Partagez | .
 

 Kalmastre - [Quête Secondaire] De la pureté de nos Coeurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Page Cornée
Joker
avatar
Nombre de messages : 328
Âge : 85
Race : Esprit du Forum
Poste : Celui qui dirige vos existences
Magie Contrôlée : La p'tite souris

Feuille de personnage
Puissance:
1000/1000  (1000/1000)
MessageMar 29 Juin 2010 - 22:10

Sciant les flots glacés, un vaisseau traverse le temps. Immense bâtiment, il brise contre sa coque les amas de glace abandonnés par le continent. Vif le navire qui semble possédé par les esprits d'Aqua et d'Aera eux-mêmes, tant son allure est forte et son aisance évidente. Guidé par une ardeur de jeune guerrier, c'est bien l'Oderick qui navigue en direction du Nord. Le grand Nord. Les plaines glacées de Kalmastre, le désert de glace et de mort, là où seules les Nymphes de Glaces se sont établies.

Froid l'air que l'on respire. Un nuage de souffles chauds et vivants monte de l'Oderick. L'équipage ne ménage pas ses efforts. Car la route est longue du Magyar jusqu'aux terres du Nord. Les lunes sont passées sur le navire, mais toujours, on a la foi et l'espérance, en voyant s'amasser la glace autour du vaisseau. Mais approchez, jeune génération, et écoutez attentivement. Le navire n'est pas là par hasard, oh que non. Deux missions. Deux quêtes. Deux élémentalistes qui ont marqué l'histoire par leurs hauts faits ... ou par leurs méfaits.

Oui deux êtres ici nous importent. Deux toujours. Un dépositaire du pouvoir d'Aqua tout d'abord : le Capitaine de l'Oderick, qui guette l'horizon de sa longue vue. Le Teleri semble impassible de là où il est, derrière sa barre. Sa tâche est primordiale, son rôle décisif. On le sent, toute l'activité du rafiot émane de lui. Il subjugue l'équipage qui lui obéit. Et en effet, le Passeur a reçu une missive, des mains mêmes de la Dame. Une missive de la plus haute importance, alors que lui même revenait d'une expédition riche en découverte. Le lien dans tout ça ? Ah ah, il leur fallait récupérer non plus une "chose", mais deux.


Code:
Maitre Ishraa

A nouveau il nous faut recourir à vos services. En tant que Passeur, mais aussi en tant qu'élémentaliste issu d'Elament. Ainsi, plusieurs tâches vont incombent : il y a de cela une lune, les autorités de Kalmastre nous indiquaient qu'une élémentaliste Aqua serait emprisonnée dans la glace, près de leur Cité. Il vous faut récupérer cette novice. Entrez en contact avec la Milice, elle vous guidera dans votre première tâche.

La deuxième est aussi la plus complexe. De ce que vous avez rapporté de votre expédition avec le résistant Fenenn, un passage particulier a retenu notre attention. Ce texte que vous avez lu, concernait une fleur unique, création de Terra. Il y a de fortes chances pour qu'elle se trouve dans les plaines de Kalmastre. Dans l'intérêt de la résistance, un pétale de cette fleur nous est nécessaire. Ainsi, vous devez, après le sauvetage de la jeune Aqua, partir à la recherche de cet héritage et le rapporter. Prenez garde, et remémorez vous ce texte avant votre départ.

Pour finir, il vous faut une personne afin de vous accompagner dans votre tâche : la nommée Dame Rhivariel, Igni, sera cette aide. Cependant, elle fait l'objet de quelques doutes quant à sa loyauté. Votre tâche sera aussi de clarifier cette situation ambigüe. Trouvez la vérité et rapportez nous à qui va son allégeance, maitre Ishraa.

Que la Résistance vive à jamais
Dame Ruby

Triple mission à double tranchant. Difficile tâche. Mais rien n'est insurmontable pour ceux possédant un don. Et l'autre, la seconde. Celle qui est en question n'est que la forme emmitouflée accoudée au rebord de l'Oderick. Sarael Rhivariel, enfant d'Igna, a reçu un mot similaire. Quoi que moins précis et plus évasif. Dans une Résistance, le doute est Roi. Ainsi, l'elfe cornue dont je vous parle, mes enfants, n'est pas ce que l'on croit. Et voici le message qu'elle reçut en mains propres.

Code:
 Dame Rhivariel

Votre talent d'élémentaliste Igni est parvenu à nos oreilles, et il semble qu'on ait ici besoin de vous : il y a de cela une lune, les autorités kalmastriennes nous ont alertés de la présence d'une novice aqua emprisonnée dans sa propre glace. Il faut récupérer cette jeune perdue dans les plus brefs délais et pour cela, vous partirez avec le Passeur Ithrazekiel Ishraa vers le Nord.

En outre, il est vous demandé aussi de l'aider dans une autre tâche : sous nos ordres, Maitre Ishraa est à la recherche d'un artefact qui nous est nécessaire. Veuillez lui fournir l'aide qu'il vous demandera.

Que la Resistance vive toujours
Dame Ruby

Ainsi furent conservées les missives dans les archives des anciens. Mais attendez... Est-ce bien au loin, ce que pense la Capitaine ? Oui, la terre blanche est en vue. La terre inhospitalière. L'un se devra d'être d'une prudence et d'une ruse de renard de cendre, l'autre doit jouer sur deux tableaux, comme le font ceux dont la conscience est mauvaise. Découvrons ensemble, chers enfants, l'aventure d'Ithrazekiel Ishraa le Passeur et de Sarael Rhivariel la Traitresse au fin fond des Plaines Glacées de Kalmastre.


Spoiler:
 

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Sarael Rhivariel
avatar
Nombre de messages : 51
Âge : 24
Race : Elfe Cornue
Poste : Espionne
Magie Contrôlée : Igni

Feuille de personnage
Puissance:
648/1000  (648/1000)
MessageMar 29 Juin 2010 - 23:31

Emmitoufflée dans une épaisse cape de voyage, Sarael observait le lointain, accoudé à la rambarde du navire. Oh, bien sûr à l'avait prévenu: se pencher trop pouvait être dangereux. Mais après tout sa vie jusqu'alors était faite de constant danger, et un de plus ne l'effrayait pas vraiment. Son regard ainsi perdu dans les vagues et la glace les recouvrant, elle repensait à la missive reçu plus tôt. Tout comme Ithrazekiel, elle avait reçu le message des mains de la Dame. Il était toujours préférable dans les situations de résistance que chacun obtienne ses ordres de façon direct. Tout était question de prudence. Et comme on le dit bien souvent, prudence est mère de sûreté. Mais jusqu'où cette sûreté pouvait aller. Et ce n'était pas seulement la résistance qui devait faire preuve d'une extrême prudence, mais aussi les éléments qui pouvait la compromettre, comme Sarael pour ne citer qu'elle.

Pour en revenir à la missive, elle trouvait celle-ci bien curieuse. Assez courte, la première partie se montrait plutôt précise, tandis que concernant l'objet elle se montrait plus trouble. Pour Sarael seule trois solutions pouvaient être admises alors. Sarael pouvait déjà écarter le fait qu'Elament n'en savait pas plus, après tout Ithrazekiel avait apparemment d'autres information. Donc soit en tant que simple habitante ils se refusaient à lui en dire plus, soit ils avaient un doute. Sarael n'avait pas de préférence sur une des deux théories, mais elle devait se montrer prudente. Et suivant comment allait se dérouler tout ça, elle devait prendre des décisions.

Plus ils avançaient dans l'océan séparant les Terres Anciennes de Kalmastre, plus l'air devenait froid, approchant de plus en plus du glacé. Elle se frotta les mains pour les réchauffer. Elle ne voulait pas utiliser son pouvoir pour tout et n'importe quoi, et il n'y avait pas de raison qu'elle l'utilise pour ça. Sa cape était bien suffisamment épaisse pour la protéger du froid. Elle souffla sur ses doigts, une buée blanchâtre se formant alors, comme à chacune de ses respirations. Puis quelqu'un sur le bâteau annonça l'approche de Kalmastre. Sarael releva la tête de l'eau qu'elle contemplait encore et se dirigea vers le pont où se tenait Ithrazekiel. Au cours du voyage elle n'avait que peu parler à l'homme, ne voulant pas le perturber dans son travail. De toute façon, elle ne se sentait pas à l'aise avec lui.

Elle ne l'avait pas encore questionnée au sujet de la seconde requête de la Dame et ignorait si elle devait le faire ou non. De toute façon à un moment ou à un autre il faudrait bien qu'il lui donne quelques informations supplémentaires. Elle aviserait donc par la suite. Elle arriva à côté de lui et observa le lointain où les côtes de Kalmastre apparurent. Quelles semblaient pauvres et nues! Elles se prolongeaient parfaitement avec l'océan donc elles sortaient et s'étalaient au loin, désert de glace.


-Ainsi voici Kalmastre... C'est bien la première fois que je vois ces terres. Dans combien de temps accosterons-nous Capitaine?

Sarael demandait implicitement si l'homme était déjà venu ici en signalant qu'elle même foulait ces terres pour la première fois. L'information c'est le pouvoir, aussi elle voulait savoir si le terrain serait déjà connu du Capitaine ou non. Si c'était le cas, cela pourrait faciliter le voyage. Sarael réfléchit un instant.

-Je suppose que vos hommes ne nous accompagneront pas sur les terres et resteront surveiller le navire?

Cela semblait logique et peut-être cela coulait-il de source pour le capitaine, mais ce n'était pas le cas pour Sarael qui ne connaissait rien au monde de la navigation.

_________________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageVen 2 Juil 2010 - 15:21



Dernière édition par Ithrazekiel Ishraa le Mar 22 Jan 2013 - 23:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sarael Rhivariel
avatar
Nombre de messages : 51
Âge : 24
Race : Elfe Cornue
Poste : Espionne
Magie Contrôlée : Igni

Feuille de personnage
Puissance:
648/1000  (648/1000)
MessageVen 6 Aoû 2010 - 15:18

Apparemment non, le capitaine ne semblait pas connaître la région, étant donné qu'il se fiait au rumeur concernant le froid de Kalmastre. La jeune femme se demanda comment le froid pouvait être encore plus intense, et préféra finalement ne pas y penser. Elle trouvait cette fraîcheur inconfortable au possible, et surtout peu pratique. Car là-bas, la terre serait recouverte de neige, et cela gênerait probablement leur progression. Rien que d'y penser, elle resserra sa cape autour d'elle. Ainsi ils arriveraient bientôt. Suite à quoi il répondit à sa seconde interrogation. Donc l'équipage restera à bord. Cela se révélait de bonne augure pour Sarael dans une certaine mesure. Néanmoins, si l'équipage ou même juste quelques hommes étaient venus, cela aurait pu également faire l'affaire de l'Elfe. En effet, ainsi le Capitaine aurait dû garder un minimum l'oeil sur eux, et elle aurait pu contacter Janus pour l'informer de la situation actuelle. Là, elle allait devoir se servir de son ingéniosité pour s'isoler un moment sans éveiller de soupçon. Quoiqu'en fait, ça ne devrait pas poser trop de problème en soit. Elle avait un moyen pour le moins efficace de communiquer avec lui.

Ithrazekiel dû se retirer, bien qu'il n'en indiqua pas la raison à sa passagère, celle-ci le remarquant bien assez vite. Elle avait pu observer les manoeuvres du capitaine de là où elle se trouvait. Il était intéressant de constater par quel moyen il donnait ses directives. C'était bien la première fois qu'elle voyait un pentacle de se type. Après, ce n'était pas vraiment sa tasse de thé tout ça. Ainsi ils accostèrent sans difficulté apparente. Une planche fut mise pour permettre de passer du bâteau à la berge et Ithrazekiel revint vers Sarael. Celle-ci eut un sourire aux paroles du Capitaine.


-Merci de vous inquiéter ainsi de mon sort.

Son ton n'était pas moqueur, bien qu'il sous-entendait très légèrement qu'elle pouvait se débrouiller toute seule. Néanmoins la courtoisie dont faisait preuve Ithrazekiel était appréciable. Tout le monde ne l'avait pas. Ainsi, prenant garde de ne pas tomber en descendant, elle se retrouva rapidement à terre. De là, ils partirent seuls en direction de Kalmastre. Le voyage en lui-même ne devait pas être très long, mais il n'en restait pas moins pénible. La neige capturait les membres de l'équipe lancé à la recherche de l'Elémentaliste, des rafales soufflaient. Le temps était dur et la progression à travers les plaines glacées de Kalmastre difficile. Les paroles du Capitaine ne rassurèrent pas vraiment Sarael qui grommela un peu.

-En ce cas nous devrions nous dépêcher, en espérant qu'elle ne sera pas là avant que nous arrivions à la cité.

Presser le pas restait tout de même difficile. Le vent s'intensifiant, Sarael se courbait légèrement en avant par reflexe pour se protéger de la neige. La tempête se déclencha peu de temps avant qu'ils n'arrivent dans la ville. Se considérant assez proche de celle-ci pour ne pas s'arrêter sans risquer quoi que ce soit, ils continuèrent pour arriver devant les grandes portes qui se dressaient. Là, un abri leur était réservait pour qu'ils puissent poursuivre leur surveillance malgré la tempête. Sarel et Ithrazekiel y entrèrent. Ce fut Sarael qui la première pris la parole.

-Bonsoir, nous avons été appelé par votre ville pour une mission particulière, nous venons d'Elament. Pourriez vous nous conduire jusqu'au poste principale où nous pourrons prendre les indications nécessaires à la poursuite de la mission s'il vous plaît?

Sarael n'y était pas allé par quatre chemins, elle n'avait pas envie de perdre du temps avec de simples gardes. Ceux-ci ayant dû recevoir des ordres pour leur arriver, un d'eux conduisit les deux Elamentiens dans la ville. Pour se faire, ils empruntèrent les nacelles mis à disposition et lorsqu'ils arrivèrent à mi-hauteur, Sarael regarda la ville. L'Elfe resta bouche-bée devant la magnificience de la ville qui s'offrait devant elle. Des arches s'entre-croisées après être monté haut, dannant l'impression d'atteindre un point de rupture avant de redescendre. La finesse des colonnes, tout dans cette ville rappelait la beauté et la grace. Elle comprenait alors mieux pourquoi cette ville était appréciée des voyageurs, si on oubliait la diversité des personnes y venant.

Une fois arrivée au niveau de la ville, ils descendirent des nacelles et furent conduits jusqu'au quartier général des autorités Kalmastriennes. Là on les reçu dans une pièce de taille moyenne à l'air confortable, comportant une table entourée d'une demi-douzaines de chaises à l'air confortable. Bien éclairé à l'aide de lumière artificiel, le tout restait sobre. Il n'y avait pas de décoration particulière. Ils durent patienter quelques minutes le temps qu'un des hommes servant de correspondant habituel entre les deux cités arrive. Il entra finalement dans la pièce et invita les deux Elamentiens à s'installer. Sarael s'assit tout comme l'homme.

-Bien, merci à vous d'avoir répondu à notre appel, commença-t-il. Nous vous avons demandé de venir ici car nous avons trouvé coincé dans la glace une femme. En effet...

L'homme poursuivit son explication. Il donna la position de la fille qui était parvenue à se bloquer. Ce n'était pas très loin de la cité, en temps normal. Il n'y avait pas grand chose à dire à vrai dire. A la fin de son explication il se releva.

-Je pense que tout est dit. Etant la tempête qui rugit à l'extérieur, vous ne pourrez sans doute pas partir maintenant, aussi si vous le désirez nous pouvons vous proposer deux chambres afin que vous puissiez vous reposer, le temps que la tempête s'arrête. Qu'en pensez-vous?

La proposition arrangeait fortement la jeune femme. Car déjà, sortir par ce froid dans la tempête ne la tentait pas plus que ça, mais en plus ça lui laisserait le temps d'entrer en contact avec Janus. Surtout avec les chambres séparées. Et se reposer ne pouvait pas lui faire de mal dans tous les cas. Elle préféra tout de même laisser un petit temps passer entre la proposition et sa réponse, histoire de ne pas paraître trop empressée d'accepter.

-Ma foi, pourquoi pas. Je ne pense pas que ça puisse nous faire de mal. Qu'en pensez-vous, Capitaine?

Elle se tourna vers Ithrazekiel en attendant sa réponse, lui adressant un sourire.

_________________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMer 11 Aoû 2010 - 21:59



Dernière édition par Ithrazekiel Ishraa le Mar 22 Jan 2013 - 23:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sarael Rhivariel
avatar
Nombre de messages : 51
Âge : 24
Race : Elfe Cornue
Poste : Espionne
Magie Contrôlée : Igni

Feuille de personnage
Puissance:
648/1000  (648/1000)
MessageJeu 12 Aoû 2010 - 9:00

[désolée, c'est court >.>"]

Apparemment, le capitaine aurait bien voulut refuser pour aller chercher Skrida directement. La jeune femme préféra ne pas relever la remarque concernant sa faiblesse, même si elle aurait apprécié de faire remarquer au Capitaine que ce n'était pas le cas. Enfin, qu'importe. L'émissaire fit venir un soldat qui les conduisit jusqu'à leurs chambres. La décoration du lieu restait sobre, rappelant la fonction du bâtiment. C'était un quartier général, pas une auberge, il ne fallait pas l'oublier. Une fois arrivés à l'étage, on leur indiqua leurs quartiers. La jeune femme salua le Capitaine en lui souhaitant un bon repos, bien qu'elle doutait qu'il reste très longtemps enfermé comme ça. Et elle en eu confirmation une fois que quelqu'un vint lui annoncer qu'il était sortie. Elle eut un léger sourire et en profita alors pour sortir le journal que lui avait confiait Janus lorsqu'elle avait repris contact avec les Démons. Elle sorti un poignard et se piqua le doigt avec.

-Ecriture.

Elle avait à peine murmuré le mot, elle apposa son doigt sur la couverture, là où il y avait déjà une tache séché de sang. Elle se voyait à peine, mais bien assez pour être remarqué. Quelques personnes avaient déjà vu le journal et elle leur avait alors dit qu'il s'agissait d'un souvenir très important pour elle. C'était passé comme une missive dans la cité. Enfin, avant que les Démons ne l'habitent bien entendu. Elle ouvrit le journal à la première page et sorti une plume et de l'encre afin d'écrire. Le message fut plutôt court et concis, et une fois celui-ci écrit, elle referma le journal et le rangea. Elle vérifierait de n'avoir aucune réponse plus tard. Ainsi, elle saurait plus ou moins quel serait son vrai objectif au cours de la mission. Suite à ça elle s'allongea sur le lit. Le matelat était confortable, plus qu'elle ne l'aurait cru. Elle fixa le plafond un long moment, repensant à l'objectif que la cité lui avait confié.

*La cité... J'ai été tellement habitué à ce qu'elle soit entre les mains des Elamentiens que je ne peux pas m'empêcher de dire la Cité en pensant aux ordres de la Dame. Quelle ironie, alors que j'ai voulu qu'elle tombe.*

Ses pensées se tournèrent donc vers Skrida. Une jeune Aqua. Elle se força à éviter de penser à Mélinda. Les deux Aqua n'avaient rien à voir. Elle préféra dériver sur autre chose, se laissant porter par ses pensées. Elle finit par s'endormir, d'un sommeil léger, loin d'être réparateur, mais sans rêve, c'était déjà ça de gagner. Aussi le réveil fut direct lorsque le Capitaine frappa à la porte. La jeune femme se leva et alla ouvrir, curieuse de savoir ce qu'on lui voulait. Elle fut surprise de constater qu'il s'agissait d'Ithrazekiel. Elle ouvrit alors complètement la porte et se dégagea de l'entrée pour l'inviter à entrer.

-Que me vaut cette visite Capitaine? La tempête à l'extérieur ce serait arrêté?

Elle ne voyait pas le Capitaine venir pour autre chose à vrai dire. Seul la mission l'intéressait. Elle n'avait pas encore remarqué qu'il était déjà le matin, n'imaginant pas avoir dormi si longtemps. Elle attendit donc la réponse du capitaine pour pouvoir comprendre ce qui l'amenait.

_________________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageJeu 12 Aoû 2010 - 15:37



Dernière édition par Ithrazekiel Ishraa le Mar 22 Jan 2013 - 23:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sarael Rhivariel
avatar
Nombre de messages : 51
Âge : 24
Race : Elfe Cornue
Poste : Espionne
Magie Contrôlée : Igni

Feuille de personnage
Puissance:
648/1000  (648/1000)
MessageSam 14 Aoû 2010 - 22:48

Le Capitaine n'entra pas, comme s'y était plus ou moins attendu Sarael. Au final, c'était une bonne chose, comme ça il ne verrait pas ce qu'elle avait en sa possession, bien qu'elle n'avait évidemment pas laissé traîner son Jounal Sanglant. Aussi lui annonça-t-il qu'en effet, la tempête avait cessé. La jeune femme eu un sourire franc et répondit en passant sur l'humour d'Ithrazekiel, qui n'en était pas vraiment.

-Et bien voilà une bonne nouvelle!

L'Aqua commença à partir, mais il lança une dernière chose, indiquant là où ils se retrouveraient une fois Sarael prête. Elle haussa un sourcil, intriguée par ce que le Capitaine allait préparer. En tout cas elle profita d'avoir quelques minutes pour regarder qu'aune réponse de Janus n'était arrivée. Elle constata ainsi avec un sourire qu'il avait répondu. Elle regarda le message rapidement après avoir fait le rituel lui permettant de lire celui-ci. Ceci fait, elle referma le journal, préférant répondre plus tard, et le rangea en même temps que le reste du peu d'affaires sorties, bien qu'elle se fut tout de même changée rapidement, ayant avec elle un sac pour le voyage. Que voulez-vous...

Elle quitta finalement le poste principal de la garde pour se rendre là où le Capitaine l'attendait. Elle n'avait pas mis beaucoup de temps et il ne devait pas l'attendre depuis trop longtemps. Arrivée devant la taverne elle entra et repéra Ithrazekiel, bien qu'il l'appela rapidement. Elle s'avança vers lui et lorsqu'il lui tendit le récipient elle eut le réflex de le saisir. Elle regarda ce qu'il contenait, et reconnu l'odeur du vinaigre. A quel facétie avait bien pu se livre l'homme? Il était bien étrange... Et imprévisible. Il lui expliqua ce qu'il attendait d'elle. Elle réfléchit un instant. Etait-ce un piège? Elle ne savait pas, mais quel intérêt aurait-il à faire ça alors que leur mission débutait seulement? Et s'il l'avait découvert? Mais comment aurait-il pu? L'espionnait-elle? Méfiante, elle se dit néanmoins qu'elle devait choisir rapidement et ferma les yeux un instant.

-Bien, mais un seul essai... Et je conseillerais aux gens présent d'ouvrir les fenêtres pour éviter que ça devienne trop dangereux...

Ensuite elle réfléchit quelques instants. Elle devait elle-même éviter de recevoir des vapeurs, mais le problème était qu'elle ignorait quand cela s'évaporerait. Elle décida donc de s'assoir et de mettre le récipient loin d'elle, le posa sur le bar où elle pouvait appuyer ses bras pour ne pas les fatiguer en tenant le récipient à bout de bras. La jeune femme se concentra alors sur le liquide, commençant à le faire chauffer doucement. Elle montrait progressivement la température , car s'il ne fallait pas que tout s'évapore d'un coup, elle devait faire en sorte que cela vienne progressivement. En fait, c'était quelque chose d'assez compliqué à faire, car ce n'était pas vraiment dans ses cordes. Elle n'était pas un chauffe-plat quoi! Un volute de fumée commença à s'échapper du liquide, et Sarael arrêta alors de monter la température, essayant de la maintenir. Ce n'était pas vraiment difficile, bien qu'elle n'aimait pas trop ce genre d'exercice. La patience n'était pas toujours son fort. Ainsi elle parvint tout de même à faire s'évaporer tout le contenu du récipient pour qu'il ne reste que la poudre blanche. La fumée s'était envolée par les fenêtres au fur et à mesure qu'elle apparaissait, si bien qu'il n'en restait plus de traces, à part une légère odeur très désagréable de vinaigre. Sarael observa alors le capitaine.

-De quoi s'agit-il en fait? C'est ce dont vous parliez pour aider l'Aqua?

_________________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageLun 16 Aoû 2010 - 9:28



Dernière édition par Ithrazekiel Ishraa le Mar 22 Jan 2013 - 23:11, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sarael Rhivariel
avatar
Nombre de messages : 51
Âge : 24
Race : Elfe Cornue
Poste : Espionne
Magie Contrôlée : Igni

Feuille de personnage
Puissance:
648/1000  (648/1000)
MessageSam 21 Aoû 2010 - 10:24

Il ne connaissait pas le nom d'un produit qu'il utilisait? C'était assez étrange à vrai dire, tout du moins inhabituel. Néanmoins, s'il affirmait qu'elle serait utile, c'est qu'il en connaissait les effets, donc ça allait. Sarael préféra ne pas faire attention à la réaction de Capitaine. S'il n'était pas satisfait, tant pis pour lui. Elle c'était déjà bien gentiment exécuté... Et puis s'il était content, tant mieux. En tout cas elle ne le saurait pas. Après d'étranges achats -encore- d'Ithrazekiel, ils décidèrent de partir. Sarael demanda juste qu'une halte soit fait chez un boulanger. Elle expliqua alors la raison de sa démarche à Ithra pour qu'il accepte sans trop faire le difficile d'attendre un peu.

-Elle est enfermée dans la glace et n'a sans doute pas mangé depuis un moment. Donc même si ce n'est pas nécessaire, c'est mieux pour elle.

Elle pris donc une miche dorée à souhait en échange de quelques pièces d'or. Elle la rangea dans son sac et ils repartirent, l'opération n'ayant durée que quelques instant. Il était difficile de voir en Sarael une traîtresse lorsqu'elle agissait comme ça. Le Capitaine semblait sûr de lui quant au chemin à apprunter, et l'Elfe cornue ne pouvait que lui faire confiance sur ce point. Aussi ils entamèrent leur marche. Comme il y avait moins de vent que la veille, la progression était plus facile et Sarael pouvait filer droit sans problème. Bon, ça ne restait pas son terrain de prédilection, mais elle s'en sortait. Le Capitaine engagea la conversation avec Sarael alors que le col était encore loin. La jeune femme eut un petit rire aux remarque d'Ithrazekiel.

-Vous savez Capitaine, je suis une Igni. Je peux difficilement avoir froid, vu que je peux contrôler ma température corporelle.

Elle eut ensuite un petit soupire.

-Et j'avoue être très intriguée par vos manoeuvres... Et si je m'en méfierai un peu en temps normal, si notre Dame vous accorde toute sa confiance alors moi aussi. Donc j'attends avec impatience de voir ce que cela donnera!

Ces mots lui venaient naturellement à présent. ELle avait tellement l'habitude d'être gentille avec tout le monde. Ce n'était même pas de la flatterie en soit. Mais elle savait que les Elamentiens y étaient très réceptifs, les Survivants étant fiers de leur Dame. Mais dire ça alors qu'elle même était soupçonnée de traîtrise... Cela pourrait parfaitement paraître suspect. Enfin, advienne que pourra. ELle ferait en sorte de ne pas se découvrir dans tous les cas. De toute façon, il n'y avait que peu de chances que cela arrive, dans la théorie elle ne devrait pas en avoir besoin, car ce n'était pas ce que maître Janus voulait. Alors elle pouvait garder son rôle, celui qu'elle avait habituellement de gentille Elamentienne.

La conversation faisant passer le temps, ils arrivèrent devant l'endroit où se situait Skrida. La jeune femme fut surprise que le Capitaine trouve aussi facilement, mais elle ne dit rien. Elle s'approcha de la glace autour de la jeune femme et l'observa. Elle semblait souffrir terriblement. Mais Sarael doutait que cela soit dû à la glace. Elle se demanda un instant si la libérer serait une bonne chose pour elle. Si son pouvoir s'était retourné contre elle, il y avait une raison. Et réveiller la nymphe si elle ne le désire pas serait sans doute une erreur. Dans ce genre de situation, seule la personne doit pouvoir s'en sortir. Les aides extérieurs ne servent à rien. Néanmoins là elle n'avait pas le choix.


-Bien, je m'occupe de la libérer maintenant ou votre poudre va vous servir d'abord?

[Ithra, après ton poste je pense qu'on peut faire entrer Skrida, donc tu peux faire agir Sarael pour toute action consistant à libérer l'Aqua ^^]

_________________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageLun 23 Aoû 2010 - 21:34



Dernière édition par Ithrazekiel Ishraa le Mar 22 Jan 2013 - 23:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Skrida Za'aï
avatar
Nombre de messages : 27
Âge : 25
Race : Nymphe des Glaces
Poste : Novice
Magie Contrôlée : Aqua

Feuille de personnage
Puissance:
80/1000  (80/1000)
MessageMar 24 Aoû 2010 - 9:56

Rêve.
Blanc sur Noir, Ombres s'avançant, loup rampant. Maintenant, à l'abri, rien de tous cela ne peut m'atteindre, rien. Seule. Tout est blanc.

Rêve.
Rouge sur Blanc. Tâches nostalgiques grandissant. Crocs acérés, cris d'un à peine né. Sens de tout ça ? Aucun. Non, tout est confus. Sens de cette confusion ? Non, tout est si clair. Ce Rouge sur Blanc. Si proche.

Rêve.
Douleur. Lumière.

Pourquoi un enfant crie-t-il à sa naissance ? Même si cette question ne lui avait jamais effleuré l'esprit, elle en connaissait désormais la réponse. L'air glaciale rentra brutalement dans ses poumons. Brutalement. Brûlure dans sa gorge, brûlure dans son corps. Mais sa poitrine se souleva. Son cœur palpita. Ses doigts se crispèrent. Quoi ? Pourquoi respirait-elle encore ? N'était-elle pas morte ? Dans le froid qui l'avait vu naitre, dans la glace qui l'avait recouverte, d'une manière ou d'une autre ? Devait-elle vraiment ouvrir les yeux ? Ses sensations lui revenaient, lentement. Le froid contre sa peau. Froid qui ne lui faisait... ni chaud ni froid. Mais aussi... autre chose sur sa peau. Cependant, la douleur dans sa gorge devenait insupportable. Ses yeux s'ouvrirent en grand, ses iris étaient bien pâles, presque ceux d'un mort. Elle n'y voyait rien, éblouie par l'extérieur. Elle respira profondément, hoquetant et toussant, elle voulait amener ses mains autour de sa gorge, réflexe inutile, mais n'y parvenait pas. Encore, tout ses membres étaient engourdis.

Sa vue revenait lentement, trop lentement. Tout était blanc, comme si elle rêvait encore. Une forme sombre se détacha au-dessus d'elle. Mais elle ne chercha pas à l'identifier. Était-ce Jihl ? ... Était-il revenu finalement ? Non, pas ce genre de questions. Elle ne voulait pas se les poser. Trop de douleurs. Soudain, dans un dernier hoquet, elle réussit à amener une main à son cou, effleurant au passage quelque chose de chaud, sur elle. Serrant sa main sur sa gorge, même si au final, ça n'avait strictement aucun effet, elle avait l'impression que ça irait mieux ainsi. Ses yeux papillonnaient, et la forme au-dessus d'elle devint plus nette. Et sa respiration à elle, devint plus régulière. Surtout, elle ne voulait pas chercher à savoir si c'était de la déception ou de la joie qu'elle ressentit en voyant penchée sur elle un inconnu. Mais c'était un homme. Et ce fut dans cette ordre précis qu'elle se le représenta : ses yeux, un rouge et un bleu, lui donnèrent des frissons. Un œil rouge, sanglant, et un œil bleu, de loup blanc. Elle ne chercha pas de quelle race il provenait, pour la simple et bonne raison qu'elle n'en connaissait que deux ou trois. Mais surtout, il maintenait quelque chose sur elle. Quelque chose de froid. Froid et brillant la mort.

Elle entendit des mots. Quelle langage était-ce ? ... C'était la langue commune, celle parlée dans les grandes villes et les régions où beaucoup de races cohabitaient. Loin de sa langue de nymphe. Mais elle la connaissait. Jhil lui avait apprise. Ses yeux n'expriment rien, mais se fixent sur celui qui a parlé, celui qui maintient un quelque chose sur elle, celui qui est un homme. Comme celui qui l'a abandonnée. Sans trop réfléchir, elle agrippe le bras devant elle. Elle n'a aucune force, elle se sent bien faible, et pourtant, elle ne veut pas que ce contact dure plus longtemps. Que ce soit le métal sur elle ou une partie de main, ça la brûle. A l'intérieur. Elle veut que ça cesse, mais contre cette personne, sa maigre poussée devait paraitre aussi futile que celle d'une plume. Lentement ses yeux s'animèrent, elle ne voulait pas rester sous lui. Sous un homme, elle ne le pouvait pas. Avec une vivacité étonnante, elle ... lui donne une claque. Elle essaya de se dégager. Vite. Ses yeux cherchaient autour d'elle. Où ... ? ... Ah. C'était cette grotte. Cela ne la calma pas. Sortir d'ici, vite. Partir loin. Seule. Pas ici. Elle commença à parler de sa langue natale, une langue fluide, peu usitée dans le monde à part dans le Nord des Plaines glaciales.


" Sh'a din... Os din ye ! "

Sa voix lui sembla étrange, rauque d'abord, elle finit par retrouver le ton juste et une voix plus féminine. Mais elle crachait ses mots, elle voulait qu'il la lâche, qu'il la laisse partir. Vite. Elle serra les poings, elle voulait le frapper, mais finalement, elle finit par se libérer de son poids sur elle. Alors, Skrida - c'était bien son nom ? - essaya de se redresser, tout en reculant , tremblante. où ? y avait-il quelqu'un d'autre ici ? Alors qu'elle tentait de se relever, elle fut prise de nausées. Tout tournait autour d'elle. Une main devant la bouche, ses yeux fous, elle chercha un point d'accroche. Quelque chose pour s'appuyer. Si elle vomit, ce ne fut que de la bille, âpre et acide, qui coula de sa bouche... Les questions commençaient à affluer dans sa tête. Que s'était-il passé ? S'était-elle endormie ? ... Aucune réponse logique ne venait, et elle n'en voulait pas. Il fallait qu'elle parte. Ici, l'air était vicié. Vicié de sa vie. Rien d'autre ne compte. Rien n'a d'importance, elle veut juste partir. Ce qui est ou a pu arriver... à quoi bon y penser ? Maintenant qu'elle est là, debout ou presque, ne vaut-il pas mieux fuir ? Mais il y a quelqu'un qui lui barre le chemin. Sa vision est troublée, par les larmes bouillantes et son mal de crâne. Au final, elle se laisse tomber sur le sol dur, sans force. Ses yeux presque aveugles passent d'une ombre à l'autre, méfiants.

Lentement, les souvenirs, serpent vicieux, se faufilent dans sa tête. Ils glissent et coulent devant ses yeux, brûlant et grisant. Skrida... Jihl... Fenri ? Za'aï ... nymphe ? La peur l'emplit, elle croit qu'elle va vomir encore. Elle ravale tout, souvenirs ou bile, et respire fort. Elle avait souhaité. Juste une fois, être seule. Pour toujours. Il lui semblait qu'il avait été réalisé ce souhait, au moins un temps. Et maintenant, il volait en éclat. A cause ... de lui ? Cette ombre là haut ? Elle devait dire quelque chose. Dans cette langue qui lui semblait si gutturale et laide. Un mot au moins, ça suffirait. Souvenir perdu des pathétiques leçons de Jihl pour lui enseigner cette foutue langue.


" ... " Mais entre le pourquoi, le qui, le quand, le quoi, elle ne savait que choisir. Trop de questions. Alors autant toutes les oublier. Pas de questions, un ordre. " Pa... Partez ! "

Elle se recroquevilla, pas tellement pour se tenir chaud, puisque le froid passait sur les nymphes des glaces comme une caresse, mais plutôt pour repartir. Dans ce sommeil si doux, empli de rêves en blanc et en noir. Mais ses yeux glacés regardaient les deux ombres. Surtout, l'ombre de l'homme, qu'elle perçait, dans lequel elle aurait bien enfoncé ses griffes. Ce ne fut qu'à cette instant qu'elle remarqua qu'elle était trempée. Cheveux blonds tombant sur son visage et ses épaules, cette robe collée à son corps. Sa peau. D'où provenait cette eau ? Mais par Za'aï, que lui était-il arrivé ?... Secouant la tête, elle écarta encore les questions. Dormir, mourir là, c'était mieux que tout.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Sarael Rhivariel
avatar
Nombre de messages : 51
Âge : 24
Race : Elfe Cornue
Poste : Espionne
Magie Contrôlée : Igni

Feuille de personnage
Puissance:
648/1000  (648/1000)
MessageMar 24 Aoû 2010 - 11:31

Sarael n'accordait que peu de foi aux rumeurs, bien qu'elle les écoutait quand même. De toute façon, la question n'était pas là pour le moment. Ils arrivèrent au col un peu plus vite que prévu et se dirigèrent d'après les indications données par l'offici er. Sarael trouvait un peu étrange qu'ils trouvent l'emplacement de Skrida si facilement. C'était comme si le Capitaine avait déjà pu venir avant. Elle préféra néanmoins mettre ses spéculations de côté pour le moment. Car ils devaient avant tout délivrer la fille de la glace. Le Capitaine ne répondit pas à sa question et s'attela à une tâche que Sarael ne comprenait pas. Elle n'y connaissait rien, tout du moins pas grand chose, dans les opérations du genre qu'effectuait Ithrazekiel. Les préparatif qu'il effectuait étaient intéressants à regarder. Ainsi tout ce qu'il faisait était là pour aider à libérer Skrida. Bien, tant mieux, cela faciliterait la tâche de Sarael. Ithrazekiel lui expliqua ce qu'elle avait à faire. Elle regretta de ne pas avoir tenté plusieurs fois, mais en même temps ça leur aurait fait perdre du temps. Car l'Elfe sentait bien que le Capitaine était pressé, craignant l'arrivée d'une tempête.

Néanmoins avoir pratiqué une fois l'opération lui avait permis de découvrir les propriétés du mélange du Capitaine, ce qui lui permettrait d'agir de façon bien plus précise et rapide. Lorsque le Capitaine lui donna le signal, elle posa ses mains sur le bloc de glace, contrôla rapidement sa température initial et sa masse pour ensuite diriger son pouvoir dans celui-ci. L'eau commença immédiatement à fondre. Sarael, entièrement concentrée dans sa tâche ne fit guère attention à l'eau qui coulait le long de ses bras et venaient tremper ses vêtements. Elle s'en fichait de toute façon, elle pourrait très bien les sécher après. ELle ne faisait pas non plus attention au vent qui s'était levé et soulevait ses cheveux, les faisant virevolter au rythme de l'air froid et mordant. Les sourcils légèrement froncés, elle était toute entière projeté vers la glace qui continuer de céder à la chaleur qu'elle y propageait. La glace craquait et gémissait, se sentant apparemment agressée. Puis, lorsqu'enfin cela fut possible, le Capitaine vint terminer le travail et acheva de libérer la Nymphe des glaces. Ecoutant les ordres du Capitaine, Sarael cessa le contact avec la glace et alla se réfugier dans la grotte.

A nouveau évaporer le mélange. Pressée par Ithrazekiel, il la mettait sous pression. Une bonne chose en soit, Sarael était plus efficace dans ces moments là que lorsqu'elle se trouvait forcée de réfléchir. La dernière remarque stoppa un instant l'Elfe. Celle-ci doutait que la Nymphe se soit fait piégée par une tempête. Tout du moins, pas par ce genre de tempête... Elle s'occupa du récipient alors et fit s'évaporer le contenu. La têche lui pris beaucoup moins de temps que la première fois, et fut beaucoup plus réussit. Néanmoins, le temps qu'elle s'y attèle, Skrida s'était réveillée et avait commencé à bouger. Sarael revint vers le Capitaine avec le récipient en main. Elle resta tout de même un peu en retrait, attendant qu'il lui demande d'avancer, ne voulant pas trop perturber Skrida qui était désormais réveillée et semblait déjà assez perdue comme ça. D'ailleurs elle tenta de se dégager, sans grand succès, jusqu'à ce que la nymphe mettre une claque à Ithrazekiel. Sarael aurait volontier rigolé dans d'autres circonstances. Mais pas maintenant. Non, ce n'était pas le moment, surtout pas vu le caractère du Capitaine. La Nymphe tenta de communiquer, sans grand succès pour Sarael qui ne comprit rien.

La façon d'agir de la Nymphe semblait sans queue ni tête, complètement désespérée, sans repaire. Sarael observait pour le moment. Elle ne devait pas encore intervenir, il ne le fallait pas encore. Elle posa une main sur l'épaule du Capitaine. Les yeux déterminés, elle allait s'occuper de la petite. Elle l'avait assez vu agir pour savoir qu'il ne ferait probablement qu'envenimer la situation. Skrida était maintenant à terre, et elle venait de leur ordonner de partir. Elle semblait se concentrer principalement sur Ithrazekiel. Sarael avança vers Skrida. Elle n'eut que quelques pas à faire. Sur cette distance, elle réfléchis à ce qu'elle pourrait faire ou dire. Ce genre de situation... Le désespoir qui semblait habiter ce lieu, cette fille, chacun de ses gestes... Elle voulait juste qu'on la laisse tranquille, pour disparaître aux yeux des autres. Et peut-être la jeune femme le lui aurait accordé, si sa mission ne consistait pas à la ramener. Qui pouvait savoir quel mal elle avait vécu? Seule, abandonnée, sans comprendre ce qui venait de lui arriver. Qu'est-ce qui pouvait provoquer tant de souffrance? Quelque part, l'Elfe avait l'impression de savoir, mais elle ne voulait pas s'avancer. Elle s'accroupit et posa une main sur l'épaule de Skrida, délicatement.


-Nous allons effectivement partir, mais pas sans toi... Que tu le veuilles ou non, nous ne t'abandonnerons pas.


Elle tendit la main à Skrida. Il fallait qu'elle la prenne. Et rapidement, sinon elle savait que ça voudrait dire qu'il était inutile de la sauver. Elle se laisserait mourir, et leur mission n'aurait servit à rien. Ce n'aurait été que du vent. Et puis si elle ne se dépêchait pas, le Capitaine n'attendrait pas cinquante ans, pas avec la tempête qui arrivait.

-Allez, il faut y aller maintenant.

La voix douce de Sarael cachait difficilement le bruit du vent qui s'amplifiait. Bientôt il serait peut-être trop tard pour partir, bien que cette fois-ci elle n'aurait pas hésité à traverser la tempête pour ne pas finir en glaçon. Elle devrait sans doute utiliser son pouvoir pour maintenir sa température lors du trajet, mais qu'importe. La min toujours tendu, elle attendait.

_________________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageJeu 26 Aoû 2010 - 21:04



Dernière édition par Ithrazekiel Ishraa le Mar 22 Jan 2013 - 23:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Skrida Za'aï
avatar
Nombre de messages : 27
Âge : 25
Race : Nymphe des Glaces
Poste : Novice
Magie Contrôlée : Aqua

Feuille de personnage
Puissance:
80/1000  (80/1000)
MessageJeu 26 Aoû 2010 - 22:49

Une autre, il y avait bien quelqu'un d'autre. Une femme. Qui s'approcha. Skrida la surveillait, ses yeux durs attentifs à ses mouvements. Animal effrayé, voilà ce qu'elle était en ce moment. Effrayé, et faible. Elle commençait à mieux y voir, lentement tout ses sens lui revenaient. La faim et la soif aussi. L'odeur de Jihl encore dans la grotte lui emplissait les narines et lui faisait monter les larmes aux yeux. Les bruits de tempêtes se levant étaient un simple brouhaha pour elle. Voyant une main s'approcher d'elle, elle ne chercha pas le contact, se crispant même et se plaquant contre la roche. La sensation chaleureuse de cette paume sur sa peau lui semblait moins désagréable, plus douce que celle de l'autre. On lui parla aussi. Elle comprit ces mots. Ils voulaient l'emmener, pour elle-ne-savait-quelle-raison. Où ça ? Pourquoi ? Ne pouvait-on pas la laisser là ? Comprendre le sens de cette phrase n'éclairait aucune question. La femelle lui tendit la main. Devait-elle la prendre ? Pourquoi faire ? Sinon, ils l'emmèneraient de force ? ... Skrida n'avait pas la volonté de résister plus longtemps, une étrange lassitude la prenait. Alors elle plaça sa paume dans celle de cette étrange créature... cornue ?

Et soudain l'autre revint. Mâle, mal. Elle aurait voulu courir de l'autre côté de la caverne à son approche, au lieu de ça, elle resta tétanisée. Que faisait-il encore ? Il versait... un liquide étrange sur sa peau gelée, qui la chauffait ... aussi bizarre que cela puisse paraitre. Son étonnement l'empêcha de crier ou de se débattre. Cependant, elle sentait qu'elle devait dire quelque chose. Elle articula :


" Je ne veux pas. "

Quoi ? Partir. Avec eux. Avec lui là. Qu'il la touche aussi. Qu'il s'approche. D'ailleurs, il revenait. Lui aussi, il lui tendit la main. Mais elle planta ses yeux dans les siens, y mettant le peu de fierté qui lui restait. De mépris aussi. Qu'il essaie seulement. Elle ne pourrait sûrement rien faire, mais qu'il essaie toujours de s'approcher. Il parla lui aussi, fort. Elle ne comprenait pas tout. Que voulait-il dire par là ? Y réfléchir lui donnait mal à la tête, comme si ses capacités de réflexions n'étaient pas encore revenues. Et maintenant quoi ? Il fallait y aller. Mais où ? Tout ce qu'ils faisaient ou disaient rajoutait à son malaise. L'impression que des choses s'étaient passées sans elle. L'impression que la vie avait continué. Sans elle. Étrange. Dérangeante.

Avec l'aide de cette cornue, Skrida se releva, encore un peu tremblante et peu sûre d'elle. Et maintenant, il fallait donc avancer ? Dans le blizzard se levant ? D'habitude, dans ses souvenirs du moins, affronter les tempêtes, c'était assez fréquent pour des nymphes d'ici. Mais là, engourdie et sans force, c'était autre chose. Surtout que la jeune fille croyait apercevoir, à chaque soulèvement de neige, la silhouette d'un loup. La silhouette de Jihl. A chaque fois, ce n'était que pure hallucination. Avancer dans ces conditions était pénible. Déjà que ce n'était pas une partie de plaisir, franchement. C'était la première fois qu'elle ressentait un tant soit peu le froid. C'était terriblement désagréable. Mais la femme qui l'aidait, elle, elle restait chaude et douce. Sans trop s'interroger, la nymphe se collait à elle, autant pour marcher que pour se rassurer. Après tout, Skrida n'était qu'une jeune femme blessée. Soudain, sans rien annoncer, elle lâcha, en jetant des regards à l'homme qui avançait devant et s'arrêtait parfois pour les regarder.


" Je ne veux pas que lui s'approche de moi. "

Elle le pointa du doigt, du moins sa silhouette, et se raccrocha à son support chauffant -très pratique. Mais où allaient-ils ? Skrida n'avait pas regardé, et de toute façon, elle ne se souvenait pas ainsi de ses plaines natales. Un cri la fit sursauter. Non pas un cri, une phrase hurlée de devant eux. Puis une autre. Elle ne chercha pas à en saisir le sens, et préférait se concentrer sur ... rien. Le vide total. C'était moins effrayant que les questions qui s'entassaient à la porte de ses souvenirs. Et ils continuaient de marcher en plus. C'était long, une traversée du désert de glace. Sa contrée. Pourtant, toute cette neige, elle l'abhorrait. Toute cette pureté. Blancheur. Ce qu'elle avait eu, qu'elle aurait dû encore avoir. Volée par ce loup. Sa vie paisible ici, au rythme de la neige mole et de la neige dure. Disparue, envolée.

Longue fut cette marche, sans qu'elle prononce à nouveau le moindre mot. Rien non, même si on lui posait des questions déjà, ou alors imaginait-elle des voix ? Elle n'en savait rien. Toujours est-il qu'à un moment, ils s'arrêtèrent. Skrida regardait par terre, et mit du temps à lever les yeux sur ce qui nécessitait cet arrêt. Jamais elle n'avait vu pareille chose. Construction de bois, telle leur huttes, elle flottait pourtant sur l'eau et avait brisé la glace. Étonnée, impressionnée, elle le fut encore plus une fois qu'ils montèrent dessus. Mais la peur totale revint vite : ici, sur ce bâtiment de bois flottant, il n'y avait que des mâles. Ses yeux bleus acérés étaient grands ouverts et passaient sur tout les visages. Elle mourrait de trouille en fait. Qu'ils essaient seulement de s'approcher... Bon, il ne regretterait pas grand chose vu son état. Même en forme, en fait, il ne risquait rien. Skrida ne savait pas se battre ou se défendre. Elle n'avait que la grâce naturelle des nymphes pour elle. Rien d'autre. Rien... Elle se blottit et se cacha derrière celle qui lui avait tendu la main. Elle tremblait, et ne voulait rien entendre. Rien du tout. Rien...

Elle murmura à l'oreille de la seule personne sur laquelle elle pensait pour se raccrocher. La seule personne qui ne déclenchait pas chez elle cette réaction de brûlure insidieuse.


" Je reste pas là. Skrida veut... je veux pas ... ... "
Confuse, elle avait du mal à parler correctement. C'était haché. " J'ai peur. "

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Sarael Rhivariel
avatar
Nombre de messages : 51
Âge : 24
Race : Elfe Cornue
Poste : Espionne
Magie Contrôlée : Igni

Feuille de personnage
Puissance:
648/1000  (648/1000)
MessageVen 27 Aoû 2010 - 11:49

La jeune femme finit par attraper la main de l'Elfe, après quelques hésitations. Il y avait déjà du progrès, bien que la nymphe semblait tout de même préférer encore s'enfuir, notamment à l'approche de l'Aqua. Sarael s'écarta un peu pour laisser le Capitaine appliquer l'étrange liquide sur les membres de Skrida. La consistance de la glace, mais au lieu d'être froide, celle-ci est chaude. Voilà une chose bien étrange. Sarael aurait été curieuse d'apprendre comment on pouvait s'en servir. Ca ne lui serait sans doute jamais vraiment utile, néanmoins cela pouvait être intéressant à connaître. Et puis on ne savait jamais. Les paroles de Skrida étaient bien flous. Mais vu le regard méprisant qu'elle lançait à Ithrazekiel, Sarael se demanda si elle ne disait pas ça à propos de lui. Enfin, la question n'était pas là. Il décida qu'il était temps d'y aller et il commença à partir. Sarael resta aider Skrida à se lever pour qu'elle vienne aussi. C'était une bonne chose qu'elle décide de venir.

Suivant Ithrazekiel qui marchait en tête, elles progressaient dans la neige. Soutenant en même temps la Nymphe qui semblait encore un peu faible, Sarael devait utiliser son pouvoir pour garder sa température corporelle à la normal. Peut-être cela expliquait-il que la Nymphe se colle à elle? Sarael ne le savait pas trop, mais ça ne la gênait pas. Du moment qu'Ithrazekiel restait en vue devant, tout allait bien. Le Capitaine lui hurla quelque chose. Faire attention aux vents... En effet, il allait falloir être prudente. Se perdre serait dangereux, très dangereux même. Ils entamèrent la traversée de la plaine. A un moment, Skrida déclara comme ça, sans prévenir qu'elle ne voulait pas qu'il l'approche, en pointant le Capitaine du doigt.


-Ne t'en fais pas, il est effrayant et peu commode, mais il ne te fera rien!

Enfin, normalement. De toute façon, il était peu probable que le Capitaine approche Skrida alors que Sarael n'était pas avec elle, aussi l'Elfe pourrait toujours défendre la nymphe si le besoin se présentait. Bien qu'elle doutait que le besoin se présente. En revanche, Sarael craignait la réaction de la jeune femme lorsqu'ils arriveraient sur le bateau. La cornue ignorait si Skrida craignait les hommes en général ou simplement le Capitaine. Enfin, Sarael verrait bien. La traversée se faisait rapidement, Sarael commençant à s'habituer à la neige petit à petit. Néanmoins elle ne pressait pas le pas, pour que Skrida puisse suivre sans trop de difficulté. Elle prenait aussi gare à ce que le Capitaine ne disparaisse pas de leur vu, celui-ci y faisant également attention.

Sarael tourna son regard vers Skrida dans l'intention de lui poser une question, mais celle-ci semblait tellement ailleurs que la jeune femme abandonna l'idée immédiatement. Elle pourrait le faire plus tard. Ils arrivèrent finalement sur le rivage où les attendait l'Oderick. Elles suivirent le Capitaine à bord. Une fois montés, Sarael sentit Skrida se cacher derrière elle, telle une enfant qui aurait peur de quelque chose. Les craintes de l'Elfe se confirmaient: Skrida craignait les hommes de façon générale apparemment. Ce qui signifiait que la laisser seule sur le navire était à exclure, mais pour la suite de la mission cela était nécessaire. Sauf si Sarael restait avec elle le temps que le Capitaine accomplisse le reste de la mission. Mais ça mettait en déroute sa mission d'espionnage. Néanmoins, elle n'oubliait pas la priorité imposée par Janus: rester dans les rangs Elamentiens pour continuer de les infiltrer. Elle se placa face à Skrida et lui fit un sourire.


-Je crains que nous n'ayons pas le choix... Mais ne t'en fais pas, tant que je serais là ils ne te feront rien.

Sarael voulait se montrer rassurante, bien qu'elle-même ne fut pas sûre que les pirates au service du Capitaine soient réellement fiable. ELle savait juste qu'ils obéissaient au doigt et à l'oeil à Ithrazekiel. Mais dans tous les cas, et même si Sarael savait qu'individuellement elle pouvait s'en sortir face à chacun d'eux, les affronter tous serait impossible. Ce qui lui confirma le fait qu'il valait mieux rester la parfaite gentille femme qu'elle avait toujours été jusqu'à présent. Elle se tourna vers Ithrazekiel.


-Capitaine Ishraa, nous allons devoir parler de la suite de la mission. J'ignore exactement de quoi il s'agit, aussi j'aimerais en être informer. Et puis il faut qu'on parle de ce que nous allons faire de cette jeune Nymphe, Skrida il me semble qu'elle s'appelle. Je crains que nous ne puissions la laisser seule sur ce navire.

L'idée de devoir rester sur le navire si le besoin s'en faisait sentir agaçait un peut l'Igni. Si cela arrivait, alors sa mission d'espionnage serait en quelque sorte un échec, même si elle parvenait à obtenir des informations...

_________________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageSam 28 Aoû 2010 - 19:10



Dernière édition par Ithrazekiel Ishraa le Mar 22 Jan 2013 - 23:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Skrida Za'aï
avatar
Nombre de messages : 27
Âge : 25
Race : Nymphe des Glaces
Poste : Novice
Magie Contrôlée : Aqua

Feuille de personnage
Puissance:
80/1000  (80/1000)
MessageLun 30 Aoû 2010 - 17:26


Tant qu'elle serait là ? Oui et si elle ne l'est plus, là ?! La nymphe se mordit la lèvre et regarda autour d'elles. Tous ces hommes n'avaient pas l'air très accueillant. C'était bien un euphémisme. Alors elle chercha à fixer ses yeux sur autre chose. Le sourire de la personne qui parlait par exemple. Oui, ça c'était un bon point d'ancrage. Alors Skrida ne quitta pas ce regard, et une fois de dos, elle ne quitta pas son dos des yeux. Mieux valait regarder ça... La jeune fille ne chercha pas à écouter ce qui se disait, encore moins à comprendre. Elle voulait qu'on la laisse tranquille. Et non, bien sûr, ils ne le pouvaient pas. On la trainait jusque dans les entrailles de cette étrange... chose en bois ? L'intérieur ne lui disait rien qui vaille.

Tout ici, lui était inconnu. Jamais elle n'avait vu pareilles choses, instruments, objets suspects et terribles. Diabolique. A présent, même la curiosité l'avait quittée. Elle avait juste peur de tout ça. Terrorisée, elle trouvait à chaque forme inconnue normalement banale, une utilité terrifiante. Torture, mortel. Leur beauté éventuelle la laissa de glace. Elle fermait à moitié les yeux, et essayait encore de contenir les questions qui remontaient par vagues fluctuantes. Ce flot allait la submerger, les souvenirs s'imposaient toujours plus violents. Toujours plus douloureux. Elle n'essaya pas de saisir le sens de ce qui se passait ici. Elle crut entendre son nom, mais ses yeux vitreux ne laissèrent rien paraitre. Son regard se perdait, et elle avait beau avoir réagi pour s'asseoir en face de cet homme, elle ne prêtait bien aucune attention à leur propos. Mais alors qu'ils terminaient leur dialogue, elle intervint. Elle fixa la personne derrière la table, et articula clairement :


" Je ne confis ... pas ... ma vie à ceux de ton espèce. "

Voilà, ça c'était dis. Car même sans se concentrer des masses, elle avait au moins saisi une chose : celui qui prenait les décisions entre les deux, c'était lui. Immédiatement, elle se leva et suivit la femme jusqu'à... où ça ? Chambre... ce mot ne lui était pas inconnu, mais elle ne comprenait pas ce qu'il venait faire ici. Une chambre, c'était l'endroit où une personne dormait. Chez soi. Ici, ce n'était pas chez elle. Mais elle ne se cassa pas la tête, qui était déjà bien assez embrouillée comme ça. Au fond, elle ne savait pas pourquoi elle se montrait si docile. Elle ne voulait pas rester avec eux, mais partir. Seule. Jusqu'à la fin de sa longue vie. Pourquoi voulaient-il l'emmener ? Elle ne comprenait pas, comme elle ne comprenait pas l'étrange sommeil dans lequel elle fut plongée. Avait-elle vraiment, simplement dormi ? Elle n'en savait rien, et ça ne faisait que s'ajouter à sa perplexité.

On lui désigna une porte, dans un couloir désert. Elle l'ouvrit sans réfléchir. Tout ce qu'elle savait pour l'instant, c'était qu'elle avait faim et soif, et surtout qu'elle avait une incroyable envie de laisser couler son incompréhension. Dans les larmes. Tomber là, et pleurer. Comme une gamine. A l'instant où cette possibilité effleura son esprit, elle l'aborda. Après tout, pourquoi se retiendrait-elle ? Elle était à présent seule avec l'autre femme. Et elle en avait marre. Ses pensées tourbillonnaient et lui vrillaient le crâne. Dans l'entrebâillement de la porte, elle prit sa tête entre ses mains et tomba à genoux, laissant sa vue s'obscurcir et sur ses le sol tomber de chaudes larmes. Elle sentait encore toutes ces images tourner dans sa tête, dans un flot impétueux et terrible. Un loup. Un rêve. Un enfant. Un cauchemar. Deux noms imprimés au fer rouge dans son esprit. Aucun échappatoire. Juste des larmes brûlant sa peau. Tandis que tout son passé revenait et revenait encore. Tandis que la haine trahison remontait. Tandis que la colère de l'abandon la submergeait. Les larmes chaudes se glacèrent. Tombèrent alors des cristaux de givre sous son visage. Juste un ou deux, avant qu'elle ne sente ce froid sur sa peau. Et qu'elle s'arrête, brutalement, en soufflant fort.

La haine était toujours là. Mais froide. Serre les dents, petite nymphe, et toujours regarde au loin les plaines blanches de ta rude contrée... C'était censé être un de ses principes appris toute jeune. Cependant, elle comprenait maintenant à quel point c'était idiot. Pourquoi retenir sa colère ? La tempête s'empêchait-elle de ravager les villages ? La pluie s'arrêtait-il avant les inondations ? Non, bien sûr que non. Alors pourquoi donc la rage devrait-elle être contenue ? Elle posa ses mains sur le sol. Mais elle n'avait pas la force de le faire. Ni le cran peut-être. Faible nymphe, faible gamine. Incapable de reconnaitre un loup sans âme quand elle en voit un. Incapable de discerner rêve et réalité. Incapable... de se défendre. Elle lâche entre ses dents, le regard fixé sur les tâches sombres de ses larmes :


" Je veux les ... je veux les tuer... " Les émotions flambaient dans son esprit, et instantanément, elles devenaient glaciales, telles les larmes brûlantes devenues givre. Froide, elle était elle-même glaciale. Elle aurait voulu être aussi dure que la glace à cet instant, assez solide pour résister et répliquer. Pour s'enfuir et les chercher. Pour planter dans leur cœur toute sa rage. " Tout les deux... je veux qu'ils disparaissent ! "

Mais aucune force ne l'emplit. Rien ne vient, elle resta, tremblante, par terre. La gorge sèche et les yeux froids. Se relever ? Pour quoi faire ? Autant rester ainsi. Puisqu'elle était incapable de... Se relever... Idiote. Si quelqu'un lui proposa de l'aide, elle le repoussa, et se redressa, appuyée sur le mur. Elle progressa jusqu'au lit très simple qu'on lui proposait ici. Skrida se laissa tomber sur le matelas dur et resta encore prostrée, ses mains essuyant son visage. Alors, si le sort devait donc s'acharnait, elle n'avait plus qu'à le devenir, forte. A se battre. Et un jour, elle les retrouverait. Jihl et Fenri. Elle voulait les tuer. Absolument. Absurdement. Que l'un fut son amant, et que l'autre soit son enfant, chair de sa chair, n'y changeait rien. Rien du tout. Elle leva des yeux rougis sur la femme qui était là.

" J'ai besoin de... me venger. "

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Sarael Rhivariel
avatar
Nombre de messages : 51
Âge : 24
Race : Elfe Cornue
Poste : Espionne
Magie Contrôlée : Igni

Feuille de personnage
Puissance:
648/1000  (648/1000)
MessageLun 30 Aoû 2010 - 21:22

La réponse du Capitaine crispa un peu la jeune femme. Elle allait donc être mise à l'écart pour la suite des opérations... C'était ce qu'elle craignait à vrai dire, mais quelle autre choix avait-elle que d'obéir aux ordres du Capitaine? Elle aurait pu imposer sa présence, mais il aurait refusé, et toute sa mission d'infiltration aurait été fichue par terre. Elle n'en était pas là aujourd'hui pour ensuite se faire balayer parce qu'elle se montrait trop entreprenante. Il leur assura la sécurité pour lorsqu'il partirait accomplir sa mission avec son second. Le capitaine n'accordait donc pas de confiance à l'Igni. Tout du moins, c'est ainsi qu'elle l'interprêta. Et c'était probablement vrai de toute façon. Néanmoins elle fit comme si de rien était. Elle avait observé Jean du coin de l'oeil lorsqu'il était partie s'occuper des chambres. Elle devrait sans doute se méfier de lui autant que d'Ithrazekiel. Être sur ce navire n'était pas plus rassurant pour Sarael que pour Skrida. L'Elfe devait se montrer d'une prudence extrême. Et en plus de couvrir son identité, elle allait devoir s'occuper de la nymphe, ce qui ne serait pas une mince affaire.

Le Capitaine avait commencé à partir lorsqu'il se tourna vers ses deux hôtes, leur disant de le suivre. Il les mena jusqu'à son bureau. Sarael fut surprise du luxe de celui-ci. Quoi qu'après réflexion, ce n'était pas si étrange que cela. Skrida les suivait docilement, ce qui étonnait un peu la Cornue. Elle qui ne voulait pas venir avec eux plus tôt... Néanmoins, elle restait toujours très silencieuse. Elles s'installèrent sur les fauteuils en face du Capitaine qui exposa la situation. Sarael leva un sourcil en le voyant écrire sur son carnet en même temps qu'il s'entretenait avec elles. C'était un homme surprenant décidément. Et elle aurait bien aimé savoir ce qu'il notait dans le carnet noir. Elle l'avait déjà vu le sortir dans la taverne plus tôt. Elle n'y avait pas prêté trop attention sur le coup, mais à bien y réfléchir, peut-être contenait-il des informations importantes... Elle pris garde de ne pas le fixer trop longtemps, observant son environnement en même temps qu'elle écoutait les paroles du Capitaine.

Il lui énonça la suite du programme. Deux jours sur le navire, le temps de communiquer avec l'île, puis ensuite elle devrait attendre seule avec Skrida le retour du Capitaine... Au moins, elle aurait le temps de faire son rapport à Janus, tout en essayant de voir si Skrida pourrait devenir une recrue pour le Royaume Démoniaque. Sarael verrait bien une fois qu'elle en saurait plus sur la jeune femme. Peut-être devait-elle prendre contact avec l'homme dont lui avait parler Janus? Non, ça serait inutile... Quoique... Un plan étrange se construisait dans l'esprit de la jeune femme. Etrange et peu probablement réalisable. Il faudrait qu'elle y réfléchisse... Mais plus tard.

-Bien Capitaine, votre plan me convient en ce cas. Je préfère ne pas laisser la petite seule...


Après que le Capitaine se fut levé, la petite intervint alors. Les mots qu'elle prononça auraient pu faire rire Sarael dans d'autres circonstances, mais elle se contenta d'un vague sourire. Elle tourna le visage vers Skrida.

-Allons, ne dit point cela... Bon, désolée Capitaine, mais nous allons rapidement nous retirer, elle doit être un peu perdue à cause des récents événements, je pense que vous le comprenez.


Une fois devant les cabines qui leurs avaient été attribués, elle remercia leur hôte de son égard pour elles et le regarda s'éloigner, sans doute partant rejoindre l'équipage. Sarael entra avec Skrida dans la cabine qu'on avait attribuée à celle-ci. Sarael se méfiait des Runes. Peut-être permettaient-elles qu'on les écoute. La jeune femme l'ignorait, mais devrait faire avec. Elle referma la porte derrière elle pour plus de tranquillité, et s'en félicita en voyant Skrida fondre en larme. Quelque part, Sarael comprenait. Elle semblait avoir fait face à des choses horribles pour son jeune âge, et se retrouvait soudainement propulsé dans un monde sans doute incompréhensible pour elle. L'Elfe voulait l'aider, mais avait conscience que pour le moment elle ne le pouvait pas. Tant que la jeune femme ne le voudrait pas, ça resterait impossible. Et même si elle semblait l'avoir accepté, ça ne voulait rien dire. Parfois, on avait envie d'aucune aide, juste de soi... Et ça suffisait. On croyait que ça suffisait. Elle repensa à lorsqu'elle avait perdu Mélina. Cette période lui semblait floue, comme inexistante. ELle se souvenait de vagues d'émotions, passant de la rage à la tristesse. Elle ferma la porte de ses souvenirs. Elle ne devait pas y penser. Car elle savait qu'un jour elle la reverrait, la femme qu'elle aimait... Et c'était pour ça qu'elle faisait tout ça.

La haine qui perça des mots de Skrida acheva de ramener Sarael à la réalité. Appuyée contre la porte, elle regardait la Nymphe de là où elle était. Elle préférait la laisser s'exprimer, elle en avait besoin. C'était la base de tout. Alors elle observa. Elle la regarda se relever péniblement, pour aller s'écrouler plus loin, sur le lit. Sarael alla s'y assoir aux côtés de Skrida. Lorsque celle-ci la regarda et lui indiqua clairement son désir de vengeance, un sourire naquit sur le visage de Sarael. Elle se rapprocha de Skrida, lui caressa le visage en replaçant une mèche de cheveux et la pris dans ses bras. Tout ça pour pouvoir lui glisser quelques mots à l'oreille.

- Je te promets de t'aider dans ta vengeance...


Elle libéra la Nymphe de l'étreinte. Elle l'invita à s'installer plus correctement à côté d'elle.

-Peut-être veux-tu parler d'avant que nous entrions dans ta vie? Souhaites-tu me raconter ton passé? Ou alors veux-tu d'abord en apprendre plus sur ce que nous attendons de toi?


ELle pencha légèrement la tête sur le côté, attendant que Skrida réponde. Elle ne savait pas si elle l'avait compris. Mais si ce n'était pas le cas, elle n'aurait qu'à le dire. Bon, ça n'aiderait pas mais qu'importe. La question n'était pas là. Pour le moment, elle allait se concentrer sur la jeune fille. Elle verrait pour le reste après.

_________________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMar 31 Aoû 2010 - 12:26



Dernière édition par Ithrazekiel Ishraa le Mar 22 Jan 2013 - 23:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ruby
Prophétesse
avatar
Nombre de messages : 4776
Âge : 36
Race : Peuple de Cristal
Poste : Errante - Prophétesse
Magie Contrôlée : Arcanes de l'Eau

Feuille de personnage
Puissance:
990/1000  (990/1000)
MessageMer 1 Sep 2010 - 15:34

Une flèche unique, pure trait de lumière, qui fend l'air nocturne sans se faire entendre. Sous les lumières étranges des contrées nordiques où le ciel se fend de couleurs chamarrées, on entend un "tac" sec, sur le pont du bateau, qui trouble à peine le calme ambiant. Les matelots de quart ne font presque aucun bruit : en entend tout juste les bruits feutrés des pieds du mousse sur le bois sec, les ronflements lointain d'un homme ivre mort dans son hamac qui oscille inlassablement. Les ombres même semblent repliées sur elles-même, lointaine, protectrice. Et puis, le sort se dissipe et la flèche d'air est rendue au néant, incertaine. Le parchemin retenu par un anneau étrange tombe du mât sur lequel il tenait. On entend deux rebonds d'acier, et un bruit de rigole : le boulet qui courre, encore et encore. Ou l'anneau qui roule au grès des roulis. Au final, une main audacieuse s'empare de la lettre, et prestement va frapper à la porte d'un capitaine qui doit profondément dormir. La porte s'ouvre sur une bougie - dangereux luxe dans un bâtiment de bois - une autre main saisi le papier...

Code:
Cher Capitaine,

La seconde mission dont je vous ai investit ne saurait souffrir de retard. Proposez à la demoiselle de vous suivre pour l'ascension du mont où se trouve l'objet de votre recherche ou confiez là à la garde de vos marins. Craignez-vous qu'après d'eux elle ne soit pas en sécurité ? Certaines épreuves doivent se faire en nombre restreint et d'autres obtenir le secours de nombreuses troupes : l'objet qui vous tient éloigné de nos terres s'accorde plutôt à la première option, n'est-ce pas ? Il n'y a pas de meilleurs secrets que ceux connu que d'une seule personne.

Je ne suis pas sans ignorer la dureté de ma réponse, mais nous avons beau essayer de bâtir un monde où un frère attend un frère, il y a des situations dans lesquelles ce genre de considération reste superflue. Faites preuve de franchise envers votre protégée, et expliquez lui la gravité, l'importance de ce qui vous amène en ma contrée de naissance...

S'il advenait néanmoins qu'elle refuse de vous suivre, vous trouverez joint un anneau qui, je ne l'ignore pas, la ramènera auprès de nous.

Mes meilleures pensées vous accompagnent.
R.

Spoiler:
 

_________________________________________________________

http://elament.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Skrida Za'aï
avatar
Nombre de messages : 27
Âge : 25
Race : Nymphe des Glaces
Poste : Novice
Magie Contrôlée : Aqua

Feuille de personnage
Puissance:
80/1000  (80/1000)
MessageVen 3 Sep 2010 - 8:13

Emprise maternelle étrange. Doux mots empoisonnés susurrés à son oreille. Pourquoi voudrait-elle l'aider ? Qu'y gagnerait-elle ? Skrida ne chercha pas, n'y pensa pas. Pour faire quoi ? L'ignorance était parfois un avantage. La nymphe voulait juste se venger, alors si on lui proposait ainsi de l'accompagner... pourquoi refuserait-elle ? Elle voulait juste voir leur deux visages maculés de sang dans la neige froide. Juste ça. Rien d'autre. Après, qu'importe ? Avoir déjà trouver un écho à son désir lui confirma qu'elle était sur la bonne voie. Non, elle ne devrait pas leur pardonner. Elle s'installa aux côtés de la femme, et la regarda plus attentivement. Mais quoiqu'elle fasse, elle finissait toujours par fixer ses cornes. Dans un geste impulsif et curieux, la jeune fille approcha sa main des excroissances mystérieuses. A mi chemin, elle stoppa son geste, paralysée par les questions qu'on lui posait. Qu'elle lui posait. Elle voulait connaitre son passé ? Non, même pas. Elle lui demandait. Gentiment. C'était surtout ça qui l'avait faite se stopper. Cette femme était bien la première personne depuis plusieurs années à se montrer conciliante à son égard.

Alors peut-être... oui peut-être qu'elle pourrait lui raconter. Quelques bribes de ses souvenirs. C'était bien tout ce qu'elle pouvait offrir à celle qui acceptait de l'aider. Alors Skrida se cala contre la paroi derrière le lit et fixa le plafond, comme si elle cherchait à rassembler quelque pensée envolée. Par quoi commencer ? Par où ? quand ?


" On raconte que les nymphes sont une race maudite, que leur premier amour sera le dernier car, le lendemain de leur première fois, les femmes nymphes sont trahies par l'homme qu'elles aiment. " Elle avait récité cette phrase apprise par cœur dès sa plus tendre enfance. Elle tourna son visage vers la cornue et continua : " Je n'étais pas une femme. Mais j'ai été trahi. Il... Jhil... Il m'a... " Elle plaqua ses mains contre son bas ventre agrippant le tissu de la robe : " Un monstre, mi loup, mi nymphe, un garçon. Fenri. Né dans des geôles, il devait mourir. " Un rictus para sa face, haine à ce souvenir tranchant : " Il pensait venir me sauver encore. Mais je savais, je savais qu'il allait me laisser encore. Qu'il allait prendre le gamin et partir. Et après... je ne sais pas. Après, je me suis éveillée avec vous... "

Elle se rendait compte que sa voix prenait des accents fous, un peu hystériques. Que tout ce qu'elle disait ne devait pas être compréhensible de prime abord. Elle avait laissé idées venir et s'entrechoquer pour parler. Alors elle devait paraitre folle. Pourtant, une fois qu'elle eut fini, elle se sentit mieux. Parler de ses problèmes était un moyen comme un autre de les chasser pour un temps. Skrida poussa un soupir de soulagement et se pencha en avant, revenant au même niveau que la jeune femme.


" Je veux juste qu'ils disparaissent tout les deux... "
Lâché sans conviction, avec l'espoir qu'elle lui viendrait en aide finalement. Comment ? Elle ne le savait. Peut-être ... non, elle ne comprenait rien. Mais ça viendrait. Du moins, elle voulait le croire. " Je ne sais pas qui tu es, je ne sais pas ce que tu es. Ce qui m'est arrivée. Pourquoi je me suis réveillée dans cette grotte. Mais... je veux le savoir. "

Et poser une question en finissant par un simple "s'il-te-plait" ? Elle savait ? Non, pas vraiment. Elle lui avait donné son histoire, ou du moins en partie, alors c'était à elle de lui expliquer. Et vite. Elle laissa ses yeux parcourir la chambre - une cabine en fait : le lit sur lequel elles étaient assises, un bureau spartiate, une sorte de commode de petite taille... le strict nécessaire, c'était un fait. Évidemment, ce n'était pas un château, mais quoi que ce fut, c'était bien la première fois qu'elle voyait pareille construction de bois. Soudain, des sons lointains attirèrent son attention. Des voix graves s'élevaient au-dessus d'elles : chants de ces hommes qu'elle avait évités tout à l'heure. Leurs mélodies la laissèrent de glace, pétrifiée qu'elle était de se retrouver au milieu de tout ces... tout ces monstres cruels. Elle préférait de loin rester à l'abri ici. Seule... ou à deux ? Elle devait être une créature foncièrement solitaire, mais soudain, la perspective de se retrouver là, sans personne, allongée à ruminer ses pensées... l'effraya. Pourquoi ? Elle voulait rester avec cette femme dont elle ignorait même le nom, mais surtout les intentions.

Souvenir, souvenirs d'un temps révolu, de son absence auprès d'eux, alors qu'ils voulaient lui parler. De son absence qui l'avait endurcie quelque peu, pas assez sans doute. Puisqu'une fois seule, elle avait crié, leur noms. Alors non, en vérité, elle ne voulait plus être seule : elle voulait continuer à parler... pour montrer qu'elle existait encore. Toujours. Que s'était il passé après leur disparition ? Pourquoi ... dormait-elle ? Maintenant qu'elle pouvait obtenir les réponses, elle les désirait ardemment. Plus que tout, sauf sa vengeance. Son regard à la fois interrogateur et suppliant devait bien exprimer cela. Maintenant, elle voulait savoir. Ce qu'on attendait d'elle oui. Savoir pourquoi... pourquoi elle avait rêvé.

Noir sur Blanc
Rouge sur Blanc

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Sarael Rhivariel
avatar
Nombre de messages : 51
Âge : 24
Race : Elfe Cornue
Poste : Espionne
Magie Contrôlée : Igni

Feuille de personnage
Puissance:
648/1000  (648/1000)
MessageVen 3 Sep 2010 - 16:02

Ne pas la brusquer, rester douce avec elle. Aussi douce qu'une brise de printemps. Sarael n'avait nul besoin d'autre chose pour obtenir quoi que ce soit de Skrida, et même des autres gens. Et ça faisait longtemps qu'elle l'avait compris. A quoi bon enfoncer une porte alors qu'un peu d'huile suffit à actionner le mécanisme? Néanmoins, heureusement que Skrida n'avait pas touché les cornes de Sarael. Difficile de dire comment la jeune femme aurait réagit. Mais probablement pas de belle façon. La Nymphe s'appuya contre le mur avant de commencer à parler. Elle s'emballa dans son récit que Sarael suivait avec attention. Les choses étaient dites à mi-mot, mais c'était bien suffisant. La jeune femme n'en avait pas besoin de plus. Elle-même se souvint de sa première fois. Il n'y avait eu aucun sentiment, et pas de réel consentement. Ca avait été un acte brutal et animal. Elle chassa ses souvenirs de son esprit. Il n'était pas temps de s'en rappeler. De tels images dont elle n'avait que faire n'étaient pas importantes. Il n'y avait pas grand chose d'important pour elle dans sa mémoire de toute façon.

En tout cas, Sarael ne pouvait s'empêcher d'éprouver de la peine et de la compassion pour la Nymphe. Celle-ci ne devait pas vraiment en avoir besoin à vrai dire. Skrida posa alors à son tour des questions, bien qu'elles étaient indirects. La jeune femme réfléchit un instant. Par quoi devait-elle commencer? Elle ne le savait pas vraiment à vrai dire... Elle observa Skrida qui regardait autour d'elle avant de se rappeler son achat le matin même. Elle alla chercher le pain dans son sac resté à l'entrée.


-Tiens, tu vas manger pendant que je vais tout te dire... Enfin, si tu as faim.


Elle l'apporta à Skrida puis s'installa en tailleur sur le lit. Elle allait commencer son explication lorsque les chants au-dessus de leur tête commença. Entendre les instruments, les voix joyeuses des pirates... Ca lui rappelait tant sa vie avec les hors-la-loi. Elle y penserait plus tard, pour le moment, elle préférait s'occuper de Skrida. Elle la regarda donc et commença son récit.


-Je vais commencer par le plus simple. Je m'appelle Sarael Rhivariel, mais juste Sarael suffira. J'appartiens à ce qu'on appelle les Elfes Cornus. Et je suis une Elémentaliste.

Voilà, les présentations étaient faites. Sarael ne souhaitait pas s'attarder là-dessus. Si Skrida ne posait pas de question sur le passé de la jeune femme, quel besoin de lui raconter? Et puis ce n'était pas important de toute façon. Si elle devait un jour lui en parler, elle le ferait sans doute, mais là ce n'était pas nécessaire. Elle poursuivis donc avec le reste, les mots s'enchaînant logiquement, sans trop se presser pour laisser le temps à Skrida d'assimiler. Sa voix couvrait sans difficulté la musique.

-Ce qu'il t'est arrivé... Je ne ferais que supposer avec les éléments que je connais. Donc déjà, tu es également une élémentaliste: en d'autres termes, tu es en mesure de maîtriser un élément. Ainsi tu maîtrise l'eau, tu es donc une Aqua. Il est probable que tu te sois enfermée toi-même dans la glace lorsqu'ils t'ont... abandonnée. Ainsi le gouvernement de Kalmastre t'a trouvée et a fait appel à d'autres Elémentalistes pour venir te chercher.

Elle s'arrêta un instant, laissant le temps à Skrida de cogiter un peu avant de poursuivre.

-Aussi, si tu le désires, nous allons te ramener dans un endroit où tu pourras apprendre à maîtriser son pouvoir.

Cette déclaration, tournée ainsi, n'avait rien d'extraordinaire. Néanmoins la Cornue afficha un sourire. Il ne lui restait qu'une chose à ajouter pour qu'elle accepte définitivement de les suivre, bien que l'idée de les quitter semblait l'avoir abandonner.

-En apprenant à maîtriser ton pouvoir, tu pourras acquérir une puissance inimaginable. Et ainsi ta vengeance sera chose aisée.

Le regard de Sarael se planta dans celui de Skrida. Quelque part elle comprenait Skrida. Lorsque son amante avait péri, elle n'avait alors souhaité que se venger de ceux l'ayant tué. Et elle avait obtenu sa vengeance... Celle-ci avait été amère quelque part... Mais elle ne l'avait jamais regretté. Le sang qui avait coulé ce jour là avait eu un goût de réjouissance également. Et dans l'esprit de la jeune femme, cela suffisait. Seulement dans son esprit. Mais elle avait occulté le reste.


-Bien... Veux-tu savoir d'autres choses? Ou bien préfères-tu te reposer pour ce soir?

La musique qui avait commencé depuis quelques secondes maintenant était bien différente de la précédente. Elle rappela bien des souvenirs à la jeune femme. Les pertes qu'elle avait connu, les meurtres qu'elle avait commis... Ceux qu'elle commetrait encore. La tristesse et l'amertume d'avoir tout perdu à la mort de Mélinda. Les changements qui s'étaient opérés dans sa vie. La mélancolie commençait à l'envahir...

[si jamais Skrida refuse de dormir seule ou simplement de rester sans personne, tu peux les faire dormir ensemble, mais en tout cas fait leur passer la nuit pour pas être en décalage avec Ithra]

_________________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageSam 16 Oct 2010 - 21:57



Dernière édition par Ithrazekiel Ishraa le Mar 22 Jan 2013 - 23:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Skrida Za'aï
avatar
Nombre de messages : 27
Âge : 25
Race : Nymphe des Glaces
Poste : Novice
Magie Contrôlée : Aqua

Feuille de personnage
Puissance:
80/1000  (80/1000)
MessageMar 19 Oct 2010 - 8:40

Elément. Don. Eau. Maitrise. Les mots s'entrechoquent. Les mots tombent dans son esprit, à la fois sentence implaquable et douteuse vérité. Sceptique, la nymphe, elle a du mal à avaler ça. Contrôler un élément ? Comment ? Avait-elle bien compris ? Elle essaya d'intègrer ce que lui disait... Sarael. Elle grava ce nom aux consonances étranges et exotiques, venu d'ailleurs. 

Et elle se serait elle-même enfermer dans la glace ?! Ce dernier fait l'effraya d'abord. Puis... Elle se souvint : Skrida avait voulu dormir pour toujours, et l'Eau avait exaucé son souhait. La glace l'avait sauvée. Alors... Vrai ? Elle était une élémentaliste ? Elle resta muette, sous le choc, et soutint le regard de la cornue quand elle lui parla de l'emmener pour apprendre à maitriser son don. Quitter Kalmastre ? Pour quoi ? Un avenir incertain ? Skrida restait une nymphe des glaces, des glaciers et des plaines gelées. Et puis... sa vengeance était ici. Partir, c'était renoncer à sa raison de vie. Pas question. Jamais. Et puis, il y eut cette phrase, parfait écho de ce qui devait la persudader. Tu apprendras et tu deviendras forte et tu pourras te venger. Les chants quittèrent ses oreilles, remplacés par les cris de son amant et de cet enfant. Douce mélopée qui lui monta à la tête tandis que la faim s'était rappelée à elle. Faim et fatigue. Le pain qu'elle engloutissait la réchauffa à peine, tout juste dissipa-t-il sa faim, et laissa-t-il son esprit aux prises avec un sommeil de plomb...


" Toi... Sarael, tu m'apprendrais ? Est ce que je pourrais... Vraiment... "


Toutes les pensées lourdes de maux l'avaient épuisée. Ses yeux se fermaient tout seuls et elle se sentit vidée de ses forces. La sortie d'hibernation sans doute. Elle s'allongea, un peu tremblante, sur le lit, derrière Sarael. La vue de ses cornes élégantes au dessus d'elle la rassura quelque peu. Elle marmonna, déjà endormie : 

" J'ai peur... Sara...el... " 

Et sa conscience la quitta. S'endormir aussi vite, ça devrait être interdit ! Mais oui, la jeune nymphe tomba dans le sommeil, son corps ayant bien du mal à supporter son activité. Elle dut divaguer un peu, appelant des noms sortis de sa mémoire, de son enfance et de sa haine. Des images et des visages. De la glace et du feu. De la souffrance et ... non, juste la douleur. 

**************

Réveil brutal s'il en était. 
Des mots et des cris, incompréhensibles pour son esprit embrumé matinal. Elle ne chercha pas à comprendre, et ne fit que réagir à la vue de cet homme apparemment hystérique. Elle se redressa et se plaqua contre le mur derrière le lit, effrayée. 

Elle chercha des yeux, son appui, celle qui pouvait l'aider à réaliser son désir sombre. Celle qui pouvait comprendre sa vengeance. Celle qui était une traitresse à la cause qu'elle lui proposait. Mais Skrida pensait simplement que, comme dans son village natal, la vengeance, même dans le sang, était un acte moral. Si elle savait... Elle ne changerait pas.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» Forum Secondaire de Tests
» Test de pureté
» pureté. † mehdy
» L'Ecole Secondaire en Haïti : Les questions qui se posent
» proposition pour la FVB