Partagez | .
 

 Retranchements

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Lysias
avatar
Nombre de messages : 146
Race : Nymphe Mâle
Poste : Elève
Magie Contrôlée : Air

Feuille de personnage
Puissance:
443/1000  (443/1000)
MessageSam 25 Aoû 2012 - 20:29

-Suite de la Forteresse, Désirs Innocents
-RP avant le Chapitre Final.



Des lunaisons sont passées depuis.
Combien ? Beaucoup.
Nous y étions.

Monts endormis
Svada Lysias

Entends le crissement des insectes de la terre, entends le murmure sans fin des feuilles entremêlées. Entends l’écho d’une ferraille mécanique que répercute le chant des oiseaux dans un espace vide de paroi. Entends s’éloigner les pas de la bête sauvage, qui longtemps, a épié ta silhouette immobile. Odeur moite de l’humidité qui embaume fraichement la peau... brume matinale, il fait sombre mais un autre jour se lève. Noyé dans l’épaisse végétation, protégé entre les massifs des arbres dont on n’en voit pas la cime, il était assis là, comme figé dans l’espace et dans le temps. Les instants vides passent. Loin de la civilisation aux habitants dispersés, Lysias ne sait pas combien temps est réellement passé, ni ne cherche à le compter. Que la nature continue son cours. Que la nature empiète et possède son corps, avait-il souhaité lorsqu’il s’était réfugié là, disparaissant de la circulation du jour au lendemain. C’était quelques temps après son retour. Le retour de l’Autre Rive. Plus précisément, lorsque la mort d'une faux avait officiellement éclaté parmi les rangs des élamentalistes.

Du bruit, là bas.





Finalement, son instinct de survie avait pris le dessus. Il avait fini même par s’habituer aux mœurs de ce coin de forêt : la végétation avait cessé de vouloir l’emprisonner au moindre de ses mouvements, les racines de le faire culbuter au sol à chacun de ses pas. Oui, du temps, il en avait fallu. Le nymphe a fixé la plante en train de s’enrouler puis de se dérouler paisiblement autour de ses doigts. Sans geste brusque, il la laisse œuvrer, silencieusement, gracieusement ; la magie que revêt cette île le fascine toujours. Remettant en arrière plan l’appel sourd de l’air, il continue de se focaliser sur les chatoiements doucereux de la plante comme si rien existait autour de lui. Un sourire est alors venu fendre son visage. Il y a beaucoup d’êtres peuplant cette forêt.

C’est dans cet environnement mystique que Lysias avait trouvé le lieu de son isolement, qu’il avait laissé son âme pleurer douloureusement la mort d’une démone, jusqu’à ce qu’il cesse de vouloir vivre ce vide comme un deuil. Pour autant, il n’avait pas non plus trouvé la raison de sa présence auprès de la Matriarche, et encore moins auprès des habitants. Dans ce silence sinistre, il avait eu un frisson au dos lorsqu’il avait réalisé que personne ne mettrait inconsciemment sa vie en danger autant que l’avait fait une certaine Faux à ses dépends. Ce retranchement, c’était comme tenter de purger son corps de la mort de cette dernière. Depuis, il n’avait plus croisé d’être doté de raison sur son chemin. Non parce qu’on l’évitait, mais parce que quelque part, il les fuyait. Du moins, jusqu’à il y a quelques temps.

Lysias a fini par rappeler ce filament d’air pour le faire glisser entre ses mains et la plante joueuse. Il y a beaucoup d’êtres peuplant cette forêt, l’Air n’a pas besoin de s’en faire, a susurré mentalement une pensée sereine.



_________________________________________________________


Illusion | Désillusion
Fiche
Artefact en possession: *Dÿa Meÿe't Feirk", ou le Souffle de Meÿe*


Dernière édition par Lysias le Dim 26 Aoû 2012 - 23:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Svada Nir
avatar
Nombre de messages : 95
Âge : 42
Race : Hybride Araignée (Veuve Noire)
Poste : Tuteur Élémentaire
Magie Contrôlée : Terre

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageDim 26 Aoû 2012 - 21:29

Spoiler:
 

Et parmi les êtres peuplant ces lieux, il y avait parfois une araignée. Les lunes ont passé, pleines et nouvelles, elles ont vu la machine du destin se mettre en place, les sorts préparés, les expéditions, les aventures... Les vies détruites et les vies complètes. Sans raison, les rouages tournaient vers un chapitre final insensé. Lentement, les pièces tombaient entre leurs mains, à leur place. L'île tremblait et frémissait. Et le front sur le continent bougeait sans cesse, rendant espoir, nuit après nuit. Et depuis l'annonce de la mort du Général Faux, le moral était au beau fixe. Des élémentalistes, les yeux embués de larmes, fêtaient sa mort autour d'un feu et d'un repas, priant pour leurs morts enfin apaisés. L'hybride à huit pattes n'ignorait pas la nouvelle, mais elle n'avait pas d'empathie à partager pour les disparus, de son camp ou de l'autre. Elle en connaissait pourtant, qui avaient été terrassés par les démons. Elle pourrait avoir une mandibule contre eux et festoyer de leur trépas. Toutefois, les vivants avaient plus d'importance. Et ainsi, elle continua d'errer. Elle se souvenait encore de la requête de Lysias, celui qui voulait voir la Faux, et qui ne le put. C'était peu avant sa mort. Et depuis son retour, elle l'avait bien peu vu.

Et le temps passe.

Imperturbables, les créatures des bois ignorent les élémentalistes fébriles, ils ne font que rôder et vaquer à leurs occupations. Les bruits n'existent pas ici, il n'y a que le silence magique, le silence pesant et reposant qui embrume l'esprit des faibles. Ici, la nature est vivante. Ici, le monde suit d'autres règles que les nôtres. Certains ont pris le temps d'écouter et d'apprécier les plantes et les roches, d'autres étaient trop occupés à se battre et à ruminer leur vengeance. D'autres encore... n'ont jamais donné le temps à cette terre de s'exprimer. Svada ne faisait que voyager, s'arrêtant rarement, jamais elle n'avait été sensible à cette magie si particulière sur l'île. Après son dernier rapport à la Matriarche, la Passeuse se dirigeait vers son nid, loin des habitations. C'était un cocon de toile renforcé de sa salive. Elle l'avait bâti à distance, très loin de la forêt verdoyante. Là où les arbres étaient fins et hauts, où l'humidité lui convenait à merveille. Ainsi elle avançait sans y penser, ses sens la guidant vers son chez elle, à la mémoire. Il lui semblait, comme à chaque fois, qu'elle marchait des années, sans jamais ressentir de fatigue. Retranchée dans ses pensées moroses, elle ne sentit pas la présence aérienne. Une brise lui souleva les cheveux, désormais tombant comme des fils noirs sur ses épaules. Une vieille sensation la fit frémir, comme un sentiment oublié. Un mince sourire étira sa face. Lysias était là.

Que voilà un être disparu, qui depuis son retour du continent avait quitté le camp pour l'air sauvage. Sans doute, ce qu'il avait vu là-bas, et ce qu'il n'avait pas pu voir aussi, l'avait troublé bien plus qu'on ne l'aurait cru. Avec délicatesse, Svada s'approcha de l'Aera, qu'elle pouvait considérer comme un ami. C'était bien l'un des rares privilégiés à avoir ce titre. Y avait-il quelque chose à dire ? Elle ne savait pas. Elle ne pouvait voir son visage, elle ne savait pas quelle expression il avait. Elle ne savait pas pourquoi il s'était retranché. Il y avait ici un silence lourd qui la mettait en alerte, comme si elle n'était pas la bienvenue. Ses sens d'araignées, très pointilleux sur la survie, lui chuchotaient qu'elle ferait mieux de partir au galop. Pourtant... sa voix fut grave et claire, comme à son habitude.


" Lysias... ? "

Elle n'était pas sûre d'être face à lui, par instinct, elle balaya de ses yeux vides ce qu'il y avait devant elle. Elle releva un peu ses avant bras, comme si elle le cherchait à la main. Bizarrement, alors que la forêt devrait être un havre de paix pour une Terra, elle se sentait vulnérable. Peut-être la magie ici était-elle vraiment différente de la leur. Trop différente pour elle.

_________________________________________________________

Image Originale : Di
Revenir en haut Aller en bas
Lysias
avatar
Nombre de messages : 146
Race : Nymphe Mâle
Poste : Elève
Magie Contrôlée : Air

Feuille de personnage
Puissance:
443/1000  (443/1000)
MessageLun 27 Aoû 2012 - 19:32

Spoiler:
 

La plante s’est retirée face au tressaillement infime qui a traversé la main du nymphe. Une voix, familière, comme si un souvenir émergeait soudain brisant la bulle paisible de silence. Ce n’était pourtant pas si lointain... Il a senti son cœur se serrer et a relevé la tête pour se laisser voir l’araignée allonger les bras.

-Svada ! Je suis là, Svada.


Lysias a tendu les mains à sa rencontre, et le sourire, si disparu sur ces quelques secondes de retour à une autre réalité, est réapparu, chaleureusement. Il a laissé cette joie se répandre lentement dans son être comme un venin et s’est relevé pour l’enserrer un instant, à contre épaule comme un frère. Compagnons de galère, amis dans une ère tourmentée. Une araignée qui le reconnaît sans le voir pendant que lui doute encore pouvoir identifier aussi clairement sa présence. Peut être que si...? Rien ne lui avait rapporté quelque chose d’hostile. Lysias a dévisagé son amie.

-Même sans regarder tu vois mieux que moi, a-t-il calmement ajouté, amusé. La venue de l'hybride ramène pourtant, beaucoup de choses à la surface. Il est d'ailleurs bien probable qu’à l’heure qu’il est, il ne serait pas en vie sans elle. Après la forteresse, c’était sur Svada que Lysias avait reporté sa colère, s’entêtant comme un imbécile à vouloir rester dans cette maudite forteresse où il n’était pas le bienvenu. Et même après ça, il avait refusé de retourner sur l’île, préférant roder aux alentours sans se soucier de son infime probabilité de survivre dans cet environnement plus de quelques jours. Voire avec un peu de malchance, une affaire de quelques heures à peine.

-Qu’est ce que ça peut faire si je disparais ! On n’en est plus à un seul près non ? Les autres, ils pourront toujours compter sur toi pour traverser. Retourne sur l’île, retournes-y !

Obstination dépourvue de raison. La Passeuse avait fait excellent boulot en leur faisant traverser le Passage mais dès lors que le père de la résistance avait refusé sa demande, Lysias dans sa fureur sans impact, avait oublié un tant soit peu de reconnaissance envers le monde entier. Impertinence. Dans la continuité des évènements, plus clairs pour certains, sombres pour d’autres, Lysias avait laissé passer sous la trappe beaucoup de chose. En ces temps, bien peu de choses lui paraissaient primordiales, à vrai dire.

-

-Je suis vraiment heureux de te revoir, a-t-il fait, lui évitant une seconde accolade.

C’est que Svada n’est pas d’une personnalité des plus communes ; pas vraiment expressive, ni très chaleureuse. Son concept des choses avait longtemps intrigué le nymphe, à l’époque. Etrange oui, elle l’était indéniablement. Mais ce trait singulier avait fini par disparaître de ses perceptions au fil du temps passé en sa compagnie. Aujourd’hui, il retrouvait sa Passeuse, mais elle lui paraissait quelque peu ternie. Lysias a alors engagé une marche.

-Où allais-tu comme ça? Tisser la toile de mes rêves ?

Un jour, elle lui avait en avait promis une. Ce n’était pas non plus comme si Lysias en voulait à tout prix une, pas plus qu’il n’y avait jamais vraiment songé. Une simple question amusée tout comme l’hybride parlait mandibule pendant qu’il parlait de dent, il y un moment de ça. Oui, elle lui avait manqué. Alors qu’il marche près d’elle, il en apprécie cet instant paisible, en toute tranquillité. Une tranquillité à laquelle il n’aurait pas cru, plus tôt. C’est sur cette impression qu’il a abordé le sujet, même si son air a pris un air plus grave. Les nouvelles de la cité réfugiée... oui, il se devait de les demander.

-Et... la matriarche. Comment va Ruby ?



_________________________________________________________


Illusion | Désillusion
Fiche
Artefact en possession: *Dÿa Meÿe't Feirk", ou le Souffle de Meÿe*
Revenir en haut Aller en bas
Svada Nir
avatar
Nombre de messages : 95
Âge : 42
Race : Hybride Araignée (Veuve Noire)
Poste : Tuteur Élémentaire
Magie Contrôlée : Terre

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageMar 28 Aoû 2012 - 22:15

C'était vrai, elle n'avait pas pu le laisser à la Forteresse, quasiment mis à la porte par le Chef. La rumeur du pourquoi de sa venue, de son ancien état, tout ceci lui avait attiré les regards noirs des combattants du continent, ceux qui affrontaient les démons tout les jours, ceux qui n'avaient pas de temps à perdre en sentiments. Rester sur place devenait périlleux, malgré sa colère. Svada avait insisté et patienté, toujours est-il qu'il était revenu. Après tout, c'était son travail, de ramener sains et saufs ses passagers. Même contre leur volonté. Et malgré cette complicité nouvelle, elle sursauta en sentant Lysias la prendre dans ses bras, comme on accueille un vieux camarade. Le contact physique, ce n'était pas son truc, vraiment pas. Soulagée de sa brièveté, l'hybride haussa les épaules et secoua sa tête, nerveuse. Elle repensait à sa jeunesse, quand ses frères d'adoption la prenaient dans leurs bras aussi. Elle ne se sentait pas si mal avec eux, alors pourquoi ? Bah, tout le monde avait son histoire, la sienne était si banale, qu'une explication semble inutile.

" C'est parce que tu fermes les yeux. "

Elle se rendit compte que les discussions avec l'Aera lui avaient manqué. Pourtant, elle avait tout les interlocuteurs possibles : entre la matriarche, les pères de la résistance, les élémentalistes passants... Toutefois, il ne s'agissait que d'échanges formels et maladroits, de comptes rendus et de banalités sans nom. Avait-elle seulement un intime ? Evidemment, elle en avait eu... Mais depuis la chute d'Elament, elle les avait perdu, qu'ils soient morts ou juste trop différents. Et elle n'avait plus cherché de nouveaux contacts, surtout après la perte de sa vue. Ceci expliquait sans doute sa solitude trop marquée sur ses traits. Elle esquissa un sourire amical.

" Moi aussi, j'ai rarement eu de passager si intéressant. "

Elle l'entendit marcher, et avança avec lui. Tant pis si elle ne rentrait pas chez elle, elle n'était plus seule. Des corneilles s'envolèrent depuis les cimes des arbres, croassant et arrachant des épines et de l'écorce. Les battements d'ailes et les cris d'oiseaux semblaient si impromptus ici... Svada leva la tête, comme pour regarder le ciel et les volatils de mauvaise augure. Et comme d'habitude, les cieux étaient obscurs, voilés à ses yeux. Lentement, reprit conscience et baissa la tête, le sourire envolé. La toile de tes rêves ? Serai-je seulement capable de tisser la mienne dans cet état déplorable ? Même si elle pouvait se déplacer, chasser, tisser un abri... Elle ne pouvait plus réaliser de motifs, de dessins entre les arbres, de toile de rêve... Elle ne laissa rien paraître de son trouble, après tout, voilà longtemps qu'elle l'avait compris.

" Je... je rentrais juste chez moi... " Elle le regarda alors, et... posa sa main sur la tête du nymphe... .... oui oui. " Et puis, tu as déjà trouvé un rêve, non ? "

Elle eut un demi sourire, et retira vite fait sa main. Vraiment, non, le contact, c'était aussi naturel pour elle que pour un poisson de voler. Elle passa sa main sur son front pour remettre ses cheveux en arrière. Si elle ne les coupait plus, c'était bien parce qu'elle se fichait qu'ils retombent sur ses yeux... Mais les vieilles habitudes ont la vie dure, et tout comme elle aimerait regarder le ciel, elle aimerait voir des mèches de cheveux lui barrer la vue. Elle aimerait voir n'importe quoi, autre chose que ce noir complet. Elle ruminait bien trop ces derniers temps, et être avec Lysias lui faisait presque oublier de penser à tout ça. C'était assez agréable d'oublier. Oui, l'un l'autre, ils s'apaisaient, sans trop s'en rendre compte. Et puis il posa une question bien moins anodine, qui la fit s'arrêter. Des nouvelles...

" Tu ne le sais pas, bien sûr... " Elle inclina la tête de côté, songeuse. " La Matriarche Ruby prévoit d'utiliser une ancienne magie. Ancienne et puissante magie, qui anéantirait les démons. " Haussement d'épaules. " Du moins, c'est le but et l'espoir de tous ici. Evidemment, Ruby est épuisée, il y a tant à faire. Beaucoup ont repris courage depuis la mort de la succube Sappho, ils sont prêts à se battre pour récupérer Elament. "

Elle guetta sa réaction, voulant tester... quoi ? Elle n'était pas certaine. Svada avait cru comprendre certaines choses, mais elle se demandait si un démon pouvait avoir tant d'importance pour un élémentaliste. Y avait-il seulement une morale pour eux ? Pour nous ? Elle ne savait tout simplement pas. Etait-ce vraiment folie que d'être capable de passer outre son camp ? Ou bien une preuve de sagesse ? Svada n'avait pas le sang bouillant de vengeance, pourtant elle se battait pour Elament, tuant des démons... Y avait-il une raison à cela ? Etait-ce simplement le fait d'avoir telle ou telle magie qui décidait de notre volonté de combattre ? ... L'araignée n'avait aucune réponse. Et peu de gens se posaient ces questions. Elle était vraiment idiote.

_________________________________________________________

Image Originale : Di
Revenir en haut Aller en bas
Lysias
avatar
Nombre de messages : 146
Race : Nymphe Mâle
Poste : Elève
Magie Contrôlée : Air

Feuille de personnage
Puissance:
443/1000  (443/1000)
MessageMer 29 Aoû 2012 - 16:49

-Je les ai grands ouverts au possible figure toi, avait rétorqué le nymphe en éclatant de rire.

Mais dans le fond, Svada avait peut être raison.
Lorsque Lysias lève les yeux vers l’araignée, celle-ci observe un ciel qui se refuse à ses yeux. Le ton hésitant qu’elle adopte ensuite trahit son air obscure, mais ce qui surprend encore plus le nymphe, c’est peut être cette main qui se pose un instant sur sa tête. Un geste inhabituel de sa part auquel il s’abstiendra de commentaire. Pourtant, il la trouve lasse dans l’aura qu’elle renvoie alors qu’elle parle d’un chez elle qui semble éloigné de tous les autres. Un chez elle qui s’était toujours avéré plus reclus de la population. Mais Lysias n’a jamais cherché à sonder le passé la Passeuse et leur lien ne s'était pas créé par ce qu'ils avaient passé des heures à discuter.

C’est le pendant qui perle à son poignet qui l’éloigneront de ses réflexions.

-Oui, sans doute, a-t-il répondu paisiblement. Un rêve de liberté. Il n’avait plus à se battre pour. Y avait-il désormais autre chose qui comptait davantage à ses yeux ?

-Tu l’as gardé, l’artefact !


Lysias l’avait gardé sur lui, la dague délaissée sur leur chemin lorsqu’ils se rendaient à la Forteresse. Avec un peu de recul, c’était comme si les deux objets les avaient toujours attendu là. Pour autant, le nymphe n’en avait jamais réellement fait usage, à part s’effrayer de la réaction de l’air à chaque fois qu’il l’avait dégainée pour en tenter un quelconque usage. C’était il y a longtemps. N’y songeant qu’a demi, il a cessé de marcher lorsque l’hybride a marqué une pause. Ainsi donc, sa préceptrice aurait trouvé un moyen de contrebalancer l’équilibre actuel... les enjeux que ce projet implique en disent long quant à un futur proche.

-J’imagine. Le malheur des uns fait le bonheur des autres...
a-t-il soupiré. Il a eu un regard lointain, comme s’il cherchait un écho à sa phrase, puis s’est tourné à nouveau vers Svada. Tu sais après la Forteresse, je ne voulais pas... Enfin. Plutôt qu’intéressant, je devais faire un passager irrécupérable. Excuse moi.

Mauvais élève, mauvais passager. Mauvais prometteur, également. Un flottement mélancolique est quand même passé comme lorsqu’on évoque un mort nouvellement parti. Peut être valait-il mieux que les choses soient ainsi, au final. Entre temps, il fallait bien avancer quelque part à défaut de savoir où.

–Est ce que tu vas te battre, toi ?


Lysias a repris ses pas.

-Moi j’aimerais bien rester là. Ici, la nature est régie par une étrange intelligence qui fascine le nymphe en plus d'occuper son temps. Il a donné un coup de coude léger sur une des pattes de l’araignée. Allez Svada tisse-moi une toile, je te dirai si elle gère. Un petit bout de filet et on monte ça facilement! Arrête de me donner l’impression que tu t'es décrépie !

Oui, l'un l'autre, ils s'apaisaient, sans trop s'en rendre compte. Comme ils le pouvaient. Un coup de pied pour repartir au quart de tour. D’autres fois, ça prenait plus de temps.


_________________________________________________________


Illusion | Désillusion
Fiche
Artefact en possession: *Dÿa Meÿe't Feirk", ou le Souffle de Meÿe*
Revenir en haut Aller en bas
Svada Nir
avatar
Nombre de messages : 95
Âge : 42
Race : Hybride Araignée (Veuve Noire)
Poste : Tuteur Élémentaire
Magie Contrôlée : Terre

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageVen 31 Aoû 2012 - 22:36

Un tintement à son poignet, et il dirigea son attention sur le pendant alambiqué. Elle leva son bras devant elle, laissant pendre la minuscule pomme d'or enlacée par mille arcs d'argent. Elle se souvenait de leur trouvaille soudaine et étrange. Ils s'étaient partagés les artéfacts de façon naturelle. De fait, Svada ne sachant manier ni l'épée ni le poignard, cette dague lui aurait été bien inutile. Elle avait bien tenté de comprendre à quoi servait ce pendentif, si seulement il avait une utilité... Ses recherches se voyaient handicapées par son propre handicap. Svada ne pouvait consulter aucun ouvrage, et avait un peu trop de fierté pour se faire lire ce qu'elle voulait. Elle sentait toutefois qu'il recelait une magie qu'elle connaissait bien. Une magie Terra. L'hybride la sentait irradier de son poignet à certains moments, sans sentir beaucoup d'effets. Elle haussa les épaules.

" Oui, il n'est pas très encombrant. Mais je ne sais pas... à quoi il sert. " Elle baissa son bras. " Et toi, as-tu conservé la dague ? J'y pense, sais-tu seulement te servir d'une arme ? "

Svada émit un léger ricanement, presque amusé. Elle imaginait mal le nymphe se battre avec une arme pareille. À vrai dire, les armes contondantes, ce n'était pas son truc. Sa préférence allait au simple bâton, qu'elle maniait avec plus ou moins d'agilité. Et puis, elle avait ses pattes, ses mandibules... L'effet de surprise aussi, l'accompagnait souvent. Tout ceci faisait d'elle une combattante assez désordonnée et sauvage, qui se battait pour survivre plutôt que pour une gloire éphémère ou un autre but. Certes, elle avait des vies à protéger parfois. Enfin, bien souvent, ils savaient très bien se protéger tout seul. La Matriarche savait très bien que Svada serait prête à donner sa vie pour elle, tant que sa mort aurait un sens. Parce qu'ici elle avait... un foyer d'adoption, différent d'avant, et qu'elle n'en voulait pas de nouveau. Elle mourait pour eux, ou vivrait pour eux. C'était son choix, bien qu'elle se disait des fois, qu'elle préférerait vivre seule. Enfin, sa vie n'avait pas tant d'importance, pas comme ceux qui guidaient les élémentalistes.

L'araignée soupira et se rapprocha de Lysias, approchant son visage du sien. Heureusement qu'elle avait un sens des distances avec ses poils, dites donc.


" Tu te trompes. Tu as été le seul à défier le Chef, je n'aurais manqué ça pour rien au monde. " Elle se redressa, amusée de ses propres tours. Les yeux un peu humides, elle passa une main dessus pour les essuyer, laissant couler le gel nettoyant par terre. Se battre ? ... Si elle avait pu, elle aurait plissé les yeux. " Sans doute, oui. Mais ce n'est ni par vengeance, ni par haine. Juste... pour la Cité qui m'a adoptée comme j'étais. "

Et ils reprirent le pas, deux entités étrangères parmi les arbres millénaires, les regardant de leur cimes. Elle comprenait qu'on veuille rester ici. Pour ceux qui y étaient sensibles, la vie magique de l'île était extraordinaire et infinie... À s'y perdre pour toujours.

" Moi pas. " Elle regarda autour d'elle, l'air triste. " Pas assez de gibier. "

Et elle... éclata de rire. C'était vrai, elle manquait de viande fraîche ici. Si les plantes proliféraient, les animaux de petite taille étaient soit trop peu nombreux, soit vraiment prudent. Et là, il lui demandait une toile. Ah, il avait des idées. Elle souffla et passa une main sur sa nuque. Puis, elle lui fit signe de s'arrêter de la main. L'hybride s'arrêta et resta immobile un instant, essayant de cerner son environnement avec les capteurs de ses pattes. Elle inspira profondément, et usa de ses pattes et de ses bras pour grimper entre deux troncs assez larges, séparés de bien quatre pas. Évoluer ainsi, accrocher à un arbre, la rendait très à l'aise : elle se mouvait avec aisance, ses pattes se fixant à toutes les surfaces, son abdomen d'apparence encombrant semblait bien plus léger. Et surtout, elle pouvait être très vive, comme une... araignée. Ses deux pattes arrières attrapèrent le fil blanc et épais qui sortait au bout de son abdomen. Elle hésita un instant... puis fixa la première ligne centrale en haut à gauche sur l'arbre. C'étaient les plus importantes, les fils de soutien, qui faisaient toute la toile. Et le travail commença, à la fois rapide et lent, tant elle doutait des fois, vérifiant mille fois les fils déjà placés, et ceux qui manquaient, passant d'un tronc à l'autre pour les fixer, y mêlant de la salive pour solidifier les soutiens.

Tisse ta toile, Araignée, tisse la, fait la à rebours et recommence éternellement.

Ah elle pensait bien réussir, elle en était à la moitié, le motif apparaissait à peine... On aurait dit une aile... Quand soudain, elle emmêla les mauvais fils, marcha au mauvais endroit, déchira un soutien... Et les fils de toile tombèrent comme des frasques déchirées le long des troncs. Des épouvantails blancs, se désagrégeant dans la brise sifflant entre les arbres. Agrippée à un tronc, Svada resta immobile, des filaments blancs filant entre ses doigts fins. Elle descendit presque à la verticale, et atterrit avec légèreté devant Lysias.

" Tu vois ? Je ne peux plus le faire, tout juste puis-je tisser des pièges grossiers, et du fils épais pour mon abri. Désolée petit nymphe. "

Elle n'était même plus énervée contre elle-même. Les premières fois où elle rata ses toiles, elle sortait ses mandibules et attrapait n'importe quel animal passant par là pour le dévorer. Bon, elle avait bien un petit creux, mais elle avait pris sur elle. Et puis, les bestioles sentaient trop la magie. Avec un petit sourire, elle se remit à marcher, ne voulant plus parler de ça.

" Avec un peu chance, ce sort si puissant s'arrêtera sur moi et me rendra la vue... " Elle eut soudain une étrange question. "Tu n'espères rien toi ? "

_________________________________________________________

Image Originale : Di
Revenir en haut Aller en bas
Lysias
avatar
Nombre de messages : 146
Race : Nymphe Mâle
Poste : Elève
Magie Contrôlée : Air

Feuille de personnage
Puissance:
443/1000  (443/1000)
MessageDim 2 Sep 2012 - 19:43

-Et bien...

Lysias a hésité, quelque peu ennuyé. La seule arme qu’il avait réellement vu en action, c’était la faux. Réflexion faite, à Elament, on leur avait appris à manier les éléments, les bases du pouvoir ainsi que son développement. Dans cette perspective éducative, le maniement des armes n’était pas pris en compte. Dans l’apprentissage des dons, avait été écarté la possibilité d’utiliser les éléments au mieux en temps de guerre ; c’est peut être pour cela que l’Assaut avait pris tant de vies avec autant de légèreté. Avant cet évènement, voire même après, Lysias n’avait jamais trouvé la réelle utilité d’une arme pour se protéger de quoique ce soit. Il y a encore quelques temps, il aurait simplement répondu un pourquoi faire, si on lui avait posé la même question que l’araignée. –j’ai quand même essayé mais c’est pas vraiment inné ! L’air réagit bizarrement, à chaque fois.

La perspective d’allier les deux était intéressante mais la notion d’aller se battre avait encore du mal à s’incruster dans ses intérêts. Le nymphe a fouillé un vieux sac de tissu à moitié vide qu’il se trimballe pour les peu de choses qu’il a à garder. Depuis qu’il avait découvert l’étrange réaction de l’air à chaque fois qu’il rentrait en contact avec cette dague, pas moyen de se promener avec, sans ressentir la présence de son élément qu’il trouvait déjà assez perturbé à l’ordinaire. Pour finir, Lysias avait tenté de se confectionner un petit fourreau avant de s’agacer de devoir se l’accrocher quelque part puis avait oublié l’arme au fond de son sac pour une étude ultérieure. Encore enveloppée dans des herbes sèches, Lysias les a écarté pour tendre la dague à Svada. Au seul effleurement de l’objet, les feuilles des alentours se sont mises à trembler au passage d’un filet d’air filant et zigzagant rapidement entre les branches les plus proches d’eux. Il y avait dans cet air, le pouvoir de Lysias, mais pas que.

-Tu sens ?

Bien qu’étrange, le nymphe avait cessé de fuir son élément.

-Je me demande qui a pu oublier des objets pareils. Et si c’est encore possible de retrouver des archives sur ça.

Le seul lieu d'archivage qu’il connaissait se trouvait loin désormais. Loin dans le temps, loin dans l’espace. Quelque part dans l’ère d’une Elament plus lumineuse que celle, actuelle. Laissant l’air s’agiter de son côté, Lysias se retrouve face au visage de l’hybride, contre toute attente. Ce qu’elle lui laisse entendre par la suite réveille un frisson lui parcourant l’échine. Le nymphe voyait tout sauf la scène du même oeil et plutôt que du défi, il s’était entêté tout seul ; pour finir, il avait échoué. Sur cette pensée, il a dégluti la saveur amer de la faillite, au moment où la Passeuse se refait à ce qui semble être une beauté.

-Svada, c’est d’un appétissant... Le nymphe laisse passer un soupir entre l’exaspération et au regard d’un passé qu’il a repoussé à loin derrière. –Alors j’irai sans doute dans le même état d’esprit.

Ni par vengeance, ni par haine. La raison... Lysias ne se battrait sans doute pas pour la Cité. La cité recueille, mais elle perpétue aussi la frontière entre les démons et les élamentalistes. Or il y a des fois où le nymphe se demande si le mieux se trouve d’un côté ou d’un autre.

-

Voir une araignée de plus de deux mètres s’activer avait de quoi en imposer. Lysias avait l’habitude de la voir évoluer au sol, mais sans cette démonstration, il aurait eu peine à croire que Svada puisse agir aussi aisément que n’importe quelle araignée, non plus entre deux brindilles d’herbes mais entre deux troncs d’arbres. Il l’observe ainsi manœuvrer, sûrement et habilement, commençant à penser que le laconisme de Svada a mué en pessimisme, lorsque la toile s’est déchirée d’un coup.

-Moi je suis persuadé que tu termineras une toile d’ici là.

Quoi, il y avait déjà la moitié... non ? Pourtant, Svada, décidée à ne pas s’y attarder, est déjà repartie sur sa marche et Lysias se hâte de la rejoindre. Elle lui en avait déjà mis plein la vue mais il s’abstiendra de lui en faire part.

-Hein ? Quel sort ? Suite à quoi, l’araignée lui pose une de ses questions inattendues. Une question qui résonne longtemps vide dans la tête du nymphe. Espérer, comme quoi ? -J’espère qu’il n’y aura pas trop de pertes, dans un camp comme dans l’autre, a-t-il finalement répondu, machinalement.

Le silence pèse sur ces quelques pas supplémentaires.

-Mais il y a quelque chose que j’ai envie de retrouver, Svada. Il y a longtemps, on m’a remis un... disons une perle. Un artefact dans son genre,
a-t-il commencé, pensif, alors qu’il tente de repousser l’improbabilité de la chose ; un maigre espoir qui se résout à trouver la moitié d’une aiguille dans une botte de foin. Il se trouve que je l’ai perdu d’une manière où d’une autre mais il faut que le cherche.

Ce qu’il ne dit pas, c’est que l’objet en question, en plus d'être minuscule, peut être partout où s’est trouvée Sappho. Laissant un autre instant passer, Lysias a fini par marmonner.

-Et aussi, j’en ai assez d’être faible.

L’air est venu effleurer les pattes de l’araignée avant de finir aspiré, sur le nymphe.


_________________________________________________________


Illusion | Désillusion
Fiche
Artefact en possession: *Dÿa Meÿe't Feirk", ou le Souffle de Meÿe*
Revenir en haut Aller en bas
Svada Nir
avatar
Nombre de messages : 95
Âge : 42
Race : Hybride Araignée (Veuve Noire)
Poste : Tuteur Élémentaire
Magie Contrôlée : Terre

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageJeu 6 Sep 2012 - 20:21

Spoiler:
 

" Hum... personne ne naît en sachant manier une arme, ni pour en user. Personne ne devrait y être obligé non plus... Pourtant, sans arme et sans technique, on ne peut pas protéger ceux qu'on aime. "

Elle avait dit ceci.. presque sans le penser. Ou bien en le penser fortement ? La sensation était étrange. Les mots lui étaient venus naturellement, comme si cette phrase si sage était en elle depuis longtemps. Son bras droit la picotait un peu, et la sensation euphorisante du savoir disparut. Pendant à peine quelques secondes, elle avait entendu tant de mots, vu tant de scènes de son passé, comme des réminiscences. Et puis plus rien, la source s'était tarie et son esprit se retrouvait dans le noir. Le curieux phénomène avait-il déjà eu lieu ? Difficile à dire, tant il avait des airs d'éphémère. Elle secoua sa tête, un peu choquée. Elle hocha la tête en sentant l'Air du nymphe vibrer autour d'eux, souffler entre les arbres minces au pied des Sommets Endormis.

" Bah, qui sait ? Peut-être était-ce un Dieu ou bien quelque créature mystérieuse de cette Île ? "

Elle esquissa un sourire. Les Dieux hein ? Svada ne pouvait nier que ceux des éléments aient existé. Toutefois, elle n'avait pas pour coutume de leur adresser des prières vides ou des offrandes, à vrai dire, elle n'avait jamais eu de croyances. Elle croyait en son existence et n'avait peut-être pas les capacités de se poser d'autres questions. Elle toussota lorsqu'il se moqua d'elle, et ne répondit rien à sa détermination : elle n'avait pas à influencer des choix si intimes.

Les pensées maussades après avoir raté sa toile, ne l'atteignaient même plus. Une araignée incapable de tisser ? Ah c'était pitoyable. Malgré les encouragements de Lysias, elle avait encore échoué, et ne voulait pas en parler. Elle n'avait pas tellement honte non, elle se sentait juste rabaissée. Tisser, c'était ce qu'elle faisait depuis son enfance, quand, toute petite, elle ne pouvait qu'imiter les petites araignées et faire des pièges primitifs avec sa toile. C'était ce qui lui avait permis de survivre. Certes, elle pouvait encore le faire ça... Mais passer tant d'années à se perfectionner, à se sentir hybride et si fière de cela, pour ne plus jamais y arriver en vieillissant ? S'il y avait encore des dieux, ils devaient être bien cruels.


" Merci Lysias... " Elle soupira de fatigue. " Hey bien, ce fameux sort censé détruire les démons. À part dans la Bibliothèque de la Cité - en espérant qu'ils n'aient rien brûlé -, je n'ai aucun espoir de trouver un remède. Alors qui sait ? Une magie aussi ancienne et puissante aura peut-être ce pouvoir. Ou rien du tout. " Elle écouta sa réponse avec attention, et la rumina un instant. " C'est un bel espoir, tu as de la chance. "

Et le silence, lourd de sens. Peu d'élémentalistes réagiraient comme elle, avec autant de flegme. Ceux qui ne vivaient que pour exterminer les démons ne l'entendraient pas ainsi. Et même Svada trouvait cela étrange de vouloir préserver autant ceux qui nous attaquaient que nous-mêmes. Pourtant, elle ne doutait pas que Dame Ruby serait d'accord avec le nymphe. L'instinct lui disait que c'était bien de la sagesse et non de la folie, que de souhaiter le moins de morts possible, même chez les démons. Enfin... En plein combat, ce genre de question ne l'effleurait pas. Tuer un démon était le meilleur moyen de survivre soi même. Il n'y avait pas à réfléchir... malheureusement ? Puis il enchaîna sur un objet perdu. Elle avait du mal à se concentrer, son bras la picotait un peu tandis qu'il le décrivait. Difficile à de prêter attention à ses paroles... Perle... Perle... Faible... Elle essaya de se reprendre, tenta de répondre... Son crâne bourdonnait, elle grimaça, et se gratta la tête.

" Tu n'es pas faible... arg mon crâne ! "

Elle se prit la tête entre les mains et se plia en deux, ses poils se hérissèrent sur ses pattes, et ses mandibules sortirent de sa bouche par réflexe. Elle voyait, par flash, des souvenirs bigarrés et disparates, sans liens entre, avant qu'elle ne perde la vue. Des allers, des retours, le Chef, des résistants... La Forteresse... Les images défilaient, sans s'arrêter, c'était trop. Dans un cri strident, elle s'écroula, tandis que des oiseaux piaffèrent et s'envolèrent de peur. Elle gisait, semi consciente, tremblante, par terre, le crâne en feu, les yeux pleins de terre. Ses pattes gauches étaient écrasées sous le poids de son abdomen mais c'était un moindre mal par rapport au reste. Elle se griffa la peau, cherchant à arracher la douleur sous sa peau. Et les souvenirs, les images affluaient toujours, elle n'entendait rien, ne voyait rien. Elle avait peur... et elle s'évanouit.

[Flash]
" je suis un simple résistant, je... "
Une tour délabrée...
" ...j'ai trouvé ces deux là étendus par terre... "
La nuit était si avancée, si fraîche, les arbres chantaient avec l'Air.
" Je crois bien que l'un d'entre eux est un démon... "
Des chaînes, des enfants enchaînés... ou des guerriers blessés ?
" Il faut les mener à la Forteresse, Passeuse. "
Une fillette si calme ainsi endormie mais...
" ... Passeuse. "
Elle tousse oui, elle s'étouffe même, les yeux mi clos.
" Pass.... "
Le noir... obscurcit ma vue.
" ...da... "
Elle crache une Perle. Et ... c'est ma main...
" Svada ! "
[Flash]

Elle se réveilla en sursaut, sortant du noir pour le noir. Une voix l'avait appelée et l'appelait toujours. Son mal de crâne n'était pas parti, ni le feu sous son poignet droit, mais c'était supportable. Elle rangea ses mandibules, et retroussa ses lèvres, bien décidée à se redresser. Ses pattes s'engourdissaient et la démangeaient. Elle se sentait bien faible. Elle passa ses pattes au dehors tout en se redressant, restant tout de même l'abdomen posé sur le sol. Elle prit de grandes inspirations avant de parler.

" Je suis désolée, c'est la première fois que... Tu as dû avoir peur. Ah ma tête... " Elle posa sa main froide sur son crâne, apaisant la surchauffe. " Je ferai mieux de rentrer chez moi, je crois. " Avait-elle rêvé ? Une perle noire et bleue pâle... ce souvenir assez lointain, ne lui revenait plus. Et pourtant, la perle, elle l'avait eu entre les mains. Pourquoi ce souvenir lui était-il apparu à cet instant ? Elle remua son poignet auquel pendait le pendentif. Non, impossible. Son front était brûlant, et elle s'entêtait à chercher ce qu'elle avait fait de la perle, tant que l'image était claire dans son esprit... embrouillé. Elle leva un bras, et empoigna celui de Lysias - après l'avoir localisé, plus ou moins. " Viens avec moi ! "

Elle avait presque crié, ce n'était pas dans ses habitudes. Cependant, une détermination farouche l'obsédait à cet instant : son mal de crâne ne partirait pas tant qu'elle n'aurait pas fait le point. Et le seul endroit où elle avait pu ranger ce petit bijou... ne pouvait être que son chez elle. Et elle le guida tant bien que mal, les pattes tremblantes, le souffle court, le poignet droit rouge. Jusqu'à son chez elle, Svada le traîna, dans sa bicoque de bois, de feuilles et de toile, à sa taille mais modeste. Chez l'araignée.

_________________________________________________________

Image Originale : Di
Revenir en haut Aller en bas
Lysias
avatar
Nombre de messages : 146
Race : Nymphe Mâle
Poste : Elève
Magie Contrôlée : Air

Feuille de personnage
Puissance:
443/1000  (443/1000)
MessageSam 8 Sep 2012 - 22:26

Pourtant, sans arme et sans technique, on ne peut pas Protéger, avait répété une voix dans sa tête. Lysias n’avait pu s’empêcher de lever la tête vers la Passeuse, et s'y était figé un instant, comme si elle venait de provoquer un remous dans son passé. Finalement, l'aera s’était abstenu au silence. Puis la conversation s'était tournée vers les artefacts. Lysias aimait mieux ça, du moins, se l’était-il dit, car quelque part dans le fond, le premier sujet évoquait un souvenir lointain mais encore douloureux. Les réminiscences.

-Un Dieu ? Tu veux rire ! S’il a fait ça, il s’est trompé de personne. Mais je ne pense pas que ce soit l’oeuvre d’une divinité.


Ou plutôt ne le souhaitait-il pas. Le nymphe avait déjà peine à croire en son don, alors s’il fallait y mettre des entités divines dessus, c’était de l’ordre de l’au-delà. Pourtant les conversations avec l’araignée ne le dérangeait pas tant que cela quelque en soit le sujet ; sans doute pour le recul qu’elle prenait sur le monde. Sans pouvoir lui répondre spontanément, Lysias souhaite que Svada puisse retrouver la vue qui l’handicape plus que ce qu’elle ne l’est réellement. L'existence d'un ancien sort capable de lui faire voir de nouveau... Le nymphe voudrait y croire tant qu'il n'y a pas de certitudes. Il lui partage ensuite le sujet qui animera son quotidien proche, des intentions bafouées par le passé, et est encore lancé dans son explication lorsqu’il sent Svada brusquement s’agiter.

D'abord surpris, il tente alors de l’appeler plusieurs fois en essayant de lui saisir les mains, mais dans son affolement, l’araignée semble avoir perdu tout contrôle. En cet instant, la nature se dépouille de toute ombre de vie, brutalement délaissée par les oiseaux alertés; elle est comme un suspens devant l’étrange spectacle qu’offre un nymphe tentant de calmer une hybride en crise. Par plusieurs fois, Lysias tente d’apercevoir un corps suspect autour d’eux, un moindre mal qui puisse expliquer une telle réaction, en vain. Impossible de comprendre et surtout, de maîtriser les mouvements désarçonnés de son amie, alors qu’elle est en train de se tordre de douleur au sol. Lysias essaye encore de la ranimer en l'appelant quand soudain, il sent toute énergie quitter le corps de l’araignée.

-...Svada !

Il ne savait pas ce qu’elle avait vu, mais n’était pas certain de vouloir le voir : et pour cause, jamais la Passeuse stoïque n’avait laissé autant une faille s’exprimer ainsi, et encore moins une, trempée de frayeur.

-

Lysias est encore en train de retirer la terre des yeux de l’araignée inconsciente que cette dernière s’anime de nouveau. Il aimerait l’empêcher de se relever mais la voilà déjà sur patte, même au bord de l’épuisement.

-Mais enfin, qu’est ce que tu as vu Svada ! Arrête de bouger, tu vas... Attends, je t’ac...

...Compagne. Pas le temps de placer un mot que la passeuse l’empoigne en lui aboyant un ordre. Entre pure incompréhension et stupéfaction, le nymphe se laisse traîner en courant à demi pour égaliser ses pas avec ceux effectués par plusieurs pattes. Jamais non plus Svada ne lui avait parlé sur ce ton et son comportement avait quelque chose de déstabilisant. Un quelque chose qui défendait à l’aéra de s’interposer, ni même de l’écarter de son objectif. C’est en silence que Lysias s’est hâté dans cette promenade défilée en accéléré, jusqu’à ce que Svada s’arrête dans une cabane signée de sa patte, lieu sur lequel elle n’avait jamais invité le nymphe auparavant. Pas plus que ce dernier s’était imaginé se retrouver là bas.

Il entend le souffle palpitant de la Passeuse pas moins préoccupée, et se laisse le temps pour retrouver son propre souffle. Lysias observe l'hybride et saisit une patte, pour l’obliger à se défaire de cette obsession indéfinissable.

-D’accord, d’accord. Svada, je te suis, mais dis moi au moins ce qui t’arrive, a-t-il fait calmement. La frayeur de l’araignée a comme un aspect contagieux et si le nymphe se sait désormais aux aguets, il ne sait toujours pas contre quoi. –Qu’est ce que tu as v...

Lysias s’est interrompu, sentant nettement le filet d’air se retirer plus loin entre les arbres pour se dissoudre dans un mugissement plaintif et sourd. Face à cette réaction étrange, il a fait un pas en arrière, relâchant subitement Svada. Surpris, les perceptions en alerte, le nymphe a écouté le chant lugubre de son air. Un son bien familier qu’il n’avait plus entendu depuis trop longtemps, au point d’en avoir la chair de poule.

-Svada, a-t-il demandé à mi voix, son regard cherchant à se poser sur quelque chose de plus précis, qu’est ce qu’il y a ...ici ?

L’air reconnait cette fragrance ; l’air a tellement été marqué puis retenu par cette fragrance qu’il s’en souvient. Parce qu’il s’y est mêlé. Son élément ne parle pas, mais Lysias peut tout simplement retranscrire l’air sur ses perceptions. Cette fois pourtant, le nymphe a senti son visage se décomposer, alors qu’il relève lentement les yeux vers l’araignée.

-Qu’est ce qu’il y a ici... ?


Parce qu'il ne peut y croire.



_________________________________________________________


Illusion | Désillusion
Fiche
Artefact en possession: *Dÿa Meÿe't Feirk", ou le Souffle de Meÿe*
Revenir en haut Aller en bas
Svada Nir
avatar
Nombre de messages : 95
Âge : 42
Race : Hybride Araignée (Veuve Noire)
Poste : Tuteur Élémentaire
Magie Contrôlée : Terre

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageMar 11 Sep 2012 - 20:41

Et elle court, court, l'araignée aveugle, éblouie par ce qu'elle a vu. L'incompréhension ne la quitte pas, les questions se multiplient dans son esprit et pourtant... Son instinct peut-être, lui dit de courir pour trouver toutes les réponses. Parce que c'est ce qu'elle doit faire. Destin ? Non... La Fatalité, sans doute. Celle qui s'insinue entre les amitiés, les brise, puis les renoue, encore et encore. Celle qui met en travers de nos chemins, de nos choix, des images du passé, des images de doute. D'amertume. Svada n'est qu'un pion. Un pion... qui tisse. La Moire sans partage, la Parque aveugle et inconsciente. Qui tisse un bout de destin, un bout de terreur. La toile de tes rêves, c'est peut-être bien la trame qui se tisse en cet instant. C'est aussi celle qui se tisse en Luxania, en Erestrée et en Kalmastre. La toile... c'est celle qui nous unit, nous sépare et nous réunit, dans une course effrénée.

L'hybride aurait pu rester calme, ne pas crier, ne pas courir. Lysias l'aurait visiblement suivie quand même. Toutefois, elle n'était pas dans son état normal : choquée, éberluée, elle voulait comprendre. Pourquoi un souvenir qu'elle avait oublié, une broutille en somme, l'avait frappé de la sorte ? Quel coup du sort lui jouait-on ? Se moquait-on d'elle ? Elle se sentait folle, elle continuait vers chez elle. Et lui, il la suit. Chez elle, ce n'est qu'un tas de toile et de bois, de feuilles et de branches, entremêlés en une hutte à sa taille, comportant une simple pièce. C'était un bazar pas possible, avec sur la droite un grand vase empli de sel, dans lequel gisaient deux ou trois petits gibiers; sur la gauche, une bassine d'eau qui lui servait à sa toilette, et au fond, un creux sombre et apparemment profond qui lui servait de nid pour dormir. Entre tout ceci, il y avait quelques supports ou caisses en bois, sur et dans lesquels reposaient un bric à brac considérable. Des "trophées", en quelque sorte, des babioles allant du bout de ficelle au livre. Des souvenirs. Et parmi tout ceci... Qu'est-ce-qui t'arrive ?


" Je ne sais pas, j'ai vu... je crois que..."

Sans plus de manière, elle entre dans sa cabane et commence à farfouiller. Et puis... Derrière elle, il se braque soudainement. Elle le sent retenir sa respiration, palpiter. Elle continue de fouiller toujours. Elle a besoin de cette réponse. Ce qu'elle avait vu... Était-ce la vérité ? Elle ne sait pas quoi lui répondre. Svada reste muette et farfouille toujours... Mais à la deuxième fois, elle s'immobilise.

" Ce qu'il y a ici ? Tu le sais très bien. " Sa voix avait été claire, puis elle marmonna, comme pour se convaincre elle-même : " Je l'ai vu... J'ai vu ce que tu cherches. Je sais où elle est. "

Alors, en se redressant lentement, la Passeuse laisse le passage, ouvre la voie. Elle s'écarte de sa trouvaille, sachant qu'elle ne devait pas la toucher. Dans sa vision, il y avait un quelque chose de sacré. D'un signe de la main, avec son sourire de nouveau là, elle l'invite à s'avancer, à venir voir, lui qui pouvait voir le présent.

" Tu peux venir vérifier, de tes yeux qui voient. "

C'était vrai. Elle ne l'avait pas vue, pourtant, elle sentait que sa vision d'un passé assez lointain était véridique. Ça avait semblé si réel et flou à la fois... Mais la perle était bien là, Svada l'avait à peine effleurée, qu'elle avait compris. C'était un souvenir, mais pas pour elle. Elle était la Passeuse, celle qui transitait les voyageurs... et celle qui pouvait transiter les objets perdus. Rien n'avait d'importance, qu'importe d'où provenait la vision. Elle avait un sens, ce n'était pas son imagination. L'hybride sentit le bracelet au pendentif mystérieux peser lourd à son poignet. Peut-être venait-elle de là, sa vision. Comme elle pouvait venir d'un arbre ou d'une pomme de terre. Et puis... Qu'importe... ? Elle n'était que la passerelle...

_________________________________________________________

Image Originale : Di
Revenir en haut Aller en bas
Lysias
avatar
Nombre de messages : 146
Race : Nymphe Mâle
Poste : Elève
Magie Contrôlée : Air

Feuille de personnage
Puissance:
443/1000  (443/1000)
MessageJeu 13 Sep 2012 - 22:29

Elle déplace, retourne, fait tomber les objets pendant que Lysias sent comme un étau se refermer autour de sa gorge. D’instinct, il passe une main sur sa nuque, les doigts inconsciemment appuyés sur la marque de la Faux. C’est alors que Svada l’appelle à venir confirmer ses doutes et Lysias réalise avec un temps de retard qu’ils parlent tous deux de la même chose. Du même objet et forcément de la même personne.
Plongé dans la sensation d’un somnambule qui voit la réalité à travers ses rêves, le nymphe finit par avancer, mais chaque pas lui en coûte parce que plus il y va, plus la mort de la démone ressurgit douloureusement dans sa conscience. Dans ses souvenirs, Sappho n’aurait pas laissé traîner cette bille n’importe où. Dans ses souvenirs, il aurait dû rester aux côtés de la démone en convalescence. Il aurait dû mieux préserver ce présent au lieu d’en faire la cause qui le fasse basculer de l’autre côté de la porte. Des fautes et encore des fautes. Pour autant, retrouver cet objet aurait dû le remplir de joie ; à présent confronté à l’artefact, le nymphe se demande s’il aurait vraiment dû vouloir le retrouver. Les teintes bleues noires de la perle luisent au creux de sa main et se brouillent un instant devant ses yeux. Elle l’interpelle, l’appelle, tel un souvenir qui refuse de se disséminer dans le temps... et le fait suffoquer. Lysias aurait voulu s’assoir et se laisser engloutir dans la violence de l’instant ; au lieu de ça, il a fini par se tourner vers Svada, qu’il resitue dans le contexte, dans l’intention de lui parler pour dissimuler un reniflement.

Retirer l’air de la bille de ténèbres, n’aurait désormais plus son sens et c’est en cela qu’il enfreindrait de nouveau les paroles promises. Lysias y a refermé les doigts dessus. Qu’a-t-elle dit, qu’a-t-elle fait sur ses dernières heures, sont des questions que l’aera décide de balayer, sentant l’air revenir bruissant sur le pas de l’entrée. Un filet d’air fin devenu habituel sur ces derniers temps, s’est glissé entre les pattes de l’hybride pour venir tourner autour du poing qui emprisonne le souvenir d’une démone. Le nymphe a alors ouvert la main et l’air est venu pousser l’orbe au sol. Dans son état d’affliction, l’aera se voit encore se baisser machinalement pour ramasser la bille partie rouler par terre mais c’est à bout portant de ses doigts que l’air continue à faire avancer la bille pour l’empêcher de l’attraper. Deux fois, trois fois. Surpris de cette réaction, Lysias accroupi, finit par renoncer à rattraper la perle pour observer le manège de l’air.

-Je ne comprends pas ce qu’il raconte, a-t-il grommelé.

La bille effectue le même mouvement au sol : un trait, un autre, puis d’autres encore, déroulant comme une trace infime d’encre noire sur son sillage : les ténèbres. Et lorsqu’elle finit par s’immobiliser, la taille de l’orbe a rétréci, au grand malheur de l’aera. Il la ramasse et s’immobilise un instant, reconnaissant non sans surprise au sol le sceau Faux, à côté d’un autre symbole qu’il ne parvient à déchiffrer. Il sent également l’air effleurer un point précis de son dos, lui rappelant les runes jadis posées par la démone. Il devra se contenter de mémoriser les signes à défaut de les décrypter et quand il se relève, toute trace d’encre a totalement disparu. Disparu oui, mais en ravivant d’autres images du passé, images sur lesquels il devrait revenir, se les ressasser jusqu’à pardonner. Se pardonner.

Lysias a secoué de la tête, ravalant une autre vague de mélancolie.

-Svada... je crois bien que je n’oublierai jamais tout ce que tu as fais pour moi.

Une certitude masquée.

_________________________________________________________


Illusion | Désillusion
Fiche
Artefact en possession: *Dÿa Meÿe't Feirk", ou le Souffle de Meÿe*
Revenir en haut Aller en bas
Svada Nir
avatar
Nombre de messages : 95
Âge : 42
Race : Hybride Araignée (Veuve Noire)
Poste : Tuteur Élémentaire
Magie Contrôlée : Terre

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageJeu 4 Oct 2012 - 21:42

Comment tout cela lui était-elle venue... Elle n'en avait pas la moindre idée. Cela la contrariait profondément, elle avait l'impression que sa mémoire, son esprit avait été violé et modifié. Comme si une main glaciale avait pénétré sa tête, avait remué ses souvenirs et tout remis en place comme elle le voulait. Pourtant, elle ne pouvait nier que c'était une bonne chose. Svada avait complètement oublié la petite perle noire et bleue tombée dans l'herbe. Lysias semblait hésitant sur le fait de la saisir. Et lorsqu'il y parvint, l'Air ne sembla pas de son avis. Entre ses pattes, l'hybride sentit la magie, le pouvoir passer... Puis, avec un petit "ploc", la bille tomba par terre. La Terra sent le pouvoir des Ténèbres, elle frissonne et instinctivement place ses bras devant elle. Cependant, rien ne l'attaqua. Les Ténèbres roulèrent sur le sol, comme un jouet. Le bruit intriguait l'araignée, qui ne pouvait voir les arabesques, ni les reconstituer. Elle resta toutefois silencieuse, respectant la découverte de Lysias.

Et quand ce fut finit, il la ramassa, et ... la remercia.


" Si encore je savais ce que j'avais fait. "

Elle secoua la tête, et effleura du doigt le bracelet pendant à son poignet. Non, ce n'était qu'une babiole. Elle pouvait à peine sentir du pouvoir en lui. Pas plus que dans un arbre ou une fleur... Elle y réfléchirait plus tard à vrai dire, elle avait bien d'autres choses à penser. Comme son rôle dans les plans de Dame Ruby, ce qu'elle ferait dans les situations difficiles, ce qu'elle ferait si elle devait choisir. Svada posa une main sur l'épaule du nymphe. Un geste commun, si simple... À la fois tellement banal et absolument primordial. Et ils restèrent ainsi, un temps incertain. Il y aurait bientôt une nouvelle guerre, un nouveau chapitre. Et personne ne pouvait prédire qui en sortirait vainqueur, qui mourrait, qui vivrait... Et si la victoire aurait le goût du sang ou serait totale... Rien n'était certain en ce monde.

" Je resterai sur l'île pour protéger ceux qui ne se battront pas. " Elle sourit dans le vague. " De toute façon, dans une mêlée, je serai tuée en un coup. "

C'était vrai. À un contre un, elle avait toujours une chance... Mais dans une bataille, où elle aurait du mal à discerner les alliés des ennemis à temps, elle serait un boulet. Elle y avait réfléchi longuement, et se moquait bien que certains la traitent de lâche. Si elle se souciait des racontars des badauds, elle se serait suicidée il y a longtemps. Enfin.

" Que veux-tu faire, Lysias ? "

Elle parlait autant de maintenant que de demain, de le raccompagner que de le voir partir se battre. Qui sait ? L'esprit tortueux d'une araignée n'a pas de clé, juste des fils de toiles enchevêtrés... Elle retira sa main et resta immobile, comme à son habitude. En y regardant bien, elle pouvait rester statufiée pendant des heures. Sans doute un instinct de chasse. Oui, en vérité, elle aimait bien les habitudes, que les choses restent comme elles sont. Pourtant, bientôt, tout changerait à nouveau, le monde basculerait dans un autre sens, et elle devrait être quelqu'un d'autre. Gardienne d'abord, Passeuse ensuite... Et puis quoi après ? Protéger, toujours protéger. Elle avait pourtant échoué tant de fois. La Perte d'Elament ne la hantait pas, cependant, elle et les autres gardiens auraient pu... auraient dû sauver tout le monde. Et à cette époque, elle croyait y voir clair, alors qu'elle ne savait rien. Arrogante, elle l'était toujours un peu, fierté d'araignée, toutefois, elle avait perdu un peu de sa verve. Et qu'allait-elle perdre encore après cette bataille imminente ? ... Alors, elle serait Gardienne, encore une fois, pour Elament. Et toi ?

_________________________________________________________

Image Originale : Di
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-