Partagez | .
 

 Vers la plus haute colline [Shaloa, Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ceinwyn
avatar
Nombre de messages : 489
Âge : 202
Race : Oréade
Magie Contrôlée : Aera

Feuille de personnage
Puissance:
310/1000  (310/1000)
MessageLun 15 Nov 2010 - 3:40

Cela devait faire environ deux semaines que les deux amants s'étaient avoué leur sentiment. Les chaines de Ceinwyn étaient rompues et elle n'était plus exactement la prisonnière de Shaloa. Les premiers jours avaient été les plus durs... Elle n'était pas sortit de la salle en proie à une faim insatiable. Seule la présence de l'archange était parvenue à calmer les ardeurs de la bête en elle... Il lui avait apporté de quoi se nourrir, il lui avait offert son attention et ses bras pour s'y accrocher. La vampire se souvint en souriant combien le contact de sa peau contre la sienne l'avait aidé à garder la tête froide. Ou plutôt disons, l'avait aidé à penser à autre chose que sa faim pendant quelques instants. Elle se souvint que l'envie de sang et l'envie de chasser lui avais parfois arraché des cris de douleur et d'impuissance alors qu'elle s'agrippait à lui désespérément. Cette période avait été très dur pour Ceinwyn. Elle avait supporté sans jamais craquer la proximité de l'ange contre elle, l'odeur de son corps qui venait l'affamer des qu'il franchissait la porte. Elle ne comptait plus le nombre de fois ou elle avait faillit planter ses crocs dans sa chair sous le coup d'une impulsion passionnée... Pourtant elle avait tenu bon et une nuit, elle était sortit de la salle de réunion accompagnée de son amant.

Traverser les grandes pièces pleines de gens vivants avait été une nouvelle torture pour elle. Des dizaines d'odeurs flottaient autours d'elle et il lui suffisait de se focaliser sur l'une d'entre elle pour savoir presque immédiatement à qui elle appartenait. Son séjour dans les contrées sauvages lui avait au moins apportait cela, ses sens étaient bien plus développés qu'auparavant. Elle s'était agrippée violemment au bras de l'ange, mal à l'aise et soumise à une impérieuse gourmandise. Petit à petit, elle avait réalisé qu'à force de sentir ces odeurs, elle s'y habituait et pouvait y résister avec plus de facilité. A présent, elle pouvait se balader dans la planque, elle parvenait à refréner ses envies de sang. Certes elle désirait toujours les mordre mais la voix de la bête en elle était plus faible que jamais. A partir de ce moment, la vampire pu se rendre compte qu'aucune personne ici présentes ne la regardait comme un monstre. Il y avait parfois quelques regards méfiants mais elle ne se sentait pas totalement inhumaine.

Néanmoins, la journée pendant son sommeil, elle demeurait dans la pièce qui auparavant lui avait servit de prison. Un vampire au réveil est toujours affamé et Ceinwyn était particulièrement sensible aux senteurs lorsqu'elle s'éveillait. Shaloa venait la rejoindre des qu'il pouvait et passait tout son temps libre avec elle. Il dormait lui aussi le plus souvent dans cette salle, aux côté de la vampire. Elle se demandait comment les personnes sous les ordres de l'ange pouvaient bien voir leur histoire. Tout ceci était bien nouveau et elle ne voulait pas lui causer du tort.

Si ces deux semaines avaient été éreintantes (autant physiquement que moralement pour la vampire), elles avaient aussi été les plus belles de sa vie. Ceinwyn ne pouvait s'empêcher d'afficher un sourire radieux sur son visage en repensant à tout ce qu'ils avaient partagé. Elle se souvint s'être endormie dans ses bras, blottie contre son torse alors que l'aube pointait son nez par exemple. C'était ses instants préférés. Ces derniers étaient purement magiques pour la vampire. A l'approche du jour, une lassitude extrême prenait lentement possession de son corps, la bête s'endormait avant elle et elle avait donc plusieurs minutes en pleine possession de ses moyens pour savourer la présence de celui qu'elle aimait. C'était les seuls instants ou elle s'était autorisée un réel relâchement. Elle se lovait contre lui et oubliait le reste, seule sa respiration apaisée et le contact de sa peau demeurait, l'entrainant vers un sommeil profond duquel elle ne se réveillerait que la nuit venant.


Ceinwyn repensait à tout ça en sortant de la planque en compagnie de Shaloa. Ce n'était pas la première fois qu'elle retournait à l'extérieur mais cette fois ci était spéciale pour elle. Il n'y avait pas de but précis et elle était heureuse de pouvoir de nouveau respirer l'odeur de la forêt. Elle huma avec bonheur l'air alentour et tourna doucement son visage vers l'archange. Elle avait enfin pu se changer et appréciait de se sentir propre. Vêtue d'un pantalon de cuir usé, de bottes marron et d'une simple tunique noire, elle aurait pu passer pour une mortelle si la lune n’avait pas rendu ses yeux aussi brillants. Elle leva la tête vers l'astre nocturne et son visage d'une blancheur éclatante semblait presque illuminer la nuit. Ce soir la, Shaloa avait proposé de se rendre dans les collines afin de passer du temps tout les deux. Elle n'était pas contre et rêvait de fuir l'agitation de la résistance. La planque était comme une fourmilière, ça vivait et ça s'agitait et cela fatiguait les sens de la vampire.

Ils marchaient déjà depuis un certain temps quand elle se rapprocha doucement de lui. Ses bras vinrent enlacer son cou et ses lèvres se joignirent aux siennes. Tout était plus facile en extérieur. Elle se sentait libre et l'odeur alléchante du jeune homme était diluée par toutes celles environnantes. Elle le regarda, souriante et murmura au creux de son oreille

"Montre moi comment est le monde vu d'en haut"

Elle s'agrippa à lui farouchement et il la prit dans ses bras. Il s'envola donc, emportant avec lui un colis qui ne savait si elle devait admirer les étoiles ou le visage de l'ange. Ceinwyn ne pourrait dire si elle apprécia le voyage, elle demeura les yeux fixés sur lui, blottie contre lui et merveilleusement bien. C'est à peine si elle se rendit compte qu'ils étaient arrivés sur la plus haute colline, leur destination finale...

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Shaloa
avatar
Nombre de messages : 424
Âge : 201
Race : Archange
Poste : Milicien
Magie Contrôlée : Aera

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageLun 13 Déc 2010 - 2:57

Depuis un certain temps déjà, Shaloa et Ceinwyn marchaient vers les collines afin de passer de bons moments ensembles. Il faisait noir depuis longtemps déjà et la lune brillait comme jamais et Shaloa souriait en voyant celle-ci refléter dans les yeux de son amoureuse. Les deux jeunes gens se rapprochèrent et la vampire enlaça le coup de l'ange pour ensuite l'embrasser tendrement. L'ange plongea son regard dans celui de la jeune femme qui vint finalement lui murmurer une demande peu anodine.

Shaloa se pencha pour la prendre dans ses bras et s'envola vers la plus haute colline, s'assurant de ne pas aller trop vite. Shaloa ne voulait surtout pas aller trop vite et rendre la vampire mal à l'aise. D'ailleurs, prendre son temps était plus qu'agréable quand la passagère se blottissait doucement contre lui. Tout de même, ils arrivèrent finalement à destination et lorsque Ceinwyn fut descendue de l'ange, celui-ci joignit sa main à la sienne pour ensuite marcher un peu.

Le sommet de cette colline offrait une superbe vue sur en bas, la nature, et en haut, les étoiles par milliers. L'archange aperçut un champ d'herbe pas trop loin et s'y dirigea en compagnie de Ceinwyn. Il l'invita ensuite à s'y étendre et tout deux admirèrent le ciel, main dans la main. Shaloa tourna ensuite la tête vers la jeune femme et lui sourit.


-Ce moment n'est-il pas parfait ? Je suis entendu dans l'herbe fraiche à admirer les étoiles en compagnie de la personne que j'aime. Pour un instant, je peux oublier tous nos problèmes.

Shaloa approcha tout doucement son visage de celui de Ceinwyn et vint pour l'embrasser tendrement.

_________________________________________________________

http://thebluekenny.blogspot.ca/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageLun 13 Déc 2010 - 23:33

Un râle, un craquement et un sinistre hurlement, telles étaient les sons qui sortaient de cette caverne, située au pied du toit du monde, non loin des collines de Devëlite, caverne à l'intérieure de laquelle une abomination sans nom oeuvrait, expériences sinistres, torture et destruction étaient ses maîtres mots, mais en l'occurence, le craquement et le hurlement étaient le soin que produisait la liche au réveil...
Une longue nuit, ou plutôt journée dans son cas, au cours de laquelle il avait travaillé tard, terminant un traité de Nécromancie qu'il n'avait pas ouvert depuis un bout de temps, et passant directement à la pratique...Sur des cadavres qu'il avait de stock évidement, après tout, chaque nécromancien un poil compétant prenait soin d'avoir toujours une réserve de corps...
Et de fait, Larin était quelqu'un de très, très mais alors très méthodique et organisé, et l'expérience qu'il avait mené durant la journée avait porté ses fruits, il parvenait toujours à faire exploser un cadavre ambulant, l'intérêt? Aucun mis à part projeter du sang partout, sans oublier les vêtements qu'il portait...Bah de toute façon il empestait déjà la mort, alors un peu plus un peu moins, cela ne faisait pas une grande différence.

Il venait de se réveiller donc, ou plutôt de sortir de l'état de repos dans lequel il était, car on ne peut pas vraiment dire d'une liche qu'elle dort, son esprit est toujours à l'affut, mais parfois, son corps cesse juste de bouger, régénérant ses forces pour la nuit à venir. Il s'étira quelque peu, faisant craquer la plupart de ses os, et les inspecta un à un, il devrait bientôt changer de corps, celui-ci avait souffert lors d'un combat, mais bon il tiendrait encore facilement une semaine ou deux...Il couvrit ensuite son corps, enfilant la tunique qu'il avait mise à secher...Mais qui puait toujours autant...Décidément la poisse, enfin ce n'était pas vraiment qu'il s'en souciait, mais bon. Un fois son corps couvert, il sortit de sa caverne et regarda l'étendue d'arbres et d'herbes qui s'étendait devant lui, un léger vent soufflait et bien qu'il ne le sentait pas sur son crâne, il voyait l'herbe se courber doucement sous le doux souffle de ce vent nocture, il avait choisit cet endroit pour vivre car il lui rappellait son foyer d'antan, les arbres, l'herbe, la nature, non perturbée par la corruption des démons et qui pourtant, si la situation ne s'améliorait pas, finirait par dépérire, et il n'y aurait plus une, mais deux étendues appellée mont décharné...
Quoiqu'il en soit, il se mit en route rapidement, les sorties qu'il effectuait avait pour but de pourvoir à ses besoin primaires, et par là il n'entendait pas se nourir ou boire, mais bien étudier, rechercher des manuscrit ancien, ou tout simplement se calmer les nerfs sur quelque crétin corrompus et ou démon qu'il trouverait sur son passage.

En l'occurence, la liche fit ce soir là une rencontre à laquelle il ne s'attendait pas, il avançait face au vent, une vielle habitude de chasseur qu'il avait prise du temps de sa jeunesse, et alors qu'il marchait, le crâne recouvert par sa capuche, il avait vu une silhouette descendre du ciel...Un élémentaliste? Ou un Chiroptéran, les deux étaient plausible après tout, il était trop loin pour faire la différence, et comme le grand curieux qu'il était, mais également parce que secrètement il espérait tomber sur un démon pour se passer les nerfs dessus, il se dirigea vers ce point où il avait vu une forme se poser.
La surprise fut de taille...En fait de la taille des ailes des l'individus...Un ange, difficile de trouver personnage plus aux antipodes d'une liche, l'ange bon, généreux, toujours prêt à se rendre utile mais un peu naif aussi il fallait bien l'avouer, et le mort vivant, abomination sortie des entrailles de la terre, maligne, cruelle, vouée à faire le mal...Bon d'accord c'était la vision qu'en avait Larin, pour lui les anges à force d'être gentil finissaient toujours par se faire berner et le regretter...Et si ils ne l'étaient pas ils étaient déchu...Sympa le programme, lui au moins il était une liche, ok une liche pas vraiment en accord avec sa nature profonde, mais lui au moins n'allait pas se faire berner 150 fois, une fois lui suffisait.
Alors qu'il était à une centaine de mètres d'eux, caché derrière un arbre, pour les observer, et où intérieurement il se moquait un petit peu de l'ange, la nature se fut facétieuse et le vent, jusque alors favorable tourna subitement...Emportant les délicieuses senteurs de la liche vers les deux personnes...Car oui il étaient bien deux, mais Larin ne parvenait pas vraiment à deviner la nature de cette dernière. Quoiqu'il en soit il était trop tard, les éffluves de sang et de putréfaction avaient du les atteindre et c'est pourquoi la liche sortit de sa cachette, avançant lentement mais surement vers le couple, chacun de ses pas faisant craquer les os de son corps, comme une machinerie mal huilée, craquement sinistre au possible et résonant au travers de la nuit, c'est quand il arriva à une dizaine de mètres du couple qu'il s'arrêtta et le seul son qui sortit de sa bouche fut un gutturale, comme une voix sortie d'outretombe


"Bonsoir, je vous dérange peut-être ? "

La question était réthorique, évidemment qu'il les dérangeait cela se voyait sur leurs visage...Mais la liche était de bon humeur pour une fois et une blague détend toujours l'atmosphère...Bon quand elle est sortie par un squelette ambulant cela provoque souvent d'autres réactions, mais soit il était prêt à prendre le risque.
Revenir en haut Aller en bas
Ceinwyn
avatar
Nombre de messages : 489
Âge : 202
Race : Oréade
Magie Contrôlée : Aera

Feuille de personnage
Puissance:
310/1000  (310/1000)
MessageMar 14 Déc 2010 - 18:23

Thèmes musicaux: Morning Song & The Elements

~Morning Song~

Ceinwyn sourit en sentant l'Ange prendre sa main, elle laissa aller ses doigts à quelques menues caresses contre ceux du jeune homme et le suivit docilement. Elle regardait autours d'elle et respirait l'odeur du vent. C'était ça la liberté, sentir l'air pur sur son visage, les étoiles la lune et celui qu'elle aimait pour seule compagnie. Elle marchait avec légèreté, tranquille et apaisée. Des dizaines d'odeurs parvenaient à ses narines. L'herbe fraiche, une légère odeur de brulé qui pouvait provenir de la cité, l'odeur des arbres en contrebas et tellement d'autres. Une s'en dissociait néanmoins par son fumet et sa délicatesse. L'odeur de son amoureux était la plus reconnaissable et la plus douce de toutes pour la vampire. Certes, elle lui causait de l'envie et dans un certain sens de la souffrance, mais si elle devait ne plus sentir qu'une chose dans sa vie, elle choisirai ce parfum sans hésitation. La vampire détailla les traits de son visage en souriant avec amour. Il l'avait sauvé, elle avait une dette envers lui et au lieu d'attendre quoi que ce soit d'elle, il lui offrait sa compagnie et tout son temps libre. Elle le suivit vers l'herbe en réfléchissant. Tout ce qu'elle pouvait faire pour lui dans l'état actuel des choses c'était ne pas lui causer d'ennuis et résister du mieux qu'elle pouvait à la bête en elle. Étrangement, tout était plus facile quand il était la. Elle savait pourquoi elle faisait ça, elle savait pourquoi elle ne tuait plus. Oh bien sur le plaisir du meurtre l'avait légèrement quitter, mais la vrai raison de ce retournement de situation était la, à ces côtés. C'était pour lui qu'elle avait voulut éteindre le feu de la soif en elle. Elle voulait demeurer à ces côtés, croire en ce qu'il croyait, vivre les même épreuves et l'aider à toutes les traverser.

Elle cligna des yeux, admirant toujours son visage sous la lune. Dieux, qu'il était beau. Elle ne pouvait s'empêcher d'avoir peur pour lui. Il vivait dangereusement, à la planque comme avec elle, une seule erreur, un faux mouvement et il risquait sa vie. Elle se contrôlait mieux qu'avant mais et s'il était blessé un jour? L'odeur de son sang l'enivrerait elle au point de la rendre dangereuse pour lui?.. Cein n'avait pas le choix, il fallait qu'elle continue à croire en sa détermination et en son amour. Le désir de ne pas lui faire de mal serait, elle l'espérait, toujours plus fort que celui de son sang. Elle s'étendit avec lui et pensa une nouvelle fois à ce qu'aurait été sa vie si elle était resté Oréade. Aurait elle rencontré Shaloa? En cours sans doute... L'aurait il aimé? La vampire n'avait pas la réponse à cette question. Elle soupira doucement et remercia le ciel de l'avoir mis sur sa route. Elle plongea dans ses yeux lorsqu'il lui parla. "Je peux oublier tous nos problèmes". La vampire afficha une expression soulagée. Bien c'est tout ce qu'elle souhaitait, qu'il se repose, qu'il se délasse de tout ce qu'il vivait en tant que chef de la résistance. Elle lui sourit, les yeux à demi fermés et acquiesça. Parfait oui, figée dans le temps, elle aurait pu rester la des années entières. Depuis peu, la vampire recommençait à frissonner, non de froid bien sur, mais les baisers et les tendres moments qu'il lui offrait était pour elle de réels cadeaux, d'une valeur inestimable.

Elle répondit à son baiser, blottit contre lui, elle entendait son cœur battre régulièrement et c'était ce qui faisait son bonheur. Il vivait bel et bien. Il était la à ses côtés, son sang était chaud, tout comme sa peau, il respirait et vivait, tout simplement. Jamais elle ne ferait de lui ce qu'elle était devenue, jamais elle ne lui arracherai cette étincelle, cette pureté qui l'habitait. Ses doigts glissèrent doucement contre les plumes de son aile et ses yeux brillèrent encore plus qu'auparavant. Bien sur, elle savait que tout ceci n'était que stéréotypes et idées fixes mais il restait un ange. Elle ne voulait pas le souiller, elle n'en avait déjà que trop fait... Les démons n'avaient que déjà trop blessé son innocence, Ceinwyn ne serait pas la prochaine à blesser ses ailes. Elle porta une nouvelle fois ses lèvres contre celle de l'ange, avec plus de fièvre et de désir. Elle glissa sa main contre son cou et posa sa tête sur son épaule. Oui, c'était ça la bonheur.

~The Elements~

Ceinwyn leva les yeux vers les étoiles et la lune. C'est vrai que c'était beau. L'immensité des cieux les regardait, la vampire était heureuse... Elle se prit à penser à l'origine de leur pouvoir, à l'origine des démons. Depuis combien de temps Elament n'avait elle pas connue la paix? Ou plutôt, avait elle déjà connue la paix? L'eau, le feu, la terre et l'air... Elle sourit. Et pourquoi elle? Pourquoi avait elle reçue le don d'Aera? Qu'est ce qui avait qu'elle avait été "choisie"? Elle se souvint de ce que lui disait sa mère "Chacun de nous a un rôle précis à jouer dans l'histoire, une fois que l'on a trouvé sa place les choses se feront facilement" Sa place? Et si sa place à elle était au côté de Shaloa? Cette idée plaisait à la vampire. Oui, les choses seraient plus faciles à partir de maintenant, elle en était sur. Elle ria doucement et attrapa la main de l'archange, déposa un baiser dessus et posa sa joue contre la paume de son amoureux. Ses sourcils se froissèrent doucement et elle voulut lui demander si sa peau n'était pas trop froide. Elle ouvrit la bouche et c'est cet instant que le vent choisis pour tourner. Son visage changea immédiatement d'esprit, sa peau pâlit encore et elle écarquilla légèrement les yeux. Elle recula de quelques centimètres et porta sa main à son nez. Ça sentait le sang, le sang humanoïde qui plus est. La vampire serra les dents, sentant la faim, violent, gronder en elle.

Pourtant cet état ne dura pas, une seconde odeurs, plus traitre s'instilla dans les narines de la vampire. Cette fois, cela sentait la mort, la chair putréfiée... Bref ça puait quoi. Ceinwyn plissa le nez, une expression de dégout et regarda dans le sens du vent...

"Il y a quelque chose... quelque chose de mort la bas"

A peine avait elle terminé sa phrase que la "chose" justement sortit de sa cachette. Quoi? Une liche? Si près d'eux et elle n'avait rien sentie? Ses sens s'étaient ils amoindrie durant son enfermement? En réalité, le vent avait été traitre cette fois ci. La jeune femme se levant lentement, sans quitter cette expression de dégout. Les craquements du corps de la liche étaient sinistres et assommant d'indiscrétion. Comment une créature aussi bruyante et répugnante pouvait elle encore errer librement dans la nuit?.. Ceinwyn en tant que vampire de son état avait le nez sensible et n'aimait pas la laideur, sous quelque aspect qu'elle soit. Hors, le visiteur n'était que putréfaction et puanteurs. Sur lui, la vampire distinguait la fragile senteur délicate de sang frais, cette odeur de fer, caractéristique, mais cette dernière ne parvenait pas à couvrir l'odeur nauséabonde du corps en décomposition devant eux.

L'ironie remplaça petit à petit l'écœurement sur le visage de la jeune femme. Super c'était la soirée morts vivants? Shaloa était servis, deux monstres en une soirée. Oui car en réalité, qu'est ce qui différenciait Ceinwyn du corps pourrissant devant elle? Rien, à part que son corps à elle demeurait intact. A l'intérieur c'était la même chose, une âme maudite, un pantin, ni mort, ni vivant. La vampire détesta immédiatement la liche pour lui avoir mis cette idée en tête. Non, tout de même, les vampires étaient bien plus vivants que ces choses la. Ceinwyn pouvait encore se nourrir, elle pouvait réchauffer sa peau et sa chair, son corps était résistant et elle était loin d'avoir cet horrible aspect... Pourtant, pourtant... Oui, à l'intérieur ils étaient tout les deux pareil, une âme accrochée à un corps sans vie, un parasite. Bref une Aberration... Les sourcils froissés, elle regarda Shaloa et se rapprocha de lui inconsciemment. Elle savait parfaitement que si il fallait se battre, elle ne servirait absolument à rien.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMer 15 Déc 2010 - 1:37

« La lune est belle, aujourd’hui… »

Oui, la lune était belle. Son reflet se propageait partout, tel un halo divin, tableau clair-obscur du paysage. Le vent, même s’il s’infiltrait sous les pans de la cape d’Emezaël, le faisant frissonner, ajoutait à l’ambiance indescriptible, à la fois magnifique et sombre.

À deux pas devant l’ange déchu se situait une tombe, mais pas n’importe laquelle. Cette tombe appartenait à un ancien élémentaliste qui avait été connu sous le nom d’Archael. Cet Archael avait, selon Rork l’Enchanteur, été très respecté des aeras. À la suite de l’enchantement de l’épée d’Emezaël, renommée Loup-des-Cieux, Rork n’avait exigé de la part de son client qu’une seule chose : la promesse de l’ange de lui rapporter des pierres rouges nommées Larmes de Sang. Il lui avait aussi proposé d’aller voir la tombe d’Archael pour le remercier de son cadeau. Mais à cette requête, il y avait deux problèmes : de un, ce genre de pierres ne se trouvait que sur la muraille de la Sombre, perlant comme des larmes à deux ou trois mètres de hauteur; de deux, même si cette requête datait de plusieurs mois, Emezaël avait été trop débordé pour entreprendre une telle quête. Même s’il n’avait actuellement pas la possibilité de se rendre jusqu’à la Cité, il avait quand même cédé à la tentation de venir admirer, ici, au pied des collines Devëlites, la tombe de l’ancien possesseur du joyau qui avait été enchâssé dans le pommeau de Loup-des-Cieux.

En effet, même si le Zéphyrin avait perdu son ancien pouvoir, peu importe lequel ce fût, il pouvait maintenant permettre à Emezaël de retenir la pression de l’air et de la relâcher avec énormément de puissance. Un jour, il l’avait même utilisé pour attaquer un monstre énorme et il lui avait presque sectionné la patte, un exploit, en soi.

Soudain, en écoutant les sons autour de lui, il entendit quelque chose, comme un murmure. Ce qu’il ne savait pas, c’est que ce murmure appartenait à une Voix d’Argent, ces créatures aériennes s’étaient autrefois liées d’amitié avec Archael et celle qui murmurait, cachée derrière les arbres, avait reconnu l’essence, même partiellement altérée, du Zéphyrin.

Se demandant ce qui émettait le murmure, Emezaël se laissa entraîner, suivant les diverses pistes et sentiers sous les arbres jusqu’à en quitter le couvert. Il se retrouva au pied de la plus grande colline des environs. Même s’il n’était plus dans le sous-bois, il ne distinguait toujours pas la créature qui l’appelait. Il se décida donc à escalader.

Après quelques minutes, il tomba sur une grotte. Il écouta les sons autour de lui. La voix s’était temporairement éteinte. Succombant à la curiosité, Emezaël entra et ce qu’il vit le laissa bouche-bée. Sous les pierres, il y avait une autre tombe. Cette tombe était la sculpture d’une femme magnifique, un ange, tenant un bébé dans ses bras. Sur la stèle était inscrite la phrase suivante :


« EN LA MÉMOIRE D'AYLA ET D'EMEZAËL FENENN »

Puis, plus bas :

« ILS RESTERONT À JAMAIS DANS MON CŒUR À MOI, HÉREI FENENN, EN TANT QUE LA FEMME DE MA VIE ET LE FILS QUE JE N’AI PAS EU LA CHANCE DE VOIR GRANDIR »

Emezaël se trouvait devant sa propre tombe et… celle de sa mère. Son père, le croyant mort avec elle, lui avait offert une tombe et alors que lui, Emezaël, était sur le point de le retrouver, il s’était fait assassiner par un traître, le même traître qui avait causé la chute de l’ancien Domination.

L’ange déchu sortit pour cueillir des fleurs. Il revint à l’intérieur de la grotte avec un bouquet complet. Bouquet qu’il déposa dans les bras de la sculpture, avec le poupon qu’il avait autrefois été. Il jeta un dernier regard derrière lui avant de ressortir à l’air libre. C’est alors qu’il entendit de nouveau le murmure.

Il le suivit en montant toujours plus haut sur la colline. Parvenant au sommet, il vit trois formes. L’une d’entre elles, ailée, était la forme d’un ange, l’autre, plus mince et serrée contre la première, était celle d’une femme et la dernière était sans aucun doute un démon, de quelque race qu’il soit. Voulant à tout prix éviter au couple d’être attaqué avant son arrivée, il envoya une onde de choc sur le démon, une liche, selon l’odeur nauséabonde, et se précipita aux côtés des amoureux. Arrivé près d’eux, il se campa et tint son épée bien fermement et droit devant lui.


« Qu’est-ce que vous faites ici? Savez-vous ce qu’il veut de vous? » demanda-t-il à l’ange.
Revenir en haut Aller en bas
Shaloa
avatar
Nombre de messages : 424
Âge : 201
Race : Archange
Poste : Milicien
Magie Contrôlée : Aera

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageJeu 16 Déc 2010 - 2:27

Alors que Shaloa profitait de ce tendre moment de bonheur que lui et Ceinwyn vivaient, celle-ci se raidit tout à coup. Tandis qu'elle portait ses mains à son nez, Shaloa se recula un peu et put découvrir à son tout la terrible odeur de putréfaction qui se propageait dans les parages. L'archange se releva donc d'un trait, portant sa main à sa tête pour scruter au loin, suivant son instinct naturel et oubliant ses facultés de détections magiques. La vampire lui expliqua qu'il y avait une entité morte pas loin.

La dite entité, finalement révélée liche, sortit de derrière un arbre et se mit à avancer vers eux. C'était un corps tout décomposé en lambeaux et couvert de sang. Aussi mort put-il paraitre, que ce soit de son aspect ou de son odeur, le démon mouvait bel et bien comme un vivant ... ou presque. Il était désagréable de constater le terrible grincement que faisaient ses os qui craquaient à chaque mouvement. Alors que Ceinwyn se rapprochait de lui, Shaloa créa discrètement une lame de vent dans sa main droite, mécanisme de défense automatique en lui.

L'ange fut d'abord surpris de voir le mort vivant s'arrêter pour les saluer et au passage, demander avec ironie s'il les dérangeait. Avait-on à faire à un mort arrogant, ou bien à un cynique traitre ? Peu importe, Shaloa décida de ne pas répondre, méfiant. Sa main gauche, toujours libre, rejoignit celle de Ceinwyn. Quand il s'apprêta finalement à parler, une deuxième coup d'éclat fut assener à la situation : Un jeune homme aux cheveux argentés courait vers eux en envoyant une onde de choc sur la liche.

Shaloa regarda le garçon aux habits noirs alors que celui-ci se campait devant eux, l'épée tenu droite devant. Le héro amateur se retourna finalement vers eux, leur demandant ce qu'ils faisaient là et ce que le démon voulait. Soudainement inspiré, l'ange répondit d'un ton ironique :


-En fait, on allait lui demander quand t'es arrivé ! Pour ce qui est de ma présence ici, je vais me permettre d'en garder les motifs pour moi. Comment tu t'appelles ? Hum, en fait ... Comment vous appelez-vous ?

L'ange avait désormais détourné son regard de l'élémentaliste au profit de la liche. Il restait à voir si elle voudrait bien répondre ou si elle avait un peu mal pris l'onde de choc que lui avait envoyé le type aux cheveux argentés.

_________________________________________________________

http://thebluekenny.blogspot.ca/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageSam 25 Déc 2010 - 18:22

Ah l'amour, une bien étrange émotion, car il fallait bien appeller le comportement des deux êtres qui lui faisaient face comme il l'était...Il est des gestes qui ne trompent pas, surtout quand on a passé les derniers siècles à arpenter cette terre, à en apprendre les subtilités, à en drainer tout le savoir pour le faire sien.
La chose étrange avec cette cruelle émotion c'est qu'elle ne manque pas d'ironie...D'un côté un ange, représentant presque divin, ayant posé le pied sur terre, un être parfait, sensé être sans défaut, incarnant l'espoir des hommes en ces temps sombres, un véritable chevalier blanc, prêt à sacrifier sa vie pour celle des autres...Enfin c'était ce que disaient les livres, mais la réalité comme Larin l'avait déjà constaté est souvent autres. De l'autre, une vampire...Car oui Larin n'était pas dupe, le mouvement de recul, l'air de dégout qui s'affichait sur le visage de la "jeune" femme en face de lui ne le trompait pas, l'étrange pâleur de sa peau non plus d'ailleurs. Les vampires...Une race maudite, tout autant que lui, incapable de trouver le salut, se différentiant seulement du squelette ambulant par son aspect plus que séduisant pour le commum des mortels...En fait par de nombreux point, les liches étaient supérieurs aux vampires, pour vivre ces derniers boivent le sang des autres, comme des parasites, suçant la vie de leur proie, incapable la plupart du temps de se contrôler lorsqu'ils ont goûté ne fusse qu'une fois au sang d'être vivant et pensant, ils craignent le soleil, tout comme la liche mais dans des proportions tout à fait démesurée par rapport à cette dernière, car là où le soleil ne fait que l'affaiblir, il les tue sans que ces derniers ne puissent faire quoique ce soit...En bref, une engeance, comportant autant de défaut que lui, une horreur de la nature que cachait une enveloppe de douceur et de beauté...Ironique donc, l'union entre un être de lumière et un enfant de la nuit, entre le bien et le mal, le parfait et le maudit.
Une émotion dont il se souvenait, car il l'avait étreinée autrefois, il y a fort longtemps, du temps ou il était encore à déambuler parmis ses paires élémentaliste, une émotion qui aujourd'hui lui rappelait durement sa nature, car c'était un sentiment qui avait disparut de lui au même titre que sa vie d'autrefois. En de rare occasion, il revoyait le visage de son aimée d'autrefois, pâle reflet du passé, n'étant raccordé à rien d'autre que son pendentif qu'il gardait enfoui sous sa toge, il la connaisait pourtant et savait comment l'amour fonctionnait...Mais il en était dépourvu, malédiction suprème parmis tant d'autre, mais dont il avait finit par s'accomoder.

Larin les regardait, un sourire aurait illuminer son visage, si la peau et les muscles n'avaient pas depuis longtemps cédé la place aux os, mais pourtant rien qu'en regardant attentivement le crâne du maudit, on pouvait voir toute l'ironie de la pensée de la liche, et l'amusement qu'il en retirait cela va sans dire. La situation aurait très bien pu en rester là, mais bien sur le destin n'est jamais droit, il y a toujours de petites perturbations et tous système tend à s'équilibrer, deux damné un vivant, voilà qui est loin de l'équilibre parfait, mais un peu par hasard, il en était sur, voilà qu'un jeune élémentaliste, du moins en apparence s'avançait vers eux l'épée au poing...Et une onde de choc qui arrivait sur lui...Décidément il était verni, toujours à frapper avant de discuter, ils ne changeraient donc jamais.
Il ne craignait pas cette rafale qui arrivait sur lui à toute vitesse, car après tout, il ne ressentait aucune douleur physique, rien ne pouvait le toucher si ce n'est au niveau de ses accroches nécromancienne.
D'un geste qui trahissait une grand expérience martiale, la rapière noire et dentée qu'il portait à la ceinture jaillit de son fourreau, semblant attirer à elle toute la lumière environnant sa lame, et vint se planter dans le sol, servant de prise pour ne pas être trop déséquilibré par le choc.
Cela eu plus ou moins l'effet escompté, Larin subit l'onde de choc comme le roc subit les vagues lors des tempêtes les plus violentes, ses vêtements se détachant sous l'effet de la magie de l'air et étant propulsé quelques mètres plus loin comme une feuille morte portée par le vent d'automne. Mais ce ne fut pas le spectacle d'un corps composé exclusivement d'os, ni même l'étrange lueur verdâtre qui iradiait de certains points névralgique du squelette qui constituait la plus grande surprise de l'attaque qu'il venait d'encaisser...Il devait le reconnaître, il avait un peu sur estimer la capacité de son corps à tenir le choc, mais ce n'est qu'une fois son crâne voltigeant en même temps que ses vêtements qu'il s'en rendit compte.

Le crâne vola sur quelques mètres, rebondissant comme un caillou à la surface de l'eau, avant de s'immobiliser dans quelque épaisse touffe d'herbe, le corps de la liche se figea un instant, puis bascula en avant et s'effondra au sol...Quelques secondes de battement, était ce la fin de la liche ? Non bien évidement, mais il lui fallait quelques seconde pour reprendre le contrôle de son corps à distance.
En effet ce dernier se releva, squelette sans tête, spectacle pour le moins saisisant pour qui n'était pas habitué évidemment et aussi naturellement que certains prennent leurs café le matin, il se dirigea vers l'endroit où sa tête s'était arrêté. Il trébuchait certe et parfois un craquement un peu plus fort que les autres résonnait dans la nuit, mais finalement, le corps de Larin arriva à destination et d'un geste rapide, il remit sa tête sur ses épaules, la revisant sur ses vertèbres, dans une même mécanique que ceux qui vissent pour construire des meubles. La liche était à nouveau complète, son pendentif pendant autour de son cou, provoquant de petits bruit métalique à chaque fois qu'il venait heurter la cage thoracique du cadavre ambulant.
Larin se dirigea ensuite vers ses vêtements, qu'il repassa rapidement, n'appréciant guère que tout le monde puisse voir son anatomie, c'est le cas de le dire, et presque aussi rapidement, il reprit sa lame, toujours plantée dans le sol avant de la rangée dans son fourreau, il remit sa capuche en place et tourna la tête vers l'élémentaliste qui venait de l'attaquer avant de dire d'une voix semblant venir de l'outre monde


"Les imbéciles dans votre genre ne font pas long feu...Il faudrait que vous appreniez à parler avant de frapper, un minimum de politesse et d'éducation ne vous aurait pas fait le moindre mal...Vos parents étaient donc si mauvais ?"

Un rictus anima la liche, faisant claquer les dents de sa machoire comme de petites pierres que l'on se serait amuser à cogner les unes contre les autres, cependant il ajouta rapidement

'Ne répondez pas à la question, en fait je m'en fiche de vos parents, et à dire vrai de vous...Apprenez de vos paires, l'autre ange ici présent, prépare une attaque mais à la décence d'être discret au moins !"

Larin tourna son crâne vers l'ange qui s'était placé devant la vampire et fixa ses orbites sur la main de ce dernier, il n'était pas dupe, la main serrée, comme autour d'une garde, ce dernier avait également de nombreuses chance d'être un Aera, il devait avoir préparé quelque chose...Une épée peut-être? Qui sait, Larin n'était pas vraiment expert en magie de l'air, sa spécialité étant plutot le feu.
Il remonta son regard et fixa l'ange dans les yeux, de ses deux orbites semblant sans fond, il pouvait assurer que ce dernier était puissant, il le ressentait, comme il sentait la maîtrise dont ce dernier faisait preuve.
Il ricanna encore une fois et parla


"Les noms sont pouvoirs en ses temps obscure...Et je ne suis pas vraiment un démon comme les autres. Les vôtres sont soit traître soit en fuite, ils se terrent comme des vers dans d'immense forteresse d'après les rumeurs...Que feraient donc trois réfugiés ici dites moi? Vous me faites penser à l'une de ses vermines qui m'a servit d'expérience...Un maître du feu corrompus...Une abomination qui ne souffrait d'aucune comparaison."

La haine avait remplacé l'humeur plutot jovial de la liche, le feu corrompus était une monstruosité pour lui et n'importe lequel de ses utilisateurs méritaient de mourir sur le champs...Ou plus tard, il avait le temps pour les trucider et en faire de joli sujet d'expériences, cependant, il n'avait pas finit, car il fallait bien leur donner un nom, pas le sien bien sur, mais un nom quand même aussi s'empressa il d'ajouter

"Mais vous pouvez m'appeller, Folst pour le moment...Et vous êtes?"

Folst était un terme qui provenait de sa langue natale et qui signifiait la flamme noire, la chose la plus crainte par les membres de son peuple, ennemis des forêts et ennemis de la vie, consumant tout jusqu'à la mort elle même...
Revenir en haut Aller en bas
Ceinwyn
avatar
Nombre de messages : 489
Âge : 202
Race : Oréade
Magie Contrôlée : Aera

Feuille de personnage
Puissance:
310/1000  (310/1000)
MessageLun 3 Jan 2011 - 23:25

La vampire entrouvrit la bouche... repoussant. Elle bloqua simplement sa respiration et maudit intérieurement le démon. L'odeur de son amant ne venait plus chatouiller son odorat et cela lui manquait déjà. Elle serra les dents, demeura collée contre Shaloa et esquissa un sourire en sentant la main de l'ange rejoindre la sienne. Ses doigts s'entremêlèrent aux siens, immédiatement elle sentit sa chaleur se diffuser dans sa paume. Ce simple contact réchauffa tout son être, bien mieux qu'un simple repas, bien mieux qu'une simple gorgée de sang. Les sourcils de la vampire se froissèrent doucement, Shaloa était en passe de devenir sa nouvelle drogue. Son odeur, le contact de sa peau, sa chaleur, le gout de ses lèvres... Cein secoua très légèrement la tête. Était-ce une bonne chose? La jeune femme avait toujours été en proie à ses passions, de son vivants ou non d'ailleurs. Elle avait été passionnée par la chasse et n'avait vécue que pour ça, puis cela avait changé, elle n'avait alors vécu pendant un temps que pour Elament et ses amis la bas. Une nouvelle fois, elle c'était prise de passion pour sa condition de vampire, non pas qu'elle ait déjà apprécié cet état, mais pendant un temps, elle n'avait vécue que pour en découvrir plus sur la nature des "sangsues". Puis il y avait eu Raziel... Raziel. Ou donc avait il pu aller? Ou les ténèbres l'avaient elles menées? Reviendrait il un jour? Oui, pendant un temps trop court, il avait été le centre de son univers, il lui avait appris à refouler sa compassion et à devenir sanguinaire et... dangereuse. Le sang, avait ensuite été sa nouvelle drogue. Ou plutôt le meurtre. Mais son Ange l'avait sauvé, il l'avait sortit de la. Pourtant le remède risquait de devenir lui même une dose d'héroïne. Oui à présent, Shaloa était le centre de sa vie, les planètes ne tournaient plus qu'autours de lui et Cein était constamment attiré par l'ange, comme un aimant.

Le moindre mouvement qu'il faisait, les ondes qu'il propageait par son odeur et sa simple présence, Ceinwyn se calait inconsciemment sur elles. Une effluve venant de lui et les sens de la vampire se réveillaient, le bruit de ses pas approchants... Involontairement, lorsque Shaloa se déplaçait, la position du corps de la jeune femme changeait, elle plaçait ses pas dans les siens et calquait sa respiration sur la sienne... Bref, la vampire était un être passionné comme la majorité de ceux de sa race. Ses doigts effleurèrent le dessus de la main de son amoureux. Elle leva un sourcil, dubitative. Et voila qu'un nouveau protagoniste entrait en scène. Ah et puis de façon discrète voyons... Et vas y qu'il envoyait valdinguer le crâne de la liche. Arf, si ça mettait en pétard le démon ils allaient perdre bêtement du temps et cela embêtait Cein. Dire que cette soirée aurait du être pour eux une nuit loin de la guerre, loin de la résistance, loin des démons et de tout le reste... Elle approcha son visage de l'oreille de Shaloa et souffla avec douceur

"Nous aurions du choisir un autre endroit je crois"

Avant de reculer à contrecœur son visage, la vampire entrouvrit la bouche et inspira profondément... Hum délicieux. Elle effleura très légèrement son cou, du bout des lèvres résistant à la tentation d'y poser un baiser avant de reprendre sa position initiale et fixa la liche du coin de l'œil. Elle n'ouvrit pas la bouche. Pour quoi faire? Répondre de façon insolente à l'élémentaliste ou montrer son dégout pour la liche? Tout ceci était inutile. Si elle avait su ce que pensait le tas d'os, elle aurait pu lui répondre bien des choses. Oui, ils étaient, sous certains angles, semblables. Mais le désir, la faim, le soif, l'amour... Tout cela, la liche ne pouvait l'éprouver. Cein était bien plus vivante que cette chose. Elle avait de la chaire, de la peau... Certes, de marbre, mais elle ressentait des choses. Elle pouvait ressentir le plaisir, la peur. Oui, les vampires étaient des êtres de passions, désirant et continuellement à la recherche du plaisir. Le plaisir de tuer pour certains, le plaisir de boire le sang d'une victime, le plaisir de sentir la chaleur d'un vivant réchauffer son corps mort.

Pourtant, elle se sentait désemparée face à sa nature de morte vivante. Elle ne faisait que souiller Shaloa, par ses actes passés, par sa nature même. Elle avait tué des élémentalistes et cela, il le savait, les autres résistants aussi en grande majorité. Elle sentait que sa présence aux côtés de l'ange entachait quelque peu son rôle, il tolérait qu'un monstre comme elle arpente la planque, il tolérait même que ce monstre dorme près de lui, se nourrisse du sang de d'êtres vivants pour survivre... Est ce que cela ne passerait pas pour de la faiblesse? Cein aurait pu faire partit des démons, elle aurait pu se ranger aux côtés de ceux vivants dans la cité, par facilité, pour oublier, pour vivre en s'abandonnant à sa bête en elle. Mais lui, comme si de rien n'était, il lui offrait librement son amour, il lui offrait une nouvelle vie et une nouvelle chance... Oui Ceinwyn était comme la liche peut être, une sorte d'aberration, mais elle n'était plus seule et à présent, ce qui lui donnait la force d'être plus humaine, plus vivante, se tenait juste à côté d'elle. Elle lui ferait honneur et saurait se montrer digne de la confiance qu'il plaçait en elle.

Aussi rejeta elle ses idées lugubres pour le moment. Elle sourit et resserra sa main sur celle de son amant. Pour elle et la liche, point de salut... Et pourtant, depuis peu, la vampire avait une idée, un peu folle certes, qui trottait dans sa tête. Elle ne voulait pas encore en parler mais, cette idée grandissait en elle, prenait possession de son esprit. Si il existait un moyen, un seul petit moyen de redevenir vivante, de redevenir ce qu'elle était autrefois, elle ne devait pas hésiter n'est ce pas? Mais il fallait réfléchir. Ceinwyn serra les dents en regardant le tas d'os, oui il fallait réfléchir et vite. Elle ne voulait pas, elle ne voulait plus s'apparenter à cette chose devant elle. Elle voulait vivre, au rythme des vivants, au rythme de celui qu'elle aimait. Revoir le soleil, pouvoir coller son corps contre Shaloa et sentir leur chaleur à tout les deux, ne plus risquer à chaque instant de meurtrir sa chaire...

Ceinwyn fut tiré de sa rêverie par la voix du squelette. Elle écouta distraitement ce que disait la liche, appréciant seulement le contact de son amoureux mais regrettant la présence des deux opportuns, se tenant droite, froide et belle, calée contre le bras de Shaloa, immobile et muette comme une poupée de porcelaine sous la lune. Elle esquissa un sourire en entendant le ton de la voix de la liche changer, un ton que connaissait bien la vampire. Un timbre de haine, froid et sournois. Puis il finit par donner un nom. Folst? Cela sonnait de façon désagréable, Ceinwyn ne connaissait pas ce terme mais n'aimait pas ce mot. Un nom qui lui paraissait arrogant et agaçant... Comme son porteur. Elle se retint de soupirer pour ne pas exposer son nez à la puanteur ici présente mais leva doucement les yeux vers la lune. Dieux, que tout ceci était ennuyant. Elle n'avait pas pour habitude de parler ainsi librement. Oui, quand on passe plusieurs mois à l'état presque sauvage, on ne prend pas souvent le temps de discuter avec ses proies. Aussi ne prit elle pas la peine de répondre pour le moment, décidément bien silencieuse ce soir. "Qui êtes vous"... Question bien vague et tellement personnelle. Elle ferma les yeux... Si il lui fallait y répondre, elle ne le ferait pas en présence d'un démon et d'un parfait inconnu. La seule réponse qu'elle aurait pu donner aurait été "De simples promeneurs un peu rêveurs" peut être. Mais y avait il encore de la place pour les rêves dans ces terres hostiles? Ceinwyn l'espérait réellement et sur ces quelques pensées, elle rouvrit les yeux lentement et murmura doucement, admirant la nuque de son amant, d'une voix légère et mélodieuse:

"Pourquoi devrions nous répondre à cette question..."

Il ne s'agissait pas d'une interrogation, simplement d'une phrase rhétorique qu'elle avait pensé et prononcé à haute voix sans y prendre garde. L'air passablement ennuyée et désintéressée, elle tourna la tête vers les arbres plus loin et sembla de nouveau rêver à quelques projets secrets...

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMar 4 Jan 2011 - 6:05

« Je me nomme Emezaël Fenenn, mais pourrions-nous remettre les présentations à plus tard? » répondit ce dernier à la question de l'Ange.

Emezaël pouvait sentir qu'il était un indésirable autant que la liche. Mal à l'aise, il ne pouvait s'empêcher de regarder les visages et les gestes de l'Ange et de son amoureuse. Cette dernière le mettait encore plus mal à l'aise. Elle avait quelque chose dans son regard, dans son visage et dans son teint qui était... étrange. Elle semblait malade. Mais avant tout, elle semblait plus que tout vouloir être seule avec son amoureux. L'Ange déchu aurait voulu déguerpir et les laisser tranquilles, mais il devait s'assurer que la liche ne soit pas un danger. Tant qu'elle serait dans les parages, le couple ne pourrait pas être tranquille. Furieux contre lui-même, il dirigeait sa colère contre la liche. Il n'eut pas à se forcer très longtemps, car celle-ci avait fait un commentaire insultant sur l'éducation que ses parents lui avaient prodigué alors qu'il avait grandit en vagabondant dans un village d'Elfes ailés. Emezaël serrait les dents si fort qu'il faillit se déboiter la mâchoire. Il regarda à terre et dit:

« N'insultez pas ma famille, ça ne sert à rien. »

Mais, conformément à ce qu'on lui recommandait, il ne dit rien de plus. La liche se présenta sous le nom de Folst, tout en faisant un discours désagréablement prétentieux. Il les regardait de haut, ça se voyait... Emezaël devait se retenir pour ne pas exploser. Il devait trouver un moyen de se débarrasser de la liche sans transformer le petit coin de paradis en champ de bataille. Finalement, ses efforts pour se retenir furent vains. Décidant que c'en était assez, il explosa:

« Qui es-tu pour t'en prendre à eux? Je reconnais que je ne suis pas le bienvenu non plus, mais je ne partirai pas tant que tu ne bougeras pas. Je sais que ce n'était pas judicieux de frapper avant de parler, mais si tu veux, nous pourrions aller régler ça ailleurs. Si tu veux des excuses, je ne t'en donnerai aucune. Je ne sais pas si tu es un ennemi, mais tu n'es sûrement pas un allié et ça me suffirait pour que je me décide à te replacer les vertèbres à ma façon. »

Il se retourna pour parler à l'Ange et à la jeune femme soupira avant de déclarer:

« Je suis désolé pour tout. C'est à vous que je dois des excuses. Je suis de trop et je le sais. Par contre, cet horrible sac d'os ne semble pas s'apercevoir qu'il n'a rien à faire ici. Si je le pouvais, je le renverrais d'où il vient. »
Revenir en haut Aller en bas
Shaloa
avatar
Nombre de messages : 424
Âge : 201
Race : Archange
Poste : Milicien
Magie Contrôlée : Aera

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageMar 4 Jan 2011 - 7:42

L'archange contempla silencieusement les pirouettes de la liche alors que celle-ci perdait sa tête et ses vêtements. Il fut très vite interrompu de sa concentration sur le spectacle par Ceinwyn qui lui souffla à l'oreille qu'ils auraient peut-être du choisir un autre endroit. Ah oui, c'était plutôt vrai, en fait. Peut-être qu'un endroit ou une liche et un ange déchu impulsif ne les auraient pas dérangés durant leurs moments de douceur aurait été mieux. Mais bon, on ne pouvait reculer en arrière, ainsi Shaloa se résignait-il à la situation peu enviable, espérant que Ceinwyn ne lui en ferait pas reproche. Celle-ci sourit peu après et serra sa main contre la sienne, des actes contagieux que Shaloa fit aussi, content que sa vampire soit heureuse.

Après s'être effondré au sol pour finalement revenir d'entre les morts, encore, et partir en quête de ses vêtements et de sa tête qu'il revissa bien vite à sa place. Celui-ci nargua ensuite l'élémentaliste brusquement, et sans vraiment avoir tort, faisant plusieurs commentaire sur sa duré de vie, sur les lacunes de son éducation et sa famille, enjoignant ensuite un léger compliment à l'égard de Shaloa. Plutôt amusé de par la liche qui donnait ses quatre vérités au déchu, Shaloa étouffa un léger rire, tentant de reprendre son sérieux, avec succès. Celui-ci se concentra plutôt sur le démon qui s'adressait à lui.

Les forteresses n'étaient encore que rumeurs chez les démons, apparemment. En voila une bonne nouvelle ! Les élémentalistes étaient en sécurité, pour le moment, puisqu'on ne savait pas ce qu'ils étaient devenus. Du moins, cette liche ne savait pas. On demandait des noms, et on négligeait ensuite de donner le siens. Un faux nom, temporaire, quelle merveilleuse idée pour ne pas entendre à nouveau parler de son expérience parmi les autres. Shaloa jugea qu'il était avantageux pour lui de faire de même, ne voulant pas qu'il vienne à l'oreille d'un démon plus haut placé qu'un père de la résistance avait en son coeur une élémentaliste plus faible, et vampire de surcroit. Shaloa souhaitait tout sauf que de voir Ceinwyn souffrir par sa faute. Suivant plus ou moins la contestation de la vampire, l'archange donna à son tour un faux nom sans s'en cacher.


-Tant que je devrai vous appeler Folst, vous pourrez m'appeler Angeko. Ne vous attendez pas à connaitre ma véritable identité si vous négligez de me faire don de la vôtre !

Angeko, le premier nom qui lui vint à l'esprit. Cette personne lui manquait, il n'avait entendu parler de lui depuis longtemps. Il avait bien voulu s'occuper de lui jusqu'à ce que ses dons lui permirent un plus grand avenir. Depuis son entrée à Elament, il n'avait plus jamais entendu parler de lui. Peut-être était il mort ? Shaloa ne voulut y penser, son coeur y réagissant mal. Sa main se resserra l'espace d'un instant sur celle de Ceinwyn, puis il redirigea ses idées vers le contexte actuel.

L'élémentaliste impulsif pétait les plombs. Visiblement, il avait mal réagi aux commentaires de la liche et il semblait tout autant déterminé à sauver le couple de cette situation. L'altruisme qui se dégageait de lui témoignait de sa nature d'ange, Shaloa devait le reconnaitre. Il défia la liche que de se battre avec lui un peu plus loin d'un ton haineux. Il se retourna ensuite vers le couple, s'excusant, se disant de trop. L'archange se sentait un peu mal pour lui.


-Tu n'es pas plus "de trop" que ... Folst. C'est bien gentil de vouloir nous aider, même si tu réagis un peu vite, provoquant à nouveau cette liche qui ne t'a toujours pas attaqué.

_________________________________________________________

http://thebluekenny.blogspot.ca/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMar 4 Jan 2011 - 14:31

Larin souriait, a pleine dents, c'est le cas de le dire, certains auraient appellé ça le sourire de l'ange, mais bien entendu, la liche n'avait rien d'un ange, ci ce n'est peut-être leur immortalité. Comme chacun de ses paires, il aimait décortiquer les gens, les comprendre, pouvoir interpréter et prévoir les moindre de leurs réactions, et il pouvait déjà dire qu'une personne parmis les trois qui lui faisait face ne l'intéréssait déjà plus...Impulsif, colérique, bagareur et imprudent...Aucune maîtrise de soi en somme...Faible, oui car pour lui, présenter autant de défauts était signe de faiblesse, pouvait elle être considérée comme un crime par les temps qui courraient, sans doute, car la faiblesse signifiait souvent la mort...Ou l'esclavage, un peu comme lui en son temps.
La liche sembla absente pendant un moment, plongée dans ses pensées, était-il si différent de Eme lorsqu'il était encore vivant? Il ne savait pas, ou plutot ne se souvenait plus, et cela l'ennuyait, il l'avait déjà remarqué auparavant, sa mémoire de son ancienne vie flanchait par moment, le laissant en proie au doute, devenait il un peu plus un démon chaque jours qui passait ? Ou bien était-ce juste le fait de sa longue vie qui l'empechait de se rappeller d'évènements vieux de plus de six siècles ? Il le croyait, ou du moins voulait y croire, car en aucun cas il ne voulait devenir totalement comme les êtres qui se considéraient comme ses alliés.
Son absence ne se remarqua pas longtemps, tout au plus quelques secondes, et Larin se mit à rire doucement, rire qui se transforma en rictus, un rictus plein de colère et de haine comme seuls ceux de sa race en sont capable, la nuit semblait plus sombre, encore moins acceuillante qu'un cimetière lorsque les morts se relèvent de leurs tombes et sa voix caverneuse emplit à nouveau l'air


"Parce que vous croyez être de taille face à moi ? Ne vous fiez pas à votre pitoyable attaque pour évaluer mon niveau je vous prie...Ou vous risquez de finir agonisant au sol, vos organes se transformant en bouillie juste bonne à nourire les chiens. Vous ne voulez pas finir comme cela n'est ce pas?"

La liche fixait son regard sur l'ange déchu en face de lui et joignant le geste à la parole, une fraction du pouvoir de Larin se déchaina, augmentant encore l'odeur nauséabonde qui s'échappait du cadavre ambulant, une curieuse étincelle brillait dans ses yeux, une lueur inquiétante et fascinante à la fois, dangereuse, oui dangereuse car la magie circulait dans son corps et c'était sans doute le seul signe apparant...Mis à part l'odeur bien entendu.
Le rire de la liche retentit à nouveau, un rire plein de folie de colère et de haine, était il devenu fou ? Non bien entendu, il faisait juste démonstration de son pouvoir, histoire que les choses soient claires diront nous.
En même temps que le rire résonnait dans la nuit, l'herbe autour de la liche se mit soudainement à se flétrir, comme atteinte par un mal terriblement virrulent, l'arbre derrière lequel la liche avait passé les premiers instants de cette rencontre pour le moins insolite se mit lui aussi à dépérir, avant de ne devenir qu'un morceau de bois sec. Soudain, tout s'arrêtta, la lueur dans les yeux de Larin disparut aussi rapidement qu'elle y était apparue, et la corruption qui dévastait le sol stoppa à quelques centimètres des personnes en face de lui, ne laissant derrière elle qu'un cercle d'herbe pourrissante tout autour de la liche.


"J'espère avoir été assez clair, jeune homme. Je suis loin d'être votre ennemi, mais si vous vous mettez en tête de me tuer, je n'hésiterai aucunement à vous faire connaître un sort aussi attroce...A bon entendeur donc."

Rien de tel qu'une petite mise au point pour calmer les ardeurs de certains...En tout cas, ça avait toujours bien fonctionné jusqu'à présent, peut-être tomberait-il un jour sur un homme assez fou que pour l'attaquer malgré ses mises en garde, il n'attendait que ça en fait, car les seuls désirs qu'il ressentaient, et qu'il musselait habituellement était des désirs de meurtres, de torture, de souffrance et bien que les démons qu'il tuait le calmaient un temps, l'envie de tuer le reprenait immanquablement, sa drogue à lui en quelque sorte...Mis à part qu'il ne nuisait à personne en ne tuant que des êtres aussi vils et sombres que lui, mis à part peut-être aux principales intéréssés.
Les deux autres protagoniste de cette histoire pour le moins incongrue, intéréssaient nettement plus Larin, mais pourtant Angeko, car oui il l'appellerait comme cela, n'était que le second cas le plus distrayant de cette soirée, ils se ressemblaient Larin et lui, pas au niveau de l'apparence bien sur, mais au niveau comportemental, c'était quelqu'un de calme et de réfléchis, intelligent, c'était certains, un peu naif cependant...Enfin, la nature des anges sans aucun doute, mais une chose était sûre, il était puissant, très puissant, il lui faisait l'effet des professeurs qui enseignaient autrefois dans la cité, une parfaite maîtrise de soi, de ses dons...Du moins tant qu'on ne touchait pas de corde sensible, comme une jeune femme par exemple...ou un jeune homme ça dépendait des orientations de ce dernier, peut-être aimait il bien les deux qui donc pouvait le savoir ? Quoi qu'il en soit, on voyait qu'il tenait beaucoup à elle, en fait ça crevait les yeux, façon de parler bien entendu pour un être qui n'en avait plus depuis belle lurette, mais le fait est que Larin savait pertinement comment l'ange réagirait si le moindre mal était fait à sa chérie, un peu comme lui, jadis, l'aurait fait si il avait souffert de la perte de son aimée.

Mais la véritable intrigue résidait dans la vampire, que ressentait-elle ? Larin n'aurait pu le dire, lui qui décortiquait habillement les gens, semblait se trouver devant un mur de marbre, un bien joli mur de marbre il fallait bien le reconnaitre, mais de toute façon les vampires sont rarement laid, enfin, tant qu'ils ne prennent pas de coups de soleil bien entendus.
Elle semblait...Sereine, état pour le moins rare lorsque l'on se retrouve en compagnie d'une liche, avait elle confiance en ses propres capacités? Ou bien avait elle foie dans les pouvoirs de son chéri? Il n'aurait su le dire, mais intuitivement il aurait plutot fait pencher la balance vers la seconde supposition.
Etrange, oui tel était le mot qui décrivait le mieux la vampire selon lui, elle n'obéissait à aucunes des réactions que la liche avait pu observé durant sa longue non-vie, c'est sans aucune doute pourquoi elle lui paraissait si...Intéréssante...Il aurait bien aimé pouvoir en faire un sujet d'expérience, étudier son cerveau, dévoiler le moindre de ses secrets, comprendre son fonctionnement, mais il ne pourrait pas, enfin pas si il conservait le projet qu'il avait en tête et qui était bien plus important pour lui que la compréhension d'un être qui pouvait être considéré comme insignifiant.
Il regardit le ciel un instant, un ciel étoilé, et son regard se perdit dans l'immensité du paysage qui s'offrait à lui, et soudain, il parla à nouveau, mais d'une voix qui semblait plus douce que d'habitude.


"Comme je le disais, je ne suis pas un ennemi, pas de vous en tout cas ni même des élémentalistes. Nous faisons tous des choix dans la vie et ces choix qui nous définissent, parfois nous les payons chers...Très chers, je crois que vous pouvez le comprendre."

Il parlait de lui évidement, car tel était son fardeau pour ne pas avoir su choisir la mort il y a longtemps, il errerait à jamais sur ses terres, âme damné pour l'éternité, mais pourtant il continuerait d'avancer, car si il avait appris quelque chose avec le temps c'était que les embuches que la vie plaçait sur notre route nous servait à nous dépasser, et ceux qui étaient trop faible pour se relever après une chute mourraient...Ou pire, finissaient comme lui.

"J'aurais une proposition à faire...Mais je dois d'abord savoir si vous êtes de simples fuyards ou des résistants...Car je ne ressens pas la corruption en vous...Enfin façon de parler étant donné la vampire, créature aussi corrompue que moi, à vos côtés. Si cela vous intéresse, je crois que cela pourrait être bénéfique pour chacun d'entre nous."

Oui, il était rare que Larin ne place pas de piques dans ses conversations, provoquant un peu plus à chaque fois ses interlocuteurs, mais pourtant, il était sincère, il cherchait réelement quelque chose, de l'aide en somme, tout seul il n'était rien, il le savait bien, et ce n'étaient pas les quelques démons qu'il tuait qui pourrait contrebalancer l'afflux croissant de démons dans la cité...Mais si il parvenait à gagner la confiance de la résistance...Et bien les perspectives étaient ouvertes, qui sait, un jour peut-être le démon pourrait-il se racheter de ses fautes passées...Mais certainement pas avant un certain temps...Si tant est que cela soit possible.
Revenir en haut Aller en bas
Ceinwyn
avatar
Nombre de messages : 489
Âge : 202
Race : Oréade
Magie Contrôlée : Aera

Feuille de personnage
Puissance:
310/1000  (310/1000)
MessageMar 4 Jan 2011 - 19:52

La tournure des événements partagée Cein en deux sentiments. Cela devenait intéressant et petit à petit les personnages se mettaient en place mais cela devenait aussi plus inquiétant. En principe Shaloa ne risquait pas grand chose mais elle serait un boulet si cela tournait vraiment mal. La résistance du corps de la vampire pouvait être impressionnante mais elle se doutait que l'archange ne partirait pas en la laissant entre les pattes du démon. Pourtant en soi, Ceinwyn ne craignait pas grand chose. Du moins, rien de réellement pire que ce qu'elle endurait déjà. Inconsciemment, elle tourna le visage vers l'ange lorsqu'il parla. Angeko? Elle le regarda avec tendresse. En fait, elle ne savait pas grand chose de son passé, de ce qu'il avait vécu. Elle sentit ses doigts se resserrer sur sa main et scruta son visage avec inquiétude, cherchant à y déceler la moindre parcelle de souffrance. Elle s'approcha encore de lui et s'appuya très légèrement contre son bras, en simple soutien, lui démontrant sa présence et toute l'attention qu'elle lui portait. Puis ses yeux allèrent à l'élémentaliste.

Ceinwyn esquissa un sourire, éprouvant un sentiment entre l'amusement et la tendresse. L'autre élémentaliste, le dernier arrivé était tout bonnement... "vivant". Ceinwyn entendait les battements de son cœur qui s'emportait, le sang parcourir ses veines plus rapidement sous le coup de la colère. Le regard perdu dans le vide, elle écouta le corps du jeune homme. Il n'avait donc aucun contrôle sur lui même? Ceinwyn aussi était comme lui. Elle n'avait jamais eut de véritable contrôle sur ces émotions, son visage était un livre dans lequel on pouvait en général lire ce qu'elle pensait sans aucune difficultés. Néanmoins, cela venait d'un choix qu'elle avait fait et elle savait parfaitement rester de marbre si elle le voulait. Puis elle le sentit devenir encore plus nerveux, elle l'entendit s'emporter et fronça légèrement les sourcils. Un jeune chiot fou, voila à quoi il lui faisait penser. Elle le détailla. Qu’était-il? Un elfe? Non... Cein haussa imperceptiblement les épaules et grimaça légèrement en entendant les menaces qu'il proférait encore à l'encontre de la liche. Shaloa avait raison, il était imprudent de narguer un ennemi lorsque l'on ne savait rien de lui.

Elle secoua la tête et entrouvrit la bouche quand ce fut au tour du démon de laisser libre cours à sa colère. Tsss Shaloa et elle était donc les deux seules personnes à faire preuve de retenue ici? Hum... Et le voila qui parlait d'agonie, de bouillie d'organe et de... et de chien? Hum... Soit. Oh, la liche faisait une petite démonstration de son pouvoir? Erreur stupide soit dit en passant, l'effet de surprise vaut mieux qu'un avertissement, à moins que cette dernière ne souhaite pas les attaquer ou tout du moins, pas tout de suite. Puis le démon ria et étrangement, Cein se sentit soudain mal à l'aise, la lueur dans ces yeux, l'odeur de putréfaction qui malgré l'absence de respiration de la vampire gagnait insidieusement ses narines... La vampire pâlit encore plus qu'auparavant et elle retint un hoquet. Comme elle haïssait ce pouvoir. Cette odeur, cette pourriture. Oui la vampire se sentait mal à la présence de ce pouvoir, sans réelle raison. "Tu es poussière et tu redeviendras poussière", peut être à cause de son corps "mort", qui aurais du pourrir depuis longtemps? Ou tout simplement à cause de ses sens trop développés qui faisait qu'une simple odeur gênante devenait insupportable...

Elle voulut esquisser un mouvement en arrière mais demeura auprès de Shaloa et s'appliqua à ne pas laisser transparaitre son malaise sur son visage, elle appuya sa tête contre l'épaule de l'archange, plongeant son nez dans ses habits, devinant sa peau sous la couche de tissus. Elle se laissa enivrer de son odeur, tentant de se départir du sentiment de mal être que faisait naitre en elle la corruption. Cette odeur, son odeur... Si douce et unique, la calma, lentement et remplaça avec bonheur celle de pourriture. De sa main de libre elle vint caresser son dos, parcourant du bout des doigt son omoplate. Elle expira longuement et ferma les yeux, appuyée contre le bras de son compagnon, légèrement tremblante puis redressa lentement sa tête. Sans lâcher la main de l'ange, elle reprit bonne contenance et calma les légers tremblements dans ses jambes. Elle regarda la liche, une expression légèrement attristée sur le visage.

*Il parle de jeunesse et d'inexpérience mais... il n'est pas moins fou ni plus sage qu'un autre* "Cet arbre ne vous avait rien fait..."

Elle posa les yeux sur l'arbre à présent mort et desséché... Ceinwyn avait tué oui, mais jamais inutilement. La mort pour la vie ou la survie, cette mort avait un sens. Elle avait tué pour se nourrir, pas pour le simple plaisir. Et ce démon, qui avait beau dire ne pas être un ennemi, venait d'ôter la vie à un être sans aucune raison, sans nécessité. Ceinwyn aimait les plantes, la terre et les animaux souvent plus que ces congénères. Elle avait été Oréade, protectrice des montagnes, protectrice de la terre. A cette époque elle aurait attaqué celui qui s'en serait pris à un être aussi innocent. Elle aurait laissé exploser sa colère et sa rage, mais Ceinwyn avait changé. Elle avait appris à être plus prudente et plus mitigée, elle avait aussi appris que parfois, certains êtres ne sont pas toujours maitres de leurs actes. Auparavant, si elle avait rencontré un vampire, elle l'aurait aussi attaqué, sans se poser de question. Car les vampires ne sont pas des êtres nés de la terre, ne sont pas naturels et ne devraient pas marcher à la surface de la terre. Voir tout cela avec d'autres yeux avait rendu Cein plus... ouverte et compréhensive.

La vampire avait beau être devenue plus tolérante, elle n'en aimait pas plus le regard que posait sur elle le démon. Que pouvait-il bien penser? Qu'est ce qu'il remuait dans son crâne vide... Elle demeura néanmoins apaisée, celui qu'elle aimait était la pour la rassurer. Et puis, même si elle ne savait pas faire grand chose de ses dix doigts, elle était quand même plus résistante que la moyenne... Elle esquissa un sourire et regarda Shaloa lorsque le démon parla de choix et de conséquences. Ses yeux scrutèrent la forme de son visage, passèrent sur ces yeux, son nez et ses lèvres. Ce fut la réflexion désagréable au possible qui sortit Ceinwyn de sa rêverie. Elle tourna son visage vers la liche et lui jeta un regard froid. Ses doigts se crispèrent autours de ceux de l'archange. Elle serra les dents et fixa avec dédain le squelette. Une proposition? Tout d'abord, il se défiait d'eux, il donnait un faux nom tout en faisant preuve d'une grande impolitesse pour ensuite venir l'insulter, la rabaisser au rang de... de ça? Et il osait venir réclamer quoi que ce soit.

Elle ne voulut pas offrir le plaisir de sa rage ou de sa tristesse au démon, aussi elle n'afficha pas sa colère et demeura impassible, le regard un peu froid et légèrement crispé. Mais moi, narratrice, je peux vous dire que ça bouillonnais la dedans. Oh si elle avait pu, un à un arracher ses petits os et les broyer lentement entre ses doigts, Dieux comme elle se serait fait plaisir. La vampire se reprocha son emportement mais ne pouvait s'empêcher de haïr mortellement le démon devant eux. Les mots qu'ils venaient de prononcer, Ceinwyn n'était pas prête de les lui pardonner... Ainsi, même chez les démons elle était considérée comme une abomination, au même titre que les liches? Pour elle qui essayait d'oublier pour un temps cet aspect de sa personne, entendre cela était douloureux. Elle jeta un œil à Shaloa. Et si finalement, il réalisait qu'elle était comme cette liche, comme ce démon et que... Il ne voulait plus demeurer à ces côtés. Ses sourcils se froissèrent, soucieux et elle serra doucement la main du jeune homme, inquiète... Elle avait totalement oublié la question de "Folst" pour ne garder en mémoire que l'insulte et la crainte de perdre l'amour de l'archange...

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageJeu 6 Jan 2011 - 5:43

Cet Angeko avait sans doute tenté d’être gentil, mais il n’avait pas pu mentir et avait simplement confirmé ce qu’Emezaël pensait déjà. Cela le mit encore plus mal à l’aise, mais il ne le laissa pas paraître. Malgré lui, la tension semblait aller en montant et il avait de la difficulté à résister à la frénésie meurtrière qui s’emparait de lui. Il avait tout perdu et il s’était juré que s’il pouvait faire quoi que ce soit pour se venger soit contre les démons ou le séraphin qui avait assassiné son père, il le ferait. La tension qu’il ressentait se faisait d’ailleurs ressentir dans la pression atmosphérique. On entendit même un coup de tonnerre dans le ciel pourtant clair cinq minutes plus tôt. Malgré ses talents en tant que guerrier, il ne maîtrisait l’air que sous sa forme la plus brute. Ce phénomène météorologique était hors de son contrôle.

Lorsque l’herbe commença à pourrir autours de Folst, Emezaël regarda le sort agir avec une sorte de fascination grotesque. C’est lorsque la bile lui monta à la gorge qu’il détourna le regard. L’arbre se tordait et se couvrait de furoncles, rongé par la maladie et corrompu par la vieillesse. L’Ange déchu ne put s’empêcher de reculer d’un pas en se retenant pour ne pas vomir. Lorsque la malédiction s’estompa, l’odeur de pourriture demeura. Emezaël n’eut d’autre choix que de s’éloigner au plus vite avant de montrer à tout le monde le contenu de son estomac. Il faisait dos à son opposant, mais il n’avait pas le choix. Tranquillement, son teint repris de sa couleur naturelle, légèrement moins pâle, en soit, mais si peu…

Il se retourna, mais ne put pas saisir l’intégralité des avertissements de la liche. L’important, c’est qu’il avait compris qu’il ne faisait pas partie des sujets de Khisath l’effrit, si c’était ce que « je suis loin d’être votre ennemi » voulait dire. Ce fut ça et l’odeur ambiante qui réussirent à le calmer. La jeune femme se plaignit du triste sort de l’arbre et Emezaël, pour avoir vécu avec les Avariels, comprenait très bien ce qu’elle ressentait. Il n’était pas un elfe et n’aurait eu aucun remords à abattre un arbre, mais cette façon dont il s’était tordu était insupportable. Il réussi tout de même à garder son calme nouvellement acquis et écouta ce que Folst avait à dire. Il planta son épée, Loup-des-Cieux, dans le sol devant lui pour montrer qu’il était disposé à s’en servir s’il était forcé de le faire.

Lorsqu’il entendit que la fille qui était aux côtés d’Angeko était une vampire, il n’en cru pas ses oreilles et se força à ne pas la dévisager lorsqu’il la fixa dans les yeux. Dans ces yeux, il ne discerna pas la flamme sanguinaire qu’il redoutait. Dans ces yeux, il vit une âme torturée cherchant refuge dans les bras de la seule personne qui l’eut accepté telle qu’elle était. Emezaël sourit et ne pu s’empêcher de dire un commentaire à la liche :


« Qui a dit que les vampires sont tous corrompus? Les liches sont des démons, mais les vampires, bien que leur cœur ait cessé de battre, ont le choix de garder le droit chemin car ils éprouvent toujours des émotions telles que l’amour. Je n’ai jamais connu un seul démon capable d’aimer et il y a peu de chances que j’en croise un jour. Alors comment osez-vous l’insulter ainsi en disant qu’elle est une engeance au même titre que vous? »

En se retournant, il dit au couple :

« J’espère que vous deux, ça durera pour l’éternité. L’amour a le pouvoir d’effacer bien des cicatrices et de guérir les plaies les plus douloureuses. J’espère qu’il sera assez puissant pour un jour effacer les vôtres. »

Si seulement Emezaël avait eu quelqu’un qui soit cher à son cœur pour le guider, pour le guérir, peut-être serait-il un tout autre homme, pensa-t-il. Il n’avait jamais rencontré sur son chemin une personne qui lui ait fait ressentir le besoin de rester, c’est pourquoi il s’isolait toujours, seul dans sa plaine, à méditer et à s’entraîner.

Emezaël revint au démon. Il avait dit qu’il avait une proposition. Quelle était-elle? Devait-il lui dire qu’ils étaient des résistants?


« Que nous soyons des résistants ou pas vous importe-t-il tant? De toute façon, même si nous en étions, je ne serais sûrement pas celui à qui s’adresser pour conclure une entente. »

En y réfléchissant, l’ancien Domination jeta un regard interrogateur sur l’Ange qui avait insisté pour se faire appeler Angeko. Cachait-il quelque chose? Appartenait-il à l’unité de la résistance qui s’était établie à la Tour de Tyiös?
Revenir en haut Aller en bas
Shaloa
avatar
Nombre de messages : 424
Âge : 201
Race : Archange
Poste : Milicien
Magie Contrôlée : Aera

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageVen 7 Jan 2011 - 0:42

Shaloa fixait la liche tandis que celle-ci souriait, absente, avant de se mettre à rire d'un ton qui devint presque machiavélique. Celui-ci riait visiblement de l'ange déchu, auquel il adressa quelque menace. Une fois sont petit discours satyrique terminé, le démon démontra ses propos en libérant un pouvoir qui fit, non seulement rendre l'odeur ambiante plutôt désagréable, mais fit mourir la végétation qui l'environnait. L'archange regardait l'arbre dépérir si rapidement, impressionné par le spectacle, tandis que Ceinwyn s'appuyait sur lui, sûrement pour se protéger de l'odeur de mort qui régnait. L'élémentaliste, lui, réagissait encore plus, au point de devoir s'éloigner et faire dos à la liche. Shaloa, avant que la magie ne s'approche trop de lui et de sa compagne, créa un bouclier d'air invisible devant eux, auquel il appliqua un sort de déviation qui ferait son effet si le démon irait trop loin. Heureusement, celui-ci arrêta sa magie et l'archange dissipa son bouclier, créant du même coup un subtile et léger courant d'air, de quoi dissiper l'odeur ambiante. Alors que la liche fit ses avertissements au déchu, Shaloa répondit aussitôt, imposant :

-Sachez, Folst, que nous avons un camps et que je ne vous laisserai pas tuer gratuitement mon pair si bataille il y a. Peu importe le contexte, il est de notre devoir que de protéger un élémentaliste contre les attaques d'un démon.

La vampire, tant qu'à elle, accusa après un soupir la liche d'avoir tué un arbre, tremblante. Shaloa fut quelque peu émerveillé par la tendresse que témoignait Ceinwyn. L'archange fut vite coupé de ses douces pensées quand l'ange déchu planta son épée dans le sol. Avait-il un complexe d'infériorité, celui-là ? Il était mal vu que d'essayer de faire forte impression quand un démon nous menaçait délibérément. C'était à croire qu'il recherchait la bataille que lui ne souhaitait pas vraiment. Shaloa reconnut tout de même l'altruisme dont il faisait preuve, même s'il était un peu trop poussé.

La liche, qui regardait distraitement le ciel, affirma finalement d'une voix douce qu'il n'était pas un ennemi et qu'il avait un marché à leur proposer. Il parla entre autres, par contre, de la corruption et de sa supposée présence en la vampire. L'autre élémentaliste, souriant, ne tarda pas à ajouter son commentaire. Pour une fois, Shaloa approuvait entièrement ses propos. Ceinwyn, corrompue ? Comment osait-il la comparer à une liche, toute décomposée et dénuée de sentiments ? Il fallait dire que le démon se montrait arrogant pour quelqu'un qui voulait proposer quelque chose. S'attendait-il, à présent, à une bonne collaboration ? L'ange déchu, tant qu'à lui, commençait à un peu moins déplaire à Shaloa. Les voeux qu'il adressait aux deux individus était bon à entendre. Celui-ci répondit finalement au démon, et l'ange était plutôt d'accord avec certaines parties de ce qu'il eut à dire.


-Je dois me ranger à l'avis de cet élémentaliste, pour cette fois. Notre statut ne vous regarde aucunement. Sachez d'ailleurs que je n'ai aucune sympathie envers les démons et que je n'ai aucunement l'envie de marchander avec vous. Je ne vous fais pas confiance, Folst, et je ne vous aime pas non plus. Si vous avez quelque chose à nous proposer, faites le, mais il faudra être très, mais très convaincant, pour obtenir une quelconque aide de ma part. Votre attitude, déjà, ne vous aide pas vraiment.

_________________________________________________________

http://thebluekenny.blogspot.ca/
Revenir en haut Aller en bas
Iblîs Nemrodus
avatar
Nombre de messages : 599
Âge : 29
Race : Marcheur des Ombres
Poste : Démon Libre
Magie Contrôlée : Magie démoniaque (Tenebrae)

Feuille de personnage
Puissance:
980/1000  (980/1000)
MessageDim 9 Jan 2011 - 17:46

Spoiler:
 

"Moi" intervint paisiblement une voix non loin d'eux, "je trouve la question de Folst tout à fait fascinante."

A quelques pas de là, Iblîs était assis sur le sol, enveloppé de son éternelle robe noire usée, le dos tourné au groupe. Son menton reposait sur l'une de ses mains aux doigts trop longs. L'autre tenait un bâton, à l'aide duquel il dessinait dans la poussière. Depuis combien de temps il était assis là, difficile de le dire. De la même manière que repérer un Aqua en plongée sous-marine relevait du défi, la nuit l'enveloppait, le dissimulait à la vue et à l'esprit. Son aura était totalement absente, comme un simple mortel ou un habitant d'Elament né dépourvu du Don des Eléments. Ainsi il avait vagabondé au cours de ses années d'errances, noir pèlerin sortant du crépuscule pour y disparaître à nouveau. Combien de mortels avaient passé devant lui au cours des années, assis au bord d'un chemin, n'y voyant qu'un mendiant livide en manteau poussiéreux, tête baissée? Le mensonge tenait cependant difficilement à un examen poussé. S'il pouvait rendre sa présence totalement invisible, il n'avait pas la capacité de nombreux démons de transformer leur apparence physique. Un seul regard sur son visage, sur ses yeux démesurés où semblaient tournoyer une nuée d'étoiles éteintes, suffisait généralement à le trahir. Mais ce soir, qu'importait ... !

Ainsi avait-il voyagé, cette nuit comme des milliers d'autres. Peut-être serait-il simplement passé tout près du groupe, indifférent, aussi silencieux que la Nuit qui passe. Peut-être n'aurait-il pas même réalisé qui ils étaient. Mais plusieurs d'entre eux avaient fait usage de la magie. Et sur Iblîs, privé de la plupart des sens humains, les différentes sortes de magie avaient le même effet que de passer devant une cuisine et de sentir les effluves qui en émanaient. Car tout être en ce monde était attiré par certaines choses. Comme les Vampires, nés de Sang, ne se débarasseront jamais de leur attirance pour lui ; comme les Anges, fils du ciel, y restaient intimement liés ; comme les non-morts sentaient et désiraient la Vie autour d'eux ... ainsi était-il lui, né de Magie et mystérieusement fasciné par elle.

Alors son désir s'était étendu à la Nuit qui planait sur le monde.
Les ombres étaient venues, entre les rayons des étoiles, curculer sur le sol.
Un nuage, tout à l'heure, avait imperceptiblement voilé la lune et fait naître des ombres.
Quand les ombres étaient passées, l'une était restée avec eux, comme une feuille morte oubliée par le vent.

Il n'avait rien dit. N'avait pas même essayé de voir leurs visages. Il s'était simplement empli de ce qu'il sentait d'eux, comme un humain aspire les odeurs. Ils avaient chacun quelque chose de différent.

L'un d'entre eux était un marécage de mort, une sorte de nuage dont la présence s'affirmait plus lourdement que tous les autres. Elle rayonnait de pouvoir, d'un pouvoir qui dévorait la vie d'un simple contact. Nécromant surgi du passé, roi de la non-vie, comme peu parcouraient encore la terre. Rares étaient les Liches qui existaient encore à l'époque actuelle. Il n'en avait pas rencontré depuis son départ de la Caverne Démoniaque, quand Elament ne brûlait pas encore.

Le second semblait fait d'argent. Il émanait de lui quelque chose de plus controlé, comme une lame brillante, lisse et poile, son tranchant soigneusement rangé dans son étui. Le sortilège qu'il jeta était discret, d'une maîtrise remarquable. A l'esprit du sorcier, celui-là sentait comme jadis avait senti Roland Zaël : la fragance des êtres baignés de ciel et de vent, capables de tisser en un éclair les arcanes et les sortilèges Aeras. Il ne craignait pas ni Nécromants ni Vampires, mais cet homme-là était un magicien d'autre envergure.

La dernier arrivé était plus instable. Comme les deux premiers, c'était un Aera. On sentait sa jeunesse, sa fougue. Ses pouvoirs étaient à fleur de peau, exprimant ses sentiments aussi naturellement qu'un rire ou une grimace. Il ressemblait à une flamme bleue et blanche, sans cesse en repos, traversée d'émotions contraires, brûlant bravement. Son épée éveilla l'intérêt d'Iblîs - ouvrage d'art d'une finesse étonnante, dont le pommeau brillait comme une étoile.

La dernière qu'il perçut fut la femelle. Sa faim, comme une onde brûlante, heurta de plein fouet les perceptions du sorcier. Plus que tous les autres, plus même que la Liche, elle était chez elle entre les froides étoiles d'en-haut et l'ombre d'en-bas. Ses instincts étaient ceux d'un fauve, insatiable, jamais rassasié. Il ne perçut pas l'amour de Ceinwyn, ni le lien qui l'attachait à Shaloa. De telles choses étaient au-delà de sa compréhension. Dans l'esprit d'Iblîs, elle prit la forme d'un fauve lové en boule, silencieux, somnolant mais vigilant.

Silencieux, il laissa les quatre auras danser dans son âme. Il ne calculait pas, n'espionnait ni ne préparait quoi que ce soit. Ces choses ne lui étaient pas étrangères, mais elles viendraient plus tard, peut-être. Comme un humain passant devant une galerie d'art, même réalisée par l'artiste du pays ennemi, il admirait leur texture, leur délicatesse, leur puissance. En ce moment, il ne fut plus démon ni sorcier. Juste un être étranger, écoutant un langage qu'il ne connaissait pas. Cependant, l'instant de grâce ne dura pas. Une parole de celui qui s'était dénommé Folst vint réveiller chez lui cet esprit de fer et de rouage qui caractérisait les démons. Proposition.

Et Iblîs avait réagi. Avait parlé. Puis, lentement, avait élevé sa baguette à hauteur de visage et essayait de la faire tenir en équilibre sur son index.

"Un non-mort préfèrant parler que tirer l'épée. Telle chose est rare" commenta-t-il d'un ton neutre. "et mérite certainement d'être entendue."

La branchette tomba à terre. Il ne la ramassa pas.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» La route vers la mer [Libre]
» Vers un accord de libre échange Sino-Canadien
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?