Partagez | .
 

 La Danse du Zéphyr et des Ténèbres [PV Sha]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Sappho
avatar
Nombre de messages : 624
Âge : 23
Race : Mi-succube, mi-race-disparue
Poste : Souveraine des Enfers
Magie Contrôlée : Ténèbres

Feuille de personnage
Puissance:
746/1000  (746/1000)
MessageMer 19 Mai 2010 - 8:09

Thème Musical : The lost forest

Le vent était faible.
Le vent sifflait entre les arbres.
Le vent guidait les âmes égarées.
Une Lune pleine embrasse de sa pâle lueur la Forêt. Ses rayons blanchâtres filent entre les branches, traversent les feuilles, découpent des formes fantomatiques sur le sol mousseux. Les bruits en cette nuit, sont insignifiants : le hululement d'une chouette, le hurlement d'un loup, les stridulations des sauterelles. La nuit est chaude et belle. Une douce nuit pâle, sans saveur et sans fioritures. La nuit qui n'a aucune valeur dans notre Histoire. La nuit dont personne ne se souvient. De celles qui passent comme toutes les autres. Personne pour animer cette nuit. Personne n'ose troubler le vent, la lune et les arbres. Le sanctuaire magnifique, aux colonnes millénaires, aux passants d'un soir et à la divinité de l'éther, ce sanctuaire nocturne, personne, non personne, ne vient le déranger dans ses rites ancestraux. La forêt, ce soir, mes chers lecteurs, restera pure.

... Mais ? Vous vous attendiez à ça, n'est-ce-pas ? Vous le voulez, ce "mais" qui chamboule l'ordre de la nature. Et bien, vous l'aurez. Une ombre se meut dans la forêt, avec une grâce irréelle. Ses mouvements fluides sont à la fois lents et prestes. Rapprochons nous de cette silhouette gracile... C'était une forme d'enfant, ou de jeune fille. Presque femme, mais pas encore. Une cape était censée la recouvrir et la cacher aux yeux de tous, mais le vent et sa marche rapide laissaient souvent voir ce qu'elle essayait de cacher. Le capuchon tombait dans son dos, et ses cheveux noirs, de longueurs inégales, voletaient négligemment. Ses mains s'accrochaient aux troncs et aux branches qui arrivaient au devant d'elle pour les éviter. Par cette tiède nuit, cette surprenante enfant ne portait ... ... en tant que narrateur, je devrais tout vous dire, mais je me limiterai à cette remarque : si vous preniez tout le tissu de ses vêtements, vous pourrez faire.... un foulard. C'est déjà pas mal... pour une succube.

Une succube ? Qui a dit démon ? Ce n'était qu'une enfant. Mais les lecteurs sont plus attentifs que cela, et ils ont reconnu une créature démoniaque. Cette fausse enfant qui terrorise ses ennemis par sa danse de la Faux, cette ridicule créature qui joue des ténèbres obscures. C'est Sappho. Ça a toujours été Sappho. Mais que fait-elle ici ? N'est-elle pas censée être plus loin, au Nord ? N'y a-t-il pas en ce moment des combats qui l'attendent contre des élémentalistes réfugiés ? Si, si, on compte sur Faux pour tuer par là-bas. Mais Faux a cru entendre un souffle. Faux... a cru entendre son Air. Si c'était pas pathétique. C'était le soir, on festoyait un peu. Puis soudain, la Général de Seladeg s'est levée et est partie, pour une mission soi-disant secrète. Comme une furie, elle avait pris une cape sombre avec la broche de sa Cour, puis était partie vers le Sud-Est. Pff de toute façon, qu'est-ce-qu'ils pouvaient dire, les sous-fifres ? Ils étaient complétement soûls !

Alors Faux coure encore, Faux marche, s'arrête, écoute. Dès que le vent souffle, dès que le Zéphyr souffle, elle le suit, hypnotisée. Elle croit en des chimères. Elle le sait bien. C'est impossible, qu'il soit là. Mais... n'est-ce-pas dans la forêt que Lysias est parti ? N'est-ce-pas ici que sa porte de ténèbres menait ? C'était possible, ça. Alors... elle espérait l'apercevoir. De loin ou de près. Qu'importe, sa silhouette et ses cheveux flamboyants même, c'était suffisant ! Mais pour le moment, elle suivait une piste imaginaire, car il n'était pas ici. Voilà longtemps qu'il avait traversé la mer, sans qu'elle le sache. Voilà longtemps qu'il était hors d'atteinte. Hors de ses pouvoirs. Elle détestait ça, l'enfant succube. Ne rien contrôler, c'était insupportable. Mais... elle le supporterait, parce qu'il voulait être libre, lui aussi.


Thème Musical II : Kainé Salvation
Une racine malencontreuse l'a fait trébucher. Une chute sans conséquences. Mais elle ressent cela comme une défaite. Elle n'y arrive pas, à le suivre. C'était impossible. Elle reste à genoux, soufflant fortement et regardant le sol, impuissante. Elle tape contre le sol avec son poing. Sa rage, sa fureur de ne pas pouvoir sauver une personne, alors qu'elle a détruit tant de vie. C'était difficile à accepter. Comment pouvait-on détruire et ne pas protéger ? Les seules fois où elle l'avait protégé, elle l'avait détruit. Alors à quoi bon ? C'était si idiot. Et lui, il l'avait tellement haïe... Alors ça n'en valait sûrement pas la peine. Petite Faux se releva en grimaçant, et regarda autour d'elle. C'était toujours cette forêt halée du blanc de la lune. Il lui faudrait retourner là-haut, sur le front. D'une façon ou d'une autre. Elle pourrait passer par ses ténèbres, pour aller plus vite. Mais soudain, la perspective de se retrouver parmi les siens l'irrita. Elle était si énervée en cet instant...

... Qu'elle avait des envies de meurtres. C'était de leur faute à tous, aux élémentalistes comme aux démons. Mais elle n'avait rien à dire la-dessus. Elle était censée contrôler sa haine, pour éviter de se faire happer par les ténèbres. C'était le conseil de Senector. Mais là, elle était seule dans cette forêt. Alors pourquoi se retiendrait-elle ? Pourquoi ignorerait-elle sa colère sourde et folle ? Elle sourit vaguement à cette pensée, et ses yeux s'animèrent d'un éclat inquiétant. Que penserait son Maitre de cela ? Que penserait Lysias ? Sans doute, les deux se moqueraient. Petite Faux est incapable de rester calme. Petite Faux cède toujours. Mais Faux en a marre.

La succube s'allonge par terre, fatiguée. Rester là, était-ce une bonne idée ? Bah, qu'importe. Sappho regarde la lune à travers les branches et les feuilles. Elle regarde le vent emporter le pollen. C'est enchanteur. Faux lève sa main droite dans un léger cliquetis, alors que son bracelet descend contre son coude. Quelques ténèbres s'échappent de sa main, sous forme de filets légers et volatiles. De noirs filaments qui voltigent et dansent avec le vent. L'Air et les Ténèbres dansent ensemble...


Danse macabre
Danse contre nature
Danse terrible
Et dans cette danse, une voix, un murmure s'élève faiblement. Une question posée à l'Air. Une question posée aux Ténèbres. La seule réponse sera toujours une valse entre les Ténèbres et le vent de la forêt.

" ... Faux est idiote, pas vrai, Lyly ? " Sa voix prend de l'assurance alors qu'elle semble folle de se parler à elle-même. " Faux des Ténèbres cherche ta lumière... "

Elle se parlait peut-être à elle-même... Ou alors, elle parlait à la sensation désagréable que seul un élémentaliste pouvait provoquer en elle. Cette sensation de haine qui arrivait en même temps que ces utilisateurs d'éléments, que ces vermines en pleine possession de leur pouvoir. Ses yeux cherchèrent quelqu'un approchant. Mais elle resta allongée, par flemme certes, mais aussi parce qu'elle se croyait sûre d'elle.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Shaloa
avatar
Nombre de messages : 424
Âge : 201
Race : Archange
Poste : Milicien
Magie Contrôlée : Aera

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageJeu 20 Mai 2010 - 1:33

Ce soir là, c'était au tour de Shaloa de monter la garde dehors et de faire reconnaissance. En effet, il avait beau diriger cette planque qui était la sienne, il n'hésitait pas pour autant à participer aux sales besognes. Ainsi, comme à tous les trois jours, c'était à son tour de sortir de la planque pour sacrifier une nuit de sommeil à assurer la protection de la planque. Tout de même, la fatigue n'était pas du jeu ! Ayant l'habitude des horaires irréguliers avant même la perte d'Elament, celui-ci avait dormi toute la journée en vue de cette nuit, histoire de protéger ses réfugiés avec le plus d'efficacité. Alors, ce soir là, tandis que tous les occupants quittaient la salle commune pour aller dormir, Shaloa lui, se réveillait pour ensuite la rejoindre.

Un peu plus tard, après avoir tâcher de se préparer un repas consistant qui le ferait tenir longtemps et bien sûr, après l'avoir mangé, Shaloa quitta à son tour la salle commune. Saluant au passage les quelques résistants qui s'occupaient du poste de garde intérieur, l'archange remonta ensuite l'échelle qui menait à la terre. Ainsi, au milieu des vieilles ruines de la tour de Tyiös, une trappe s'ouvrait pour laisser sortir de la planque son créateur. Simplement vêtu d'une tunique noir, comme toujours, seul ceux qui le connaissaient pouvaient deviner qu'il s'agissait d'un des pères de la résistance qui apparaissait au beau milieu de la forêt Darke !

Déployant ses ailes d'un geste brusque, Shaloa s'envola. La première étape de sa reconnaissance était simple : Il devait tâcher de trouver le plus haut arbre aux alentours et de s'y poser, afin d'avoir une vue d'ensemble sur la forêt. Ainsi, il pourrait utiliser ses pouvoirs et essayer de détecter quelconque anomalie autour de son refuge. Shaloa suivit donc son plan, ce qui ne prit pas trop de temps. Il faut dire qu'à force de faire des reconnaissances, il s'était habitué au trajet. Les arbres ne changeaient pas d'hauteur chaque nuit !

Les ailes toujours ouvertes afin de garder l'équilibre sur cette cime d'arbre où il posait les pieds, Shaloa fermât donc les yeux. Étendant son propre aura au maximum, il tâcha donc de scruter la forêt. Tout semblait normal au départ, mais son attention fut vite attiré vers un faible aura étrange plutôt étrange, d'une nature malsaine. Sans plus attendre, Shaloa rouvrit les yeux et s'envola à nouveau afin de se diriger vers ce mystère qui agaçait tant son esprit. Survolant les arbres sans trop faire de bruit, il tâcha donc de se rapprocher de la cible. Alors que la distance diminuait, tout devenait plus clair à ses yeux. Prenant une nouvelle pause pour scruter l'aura inconnu, il détecta finalement une aura démoniaque. Une nuisance dont il devrait s'occuper. Si jamais un démon venait à découvrir sa planque pour en ressortir vivant, tous ses efforts auraient été vains et tant d'élémentalistes ne pourraient être sauvés !

Approchant de plus en plus du démon, Shaloa put enfin apercevoir la silhouette au loin. S'arrêtant de voler pour se poser sur un arbre, celui-ci tâcha d'identifier, si possible, l'ennemi. Une jeune fille aux cheveux noir, probablement une succube, était allongé sur le sol, portant une cape à l'allure sombre. Une de ses mains pointaient vers le ciel, et il pouvait apercevoir des filaments noirs sortir de celle-ci pour virevolter dans l'air. C'était donc une démone qui maniait les ténèbres ... Nul doute, Shaloa pouvait en jurer, c'était bel et bien Sappho, une des générales ! Ils en avaient parlé durant les conseils : Elle dirigeait toute une court et sa puissance était à craindre. Mais qu'est-ce qu'elle pouvait bien faire dans la forêt ?!


*Aurait-elle découvert la planque ? Non, il ne faut surtout pas qu'elle ne l'ait fait ... Peu importe, je dois m'occuper d'elle maintenant; Si elle tomberait sur Tyiös, nous serions fichus !*

Quittant son arbre pour se rapprocher d'elle, Shaloa put entendre une bribe de paroles : «Faux des Ténèbres cherche ta lumière» Mais à quoi faisait-elle allusion ? Peu importe, si elle cherchait quelconque objet autour de sa planque, elle n'y aurait pas accès sous sa garde ! Soudain, alors qu'il essayait de se rapprocher furtivement de Sappho, il vit celle-ci tourner la tête. Plus la peine de s'y prendre à l'embuscade, il était repéré ! Utilisant ses techniques de déplacements ultra-rapides, Shaloa tâcha d'atterrir à environ une quinzaine de mètre de sa cible. Celle-ci n'ayant point réagi, il décida donc de briser la glace et d'attaquer.

-On cherche de la lumière, générale ? Ça tombe bien, j'en ai une bonne quantité juste pour vous !

Shaloa pointa sa main vers la jeune succube, puis soudainement, un puissant rais de lumière pure jaillit de son bras en direction de l'ennemi, tentative d'aveuglement accompagnée d'une forte bourrasque de vent qu'il créa, histoire que la générale se lève ... Le jais se mit ensuite à diminuer graduellement, la lumière quittant le bras pour se répartir sur tout le corps de l'archange. Une fois son être totalement recouvert de lumière, Shaloa se mit en position de défensive, prêt pour la contre-attaque.

_________________________________________________________



Dernière édition par Shaloa le Ven 21 Mai 2010 - 22:52, édité 1 fois
http://thebluekenny.blogspot.ca/
Revenir en haut Aller en bas
Sappho
avatar
Nombre de messages : 624
Âge : 23
Race : Mi-succube, mi-race-disparue
Poste : Souveraine des Enfers
Magie Contrôlée : Ténèbres

Feuille de personnage
Puissance:
746/1000  (746/1000)
MessageJeu 20 Mai 2010 - 16:05

Elle serra le poing, et les ténèbres l'enveloppèrent. Tel un cocon protecteur, les ténèbres vaporeux l'engloutirent, tandis qu'elle disparaissait avec un rire amusé. De la lumière ? N'était-ce pas des sorts de haut niveau ? Alors celui-là était puissant ? Quel amusement ! Sappho pourrait se défouler, Sappho pourrait lâcher sa colère sur lui sans crainte ! C'était un Aera, qui plus est... Et oui, à force de combattre des élémentalistes, on en venait à reconnaitre leur pouvoir facilement. Faux réapparut derrière lui, dans un amas de ténèbres gazeux. Et à présent ? Oh mais... elle n'avait pas remarqué cela. Elle n'avait pas vu tout de suite. Maintenant son sourire s'étirait, sciant sa face.

C'était un ange ! Avec des ailes blanches, une créature si "belle", si "pure"... Mais surtout, il s'agissait de son divertissement favori : arracher les petites plumes de leurs ailes... ça lui rappelait son enfance, lorsqu'elle ne tuait encore que de petits animaux innocents. Mais les anges lui proposaient un plaisir infini !


" Hihihi Mais c'est un petit ange que nous avons là ? Tu t'es perdu ? Tu veux jouer ? "

La fin de sa phrase était on ne peut plus sérieuse. Jouer. Son regard était avide de son sang, de ses cris et de sa souffrance. Toute la colère, le ressentiment, le dépit qu'elle éprouvait à propos de Lysias, elle voulait l'extérioriser sur cet ange tombé à point nommé. Oui, il était au bon endroit, au bon moment. Elle pourrait se défouler plus aisément que sur un champ de bataille, entourée de ses pairs. Petite Faux déchira l'air de sa main griffue, et une ligne tangible et visible de matière sombre se forma sur son tracé. C'étaient les pics ou flèches de ténèbres, qu'elle avait autrefois du mal à contrôler. Aujourd'hui, ce n'était plus pareil. Aujourd'hui, Faux pouvait les contrôler. Et sans ordre apparent, ils s'élancèrent, pics plus noirs que la nuit, vers l'élémentaliste.

Qu'ils touchent ou non leur cible, ça n'avait pas tellement d'importance. C'était juste un moyen pour elle de sortir son arme sans risque immédiat. Elle fit tomber sa cape noire et se retrouva avec une sorte de ... micro bustier fait de voile noir et brodé de fils argentés et un bas très court. Comme je le disais plus haut, de quoi confectionner un foulard. Prestement, elle prépara sa main à recevoir la faux, qu'elle fit apparaitre d'une pensée. L'arme qui faisait presque sa taille, dont la lame acérée et terriblement malsaine reflétait les rayons lunaires. Une arme qui servait en général à mettre les ennemis à distance pour qu'elle puisse lancer ses sorts. Mais là, en duel, il faudrait peut-être se battre au corps à corps.

Avec sa main gauche, Faux créa d'autres projectiles à partir des ténèbres, en traçant un cercle devant elle. Les sphères qui en sortirent n'étaient pas solides comme les flèches de tout-à-l'heure, mais molles, gluantes et collantes. De véritables plaies. Donc de parfaites petites choses. Dans un même mouvement, Sappho les fit se propulser vers leur cible, l'ange aéra, et elle-même disparut dans une brume de noirceur. Pour réapparaitre juste en face dudit ange. Son sourire d'extase était bien la preuve de son amusement. Elle était en pleine forme, elle avait tout les atouts en main.


" Tu seras... mon 50ème ange exterminé ! ça se fête, ça ? "

Elle fit décrire à sa faux un arc de cercle destiné à trancher l'ange en deux. C'était grossier et prévisible. Elle voulait voir... voir s'il valait la peine qu'elle s'amuse plus encore.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Shaloa
avatar
Nombre de messages : 424
Âge : 201
Race : Archange
Poste : Milicien
Magie Contrôlée : Aera

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageJeu 20 Mai 2010 - 20:13

Le rire de sa cible retentit, et Shaloa renforça son état d'alerte alors que celle-ci disparaissait, son rire retentissant vers lui. Alors que l'ange regardait au loin, à la recherche de la succube, il entendit un léger son d'une nature inconnue. Shaloa n'eut à peine le temps de regarder que Sappho lui signifiait déjà sa présence, l'interpellant. Celui-ci se retourna, pour découvrir la jeune démone souriante, le regard pourtant si meurtrier. Celle-si se montra sarcastique envers lui et Shaloa, dans sa tête, tentait de rigoler un peu, lui aussi.

*Oh, mais bien sûr que j'veux jouer ! J'ai tout mon temps pour toi, fillette ...*

Alors que Shaloa guettait l'offensive de son adversaire, celle-ci fit apparaitre des sortes de projectiles qui étaient visiblement constitués de ténèbres. Sans réagir, il laissa ceux-ci s'abattre sur lui. Certes, il aurait pu les dévier, ou encore les renvoyer vers la générale ! Mais pas maintenant. Même si ce n'était pas le moment parfait pour expérimenter ces techniques, celle-ci pourrait se voir très importante dans le moment, surtout contre une démone qui maniait les ténèbres ! Shaloa resta donc figé, fixant les pics noirs qui venaient s'abattre sur son torse. Shaloa vit ceux-ci disparaitre dans l'armure de lumière, puis releva la tête en souriant. Comme prévu, son armure de lumière faisait disparaitre les ténèbres comme une chandelle fait disparaitre, la nuit, la noirceur environnante.

Relevant donc la tête, il aperçut à nouveau la succube, qui d'ailleurs était à présent habillée comme tel. Celle-ci fit apparaitre une faux dans sa main, ce qui impressionna légèrement Shaloa. Pas qu'il se méprenait sur la puissance de son adversaire, mais faire apparaitre littéralement un objet lui semblait ... irréel et ce, même si son professeur le faisait. Shaloa observa donc Sappho alors que celle-ci faisait apparaitre d'autres projectiles, mais cette fois-ci étant gluants. N'y portant pas attention, il les laissa encore une fois disparaitre dans la lumière pour ensuite clarifier avec amusement la situation au près de son ennemie tandis que celle-ci disparaissait dans une brume de noirceur.


-Ma lumière, elle est un peu comme tes ténèbres, tu sais ! Celle qui est en plus grande quantité désintègre l'autre ... Si on veut se faire mal, il va falloir que toi et moi, on passe à autre chose !

Tandis qu'il finissait sa phrase, la démone apparut finalement en face de lui, souriante. Toujours sarcastique, celle-ci tâchait visiblement de le provoquer. Dans tous les cas, ce ne serait pas cette nuit qu'elle fêterait son cinquantième ! Celle-ci décrivit donc un arc de cercle avec sa faux et Shaloa, utilisant à nouveau ses techniques de déplacements, arriva à la vitesse de la lumière à l'arrière de Sappho. En plus d'éviter l'attaque, Shaloa donnait du même coup l'illusion d'avoir disparu. C'était maintenant à son tour de jouer au sarcastique en surprenant son ennemie !

-C'est marrant, moi aussi je peux disparaitre ! Mais dit moi, comment tu t'y prends sans air ?

Créant une bulle de vide autour de Sappho, celui-ci tentait désormais de l'asphyxier. Il se doutait bien qu'elle briserait la bulle, mais il profita de la gêne occasionné pour porter une attaque quelque plus puissante. Shaloa leva donc sa main droite, puis tâcha de faire apparaitre une sphère de foudre dans sa paume. Rapidement, il plaqua celle-ci dans le dos de la succube.

_________________________________________________________

http://thebluekenny.blogspot.ca/
Revenir en haut Aller en bas
Sappho
avatar
Nombre de messages : 624
Âge : 23
Race : Mi-succube, mi-race-disparue
Poste : Souveraine des Enfers
Magie Contrôlée : Ténèbres

Feuille de personnage
Puissance:
746/1000  (746/1000)
MessageVen 21 Mai 2010 - 16:59

Lui aussi, il semblait joueur. Son corps semblait recouvert d'une couche de "lumière" qui empêchait ses ténèbres de passer. Voilà donc les sorts de lumière, capables d'avaler sa magie ? Il veut de la quantité ? Oh, mais il va en avoir. Elle faillit répondre à son injonction sur sa faculté à disparaitre de manière tout à fait grossière mais très bien placée, quand elle se retrouva... privée d'air. Ah oui, c'était assez fréquent de la part de ces adeptes de l'air. Mais pas insurmontable. Il était dans son dos, ce n'était pas à son avantage, surtout lorsqu'on est presque asphyxié. Elle sentit un picotement, et ce fut un réflexe salvateur qui lui évita des dommages importants : créer sa propre sphère de ténèbres, qui l'entourait, à l'intérieur de la bulle d'air. Faux fit grossir sa propre sphère autour, y respirant plus ou moins normalement... Le côté des ténèbres était assez toxique, même pour elle. Une fois la bulle sans oxygène éclatée, et l'ange repoussé, elle se retourna en fauchant ce qui était derrière elle. Il se déplaçait vite, ce bougre, trop vite pour elle. Alors il faudrait trouver de quoi le ralentir. La sphère-bouclier de ténèbres se rétracta pour former deux simulacres d'ailes noires dans son dos. Deux pâles copies, deux imitations sombres des ailes d'un ange.

Il n'était un adversaire anodin. Et il semblait prêt à se battre jusqu'au bout. Pourquoi ? Pourquoi voudrait-il la combattre ? Les seules raisons pour un élémentaliste d'affronter un démon étaient soit : un ressentiment profond, soit... il voulait protéger quelque chose. Elle opta pour la seconde solution. Vu son état, il n'avait pas l'air d'errer au hasard. Il protégeait donc un camp de réfugiés ? A la bonne heure ! Un petit massacre en perspective ne pouvait que la rendre plus joyeuse encore. L'aile de ténèbres de gauche rétrécit et passa le long de son bras du même côté. Les ténèbres opaques entourèrent sa main et prirent la forme d'une patte griffue disproportionnée et terrifiante. C'était ce qu'elle aimait appeler son Gant Noir.

Faux s'élança à la rencontre de son adversaire en vadrouille. Mais elle n'était pas folle au point de se lancer sans protection : l'autre aile se replia et épousa les formes de son corps pour s'y plaquer, telle une armure sombre. S'il voulait jouer comme ça, alors il serait servi : une main tenant la faux, l'autre gantée de ténèbres griffues, elle s'approcha de l'ange, apparemment prête à retenter la même stratégie évidente que tout à l'heure. Mais alors qu'elle se trouvait très proche de lui, avant qu'il n'essaie de fuir, son sourire grandit et elle se dissipa dans les ténèbres brumeuses, comme aspirée par elles. Où était-elle ? L'inconvénient de ce déplacement particulier était qu'elle devait réapparaitre immédiatement, alors qu'avec une porte de ténèbres complètement matérialisée, elle pouvait y rester quelques temps. Ainsi, elle sortit presque instantanément de là dos à dos avec l'angelot.

Une réaction étonnante eut lieu alors : l'un étant paré de lumière et l'autre recouverte de ténèbres, les deux magies antagonistes entrèrent en contact dans une myriade d'étincelle et de jais blanc et noirs.


" Tu es vif et ta magie est puissante... Mais contre Sappho, tu es toujours une vermine que je peux écraser entre mes griffes. "


Levant au niveau de sa poitrine sa main gantée, elle fit croitre et croitre les ténèbres formant ce gant, si bien que la patte noire et griffue, luisante et tranchante, les surplombait tout les deux. Vite, la main se rapprocha du sol pour les réduire tout les deux à l'état de bouillie. Sappho voulait-elle mourir ? Non bien sûr que non. Faux disparaitrait dans ses propres ténèbres lorsque la main s'abattrait sur eux deux. Si toutefois ce lâche ne s'enfuyait pas encore. Disparaitre et apparaitre à sa guise, c'était une des capacités les plus connues de Faux. Mais si son ennemi pouvait se déplacer si vite qu'il semblait disparaitre - car elle avait déjà eu à faire à des Aéras - alors ça ne servait plus à grand chose.

Mais alors que la petite Faux réapparut non loin, elle sentit encore la présence de cet Aéra. Vraiment. Petite Faux se prépara à recevoir sa riposte... et à riposter de même ! Avec le plus d'invention possible. Sa faux placée en arrière, sa main recouverte de ténèbres devant elle, elle ne pensait pas courir de danger. Peut-être se fourvoyait-elle. Dans son assurance, peut-être se ferait-elle toucher vraiment. Oui, lecteur, Sappho croit déjà gagner alors tout ne fait que commencer. Si elle savait ce qui l'attendait... Mais sachez que malgré les sarcasmes qu'elle lance...


" Je suis tout de même flattée qu'on me reconnaisse, je me demande quelle est ma ... "réputation" dans le camp que tu sembles protéger, petit angelot. "


Malgré sa voix amusée, ses yeux pétillants, son sourire assuré...
Malgré tout cela, le prochain coup, elle ne l'évitera point.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Shaloa
avatar
Nombre de messages : 424
Âge : 201
Race : Archange
Poste : Milicien
Magie Contrôlée : Aera

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageVen 21 Mai 2010 - 23:33

Alors que la main de Shaloa traversait le vide pour atteindre le dos de la jeune succube, celle-ci se heurta à à une nouvelle sphère qui cette fois-ci n'était plus translucide, mais complètement opaque. Ainsi, à la dernière minute, elle avait pu se sauver de son attaque. Eh merde, il fallait bouger et vite ! Tandis que sa bulle de vide éclatait, Shaloa disparut d'un mouvement, évitant ainsi encore une fois la faux de son adversaire. Observant désormais le sombre bouclier de la démone, Shaloa put voir celui-ci se transformer en deux ailes similaires aux siennes, mais dont la couleur contrastait parfaitement.

*Des ailes ?! Mais à quoi est-ce que ça peut lui servir ?*

Avant même de pouvoir trouver une réponse, une des dites ailes disparut pour épouser la main de la démone, formant une sorte de gant dont les doigts finissaient en griffes acérées. Cela devait sûrement être sa carte maitresse, se dit Shaloa. Une attaque puissante en perspective dont il devrait se méfier ! L'ange estropiée s'élança donc vers lui et Shaloa se mit à la défensive pour observer les mouvements de l'ennemi. Alors qu'elle vadrouillait vers lui, la seconde fausse elle se replia à son tour, celle-ci recouvrant le corps de sa maitresse pour former une armure ténébreuse.

Essayait-elle d'imiter son armure de lumière ? Peu importe, l'important était qu'apparemment, elle tentait le même stratagème qu'un peu au par avant. Alors que la jeune femme se rapprochait de plus en plus de lui, celle-ci s'arrêta avant même qu'il n'entame une esquive, le sourire grandissant. Mais où était-elle passée ? Shaloa eut l'idée de fermer les yeux quelques instants pour rechercher son aura, mais avant même qu'il ne puisse bouger les paupières ou réagir d'une quelconque façon, des jais blanc et noirs jaillirent en grande quantité de son dos. Shaloa se retourna brusquement pour y découvrir, bien entendu, son adversaire qui relançait le dialogue.

Inconsciemment (Ou peut-être pas, qui sait ?), en voulant prouver sa supériorité, Sappho venait de le prévenir de son attaque. Ainsi, quand Shaloa aperçut l'amas de ténèbres les surplomber, il se pencha sans hésiter, de façon à pouvoir se propulser dans les secondes qui suivraient. Aussitôt la géante main griffue en mouvement, Shaloa disparut d'un coup d'un vif saut vers l'arrière, évitant assez bien la charge. Tout de même, un long filament de griffe qu'il avait fait défaut de considérer réussit à trancher son armure pour frôler sa peau, créant une légère entaille sur son épaule gauche. Heureusement, celle-ci fut trop peu profonde pour être prise au sérieux, cicatriserait sans mal dans quelques minutes. Par contre, elle tenait lieu d'avertissement important du danger. Il devrait désormais porter plus attention aux subtiles détails : La prochaine erreur pourrait lui être beaucoup plus dommageable.

Shaloa chercha la jeune démone du regard alors qu'il recréait la partie manquante de son armure. Il ne prit pas de temps à la retrouver, non loin, puis tandis qu'elle lui parlait, il préparait déjà sa riposte. Ainsi, il fit apparaitre une vingtaine de flèches constitués de lumière qu'il tira à peu près n'importe où autour de l'ennemi. Celles-ci s'arrêtèrent en plein trajet, tous figées à des endroits bien précis. Les projectiles se placèrent ensuite pour formé un petit dôme, tous en direction de la succube. Il laissa ensuite son attaque en suspens, le temps de répondre aux "questionnements" de la générale.


-Je te connais très bien, petite. Tu es Sappho, aussi surnommée Faux pour des raisons qui aujourd'hui me paraissent évidente. Tu es devenue générale en remplaçant Tarna, une traitresse qui m'avait jadis formé au combat ... Comme elle, on devra bientôt te trouver un successeur !

Si il réussirait à la tuer ? Il n'en était pas certain. Par contre, sa menace était bien réelle. Ainsi, tout son "dôme" de flèches se propulsa vers sa cible, leur vitesse étant décuplée par un vent accompagnant chaque flèche. Sous cette embuscade anodine, il cachait une petite surprise bien réelle : Chaque flèche, une fois ancrée dans l'armure de ténèbres de la jeune fille, exploserait, littéralement. Si il ne parvenait pas à la blesser, l'armure, du moins, serait fortement endommagée. Au pire, il s'aurait créé une brèche non négligeable.

_________________________________________________________



Dernière édition par Shaloa le Sam 22 Mai 2010 - 18:36, édité 1 fois
http://thebluekenny.blogspot.ca/
Revenir en haut Aller en bas
Sappho
avatar
Nombre de messages : 624
Âge : 23
Race : Mi-succube, mi-race-disparue
Poste : Souveraine des Enfers
Magie Contrôlée : Ténèbres

Feuille de personnage
Puissance:
746/1000  (746/1000)
MessageSam 22 Mai 2010 - 15:20

Ahah, elle l'avait au moins effleuré. Enfin, c'était pas trop tôt. Mais ce n'était qu'une griffure superficielle. C'était déjà pas mal. Elle l'écouta. Nom d'un Effrit, ce qu'il était informé. Tarna, petite Faux s'en souvenait. Cette fée mystérieuse, tuée par cette Ruby. La progéniture de cette traitresse était par ailleurs dans sa cours. De sales mioches, si vous vouliez son avis. Elle ricana en imaginant son scénario : comme si Faux pouvait mourir ici. Comme si elle pouvait finir là. Outre son orgueil quant à sa puissance, elle ne comptait pas se laisser crever comme une roturière. Elle comptait vivre pour le retrouver. Ou pour que lui la retrouve, plutôt.

" Tu penses pouvoir m'ôter la vie avec ça ? Tu penses faux, petit ange... "

Ses flèches ressemblaient aux siennes, et la démone ne se doutait pas qu'elles pourraient recéler autre chose. De simples projectiles. Rien d'autre. Alors elle protégea juste sa tête avec sa main, laissant à son armure noire le soin de garder son corps sauf. Son sourire ne disparut pas. Elle était sûre d'elle, si sûre. Alors, lorsque la première explosion eut lieu, elle se demanda d'où cela pouvait provenir. La première flèche qui avait explosé avait filé dans son dos. Les ténèbres laissèrent une brèche sous le coup, et la succube sentit l'élément contre sa peau. Si désagréable. Si malsain. C'était pire qu'une brûlure. Son réflexe habituel arriva, bien qu'un peu tard, pour lui épargner d'autres blessures : elle se laissa happer dans les ténèbres et réapparut derrière un arbre, tandis qu'elle entendait les explosions lumineuses.

Une légère grimace déforma son visage. Les ténèbres se reformèrent, et recouvrirent cette marque brûlante. Mais vraiment, ce qu'elle détestait leurs éléments... Il fallait qu'elle reprenne son avantage. Petite Sappho commençait seulement à voir que ce combat ne s'annonçait pas aussi facile qu'elle le croyait. Il n'était pas un élémentaliste perdu, décidément. Il était entrainé. Que ce soit par Tarna ou une autre, il avait une maitrise certaine. Mais Faux se rappela du récit qu'on avait fait du combat entre son Maitre Senector et cet Archael... Un ange face à un démon, c'était toujours quelque chose d'impressionnant.

En pensant à des anges... Que ce soit sa maitrise ou sa force, elle commença à croire qu'il n'était pas qu'un "simple" résistant. Et puis, sa tête lui disait vaguement quelque chose... .... Parmi les élémentalistes, il n'y avait pas trente-six mages puissants : leur satanée directrice, les professeurs, les gardiens et les sentinelles étaient normalement leurs atouts. Un ange combattant ainsi... Des nombreux rapports sur les forces ennemies qu'elle avait lu, elle essaya de tirer le nom de celui-là. Ce ne pouvait être que ce dénommé Sha... Hum... Quelque chose dans ce genre là ? Ah oui, Shaloa. C'était d'ailleurs Tarna qui avait rapporté le plus d'informations au sujet des gardiens, rien d'étonnant à cela, puisqu'elle en avait été une.gardienne auparavant. Dans un sens, ils étaient tout les deux les successeurs de cette fée cruelle. Faux sortit de sa cachette, et se plaça assez en évidence, au moins pour qu'il la voit. Elle saisit sa faux à l'horizontal avec ses deux mains. Il croyait qu'elle avait déjà joué toutes ses cartes ? Mais on ne l'appelait pas Faux uniquement pour cela...


" Tu es donc ce Shaloa dont elle nous a parlé ? Ce gardien... " Elle s'arrêta, souriant de toutes ses petites dents pointues. " Pardon, cet ancien gardien... Qu'est-ce-que ça fait d'avoir échoué alors ? Ceux qui sont privés de leur pouvoir dans notre Cité en crèvent de joie... " Elle commençait à sentir cette douce folie l'envahir. La folie qui la prenait dans un combat, qui la mettait à découvert, mais qui l'animait comme jamais. Qui faisait d'elle la Faux tueuse. Les ténèbres qui formaient son gant noir coulèrent le long de sa faux, vers l'extrémité sans lame. S'aplanissant et se solidifiant, elles formèrent une lame similaire, sauf qu'elle était noire bien entendu, et qu'elle était pointées dans la direction opposée. C'était une sorte de double faux, une arme qui n'existait normalement pas. C'était bien trop complexe à transporter. Mais ainsi, avec une lame de métal et une lame de ténèbres, c'était son arme de prédilection, pendant la bataille. " Tu vas comprendre pourquoi l'on m'appelle Faux, vraiment. "

Sans attendre, elle fonça sur luit, disparaissant et réapparaissant sous son nez, balançant son arme autour d'elle, passant d'une main à deux mains quand il le fallait, usant de sa souplesse pour la faire tournoyer et passer au-dessus d'elle s'il le fallait. Virevoltant avec la grâce d'un félin, en disparaissant et en apparaissant partout autour de lui. C'était sa Danse de la Faux. C'était fou et risqué. C'était dangereux car elle frappait parfois dans le vide, c'était difficile parce qu'elle ne pouvait pas se concentrer trop. Elle dansait dans une folie pure de toucher sa cible, de briser son armure et de voir son sang couler.

C'était la Danse de sa Faux
c'était la Danse de Sappho
Danse folle d'une fille de la Nuit
Folie pure des Ténèbres
Pure folie d'une Faux

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Shaloa
avatar
Nombre de messages : 424
Âge : 201
Race : Archange
Poste : Milicien
Magie Contrôlée : Aera

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageSam 22 Mai 2010 - 19:51

Visiblement, la succube ne s'était doutée de rien. Elle aussi, elle pensait faux. N'était-ce pas ironique, compte tenu son surnom ? Une fois la première flèche explosé, Shaloa ressentit une certaine ... satisfaction. Une, au moins une de ses flèches l'aurait touché. Désormais, lui aussi, il avait réussi à l'atteindre. Shaloa venait donc de le démontrer : Leur puissance était similaire. Le combat serait serré, certes, mais il aurait bel et bien une chance de gagner !

Comme l'ange aurait dut prévoir, la démone se téléporta à nouveau, évitant toutes les autres explosions. Encore une fois, elle avait disparu, elle se cachait. Si il voulait que le combat avance, Shaloa devrait trouver une façon de lui empêcher la fuite, une façon de la mettre à découvert. Sans quoi, le combat s'éterniserait de la même façon : Quand il aurait l'avantage, celle-ci se cacherait pour se préparer, afin de lui revenir une stratégie en tête. Comme en ce moment, où elle sortait du derrière d'un arbre, sa faux devant elle afin de lui dire qu'elle aussi, elle le connaissait. Du moins, elle connaissait son passé. Ça aussi, il aurait du le prévoir : Une traitresse ne s'en va pas sans avoir recueilli un minimum d'information. Son adversaire lui adressa ensuite quelques sarcasmes, tentant de le provoquer. Shaloa ne se laissa pas toucher par ces paroles, et tâcha de lui répondre avec l'optimisme qu'il avait depuis toujours.


-Nous n'avons pas encore échoué ! Certes, vous avez gagné cette bataille. Mais la guerre elle, tout comme avant, est loin d'être terminée ! Cette nuit, c'est une autre petite bataille que toi et moi, nous nous livrons. Quand je t'aurai vaincu, ce sera une petite victoire pour mon camps. À force d'obtenir de petites victoires, les élémentalistes reviendront en force et reprendront Elament, cette cité qui est la nôtre !

Une fois le discours du petit orateur amateur passé, la principale raison de leur présence, le combat, retourna vite dans la tête des deux adversaires. Ainsi, Shaloa put voir la faux de son ennemi se transformer pour devenir une sorte de double faux, arme qui selon les propos de la démone devaient être sa véritable carte maitresse. Celle-ci fonça donc sur lui avec une rage meurtrière qu'elle ne semblait pas avoir au par avant. Virevoltant autour de lui en se téléportant à sa guise, Shaloa évitait de justesse les lames qui frôlait pourtant son armure.

Alors que Shaloa se retrouvait avec un corps zébré de lumière, celui-ci tâcha de se retirer pour contre-attaquer, et vite. Profitant d'un coup que la succube porta dans le vide, celui-ci en profita pour s'éloigner à une quinzaine de mètre, utilisant ses techniques de déplacements rapides. N'essayant même pas de se cacher, celui-ci posa la main à terre pour s'accroupir et un relativement petit mais puissant cyclone se forma autour de lui. Tandis que le cyclone, d'au moins un kilomètre de diamètre, ravageait la forêt, Shaloa lui, profitait de ce léger moment de répit qu'il passait paisiblement dans l'oeil pour reconstituer la totalité de son armure. Une fois celle-ci complétée, il arrêta graduellement le cyclone. Il se doutait très bien que cela ne suffirait pas à achever sa cible, mais tout de même, il avait pu se sauver de ses coups et maintenant, elle ne pouvait plus sa cacher nul part. Maintenant, ils combattraient dans une arène, tous les deux à découvert.

_________________________________________________________

http://thebluekenny.blogspot.ca/
Revenir en haut Aller en bas
Sappho
avatar
Nombre de messages : 624
Âge : 23
Race : Mi-succube, mi-race-disparue
Poste : Souveraine des Enfers
Magie Contrôlée : Ténèbres

Feuille de personnage
Puissance:
746/1000  (746/1000)
MessageLun 24 Mai 2010 - 18:48

Son petit discours lui sembla pathétique. Pathétique et naïf. A en vomir. Qu'il aille dire ça à tout les fiers élémentalistes aujourd'hui rabaissés au rang de chose ou d'insecte. Mais sur le coup, elle n'y pensa pas tellement. Surtout lorsqu'elle se rendit compte qu'il avait disparu de son champ de vision. Plus de lumière... Elle le chercha des yeux. Qu'il était rapide... Alors c'était cela, un puissant aera ? Pourtant, l'Air ne lui semblait pas contenir tant de puissance. Un vague sourira était apparu, pour à peine une fraction de seconde, sur son visage alors qu'elle imaginait Lysias usant de tels pouvoirs. Une si frêle créature, comment pourrait-il recéler autant de puissance ?

Elle le chercha des yeux pour continuer son attaque, voyant qu'il était au sol, elle pensa qu'il abandonnait... Non en fait, elle s'en fichait un peu, elle allait juste lui asséner un coup qu'elle espérait fatal, lorsque le vent tranchant la fit perdre l'équilibre. Sans lui laisser de répit, les bourrasques changeantes de cette tornade la projetèrent contre un arbre, qui se retrouva bien vite déraciné. Elle profita d'un instant pour s'entourer de ténèbres, dans une sorte de cocon fixé au sol. Accroupie, la main droite tenant sa double faux posée au sol, elle porta sa main libre à sa bouche et toussa. Lorsqu'elle retira sa main, et qu'elle avisa sa couleur, son expression resta de marbre. Elle ne grimaça pas, ne sourit pas, ne fit rien. Elle plaqua cette main contre son bas-ventre et murmura :


" Ce n'est pas franchement le moment ni l'endroit pour se briser... "

Sur sa peau, en bas de son ventre, il y avait une mince, très mince cicatrice. Elle avait tout fait pour la camoufler, parce qu'elle n'était pas censée l'avoir. C'était le souvenir de sa bêtise aussi. Ce n'était pas le moment de se souvenir. Elle avait d'autres choses à penser. Mais elle sentit un pic douloureux à cet endroit pourtant, et avec lui, ce souvenir pourpre. Pourpre comme sa main. Pourpre comme le contour de sa bouche. Pourpre...

[Souvenir] La morsure glaciale pénètre ma chair, passant à côté de mon rein. Froid. Pendant un instant, la douleur n'arrive pas. Pourtant, j'ai senti venir le coup. Il était grossier, ce coup. J'aurais pu reculer, frapper, mordre, griffer. Mais non. Et je me retrouve, sous la puissance de ce même coup, voltigeant jusqu'à heurter quelque chose. Un rocher ? Un arbre ? Qu'est-ce-que j'en sais ? Jamais je n'ai été autant blessée. Le sang coule abondamment. Mais pourtant, je souris bêtement. Je relâche la pierre dans ma main. La pierre... celle qui emprisonnait les pouvoirs de Lyly. [/Souvenir]

La blessure s'était refermée. Mais c'était encore si récent... C'était encore si fragile. Ce simple choc avait suffi pour défaire ce qui avait mis tant de temps à se refermer... Alors il fallait qu'elle abrège. Elle attendit de ne plus rien entendre avant de faire disparaitre ce cocon noir. Elle se releva, apparemment sûre d'elle et sans blessure. Elle avait essuyé le sang de sa bouche, de sa main et de son ventre. A présent, elle ne pourrait plus se cacher. C'était une véritable arène... Il voulait du spectacle alors. Les spectateurs vont applaudir et jeter des fleurs. Faux leur donnera ce petit divertissement.

Elle essayait de faire fi de cette douleur insidieuse. Elle n'avait pas le choix. Il faudrait qu'elle gagne. La défaite n'avait jamais été une option. Au pire, elle prendrait la fuite. Si elle devait perdre, elle le choisirait d'elle-même, mais personne ne l'y obligerait... Choisir de perdre, c'était comme gagner. De son autre main, celle à laquelle il manquait la majeur partie de son annulaire, elle traça avec ses ténèbres les lettres qui composaient le nom de son adversaire angélique, dans l'écriture des démons des temps anciens - c'est-à-dire, des runes.


" Shaloa... Tu penses donc remporter cette petite victoire ? " Levant son bras gauche, ses yeux virant au noir, des sortes de lianes noirs jaillirent du sol, dansant autour d'elle dans une valse tranquille. Elles étaient effilées... Elles perforèrent les runes et les avalèrent, augmentant quelque peu de diamètre. " Mais... " Telles des ronces, des pics poussèrent sur les lianes noires. " ... il faudrait déjà que tu puisses me vaincre ! "

Les lianes filèrent, serpents venimeux, comme des flèches volumineuses et pourtant vives. Sans merci, elles pointaient vers cet ange. Mais étonnement, elles ne cherchèrent pas à le transpercer : rapides, elles passèrent autour du lui, et tout en passant, elles émirent des sons... des voix... des cris... des pleurs... c'étaient les plaintes et les hurlements des âmes des élémentalistes morts dans ou par les ténèbres. Criant, pleurant, hurlant... Insoutenable. Des enfants, des vieux, des femmes, des bébés... Tous, dans une plainte mêlée, ils se débattaient et tous ils périssaient. Ces voix parvenaient aux oreilles de l'ange, torture d'esprit. Faux profita de cela, et s'élança, double faux devant, sur lui.

Elle essayait de bouger comme tout-à-l'heure. Mais elle n'y arrivait pas. Simplement. La douleur aigüe de son ventre l'empêchait de finir tout ses mouvements. Pour compenser cela, elle chercha de l'aide de ses ténèbres : les lianes qui avaient filé derrière Shaloa, elle les fit revenir vers lui, compliquant ses esquives. Du moins, elle l'espérait. Il fallait qu'elle le touche. Sinon, jamais elle ne pourrait prendre d'avantage. Dans son état, malgré les ténèbres qui retenaient son sang, elle ne pourrait pas se battre ainsi toute la nuit.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Shaloa
avatar
Nombre de messages : 424
Âge : 201
Race : Archange
Poste : Milicien
Magie Contrôlée : Aera

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageLun 31 Mai 2010 - 2:46

Lorsque les bourrasques de vent furent totalement disparus, Shaloa put apercevoir le cocon noir qui depuis le combat empêchait sans cesse ces attaques d'atteindre sa cible. Celui-ci disparut, laissant place à la démone qui une fois de plus, au grand désespoir de Shaloa, semblait s'en être sorti indemne. Au moins, il avait pu éviter son attaque, en plus de créer une petite arène ! La succube leva donc la main, traçant de sa magie une inscription ancienne que Shaloa ne pouvait pas déchiffrer. Loin de se douter que l'écriture runique décrivait son nom, Shaloa décida d'attendre la suite, ne se souciant peu de ce que tout cela pouvait bien vouloir dire.

Alors que celle-ci levait son bras, Shaloa put voir les yeux de Sappho tourner mystérieusement au noir. Lorsque des lianes de ténèbres jaillirent du sol pour danser autour d'elle, Shaloa se mit dans une position défensive. N'écoutant plus les propos de la générale, il se concentrait sur les lianes qui, perforant la rune, devinrent pleins d'épines et de ronces. Appréhendant une attaque puissante, Shaloa était désormais en état d'alerte, prêt à réagir.

Quand les lianes filèrent vers l'ange, celui-ci n'eut pas le temps de réagir. Ayant d'abord tâché de se préparer à encaisser des coups, celui-ci ne sut pas s'enfuir quand celles-ci passèrent autour de lui. Lorsque les âmes vinrent torturer son mental, Shaloa ne pensait désormais qu'à une chose, oubliant tout le reste : Couvrir le son. Il fallait couvrir le son, sans quoi il allait perdre la raison. Tous ces morts qui se lamentaient, il ne pouvait déjà plus le supporter. Après s'être protégé les oreilles par une mince couche de vide, Shaloa se concentra puis, soudainement, un sillement strident et aigu jaillit de nul part comme de partout. Ainsi, dans l'arène, l'air créait un son puissant et fort irritant. Pour ceux qui n'était pas protégé, le son était aussi insoutenable que les hurlement des âmes. Seulement, il ne s'agissait plus de torture morale, mais de douleur bien réelle.

Soulagé, Shaloa releva la tête, observant la situation qu'il avait durant son mal négligé d'évaluer. Il vit donc à sa droite, la démone qui se ruait vers lui tandis qu'à sa gauche, les lianes revenait vers lui dans le but de le blesser. Rapidement, il leva les deux bras, tous les deux pointés vers leur cible respective. De chaque main jaillit un sort lumineux d'annihilation, puissant rais de lumière qui, en l'échange d'épuiser moyennement Shaloa, ferait littéralement disparaitre en très peu de temps toute chose constitué de ténèbres. Ainsi, les lianes comme la sombre armure de la démone disparurent tout comme la deuxième lame que présentait la faux. Pour cause, l'armure de lumière de Shaloa disparut complètement, le mettant "à nu", tout comme son adversaire. Il lui serait difficile de la reconstituer, surtout compte tenu le fait qu'avec une démone courant vers lui, il n'en avait plus le temps.

La succube tenta donc à nouveau de lui trancher quoi que ce soit, et Shaloa dut se contenter d'éviter l'attaque à une vitesse normale, celle-ci étant beaucoup trop près de lui lorsqu'il appliqua sa défense. Alors, quand celle-ci passa à côté de lui, Shaloa vit une large entaille se former sur son avant-bras gauche. Par la suite, Shaloa profita du court moment où Sappho courait dans le vide pour agripper la lame qu'il cachait dans sa botte afin de la lancer vers elle.

Alors que Sappho évitait de quelconque façon le bout de métal qui se dirigeait vers elle, Shaloa se créa un solide bouclier d'air au bras gauche, ne faisant pas défaut de recouvrir sa blessure du même alliage afin de ne pas trop saigner. Dans sa main gauche, une épée se formait du même élément, mais cette fois-ci de vent en constant mouvement dont la rapidité rendait la lame ultra tranchante. Shaloa se mit finalement à courir vers sa cible. Un combat au corps à corps commençait. Désormais, aucun d'eux n'avait le luxe qu'était le temps pour préparer un sort puissants. Shaloa se déchainerait pour ne pas qu'elle puisse préparer autre chose, sacrifiant ses possibilités à lui aussi aussi.

_________________________________________________________

http://thebluekenny.blogspot.ca/
Revenir en haut Aller en bas
Sappho
avatar
Nombre de messages : 624
Âge : 23
Race : Mi-succube, mi-race-disparue
Poste : Souveraine des Enfers
Magie Contrôlée : Ténèbres

Feuille de personnage
Puissance:
746/1000  (746/1000)
MessageLun 31 Mai 2010 - 17:50

La lumière...
Lumière, tu me tues
Lumière, tu me brûles
De tes ailes de Lumière, je ne vois que l'ombre à tes pieds
Aveuglée, et surtout sans protection et son arme amoindrie, Faux n'a pas l'avantage. Lui aussi, il a perdu son armure. Certes, elle a réussi à le toucher, coupant son bras d'une estafilade pourpre. Mais rien n'y changeait. Rien n'y faisait. Elle sentait, petit à petit, ses forces diminuer. Puisant dans les ténèbres, elle ne trouvait pas son compte. Et maintenant... Maintenant, elle doit éviter une lame, déjà. Une petite lame, qu'elle voit à peine arriver. Elle s'apprête à se retourner, lorsqu'elle entend un sifflement, et ses yeux rencontrent le métal brillant. Elle se déplace, mais pas assez. Le couteau lui arrache un mince fil de peau sur sa joue. Une entaille superficielle, de laquelle coule un sang clair. Pourpre. Ce n'est pas le moment... pas le moment de perdre encore du sang.

Et lui, il se munit d'un bouclier et d'une épée d'Air. Coupe-vent, chante la tornade de son arme. Et Faux n'est pas désarmée, mais elle n'est pas aussi armée qu'elle le voudrait. Elle n'a plus beaucoup de force, mais elle en a encore assez qu'elle pense. Elle s'apprête à recevoir ses coups. Avec sa faux, elle se défend, elle tente d'esquiver, parfois de justesse, parfois avec ses ténèbres. Elle tente à plusieurs reprises d'utiliser ses ténèbres, mais lui, Shaloa, ne lui laisse aucun répit. Elle n'a pas le temps. Et au fur et à mesure de ce combat rapproché, elle sent un poids autour de son cou s'alourdir. Un poids... Oui, car encore, je n'en ai pas parlé. Un pendentif noir. Une perle sombre. Mais en son centre, un filament de ciel. Un éclair bleu qui la traverse, en perpétuel mouvement semblait-il. C'était le cadeau qu'elle avait fait à Lysias. Qu'il avait laissé derrière lui. La raison pour laquelle elle devait encore vivre, ne serait-ce qu'un peu. Un peu plus longtemps. Elle ne savait pas si c'était pour lui donner, ou pour le tuer. Mais elle voulait encore le retrouver.

Alors, dans un dernier espoir, voyant bien que sa lame de Vent lui cause des blessures alors qu'elle n'arrive pas à contre attaquer avec la force qu'elle souhaiterait, elle tente un dernier sort. Son dernier atout. En effet, plusieurs autres coupures parsèment ses bras et ses jambes nues, des trainées de sang en coulent. Pas vraiment douloureuses, elles ont le mérite tout de même de lui faire perdre son sang. Donc de l'affaiblir progressivement. Elle sent que ses forces s'amenuisent encore sous ses assauts constants, et qu'elle ne fait que se défendre sans zèle. Profitant d'un coup qu'elle parvint à esquiver, elle se baissa, roula sur le sol et se retrouva plus loin de lui. Le corps à corps, ce n'était vraiment pas son truc. Dans les Chroniques, quand on tracerait son histoire avec une encre pourpre, on pourra lire que Sappho des Démons, Général de Selladeg, était une sorcière des ténèbres, qui combattait à longue ou moyenne portée, et qui utilisait sa faux pour éloigner ses attaquants. Sûrement, oui, c'était ce qu'on lirait.

Elle se releva, sûre d'elle une dernière fois. Elle pensa à la bille noire qui pendait à son cou. Elle ne pouvait pas laisser ça inachevé. Elle amena sa main à sa bouche, et souffla comme un baiser d'adieu à l'ange Shaloa. De son souffle méphitique, des volutes de ténèbres sortirent, se condensèrent, et formèrent une bulle en mouvement, instable et fragile. Mais destructrice. C'était une explosion, qu'elle s'apprêtait à créer. Contrôlant cette forme sphérique mais irrégulière, elle la fit se précipiter vers l'ange bien sûr, sans rien dire, avec juste un sourire satisfait de son œuvre. Cette explosion ne lui ferait rien, à elle, être des ténèbres. En revanche, à lui... La bulle, lorsqu'elle exploserait, contaminera les environs, l'arène à peu près, de ténèbres toxiques et mortelles, qui attaquent les corps du monde du dessus. En outre, avant même cette infection là, la bulle se hérisserait de pics aiguisés, qui s'élanceront dans toutes les directions. C'était le genre d'attaque qu'elle lançait contre de nombreux ennemis. Sur un champ de bataille. Pas contre un unique adversaire. Mais il le méritait après tout.

Dans un bruit à la fois sourd et assourdi, dans un temps suspendu et autre, la bulle éclata. Les pics volèrent et fusèrent dans toutes les directions, tandis que l'air s'emplit de ténèbres. Ainsi diffusé, ce poison ne resterait pas longtemps nocif, mais c'était en général suffisant. Faux inhala avec joie. Mais elle sentit le revers de cette attaque qu'elle gardait précieusement. Ses jambes tremblèrent, et elle s'affaissa, tombant à genoux. Mais elle garda les yeux ouverts, guettant une silhouette debout. Ou une ombre quelconque. Elle n'avait pas pu voir ce qu'il s'était passé, dans le brouillard de ténèbres qui commençait à se disperser. Faux s'appuya sur sa faux pour se relever, en bien piètre état. Elle reprit une posture de défense. Mais sa main tremblait, le monde vacillait.

Mais elle voyait une forme. Et un éclat dans ses yeux passa et resta. Elle avait échoué apparemment. Un mince sourire étira ses lèvres. Alors... elle ne pouvait plus qu'espérer qu'il soit aussi faible qu'elle.

Espérer... Pff comme si les souhaits se réalisaient vraiment.
Alors elle tenta d'affermir sa prise. Car il fallait résister encore. Résister encore à ses prochaines attaques.
Ce ne pouvait pas être a fin. Jamais. Jamais Faux ne mourrait.
Pas encore.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Shaloa
avatar
Nombre de messages : 424
Âge : 201
Race : Archange
Poste : Milicien
Magie Contrôlée : Aera

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageMer 7 Juil 2010 - 23:43

Le combat au corps à corps fut plutôt judicieux, puisque tandis que la succube peinait à esquiver les coups, Shaloa, lui, réussissait à l'affaiblir en lui créant des entailles ici et là. Mais sa réussite n'était pas là. Pour la première fois depuis le début du combat, Sappho ne pouvait pas lancer de sort et Shaloa avait l'avantage. Il était celui qui infligeait des dégâts et pour l'instant, il pouvait en être fier.

Tout se passait donc pour le mieux, jusqu'à ce que Sappho réussit à s'éloigner, un mauvais signe vu ses capacités au combat à distance. En effet, celle-ci profita d'un coup esquivé pour se baisser avant de rouler plus loin sur le sol. Quand Shaloa se retourna vers elle, elle s'était déjà levée et était en train de lui donner un intriguant baiser d'adieu soufflé. En regardant avec attention, Shaloa put y déceler des volutes de ténèbres qui furent ensuite beaucoup plus visibles lorsqu'elle se condensèrent pour former une bulle instable.

Lorsque la sphère déformée se rua vers l'ange, celui-ci se dépêcha de l'éviter, prenant tout de même la précaution de se retourner vers celle-ci avec son bouclier devant lui dont l'air se transformait graduellement en lumière selon son gré, non confiant face au sourire satisfait qu'affichait Sappho. Ainsi, lorsque les pics aiguisés s'élancèrent vers lui, le bouclier absorba le tout et Shaloa ne fut pas blessé, du moins physiquement. En effet, l'ange ne se doutait pas qu'il venait d'inhaler une source non négligeable de poison.

Ainsi, lorsque l'ange se retourna vers la succube qui s'affaissait genoux aux sols, Shaloa croyait avoir totalement contrecarré son attaque et voyait la partie comme gagnée d'avance. Ce n'est lorsque son adversaire se relevait, tremblante, que l'effet du poison se fit sentir. Heureusement pour lui, sa grande quantité de flux magique le sauverait probablement de la mort, mais les étourdissements faisaient leur apparition et Shaloa se sentait fatigué, très fatigué.

Il fallait en profiter, oublier les maux de têtes, sûrement dus à un combat prolongé et se ruer vers la cible. Il fallait absolument profiter de ce moment exceptionnel pour l'achever ! Alors, tandis que la générale prenait une posture de défensive plutôt maladroite, l'ange abandonnait tous ses sorts pour créer une puissante épée de foudre dans sa main droite avant de courir vers sa cible avec rage.

Au final, lorsque Shaloa fit enfin face à Sappho de très près, par malchance pour lui et par chance pour elle, le poison et l'épée avaient drainé tout ce qui lui restait d'énergie. Ainsi, lorsqu'il était sur le point de donner le coup ultime, l'assaut final, celui-ci s'évanouit, son épée disparaissant comme sa conscience alors qu'il s'affaissait lourdement sur sa cible. Au moins, on pouvait considérer que recevoir un grand colosse sur la tronche quand on a peine à se lever, ça doit faire mal.

_________________________________________________________

http://thebluekenny.blogspot.ca/
Revenir en haut Aller en bas
Sappho
avatar
Nombre de messages : 624
Âge : 23
Race : Mi-succube, mi-race-disparue
Poste : Souveraine des Enfers
Magie Contrôlée : Ténèbres

Feuille de personnage
Puissance:
746/1000  (746/1000)
MessageJeu 15 Juil 2010 - 16:01

Et il venait vers elle, épée de foudre au poing, décidé à l'éliminer pour de bon. Et les ténèbres qu'il avait inhalées ? Et les coups qu'elle lui avait infligés ? Rien ? Néant ? Tout ça pour... ça ? Car au final, elle avait perdu, si c'était lui qui lui assénait le coup de grâce. Aucune échappatoire, pas de fuite possible et sans user de ténèbres, ses chances de survivre à un coup de foudre pareil étaient infimes. Voir nulles. Mais pourtant, elle avait encore un but, et ça valait bien de tout tenter pour survivre, non ? Une promesse, de simples mots, ou une vengeance, simple intuition, pouvaient-ils la sauver ? ...

Mais hasard, chance, destin, dieux ou démons anciens, quelque que soient nos croyances, une entité supérieure dut jouer en sa faveur - ou en sa défaveur. Car, alors qu'elle n'attendait plus que le choc de cette épée de magie foudroyante contre sa faux dénuée de protection, tout vola en éclat : disparut, la foudre, stoppé, l'élémentaliste, partie, la flamme dans ses prunelles. Le poison sans doute, et aussi la fatigue avaient finalement eu raison de lui... Mais pourquoi diable avait-il fallu que ça se fasse juste devant elle ? Et quand j'écris "juste devant", je parle pas de cinq ou six mètres, non non... Mais bien, juste devant son nez, frôlant sa faux.

Elle voulut reculer, mais il était trop tard. Et au fond, en avait-elle la force ? Elle respirait difficilement et sentait ses jambes trembler. Au moindre mouvement, il semblait qu'elle se serait écroulée. Mais là... Le choc fut terrible. Il l'écrasa de tout son poids, la faisant basculer en arrière sans qu'elle puisse arrêter sa chute. Sa tête heurta douloureusement le sol dur, son corps sembla se disloquer à l'impact. Mais le pire vint alors : le corps de Shaloa lui coupa le souffle et la bloqua dans la position la plus inconfortable qu'elle eut jamais prise - du moins, elle le pensait. Sa main lâcha la faux qui tomba à quelques mètres à peine, si proche et si loin à la fois de ses doigts. Sans trop comprendre comment, l'arme redevint friandise inoffensive et colorée dans la nuit.

Pourtant... malgré la douleur qui lui vrillait le crâne et le corps, malgré sa respiration rendue difficile par ce poids sur elle, elle garda un sourire. Un sourire moqueur. D'elle-même. Pauvre Faux écrasée sous un être de Lumière. La situation était bien cocasse. Cependant, elle était aussi dangereuse. Car il était probable qu'elle se trouve plus proche d'un camp de vermines que des siens. Et donc... elle sentait le monde vaciller. Vite, que devait-elle faire déjà ? N'y avait-il rien qu'elle doive protéger ?
...
Contre son cou, un unique bijou
Poids plus lourd que cet ange pour son âme
...
Si jamais... elle ne doit pas laisser cette perle tomber entre des mains indignes. Non, personne ne doit y toucher. Personne. Grimaçant, elle réussit par une traction improbable à faire passer son bras jusqu'à son cou, et à saisir la bille de Ténèbres et d'Air. Lentement et précautionneusement, elle amena la perle à ses lèvres et... la goba. L'avala. S'étrangla presque. Puis respira une goulée d'air nocturne, la bille tant finalement passée. Drôle de cachette, la plus sûre qui soit et la plus ... dégoûtante aussi, soit. Mais elle pourrait toujours la régurgiter... Bon, arrêtons là les images peu ragoûtantes.

Un sourire tranquille naquit sur ses lèvres pâles. Sa vue se brouillait, de même que ses sens la trompaient. Elle inspira l'odeur de Shaloa qui la plaquait au sol, comateux. Ce serait dommage qu'il meurt tout de même. Après tout, il n'était pas commun. Dans un accès de folie précédant son inconscience, elle guida les ténèbres qui empoisonnaient l'ange hors de son corps, du moins en partie, sans réelle raison, autre que ...


" Ce serait dommage... qu'un ange aussi mignon disparaisse ainsi, pas vrai ? " C'était dit dans un souffle rauque, inaudible. Peut-être que lui l'avait entendu, mais rien n'était moins sûr. " Bonne nuit Shaloa... "

Elle ne pense pas se réveiller, en vérité, elle ne pense pas à grand chose à cet instant. Tout est flou. Sombre et brumeux. Rien ne se grava dans son esprit, aucun détail farfelu. Elle perd conscience sous le coup de la douleur et du traumatisme de cette chute. De la fatigue aussi, et du sang qu'elle a perdu. Autant de raison qui s'additionne et la rende plus vulnérable qu'un jeune faon sans sa mère sous le joug d'un chasseur.

Chasseur, y es-tu ?

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
KöH
avatar
Nombre de messages : 34
Race : Aasimar
Poste : Chef d'un Commando
Magie Contrôlée : Feu

Feuille de personnage
Puissance:
410/1000  (410/1000)
MessageJeu 29 Juil 2010 - 15:30


Flou… du sang chaud et noir sur la peau. Comme s’il venait de se sortir d’une flaque de mazoute… mazoute vaporeux… mazoute ombragé. Les pieds lourds se décollaient douloureusement du sol pour avancer. Les paupières fatiguées. L’homme était sortit des galeries souterraines. Enfin un peu de lumière. Pourtant, il n’arrivait déjà plus à distinguer le jour de la nuit. Il siffla longtemps après avoir refait le passage aux côtés de l’araignée. Pendant un instant, il cru qu’on ne lui répondrait pas. Défait, fatigué et déçus. Mais il reconnu le souffle de la belle créature vorace, le temps de ses foulées.

" - Ma jolie… » Murmura-t-il " Ma douce… "

Après plusieurs tentatives, il se mit en selle. Ca balançait, ça tanguait… le dos voûté, la tête lourde. Quoi qu’il en soit ce fut un beau combat. _ Piano, joue-moi des louanges que je relève fièrement la tête. _ Il inventa alors, des petites notes de piano, chantonnant la mélodie comme un ivrogne. C’était triste au départ, un sentiment de défaite et d’adieu, de solitude et de désarroi. Au départ… ce fut déjà plus entrainant par la suite. Le souffle d’un violon vint écraser la solitude, des notes d’espoir et de lendemain. Le sourire aux lèvres, enfin, il se balançait toujours sur le dos de la grande dame carnivore.

" - Douu Vla la lA ! Douu Vla vla la… hun hun hun ! " Il rigolait en marmonnant

Le paysage défilait. La crinière verte du sol imitant les vagues d’un océan enragé, surplombée par des nuées de feuilles arrachées par le vent. Il retira le masque d’os, la gardant de sa main droite, posée le long de sa jambe.
" Démons je vous aurais " Oui, il devrait commencer par écouter les ordres. Mais il lui était préférable de s’aventurer dans la forêt, attiré par un grand secret qu’elle refermé il y a des lustres de ça. La fatigue ordonna une pose pour dormir. Contre un arbre et la monture, il ferma les deux yeux. Un sommeil sans rêve…

Au petit matin, réveillé par la rosée, il se remit en selle. Moins fatigué, mais toujours mal en point. Le paysage se fit déjà plus sombre. La forêt semblait l’attendre à bras ouverts. Mais ce fut l’instinct de la monture qui engagea le pas. Il y avait quelque chose plus loin. L’odeur du sang était attirante. Le cavalier tira sur les rênes. En effet, c’était une scène de combat qui semblait s’être terminée par une égalité. Deux êtres étalés au sol. A les voir, ça en était presque comique. Blanc et noir, le bien contre le mal. L’homme ne chercha pas à comprendre et mis pieds à terre et attrapa une corde enroulée et fixée sur la selle de sa monture. Le visage du jeune homme lui disait vaguement quelque chose, mais après tout… ce n’était que très vaguement. Autant attacher les deux. Il s’accroupi pour les ligoter. D’une corde, il en fit deux en la coupant. L’igni porta la petite démone aux cheveux violets sur ses épaules pour la déposer comme un vulgaire sac à patate derrière la petit selle de sa monture il ne manqua pas de la sangler à la selle (il aimait beaucoup les sangles et avait conçue une selle très pratique pour ce genre de transports). Puis de retour au deuxième endormi, qu’il prit sur son dos avant de le mettre à califourchon sur la selle et de le baffer en espérant qu’il se réveille. Une endormie ça va… mais deux c’était déjà moins pratique et il ne comptait pas marcher.


" - Réveilles-toi fainéant ! "

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Shaloa
avatar
Nombre de messages : 424
Âge : 201
Race : Archange
Poste : Milicien
Magie Contrôlée : Aera

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageMar 3 Aoû 2010 - 6:35

Tout était si noir, si flou. Ne sachant pas ni où il allait, ni où il était, Shaloa se promenait lentement dans les ténèbres. Plongé dans une obscurité totale, la seule sensation que lui offraient ses sens était le son de chacun de ses pas, l'écho de sa respiration. L'air brumeux était si dense que l'archange peinait à avancer ses deux jambes, cherchant désespérément à atteindre quoi que ce soit. Comme s'il se trouvait au coeur de son infection, le combattant vivait sa faiblesse d'une façon particulière. Ce n'était non pas son corps qui souffrait mais bien tout le monde qui s'handicapait pour lui. Ainsi, Shaloa se retrouvait perdu, se demandant à la fois s'il était mort et, même dans dans un moment aussi perturbant pour la pensée, si la succube s'était enfuie, si la planque fut découverte, détruite.

En repensant brusquement et sans aucune raison à son adversaire, un étrange sentiment de bien être vint emplir son corps pour ensuite disparaitre. Comme si toute cette énergie fut canalisée à travers personne, soudain, ce fut le monde qui profita de ce soin pour lécher ses plaies, devenir plus agréable. Ainsi, l'atmosphère devint soudainement moins lourde, Shaloa pouvait désormais avancer à une cadence plus rapide. Ensuite vint un phénomène très étrange : À chacun des pas de l'ange, le monde se fissurait, laissant de la lumière traverser la brèche, tuant ce monde obscure à petit feu. Ce ne fut pas très long pour que le monde devienne instable. En effet, après à peine quelques minutes, le peu de ténèbres restant éclata comme le ver pour finir en poussière qui se dématérialisa instantanément.

Shaloa se cacha les yeux devant cette soudaine lumière qui aveuglait sans gène ses yeux qui s'étaient fait à l'idée de ne plus servir à rien. Retirant peu après sa main, la douleur disparut progressivement et il put enfin voir où il se trouvait. En fait, l'archange se baladait dans les rues d'Elament, pendant une journée ensoleillée bien avant la perte. Pourtant, toute la ville était vide, silencieuse. Shaloa tourna sur lui même, à la recherche d'un signe de vie, puis fut frappé par la présence d'une jolie jeune fille.

Cette fille, elle était blonde, portait une longue robe blanche et souriait de bonheur. Fait intéressant par contre : C'était Sappho, ou du moins, une version antipode d'elle-même. Ses yeux ne lui faisaient pas défaut, pourtant, mais il reconnaissait bien son visage et les traits du corps avec lequel il avait danser durant des heures, où le bien et le mal s'affrontaient jusqu'à la mort. Par contre, son aura était totalement différent : Elle incarnait à cet instant la gentillesse pure. À la fois intrigué et émerveillé, Shaloa se dirigea vers elle, marchant d'une cadence plutôt rapide, pressé d'atteindre cette cible.

Quand l'archer fut très près de la jeune fille, celle-ci s'avança vers lui, puis lui colla une grosse baffe. Shaloa ouvrit donc les yeux et se retrouva face à face à un homme qui tentait brusquement de le réveiller. Il était musclé, avait les cheveux long ... et l'avait ligoté. Était-il sauvé ou kidnappé par un traitre ? À cet instant, le résistant ne pouvait toujours pas choisir. Ainsi, fatigué et peu envieux d'analyser la question, Shaloa se contenta de demander naïvement :


-De quel camps êtes-vous ? ... Et si vous êtes de mon camp, pourquoi suis-je ligoté ?

En repensant à cette corde, Shaloa créa un courant coupant le long de ses bras qui les sectionnèrent, libérant l'ange de sa position handicapante. Libre de mouvement, il regarda finalement autour de lui. Il était sur une monture peu commune, et derrière lui, Sappho se retrouvait ligoté, elle aussi, mais sanglée à la selle. Il se retourna enfin vers l'homme à nouveau, l'air soulagé (Sappho ne s'était pas évadée, la planque était sauvée.

-Puis-je vous demander dans quelle situation vous nous avez trouvé et où vous comptez emmener la succube ?

_________________________________________________________

http://thebluekenny.blogspot.ca/
Revenir en haut Aller en bas
KöH
avatar
Nombre de messages : 34
Race : Aasimar
Poste : Chef d'un Commando
Magie Contrôlée : Feu

Feuille de personnage
Puissance:
410/1000  (410/1000)
MessageLun 16 Aoû 2010 - 15:36

L’homme pouffa de rire, il retenait même un surplus de rires. Le bord de ses yeux plissés par la pression des muscles, c’est un homme moqueur qui répondra à la question du ligoté. KöH pencha légèrement le visage du côté droit pour se gratter la joue pensivement, sans mot dire, puis il laissa s’échapper un petit « hum » sans ouvrir la bouche, l’air ronfla dans ses narines comme pour expulser quelques poussières de passage dans un sens interdit à la circulation. Il fit un pas en avant, ainsi, l’homme se trouvait presque collé au flanc gauche de la monture. La corde avait cessé de glisser sur la selle. Aucun respect pour le matériel !

" - Et vous, qui dicte donc vos pas ? "

La question lui semblait tellement stupide, où dite à la manière d’un gosse jouant à la justice et le voleur… alors évidemment, il répondit par une autre question. Qu’il soit blanc comme neige, noir ou gris, même rouge chatoyant, il s’en contrefichait. L’important ne se trouvait pas vraiment là. Lui, il se contentera de rapporter ce tas-là à la forteresse. La question qui suivit n’eu de réponse qu’après une autre petite minute de silence. Oui, le silence c’était primordiale pour l’igni. Il l’aimait et y tenait fermement. C’était son lieu de paix, de calme et de douceur. Le temps de se poser les questions, de trouver des réponses. Oui… le silence était un être fabuleux. KöH dirigea ses pas vers l’encolure de la bête, tournant légèrement la tête vers le captif déjà réveillé et bien bavard. Son visage se présenta alors de face. Sourire aux lèvres comme à l’accoutumée.

" - Vous avez piqué un joli somme. Du moins, t’en voilà pour l’instant le seul éveillé. La succube ira… "

Il ne termina pas sa phrase, la tromperie et la duperie de nos jours étaient tellement rependues qu’il n’en dirait pas plus. De toute manière, l’emplumé le remarquerait bien assez vite. KöH le regarda d’un nouvel air arrogant, le sourire en diagonal.

" - Tu veux faire une autre série de rêves ? Ou tu resteras sagement assis sur le dos de ma monture. "

Vous savez, KöH était une brute, peut-être qu’il ne maîtrisait pas très bien son pouvoir et qu’il n’avait jusqu’alors jamais cherché à s’améliorer… mais ça ne l’empêchait pas de jouer la quarte du jocker, laissant un doute planer sur ses capacités. Peut-être qu’il n’était pas de taille face à cet oiseau-là… peut-être que si. Qu’importe, il faisait son petit chemin pépère. Cet homme aux multiples cicatrices avait été souvent désigné comme une brute, un tank… un breserker… berserker… du moins, c’était une manière de décrire sa brutalité. Certains avaient choisit de se battre avec leur don. Lui, préféra le renier, la destruction du feu lui laissait et lui laissera toujours des victoires au goût amer.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Shaloa
avatar
Nombre de messages : 424
Âge : 201
Race : Archange
Poste : Milicien
Magie Contrôlée : Aera

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageVen 27 Aoû 2010 - 2:29

Shaloa resta longuement perplexe face à la réaction hors du commun de l'aasimar et se contenta donc de ne rien dire, attendant quelques paroles un peu plus claires. L'homme finit par arrêter de rire et s'approcha de lui pour finalement lui renvoyer la question. L'ange soupira, se redressa, puis se retourna finalement vers son kidnappeur pour répondre à la question bien gentiment.

-Seuls moi et la matriarche dictent mes pas. Reste à savoir si cela fait de moi votre ami, ou votre ennemi. Comme vous n'êtes pas de nature démoniaque et que c'est moi ici qui soit réveillé, j'ose croire que vous êtes mon allier. Ou neutre, du moins.

Les deux hommes restèrent silencieux un moment, l'un prenant une pause et l'autre attendant d'autres réponses. L'aasimar se dirigea finalement vers l'encolure de sa monture et l'ange lui se contenta de le suivre du regard, immobile. On lui expliqua finalement qu'ils s'étaient tous les deux endormi, mais l'on refusa de lui dire où ils allaient. Cela devait être quelqu'un de suspicieux, voir craintif. Cette personne le regarda finalement d'un air arrogant pour finalement lui adresser une menace bien placé. Légèrement irrité mais tout de même curieux d'assister à la suite, l'ange se contenta de répondre :

-Je veux bien vous suivre, mais n'abusez pas de vos propos, je ne me laisse pas intimider aussi facilement.

_________________________________________________________

http://thebluekenny.blogspot.ca/
Revenir en haut Aller en bas
KöH
avatar
Nombre de messages : 34
Race : Aasimar
Poste : Chef d'un Commando
Magie Contrôlée : Feu

Feuille de personnage
Puissance:
410/1000  (410/1000)
MessageVen 10 Sep 2010 - 11:35

Neutre… il ne l’était pas.
Ami… un peut trop rapide comme désignation.
Ennemi… la neutralité serait alors préférable.

Le mec pouvait mentir. A quoi bon me diriez-vous ? Pour des tas de raisons. La matriarche, une appellation déjà bien connue par un peut n’importe qui. Le vent se nicha sous les cheveux blancs de l’homme masqué, faisant ainsi disparaitre le bruit d’un soupir. La tête se balança très légèrement de droite à gauche alors que l’homme réfléchissait dans son silence. La bête gratta la terre, balançant la charge sur son dos. Le bras droit de l’aasimar se plia brusquement, le point fermé vers le ciel. Il avait claqué dans le vent avec une rapidité soudaine. Le contour des muscles resta encré dans un dessin presque parfait tant qu’il ne lâcha pas la pression. C’est après quelques secondes, lorsque les paroles de l’ailé cessèrent, que la main s’ouvrit délicatement, à plat… en son centre c’était une petite chose qui venait de s’éteindre. Un moustique assez gros, d’une couleur bien étrange. Il arborait des reflets bleus et violets alors que son ventre se voyait presque rougeoyant de malices.

Le visage qui s’était baissé sur cette minuscule petite chose inerte, se releva, pour reposer les yeux sur son présumé capturé du moment. Captif pour un temps. La main se frotta contre l’autre. Pas d’épitaphe pour cette vie éphémère. Pas de larmes pour un pompeur de sang. Il fera un bon repas pour d’autres insectes. La main libérée agrippa le masque d’os et le retira du visage. Ce masque n’était pas vraiment là pour qu’on ne puisse deviner son identité, il n’y avait pas plus unique et voyant que lui, à quoi bon ? Non, seulement pour ne laisser de lui, qu’une image d’une mort future, d’un prédateur prêt à tout. Et laisser aussi, l’idée peut-être absurde, que ces crocs appartenaient à une créature battue par l’aasimar. Avouons-le… ça pouvait en effrayer certains, mais aussi en faire rire de nombreux autres. Le masque enfin retiré laissa apparaître un immense sourire bien insolite. Le sourire de la fatalité, de l’ironie… de l’arrogance. Un peu de tout en fin de compte.


Spoiler:
 

Le sourire s’élargissait, comme s’il pouvait atteindre les oreilles cachées sous les cheveux. Cherchait-il malgré la mise en garde, à l’intimider ? Il y avait certes, un peu de ça, mais juste un peu. En réalité, KöH se fichait pas mal de ce qu’on pouvait lui raconter, les gens déblatéraient tellement de sottises et de mensonges qu’il ne se fiait qu’à lui seul. C’est ce qu’il fit. L’homme n’était, et vous l’aurez remarqué, pas l’un des plus grands bavards. Il jeta un œil à la succube. Elle semblait plongée dans un sommeil sans fin. Une bonne chose, tant que ça pouvait durer. Et ça durera. Le sourire resta imprégné sur le visage de l’aasimar comme à son habitude, lorsque le masque revint se loger devant lui. Et alors, après un bref petit mot passager
_ Bref…_ il colla un coup de poing sur la tempe droite de l’ailé et le re-ligota comme il se doit, d’une art ancien… ou tout simplement humain, le vieux bon machin de corde que tout être plus où moins magique peut retirer sans trop de difficulté. Mais il y tenait, lui, à ces cordes et ces lanières, ça avait un côté très esthétique
Après une longue inspiration, offrant une grande fraicheur à ses poumons, l’aasimar se mit en route pour rapporter tout ce beau petit monde. Lorsqu’un œil semblait s’ouvrir, ou qu’un signe désignait un sommeil trop léger, KöH assommait les captifs. Ils mangeront et boufferont plus tard, tout le monde avait connu ou connaîtra une période de famine, pourquoi s’en plaindre ? Voilà. Il leur restait le parcours périlleux dans une barque guidée par une splendide araignée. La succube reçus alors sa dernière dérouillée pour rester dans cet interminable sommeil, tandis que l’autre emplumé pu enfin respirer un peu. KöH se foutait éperdument de la santé de ses captifs, il se foutait tout aussi bien de savoir de quel côté était l’ailé, aucune prise de risque… c’était l’une de ses grandes règles d’or !

La barque refit son petit bout de chemin à travers les nombreux sortilèges confectionnés avec grande minutie avant d’atteindre enfin la forteresse et l’agitation des soldats. KöH n’écoutait pas vraiment ce mec qui se disait être du côté de la matriarche. Évidemment qu’il ne devait pas être bien contant de son petit voyage sur le dos de la créature qu’il n’eu pas vraiment le temps de contempler, les rêves furent au premier plan. Mais bon… il était détaché, libre à lui de faire plus où moins _ surtout moins_ ce que bon lui semble, KöH faisait son taf du début jusqu’à la fin, alors il valait mieux pour ce mec, qu’il suive ses pas. La succube quand à elle, tout juste réveillée, certainement étonnée de se retrouver ici, et encore dans les vapes, avait les poignets joints et attachés par une chaîne, cette fois-ci. Un véritable et splendide chaîne dans l’un des plus solides métaux de la région. KöH tenait l’extrémité de la chaîne, trainant ainsi la petite démone qui se trouvait au tout début d’une galère sans nom.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» Pétion –Ville ; mairesse Ludie Parent ap danse kompas !
» "Je veux qu'on rie...Je veux qu'on danse...Je veux qu'on s'amuse comme des fous !" [Julia]
» Danse ta vie vie, danse [Alex]
» La danse des sept voiles...