Partagez | .
 

 Arrivée Sinueuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar
MessageDim 13 Fév 2011 - 6:22

Sinueuse et élégante, la trace de son passage s'étalait doucement au long de la forêt. Je ne vous parle pas là des vulgaires pas d'un simple humain, mais bien du sentier propre au passage d'un serpent conséquent, d'un être mi-Lamia mi -Incube : Aesma Volere. En remontant ce chemin de terre, on arrive aux cotés de l'élégant personnage. Un plastron de cuir couvrait son torse, bien que la chose semblait souffrir d'un profond col en V. Là où pour vous se trouveraient des jambes, on constatait une longue queue d'écailles et de pics, ne mesurant pas loin de 5 mètres de long. Ceci dit, rien de tout cela n’effrayait, au contraire, l'ensemble était si harmonieux, ne serait-ce que par les muscles bombés de son torse, ou les courbures élégantes de sa queue, qu'on restait béat devant tant de charmes. Mais le sourire narquois qui déformait ce doux visage ne trompait personne, c'était bien un démon qui parcourait ainsi les landes. Sa destination semblait inscrite dans le sol lui-même : la Sombre Elament. Là où il n'y avait au départ qu'une forêt empreinte de ténèbres se dessinait des terres véritablement mortes. Témoins des brutaux locataires de la citée divine, les arbres, dénudés de leur cortège feuillu, donnaient l'impression d'être transis par un froid inconnu. Le sol lui même, bien que fait de terre, ne présentait pas la moindre trace d'herbe. Sa couleur noire, et son aspect presque aride trahissait d'anciens incendies, et une absence manifeste de toute vitalité.

Pour comprendre ce qui emmenait le Prince fantôme vers cette citée déchue, je veux dire, hormis son ambition et son opportunisme, il fallait regarder dans le sac de toile qui ornait son dos. Une lettre manuscrite s'y trouvait, écrite sur un parchemin un peu terne, mais d'une façon si élégante et, oui, suffisante, qu'elle trahissait l'ascendance noble, et donc puissante, de ce simple mot. Apparemment, des échos de l'aisance du Prince dans la branche Chaotique auraient traversé la muraille d'Elament, et naturellement, le Mage était « convié » à exposer ses talents. C’était le genre d’invitation qu’on ne refusait pas, tant est qu’on tienne un tant soit peu à la vie. Après tout, le Galant avait déjà entendu des rumeurs sur la puissance des élémentalistes, et penser que des démons avaient su les déloger dans leur propre bastion, c'était assez en dire sur la puissance supposée des maîtres de lieux. De plus, l’Ambitieux avait le pressentiment qu’un pan de l’histoire se jouera dans cette citée, alors autant s’y faire une place! D’ailleurs, une odeur ferreuse ne tarda pas à emplir l’atmosphère. Pour tout démon, cette senteur qui excite les sens est aisément identifiable : celle du sang. Même pour lui qui ne partageait pas les penchants de ses semblables pour les senteurs putrides et cadavéreuses, il devait bien avouer que l’hémoglobine ne manquait pas de le rendre plus animale, plus bestial, plus... Lui même? Néanmoins la nature de ce parfum ne tarda pas à s’illustrer, et ce notamment par les murs rougeâtres de la citée.
Enfin, le pourquoi de son périple daignait se montrer. Ternie et brisée par l’enfer, le Phare du monde faisait pâle figure. Celle qui autrefois rayonnait de pureté n’avait su résister à la corruption de ce monde, et l’Hybride fut même déçu de constater à quel point la présence centenaire des élémentalistes avait été si aisément balayée. Déception et fierté, voici ce que lui inspirait la citée déchue, car si il s’était attendu à trouver un lieu encore empreint de Lumière, il faisait partie des vainqueurs, et en cela il ne pouvait qu’être fier de constater la puissance de son camps.

Au fur et à mesure de son avancée, les murailles prenaient des formes, et confirmaient la teinte sanguine qui détonnait au loin. Le soleil peinant à filtrer à travers d’épais nuage ne rendait que plus sombre la ville infernale, donnant, paradoxalement, de plus en plus d’assurance au convive. Déjà, la porte légendaire apparaissait face à lui, et contrairement au reste elle restait digne et fière. Rien ne semblait pouvoir souiller le portique éternel, si bien que le mage dut revenir sur sa première impression : Non, la magie antique n’avait pas encore été domptée. D’ailleurs il n’y avait nul besoin de toucher les imposants battants pour comprendre qu’ils étaient inviolables, empreints d’une force que même lui, un maître d’une arcane, ne pouvait que contempler.


« Bien, let’s go! »

Aussitôt dit, aussitôt fait. Prenant une profonde respiration, l’Invité s’apprêta à faire montre de ses pouvoirs, et déjà une aura brumeuse épousait les courbures de son corps. Ses mains se rejoignirent dans un claquement anormalement puissant, transformant la simple aura en un halo ténébreux, bien plus imposant, et oui, plus chaotique. Ondulant comme à son habitude, Aesma se mit simplement à « ramper » sur l’air. En réalité, cela n’était que la conséquence de l’annulation de l’effet de la gravité sur son propre corps, mais le rendu n’en restait pas moins saisissant. Au contraire, le charmant enjambait littéralement les murailles légendaires, faisant ainsi une entrée dès plus originale dans son futur terrain de jeu. Évidement, autrefois cela eut été possible, mais dans le sang, les fils de la Faille avait su brisé une magie bien trop fière et éclatante. Quoiqu’il en soit le Charmant avait pénétré la Sombre Elament, et déjà l’atmosphère empreinte de sueur et d’émanations diverses de corps plus ou moins vivants châtia son odorat. Non, cela ne le gênait pas outre mesure, mais il préférait largement le luxe et l’opulence des nobles à la crasse et la débauche de la plèbe. Après une entrée si peu commune, le Manant ne pouvait espérer passer inaperçu, et déjà deux choses plus ou moins imposantes s’avançaient. Si le trio avait en commun son ascendance reptilienne, il n’en restait pas moins qu’en ce qui concernait les deux Nansrarés, celle-ci était beaucoup plus marquée, et beaucoup plus hideuse. Il y avait une différence évidente entre eux, ne serait-ce que par les habits élégants et raffinés du prince, qui contrastaient honteusement avec la nudité des deux autres. Comme comité d’accueil, il y avait mieux, mais peut-être auraient-ils l’intelligence de se montrer courtois?
Enfin espérons le, car passablement énervé par la laideur de ses interlocuteurs, le mage n’hésiterait pas longtemps avant de libérer le monde de pareilles erreurs. Tout était en place, lui était fièrement debout, du haut de ses deux mètres, tandis que le reste de sa queue tournait autour de lui, formant une splendide spirale ascendante. On pouvait même constater la tête hideuse qui formait la « pointe » du membre, mais qu’importe sa position, l’agacement que trahissait la veine naissante sur son front était bien plus alarmant.


« C’est donc là tout ce que mes hôtes ont daigné m’offrir comme escorte?! »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Senector
avatar
Nombre de messages : 200
Race : Drewoor Loup (Loup ? Si vous l'dites)
Poste : Ancien Chevalier Démoniaque
Magie Contrôlée : Ténèbres (avec un Zeste de Chaos venant de Swa)

Feuille de personnage
Puissance:
960/1000  (960/1000)
MessageDim 13 Fév 2011 - 21:04




Le ton était donné et les Nansrarés se trouvèrent à juste titre offensés. Les deux bêtes se complétaient, l’un grand et robuste à souhait contrastant avec l’autre plus fin et épineux. Ces deux-là ne se sont encore jamais séparé et ça n’étonne personne. Après-tout, les nansrarés n’aiment pas vraiment la solitude. C’est évidemment une règle qui peut se vouloir fausse par moments. Aussi étonnant que ça puisse l’être, ce n’est pas le plus grand qui répondit à l’arrogance de ce Lamia. Il n’était pas grande gueule. Non, regardez plutôt ce petit à la langue bien pendante et malicieuse. C’est d’’une voix ricaneuse et maline qu’il répondit.

"  - Peut-être que tu ne vaux pas une meilleure escorte… ! Petit malin. "

L’autre fit un mouvement de tête sans aucune délicatesse. Y’avait pas à chipoter sur la signification, elle était simple et basique _ suis nous et ferme là_. Non franchement, ce couple de rigollots se souciait très peut de la taille de l’invité, ils étaient chez eux et comptaient évidemment se gaver de plaisir à faire tourner les gens en bourrique. Apparemment, le Lamia était un invité… ils avaient sauté sur l’occasion comme si de rien était. Savaient-ils au moins qui était cet invité ? Bien sur que non voyons. Ils se fendaient la poire et voilà tout. Mais les bonnes choses ont toujours une faim et malheureusement elle allait être trop rapide. Comme un doux murmure au loin, le chants des ténèbres si délicieux et presque inexistant, glissait dans une ruelle. Quelques lucioles se détachèrent du fond obscure qui repeignait les murs délabrés de la cité.




Laissez donc les rumeurs et les comptes d’Elament… laissez vos idées perdues. Voyez alors la grande, la majestueuse et lugubre Elament… la Sombre. Chaque coin d’ombre se noie dans le doute et le cauchemar. Chaque ruelle murmure la douleur de la guerre. Chaque pierre est enduite de cendres et de sang. Laissez vous glisser, serpent venimeux, dans l’antre du chaos. Car vous avez la chance d’y être convié.  Chaque pas qui s’écrasait sur le sol avait droit au soulèvement léger des cendres et de la poussière qui dormaient là… depuis ce jours funeste. La nature, sauvage et fourbe avait commencé à reprendre ses droits sur la cité longtemps soignée. Il était deux, se croyant légion, déambulant de toute sa grandeur. Vu comme un maître chien autre fois muet, c’est un Chevalier Démoniaque qui marchait avec fière allure en direction de l’entrée d’Elament la Sombre. Combien de fois avait-il fait ce chemin depuis leur triomphe ? Combien de fois le ferait-il encore ? Vêtu élégamment d’un long manteau noir au col rouge, le démon approchait, les mains cachées par des gants en cuire noir. De rouge et de sang… tel la cité en cet instants. D’os et de chaire… destin sinistre.

Son sourire à jamais incrusté sur son visage, le voilà non loin des deux Nansrarés. Vermine des bas-fond ! Elles avaient ce petit quelque chose qui intriguait toujours Senector. Des créatures difficiles à cerner en bref.  Mais il était là et Senector ne s’attendait pas à voir pareille beauté et autant de grâce. Pourtant si. De ses 1m80 environ, le chevalier devait malheureusement lever les yeux pour rencontrer ceux de son futur interlocuteur. Mais il ne se sentait pas diminué pour autant. A ses pieds, de taille imposante, un loup blanc s’était assis, balançant un regard au ciel. En réalité son corps se voulait presque humain, trop élancé pour être un loup… le soleil se cachait et ça valait mieux pour lui. Eux. Atroce lumière, beauté intouchable. Mère nature était odieuse avec eux. Le Maître chien pencha la tête du côté gauche en faisant craquer la nuque une fois sa marche stoppée à quelques mètres du trio. Les deux nansrarés arrêtèrent leur petit jeu stupide et sans intérêt autre que d‘emmerder leur monde, comme deux bêtes affamées et déçues de la présence de Senector. La hiérarchie n’était pas toujours respectée tant qu’il ne s’agissait que de rotures démoniaques et petits soldats, mais ils savaient tous deux qu’en face se dressait une toute autre classe.

Les lucioles peu nombreuses flottaient autour du démon comme attirée par une aura non perceptible. Il resta là, planté comme une statue de marbre pendant un peu moins d’une minute, admirant la situation. Un grognement raisonna dans l’espace, triplant sa voix comme s’ils étaient trois. Quelques échos très nets et doux du grognements suivirent comme s’ils filaient dans une pièce vide. Les deux nansrarés filèrent sans discuter, comme deux chiens filants la queue entre les jambes… oreilles peu fières après avoir été grondé en montrant du doigt et du fouet leur bêtise absurde.


"  - Ne leur en voulez pas… ils ne sauront jamais bien se tenir.  Baissez donc votre garde. Sa voix était caverneuse, filandreuse et dotée d‘une magie remplaçant les lèvres qu‘il n‘avait pas. Comment articuler sans un corps entièrement battit ? Krhkrhkrh !!!! " Un ricanement s’en suivit.

Il porta sa main droite à la poitrine et s’inclina en guise de salutations on ne peu plus polis.


" - Auriez-vous donc une lettre à me présenter… par simple hasard ? "

Le loup s’était relevé pour renifler de plus prêt l’invité. Ses yeux bleus glacés fouillaient quelque chose… certainement. Une manière surtout de s’imposer sans attendre, c’était une chose à ne jamais négliger. Manger où être mangé. La dure réalité des choses.

_________________________________________________________

Âgé d'environ 450 ans

http://ziokoh.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageDim 13 Fév 2011 - 22:10

Pauvres vermines, pensaient-ils pouvoir espérer quoique ce soit de la vie après tant d'indécence? Non, ils devaient être châtiés, et ce non seulement pour satisfaire l'égo aiguisé du prince, mais parce que nous étions dans une monde de violence et de puissance. L'invité ne doutait pas que, ici comme aux enfers, la moindre marque de faiblesse, ou même de clémence pouvait s'avérer l'opportunité suffisante à quelques opposants trop zélés. Et puis quoi, ils voulaient s'amuser non? Et ben qu'ils s’apprêtent à apprécié le ballet détonnant qu'on daignait leur offrir. Déjà les yeux ténébreux d'Aesma recherchaient les iris pernicieux du plus frêle, et pourtant plus hardi, de ses guides du moment. Ce dernier, plein de suffisance, ne se priva pas de défier le regard qui lui était opposé, et déjà , un souffle perfide s’infiltrait en lui, creusant lentement les couches superficielles de son esprit afin d’atteindre les fondements même de son âme, et de les briser sans plus de cérémonie. Enfin, c’est ce qui aurait du se passer si une curieuse mélodie n’avait pas brisé l’entrevue. Ce genre de symphonie, à la fois inquiétante et élégante, ne pouvait être l’œuvre d’une simple loufoquerie démoniaque. Non, se répandant le long des murs, s’étalent en échos toujours plus profonds, ces notes envahirent l’atmosphère, accaparant pour l’occasion l’attention du Convive.

Un être marchait lentement vers le trio, fier d’une démarche mesurée, mais pleine d’assurance, le nouvel arrivant annonçait bien la couleur. Ici il était chez lui, ici il était le maître, et dans sa condescendance il daignait nous offrir un peu de son temps. La réaction des Nansrarés trahissaient la puissance qui s’était inviteé à la scène, toutefois l’Hybride lui n’en savait rien. Se contentant de scruter les choses mi mortes mi vivantes qui s’avançaient à lui, il ne savait qui, du loup ou de l’humanoïde était le plus intrigant. Sa longue vie lui avait déjà permis de rencontrer des Drewars, et cette aura malsaine qui émanait de l’animal, ce lien tortueux qu’entretenait les deux êtes, non, il n’y avait aucun doute sur la nature de ce démon. Quoiqu’il en soit notre Apollon, frustré comme il l’était de n’avoir pu terminer son châtiment, ne tenta même pas de feinter une quelconque sympathie pour son nouvel interlocuteur, et ce dernier ne dut qu’à la politesse dont il fit preuve de ne point se faire renvoyer.

Bien que son « charme » laissait à désirer, cet être, ou plutôt ces êtres faisaient déjà de plus élégants hôtes que les deux choses reptiliennes qui l’avaient abordé précédemment. Répondant à la courbette par un simple signe de tête, l’élégant semblait presque hypnotisé par la dualité qui lui faisait face. Il ne savait quoi penser, tant la déférence dont faisait preuve le « maître » contrastait énormément avec la suffisance du Loup. Alors qu’il sorti du sac qui pendait à son dos un parchemin jaunâtre, le canidé se permit de le...renifler. Non, ce n’était pas là l’acte inconséquent d’une bête un peu naïve, mais bien l’action du propriétaire qui, en toute insouciance, vérifiait l’état de sa « marchandise ».

« Vous parlez sans doute de cela... Ah... Excusez-moi. »

Si la condescendance pouvait s’incarner dans ce monde, elle choisirait sans doute le ton terriblement malicieux d’Aesma. Las du comportement ambigu de son hôte, il désirait mettre les points sur les I, et lâcha donc « accidentellement » sur le prédateur qui, quelques secondes plutôt, s’hasardait à humer son odeur, la lettre qui lui était réclamée. Bien-sûr, il ne fallait pas s’attendre à ce que le Prince ramasse le mot, non, il était bien plus plaisant de planter ses yeux d’ébènes dans ceux du Drewar, et de le gratifier d’un léger sourire en coin. Ce n’était certes pas un ordre explicite, mais on pouvait aisément lire l’injonction dans son regard : « Ramasse, et montre toi un peu plus soumis à celui qui t’es supérieur ».

« Sinon, à qui ai-je l’honneur? »

Sans doute aurait-il du poser cette question plutôt, auquel cas il ne se serait jamais permis de tels actes. Ceci dit le fait d’être convié à la cour royale l’avait quelque peu grisé, le rendant moins conciliant qu’à son habitude. Peut-être était-il temps que quelqu’un le ramène un tant soit peu à réalité de son rang?
Revenir en haut Aller en bas
Senector
avatar
Nombre de messages : 200
Race : Drewoor Loup (Loup ? Si vous l'dites)
Poste : Ancien Chevalier Démoniaque
Magie Contrôlée : Ténèbres (avec un Zeste de Chaos venant de Swa)

Feuille de personnage
Puissance:
960/1000  (960/1000)
MessageLun 14 Fév 2011 - 3:20

L’humour planait mis-haut, mi-bas… encore un rigollot ne sachant pas se tenir. Un rigollot ? Peut-être pas tant que ça, mais le mot restera dans les pensées du chevalier tant qu’il n’aura pas reposé une ligne de discipline, barrière à ne pas franchir, un code de conduite à respecter. Et cette ligne pouvait être très douloureuse si on ne s’y pliait pas sans broncher. Lui qui se voulait souvent d’une politesse sans égale pouvait se montrer d’une arrogance à défriser d’autres petits idiots se croyant eux aussi dotés d’une arrogance immense. C’était un jeu qui ne le dérangeait pas. Au contraire, au final il fallait certainement avouer qu’il en jouissant pas mal. Quelques lucioles jusque-là posées sur sa veste et sa fourrure, endormies dans un sommeil profond, se détachèrent du duo de corps pour rejoindre leurs sœurs. Certainement avaient-elle ressentit le sang bouillonner d’une substance ténébreuse, glissant entre les veines, côtoyant les artères, souriant au cœur qui battait sans relâche dans ces corps étrangement en vie… pourtant déjà bien attaqués par la mort. Il inspira profondément de son corps humain avant d’exprimer son mécontentement sans colère aucune. La colère… tsss ! Elle n’avait pour l’instant pas lieu d’être.

"- Ha bon… parce que tu crois vraiment que je vais ramasser comme un bon toutou ton bout de papier ? Je pourrais me faire une joie de te le faire avaler et d’oublier ta venue… " Il avait très bien entendu la question et sa réponse ne se fit pas trop prier. Dans un calme toujours aussi profond, il enchaîna alors… " Bien… nous sommes Senector, Chevalier Démoniaque sous les ordres du Haut-Roi. "

Il n’avait pas pour habitude de parler de lui à la quatrième personne, en général il se disait légion. Mais ça lui arrivait parfois, lorsque la situation se montrait comme une muse dans sa folie certaine.

" - J’ose donc espérer te voir ramasser ta bêtise au plus vite… que je puisse te conduire où il se doit."

Senector préférait souvent passer par les mots avant de devoir par la force des choses s’imposer avec une petite démonstration quelconque de sa maîtrise dans l’art de la magie démoniaque. Il ne jugeait tout simplement pas utile d’employer la force tant qu’on ne l’agressait pas corporellement (ou toute agression à l’aide d’une magie, d’un sortilège quelconque) ou qu’on ne lui tenait pas tête trop longtemps. Le corps bestial recousu par endroits, cloué à d’autres, n’avait reculé d’une griffe. Les oreilles légèrement plaquées en arrière. Non, l’animal ne montrait pas les crocs. Pas encore… le calme était une clef que Senector savait maîtriser. Ôtez les masques !!! Pensait-il sans-cesse depuis des jours et des mois. Ôtez les masques, qu’ils tombent et se fracassent ! Cette pensée ne l’avait jamais lâchée depuis la perte du sien. Pourquoi alors maintenant au beau milieu d’une entrevue, venait-elle chagriner ses souvenirs ? Peut-être parce que la folie ne sait pas dormir.

Ôtez les… à nu vous serez vrais ! La pensée se dédoublait dans ses têtes, comme perçue de manière différente et pourtant si… si proche et jumelle. Alors, une fois de plus, encore et encore, Senector se savait être un paradoxe avant d’être Légion. Et il souriait encore inlassablement, sans lèvres et sans peau, regardant de ses orbites creuses et profondes… la réaction à venir de l’invité un peu trop ignorant à son goût. Tandis que de ses yeux bleus, il jetait encore quelques regards au ciel
_ Soleil… je te haie de ne pas pouvoir t’aimer !!!! Je te haie de te voir me rejeter._

_________________________________________________________

Âgé d'environ 450 ans

http://ziokoh.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageLun 14 Fév 2011 - 3:52

Ah enfin, l’ambigüité était levée, et au moins le Prince savait-il désormais que son guide ne lui était point soumis, au contraire. D’une certaine façon, il était plaisant de constater que certain démon se paraît encore de politesse par pure choix personnel. La plupart du temps, la déférence restait une marque de soumission, mais le mage aurait du le savoir mieux que quiconque, puisque lui même est adepte de cette politique : être respectueux ne signifie en rien être inférieur. Au contraire, la bête, dans son ignorance, se contente d’aboyer des cris gutturaux, puisque c’est tout ce qu’elle peut faire, mais seul le véritable être pensant pouvait se permettre de faire montre d’élégance et autre marques d’un esprit quelque peu éduqué. Quoiqu’il en soit, le nom de son interlocuteur tira rapidement Aesma de ses rêveries. Sénector, effectivement, même pour quelqu’un de son rang, ce nom ne manquait pas de poids. D’ailleurs, son sourire en coin se transforma en un sourire crispé lorsqu’il se rendit compte du risque qu’il venait de prendre. Provoquer ainsi un chevalier démoniaque, c’était lui donner le prétexte nécessaire à son exécution, et sans doute l’impétueux ne devait-il qu’à une lubricité passagère sa survie.
Quoiqu’il en soit il ne tenta point sa chance, et ouvrant sa main droite, il la tendit vers le parchemin, qui sans plus de résistance que cela traversa de lui même la distance que le séparait de son ancien propriétaire. La branche chaotique avait au moins le mérite de lui éviter une courbette disgracieuse face à pareille personnalité. Et déjà, sa main élégante se tendit vers le Drewor, lui montrant la dite invitation.


« Aesma Volere, voici mon nom, et je suis enchanté de faire votre connaissance. »

Non, il n’y avait pas dans sa voix le ton implorant d’un chiot craignant la fessée, mais plus l’enchantement d’un noble qui venait enfin de rencontrer quelqu’un de son rang, bien qu’officieusement, le Prince fantomatique était encore loin des exploits du Senector. Quoiqu’il en soit son orgueil ne pouvait souffrir d’être trop soumis, aussi ne le fera t’il qu’en dernier recours. Pendant ces quelques paroles, la queue écailleuse de l’hybride se posa lentement sur le sol, et usant du déplacement si caractéristique de sa race, le presque Lamia « rampa » aux cotés du maîtres. Non, il ne se permettait pas d’ignorer le loup, car sa queue avait prit bien soin de ne même pas effleurer le poil de ce dernier, mais il faut avouer qu’il était bien plus aisé de porter son attention sur un être parlant. Bien entendu, lors de ses ondulations, son buste ne toucha jamais le sol, le maintenant à sa taille confortable qui le plaçait « au dessus » du Chevalier.

« Hum... Par simple curiosité, que vous a-t’on dit sur les raisons de mon invitation? »

Non, il n’essayait pas simplement de faire la conversation, mais bel et bien de prendre le pouls des lieux. De plus, même si sa précédente action signifiait qu’ils pouvaient commencer leur petite marche, il devait tout de même y avoir une distance non négligeable à parcourir au vue du gigantisme d’Elament, non? Alors pourquoi ne pas en profiter pour prendre des renseignements d’une source dont il ignorait la fiabilité, mais qu’il savait apte à fournir des réponses plus qu’intéressantes. Surtout si cela lui permettait d’effacer sa précédente indélicatesse aux yeux d’un être qu’il était préférable de compter parmi ses alliés. Ah opportunisme, quand tu nous tiens!
Revenir en haut Aller en bas
Senector
avatar
Nombre de messages : 200
Race : Drewoor Loup (Loup ? Si vous l'dites)
Poste : Ancien Chevalier Démoniaque
Magie Contrôlée : Ténèbres (avec un Zeste de Chaos venant de Swa)

Feuille de personnage
Puissance:
960/1000  (960/1000)
MessageDim 27 Fév 2011 - 19:19

Et les masques tombèrent…

Il y avait dans l’atmosphère ce petit quelque chose qui met tout en suspension. L’incertitude certainement. Chaque chose à sa place, et chaque place a sa chose comme on dit. Senector n’était pas très bavard ce soir. Est-ce la fatigue où une simple envie de silence ? Car il aimait le silence. Les lucioles tournoyaient sans arrêt autour des corps, suivant leurs mouvements avec quelques micros secondes de décalage. Le Drewoor était déjà en marche pour accompagner l’invité et rechignait à lui répondre. Ha !!! Peut-être la flemme finalement ! Ou par désintérêt… ? Tout-est-il qu’ils étaient en marche. La question resta alors suspendu pendant une petite minute. Mais il se devait de lui apporter quelques mots. La politesse oblige.

" - Aesma Volere… mmmmMMmm… "

Lui avait-on parlé de lui ? Bien évidemment, les démons avaient besoin de ses talents. Mais Senector préférait le nier. Il n’était pas du genre à déballer toute une éloge à un invité. D’ailleurs, il n’en a jamais faite pour Iblîs lui-même, pourtant, s’il y a bien un démon qui a droit à des admirations, c’est lui. Et puis… mince, Aesma aura tout le temps qu’il lui faudra pour se faire connaître et respecter des autres. Mais chaque chose en son temps, il n’allait pas se rabaisser à ça maintenant.

" - Non… je suis simplement venu te cueillir ici pour te diriger au Palais des Feux. "

Le Palais… un bien bel endroit pour qui sait l’apprécier. C’est ici qu’on y trouve la salle du conseil. Un endroit incontournable pour Senector. Le trio passa quelques ruelles. Autrefois, ça grouillait de jeunes, ça riait, ça jouait et se chamaillait. Maintenant… maintenant c’est différent, le sang s’est imprégné dans les murs. Dans un coin d’une rue un peu plus loin, le cri d’un chat irrita le silence. Encore un de ces nouveaux vampires pas bien décidés à boire du sang humain. Le gars était accroupi là-bas, le dos totalement vouté, la tête cachée par une vieille poubelle bien crade. Un dernier hurlement strident sortit de la gorge du félin… puis plus rien. Si on avait l’ouïe assez développée, comme celle du corps animal de Senector, on pouvait entendre après ce dernier cri de désespoir, le craquement sec des os. La nuque avait certainement été brisée. Manger où être mangé.

" - C’est par ici… "

Le trio continua alors jusqu’à croiser ce vampire affamé. Les yeux exorbités, des poches de cernes immondes, une peau en décomposition. Décidément, il ne devait se nourrir que de rats et de chats celui-là. Dans son coin d’ombre, il voûta son dos comme s’il ne l’était déjà pas assez. Baissant la tête, le chat entre ses crocs, tenu entre ses mains et posé sur ses genoux. Il devait se sentir honteux et pas vraiment en sécurité face à leur passage. Mais Senector ne lui adressa pas un seul regard. _ Inutile_ semblait-il vouloir lui dire en l’ignorant. Un mince flet de vent s’engouffra dans sa longue veste de cuire noire alors qu’il dépassait ce pauvre pommé. La faim aura raison de lui… qui sait. Un araignée fila devant ses pas ce qui l’obligea à s’arrêter pour ne pas l‘écraser. Ses bras s‘étaient écartés pour qu‘Aesma ne vienne pas non plus mettre la mort à cette majestueuse petite tueuse aux longues pates. Toutes ces petites vies minuscules le fascinaient. Il avait d’ailleurs créé chez lui une fourmilière artificielle. Deux vitres face à face avec peu d’espace entre elle et de la terre pour les relier. Gueule de sang avait trouvé une reine et quelques ouvrières pour qu’elle élisent domicile ici. C’était dans ce petit coin, au fond du vieux manoir de l’Artifice qu’il l’avait placée. Ainsi, le démon pouvait l’observer durant des heures sans se lasser. Il y avait que très peu de lumière dans la pièce. Pas besoin pour lui, encore moins pour elles. Et ses yeux scrutaient le moindre tunnel, chaque mouvement d’une de ces minuscules ouvrières. Les œufs dans un coin, la Reine plus loin.

"  - N’est-elle pas resplendissante ? " ajouta-t-il sans la lâcher du regard. Elle se dandina jusqu’à rejoindre un trou au pied du mur. Quelques petites perles de sables fin roulèrent sous elle lorsqu’elle s’engouffra dans le mur.

_________________________________________________________

Âgé d'environ 450 ans

http://ziokoh.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageVen 29 Avr 2011 - 0:12

Il y avait des choses dans la vie qui font partie des simples plaisirs. Le frottement sinueux des écailles sur les dalles rances de la cité d'or, la présence élégante, et oui, un peu pesante d'un guide de renom, la vision d'une Elament déchue, offerte, sans complexe, au regard de son invité, tout cela constituait en cet instant une source de jubilation. Le sourire qui ne semblait vouloir se décrocher des lèvres d'Aesma trahissait suffisamment son excitation pour qu'il fut nécessaire de la décrire.

Comme si une Elament mise à nue n'était pas suffisante, Senector rayonnait au moins autant que la ville légendaire. Froid, poli, mais au combien puissant, il titillait l'âme du traqueur, et combien de fois le Lamia regarda le dos offert de son hôte, en rêvant d'y planter sa main? Car après tout, Fantasque il était, notre prince fantastique, pour que des fantasmes de l'être fantomatique naissent l'idée atypique, que dis-je, antinomique, de tuer celui qu'il ne pouvait, encore, abattre.
En échos à cette pensée maccabre, une ruelle s'offrit à eux. Un coupe gorge des plus classique, où même l'odeur acre de la crasse et du sang était au rendez-vous. En bruit de fond, la respiration haletante d'un vampire peu sur de lui. Chaque inspiration caressait la peau crémeuse du prédateur, arrachant frisson, et oui, plaisir. A défaut de pouvoir agir, le Volere voyait ses mains animées de compulsions systématiques : elles voulaient connaître la texture de son sang. Qu'importe le temps que ça prendra, ce qui était sûr, c'est qu'un dessein pervers venait de naître pendant les craquements d'une colonne vertébrale...pauvre chat.

Irruption, voici l'action que choisit l'assassine arachnide, qui, aussi frêle soit-elle, stoppa sans crainte l'avancée de démons. Arrêt brutal, réflexes, et les mains excités de semi-incube saisirent le bras tendu. Aucune délicatesse, juste la pression d'un spasme meurtrier. Certes, ce ne fut pas long, car se reprenant très vite, Aesma relâcha son emprise, pour ne laisser qu'une l'empreinte glaciale sur ce qu'il avait touché.


"Désolé..."

Pouvait-on être plus condescendant? Sans doute pas, mais de toute façon le Drewan ne semblait pas sensible à la provocation. Non, il était au dessus de cela. Notre impétueux ne se l'avouait pas, mais s'il voulait tant trancher ce fruit, c'est que celui-ci le fascinait. IL aimait le pouvoir, et d'autant plus si cette puissance s'ornait de maîtrise. Aussi le Volere ne fut point étonné de la question offerte en réponse de son insolence, non, au contraire, il aurait été déçu que le personnage réagisse comme tous les autres. Vaincu, pour cette par des mots effarants il s'astreint à se prendre au jeu.

"Magnifique, peut-être pas, je dirais impétueuse... au mieux."

Si pour certain ce spectacle ne manquait pas de grâce, pour d'autre, il restait insipide. Aussi, le mage détourna-t'il rapidement ses yeux de la "magnifique tueuse" pour les reposer sur le plus dangereux des assassins présents en ce moment.

"Sinon, des rumeurs courent sur sa majesté. On parle d'un pouvoir flottant, et même, de temps de succession. Qu'en pensez vous?"
Revenir en haut Aller en bas
Janus Von Raelu
avatar
Nombre de messages : 101
Âge : 361
Race : Mi-Aasimar, mi-incube ; Vampire Morava
Poste : Conseiller du Haut-Roi
Magie Contrôlée : Corruption

Feuille de personnage
Puissance:
890/1000  (890/1000)
MessageSam 30 Avr 2011 - 7:55

« - La succession est consommée, jeune prince. »
Le Chevalier et le lamia se retournèrent sur la petite troupe qui était arrivée par derrière. Formée d’une dizaine de garde d’élite des démons du palais, elle s’ouvrit et laissa place à une ombre entourée de tissus noirs et bruissant sur les pavés de la cité.

« - Bien le bonsoir, chevalier, je me demandais si vous alliez m’amener cet être remarquable qui est à vos côtés. Après tout, devrais-je vous rappeler que votre dévotion va au Haut-Roi ? fit-il avec un sourire venimeux. »

Le soleil venait d’atteindre le point de non-retour vers son déclin et Raelu avait pu sortir avec une garde armée jusqu’aux dents dans les rues de la cité. Ce n’était pas tant pour étaler sa propre puissance sur le déclin que pour intimer les meurtriers et autres assassins officiels la possibilité de le leur faire croire. Et une fois les cartes en mains, personne ne pourrait aller contre lui. Quoiqu’il en soit, il venait déjà d’avoir une discussion animée avec le conseil restreint qui avait été mis en place au départ du Haut-Roi et bien que l’Intendante n’y ai pas eu sa place, elle y siégeait tout de même. Les décisions prises en matière de politique décevaient de plus en plus Raelu et l’empire du Haut-Roi semblait décroître à mesure que toute l’administration était noyautée par les subalternes de la Faux.

« - Il serait temps de me présenter, Janus Von Raelu, Grand Conseiller du Haut-Roi, membre du conseil restreint de la Faux. Je ne vais pas tergiverser et j’entrerai directement dans le vif du sujet ; je sais que ce lieu n’a pas vraiment l’air adapté aux conversations officielles, mais dans certains cas, la rue peut être la meilleure alliée possible. Continuons jusqu’au palais ; Chevalier, j’aurai aussi besoin de vos services et de votre avis, restez avec nous. »

La situation politique avait quelque peu évolué depuis le départ du Haut-Roi et les flagorneurs de tout poil s’étaient mis en tête de grappiller un peu du pouvoir suite au vide laissé par le Haut-Roi. Janus voyait déjà la cour comme décatie et totalement décadente à son entrée au service du Haut-Roi, mais le pouvoir de ce dernier en matière d’appel et de justice ne semblait pas être discuté et discutable. L’arrivée d’un tout autre type de politique à Elament a fragilisé le monument et les cours ont failli basculer dans leur ancien travers d’avant-guerre. La corruption, la folie et la mésentente. Tout cela agrémenté de sel et de poivre sur des plaies bien suintantes et… Reprenons.

« - Votre venue à Elament résidait en un souhait de monseigneur. Mais comme ceux-ci restent éminemment important, je n’interférerais pas dedans ; sachez seulement que je vous considère comme il se doit en vous apportant le respect du à votre rang. Mais que j’attends de votre part un soutien indéfectible vis-à-vis du Haut-Roi seulement. Bien. Le Palais des Feux est dans cette direction. Cheminons de conserve. »

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Senector
avatar
Nombre de messages : 200
Race : Drewoor Loup (Loup ? Si vous l'dites)
Poste : Ancien Chevalier Démoniaque
Magie Contrôlée : Ténèbres (avec un Zeste de Chaos venant de Swa)

Feuille de personnage
Puissance:
960/1000  (960/1000)
MessageSam 30 Avr 2011 - 20:23



Quand les plans s’emmêlent et les ordres sont en désordres ainsi que les rangs jouent de leur grade...



Gueule de sang s'était retourné, la réponse venait d'ailleurs. Cette voix, il la connaissait. Qui pouvait l'oublier ? Le voilà dans de beaux draps. Le Conseiller en personne entouré d'un foutue petite troupe. Garde personnelle ? Quel beau tableau. Que pouvait-il dire ? Après-tout, il était aux ordres du Haut Roi, plus encore, un protecteur reconnu. Le choix était bien maigre. C'était comme déjà tout écrit. Il leva légèrement le menton, non pas pour envoyer un regard de haut, mais seulement par désagrément. La situation ne lui plaisait guère. Mais il n'avait malheureusement pas son mot à dire. Simulacre étant conseiller de Sappho... alors que Janus lui, était celui du Roi lui-même.

"  - Bon... soir Conseiller. " lâcha-t-il du bout de ses crocs. "- C'est évident... "

Il fit claquer ses bottes pour se rapprocher de lui, devançant Aesma. L'animal, bête blanche elle, se plaça légèrement en face du Prince, du côté opposé du son corps humain, comme pour l'encadrer de ses deux corps.

"  - Mais l'évidence se veut muette ce soir. Von Raelu. "

Il soupira entre les dents de sa gueule cadavérique. Puis passa sa main gantée dans sa chevelure flamboyante. Cette nuit semblait plus sombre que les précédentes. Bon ou mauvais présage ? Son sourire gravé à jamais était toujours d'une belle arrogance.

" - Le perfectionniste opère comme un insecte, il murmure des mots à demi-mot. Joviale petite bestiole. Mes services vous sont gratuits. Cela dit, vous comprendrez le désagrément que vous m'apportez en cette si belle nuit. Ma tâche n'est pas de vous laisser Aesma. "

Il n'y aura pas de combat cette nuit... il n'y aura pas de mort cette nuit... il... il y aura une perte. Pourtant, Senector semblait ne pas vouloir offrir ce donc au Conseiller. C'était un étrange personnage d'une intelligence certaine, beaucoup trop même. Que pouvait-il bien manigancer ? En quoi avait-il besoin du Prince... Sappho était là pour endosser le travail que le Roi laissait derrière lui pendant un temps indéfini. Évidemment, le Roi n'étant pas là, il y avait des rivalités dans l'atmosphère. Le trône se voulait bien bancale ces derniers temps. Sappho ne semblait pas prête pour confectionner un plan visant le trône. Janus lui... était beaucoup plus suspect. D'ailleurs c'était là toute la définition du Conseiller. Suspect, cachottier... manipulateur à souhait. Autant essayer d'apporter Aesma comme il se devait, au Conseiller de Sappho.

Senector n'avait pas bougé d'un pouce, barrant encore la route au Conseiller. Ce n'était peut-être pas une très bonne idée, certes. Mais il fallait s'y essayer. Le pouvoir ne tenait certainement que sur un fil.

_________________________________________________________

Âgé d'environ 450 ans

http://ziokoh.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMar 3 Mai 2011 - 22:08

Curieux hasard n'est-il pas? Surpris, évidemment il l'était, car bien que les démons soient connus pour leur audace sans pareille, ils ont également un puissant instinct de survie, hors peu sont ceux qui oserait déranger un Senector et son invité. Pourtant, sans autre justification que ses désirs, un être avait répondu à sa question, et il ne suffit qu'au Prince de se retourner pour être dissuader de toute tentative de punition. Une dizaine de chiens de garde, un homme dont l'aura, telle celle d'une araignée, vous invite à la méfiance, n'est-ce pas suffisant pour prévenir toute tentative de rébellion? Fidèle à lui même, notre élégant se contenta de sourire, tandis que sa queue traînante se lovait doucement à ses cotés.

"Consommée?"

Certes il aurait aimé en savoir plus, mais Aesma n'eut pas l'occasion d'étoffer sa requête, puisque déjà son guide prit la parole, prenant bien soin, au passage, de se placer entre son invité, et la troupe inconnue. Menace? Peut-être. Quoiqu'il en soit, ce personnage s'avéra être d'importance. Le sourire en coin du Lamia se transforma bien vite en grimace de folie (heureuse je vous rassure) lorsqu'il entendu ces mots : Von Raelu. N'était-ce pas cocasse qu'un être qui, quelques jours plus tôt, n'avait jamais vu Elament, soit d'hors et déjà aux cotés des grands noms de la cour royale? Non, ce n'était ni drôle ni amusant, ni aigre ni amer, ni ironique ni burlesque. Vous contemplez actuellement juste l'oeuvre d'un parfait opportuniste.

Quoiqu'il en soit, les choses étant ce qu'elles sont, le Volere ne s’empêcha point de regarder le conseiller, tentant tant bien que mal d'en savoir un peu plus sur le personnage. Il n'avait pas la prétention de pouvoir scruter son esprit, mais il pouvait par-contre lui offrir sa suffisance, lui montrant ainsi qu'il ne sera si simple à manipuler, tant est que cela soit dans l'intention du Conseiller.


"Et je suis ravi que nous soyons d'accord là dessus. Touché par votre accueil, sir, je vous renouvelle l'assurance de ma fidélité...au plus puissant d'entre nous, notre roi. Même si, je vous l'avoue, je ne sais quoi penser des rumeurs de ce monde. Enfin, comme vous le dites si bien, ce lieu n'est peut-être pas le meilleur pour parler de cela, après tout, qui sait s'il ne cache pas quelques conspirateurs."

Marquant une pause dans son intervention, notre beau-parleur regardant un moment l'assemblé, et plus particulièrement les deux grands qui, sans vergogne, se disputaient sa destinée. Il aurait pu réagir à la réplique de Senector, mais mieux ne valait-il pas, pour l'instant, se soumettre aux désirs de ces hôtes? Après tout, le temps où il décidera viendra bien assez tôt, pour l'instant, il se contentera de suivre...l'opportunité. Baissant légèrement les yeux, notre malin montrait sa résolution.


*Décidez tant que vous le pouvez, car peu importe la voie, je trouverai mon instant, à point nommé!*

Revenir en haut Aller en bas
Janus Von Raelu
avatar
Nombre de messages : 101
Âge : 361
Race : Mi-Aasimar, mi-incube ; Vampire Morava
Poste : Conseiller du Haut-Roi
Magie Contrôlée : Corruption

Feuille de personnage
Puissance:
890/1000  (890/1000)
MessageDim 5 Juin 2011 - 8:25

Spoiler:
 

La petite troupe armée forma un carré autour des trois personnages, de manière à pourvoir circuler sans qu’aucun opportun ne vienne les troubler… ou tout au moins pour conserver un œil sur eux, se dit mentalement Janus. Ayant réajusté son capuchon, ils se mirent en route en direction du Palais des Feux, immense bâtisse trônant au centre de la ville, et qui laissait échapper des odeurs soufrées, acides, et déversait des montagnes de cendres, tel un volcan en pleine activité.

Les rues étaient toujours aussi charmantes ; quelques cadavres traînaient ci et là, frais ou putréfiés, laissés en plan et dévalisé ou ayant servi de diner… Les mœurs des démons étant, toute la raclure la plus innommable avait fini par se glisser, s’insinuer dans ces murs. La crasse et la souillure n’avaient fait qu’une et malgré tout, certains des bâtiments commençaient à faire pâle figure. Aucune réparation n’avait été faite après la guerre, ou tout du moins seuls les bâtiments les plus importants, ainsi que ceux qui abritaient les membres éminents de la noblesse ou des commandants des armées, avaient subi quelques réparations et modifications.

La rue, empêtrée dans sa propre déchéance, donnait sur une place assez vaste pour accueillir un marché, à tout le moins servir aux défilés militaires et aux exécutions majeures. La petite troupe la traversa pour se rendre en direction de la masse sombre et informe qui disparaissait dans la semi-obscurité que quelques flambeaux tentaient de dissiper. Janus leva une main et tous s’arrêtèrent. Il se retourna vers les deux autres protagonistes.

« - Nous sommes arrivés. Vous pouvez apercevoir le Palais derrière moi. Une dernière chose. Ne faites confiance à personne ici. Pas même à nous. Certains pourraient tenter de vous rallier à une cause moins, noble dirait-on, que le service du Haut-Roi. Souvenez-vous-en. Lors de son retour les traîtres seront châtiés… s’ils ne le sont pas avant par moi ou l’un des autres généraux. »

Les soldats s’écartèrent et les laissèrent passer. La troupe reforma une colonne et les suivit au moment où ils commencèrent à monter les marches.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» Arrivée de Houille
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» Henriette d'Angleterre . Madame est arrivée
» Chapitre ll : L'Installation (suite de l'arrivée de C.) [PV: Siparti]
» Zorro est arrivée... sans se presser.