Partagez | .
 

 Utopie [Unique]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Janna
avatar
Nombre de messages : 16
Âge : 36
Race : Nymphe Sylphe
Poste : Esclave
Magie Contrôlée : Feu

Feuille de personnage
Puissance:
460/1000  (460/1000)
MessageDim 12 Déc 2010 - 9:15

Spoiler:
 

La mort semblait si douce…
Déjà elle sentait les portes de l’Urkal s’ouvrir sous elle. Ou peut-être était-ce son sang qui se vidait sur le sol, elle n’en savait rien. Ouvrir les yeux lui semblait impossible.

Une seule faute, une seule. Pas même une désobéissance, non. Elle avait simplement fait référence à la Dame dans une conversation avec le maitre. Cela l’avait mit dans une rage folle, peut-être à cause de la blessure qu’elle lui avait laissé ? Il l’avait enfermé avec lui dans sa salle de torture personnelle, et l’avait fait souffrir… Pendant des jours, des mois, peut-être. Elle avait perdu la notion du temps, de toute façon. La guerre était-elle finie ? N’y avait-il plus aucun espoir ?

Elle aurait tant voulu prévenir les élémentalistes, prévenir du carnage qui les menaçait. Prévenir…

Prévenir, cela sonnait clair dans sa tête, mais elle ne savait pas pourquoi. Elle ne réfléchissait plus. Le maître était partit, rappelé par ses responsabilités. Et il l’avait laissé pour morte, se noyant dans son sang. Pourquoi ne l’avait-il pas achevé ? Si seulement… Elle ne serait pas en train d’agoniser, là, comme un chien errant qu’un cheval aurait renversé.

Prévenir, mais bien sûr.

Elle poussa un profond soupir. Elle se souvint. Elle avait étudié ici, dans ce même palais, dans cette même salle qui serait son tombeau. Elle avait apprit. Un message, c’était ça la solution. Afin de prévenir les élémentalistes du danger qui les guettait, afin de donner des renseignements qu’elle seule pouvait donner.

De ses yeux qui ne voyaient plus coulaient des larmes de sang, qui roulaient sur ses joues, et retombaient sur le sol. Elle leva sa main fatiguée et les essuya, se donnant un peu de courage. Au moins, elle finirait sa vie dans l’honneur, en lui ayant donné un dernier but.



Elle tendit la main. Une faible lueur éclaira la pièce couverte de sang séché. Elle s’éclaircit la voix comme elle put, et murmura, d’une voix triste.

- J’espère que ce message arrivera à destination.

Un pâle espoir illuminait le cœur de la condamnée. L’espoir d’aider ses frères à s’en sortir.

- Je me nomme… Janna.

Au fur et à mesure que ces mots éteints sortaient de sa bouche, de petites étincelles sortaient de sa paume.

- J’étais… esclave. De l’Effrit. Du Haut Roi. De Khisath.

Elle cracha ces derniers mots, en même temps qu’une gerbe de sang.

- J’ai été torturée. Je vais mourir. Mais j’espère au moins que mes derniers efforts auront servis. Etant son esclave, j’ai eût… accès à des renseignements… J’ai…

Elle inspira profondément. Chaque respiration, chaque mot était une torture pour elle. Elle cracha à nouveau du sang, il fallait faire vite. Avant qu’il soit trop tard.

- Il est blessé… Ma Dame… Vous ne l’avez pas manqué, ce fameux soir. Et depuis ce soir… Ils sont nombreux à vouloir votre tête, mais ça, vous le savez…

Un gémissement.

- Ils sont près… De soixante mille, rien que dans la cité… Et plus encore dans les enfers et ses alentours. Ils vous cherchent. Ils s’entrainent… Aussi. L’école sert maintenant aux démons à enseigner les arts de la magie noire. Et j’ai parfois servie de cobaye. Mais tout cela est si loin… De longs mois se sont écoulés, n’est-ce pas ? Je comptais les jours, avant… La magie est maintenant une forme de distinction, vous savez. Et ils sont de plus en plus nombreux à assister aux cours, à rejoindre l’armée… Il y a … Quatre généraux. Sappho, une Succube.

Elle ne l’avait jamais rencontré, et on racontait qu’elle avait disparue. Peut-être un coup des élémentalistes. Peut-être qu’elle était bêtement tombée dans un piège.

- Denathyr Verodren. Un Soquior. Il contrôle un détachement de Soquiors, je n’ai jamais eût à faire à lui, mais on raconte qu’il contrôle le chaos. Il y a Aner Dersh'Aran, elle contrôle le Chaos. C’est une matel d’Aasimar, elle collectionne des bouts de cadavres, ou quelque chose comme ça. Un jour… Je lui portais un message, et j’ai vu des mèches de cheveux qui recouvraient tout un mur. Et des boites… Pleins de dents. Et puis Wyr Norg, un Chiropteran. Un Berserker. On le nomme le mangeur d’étoiles, je n’ais jamais… compris pourquoi. La cité, quant à elle, a bien changé. On la reconnait à peine. Les fontaines crachent du sang, le peu d’arbre qui restent servent à accrocher les cadavres. Il y a plusieurs sentinelles, des gargouilles, comme ils les appellent. Elles sillonnent sans cesse les murs de la cité. Ils y tiennent, mais ils la tiennent mal… Les murs… Les murs de la cité… Ils ne se laissent pas faire. Les démons ont besoins de magiciens puissants pour réussir à les dompter… Les Dompteurs de pierre. Ils recouvrent les murs de sang pour atténuer leur pouvoir. Ils se battent. Sûrement le sang des esclaves. Ceux qui n’ont pas étés correctement vendus.

* Asha… *

- C’est un traitre qui contrôle la majeure partie du marché aux esclaves. Coupez lui la tête de …ma… part…

Des bruits de pas. Elle les entendait. Sûrement des esclaves venus ramasser son corps. Vite.

- La cité se bat… Elle se bat... Au… Revoir…

Elle rapprocha sa main de sa bouche et souffla. Elle souffla, et la vie qui restait en elle s’envola avec la petite luciole messagère. Elle retomba sur le sol, la porte s’ouvrit. Deux jeunes gosses. Ils la redressèrent, prirent son pouls, mais ce qui restait d’elle ne battait déjà plus.
Ils la portèrent, le long des couloirs qu’elle avait côtoyés étant enfant. Elle se souvenait de ses cours Igni, de son rire, et de celui de ses amis. De ses amis qui étaient tous morts. On la jeta dans une fosse énorme, derrière le palais. Là, on brûlerait son corps pour faire de la place. Près de ses frères déjà morts, la jeune nymphe se sentait en sécurité, en montant à l’Urkal, là où tout redeviendrais beau.

La luciole, elle, continuait sa mission, inflexible. Voletant dans les ruelles de la cité, passant au dessus des murs, traversant la plaine à toute allure. Narguant les bêtes de la forêt Darke, cherchant la moindre étincelle de bien, une qui ressemblerait à ce que lui avait montré sa créatrice.

Quelque chose de bizarre. Qu’est-ce que c’était ? Ca sentait le bien, la tristesse, le malheur, l’espoir, sous une couche de mort. Et plus loin, là où elle ne pouvait pas aller seule, des dizaines d’autres étincelles, bien normales, elles. Elle s’approcha de la chose bonne-sous-démon. Elle ne la voyait pas, mais la ressentait sous forme d’énergie. Elle s’arrêta, rétracta ses ailes et se posa. Elle était désormais une petite bille rouge chaude, car sous sa forme énergétique elle était brûlante. Elle sentit la main de bonne-sous-démon l’attraper et la glisser dans quelque chose de doux, juste à côté du démon. Enfin.

Enfin. Urkal. Un sourire. Enfin heureuse. Enfin…
...car ce qui donne un sens à la vie donne un sens à la mort.


_________________________________________________________

"Tout esclave à en ses mains le pouvoir de briser ses chaines"
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» Vers l’adoption d’un plan unique de planification familiale
» Formulaire d'inscription (modèle unique)
» Le site de l'anneau unique v2
» Le début d'un amour... à sens unique ! [ PV Anna ]
» 06. L'utopie du "pas d'élèves"