Partagez | .
 

 [Clos] Le ciel pour seul témoin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ambre
avatar
Nombre de messages : 25
Âge : 24
Race : Animorphe Crystallis
Poste : Disciple
Magie Contrôlée : Eau

Feuille de personnage
Puissance:
190/1000  (190/1000)
MessageVen 15 Oct 2010 - 21:15

Cela faisait maintenant quelques semaines qu'Ambre restait aux abords du camp des survivants d'Elament. Elle avait pour idée de les observer un temps, avant de se décider si oui ou non elle viendrait les rejoindre pour apprendre à utiliser son soi-disant pouvoir. Mais à dire vrai, ce n'était pas bien pratique lorsqu'on ne pouvait pas trop s'approcher. De fait, jusqu'à présent elle avait plutôt passé une bonne partie de son temps bien à l'abri dans la forêt de l'île. Sous sa forme animal elle n'éveillait aucun soupçon.

L'Animorphe commençait à bien connaître les vieux arbres et les chemins de la forêt. Celle-ci sortait d'ailleurs à peine de l'hiver, et le froid et l'humidité y régnaient. Bien sûr, ça ne gênait point Ambre: ses plumes la protégeaient très bien du froid! Le lieu en lui-même restait néanmoins particulier. Si l'ambiance général semblait légère, il arrivait qu'un silence dérangeant s'y installe. Lorsque cela arrivait, elle quittait immédiatement la forêt et allait se réfugier le plus près possible du camp des Elémentalistes. Elle se montrait toujours très prudente. Son instinct de survie primait généralement sur le reste. Il arrivait qu'elle croise dans les bois des Elémentalistes, mais ceux-ci restaient rares. Et de manière assez général, elle évitait autant que faire se peut de les approcher. Elle ne voulait pas être prise au piège, ou quoi que ce soit d'autre. Et puis mieux valait-il être prudent, même si elle maîtrisait maintenant ses transformations, en cas d'émotions fortes elle pouvait se changer sans prévenir. Mieux valait-il éviter. Mais ça ne l'aidait pas, il fallait qu'elle apprenne à connaître les habitants du camp pour se décider. Et méfiante comme elle était, ça se révélerait sans doute difficile. Mais elle n'arrivait pas à se décider à approcher un bipède de son plein gré.

Le jour où Ambre décida de se laisser porter par une vague d'imprudence et de curiosité arriva néanmoins. Le temps était alors assez gris, et un fin crachin se répandait sur l'île. La Crystallis en profitait pour voler tranquillement entre les branches, émergent parfois des arbres pour contempler le ciel cotonneux. S'ébrouant lorsque ses plumes étaient trop humides. Elle avait vite compris que les bipèdes ne sortaient pas lorsque l'eau tombait du ciel. Alors elle savait qu'elle pouvait naviguer sur les courant aériens tranquillement aujourd'hui. Tout du moins, c'était ce qu'elle pensait. Elle poussait joyeusement quelques trilles, tout comme d'autres oiseaux qui ne craignaient pas le léger tissu d'eau qui tombait, profitant simplement du moment lorsqu'elle aperçu une silhouette dans les bois. Au début, l'Animorphe pensa qu'elle était encore loin, trompée par sa petite taille, mais ce n'était pas ça. Elle était vraiment petite, par rapport aux autres. Et elle semblait horriblement fragile. L'aspect singulier de la bipède intrigua Ambre.

Elle se posa sur une branche où aucune feuille ne pointait encore. Penchant la tête sur le côté, elle observait ce que faisait la bipède à la peau pâle. Elle semblait si faible, était-elle folle de sortir par un temps humide et frais? Ne craignait-elle pas de tomber malade, comme avait parfois pu l'observer Ambre? Cette dernière ne comprenait pas ce qu'une bipède venait faire là. Elle l'observa ainsi, avant d'être à son tour observée. En effet, la bipède avait remarqué l'Animorphe perchée sur son arbre. Les yeux rouges de la femme l'effrayèrent. Elle n'en avait vu que rarement, des yeux de cette couleur, et elle avait constaté que c'était rarement bon signe. Alors elle aurait bien voulu fuir. D'ailleurs, elle étira ses ailes, prête à s'envoler, mais au dernier moment elle s'en abstint, les repliant à moitié. Ambre hésita. Et si c'était l'occasion? Voir un peu comment était cette bipède pouvait être intéressant. Et puis elle semblait si frêle qu'Ambre ne voyait pas bien comment elle aurait pu être dangereuse.

Ambre se laissa basculer dans le vide avant de battre des ailes. Elle amorça un atterrissage non loin de la bipède. Ses pattes touchèrent le sol à un ou deux mètres de la femme. Elle la toisa de son regard ambré, la tête penchée sur le côté. Elle ne savait pas s'il serait judicieux de s'approcher plus. C'était peut-être même déjà trop près. Elle hésita à nouveau. Pendant un moment, elle la regarda, jusqu'à ce que la peau pâle mettre une main dans sa cape pour en sortir quelque chose. Ambre recula , faisant mine de déployer ses ailes, méfiante. Puis elle vit qu'il s'agissait de nourriture et elle se stoppa.

Que devait-elle faire?
Revenir en haut Aller en bas
Ruby
Prophétesse
avatar
Nombre de messages : 4776
Âge : 36
Race : Peuple de Cristal
Poste : Errante - Prophétesse
Magie Contrôlée : Arcanes de l'Eau

Feuille de personnage
Puissance:
990/1000  (990/1000)
MessageSam 16 Oct 2010 - 18:00

Lorsqu'il pleuvait, peu de créatures osait sortir de leur abri, de crainte d'affronter le froid, ou d'attirer la mort. Il fallait, pour aimer la pluie, la connaître parfaitement, ou être folle. Et la Matiarche était de tous celle qui était la plus folle. Elle avait profité de l'onde, sentant dans l'air la vibration d'un déluge prochain, pour prendre l'air, délaisser le temps d'une heure la charge de sa fonction. La paperasse et ses corvées étaient mises de côté, l'attendant. Quelque chose murmurait au creux de son oreille que les survivants qui habitaient l'île n'aurait pas pris ombrage de cette pause. C'était un moyen d'alléger son esprit, de discerner au creux des ombres les choses importantes. Car même ici, avec la solitude pour seule compagne, Ruby ne se concentrait pas sur elle-même.

Elle marcha un temps dans les bois, l'odeur de l'humus humide au nez, ses cheveux se recouvrant peu à peu d'humidité. La pluie dégoulinait sur les troncs et laissait des flaques argentales dans la boue. La musique des précipitations était sur les feuilles un chant de nymphe, des murmures de fée : un ravissement qui apaisait l'âme. La bouche pâle de la marcheuse se fendit d'un sourire, tiraillant des joues qui avaient perdu l'effort de cet exercice. Tout ne devint que paix, dans son âme, et il fallut pour cela peu de temps. Mais la voyageuse n'était pas aussi seule qu'elle le pensait.

Elle avait, comme de raison, parfaitement conscience qu'autour d'elle évoluait les créatures des bois : insectes, oiseaux, petits prédateurs. La vie foisonnait sur cette île coupée du monde. Un écosystème venu d'on ne savait où vivait en accord avec le rythme des saisons. S'ils étaient là aussi du temps où la cité volait ? Ca, la Dame n'aurait pu le dire, et ce mystère donnait un goût supplémentaire à son escapade. Elle avait besoin de ces petites fuites, de ses aventures imporisvées : Ruby n'allait jamais loin, juste assez pour se donner l'illusion de la liberté.

Un roucoulement attira son attention, et elle leva les yeux vers les branches hautes, où un saphir brillait entre les feuilles sombres. Il était rare de voir pareil oiseau en cette saison, et des oiseaux tout court lorsqu'il pleuvait d'ailleurs. Le sourire de la Cristalléenne disparut, rendu au néant. Etait-ce une augure ? Elle ne fronça pas les sourcils, se contentant de fixer de ses yeux rouges le majestueux plumage de l'animal. Etant un être neutre, la Dame attirait les animaux domestiques et ne faisait pas trop peur aux animaux sauvages : elle portait sur elle le parfum de la nature, et pas celui corrompu de l'humanité. Il n'y avait en elle nulle haine, nul sentiment de supériorité lorsqu'elle abattait un animal pour le manger.

Car Ruby ne consommait que la chair qu'elle avait elle-même abattu.

L'oiseau sautilla sur ses pâtes et descendit dans un vol impérial, faisant des grands cercles entre les troncs lisses. Il atterit avec une grace aérienne sur la couche de feuille morte, ouvrant doucement ses ailes en signe de suspiçion. Ruby, intriguée, fouilla dans ses poches. Elle avait toujours sur elle de quoi grignoter, non pas qu'elle avait un grand appetit mais il lui arrivait parfois d'avoir des surprises, et mieux valait prévenir que guérir. Très très lentement, elle s'agenouilla et tendit sa main, au creux de la paume pâle de laquelle quelques graines. Tirant sur ses articulations, elle laissa tomber un peu de l'appât et recula, laissant une traînée sur le dos. Elle était amusée, maintenant : fini ses soucis, il n'y avait que l'instant présent et cet oiseau, que l'instant présent et la pluie dont la fraicheur réconfortante était un chant.

L'oiseau prit de plus en plus confiance. Il y avait un je-ne-sais-quoi dans sa conduite d'humain, ou de différent, qui tiraillait la curiosité naturelle de la vétérante qu'était Ruby. La bouche en coeur, celle-ci essaya de roucouler comme un pigeon ; Sa langue naturelle possédant de nombreuses tonalité rauque, cela fut plus ou moins glorieux. Dans une position précaire, son autre main alla pourtant prendre dans sa paume quelques unes des graines, qu'elle porta à ses dents, essayant de prouver de façon rationnelle que ce n'était pas du poison. Le Crystallis picora le sol, le cou étrangement arqué. Les immenses yeux rouges de la Damé pétillait de ce bonheur simple : la communion banale, une rencontre. C'était ce genre de choses qui lui permettait d'avoir conscience qu'elle avait une place, dans ce monde, et que sa place n'était pas au dessus des autres êtres.

Et puis, le crystallis aux yeux d'ambre vint piquer dans la main même de la Dame sa nourriture. Celle-ci s'abstint de sourire en montrant les dents, acte de pédateur aux crocs aiguisés et regarda l'oiseau manger. Il fut long, très long, perdant en prudence au fur et à mesure que la peau blanche réapparaissait. Ruby eut l'audace de tenter doucement de caresser le plumage d'un bleu étonnant, mais l'animal se déroba une fois - elle ne retenta pas et se releva. Posant sur le petit animal un regard coulant, les muscles de la Dame se crispèrent soudainement quand la forme du crystallis changea.

Ses plumes se collèrent les unes aux autres, se fondant pour former une texture proche de la peau, perdant leur couleur bleu, gagnant en pâleur. De façon anormale, le corps s'allongea en hauteur, des jambes émergèrent, des bras aussi, le tout surmonté d'une chevelure d'acier. Les deux yeux ambres de l'animal était toujours là, iridescent, comme deux petits soleil de miel.

Se tenait alors devant la Matriarche une jeune fille magnifique, presque plus grande qu'elle. Elle fronça les sourcils : devait-elle attaquer et abattre la créature ou.. Non, il ne fallait pas, c'était un animorphe, et ces êtres de cette race n'était pas très commun. On les fuyait à cause de superstitions anciennes. D'autres leur voulaient tout simplement du mal, par peur ou appât du gain.


" Oh. " l'étonnement de Ruby transpirait beaucoup de ce simple mot " Que veux-tu ? "

Elle recula imperceptiblement.

_________________________________________________________

http://elament.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Ambre
avatar
Nombre de messages : 25
Âge : 24
Race : Animorphe Crystallis
Poste : Disciple
Magie Contrôlée : Eau

Feuille de personnage
Puissance:
190/1000  (190/1000)
MessageLun 18 Oct 2010 - 21:28

Nourriture ou pas, la question n'était pas là. Il s'agissait d'une bipède, et tous les bipèdes étaient dangereux, même s'ils semblaient faibles! Surtout que ceux qui se trouvaient ici maîtrisaient un élément, si elle avait compris. Par conséquent, l'apparence ne comptait pas. Mais en même temps, il y avait ces graines qui semblaient supplier Ambre de venir les prendre. Et puis les temps étaient dures, sortant à peine de l'hiver... Elle s'avança vers les graines et en piqua une au sol. Rien ne semblait l'avoir empoisonné, donc tout allait bien. Peau Pâle produit un son bizarre. Ambre hésita à l'identifier comme étant des paroles de sa langue ou une tentative bien vaine de communiquer avec elle. L'animorphe aurait eu un esprit plus humain, sans doute se serait-elle gentiment moquée de la Matriarche. Mais son côté animal ne voyait en ces sons étranges que la folie des bipèdes.

La bipède prit aussi quelques graines, confirmant le fait que la nourriture n'avait rien de particulier. La confiance gagna petit à petit Ambre. Peut-être que Peau Pâle n'était pas dangereuse -enfin pas méchante serait plus juste. La Crystallis en vint même à venir prendre directement dans la main de la femme. Elle se nourrit un moment comme ça, tranquillement, sans trop se soucier de la bipède. Si elle avait voulut lui faire du mal, ça ferait longtemps qu'elle l'aurait fait.

Mais vint un moment où la Matriarche se risqua à tenter de poser la main sur le plumage d'Ambre. Celle-ci en le remarquant se recula vivement, prête à s'enfuir. Mais elle hésita, surtout en voyant que la bipède avait suspendu son geste. Mais sous l'effet de la peur, l'animorphe avait perdu le contrôle qu'elle exerçait sur son apparence, et la transformation se produisit. Voilà qui risquait de compliquer les choses. Une fois le changement finit, Ambre se tint sur ses gardes, observant la réaction de Peau Pâle. La sentant aussi. Maintenant qu'elle était sous sa forme humaine, elle le sentait à nouveau. Ce lien étrange, ces choses qui émanaient des bipèdes.

Chez celle qui se tenait en face d'elle, Ambre discerna plusieurs choses. D'abord une hésitation, assez hostile, laissant ensuite place à une surprise évidente, qu'elle distinga également dans la voix de la bipède. Ambre avait les sourcils froncés, et l'attitude d'une personne en danger et sur le point de fuir, comme un animal traqué. Peut-être serait-elle partie en courant si la femme ne l'avait pas nourrit plus tôt. Mais en tout cas, Ambre ne comprenait absolument pas ce que venait de lui dire Peau Pâle. L'animorphe chercha à savoir ce qu'il y avait derrière la curiosité. Mais elle ne parvint pas à identifier quoi que ce soit. Oh, bien sûr ce n'était pas qu'il n'y avait rien, au contraire, mais tout semblait tellement plus compliqué chez elle que chez les autres... C'était assez horrible pour Ambre.


-Toi... Pas... Toucher Ambre.


La femme était bien incapable de dire quoi que ce soit d'autre. Elles n'avaient pas retenu grand chose de la langue des bipèdes. Juste les interdictions et les privations. Un nom qui la désignait. Et peut-être d'autres choses, mais elle ne savait pas. Son langage restait plus que sommaire, et peut-être ne serait-elle pas capable d'ajouter quoi que ce soit d'autre. Pour Peau Pâle il serait difficile de l'amadouer. Déjà, il fallait comprendre ce qu'elle venait de dire. Ambre restait sur ses positions à camper, attendant de voir comment tournerait la situation. Au pire, elle se changerait puis s'envolerait loin. La peur commençait tout de même à retomber, et elle reprenait le contrôle de ses instincts.
Revenir en haut Aller en bas
Ruby
Prophétesse
avatar
Nombre de messages : 4776
Âge : 36
Race : Peuple de Cristal
Poste : Errante - Prophétesse
Magie Contrôlée : Arcanes de l'Eau

Feuille de personnage
Puissance:
990/1000  (990/1000)
MessageMar 26 Oct 2010 - 9:23

La profonde circonspection de la Dame fit place peu à peu à de la curiosité : la petite créature à l'apparence traîtresse avait peur du moindre de ses gestes, ce qui la confortait dans l'idée que "Ambre" n'était pas dangereuse directement. Elle ne venait pas spécialement pour la tuer, elle ou les autres - son rang obligeait la Dame à une certaine paranoïa, soulignons le, mais elle ne sombrait jamais dans la psychose, donc tout allait bien. Le "Toi pas toucher Ambre" lui en disait beaucoup. L'oiseau ne savait pas parler. Elle avait donc rarement vécu au contact des humains, et le peu de mots qu'elle savait donnait une vague idée des quelques contacts qu'elle avait du avoir. Un Nom, rien de plus. Etait-elle passée par l'esclavage ?

La Matriarche se détendit donc, décrispant ses muscles, toujours à l'affût tout de même. Elle était amusée maintenant, et honorée de pouvoir établir le contact avec une créature qui avait du fuir la compagnie de ses pareils. Ruby, de par sa race et ses expériences passées, ne voyait pas dans les animaux des simples créatures bonnes à soumettre à son bon vouloir, dénuées de sentiments ou d'intelligence. Comparer l'intelligence d'un animal à celle d'un bipède d'une race ou d'une autre, c'était comme comparer un fleuve et un arbre : toute vie avait la conscience qui lui était nécessaire, et les différence entre le Crystallis et la Dame ne rangeaient pas l'oiseau dans une case inférieure, restons clair.

Sur cette explication un peu trouble, revenons à la Dame qui désigna la demoiselle mystérieusement apparu en prononçant clairement un
" Ambre ? " bien clair, le r roulant légèrement comme à son habitude. Elle se désigna elle-même ensuite, ponctuant le geste d'un " Ruby ". Gainée de pluie, sa robe habituellement gris clair avait la teinte tourterelle, la jeune femme ne voyait rien de comique dans l'échange saccadé. Son esprit était, de plus, totalement déprouvue d'idées mauvaises - comme tuer l'animorphe, lui faire du mal, ce genre de choses. Posant des yeux avides sur la dénommée Ambre, Ruby se douta que son nom venait de la couleur exceptionnelle de ses yeux, pareil à deux petits soleils au doré doux. C'était un raie de chaleur en cette froide matinée.

Sa tenue légère lui évoquait une danseuse orientale, ses anneaux de chevilles et de poignets s'entrechoquant dans une musique cristalline. Sa taille gracile était faite de souplesse, comme une plume, ou son vol sous forme animale. Mais la communication restait limitée. Si Ambre avait été un félin ou un animal canin, la Cristalléenne aurait trouvé des parades, connaissant relativement bien les codes gestuels de ces animaux, mais chez les oiseaux, quelle posture était un signe de respect, ou de soumission ? Comment dire à l'animorphe qu'il ne craignait rien, qu'il pouvait rester ici ?

La lumière du soleil revint brutalement, alors même que la pluie s'arrêtait. La Dame songea qu'elle devrait bientôt rentrer, et un pincement la prit au coeur - ce n'était pas le même pincement que la douleur qui lui vrillait perpétuellement le sein. La tiédeur relative de l'astre solaire réchauffa un peu ses membres, et, usant de son pouvoir, Ruby attira toute l'eau qui imbibait sa robe, ses cheveux et lustrait sa peau dans un globe transparent avec lequel elle joua une poignée de secondes. L'eau tomba sur l'humus et la Cristalléenne sortit de sa poche les ultimes graines qu'elle contenait. Elle posa ensuite le tout sur la souche qui lui avait servit de siège.

" Aurevoir Ambre. "
Glissa doucement la Maîtresse de l'Eau avant de se retourner, prête à retourner à ses occupations.

_________________________________________________________

http://elament.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Ambre
avatar
Nombre de messages : 25
Âge : 24
Race : Animorphe Crystallis
Poste : Disciple
Magie Contrôlée : Eau

Feuille de personnage
Puissance:
190/1000  (190/1000)
MessageMar 26 Oct 2010 - 10:29

Peau Pâle sembla se détendre, être moins sur la défensive. Ambre ne le voyait pas directement, le ressentant plus qu'autre chose, car un voile sembla se lever dans ce que ressentait la bipède. Puis elle tenta d'échanger à nouveau. Pourquoi insistait-elle ainsi? L'animorphe ne savait pas. Sans doute cette satanée curiosité qui cachait le reste. Elle désigna Ambre du doigt et dit son nom. Elle avait l'accent rugueux. Ensuite elle se montra elle-même. Ruby? Qu'est-ce que ça voulait dire? Qu'elle n'était pas dangereuse? Ou peut-être que... Si elle l'avait désigné en l'appelant par le nom qu'utilisait les bipèdes pour l'appelait, cela voulait-il dire qu'il s'agissait de son propre nom? Sans doute. Mais Ambre se borna à ne pas le répéter. Elle se méfiait toujours.

Lorsque la lumière revint, quelque chose vint remplacer la curiosité. Ambre pencha la tête sur le côté, sourcils froncés, essayant de saisir ce qu'il se passait. Ce qui masquait jusqu'à présent le reste des sentiments de Peau Pâle tombait lentement. Et Ambre y découvrit un univers totalement différent. Elle semblait porter quelque chose de lourd. La Cristallis n'aurait su dire quoi à vrai dire. C'était juste lourd et... Important. Et puis il y avait en arrière plan autre chose. Par vague successive, ça ne s'en allait pas. Et c'était douloureux. Dans cette douleur une habitude, pour Ruby tout du moins. Car Ambre elle n'en avait jamais connue de comme ça. Enfin si, peut-être une ou deux fois, lorsque sous sa forme humaine elle voyait des gens mutilés par des blessures. Cet chose lancinante et horrible, marquant son porteur à jamais, changeant sa vie, sa façon d'agir. Et au delà de la blessure physique, autre chose. Mais Ambre ne pouvait pas le lire. Elle ne le voulait pas de toute façon.

Peau Pâle fit quelque chose d'étrange avec l'eau sur elle. Elle la fit partir. Comme ça, sans effort. Et puis elle posa les graines qui lui restait sur une souche, sous le regard intrigué d'Ambre.

Elle sentait déjà sa tête commencée à la lancer. D'habitude, ça mettait plus de temps.Etait-ce l'étrangeté de la Matriarche? Elle ne savait pas. Et puis de toute façon, elle voulait partir. Ambre avait reconnu les mots, associé au fait qu'elle commençait à partir, ça aidait forcément à la compréhension me direz-vous. La candeur qui se dégageait d'elle plus tôt s'était totalement envollé. Alors Ambre ne savait pas quoi faire. Partir? Pour aller où? Elle avait un don à maîtriser, et puis cette femme semblait avoir ce don. Alors peut-être... Ambre avança d'un pas, discret.


-Ruby?

Puis d'un autre, un peu plus long. Elle se prit le pied dans une racine et faillit tomber, se rattrapant à la branche humide d'un arbre. La surprise déclancha quelque chose, et la branche gela. Mais Ambre ne s'en soucia pas. Elle s'en fichait.

-Toi... Je...

Ambre ne trouvait pas les mots. Que voulait-elle lui dire? Quels mots employer? C'était si difficile. Jusqu'à présent, elle ne s'en était pas soucié. Pour elle, ça n'avait guère d'importance. Mais parfois, il arrivait qu'elle regrette. C'était le cas ici. Et son mal de tête ne l'aidait pas.

-Pouvoir... Eau. Et Peau Pâle... Mal.

Ca s'embrouillait dans sa tête. Elle ne savait pas quoi lui dire. C'était trop... Difficile. Communiquer avec les bipèdes était difficile. Elle ne savait pas quoi dire. Comment faire comprendre. C'était si compliqué, un bipède.
Revenir en haut Aller en bas
Ruby
Prophétesse
avatar
Nombre de messages : 4776
Âge : 36
Race : Peuple de Cristal
Poste : Errante - Prophétesse
Magie Contrôlée : Arcanes de l'Eau

Feuille de personnage
Puissance:
990/1000  (990/1000)
MessageLun 1 Nov 2010 - 21:20

Elle n'avait imprimée dans sa pupille que l'image de cette blanche gelée, et au fond du coeur la sensation d'une chute. La Dame posa un regard neuf sur l'animorphe perdue, alors qu'au fond de ses entrailles fleurissaient la compréhension qu'elle avait soudain de cette perte apparente, dans la silhouette de la fausse jeune fille. Que la branche glacée, donc, recouverte de son glacis de verglas, de cette couche de givre si délicate. Elle fondait à vu d'oeil, coupée de l'alimentation magique qui lui était vitale, ou du génie d'un maître pour la marquer d'un sceau à distance.

La jeune femme aux yeux de sang sourit doucement. Elle était froide et distante, certe, mais elle avait maintenant au plus profond d'elle l'envie de venir en aide à cette petite chose. De la compassion. Elle la voyait déjà perdue, n'appartenant à aucun monde de part sa nature même de double race. Les animorphes ne sont ni tout à fait des animaux, ni parfaitement des humains. On les accusait des voler des enfants et de tuer des vierges chez les uns, et chez les autres, leur sort dans la société ne devait guère être mieux.

Aussi la dame blanche se redésigna de la main, répétant lentement son nom en détâchant les syllables, et elle tendit le bout de ses doigts vers une jeune feuille laquée de la pluie. Invoquant son pouvoir, la Matriarche gela cette eau. Un sort mineur comme celui-ci, sur une si petite surface, ne réveilla pas sa souffrance, agitant à peine la surface d'une eau dormante, promesse de raz-de-marée.


«  Mal ? » Ah. Sa douleur se voyait-elle donc tant sur son visage ? La Dame se recomposa, n'affirmant ni n'infirmant la constatation de la crystallis. Il ne fallait pas, JAMAIS, que quiconque apprennent cet état. Il n'y avait qu'une poignée de gens au courant de cette cicatrice, et moins encore au courant du sort qui y était lié. Ruby soupira, et son haleine se fit buée dans l'air humide. Elle se passa la langue sur les lèvres et porta sa main à sa poche, y recherchant les ultimes graines qu'elle contenait.

Avec délicatesse, la Cristalléenne les posa en équilibre précaire sur son épaule. Plus qu'une invite, c'était la proposition d'une protection assurée, la volonté de nouer des liens. Le buste parfaitement immobile, Ruby fit un geste de la main, appuyant sa proposition de s'approcher. Viens, petit oiseau, ose faire le premier pas.


«  Avec moi. » dit-elle doucement. « Nourriture, chaleur. Apprendre ton pouvoir. » Il n'y avait aucune animosité en elle, incarnation parfaite de sa saison tutélaire. Et la Dame, de gris au milieu des bois, patienta, habitude de prédatrice, ignorant totalement à quoi son geste allait conduire.

_________________________________________________________

http://elament.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Ambre
avatar
Nombre de messages : 25
Âge : 24
Race : Animorphe Crystallis
Poste : Disciple
Magie Contrôlée : Eau

Feuille de personnage
Puissance:
190/1000  (190/1000)
MessageMar 2 Nov 2010 - 12:35

L'effort que fournissait Ambre pour pouvoir communiquer était particulièrement difficile pour elle. Ce n'était ni dans ses habitudes, ni dans sa nature. Elle aurait normalement dû fuir depuis longtemps. Surtout que rester avec Peau Pâle laissait le temps à la Crystallis de la décrypter plus facilement. Ce qui n'était bon ni pour l'une ni pour l'autre. Et le fait qu'elle tente de cacher sa douleur n'aida pas. Ca ne faisait que créer un voile supplémentaire qui ne donnait nullement confiance à Ambre. La méfiance de l'animorphe avait légèrement réaugmenté donc. Une personne qui essayait comme ça de cacher des choses, il fallait s'en méfier en général. Surtout chez les bipèdes. Néanmoins, cela permit à Ambre de se concentrer un peu plus sur la personne qu'elle avait en face d'elle. C'était étrange, malgré la douleur elle ne semblait rien avoir perdu. Ce n'était pas comme ces gens mutilés. Elle semblait entière.

L'attention d'Ambre fut néanmoins vite détournée par les gestes de Peau Pâle. A nouveau, elle sortie de sa cachette des graines. A croire qu'elle en avait à l'infinie sous sa cape! En tout cas, à la vue de la nourriture, et bien qu'elle avait déjà mangé avant, elle sentie l'eau lui venir à la bouche. Elle les disposa étrangement et la crystallis fronça les sourcils. Les bipèdes agissaient vraiment bizarrement! Peut-être était-ce une technique pour la forcer à l'approcher. Allait-elle à nouveau tenter de la toucher? Rien que pour ça, elle serait bien partie. Mais Ruby fit un geste étrange, signe de l'approcher si Ambre ne se trompait pas. Alors la Crystallis hésitait. Peau Pâle était bien différente de la plupart des bipèdes, elle le sentait au plus profond d'elle. Mais aussi différente soit-elle, était-ce une raison pour la suivre. Elle ajouta quelques mots que l'Animorphe comprit sans trop de peine pour les avoir déjà souvent entendu.

Elle hésita un moment, figée, réfléchissant. Puis finalement elle franchit les quelques pas la séparant de Ruby et se stoppa juste devant elle. Puis malgré les voiles qui cachaient cette pulsion sourde, Ambre comprit une chose. Elle posa sa main sur sa poitrine et fixa Peau Pâle dans les yeux. Mais ce qu'elle dirait serait sans rapport avec ce qu'elle avait comprit concernant la douleur.


-Tu es... gentille et... différente...?

Finalement, sans attendre de réponse, Ambre changea de forme. Tout ce qui semblait venir de la bipède s'évanouit alors et elle pu retrouver son calme. Aux pieds de Peau Pâle, elle arqua le cou pour la voir avant de reculer pour pouvoir battre des ailes et s'envoler. Elle se posa ensuite sur une branche non loin et pencha sa tête sur le côté. Après quoi elle reprit son envole et avança plus loin, dans la direction du camp. Nul besoin de mot pour comprendre qu'elle venait avec Ruby.
Revenir en haut Aller en bas
Ruby
Prophétesse
avatar
Nombre de messages : 4776
Âge : 36
Race : Peuple de Cristal
Poste : Errante - Prophétesse
Magie Contrôlée : Arcanes de l'Eau

Feuille de personnage
Puissance:
990/1000  (990/1000)
MessageLun 15 Nov 2010 - 20:55


_________________________________________________________

http://elament.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» Une carte pour seul repère...
» Nous ne vivons pas dans le même monde mais nous sommes sous le même ciel. Un seul ciel, une seule destinée. #Kairi
» je suis seul,mais pas pour longtemps
» Seul est digne de la vie celui qui chaque jour part pour elle au combat [Pv: Fiora, Atios]
» Un balais pour mon fils ! [matin] [Pv Martin]