Partagez | .
 

 Erestrée - [Quête Secondaire] D'Or et d'Ivoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Page Cornée
Joker
avatar
Nombre de messages : 328
Âge : 85
Race : Esprit du Forum
Poste : Celui qui dirige vos existences
Magie Contrôlée : La p'tite souris

Feuille de personnage
Puissance:
1000/1000  (1000/1000)
MessageLun 15 Nov 2010 - 18:26

« Le sable du Désert es de l'or pour qui sait y voir. »
Proverbe de la région Elb'esariss

Des kilomètres de sable, des pistes couleur d'or sous un ciel à la pureté du cristal. Et la chaleur, assommante, étouffante. Fallait-il être fou pour oser s'aventurer ici, loin du climat doux et tempéré de Magyar. Peut-être. Ou sûrement fallait-il être poussé par la nécessité. Sous les cieux lourds de cette partie du monde, le coeur avait le poids d'un million de rédemption, et le sol était pavé de souffrance.

Le texte qui les avait poussé ici parlait de danses et de chants, de larmes couleurs de sang ; Il murmurait aux oreilles des devins des paroles promettant la souffrance, le combat, engageant à tenir haut-dressées les oriflammes. Un appel à l'Ordalie. Et les fous qui écoutaient la voix des devins n'ignoraient rien du danger qui les attendait. De cela, au moins, pouvait-on les flatter.

Les légendes parlaient l'océan d'or, de mer à la radiance du soleil, et le désert était de celles-là. Les mythes murmuraient des avertissements sur les nageurs indolents, sur les poissons de sable. Les contes, eux aussi, effrayaient les enfants avec des créatures uniques, avec des animaux de la taille de montagne, et faisaient rêver avec des peuples mythiques...

Ah, mais, tendre agneau, les contes de recellent-ils pas un fond de vérité ?


On leur avait dit vers où devait se diriger leur route : ils avait suivit les indications. On leur avait dit d'être prudents, et armés, prompte à tuer, mais à l'écoute des civilisations locales. Là encore, ils avaient entendu la sagesse de ces conseils. Mais pour accomplir leur mission, nul dieu ne pouvait leur venir en aide.


« Après avoir eu rapport du besoin de volontaire pour accomplir certaines missions délicates, vous vous êtes présentés directement à la Matriarche qui, sur un mot et une note, vous a demandé de patienter le temps que la troupe soit constituée. Ce temps là, vous êtes restés sur l'île, prêtant main forte à la production locale.

Quelques jours après, elle est venu à vous, vous demandant si vous étiez près à partir pour le lendemain vers les Ruines de Tÿos. Sans problème, avez-vous répondu : après quelques longues heures de marche dans la forêt et sous la pluie, vous avez pu découvrir l'Arche des Retours. Le fonctionnement en était simple, il suffisait d'une carte et d'une bague, de quelques instants et le vertige était sur vous, poignant, vous arrachant à la terre.

Vous vous trouvez maintenant au milieu du désert. Que la chance soit avec vous. »

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Solis Oshan
Tuteur Aqua
avatar
Nombre de messages : 146
Âge : 24
Race : Elnihïn
Poste : Tuteur
Magie Contrôlée : Eau

Feuille de personnage
Puissance:
880/1000  (880/1000)
MessageLun 15 Nov 2010 - 19:38

Solis était sur le point de partir pour la Forteresse lorsqu'il avait entendu parler de la quête. Il n'y avait pas prêté attention au début: il avait juste entendu dire qu'il fallait partir aux quatre coins du monde. Mais lorsque le mot désert avait été prononcé, il n'avait pas pu s'empêcher de se renseigner. Bien que revenu depuis peu de temps, il avait l'impression que cette quête l'appelait. Néanmoins, son départ était déjà prévu. Alors il pesa le pour et le contre, le temps qu'il lui restait avant son départ. Et bien ma foi, tant pis, il pouvait le repousser le temps d'accomplir cette quête! Il avait l'impression qu'il pourrait être d'une grande aide au cours de celle-ci. Après tout, ayant passé une grande partie de sa vie dans un désert, il ne serait pas de trop! Il alla trouver le passeur qui devait l'emmener à la Forteresse et s'excusa platement d'annuler le départ. Le passeur bougonna avant de laisser Solis se retirer. Le jeune homme allait donc avoir un peu de temps à tuer.

Il aida le camp les quelques jours de libre qu'il avait, s'entraînant à maîtriser encore un peu plus son pouvoir le soir, dans la tranquillité. Jusqu'au moment où le départ fut annoncé. Elle vint l'annoncer au muet en personne. Touché, il n'en montra rien et fit un sourire en hochant la tête. Il était prêt. Rassemblant les affaires nécessaires, il se rendit là où étaient attendues les personnes rassemblées pour la quête. Pas encore toutes arrivées, elles ne tardèrent pas. Ainsi, ils seraient quatre. Tant mieux, être en groupe restreint pouvait parfois se révéler plus pratique pour avancer dans le désert. Bien qu'il fallait avouer que Solis ne savait pas trop ce qu'on pouvait trouver en Erestrée, il doutait que ça puisse réellement être plus dangereux que tout ce qu'on trouvait dans son désert natal. Ils se présentèrent tous, quelqu'un lisant les messages de Solis pour Svada qui était aveugle. Voilà qui serait pratique tient... Le départ fut finalement donné, tôt dans la matinée.

C'était la première fois que Solis utilisait l'Arche des Retours. Quelle étrange sensation... Alors qu'il la voyait disparaître, sous ses pieds apparaissait le sable des terres lointaines. Or mouvant au rythme du vent, glissant comme le serpent sans se soucier des obstacles. La chaleur qui aurait dû se faire sentir instantanément ne fut pas présente. A la place, un froid glacial provoqué par la nuit s'empara du groupe. Plutôt surprenant de se retrouver dans une nuit quasi totale alors que le soleil apparaissait au loin devant l'île quelques temps plus tôt. Plutôt déboussolé, le jeune homme regarda ses compagnons de voyage. Ils ne semblaient pas comprendre plus que lui. Comment se faisait-il que la nuit les surprennent ainsi?! Quelqu'un exprima tout haut ce que ne pouvait pas dire Solis.

Il se rapprocha des autres qui se rassemblaient . Apparemment, personne ne s'attendait à ça! L'obscurité n'aidait pas, et contraignait Solis à devoir les laisser parler. Il faudrait allumer un feu, quelque chose, au moins pour éloigner certaines bestioles. Finalement quelqu'un eut cette merveilleuse idée. Bon, apparemment des gens savaient réfléchir ici. Solis regarda autour de lui. Ils étaient toujours quatre. Au milieu du désert, en pleine nuit. Voilà une situation bien peu rassurante. Elle serait sans doute moins préoccupante s'ils s'y étaient attendus. Finalement, Solis écrivit à l'aide de son pouvoir sur le sable après avoir attiré l'attention.


-Il faut essayer d'établir notre situation géographique à l'aide des étoiles pour commencer, et ensuite décider si on attend que le jour se lève ou non.


Quelqu'un lu le message à voix haute pour Svada. Solis leva les yeux vers le ciel. Il connaissait bien le ciel vers chez lui, ainsi que celui d'Elament, mais celui là il n'aurait pas su le reconnaître.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Svada Nir
avatar
Nombre de messages : 95
Âge : 42
Race : Hybride Araignée (Veuve Noire)
Poste : Tuteur Élémentaire
Magie Contrôlée : Terre

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageLun 15 Nov 2010 - 20:35

Pourquoi s'était-elle proposée ? Elle ne voulait pas que des gamins crèvent pour des quêtes incertaines. Même ici, son septiscisme ne l'avait quittée. Elle avait demandé à participer, à la Dame, et ce malgré ses yeux. Qu'importe ses yeux, grâce à Lysias, elle "voyait" autrement. Sentir une présence, la respiration, le mouvement... Tout cela et plus encore. Alors elle lui avait donné une quête : loin ... En Erestrée. Elle était restée impassible. Mais... Elle ne put empêcher des noms de jaillir dans son esprit. Frères, restez où vous êtes, il me faut encore me battre. 

Il avait fallu se rendre à la Tour. Elle n'y était pas allée si souvent au final. Et là... On avait fait les présentations. Svada. Elle avait donné son nom et fermé sa bouche fine ensuite. L'hybride écouta les noms de ses trois compagnons... en essayant d'approximer leur âge. Et elle eut le surprise de retrouver Emezaël, le déchu. Une certaine Logan et un muet du nom de Solis étaient de la partie. Un muet. Elle ne put s'empêcher de rire intérieurement de cette ironie. Puis vint le temps de partir. Via... Une arche. 

La sensation désagréable que provoqua ce voyage lui hérissa les poils. Elle agrippa par réflexe le bâton coincé au bas de son dos, et laissa ses pattes atrophiées de son bassin remuer nerveusement. Elle ne sentait rien. Donc ne voyait vraiment rien. Puis... Du sable. Elle s'y attendait. Mais nom d'un démon, à peine ses huit pattes posées que des grains vulgaires s'imissaient entre ses poils sensitifs, brouillant ses sens. Puis... Elle sentit la fraicheur. Etonnante. Ils étaient partis alors que le Soleil perçaient. Pourquoi faisait-il alors aussi froid ? Pourquoi ne sentait-elle pas la chaleur mordante de ce désert empli de souvenirs ? 

Il faisait nuit. L'incroyable la laissa sans voix, comme à son habitude, mais quelqu'un fit remarquer l'évidence. Et l'araignée s'ébroua alors et laissa son pouvoir lui dire ce qui était autour d'eux. Le sable partout, quelques animaux du désert, tels des serpents ou des scorpions, de rares plantes survivant ici... Le dénommé Solis leur indiqua de se réferer aux étoiles. Svada les laissa faire, et continua à sentir la région autour... Mais il n'y avait rien. Rien de très gros du moins. L'hybride se tourna vers la petite troupe, assez indisposée par ... le monde ... 

" Il n'y a rien ici. Pas la moindre trace d'un village ou d'une caravane. " Elle croisa les bras, et inclina la tête de côté, se rappelant de leur but. Et des dangers qui les guettaient. " Faudrait-il voyager de nuit ? Je pourrais nous construire un abri pour dormir le jour. "

Elle gardait en mémoire que c'était ainsi que sa "famille" avait traversé ce désert. Ils étaient plus nombreux, mieux préparés, et surtout habitués à la chaleur des journées. Eux... Pas vraiment. Elle haussa les épaules. Svada n'était pas un chef, elle ne savait pas donner d'ordres. Elle leva ses six yeux (cinq et un "petit" œil pércé) au ciel. Qu'il nous guide oui. Qu'il nous guide vite vers l'objet de cette quête folle. Un leger mouvement à ses pattes lui fit prestement baisser les yeux, plus par réflexe qu'autre chose. Une petite bestiole ... un scorpion ? essayait de la piquait. Il allait se briser le dard oui...

... Dans un élan de classe, l'hybride perça la carapace de l'insecte, et remonta ainsi la bête, empalée, assez haut pour pouvoir la saisir de ses mains.... Puis... Miam. C'est croquant, mais ça va encore niveau goût si vous voulez savoir. Sans trop se soucier de regards douteux sur ses superbes mandibules buccales qui avaient promptement agrippé l'insecte malchanceux, Svada les rentra doucement, avant que du sable ne vienne s'y coller... Comme dirait un certain nymphe, "toujours aussi sexy Svada..." ben oui. Et elle mourra pas de faime elle. 

Et par où aller donc ? Est-ce qu'ils avaient trouvé avec leurs étoiles ? Non parce que, à choisir, entre grand désert devant, grand désert derrière, grand désert à gauche et à droite... Elle en a fichtrement rien à taper.
 

_________________________________________________________

Image Originale : Di
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMar 16 Nov 2010 - 6:14

Nan mais franchement, c'était pas une bonne idée.
Y'avait pourtant des tas de jeunes filles sur l'Ile, pourquoi elle, qui venait tout juste de découvrir ses pouvoirs ? Des fois, elle se demandait vraiment ce qui lui passait par la tête. Il n'empêche que la Dame l'avait choisit elle, et qu'elle avait quitté l'Ile tout juste après la fin de son premier cour, et elle n'avait pas eut le temps de prévenir Wind. Leur relation allait surement empirer… Elle fit la connaissance de ses compagnons de voyage peu avant leur départ vers la Tour. Un muet, une aveugle et un ange très bizarre. Le voyage se présentait de plus en plus mal. Et elle allait en plus devoir arracher la dent d'un monstre. Non mais vraiment, ça allait mal finir. Le voyage vers la tour se passa plutôt bien, et le moyen de transport qu'on leur présenta se révéla encore plus étrange qu'elle ne l'avait imaginé.

Lorsqu'ils entrèrent tous les quatre dans l'arche, une sensation bizarre la saisit. Puis elle sentit le sable sous ses pieds, le vent froid qui soufflait dans son dos. Elle ouvrit les yeux.

‘’ Ben tiens, il fait nuit. ’’

Elle tourna longtemps sur elle même, croyant à une illusion. Mais non, elle se trouvait bien au milieu du désert, à l'autre bout du monde. Ce fut l’absence de végétation qui la choqua, car elle avait toujours vécu dans une forêt luxuriante. L’hybride expliqua qu’il n’y avait aucune vie aux alentours. Super.

Grâce à sa vision d’elfe, elle voyait parfaitement la nuit, et ne se rendit pas compte que le muet ne pouvait plus communiquer. L’ange alluma un feu et elle se rendit compte de son erreur. Elle lu le message à haute voix pour l’aveugle, et s’assit près du feu, se réchauffant les mains. Se référer aux étoiles, elle ne l’avait jamais fait, et elle espérait qu'Emezael, si elle avait retenu son nom, saurait se repérer. Ce n'était surement pas elle qui réussirait, elle ne savait même pas se retrouver un plan "vous êtes ici".

Elle voulut poser la question à ses compagnons lorsque Svada se jeta sur un scorpion pour le dévorer. Elle ravala un cri de dégout, se recroquevilla et fixa les flammes, attendant que les autres aient trouvé où ils étaient.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMer 17 Nov 2010 - 2:09

Et voilà! C’est de ça qu’il avait besoin, pour se changer les idées! Un bon voyage à l’autre bout du monde dans un désert inconnu où il ne pousse aucune plante et où la faune lui est inconnue elle aussi. Et le pire, c’est que l’ange le pensait vraiment. Malgré sa maladresse, il avait eu la présence d’esprit de demander à ce qu’Oedrek, son corbeau, soit téléporté avec lui. Il s’était retrouvé là en se proposant lui-même à Ruby pour ensuite faire cap vers la Tour. Pour ce trajet, Emezaël avait peiné à se déplacer sous l’éclat du soleil qui lui paraissait plus brillant de jour en jour. Ses compagnons, desquels il avait retenu tous les noms – Solis, Svada et Logan – pour éviter d’avoir à le leur redemander par la suite, ne semblaient pas du tout incommodés par la lumière. Remarque que du côté de Svada, c’eut été étonnant. D’un autre côté, cela devenait inquiétant, puisque personne d’autre ne semblait remarquer quoi que ce soit. Peut-être que le problème était en lui? Il devrait en parler à quelqu’un en revenant. Peut-être Tyrol, dont on disait qu’il en savait beaucoup sur bien des sujets.

Maintenant, enfin, ses yeux pouvaient se reposer. Il faisait nuit. Une autre chose étrange que remarqua le déchu : il voyait beaucoup mieux dans l’obscurité que depuis… cela restait encore à déterminer. Il ne savait depuis quand le soleil avait commencé à avoir cet effet sur lui et depuis quand il voyait mieux dans le noir. Pour s’assurer qu’il ne se transformait pas en vampire, il toucha ses canines : rien d’anormal.

Son regard se reporta sur ses compagnons, complètement déboussolés, puis sur le désert à perte de vue. Il approuva le choix de Svada de ne se déplacer que de nuit, pour plusieurs raisons à la fois, et réalisa ensuite que les autres cherchaient à se repérer grâce aux étoiles. Emezaël n’était pas un expert en la matière et les autres ne le semblaient pas non plus. La solution lui paraissait évidente. Emezaël laissa décoller son corbeau. Il n’avait même pas besoin de lui dire quoi faire. Sans en parler aux autres, il voulait le faire explorer les alentours. Le lien entre le maître et le familier relevait presque de la télépathie, sans l’être tout à fait. Ils interprétaient tout simplement les gestes et les désirs de l’un et de l’autre.

Le saut hors de l’espace et du temps n’avait pas donné à Emezaël aucune sensation de vertige. Seulement, il avait été surpris par le changement de climat. Il décida donc, avant de mourir de froid, de trouver de quoi faire un feu. Une fois qu’il l’eut allumé grâce à deux silex trouvés au sol, il s’installa près du petit feu de camp pour se réchauffer. Il ne dit plus aucun mot, laissant sous entendre qu’il ne savait pas comment suivre les étoiles lui non plus. Il ne fit pas attention à Svada qui prenait une collation quelque peu croustillante. Après avoir laissé ses compagnons croire qu’ils n’arriveraient pas à se repérer pendant de longues minutes, restant toujours aussi muet près du feu, Emezaël vit enfin Oedrek revenir.


« Je vous annonce que nous avons un cinquième membre dans notre équipe. », commença Emezaël, à voix haute. « Il s’agit d’Oedrek. » fit-il en désignant le grand corbeau noir.

Ce dernier croassa et jeta aux trois observateurs un regard reflétant l’intelligence dont il était doté.


« Si vous êtes prêts à repartir maintenant, il fait dire que le village le plus proche est à environ… (Il observa le geste que l’oiseau faisait de la tête.) quatre lieues au nord. Il fait aussi dire qu’il y a des montagnes, mais que celles-ci sont à dix lieues à l’ouest et la route est difficile, remplie de crevasses. Que suggérez-vous? »
Revenir en haut Aller en bas
Solis Oshan
Tuteur Aqua
avatar
Nombre de messages : 146
Âge : 24
Race : Elnihïn
Poste : Tuteur
Magie Contrôlée : Eau

Feuille de personnage
Puissance:
880/1000  (880/1000)
MessageDim 21 Nov 2010 - 11:03

Tout le monde semblait avoir été surpris par la nuit. Ignorant du décalage horaire, c'était normal quelque part. Finalement tout le monde se reprit et ils commencèrent à chercher comment se repérer. Mais en attendant, une autre proposition fut avancer. Voyager la nuit et dormir le jour. Ca pouvait être intéressant. En supposant que le voyage soit très long, bien sûr. Car dans le cas où ils trouvent rapidement l'objet de leur quête, ça ne serait peut-être pas utile. Surtout que de nuit, il était souvent plus difficile de voyager, même si dans un désert cela présentait l'avantage d'éviter les journées terriblement chaudes. Aussi, lorsque le corbeau d'Emezael revint, Solis fut plutôt surpris. Qui était cet homme qui pouvait parler avec un animal?

Solis ne prêta pas trop attention au repas de l'araignée. Bien que n'appréciant pas le spectacle, il préféra ne rien dire. Même si de toute façon, ça aurait été difficile. Ils n'étaient pas là pour faire remarquer que les habitudes particulières de Svada pouvaient en répugner certains.

Un village se trouvait donc dans les environs. Ils pouvaient l'atteindre dans quelques une heure ou deux en marchant à bonne allure. Et de là, ils pourraient chercher des informations. Alors que dans les montagnes, ils ne trouveraient pas grand chose, pas sans savoir où chercher. Mais ça pourrait leur faire un bon point de vu. Néanmoins y aller comme ça, sans oublier le danger que cela représentait, ne serait probablement que peu utile. Solis fit donc appelle à son pouvoir pour tracer dans le sable à nouveau ses paroles.


-Pourquoi ne pas se rendre au village d'abord? De là, on pourra récolter des informations. Ou au moins essayer de voir s'ils ne connaissent pas un chemin plus sûr pour la montagne, d'où on pourra avoir une meilleure vu pour voir si un endroit ne correspondrait pas à l'endroit qu'on cherche.

Quelqu'un lu pour que Svada puisse participer également. Solis sentait que ces deux handicapes réunis n'allaient pas aider. En tout cas ce qu'il proposait là restait sans doute la solution la plus censée. Après concernant le voyage de nuit, ils pourraient toujours se débrouiller pour inverser leurs heures de sommeil plus tard. Ils pourraient le faire soit juste avant de s'aventurer dans le village, soit après. Mais ça restait possible. Surtout que s'ils voulaient des information, mieux valait-il attendre le soir, une fois que tout le monde se réunissait pour boire. Il y avait plus de chance de trouver quelque chose. Même si Solis doutait que l'alcool soit courant dans les environs.

Alors qu'il réfléchissait à tout ça et que les autres proposaient quelque chose, son regard fut attiré par un mouvement plus loin. Solis qui était accroupi pour pouvoir écrire se releva alors brusquement et scruta les environs. Avait-il rêvé? Ou bien était-ce les mouvements du sable qui l'avaient trompé? Peut-être sa nervosité sinon... Difficile à dire. En tout cas son mouvement brusque et son froncement de sourcil sembla attirer le regard des autres.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Svada Nir
avatar
Nombre de messages : 95
Âge : 42
Race : Hybride Araignée (Veuve Noire)
Poste : Tuteur Élémentaire
Magie Contrôlée : Terre

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageLun 22 Nov 2010 - 13:42

Spoiler:
 

L'hybride ne prit pas garde de la réaction de la dénommée Logan. Il faudrait bien qu'elle s'y habitue, puisque Svada se nourrissait toujours ainsi. Lorsqu'elle entendit le volatile battre des ailes, elle essaya de le localiser et de le fixer. Ah dommage, il était à Emezaël. Un oiseau c'est toujours très bon, même si les plumes collaient à ses mandibules. Si elle avait haussait les sourcils, elle l'aurait bien fait. Il pouvait comprendre cet animal ? Incroyable. 

Elle écouta les informations reccueillies hors de son périmètre... Un village ou des montagnes. Ils cherchaient une créature imposante, ancienne... Et pourvue de dents, crocs, pics et tout le bazar. Peut être les habitants du coin connaissaient-ils quelque légendes obscures à son propos... S'y rendre était donc une bonne idée en soi. Mais aussi, ils pourraient demander des vivres si les sédentaires étaient accueillant... 

Elle hocha la tête à la proposition de Solis, tentant de faire fi de son incapacité à lire les messages de ce dernier. Elle détestait sa cécité parfois, souvent. Elle qui n'avait jamais vraiment fait attention au monde qui l'entourait sentait un manque terrible pour ce même monde ... Même si son pouvoir et ses sens hybridés lui donnaient une autre vision. Elle sentit un mouvement au loin, sous le sable, comme Solis. Il se leva et elle regarda de même dans la direction de ce mouvement discret. 

Elle chercha dans la terre, le sable et le roc. Quelque chose bougeait. Un quelque chose vivant. Vivant et gros. Sous le sable... Svada se tendit et attrapa le bâton coincé dans le bas de son dos. Encore, le sable remua, par ondées aléatoires. La passeuse tendit sa main libre devant elle et tenta de pousser la chose à sortir de sous terre.... Ben oui, il vaut mieux être sûr de ce qui les menaçait... Dans une gerbe de sables, un truc sortit effectivement. 

Un truc marron beige, segmenté, épais, mais pas si long... Et surtout une sale gueule. Une bouche proéminante, avec des dents partout et du mucus gluant. Un vers de sable... mais miniature. L'animal remuait doucement sa bouche et les segments de son corps rondouillard. Svada bien sûr, ne pouvait voir de quoi il s'agissait, mais elle arrivait à le localiser et à approximer sa taille. Et elle baissa doucement son bâton effilé en comprenant que cette bestiole n'était pas plus grande qu'un loup.


" De quoi s'agit-il ? "
lâcha-t-elle sans cérémonie.

Un vers de sable miniature hein... Et la version XXL, elle se cache où au juste ? Non mais, il est mignon là limite le truc... Il fait de beaux dessins sur le sable... Il s'approchait un peu de leur groupe et Svada inclina la tête en sentant ses deplacements particuliers, semblables à ceux des lombrics... Charmant le comité d'accueil d'Erestrée...


_________________________________________________________

Image Originale : Di
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageJeu 25 Nov 2010 - 19:52

Logan regarda le corbeau d'Emezaël d'un oeil méfiant. Elle n'aimait pas les oiseaux, et elle avait d'ailleurs eut très peur lorsqu'elle avait vu que son précepteur était un oiseau. Pourquoi Svada le bouffait pas, lui ? Elle s'éloigna de lui d'un air qui se voulait décontracté, et s'assit près de Solis. Ainsi donc il leur faudrait passer par un village.
C'était pas une bonne idée, au fond. Ça retardait a rencontre avec le monstre plein de dents et très méchant.


" Ouais... C'est une bonne idée. "
Dit-elle.

Elle n'avait rien dit depuis leur arrivée, à part "Ben tiens, il fait nuit" et c'était pas ce qu'elle avait dit de plus intelligent. Enfin, ça non plus ce n'était pas intelligent, mais peut-être que ses compagnons voudraient son opinion. Et puis après tout... Elle croisa le regard blasé des deux hommes et comprit qu'elle avait encore parlé sans réfléchir. ( Oui, des deux hommes, parce que Svada a pas de regard. ) Et baissa la tête.

Le sable bougea au loin. Elle suivit le mouvement du regard, sans trop réfléchir à ce que ça pouvait être. Un petit ver de sable sortit de terre - enfin, de sable - et se dandina jusqu'à eux. La petite chose faisait des tours, sûrement à la recherche de nourriture, et attiré par la chaleur du feu, il avait dût être attiré.Il s'approcha d'elle. Elle le regarda avec des yeux ronds.


" Un vers de sable. Un petit. " répondit-elle à Svada.

Il continua de se dandiner près du feu en poussant de petits gémissements étranges. Logan comprenant un quelque peu le langage des animaux, essaya d'interpréter ce que le petit disait. Ça ressemblait à "maman".

* Maman ? *


La terre se mit à trembler.

" Oh... Oh... " murmura-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageVen 26 Nov 2010 - 2:43

Emezaël se contentait d’observer les autres qui se décidaient alors qu’il se réchauffait auprès du feu. Son ami à plumes faisait sa toilette en se lissant les plumes et semblait beaucoup plus ébouriffé qu’à l’habitude.

« Hé, tu ressembles à un démon, comme ça. Tu vois pas que tu intimides Logan? » lui avait-il dit à voix basse.

Bien sûr, Oedrek avait fait la sourde oreille et continué sa tâche fastidieuse. Emezaël avait toujours été bon pour percevoir les émotions sur le visage des autres et avait tout de suite remarqué que la jeune elfe était quelque peu effrayée par le corbeau. Il aurait voulu la rassurer, mais il savait que ça n’aurait aucun effet, puisqu’il ne saurait pas trouver les mots, alors il garda le silence.

Quand le ver de sable surgit, Emezaël dégaina son épée par pur réflexe. Oedrek sursauta en sentant le ver se rapprocher. Ce dernier vint se tortiller près du feu avec la ferme intention de dévorer de la volaille pour le repas du soir. Avec l’un de ses mandibules, il tenta d’attraper le volatile, mais celui-ci, indigné, le lui découpa à l’aide de son bec et s’envola avec sa collation. Emezaël, écœuré par l’affreuse petite bête – et à juste titre – il l’empala et la lança le plus loin possible du campement à l’aide de ses pouvoirs aera.

L’ange déchu n’avait pas senti que pendant ce temps, le sol avait commencé à trembler. C’est le simple commentaire de Logan qui lui fit remarquer qu’il y avait un problème. Il demanda à Svada de lui dire ce qui se passait sous leurs pieds. Était-ce un tremblement de terre?

Le tremblement se fit sentir pendant encore deux longues minutes et semblait ne pas vouloir s’arrêter. À un moment, il se fit plus sourd, presque inaudible. C’est alors que le son s’intensifia. Il semblait venir d’exactement l’emplacement où se trouvait le mini-ver et où Emezaël se trouvait maintenant. Ce dernier, sentant l’adrénaline circuler dans son sang, se mit à courir, mais presque instantanément, le sol se fissura. Emezaël glissa et failli tomber dans le trou qui s’était former sous ses pieds. Il tomba sur le rebord de celui-ci et soupira, mais son soulagement fut de courte durée, car il se rendit compte que le sol s’effritait sous lui. Avant qu’il n’ait le temps de lancer un appel à l’aide à ses compagnons, l’un d’entre eux se précipita pour le tirer de sa situation précaire.

Tout en reprenant son souffle, Emezaël regarda dans les profondeurs de la galerie. Il vit l’extrémité d’un ver de taille gargantuesque qui disparaissait au bout du tunnel. Emezaël se retourna dans un silence embarrassé vers la personne qui lui avait sauvé la vie et la fixa dans les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Solis Oshan
Tuteur Aqua
avatar
Nombre de messages : 146
Âge : 24
Race : Elnihïn
Poste : Tuteur
Magie Contrôlée : Eau

Feuille de personnage
Puissance:
880/1000  (880/1000)
MessageSam 27 Nov 2010 - 14:25

Tous semblaient adhérer à l'idée de Solis. Après tout, il s'agissait de la plus logique et raisonnable. Mais lorsque le petit ver apparut, le jeune homme se dit qu'il y avait peu de chances qu'ils puissent s'y rendre tranquillement. Et il avait raison. Le ver se tortilla jusqu'au corbeau d'Emezael, avec apparemment l'envie de goûter un bout du volatile. Mais ce dernier ne se laissa pas faire. Solis aurait bien empêché ça, après avoir entendu qu'il s'agissait d'un petit. Et il se dit qu'il aurait dû, lorsqu'il sentit comme les autres le sol trembler.

Emezael se trouvait encore à côté du mini ver lorsque le sol s'ouvrit sous ses pieds, laissant apparaître la maman du petit et des souterrains. Solis sortit alors sa lance et la monta rapidement, alors que l'Ange était en train d'essayer d'éviter la chute. Mais ce n'était pas gagné. Solis allait aller à son secours, mais Logan fut plus rapide et parvint de justesse à rattraper l'homme. Elle parvint à lui faire échapper à la chute, mais ils n'étaient pas tirés d'affaires. Bien qu'un temps de répits sembla leur être accordé, la maman remarquerait bien vite que son petit ne semblait pas venir vers elle. Et là, elle viendrait le chercher et verrait qu'il était mort.

Et cela arriva plus vite que le muet l'avait pensé. Peut-être l'odeur? L'absence de réponse? Mais en tout cas, l'adulte se déplaçait beaucoup plus vite. Il ne lui fallut pas beaucoup de temps pour arriver vers eux. Et à nouveau, ce ne fut pas Solis le plus rapide à réagir. Il se demanda vaguement pourquoi il était toujours aussi lent à agir.

Alors que le ver sortait de son trou et dominait de toute sa hauteur le groupe, cherchant son petit. Ils allaient avoir des ennuis... Le monstre dévoila ses dents, s'apprêtant apparemment à attaquer le groupe lorsque Svada s'avança. Elle immobilisa le ver avec des lianes. C'était le moment pour Solis d'agir. S'approchant autant qu'il le pouvait du ver et aussi vite que possible. Saisissant sa lance, il donna un coup de gauche à droite pour couper le ver en deux, à l'aide de son pouvoir en lançant une lame d'eau. Ca ne le tuerait pas: lorsqu'ils étaient coupés en deux les deux parties pouvaient continuer de vivre. En théorie. Mais ça devrait leur laisser le temps de fuir.


-Partons rapidement. Rester ici serait dangereux. Emezael, par où devons-nous aller?


Solis regarda la fille qui venait de parler et acquiesca. Il était effectivement plus que temps de se déplacer. Emezael leur indiqua la direction et ils partirent plus ou moins rapidement.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Svada Nir
avatar
Nombre de messages : 95
Âge : 42
Race : Hybride Araignée (Veuve Noire)
Poste : Tuteur Élémentaire
Magie Contrôlée : Terre

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageDim 28 Nov 2010 - 12:10

Un ver de sable ? Que voilà une étrange découverte. Un petit. Svada se souvint vaguement de ces bestioles. Mangeables, encore fallait-il prendre un jeune qui n'avait plus sa mère. D'où lui vinrent ces souvenirs ? Elle sentait une certaine chaleur venir de son poignet, celui sur lequel pendait la petite breloque trouvée en compagnie de Lysias. Un pendentif de la taille d'une bille qui décrivait de multiples circonvolutions, et qui possèdait un centre doux au toucher, arrondi... Elle voyait ces souvenirs... Les chasses aux vers de sables, les recommandations de ses frères... Prend garde Svada, n'agresse jamais les bébés... Leurs mères sont toujours proches et leur colère, tout comme leur corps, est éternel... 

Elle n'eut pas le temps de stopper Emezaël, lorsqu'elle sentit son pouvoir s'activer. Elle sentit encore le sol trembler et s'effriter. Svada recula, ne répondant à la question du déchu que par une moueelle attendit que le ver de sable sorte... Elle comptait sur les autres pour ne pas tomber bêtement dans une crevasse mortelle. La bête sortit finalement et se dressa tel un serpent prêt à fondre sur sa proie. Il devoila ses "dents" ou plutôt des mandibules, qui donnaient sur un trou béant d'où il devait être plus facile d'entrer que de sortir. Svada par un réflexe ancestral, sortit ses mandibules buccales totalement, ce qui lui donnait réellement une sale tronche. Prestement, elle fit pousser des lianes hérissées de piquants qui emprisonnèrent le ver. La créature se débattait violemment, et les ronces pénètraient facilement sa peau gluante. L'hybride ne savait trop que faire. Le trancher en deux pourrait sans doute leur permettre de fuir... À peine l'eut-elle penser que l'autre, l'aqua, réagit. Svada sentit ses propres lianes se faire couper. 

La partie crâniale du ver continuait de s'agiter, convulsant, sur le sable. Svada rentra ses mandibules et se tourna vers Emezaël en le questionnant sur la direction à prendre. Il fallait s'éloigner de cet endroit, et probablement que le ver ne les poursuivrait pas, amoché comme il l'était. C'était une perte ridicule. L'hybride s'en moquait royalement de cette maman et de son petit au fond, elle-même était carnivore. Mais les tuer n'avait pas de sens si on ne les mangeait pas après. Simple sens pratique. 

La joyeuse troupe - c'est un point de vue ... - suivit les indications du déchu au pas de course, s'éloignant de la scène dégueulasse d'un ver cicatrisant rapidement après avoir perdu des viscères. Superbe. Il y a des fous, on est heureux de ne rien voir. Bref. Malheureusement pour eux, les mouvements du ver et du sol les avaient quelque peu embrouillés et l'araignée avait du mal à se repérer. Mais il ne faisait aucun doute qu'ils s'étaient royalement perdus. Qu'est-ce qui lui faisait penser cela ? Oh et bien, les failles autour d'eux, vestiges de passages de lombrics géants, ainsi que les pics rocheux saillant du sable chaud n'indiquaient pas vraiment un village. Svada explora les reliefs en sentant la terre sous ses pattes. Le vent et ses variations qui passaient sur les poils sensitifs de ces mêmes pattes l'aidaient aussi à imaginer les alentours, du moins les obstacles. 

Ils continuèrent à avancer, mais au pas cette fois, alors que le sable mou laissa place à un desert de caillasses. S-U-P-E-R. Si elle se cassait pas une patte, elle aurait de la chance... Heureusement, c'était surtout de la caillasse plate. Coup de bol. L'hybride s'arrêta soudainement, sans prévenir et sans raison apparente, stoïque pour essayer de sentir tout ce qui pouvait les entourer. Puis elle posa ses yeux d'araignée globuleux noirs et sans vie, démunis de paupières, sur Emezaël.


" Tuer ce petit ver était aussi inutile qu'idiot. "
Elle avait gardé son ton cassant pour elle, pas besoin d'envenimer pareil discours. Elle soupira. " Retourner sur nos pas n'est pas envisageable. Sa mère est capable de nous attaquer de nouveau, peut-être en groupe. " 

D'où lui venaient ces souvenirs passés ? Des conseils de jeunesse oubliés en grandissant. Pourquoi lui revenaient-ils... Elle secoua la tête et posa ses mains aux longs doigts fins sur ses "hanches". Soudain, elle eut l'impression que l'air autour d'eux se rechauffait. Ah bien sûr... Le jour se léverait bientôt. Ils étaient déjà assez fatigués comme cela.


" On devrait se poser pour réflechir à comment dénicher l'animal décrit par les parchemins. "


Svada se retourna et leva son bras au devant d'elle. L'élément minéral c'était pas sa tasse de thé, mais pour ce qui était de la défense elle s'y connaissait. Dans un léger tremblement, un diverticule rocheux poussa sous les forces de pression qu'elle fit s'exercer. Il était d'une épaisseur convenable et, arrivé à une hauteur de respectable pour se tenir assis le dos droit, il se courba, partant progressivement à l'horizontal. Au final, il s'agissait d'un semi dôme de pierre brune, assez large et long pour que trois personnes s'y allongent sans se serrer. Svada avait utilisé deux pics voisins pour les bords extérieurs et surtout pour ne pas trop se fatiguer. Cependant, la semi coupole n'offrirait pas d'ombre total durant tout le jour. L'hybride souffla bruyamment et laissa retomber son bras. Faire ceci était relativement fatiguant. Mais il en faudrait plus pour l'épuiser.


" Je vous tisserai volontier de quoi dormir pendant que vous cherchez de quoi manger... "


Elle pencha son buste en arrière et tendit son bras pour attraper un début de fils de toile et... Commença à tisser. A l'aveugle ? Non, au doigté. Tisser quoi ? Ben, elle avait du boulot. De la couverture au rideau pour fermer la cavité pour finir par son propre cocon. Yahoo.

_________________________________________________________

Image Originale : Di
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageDim 28 Nov 2010 - 17:46

A peine le ver décapité qu'elle regretta le geste d'Emezaël. C'était la goutte de trop pour la mère qui cherchait son petit. Le sol se fendit sous l'ange déchu, et elle eut tout juste le temps de lui attraper la main et de le tirer vers elle avant que le ver géant ne surgisse. Ils roulèrent sur plusieurs mètres avant de s'arrêter, aussi loin du ver que possible. Elle se releva et vit qu'Emezaël la fixait. Elle hurla :

" Nan mais vous êtes malades ? Vous avez faillis tous nous tuer ! "

Elle allait continuer ses remontrances lorsqu'un bout du ver géant tomba près d'eux. Elle gémit de dégoût et aida l'ange à se relever. Elle vit Svada et Solis partir, et elle les rattrapa en courant, alors que les tripes du ver commençaient à se relier entre elles. Miam. Hey, mais le village était pas de l'autre côté ? Enfin, elle et l'orientation, ça faisait deux. Elle n'arriait même pas encore à se repérer sur l'Ile, alors en plein désert... Elle suivit donc le reste du groupe, et Svada qui semblait savoir où elle allait, bien qu'elle ne comprenne pas qu'une aveugle puisse réussir à se repérer où que ce soit. La terre trembla quelque peu. Le ver semblait s'être totalement reconstitué, ou bien c'était un autre. Mais le tremblement semblait lointain, alors il n'y avait pas de quoi s'inquiéter, pour le moment.

La troupe arriva dans un désert de caillasse. L'hybride se tourna brusquement vers Emezaël, ouf, ce n'étais pas elle qui avait fait une connerie. Et elle annonçait une super nouvelle. Il leur faudrait trouver un abris, et vite. Ils reprirent la marche. L'aube semblait pointer au loin. Il ferait bientôt jour, et il faudrait penser à dormir. Même si elle trouvait totalement bizarre l'idée de vivre la nuit. Il faisait plus froid, et on avançait sans lumière - bien que ça ne l'incommode pas plus que ça, comme elle était nyctalope -. Elle repensa à l'Ile, si cette idée saugrenue de venir ici ne lui était pas venue, elle serait sûrement en train de dormir sur une grosse banche d'arbre. Perdue dans ses pensées, elle ne vit pas le cailloux pointu devant elle, du moins jusqu'à ce qu'il se plante dans son pied.


" AÏE ! "


Elle poussa un petit cri aigu et regarda son pied ( oui, elle marchait pieds nus ). Rien de grave, mais ça faisait maaaal ! Elle retira nerveusement le cailloux et continua le chemin en sautillant. Heureusement, le reste du trajet ne dura pas longtemps et elle pu s'asseoir. Svada créa une voute en pierre au dessus d'elle. Elle ouvrit de grands yeux et la regarda faire, pour elle qui ne savait faire que des pics pour empaler les imprudents, cette femme était très impressionnante. Puis elle commença à tisser des toiles. Elle ne s'arrêtait donc jamais ? Logan se traina jusqu'à elle - oh bien sûr elle n'avait plus mal, mais elle aimait se faire plaindre - et dit, d'une petite voix.

" Vous voulez que je vous aide ?"

Svada ne vit pas le regard emplis de respect qu'elle lui lançait, et elle ne s'en douta surement pas, elle devait faire ça tous les jours ( ou du moins elle devrait ) mais pour la jeune elfe à ses pieds, cela relevait du miracle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageVen 3 Déc 2010 - 2:51

Emezaël, en regardant vers celle qui l’avait sauvé, espérait voir sur son visage n’importe quoi sauf ce qu’il y vit. Il y vit de la colère à laquelle les paroles de l’elfe firent écho. Jamais il n’avait pensé aux conséquences de son geste et, surtout, comment aurait-il pu savoir ce qui se produirait lorsque le petit ver immonde serait du passé.

L’ange baissa les yeux, puis se retourna pour regarder vers le cadavre de la créature qui avait failli le tuer tomber au sol avec fracas. Svada lui demanda la direction à suivre pour s’en aller de là. Elle, au moins, ne le torturerait pas de ses remontrances. En tout cas, pas pour l'instant. Solis non plus, heureusement. Il allait affirmer qu’il n’en avait aucune idée lorsqu’il entendit le croassement familier d’Oedrek qui tournait en rond au dessus de leur tête. Il voulait qu’ils le suivent.


« Suivons-le. » affirma-t-il d’un ton sec et plein de dépit en regardant vers le corbeau.

Le muet et l’aveugle partirent devant. En ce moment, par rapport à eux, Emezaël se sentait lui-même handicapé. Il avait tellement honte de lui-même. Il suivit sans enthousiasme Logan qui partait à la suite du groupe. Il trainait. Il restait en retrait pour ne pas indisposer les autres.

Le désert autour d’eux pris de plus en plus l’apparence d’un paysage lunaire alors que le sol devenait plus rocheux. Tant mieux, car on ne peut pas bâtir directement sur le sable, donc ils devaient être en train de se rapprocher au moins un peu de la ville ou du village.

Il se remettait à peine des propos de Logan alors que Svada lui cracha ce qu’elle avait retenu en elle depuis l’attaque. En fait, « cracher » n’était peut-être pas le mot juste, puisqu’elle lui avait dit cela sur un ton plutôt neutre, mais cela suffit à renvoyer ce qui restait du moral d’Emezaël droit vers le sol. Il n’y pouvait rien, s’il n’était qu’un idiot doublé d’un maladroit incompétent. Il aurait souhaité recevoir d’un maître ce qui lui manquait de formation, mais il était tout de même loin du niveau d’un novice. Il savait très bien se battre. Il pouvait même affirmer sans se vanter qu’il pourrait survivre à l’attaque d’un général comme la Faux, sans pour autant la blesser ou même en sortir indemne, mais les faits étaient là. Il se sentait plus que jamais un fardeau pour les autres.


Ils décidèrent de s’arrêter pour dormir durant la journée. Ainsi soit-il, mais Emezaël n’avait pas sommeil. Alors que les autres s’abritaient pour la journée, il décida de rester dehors pour mener la garde, même si cela ne serait que futile, vu l’abri que Svada leur avait bâti.

« Je n’entre pas. Je vais monter la garde, » avait-il dit à Svada alors qu’elle s’apprêtait à refermer l’entrée avec sa toile. Puis, adoptant un ton froid et distant : « Je ne dormirai pas non plus. J’ai besoin d’être seul. »

Et voilà qui était fait. Il pourrait maintenant se concentrer sur ses propres pensées et sentiments et tout démêler. Il s’installa dans une cavité d’un rocher plus gros que les autres, là où il pourrait voir ce qui venait avant de se faire voir et où il pourrait méditer en silence sans risquer de se faire déranger.
Revenir en haut Aller en bas
Solis Oshan
Tuteur Aqua
avatar
Nombre de messages : 146
Âge : 24
Race : Elnihïn
Poste : Tuteur
Magie Contrôlée : Eau

Feuille de personnage
Puissance:
880/1000  (880/1000)
MessageLun 6 Déc 2010 - 18:41

Svada fit la leçon à Emezael. N'avait-elle rien d'autre à faire? Ce qui était fait ne changerait pas, et le danger devait avoir suffisamment soigné l'inconscience de l'homme. Dirigés par le corbeau d'Emezael, ils avançaient dans le désert qui petit à petit changeait. Le sable devenait pierre sous leur pied, et si un village avait dû se trouver non loin, ils auraient probablement dû déjà l'avoir vu. Ce qui n'était pas le cas. Il soupira silencieusement. Les voilà déjà bien mal partis... Surtout qu'aucun retour en arrière n'était possible, comme l'avait signalé Svada.

Il acquiesca lorsqu'elle parla de se poser pour réfléchir à la suite de la quête, notament à ce qu'ils allaient devoir affronter. Solis avait pu voir le poème qui correspondait à leur quête. Et s'il y avait déjà réfléchit, il n'avait pas assez de clef pour tout comprendre. Bien que même s'il avait tout comprit, il ne saurait pas forcément ce qu'ils allaient devoir affronter. Mais avant tout, il fallait se préparer à passer la journée. Solis se proposa pour chasser leur nourriture, pendant que les deux jeunes femmes montaient un abri et qu'Emezael se repliait dans sa solitude. Le muet lui aurait bien parlé, mais il n'aurait pas su quoi dire. Surtout qu'il ne savait pas ce qui tourmentait l'Ange, même s'il en avait une vague idée. Sans doute son erreur de tout à l'heure.

Prenant sa lance, il n'eut pas trop de mal à trouver de quoi se sustenter, cherchant lézards et autres dans les interstices des rochers. Originaire d'un désert, il savait comment se débrouiller. Il rentra ensuite au camp. Tout était prêt pour la nuit, mais l'atmosphère semblait légèrement tendue aux yeux de l'Elnihin. Et bien voilà qui allait être joyeux. Il se rapprocha du groupe et laissa son butin de chasse tomber sur un rocher plat. Il n'y aurait plus qu'à le faire cuir. Solis s'en occupa également, devant la moue que fit Logan, l'aveugle qui de toute façon les préférait crus et l'ange qui ne semblait pas s'y connaître très bien en cuisine de lézard. Finalement quelqu'un ramena sur le tapis le monstre qu'ils allaient devoir affronter. La discussion tourna court: personne ne semblait savoir de quoi il s'agissait malgré les indices du texte.

Finalement il fut décidé qu'il était temps de dormir. Solis hésita un instant à laisser seul Emezael. Finalement c'est ce qu'il fit. S'il voulait parler, il le ferait de lui-même, non?

Finalement, cette journée passée à dormir fut plus ou moins réussit. Et lorsqu'ils repartirent, le soleil n'était pas tout à fait couché. Finalement, tous se regardèrent, une question fatidique à l'esprit. Par où aller?

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Svada Nir
avatar
Nombre de messages : 95
Âge : 42
Race : Hybride Araignée (Veuve Noire)
Poste : Tuteur Élémentaire
Magie Contrôlée : Terre

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageMar 7 Déc 2010 - 8:43


L'hybride commença donc sa besogne, tissant et goûtant la toile sous ses doigts fins. C'était toujours un plaisir pour elle, de tisser. Que ce soit son cocon, de simples toiles ou bien de quoi emprisonner ses casse-croûtes. Elle liait la toile comme seule une araignée pouvait le faire, avec une dextérité étonnante pour sa cécité. Elle entendit et sentit la jeune Logan - sans doute plus âgée qu'elle en vérité - s'approcher et lui proposer son aide. Svada inclina la tête et eut un sourit calme. Quoi qu'on puisse penser, elle n'avait rien d'une féroce tueuse. Certes, elle était solitaire et souvent pas très fine, un peu froide et ayant du mal avec l'empathie, elle en restait pour moitié humanoïde. Avec des sentiments. Et la proposition de cette elfe la touchait un peu. Elle lui tendit des fils solides mais souples, quoiqu'un peu collants.

" Tout aide est la bienvenue. "

Les rôles se répartirent pas vraiment équitablement. Solis partit chercher de quoi manger, tandis qu'Emezaël boudait simplement. Elle soupira discrètement. Comme ils avaient l'air fins, tout les quatre. Enfin. Elle continua son œuvre, tissant un voile épais pour protéger leur abri du soleil, et avec Logan, des toiles pour se coucher dessus. Une fois cela fait, elle s'occupa de son propre cocon. Elle chercha via son pouvoir un relief suffisant, pour ne pas avoir à utiliser à nouveau son pouvoir. Finalement, elle pencha pour un pic qui était juste à côté de l'abri. Et de nouveau, elle tissa. Mais avec une habitude déconcertante, et une rapidité étonnante. Elle se fit une cavité de toile, assez large pour qu'elle y rentre. Un parfait nid d'araignée. Une fois son travail achevé, elle rejoignit Solis qui avait ramené de quoi manger. Mais il avait évidemment ramener des proies mortes.

L'hybride s'éloigna tandis qu'il faisait cuire ses prises pour eux trois, et alla se chercher de quoi manger seule. Pas loin bien sûr. Elle usa de ses sens pour se trouver une petite créature à avaler. Il ne lui fallait pas longtemps pour se trouver deux lézards qu'elle entreposa dans sa toile, et la pendit à ses espèces de mandibules à son bassin. En revenant sur ses pas, elle commença à réfléchir aussi à ce qu'ils devraient faire pour trouver cette créature mythique, quelle qu'elle soit. Svada n'était pas un puits de connaissance, et cette légende ne lui disait rien. Elle avala ses petites proies en compagnies de Solis et Logan, et ils discutèrent un peu à propos de leur quête. Cependant, tout comme elle, ils nageaient dans l'incompréhension. Une véritable perte de temps, pensa-t-elle. Comme les autres, elle rejoignit son cocon avant le lever d'un soleil brûlant. Dormir de jour ne lui posait pas de problèmes, vu son état. Et elle espérait que dans leur abri, ils pouvaient aussi se reposer tranquillement...

Svada sortit doucement ses pattes du cocon au crépuscule, puis son abdomen d'arachnide ensuite. Elle s'approcha de ses trois compagnons. Et comme hier, il y eut cette gêne totale. Où aller ? Que faire ? Svada passa nerveusement sa main sur son poignet gauche, d'où pendait une ridicule breloque : ce bijou trouvé en compagnie de Lysias dans la forêt Darke. Enchevêtrement de métal et centre doux au toucher. Quoi que ce fut, elle commençait à s'y attacher, sans trop savoir pourquoi. Il avait autant de valeur que les lézards qu'elle avait ingurgités la veille. Mais réfléchit Svada... On cherche un truc énorme non ?


" Peut-être... devrions-nous retourner dans le désert de sable. "
Elle "regarda" dans la direction dudit désert d'où ils venaient. " Nous cherchons une créature imposante... elle ne peut être que cachée dans le sable ou dans des montagnes plus grandes.... "

Elle se sentit un rien ridicule. Sa théorie était un peu foireuse, ou alors très pragmatique. Trop logique. Trop simpliste. Qu'en savait-on ? Elle pouvait très bien dormir dans une grotte souterraine ou reposer en haut de pics pentus. Ils n'en savaient rien tout les quatre. Ils étaient quatre simplets lâchés dans une étendue orangée. Maintenant violacée, bientôt bleutée. Puisque le soleil disparaissait à l'horizon, tout comme leur espoir de complète une tâche aussi importante que difficile. Svada soupira. Il leur fallait pourtant réussir. Rien que pour leur Matriache ? Non, pour tout les élémentalistes. Mais depuis quand était-elle altruiste ? Elle balaya l'horizon de ses yeux vides et inutiles...


... Et soudain, elle vit blanc.

Un flash qui lui brûla les yeux. Elle avait regardé une direction.... Avait-elle vu ?! Un follement, elle crut que oui. Quoi qu'elle ait vu, elle voulait savoir. Mais cette brûlure... Elle porta ses mains à ses yeux, les touchant sans crainte, posant ses doigts et les passant sur ses globes noirs. Et ce qu'elle avait vu... Vivement, sans prévenir, elle se mit à courir - avec ses huit pattes, me demandez pas de vous décrire ça, c'est mieux pour vos yeux et pour mon cerveau - vers cette lumière qui avait jailli dans son esprit. Si on l'avait appelée, elle ne savait pas, et n'écouta pas. Elle voulait... voir encore ? Même si elle s'y était habituée grâce à Lysias... même si elle pouvait s'en passer. Voir, c'était croire. Voir c'était beau. Alors elle avançait prestement vers un espoir. Non, un faux espoir.

Ses pattes la menèrent plus loin dans le désert de roc, là où des pics ocres s'élevaient en tours effrayantes au milieu de la nuit. Là où les rochers formaient des canyons sombres et terrifiants. Mais elle ne le voit pas. Et n'a pas le temps de sentir ce qu'il y a autour d'elle. Elle s'engouffre même, entre deux remparts de pierre chaude. Et elle s'arrête soudainement. Avait-elle perdu la tête ? Pourquoi ? Il n'y avait rien ici... Que le silence de mort. Quelques os laissés par des prédateurs sur les côtés... des prédateurs hein... Les poils sur ses pattes se hérissèrent, et elle regardait frénétiquement autour d'elle, sans y voir toujours. Elle attrapa son bâton. Ses inspirations étaient lentes et profondes, marques de sa frayeur. Frayeur qui redoubla lorsqu'elle entendit des cailloux tomber derrière elle. Vivement, elle se retourne en brandissant son arme dérisoire... Mais grand bien lui prit la mettre devant elle.

Des griffes, une patte puissante, s'abattirent sur elle et brisèrent cette maigre défense. Svada fit presque un bond en arrière, se retrouvant collée au mur. Quelle créature venait de l'attaquer ? Quoi que ce fut, c'était assez gros, et grand. Un animal féroce sans doute. Instinct de prédateur qui la prit aussi. Elle n'était pas un petit animal pleutre. Elle était une foutue araignée, ces bêtes qui s'attaquaient à des proies plus grosses qu'elles s'il le fallait. Et sans doute que précisément, il le fallait. Elle sortit ses mandibules, crachant un venin bien inoffensif pour toute créature plus grosse qu'un lapin. Ses pattes s'agitèrent, et elle se redressa sur ses pairs arrières pour gagner en hauteur, mettant quelque peu son ventre à découvert. Les pattes avant remuaient en direction de la créature, lui intimant de s'éloigner. Sans doute pas effrayée, voir amusée ? la bête du désert resta à grogner en face d'une proie alléchante. Certes, elle pourrait user de son pouvoir. Mais elle imaginait mal un prédateur laisser son dîner tenter quoi que ce soit sans lui sauter à la gorge. Simplement, Svada espéra un instant que ses compagnons ne viennent pas... C'était sa faute après tout... Mais connaissant les élémentalistes, ils allaient sûrement venir se jeter dans la gueule du loup... À moins que ce bruit ne soit une deuxième créature en fait. Pas de bol.


]

_________________________________________________________

Image Originale : Di
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMer 8 Déc 2010 - 12:09

L'elfe arrivait tant bien que mal à tisser les couvertures avec le fil gluant que l'araignée filait. Le bon côté de la chose, c'est qu'ils n'auraient au moins pas trop chaud, avec un soleil pareil. Elle jeta un regard en coin à Emezael. Pourquoi il boudait, lui ? Et pourquoi il aidait pas ? Elle, malgré sa "blessure", elle entrelaçait des fils gluants pour qu'ils puissent tous dormir au frais. Elle boudait pas.

Elle était en train de finir la dernière couverture alors que Svada terminait son cocon et que Solis appelait tout le monde pour manger. Sa faim prit le dessus, et elle enleva ses doigts du truc gluant. Du moins elle essaya. De gros fils blancs s'était agglutinés à ses doigts.


" Berk."

Elle secoue la main, mais les fils s'emmêlèrent jusqu'à se coller sur son poignet.

" Au secours !"

Elle secoua la main, de plus en plus vite, alors que les fils se collaient tout le long de son bras. Elle gémit de dégoût et se débattit. Mauvaise idée. Maintenant, tout le bas de son corps était englué. Elle attrapa le poignard qu'elle avait dans le dos et coupa les "liens", ne me demandez pas pourquoi elle n'y avait pas pensé plus tôt, moi même je ne le sais pas. Elle sortit de la couverture, le corps couvert d'un liquide gélatineux. Miam. Elle secoua les mains en grimaçant. Ah oui, il fallait attendre que ça sèche. Elle s'assit près de Solis, et mordit dans un bout de lézad grillé. L'idée de Svada lui donna une idée ( hé oui ).

" Peut-être devrions nous aller dans le village, si une créature pareille existe, ils doivent en avoir entendu parler, et ils en savent plus que nous. Là.... On est pas très avancés. "
dit elle en mordant un autre bout de lézard. Elle laissa réfléchir tout le monde à tout ça et alla se coucher.


Le lendemain, si on pouvait dire ça, l'elfe se réveilla en voyant une araignée monter sur sa tête. Elle hurla et courut se cacher à l'autre bout de l'abri.
Svada se mit à courir, sans avoir prévenu. Que lui arrivait-il ? au début, personne ne bougea, tous se regardèrent, hébétés. Puis l'elfe se leva et courut après l'hybride en criant son nom. Elle s'engageât dans un couloir de pierre. Mais peut-être n'aurait-elle pas dut. Elle se retrouva devant Svada, qui s'était arrêté, et devant un monstre très moche. Vraiment très moche. Logan poussa un cri de terreur. La bête se retourna, interpellé par cette petite chose rousse qui gigotait derrière elle. D'abord, la jeune fille ne fit rien, terrorisée. Et quand elle vit s'avancer la bête vers elle, elle hurla et courut vers le bout du couloir. La bête la poursuivait en courant.

Une fissure, dans le roc, à sa gauche. Logan ne réfléchit pas et se jeta dedans. La bête s'arrêta et gratta les parois pour essayer d'attraper la petite chose. L'elfe recula sur ses coudes jusqu'à toucher la paroi de la grotte. La patte de la chose lui touchait presque ses jambes. Oh, elle devait être bien plus appétissante que Svada, ça c'est sûr. Mais ça la mettait dans une situation préoccupante, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageDim 12 Déc 2010 - 5:57

Emezaël fixait l’horizon d’un air contemplateur. Il avait mangé avec les autres, mais sans dire un mot. Maintenant, il méditait. Il n’avait pas dormi de la journée, cherchant sans cesse un moyen de démolir cette barrière qui l’empêchait de s’améliorer. Devrait-il renoncer à atteindre son plein potentiel en tant qu’aera et rester un simple petit guerrier armé d’une épée magique? Cette épée, il la défit de ses sangles. Il observa encore une fois le travail semi-divin de Rork sur la lame et le pommeau. Ce dernier était magnifique. On pouvait y observer des dizaines de petites nervures en arabesques qui semblaient s’intégrer plus que tout à l’harmonie du chef-d’œuvre. On voyait sur le pommeau une magnifique pierre précieuse ayant autrefois appartenue à Archael. La lame, quant à elle, pouvait sembler normale, mais elle était incrustée de runes qui lui conféraient un grand pouvoir tout en faisant d’Emezaël son seul maître.

Une lame unique pour un manieur unique. Il combattait à sa façon, avec force et fougue, ruse et courage, mais du côté magique, il avait encore de grands pas à faire avant d’être en mesure de vaincre un véritable seigneur démon. Mais comment faire? Il avait d’énormes problèmes de concentration et à chaque fois qu’un pouvoir requérait un maintien de puissance, il ne pouvait garder son flux de magie assez constant pour ne pas être un danger pour ceux qui se trouvaient autour de lui. Il ferma encore les yeux pour à la fois les protéger du soleil et pour réfléchir sans être distrait par ce qui se déroulait derrière lui, au camp.

Il ne les avait fermé que quelques secondes lorsqu’il les rouvrit. Il avait compris. Si ce qui se déroulait autour de lui le dérangeait tant, il n’avait qu’à fermer les yeux lorsqu’il devait invoquer un sort. Mais si ce sort requérait de viser une cible, que ferait-il? Voilà, il y était! Il n’aurait qu’à utiliser le vent comme un sonar, comme il l’avait fait lorsqu’il avait dirigé Ithrazekiel dans le réseau de souterrains de Dyferon. Dès qu’il le pourrait, il travaillerait sur cette technique. Il lui faudrait aussi un maître temporaire pour le superviser. Il se promit aussi de ne plus agir sans réfléchir avant comme cela avait été le cas lorsqu’il avait tué la larve de ver.

Maintenant que tout allait mieux, il retourna voir ses compagnons qui se levaient justement et se préparaient à partir. Svada se mit soudainement à courir vers la lune qui se levait sans les attendre. Ne possédant que deux jambes, Emezaël, Solis et Logan se firent rapidement distancer, mais ils gardèrent le rythme. Logan, qui était pourtant plus jeune, réussi à prendre les devants des deux hommes, probablement parce qu’elle était une elfe. Ils venaient de s’engager entre deux parois rocheuses lorsqu’ils l’entendirent crier.


« Logan! » cria à son tour l’ange déchu.

C’est alors qu’il vit cette bête énorme et presque indescriptible qui griffait la paroi d’un amoncellement rocheux. Il cria à nouveau :


« Reste où tu es, on arrive. »

Svada était derrière la bête et elle avait déjà engagé le combat. En regardant plus loin, Emezaël discerna une autre créature pareille à la première. Alors qu’il courrait, haletant, il questionna Solis pour savoir si cette bête était celle avec laquelle on devait jouer au dentiste.

Réponse positive ou négative, peu importe, il détacha les sangles de son épée, il la dégagea et commença à absorber en sa pierre la pression de l’air ambiant. Lorsqu’il parvint près de la première bête, il prépara une lame de vent. Avant de la relâcher, il hurla, pour couvrir le chaos des bruits que faisaient les créatures :


« Dans moins de cinq secondes, Logan, sors et cours te réfugier derrière Solis et moi! C’est le moment pour moi de payer la dette que j’ai envers toi. »

« Cinq! » Avec force et synchronisation, il se servit de son épée pour lancer la lame de vent vers la patte avant du monstre, la même patte avec laquelle il tentait de happer Logan. « Quatre! » À la puissance de sa lame de vent, déjà décuplée du fait qu’elle soit créée par son épée, il ajouta plus de vitesse et de force en relâchant la pression retenue au cœur du joyau. « Trois! » La lame fendit l’air avec un bruit de tonnerre, au sens propre du terme. « Deux! » La lame atteint le monstre au dessus de la cheville. « Un! » Et la patte fut presque sectionnée. En tout cas, l’os, lui, était bel et bien endommagé. La bête s’affaissa. « Maintenant! »

L’attaque, trop puissante, avait momentanément coupé le souffle d’Emezaël. Il espérait que Solis pourrait s’en charger seul au moins le temps qu’il reprenne son souffle.
Revenir en haut Aller en bas
Solis Oshan
Tuteur Aqua
avatar
Nombre de messages : 146
Âge : 24
Race : Elnihïn
Poste : Tuteur
Magie Contrôlée : Eau

Feuille de personnage
Puissance:
880/1000  (880/1000)
MessageDim 12 Déc 2010 - 13:24

Lorsque Svada se mit à courir, tous furent surpris. Que lui prenait-il donc? Etait-elle soudainement devenue folle? Ils mirent un certain temps avant de réagir pour s'élancer derrière l'hybride araignée. Mais celle-ci courrait bien plus vite qu'eux, avec toutes ces pattes. Logan prit la tête de la course, suivit par Emezael. Solis n'était pas vraiment un bon coureur, car même s'il se maintenait en forme de manière général, ce n'était pas son fort. Finalement, ils arrivèrent face à un étroit corridor rocheux. Enfin, étroit... Pas tant que ça. Suivant comme il le pouvait, il arriva derrière Emezael alors que Logan venait de hurler. Que se passait-il encore?! Et il le comprit bien vite en voyant les créatures qui se trouvaient devant eux. Bien heureusement, le vent leur était favorable, sans quoi...

Faisant deux fois leur hauteur au garot et trois en allant au dessus de leur tête, les monstres se tenant devant eux étaient juste énorme. C'était le genre de créature qui régnait en maître dans les plateaux rocheux de Déserts, et si Solis n'en avait jamais vu jusqu'à aujourd'hui, il en avait déjà entendu parlé, dans les légendes de chez lui. Selon quelques légendes, il descendrait de quelque créature mythique, notamment le chien à trois tête géant, Cerberus, mais jusque là... Enfin, la question n'était pas là. Pour le moment, il fallait sortir Logan de là ainsi que Svada. Comment en étaient-ils arrivés là? Ainsi, Emezael cria. En voilà un qui avait de la chance, bien que ce n'était peut-être pas bien judicieux... Solis s'interogea un instant.

Et si... Et si ces créatures les avaient repérés bien avant? S'ils avaient profité de la fuite de Svada pour que la plus grosse créature soit isolée et ne puisse pas porter secours aux trois autres Elémentalistes? C'était bien possible. Mais en tout cas il fallait réagir.. Solis répondit négativement à la question d'Emezael: aucune chance qu'il s'agisse de ces monstres. Se postant aux côtés d'Emezael, ce dernier lança une première attaque. Solis vit le coup partir et fut impressionné par tant de force. Néanmoins le coup s'arrêta à l'os du monstre. Néanmoins, c'était suffisant pour permettre à Logan de s'échapper normalement. Mais Solis ne s'en préoccupa pas.

Il se concentrait sur autre chose. Profitant de la plaie de l'animal, il fit apparaître de la glace dans celle-ci, infectant alors l'os et les chair, la laissant grandir. Exercice difficile dans un désert où maintenir la glace se montrait ardu. Néanmoins, une fois celle-ci formée, il la fit se briser. Après quoi il se concentra à nouveau sur sa magie. Il la sentait qui fluctuait en lui. Emezael n'était apparemment pas encore remis du choc de la puissance qu'il avait utilisé, mais il fallait dire que ça ne faisait même pas deux secondes qu'il l'avait lancé. Solis se rappela alors un cours qu'il avait eu avec Ruby, au cours de sa première année de spécialisation. Le premier d'entre tous. Il n'avait pas tout à fait réussit l'exercice, quoiqu'il s'était plutôt bien débrouillé. Il avait ensuite pu s'entraîner.

D'une position légèrement en avant, l'Elémentaliste repassa à quelque chose de plus droit, plus lâche et détendu, le regard droit devant lui. Même avec une patte en moins, le monstre allait sans doute vite s'y habituer et de nouveau les poursuivre. D'un mouvement leste, Solis leva le bras, se concentrant, et une fois qu'il passa à l'horizontal, juste devant lui, un pic de glace d'une largeur d'une dizaine de centimètre fila à toute vitesse jusqu'au quadrupède, qui ne pu esquiver alors à cause de la patte manquante. Son hurlement se perdit dans un gazouillis funèbre.L'onde de choc provoquée par la puissant de l'accumulation de son pouvoir dans son bras soudainement relâché renversa tout de même l'Elnihin en arrière. Solis devrait songer à remercier Emezael: sans sa première attaque ça n'aurait pas été possible.

Un de moins. Restait le second, celui qui s'occupait de Svada.

Le jeune homme se releva rapidement, Logan les ayant maintenant rejoint. Emezael lui dit de rester en arrière pour le moment. Il se rapprochèrent rapidement du dernier, qui semblait se rendre compte de la situation. Il était désormais en infériorité numérique, et encerclé. En d'autre termes, dans une très mauvaise posture.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Svada Nir
avatar
Nombre de messages : 95
Âge : 42
Race : Hybride Araignée (Veuve Noire)
Poste : Tuteur Élémentaire
Magie Contrôlée : Terre

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageDim 12 Déc 2010 - 17:32

Thème Musical : The Ultimate Weapon

[Légende de Luxania]
" - Chers petits... connaissez vous le Conte de la Reine Araignée ?
- Non Ancienne, nous ne le connaissons pas.
- Ah c'est bien dommage mes enfants. Voulez vous que...
- Oh oui ma Dame, racontez nous !
- Ahahah... soit, laissez moi vous apprendre, vous conter, la légendaire Reine Araignée. "


On raconte qu'au Nord d'ici, dans les terres d'Efiliärd, une sombre créature vivait. C'était comme nous, une hybride. Un fruit du hasard, des dieux, du soleil, ou que sais-je encore. Comme nous, elle était une rejetée, une bannie, une sans famille et sans nom. Une abandonnée. C'était de l'insecte qu'elle tenait, de... tenez, de la créature qui descend sur ton épaule là. Oui, exactement. C'était une hybride de l'araignée. Seulement, cette pauvre enfant n'avait d'humanoïde que le nom. Tout son corps semblait provenir du démon : de multiples bras naissaient de son buste pour soutenir ce dernier et son corps hybridé. De visage, elle n'avait que la bouche, dentée, avec des mandibules affreuses. Ni yeux, ni nez ne l'habitaient. Des cheveux en cascade d'un noir de corbeau tombaient de part et d'autre de son crâne. Elle était une ignoble chose. Ses quatre bras tordus ornés de griffes la rendait trop vive et trop preste. Elle était aveugle et ne savait parler. Elle était d'un sauvagerie démoniaque, et dévorait tout être passant près de son antre... Reine des Araignées on la nomma, créature infâme et diabolique.


Pourtant mes enfants, il y eut sa légende, qui devra éclairer à tout jamais vos cœurs d'hybrides fiers. Car cette histoire n'est pas une honte pour nous. Connaissez vous la lointaine Cité d'Efilië ? Au Nord oui, si loin. Tout se déroule durant la Guerre opposant les Dieux aux démons. Des Géants, créatures destructrices par nature, attaquèrent ladite Cité. Elle était si jeune, cette ville, si peu défendue. Nul doute, les démons devaient la prendre. Celui qui menait les démons gargantuesques était, en plus d'un Géant, un lycanthrope. Oui, il était craint. Terrifiant que ce loup immense. Il ravageait les terres... il voulut ravager le domaine de la Reine Araignée. Celle-ci pourtant, sans raison aucune, prit le parti de la Cité, des dieux. Oui... elle combattit aux portes mêmes d'Efilië. Elle la défendit, elle qui avait endeuillé nombre de ses habitants. Sans raison. On chante encore son courage là-haut, elle est un conte de la guerre parmi d'autres, mais sa victoire la rend d'autant plus belle. Elle mordit à sang le lycan démoniaque. Lui, lui arrachait les bras, un à un. Mais elle ne lâcha jamais. Jamais. Tout son venin coula dans le démon. Jusqu'à ce que son cœur s'arrête, elle maintint ses crocs. La légende dit que même lorsque le géant la décapita, elle continua de le mordre... Et la bête infernale tomba. Sur les restes sanglants de la Reine Araignée. Ainsi, la Cité resta, et bénit sa sauveuse providentielle. Ainsi... elle prospère encore.


" - Alors mes enfants, l'histoire vous a-t-elle plu ?
- Oh oui !
- Bien... il est temps de dormir, petits hybrides, et de forger dans vos cœurs, le même courage que vos ancêtres... "


****************

[Dans le désert d'Erestrée]

La première bête ou quoi que ce fut partit soudainement sous le cri de ... Logan. Semblait-il. Svada tourna son visage déformé par ses crocs vers elle, et abaissa son ventre. Elle faillit les suivre, craignant que l'elfe ne se fasse dévorer. Mais bien vite, son attention fut retenue ailleurs. Par son copain là. Ou sa copine, qui sait. Bref. Un monstre identique, quoique... légèrement moins gros ? Effectivement, son poids sur le sol lui semblait moins conséquent. Svada le fixa et reprit une position identique. Elle crachait un peu de venin, naturellement. Mais son venin à elle... il n'avait strictement aucun effet sur une bête pareille. Bizarrement, l'hybride crut entendre une voix lui susurrer à l'oreille... ton pouvoir... ne l'utilise pas... cette créature en face est aussi un enfant du Soleil... tout comme toi petite araignée... alors affronte là comme l'animal que tu es... Et tout aussi étrangement, la Passeuse l'accepta.

Oui, elle était hybride avant d'être Terra. Et c'était là son désir. Son pouvoir n'avait jamais été dans sa vie une chose primordiale. Alors elle arqua le dos et se souleva sur ses pattes arrières, les pattes avant battant l'air, ses bras pliés et ses doigts arqués. Le loup des sables hésitait en face. Il sentait son compagnon souffrir là haut, et même si cette bête là semblait toute chétive... Elle l'attaqua ?! Et oui. Dans un mouvement vif, comme celui de l'insecte dont elle était issue, elle bondit presque jusqu'à l'animal du désert, et le prit par le côté. Elle enfonça ses doigts et ses pattes dans sa peau et s'accrocha fermement à lui, alors qu'il commençait à gesticuler et à faire souffrir ses membres. L'instinct sans doute, ou alors la folie, lui fit mordre le cou de l'animal. Elle ne l'avait jamais fait vraiment en fait. En général, elle n'en avait pas besoin... Mais là, elle enfonça ses crocs noirs, lisses et gluants dans sa peau durs, qui céda sous ses efforts. Et elle mordit. Non pas comme un vampire, qui aspirerait le sang, puisque seules ses mandibules entraient profondément dans sa gorge et délivraient un venin. C'était l'instinct qui lui faisait faire cela, mais sa logique lui disait que c'était la pire chose à faire.

Alors elle serra plus fort, ignorant cette patte qui venait de lui griffer le dos, et la sensation qu'une de SES pattes venait de se briser. Bah. Sur huit, une seule, ce n'était pas grand chose. Et elle gardait ses crocs enfoncés. Qu'importe, elle voulait l'avoir ainsi. Et on avait rarement vu une hybride aussi butée. Pas moyen de la faire lâcher prise. Et son venin doux coulait... coulait... et elle sentit soudain... le venin il... était si acide ? Non, jamais il n'avait été si corrosif. Elle sentit la peau de la bête sous elle frétiller tandis que des gouttes tombaient de sa bouche. Et soudain... l'animal se raidit, comme paralysé. Ses yeux fouillaient encore partout. Mais ses muscles étaient tétanisés. Et Svada ne lâcha pas. Pas encore. Pas tant que la bête ne meurt. Ainsi, jusqu'à que ce que la bête pousse un dernier souffle, elle resta immobile. Et lorsqu'elle s'affaissa, Svada se redressa lentement. Sa bouche était maculée d'un sang épais et chaud. Sur ses mains et ses pattes également, le sang perlait. Elle rentra lentement ses mandibules buccales, ce qui lui causa une douleur naturelle : les garder trop longtemps à l'extérieur les rendait plus difficile à rentrer dans les compartiments sous sa peau.

Une autre douleur irradiait. De sa patte... laquelle ? Ah, ce n'était qu'une patte arrière. Elle était bizarrement tordue, dans un angle assez improbable. Mais ça se remettrait. En fait, la vraie douleur venait de son dos d'araignée. Elle envoya une main en éclaireur, et la passa sur trois longues griffures dans sa "carapace" insectoïde. Son exosquelette en vérité. Heureusement pour elle, les griffes n'avaient pas pénétré, sinon ses organes auraient été touchés... Et la largeur des entailles ne lui disait rien qui vaille. Elle trembla un coup, spasme qui secoua tout son corps. Elle avait encore du sang sur les mains et le visage, mais ce n'était pas grand chose en somme... Et ses compagnons ?! Prestement, mais grimaçant sous la douleur de sa patte tordue, elles se retourna dans leur direction, et avança vers eux. Elle sentit que la première bête était aussi à terre. Comment et qui l'avait abattue, elle ne le savait. Mais... sans doute, elle devait ressemblait à la Raine Araignée, avec ses cheveux éclaboussés de sang séché tombant devant ses yeux, et le liquide sombre un peu partout sur elle. Elle soupira de soulagement en les sentant tout les trois présents, vivants. Rompant le charme effrayant de son apparence, elle lança, ennuyée :


" Je suis désolée... Je ne sais pas ce qui m'a pris de venir jusqu'ici. J'avais cru... voir. "

Dire un truc pareil... elle se bafferait presque. De fait, elle se mordit simplement la lèvre. Pourquoi disait-elle cela ? Elle ne leur devait... si, elle leur devait une explication. Mais c'est tout ce qu'ils auraient. Elle ne dirait rien de plus, pas question d'avoir l'air encore plus faible de par ses yeux aveugles qu'à présent. Et Svada, simulacre idiot de la Reine Araignée, passa le dos de sa main sur son menton coloré de grenat. Tout ce sang... ne lui faisait rien.


Spoiler:
 

_________________________________________________________

Image Originale : Di
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageDim 12 Déc 2010 - 20:59

Logan sentait sa dernière heure venue et se bornait à essayer de survivre.
Elle avait beau avoir atteint la paroi, elle essayait quand même de reculer. Elle avait l'impression que le monstre s'approchait de plus en plus d'elle. Et entre deux halètements, elle entendit Emezaël lui crier de s'en aller. Elle ne se le fit pas dire deux fois. Alors que l'épée de l'ange transperçait la patte du monstre et que l'entrée de son refuge était tout éclaboussé de sang, elle se jeta hors du trou et courut se cacher derrière Solis. En sortant de la grotte elle s'était cognée au mur et avait reçu la moitié du sang sur elle. Merveilleux. Le reste du voyage s'annonçait génial.

Elle sursauta lorsque le monstre, qui ressemblait à un loup, fut empalé sur un pic de glace. Mais, elle savait le faire, ça ! C'était bien la seule chose, d'ailleurs. Pourquoi n'y avait-elle pas pensé ? Parce qu'elle était paralysée par la peur ? Ou bien était-elle complétement idiote ? L'utilisation de son pouvoir n'était pas vraiment un réflexe de survie, chez elle. Enfin, il l'avait été, une fois.

Mais elle se demanda pourquoi ce n'était pas un réflexe chez Svada. Elle la regarda, ahurie, monter sur ses pattes arrières pour affronter la bête trois fois plus grosse qu'elle. L'elfe eût mal pour elle lorsqu'elle vit une de ses pattes se retourner dans une position pas vraiment naturelle. Et pourtant, elle ne lâchait pas ! Et elle ne lâcha pas, jusqu'à ce que la deuxième créature mourut. Alors que l'araignée pleine de sang les rejoignait, l'elfe ouvrait des yeux de plus en plus gros.


" .... Vous allez bien ? "
dit elle en fixant la patte tordue d'un air de dégout.

Apparemment elle n'avait pas entendu, mais s'excusait... D'avoir vu ?! Ben mince, alors c'était possible ? Un silence gêné s'ensuivit. Ce fut la voix de l'elfe, dont les yeux avaient repris une taille normale, qui rompit ce silence.

" Euh... On ferait mieux de trouver le village, non ? Parce qu'en fait, là, on est pas très avancés. "

Elle regarda tout le monde d'un air interrogateur, croyant avoir dit une fois de plus une bêtise.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMar 21 Déc 2010 - 4:02

L’exécution de la créature titanesque fut rapide et efficace… mais pas sans douleur. Le travail d’équipe de Solis et d’Emezaël avait duré au plus une vingtaine de secondes, assez pour que le monstre sente les esquilles se séparer de son os et pénétrer sa chair, puis la glace envahir la plaie, décuplant la douleur, le menant au bord de l’inconscience. Il sentit aussi le pieu de glace s’enfoncer dans sa tempe et ne poussa rien de plus qu’un grotesque hurlement qui demeura quelques secondes après sa mort, le temps que l’air ait terminé de quitter ses poumons et que l’écho des parois rocheuses ait cessé de se faire entendre.

Bien que la créature soit immonde, Emezaël ne pouvait s’empêcher d’être écœuré par la boucherie à laquelle il avait participé. Le temps que ce sentiment s’évanouisse (quelques secondes, donc) et le voilà qui se demandait déjà si la bête était comestible.

Pendant ce temps, Logan avait pu les rejoindre sans encombre. Tant mieux. Cela enlevait un poids sur ses épaules de savoir qu’il avait réussi. Peut-être que maintenant, les autres ne le sous-estimeraient plus. Peut-être qu’il était trop téméraire, mais il assumait cette faiblesse.

L’Ange porta son regard au deuxième monstre alors qu’il s’effondrait, vaincu par le venin de Svada. Que lui était-il arrivé, à celle-ci? Elle semblait… bestiale, si le mot convenait. Peu importe. L’important était que tous étaient sains et saufs. Quand elle leurs expliqua brièvement qu’elle était venu ici simplement parce qu’elle avait cru voir, simplement à cause d’une illusion, Emezaël la comprit. Svada aurait plus que tout souhaité voir à nouveau. L’Ange déchu avait tout perdu et si jamais il avait pu nourrir la moindre chimère, le moindre faux espoir de connaître ses parents, même s’ils étaient morts, il l’aurait prit, même s’il aurait été obligé de sauter d’une falaise ou de se noyer dans l’océan. Le prix à payer était sans importance par rapport à l’espoir de retourner en arrière. Cependant, ce qui est fait est fait. On ne peut changer ce qui est inaltérable. Ce principe fondamental de la vie, Emezaël le maudissait encore plus chaque jour. Il se sentait horriblement seul. Même si, lorsqu’il avait quitté les Avariels, certains lui avaient démontré de l’amitié en lui donnant des cadeaux d’adieux tels que son épée, la plus grande partie de sa vie avait été rempli de solitude et de mélancolie. La solitude, car il était tout le temps laissé à part dans un coin, rejeté à cause de sa différence et la mélancolie d’une vie et d’une famille qu’il n’aura jamais pu avoir.


« Tu n’as pas à éprouver de la culpabilité. Tout le monde est resté en vie et personne, hormis toi-même, n’a été blessé par ta faute. Tu n’arriveras à rien en regrettant des gestes déjà posés. Peut-être ressens-tu à peu près la même honte que j’ai ressentie après l’attaque du ver et dans ce cas, saches que je te p… »

Mais qu’était-il en train de dire là? Lui, il faisait la morale à une élémentaliste plus expérimentée? On aura tout vu.

« Ah! Ça fait rien. On oublie tout ça, d’accord? »

Emezaël se dirigea vers le cadavre du molosse qui n’était PAS empoisonné et tâta sa chair. Malheureusement, non, elle n’était pas comestible. Elle était trop dure. On ferait sans.

En regardant vers le ciel, il se demanda où était passé Oedrek. C’est vrai qu’on devrait trouver le village, mais nulle trace de leur guide en vue.


« Je ne vois Oedrek nulle part, mais il nous suffirait de retourner sur nos pas et de marcher un peu et je suis certain que nous atteindrons rapidement le village. »
Revenir en haut Aller en bas
Solis Oshan
Tuteur Aqua
avatar
Nombre de messages : 146
Âge : 24
Race : Elnihïn
Poste : Tuteur
Magie Contrôlée : Eau

Feuille de personnage
Puissance:
880/1000  (880/1000)
MessageMar 21 Déc 2010 - 16:07

Le spectacle qu'offrit Svada aux autres Elémentaliste était assez... Particulier. Le jeune homme regarda la bête tomber avec un léger dégoût sur le visage. Etrangement, il trouvait ça plus dérangeant que lorsque la veille, la femme araignée avait mangé le scorpion vivant. Enfin... Peut-être était-ce l'image qu'offrait la femme araignée à cette instant? Un être sanguinaire, fait pour tuer... Mais bien vite il se reprit: il n'y avait rien de dégoûtant à voir en réaglité. Ce n'était que le combat pour la survie. Et Svada avait gagné haut la patte. Enfin... Elle fit les derniers mètres les séparant tous et s'excusa alors. Elle avait cru voir...

Solis comprenait alors parfaitement Svada. Lui-même s'il pouvait parler à nouveau... Que ne serait-il pas près de donner pour ça? Il l'ignorait, mais il savait qu'il ferait beaucoup. Aussi pardonnait-il sans mal à Svada. Et il écouta le discours d'Emezael avec un sourire. Voilà qui était bien mieux. Finalement, peut-être qu'une cohésion pouvait exister dans le groupe, malgré les différences et les difficultés à surmonter. Peut-être pouvaient-ils y arriver? C'est donc avec un regain d'optimisme qu'il écouta les différentes propositions: se diriger jusqu'au village. Soit, l'idée fut approuvée. Néanmoins, retourner sur leurs pas n'était peut-être pas la meilleure idée. Aussi des lettres apparurent sur le sol que quelqu'un lut pour Solis.


-Nous devrions plutôt essayer de trouver un chemin pour monter au dessus du canyon pour avoir une vue d'ensemble et savoir où nous nous situons.

Finalement ils s'accordèrent là-dessus, mais avant de partir, ils décidèrent tout de même de faire quelque chose pour la patte de Svada bien que celle-ci ne semblait guère y accorder beaucoup d'importance. Ce fut Emezael qui la redressa, en essayant d'éviter à l'hybride de trop souffrir, bien que Solis s'était débrouillé pour l'anesthésier plus ou moins avec du froid. Il s'occupa aussi de nettoyer les différentes plaies, que ce soit la blessure plus importante de Svada ou les égratignures de Logan dû aux pierres de là où elle s'était cachée. Logan s'occupa de faire quelque chose pour que la patte de Svada ne bouge pas trop une fois remise en place.

Une fois prêt, ils purent enfin partir pour quitter le corridor rocheux. Svada marchait en tête, sur ses gardes, suivie de près par Logan. Emezael marchait en troisième position, Solis derrière lui. Ce dernier alla se mettre à niveau d'Emezael et lui posa une main sur l'épaule pour attirer son attention. Il montra derrière eux puis leva le pouce pour signifier que tout à l'heure, il avait parfaitement agit. Apparemment le message sembla passer.

Ils trouvèrent finalement un chemin vers un promontoire rocheux au dessus duquel ils montèrent. De là, ils purent observer les alentours. Et au loin, il y avait bien un village de pierre blanche. Solis sourit, ça lui rappelait tellement ces villes bordant son village natale... Il y avait d'ailleurs à côté de tout ça une petite oasis, sans doute la seule source en eau du village, leur permettant de vivre une vie assez paisible malgré tout. Ils prirent donc la direction du village.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Svada Nir
avatar
Nombre de messages : 95
Âge : 42
Race : Hybride Araignée (Veuve Noire)
Poste : Tuteur Élémentaire
Magie Contrôlée : Terre

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageLun 27 Déc 2010 - 14:52

Un rictus amusé naquit sur ses lèvres qu'elle essuya avec plus de minutie. Elle avait longtemps hésité sur la réaction la plus adaptée à prendre face à ce discours un brin moralisateur, mais teinté d'une amitié sincère. Choquée ? Narquoise ? Attendrie ? Un peu des trois à la fois. C'était bien la première fois ... qu'on lui faisait la morale. Du moins, qu'on lui donnait des conseils de cette façon. Elle passa sa langue sur ses mandibules et ses lèvres pour les nettoyer complètement. Elle resta silencieuse ... jusqu'à ce qu'ils se mettent en tête de la soigner et de panser ses plaies. Ah non. Pas question. Elle les sentit approcher, mais ne pensait pas qu'ils oseraient, tout les trois... Tout les quatre... Finalement, peut-être n'était-ce pas une si piètre équipe ? Finalement... peut-être s'en sortiraient-ils ? Peut-être oui... Seront-ils en mesure d'affronter ... ce qui les attend. Svada eut un mouvement de recul lorsqu'ils commencèrent à approcher dangereusement d'elle.

" Ce n'est vraiment pas.... " Emezaël lui replaça malgré sa patte tordue, dans un craquement glauque. " ... la peine.... "

Elle les laissa faire finalement. Puisque ça leur faisait plaisir... Elle ne put réprimer un rictus douloureux lorsqu'ils pansèrent sa plaie dorsale. C'était vraiment pas passé loin.... Les griffes de la bestiole étaient tout juste trop courtes. Tout juste. Une fois les bandages faits, elle souffla un peu. Elle ne pensait pas avoir autant forcer sur ses bras fins : elle fut prise d'un tremblement compulsif et elle sentit déjà la douleur monter dans ses muscles. Cependant, il fallait bien continuer. Ainsi, sous leurs conseils avisés, ils se dirigèrent vers un promontoire. L'escalade, voilà bien quelque chose qu'elle appréciait. Avec toutes ses pattes, c'était du gâteau. Et elle n'avait aucun problème à présent pour sentir les aspérités et les roches saillantes. Arrivés en haut, ils purent profiter d'une vue magnifique... enfin elle le pensait. Le désert, c'était un décor à nul autre pareil. Puissant, mais apaisant. Dangereux et difficile, mais pourtant, il y avait toujours des gens qui vivaient ici. Svada sentait les grains de sables portés par une brise nocturne passer autour d'elle, et cela, lui sembla-t-il, apaisa son malaise de ne pouvoir profiter de ce spectacle. De ne pouvoir voir sa terre, sinon natale, du moins d'enfance.

Mais on était pas là pour profiter de la vue. Un village n'était pas loin, il était temps de le rejoindre et de se renseigner. Peut-être les légendes parlaient-elles d'une bête aux dents gigantesques ? Peut-être ... il fallait l'espérer. Sinon, ils seraient encore plus dans la panade, pour rester polie. Ils se dirigèrent vers ledit village donc, en commençant par quitter ce coupe-gorge. Ils firent marche arrière, et en quelques heures, ils avaient quitté le désert de roc pour rejoindre celui de sable chaud. Pour ses poils sensitifs, c'était un véritable cauchemar. Elle se sentait... vraiment aveugle. Puis, il y eut ce moment de flottement indicible. Au loin, eux voyaient déjà la pierre blanche. Et peut-être ont-ils eux aussi senti... le vent souffler, le sable se lever. Peut-être eux aussi, ont-ils pressenti ... que la tempête se levait. Le vent frais et calme devint bourrasque violente et traîtresse. Le sable chaud et doux, des projectiles griffant et aveuglant. Terriblement, le désert apaisant se transforma en un monstre rugissant, en des cris du vent s'engouffrant dans les canyons et des gifles jetées par les grains sablonneux.

Svada s'était raidie, et stoppée. Elle ne percevait rien autour d'elle, avec tout ce sable collé à ses pattes... Même si elle avait pu user de son pouvoir - mais vu sa fatigue... - elle n'aurait guère su quoi faire. En cas de tempête, les siens se réfugiaient prestement à l'abri de rochers ou dans des creux. Mais l'hybride se sentait comme un point perdu : elle ne savait pas où se trouvaient ses compagnons. Elle préféra rester immobile. Mais que faire ? Hésitante, elle tendit un bras à côté d'elle et toucha quelqu'un. Elle ne savait pas de qui il s'agissait, entre l'ange, l'elfe ou le muet. Mais l'araignée saisit l'épaule de cette personne, et s'en approcha. Elle ne pouvait rien faire : elle ne voyait qu'un noir complet et ne sentait rien autour d'elle. La panade je disais ? La mélasse plutôt. Puis une idée lui vint à l'esprit. C'était elle qui avait le corps le plus imposant ? Et eux, ils ne devaient pas être loin. Elle étira l'une de ses pattes et sonda dans le sable assassin, si elle frôlait quelqu'un... Ahah. En voilà un autre. Il fallait qu'ils se regroupent, et qu'ils avancent en tortue. C'était le seul moyen de continuer... Mais... il restait encore une personne qu'elle n'avait pas trouvé. Elle espérait qu'elle ne fut pas loin. Il fallait qu'ils restent en vie, tout les quatre. Ou au pire, eux trois. Svada, avant d'être Passeuse, était Gardienne. Et le Gardien donne sa vie pour protéger ceux qui sont avec lui. L'hybride tendit son bras libre sur son côté, cherchant encore... En même temps, elle essaya de faire un pas en avant, pour leur faire comprendre qu'ils devaient continuer malgré tout.

_________________________________________________________

Image Originale : Di
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMar 28 Déc 2010 - 10:25

Lorsque l'idée de Logan fut approuvée, elle bomba le torse de fierté. Pour une fois qu'elle avait une bonne idée, elle n'allait pas se terrer dans un trou. Ensemble, ils replacèrent la patte de Svada, et Logan lui fit une attèle avec ce qu'elle trouva - deux bouts de bois, et un bout de sa tunique. Finalement, le voyage ne s'annonçait pas si terrible que ce qu'il semblait au début de leur aventure, il commençait à y avoir une cohésion au sein de leur groupe. Solis se mit à panser ses propres plaies. Elle n'y avait pas prêté attention, mais des multitudes de griffures et d'égratignures lacéraient ses bras, ses épaules et ses jambes. La brûlure qu'elles lui causèrent la firent sautiller dans tous les sens, en jetant de petits " Aïe ! " à chaque bond, jusqu'à ce que Solis les calma avec son froid.

Il montèrent sur un promontoire rocheux, chose facile pour l'elfe, qui avait passé sa vie à jouer dans les arbres. De là haut, le désert était magnifique. Grand, puissant.... Il semblait étinceler d'argent sous les étoiles. Et au loin , caché derrière les dunes, un petit village de pierres blanches, et à côté... Une oasis. Logan se rendit compte qu'elle avait horriblement soif. Et le sable qui lui entra dans la bouche lorsqu'elle fit un grand " Aaaah " d'admiration devant le spectacle n'arrangea pas les choses.

Il descendirent du promontoire et s'engagèrent dans le désert, vers le village. Du moins elle l'espérait. Elle n'avait pas vraiment un bon sens de l'orientation pour un elfe. Le vent se leva, et le désert avec lui. Une tempête de sable. On lui en avait vaguement parlé avant son voyage, mais elle ne les imaginait pas si terribles. Elle avançait à grand peine, luttant contre le vent qui hurlait et qui brouillait ses sens.


" Il faut continuer vers le village ! "
hurla-t-elle.

Chose inutile, car son cri fût emporté par le vent. Elle se retourna, se protégeant les yeux avec son bras. Personne. Bien sûr, elle ne voyait pas à plus de deux mètres devant elle, mais cela l'inquiéta. Elle se sentit terriblement seule, tout à coup, dans ce désert dont elle ne connaissait pas les dangers. Elle reprit la marche vers le village, mais était-ce vraiment la bonne direction ?

La terre se mit à trembler.

C'était plus fort que lorsque le ver de sable avait attaqué. Etait-ce quelque chose de plus gros, ou attaquaient-ils en groupe ? Logan ne se posa pas la question, elle courut, bravant comme elle le pouvait la tempête de sable qui lui brouillait la vue. Elle ne savait plus depuis combien de temps elle marchait, depuis combien de temps elle avait perdu ses compagnons. Elle le tremblement qui s'était intensifié pendant un moment avait complétement cessé. Elle doutait même qu'une créature comme un ver géant puisse se repérer dans une telle tempête, avec tant de mouvements contradictoires. Kaboom !

Elle hurla de douleur. Elle venait e se heurter à un mur. Littéralement. Un bras la saisit et l'entraina quelque part. Elle fut projetée au sol. Elle s'attendait à voir ses compagnons, mais elle ne vit que trois inconnus qui la regardaient bizarrement. L'homme qui apparemment l'avait attiré parla. Ou plutôt cria.


" Mais vous êtes folle ? Vous auriez pu croiser le monstre ! "

" Le.... Monstre ?! "
bégaya-t-elle.

Une chose était sûre, elle avait trouvé le village. Mais dehors, ses compagnons étaient peut-être en danger.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageLun 3 Jan 2011 - 21:28

Même s’il répugnait de replacer le membre cassé de Svada, il devait faire tout ce qui était en son possible pour gagner la confiance de ses compagnons. Un petit coup sec et la patte serait en mesure d’être soignée. Emezaël se détacha de ce qui se passait autour de lui pour ne pas être perturbé par sa tâche. Toute sa concentration allait à ce qu’il faisait. S’il était en mesure de faire de même lorsqu’il lançait des sorts, il serait bien meilleur. Dans un craquement répugnant auquel l’Ange déchu resta insensible, la patte fut redressée. Il pansa les plaies qui avaient été nettoyées en utilisant les bandages qu’il gardait dans une trousse à sa ceinture. Lorsque cela fut terminé, il se rendit compte qu’il avait de grandes égratignures sur son avant-bras droit. Puisque ce bras était le plus près de son épée, qu’il tenait à deux mains, la puissance de son attaque lui avait laissé des marques lorsque la déflagration s’était fait sentir. Il saignait à peine, mais il se pansa tout de même pour éviter que les blessures s’infectent à cause du sable.

Lorsqu’ils repartirent, Solis posa sa main sur l’épaule de l’Ange pour qu’il se retourne et lui signifia qu’il avait bien agit. Puisque l’Elnihïn ne pouvait pas parler, Emezaël se contenta de lui sourire en retour. En arrivant sur le promontoire rocheux, il se rendit tout de suite compte que quelque chose n’allait pas. Le ciel était bleu et vide. Aucune trace d’Oedrek ou de quelque autre oiseau du désert. Une légère brise se faisait sentir et le sable se déplaçait sur le sol. Pour ne pas paraître paranoïaque, Emezaël ne confia pas ses craintes aux autres.

Alors que le groupe cheminait vers le village, aperçu au loin à partir du sommet de la colline, le vent devint subitement plus fort et le sable se souleva d’un coup, confirmant le pressentiment d’Emezaël. En moins de trente secondes, même avec son capuchon, il devait parfois fermer les yeux. En n’ouvrant qu’un œil, il regardait droit devant et essayait d’avancer. Où était Svada? Il ne la voyait plus. Il regarda derrière. Solis! Il avait lui aussi disparu. Il aperçut une forme, à sa gauche, mais le sable ne lui permettait pas de voir grand-chose. Avec peine, il parvint à celle-ci et s’agrippa au bras que Svada lui tendait. À côté de Svada, Emezaël discerna Solis, qui s’agrippait à son autre bras. Où était Logan? Ne sachant plus de quel côté se trouvait le village, il se contenta d’errer avec les deux autres, espérant bientôt tomber sur celle qui manquait à l’appel. Soudain, le sable cessa de le gifler, mais le vent continuait de siffler à leurs oreilles, comme s’ils s’étaient retrouvés à l’abri d’un mur où d’une grosse pierre. L’Ange déchu regarda ce qui leur offrait cette protection temporaire et ne vit que brièvement la nageoire dorsale d’un monstre étrange avant que celui-ci ne replonge sous le sable, permettant à quelques grains rapides d’entrer entre les paupières d’Emezaël. Aveuglé, il tentait de savoir si les autres l’avaient vu en leur demandant, mais le vent emportait ses paroles au loin et la communication n’était pas aisée. Emezaël se remémora le poème. Il en comprit alors toute la signification. S’ils ne retrouvaient pas rapidement Logan, alors il était certain qu’on ne retrouverait jamais rien d’eux.


Dernière édition par Emezaël Fenenn le Mer 19 Jan 2011 - 0:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» Forum Secondaire de Tests
» L'Ecole Secondaire en Haïti : Les questions qui se posent
» proposition pour la FVB
» Dessins, travaux graphiques, artworks + demandes
» Achèvement d'une tâche secondaire (Maten + Libre?)