêt. J’avais appris à ne guère y prêter attention. Toute à ma contemplation des étoiles, il me fallut une poignée de secondes avant de remarquer le fourmillement à l’intérieur de moi. Une impatience qui grandissait à chaque instant. Il me sembla que quelque chose de prodigieux se préparait, quelque chose de nouveau. Mue par quelque instinct, ma main se replia en poing serré. Je la fixai, et ça grandit, plus fort encore, jusqu’à hurler. Je dus ouvrir. Une flamme jaillit alors, léchant le bout de mes doigts avec délice. Je ramenai doucement mes doigts, et la flamme s’étendit en longueur, les contractai, et elle se ramassa alors en boule. D’un mouvement du poignet, je la fis glisser autour de moi, contournant mes hanches, s’enroulant autour de mon cou, pour revenir sagement au creux de mon autre main.

Je ris. Les souvenirs de la maîtrise revenaient. J’étais à nouveau igni.

Caractère :

En perpétuelle évolution, et pourtant résultant d’une longue expérience. Tréaga est la somme de Sen et de Del réunis, même si elle incarne également le côté vampirique de cet être triple. Elle contemple le monde autour d’elle d’un regard neuf, bien que chargé parfois de souvenirs qui peuvent ressurgir en elle, et s’émerveille souvent d’un rien. Lors d’une conversation avec elle, vous aurez droit à des remarques aussi bien totalement ingénues qu’à celles issues d’une longue réflexion. Vous vous demanderez alors comment elle peut être aussi paradoxale, et vous aurez raison. Primaire en certains côtés, elle se satisfait de peu, et aspire à une vie qu’elle a choisi, tranquille autant que possible. Elle ne laisse aucune place à la discrimination et ne fait aucune différence entre les individus, qu’ils soient démons ou élémentalistes. En vérité, elle ne supporterait pas que l’un ou l’autre soit maltraité injustement sous ses yeux, car si elle s’est éveillée indifférente au monde, sa propre condition a remis en cause son rapport à autrui.  

Son côté bestial est une part d’elle-même qu’elle a, en effet, accepté, mais qui l’a amené à réfléchir sur la nature des uns et des autres. Elle sait, pour en porter un en son sein, que les démons ont la haine inscrit jusque dans les os, et elle les prend pour tels. De la même manière qu’un habitant de la Cité naît avec le don fleurissant au bout des doigts, elle sait qu’il n’y a pas là question de choix. Aussi ne cherche-t-elle querelle à personne, même si ce n’est pas pour autant qu’elle n’interviendra pas en assistant à un combat à mort entre deux personnes. En cela, elle sait se montrer radicale dans ses opinions car, pour préserver la paix, elle est prête à tout et sait que la fin justifie les moyens. N’en faites donc pas une idéaliste sans peur et sans reproche. De plus, elle reste un être en construction, avec ses qualités et ses défauts. Un être qui peut être pris par l’orgueil et qui saura mentir s’il le faut. Le respect de l’autre entre dans ses principes, toutefois elle ne sert personne d’autre que ses propres intérêts.

Physique :

Possédée, Sen n’en reste pas moins une halfling. Tréaga, par la force des choses, l’est donc également. Néanmoins ceux qui auront connu Sen lors de son premier passage à Elament remarqueront sans doute quelques changements dans son apparence, sans doute dû à la morsure de Rose Noire. Sa physionomie s’est durcie, et, bien que restant de petite taille, cette dernière a augmenté. Sa silhouette est incontestablement plus forte et se rapproche davantage de celle d’une jeune fille que de celle d’une enfant. Pâle, sa peau l’est toujours, si ce n’est plus qu’autrefois, et ses ongles ont pris l’éclat du verre. A la lueur du crépuscule, ses dents blanches laissent entrevoir des crocs en pointe. De son innocence restent la taille gracile, les longues jambes et la courbure de la nuque. Gravé sous la peau, il y a la marque de Del, toujours présente même si le démon s’est endormi, l’encre ancré dans l’épiderme.

Le ruban blanc qui nouait ses cheveux a été arraché par la main de Raziel, et désormais ils flottent, libres, dans son dos. Leur couleur est restée égale, d’un rose léger parmi le coloris des fleurs. Il n’y a plus de frange recouvrant son front, et leur longueur va selon le caprice de celle qui s’en occupe. Les iris de l’halfling sont du même marron qu’auparavant, et le regard qui hante ces deux châtaignes est, durant les heures solitaires, pensifs, s’animant de fierté quand il est face au combat. Sous l’œil gauche, serpentant, les deux cicatrices noires effleurent sa joue, car le passé ne s’abjure pas. La boucle d’oreille pendant à son lobe en est preuve matérielle, bien qu’elle ait été rejointe par deux autres à ses côtés, une au cartilage, et à l’oreille droite, une au tragus. Toutes ronds de métal, à part l’anneau au lobe gauche. A sa cheville, une chaîne taillée dans la même matière, et ce sont là ses seules parures visibles.

De l’obscurité Jasdrian avait fait sa couleur, et Tréaga l’a conservée. Ses vêtements semblent tailler dans l’étoffe de la nuit ou le cuir des guerriers. Un sarouel enveloppe le bas de son corps et une ceinture cloutée ceint ses hanches, ainsi que des mitaines ses mains. Absence de pudeur ou provocation ? Sa poitrine n’est que peu dissimulée, et elle ne revêt souvent que le strict nécessaire pour la recouvrir. Lorsque le temps tire vers les basses températures, une veste la recouvre, confectionnée à partir de la peau d’une de ses anciennes victimes, oubliées parmi tant d’autres, teintée de noir, des chaînes la décorant, une capuche dans le dos. Préférant marcher pieds nus, il arrive quelquefois qu’elle soit bottée quand il en va d’une quelconque nécessité. Des bottes de marche, faites pour l’endurance.

Peurs :

Tréaga a conservé un malaise face à l’élément aquatique, cela dû à l’ancienne phobie de Sen. Elle n’aime pas ne pas se sentir en sécurité, et cherche par conséquent toujours des endroits isolés pour être en paix. Plus que tout, elle redoute que les maigres souvenirs qu’elle a pu conserver s’envolent et qu’elle se réveille un beau matin en ne sachant plus (encore une fois) qui elle est.

Niveau de maîtrise du pouvoir :

Tréaga a hérité de la maîtrise du pouvoir qu’avait Del. Elle ne craint pas, comme le faisait Sen, d’utiliser son don et, bien au contraire, s’en amuse beaucoup. Elle l’utilise énormément pour se distraire, et le travaille donc dans ce plaisir. Elle sait créer avec aisance des langues et des boules de feu qu’elle peut manipuler à distance. Néanmoins, comme Del, la chaleur qu’elle utilise provient de son propre corps et elle ne peut en extraire d’une autre source pour le moment. Elle n’arrivera donc pas à créer de la lave ou à réchauffer l’atmosphère, et aura besoin d’un contact direct pour infuser du feu ou de la chaleur.

Particularités :

A cause de son état vampirique, Tréaga a besoin de se nourrir de sang, sinon elle finit par ressentir de la faiblesse. Son bras est toujours orné de la marque noire du démon qu’elle a en elle, Del. Elle a conservé ses anciennes armes : un sabre, et un poignard qu’elle a noué autour de sa cuisse.

_________________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Tréaga
Vagabonde
avatar
Nombre de messages : 425
Âge : 26
Race : Halfling
Poste : Vagabonde
Magie Contrôlée : Igni

Feuille de personnage
Puissance:
490/1000  (490/1000)
MessageSam 14 Juin 2014 - 22:21

Carnet de route




* Tel est pris qui croyait prendre { En Cours }
Participant : Frey Ocrefond
Intrigue : Alors que Tréaga se décide enfin à quitter le refuge que lui offre la Forêt Darke, elle se retrouve au milieu d'un marché qui se tient dans le centre d'Elament. Malheureusement, elle y est accusée d'avoir volé une pomme et, dans sa hâte de fuir ses agresseurs, entraîne le cristalléen Frey Ocrefond au sein de sa mésaventure...


* Fuyez, pauvres fous ! { En Cours }
Participant : Tranlthanas Courseaube
Intrigue : Après que Tréaga ait fini ses déboires d'accusation de vol, la voilà qui retourne à l'intérieur de la Cité afin d'en admirer les charmes. Hélas, une querelle de marchands, et plus particulièrement contenant un terra, déclenche un tremblement de terre. Prise au milieu d'un troupeau de chèvres qui s'enfuit, notre halfling se retrouve sur le dos de l'une d'entre elles, le tout fonçant vers un certain elfe...


* Les ombres de la chasse sauvage { En Cours }
Participant : Skheti d'Arden
Intrigue : La faim est commune à tous, et encore plus aux vampirisés. Sans qu'elle en ait encore véritablement souffert, Tréaga aime cependant se rassasier quand il le faut. La voilà donc en pleine traque au milieu de la Forêt Darke. L'halfling apprendra cependant à ses dépends qu'il n'est pas forcément de bon ton de s'en prendre à une démone...

_________________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Le Commencement :: Fiches de Personnages-

 Sujets similaires

-
» Lyarra courevent, la femme vagabonde![Maé]
» Ayala [vagabonde, mercenaire, espionne] FINI
» Keylä... [Vagabonde]
» Quenya Fëanáro [Vagabonde] {Dundun}
» Orlane [Voleuse & Vagabonde]