Partagez | .
 

 [Recrutement] Rencontre avec le chef

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar
MessageJeu 29 Avr 2010 - 2:12

Energa se dandinait d'un pied sur l'autre, croisait ses bras en arrière et se mordillait la lèvre inférieur. Bref, il s'ennuyait. Et comme un enfant il essayait de passer le temps, dans une pièce où "les grands" leur avait demandé d'attendre. Mais que pouvait bien faire le chef depuis 5 heures!

Au moins Breina avait quelque chose à faire elle! Elle discutait avec les gardes elle! Et lui on le considérait pas! Ce sera double dose d'entraînement pour elle demain. Si seulement il pouvait faire comme Draco et Fluffie et dormir, mais non, il était trop excité, et communiquer avec Chaos à une telle distance...


"C'est pas juste!" murmura-t-il dans son coin.

N'ayant rien d'autre à faire, il repensa à leur arrivée ici, essayant à nouveau de se rappeler leur trajet.

Svada les avait guidé jusque dans des grottes couvertes de cristaux. Puis elle avait obliqué dans différentes galeries, jusqu'ici il s'en souvenait. C'était d'ailleurs assez simple, les odeurs balayées par le vent de la montagne persistaient dans la grotte, d'ailleurs à l'opposé, il avait senti l'odeur de Breina, de hurleurs et une autre ressemblant à celle de Shaloa.

Ensuite, un autre guide prit le relais. Les cristaux laissaient la place à des pierres noires, parsemées de diamants. C'est en franchissant le sort qu'il le ressentit. Parce qu'il l'avait lui même utilisé, il reconnaissait le sort d'illusion. Déployant sa magie avec discretion, il essaya de connaître la configuration du lieu mais tomba sur une deuxième illusion de nature différente, et une troisième etc... etc...

Quand il réussit à sortir de celle qu'il prenait pour la dernière, il se heurta de nouveau à la première. Il ne savait pas qui avait réussi à créer un tel système d'illusion mais il pouvait sentir que ce noeud tarabiscoté n'était que le début d'une farandole de sortilège. Décidant de garder son energie pour plus tard, il se rendit compte qu'il avait perdu tout repère.

Demoniaque c'était tout simplement démoniaque, à cet instant précis, il s'était promis de maîtriser cette arcane!

Ils changèrent de guide à nouveau, ils se trouvaient maintenant devant un gouffre vraiment profond, le guide de son côté avait marché dans le vide et flottait devant eux comme si de rien n'était. Definitivement Aera.

Sondant cette magie, il fut surpris de voir qu'ils étaient sur une plate forme d'air maintenue par deux personnes. Celui d'en haut concentrait l'air que celui d'en bas envoyait. Il se demandait si on pouvait faire la même chose en se servant du vent autour.

Une fois en bas, un nouveau guide prit la relève. Et les fit passer entre différents pièges. Bref, un super système de sécurité, une route qui ne pouvait pas être franchie seule, beaucoup de précaution quoi.

La grande porte consentit enfin à s'ouvrir et un homme apparut sur le seuil.

Il était grand, très grand. Il portait des bottes noires montantes, attachées par tout un réseau de lacets. Au dessus montait un pantalon noir sur lequel se refermait une veste beige, il portait une cagoule sur la tête et un masque sur les yeux. Des gants blancs avec un motif de serpents dessus, enfin, il portait une épée sur le côté.

De lui se dégageait une impression de force tranquille mais aussi de violence contenu.


Fluffie qui s'était réveillé, pendant ce temps, se mit à grogner sur le nouvel arrivant.


"Sameo doskitien."

L'animal se mit à gémir.

' Un démon? Non, y a que ce type qui est arrivé, mais quand Fluffie agit comme ça c'est qu'il sent l'odeur de l'enfer.'

" Keme tosi naha Fluffie!"

L'animal baissa la tête et s'assit.

Pendant ce temps Le chef avait assisté à ce spectacle, il lui fit signe de le suivre.

Energa lui emboîta le pas et les lourdes portes se refermèrent derriere eux.
Revenir en haut Aller en bas
Shin
Vagabond
avatar
Nombre de messages : 757
Âge : 27
Race : Elfe noir
Magie Contrôlée : Don de l'eau

Feuille de personnage
Puissance:
910/1000  (910/1000)
MessageDim 2 Mai 2010 - 21:38

Lourdement chargée comme journée, l'elfe noir l'avait abattu avec sa détermination habituelle à tout achever. De nombreux éclaireurs étaient rentré pour apporter les rapports sur la Surface. Des brasiers avaient enflammés quelques camps et certains membres de commandos étaient portés disparus depuis lors. Cette percée au front avait dissipé de nombreuses forces et les escadrilles de résistants s'étaient décimées dans la région, certains même seraient revenus à l'entrée du chemin vers la Forteresse en toute hâte, ce qui leur était formellement interdits. Rapidement, l'elfe noir avait ordonné de les rassembler dans un point de ralliement dans les montagnes, à des kilomètres d'ici et de fouiller dans la région à la recherche de nos résistants perdus. Après mûre réflexion, il se prépara à proposer à l'ambassadrice de l'Île, de mener une campagne parmi les réfugiés de cette terre, pour engager le plus de volontaires possible et les former.

Par la suite de cette tremblante matinée, l'elfe noir ne sentait point d'humeur à attaquer immédiatement les dossiers de ces nouveaux enfants de la Résistance, il partit manger. Dans l'assiette, l'habituelle soupe de légumes et une bonne coupe de fruits délicieusement préparé par les cuistots de la cantine. Délectable mais répétitif, l'elfe noir appréciait ce qu'il y avait dans son assiette sans pour autant y prêter attention. Le goût de la chaire animale lui manquait cruellement et la diversité des différentes serres n'y changeaient rien à son désarroi. A sa table, le conseiller en architecture s'était assis en face de lui pour la création d'un nouvel édifice de pompage des nappes phréatiques. Ce nouveau projet émerveillant ce conseiller, l'elfe noir avait prêté oreilles au différentes pistes que ce bras droit exposait. Son inaptitude dans ce domaine commençait à se boucher et il arrivait à suivre la technicité des propos de son interlocuteur. De nombreux détails lui échappait mais dans la globalité, l'elfe noir était confiant dans les capacités de l'Architecte. Il lui donna carte blanche.

En passant par des cachettes secrètes, des chemins que nul à part les habitués de la maison ne connaissait, il esquiva la rencontre avec les arrivants et partit faire une course à pied d'une heure dans les Résidences. De-ci de-là, les réfugiés s'associaient à sa course et tout le monde évitaient de le questionner jusqu'au moment où il acheva sa séance et ce fut l'escalade. Il en avait l'habitude. Des dissensions entre voisins, des demandes d'agrandissements d'espaces et pleins d'autres demandes d'améliorations de la qualité de vie. C'était un événement quotidien, la seule heure où il donnait de son temps aux habitants des résidences. Actuellement, les souterrains en comptaient soixante-neuf, sans compter les recrues en formation à la Commanderie. A la fin de sa visite, il coupa court à toutes nouvelles demandes qui devront attendre le lendemain.

En passant dans un couloir caché au-dessus du Phénix suspendu dans le dôme, il jeta un œil sur ceux qui devait l'attendre. C'était un jeu de patiente dont il se délecta. Quiconque pouvait être combatif et volontaire, mais la véritable détermination s'évaluait dans les épreuves et cette attente en était le premier. Il posa ses fesses sur le phénix et plongea son regard au contre-bas. Un femme et un enfant. Au fil des secondes, il reconnut la femme sans pourtant se rappeler de son nom. Il avait du la croiser parfois, il y a quelques années de cela, tandis qu'il commençait à s'entraîner autours de la cité. Quant au gamin, il était à la fois surpris et méfiant. Cette apparence était sûrement trompeuse pour que ce gars veuille entrer dans la résistance. Mais il l'observa attentivement pendant quelques temps, il semblait bouder dans sa position. Comme un bébé qui s'ennuie. Cela tarauda sa curiosité et il décida que ce serait le premier des deux à passer sous ses mains obscurs.

D'un pas furtif, il se releva de sa position et descendit par un passage secret vers son bureau. Il enfila sa cape et son masque blanc qui ressemblait à ceux d'un carnaval, acoumètre dans le couloir, frappa à la porte de la Commanderie, et le garde l'ouvrit.

De l'obscurité du premier couloir du siège de la Résistance, il avança. Il tendit son bras droit vers le gamin et l'autre vers la femme. Au gamin, il lui fit signe de le suivre, à l'autre, il fit signe d'attendre. Puis il se retourna et s'enfonça en direction de son bureau qui était au premier embranchement de la commanderie, il posa sa main sur la porte et les mécanismes de glace à l'intérieur de l'ébène s'enchainèrent et un clic se fit entendre. Il pressa le bois, pris une des torches qui illuminaient le couloir et s'enfonça dans la pénombre pour allumer deux bougies sur l'élément central de la pièce, son bureau.

"Entrez mon cher visiteur!" il fit le tour de la table rectangulaire et vierge de tout documents pour l'heure et posa ses fesses sur son siège. Il enleva son masque qu'il mit sur son front caché par la capuche. La luminosité n'étant pas suffisante pour qu'une personne peu habituée à l'obscurité puisse discernée son visage. Tant mieux pour l'autre si il était par hasard nyctalope.

"Pourquoi était-vous là?" Le ton était tranchant, la question claire, il demandait à l'invité d'y répondre aisément et d'une manière concise.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageLun 10 Mai 2010 - 1:25

Lorsque la porte se referma derrière eux, l'homme le mena au premier embranchement et se dirigea vers une porte. L'obscurité aidant, son ouïe lui permit d'entendre toute une serie de cliquetis. Bien sûr tout bon amateur de mécanique pouvait reconnaître le bruit des rouages. Mais il n'avait pas entendu un seul déplacement, il avait juste eût cette sensation de détachement quand le chef avait posé sa main sur la porte. Si ça se trouvait, celui-ci avait juste activé le mécanisme par magie. Energa s'était déjà servi de pièges dans ce genre, mais il préferait être sûr de son coup.

Malgrès l'époque dans laquelle il vivait et tous les phénomènes auxquels il avait assisté, Energa était profondément et complétement cartesien, même s'il ne connaissait pas l'existence de ce mot. La magie existait, certes, il était lui même magicien, mais elle n'était pas non plus responsables de tous les maux. Il y avait juste des choses qu'on ne comprenait pas pour le moment et qu'on expliquerait plus tard.



Citation :
"Entrez mon cher visiteur!"

Pendant qu'il rêvassait, son hôte avait pris une torche, retiré son loup et se tenait maintenant assis dans son bureau, les bougies éclairant à peine son mobilier.

'Une autre précdution de plus. Mais inutile, l'odeur d'une personne est un bien meilleur indicateur.'

D'ordinaire, quand on est invité à s'asseoir, il y a deux types de réactions. Ou bien les gens se mettent sur le bord de leur sièges ou bien ils s'asseoient au fond, le dos calé contre le dossier ou droit si il n'y a pas de dossiers. C'est ainsi que l'on reconnaît le type de personnes avec qui l'on va s'entretenir.

Sans penser à tout ça, Energa posa son sac au sol, et s'affala littéralement sur sa chaise, il aurait mis les pieds sur le bureau s'il n'était pas aussi petit. Bref, il irradiait de confiance en soi.


Citation :
"Pourquoi était-vous là?"

Au moins il ne s'embarassait pas de principe, quoique, Energa aurait bien voulu un thé et des biscuits, après tout 24 heures de veilles ça creuse.

Bref, il voulait une réponse et il ne serait pas déçu, il l'avait préparée durant la marche et l'attente, après tout, son apparence avait de quoi rabaisser ses propos. Et comme une image valait mieux qu'un discours...


" Facile, après la prise d'Elament, personne ne m'a dit que je devais arrêter de la servir. Mais plutôt d'en parler de très longues heures et d'en faire la démonstration laisse moi te montrer."

Laissant l'air necessaire à l'homme pour respirer, ce qui éteignit les bougies. Energa se servit de la méthode d'Iniloth mais adaptée à son élément. Ils se trouvaient maintenant assis dans le vide, près d'une copie de lui sur les toits de la cité.

"Avant d'aller au vif du sujet, je vais te montrer d'abord avant, il est bon de se rappeler d'agréables moments pour ne pas succomber à l'adversité, mais je ne t'apprends rien n'est ce pas!"

Les images défilaient, Energa ne montrait pas tout, mais l'essentiel y était. Ses rencontres avec les autoproclamés cavaliers de l'apocalypse, le jour ou madame Latrique l'avait invité à manger une glace sans qu'il n'ait à porter de robes. Sa rencontre avec Shaloa qui lui annonçait qu'il était sentinelle. Les différentes patrouilles qu'il faisait, l'accident avec la ceinture d'Estan, ses disputes amicales avec Chaos, la construction de son domaine, l'entraînement d'Iniloth, l'aménagement du souterrain, ses discussions avec Runvan, la façon dont il voyait Myah comme une grande soeur, ses cours avec Tyrol... Bref, une vie Chaotique, souvent dangereuse mais où rien ne manquait.

Les images s'accélerèrent montrant la guerre civile, l'augmentation des patrouilles et l'apparition de Kaz'. Energa avait toujours aimé aider les gens d'aussi loin qu'il se souvenait, mais durant cette période, il avait dû faire preuve de plus de gentillesse envers son entourage, qui le lui rendait, si bien que ses défenses s'étaient amplement baissées. Si on ne voulait pas s'entretuer, il fallait s'entraider. Et peu à peu Kaz' finit par apparaître à ses proches, ce qui représentait un progrès dans le domaine du parler.

Arriva ensuite l'épisode des galleries, comment Energa avait surpris la conversation entre deux démons qui creusaient. L'incendie qui l'empêcha de prévenir Ruby à temps. Les gardes qui l'empêchèrent de la voir au matin, son escalade de haute voltige et finalement le message délivré à Ruby. Une minute avant l'attaque. Elle n'avait pas commencé à s'étonner que des explosions et des cris se faisaient entendre.

Habitué à la guerre, Energa avait déjà analysé le point où il devait se rendre. Il n'existait que deux sorties de la cité, les souterrains et la porte. Les tunnels étant déjà sous le contrôle des démons, il ne devait en aucun cas les laisser s'emparer de la porte ou ce massacre tournerait au génocide.

Après il montra sa part de la bataille, les habitants qui fuyaient par les portes, il accelera certains passages, et en ralentit d'autre, montrant les combats sous différents angles, les points faibles de ses adversaires, les stratégies employées par ceux-ci, en fait il accélerait sur ses plus beaux pièges, ses poupées russes qui rendaient les ennemis aussi inutile que des brebis sur un champ de bataille.


"Rien qui ne ressemble à ceux de la route de la forteresse, mes compliments à son artisan."

En fait, il ne cherchait pas les honneurs, mais il montrait comment il avait pu, afin que l'on puisse réiterer la chose, empêcher seul la prise de la porte.

Puis il montra le combat contre Sappho, son déchaînement inhabituel qu'il compara avec la gamine du cimetière, en surimposant une deuxième image d'elle. Ses attaques déchaînées; sa surexploitation des ténèbres dans leur duel et finalement l'aube. La promesse haletante de rivalité faite par un Energa labouré par les ténèbres à une Sappho couverte de lacérations. Et la dernière attaque d'Energa qui lui permit de quitter la cité, tandis que les démons affrontaient une bourrasque avec sous le manteau un doigt trouvé par terre.

Les démons disparurent et Elament se trouvait déserte.

Energa gardait son sourire moqueur.


"Comme j'ignorais tout de la resistance, j'ai emmené les survivants que j'ai trouvé dans la vallée où j'habite, pas du côté des pièges rassure-toi. Mais bon, on n'est pas là pour que je te raconte ma vie, au passage merci de ne pas m'avoir interrompu. Plus sérieusement, pour récupérer Elament ce n'est pas gagné."

Il montra Elament vu du ciel. La porte clignota en rouge.

"Comme je vois encore la barrière autour de la ville, j'en conclus que les démons ne peuvent pas encore passer par la porte, ce qui fait que ce serait l'entrée idéale, seulement les démons le savent, il doit donc y avoir une surveillance accrue de ce côté, de toute façon je récapitule ce que tout le monde doit savoir là. De plus j'ai entendu que les démons attaquaient encore de ci de là, mais jamais on n'en voit la trace. Traduction, ils se servent encore des souterrains. La région est parsemée de galeries, sous le temple, sous la cité, d'autres creusées par les tragmas, ici, et je suis sûr qu'il y en a d'autres, après tout Ignus voulait passer par là. Bref en deux mots, on est face à un ennemi qui a l'oeil sur la seule entrée possible de notre belle ville, la possibilité d'attaquer n'importe où, n'importe quand et possédant des créatures capables de pulvériser des armées dans leur sommeil."

Il montra l'image du Drewoor seigneur de la forêt Darke. Puis il laissa tout disparaître se servant de l'air alentour et d'une poudre pour rallumer les bougies.

"Alors je viens proposer mon aide, mais la question est plutôt comment penses-tu m'employer dans le but qu'on leur arrache la cité des griffes?"


Dernière édition par Kaze Energa le Jeu 13 Mai 2010 - 3:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shin
Vagabond
avatar
Nombre de messages : 757
Âge : 27
Race : Elfe noir
Magie Contrôlée : Don de l'eau

Feuille de personnage
Puissance:
910/1000  (910/1000)
MessageLun 10 Mai 2010 - 13:32

Spoiler:
 

Une histoire se déroula sous ses yeux. Une vie comme on en voit des milliers, faites d'expériences et de rencontres qui la forge. La singularité d'un parcours dont les images parlaient à la place du coeur. L'elfe noir contempla le tableau qui se formait scène par scène, en simple spectateur comme lors d'une pièce de théâtre. Chacune avait son importance car elle renforçait le dessin, esquissait les traits d'un chemin de combattant de la cité. Tout était résumé dans cette illusion d'optique. Tout d'abord le don du vent qui prouvait l'authenticité de l'élementaliste en face de lui. Puis les souvenirs d'un personnage, avec une précision du détail que les démons ne pourraient obtenir en explorant les tréfonds de la mémoire d'un prisonnier. Pour avoir des connaissances communes, un sourire apparut sur les lèvres de l'elfe noir. Non seulement il les reconnaissait, mais surtout leurs traits étaient caractéristiques de leur personne. Ce n'était pas de simple silhouette copié sur un modèle original. Entre Shaloa et Runvan, il avait par contre une vision d'eux d'avant-guerre, ce qui changeait radicalement avec leurs comportements d'aujourd'hui.

Une certaine nostalgie s'empara alors de notre drow. Huit mois qu'il n'avait pas vu la lumière du jour, la luxuriance de la forêt Darke, la splendeur abimée de la cité, ainsi d'autant de gaieté et de bonheur sur les visages. Désormais au quotidien, il était difficile de garder le sourire longtemps. La cité avait été un foyer salvateur pour de nombreuses errances par l'énergie positif qui s'y dégageait. Les démons n'avaient pas seulement arraché la ville au élementalistes. Une partie des âmes de ces derniers s'était perdue avec. La mort, l'oppression, la survie. C'était le nouveau quotidien des fuyards et seul la Forteresse et l'Île pouvaient leur offrir un refuge temporaire face au fléau démoniaque. Et si l'objectif était de retrouver la cité, chacun garderait sur le cœur, la trace du passage des démons, indéniablement.

Néanmoins, il y avait cette force, ce courage. Cette insoumission à la fatalité. Malgré les nombreuses pertes, de nombreuses personnes ripostaient, gardant l'espoir d'un ciel prochainement dégagé de toutes noirceurs. Au cours des deux derniers mois, lors des centaines d'entretiens qu'il avait fait, le Chef avait vu cette détermination dans les nombreux regards, cette combativité non tarie par le carnage. L'attachement des élementalistes à la cité était tel que les démons ne pouvaient imaginer à quel point le retour allait leur être dévastateur. Et ce petit être se présentait à lui dans la lignée de ces cœurs braves. Sa férocité à la porte, sa relation avec ce démon Chaos, la création de ce petit village de résistants, la maîtrise qu'il avait eu pour endiguer la volonté des chevaliers. Tout concordait avec le parcours d'un résistant.

La suite l'intéressa encore plus. Les nombreuses visions du môme sur la situation actuelle montrait en lui une capacité de stratège qui ravi notre elfe noir. Celle de voir les choses en grand. De prendre de la distance par rapport à la réalité et voir les différentes possibilités qui s'offraient à eux. Une faculté bien plus qu'utile car il s'aventurait sur un domaine commun aux deux personnages, c'est à dire qu'une certaine complicité était entrain de naître. Il pourrait lui confier le commandement d'un commando, mais l'elfe noir comprit qu'il avait plus intérêt à lui confier des missions secrètes au-delà de la ligne de front. Surtout dans un domaine où l'elfe noir cherchait à développer, l'exploitation des souterrains.

Si nous considérons le plan de bataille du Chef, nous pouvons distinguer un ordre bien précis de déploiement. Tout d'abord, avant de reprendre la cité aux démons, il fallait leur reprendre du terrain et consolider nos positions de défenses. Cette première étape grâce aux commandos permettait de former une ligne de front, de purger aisément tout ce qui était de notre côté et de protéger les différentes planques derrière le filet. Dans une seconde étape qui se déroulait en parallèle de cette fortification, les spadassins partaient au-delà de ce tracée, pour acquérir des informations, détruire certaines points stratégiques, assassiner ou capturer des démons. Une infiltration en fissurant peu à peu les forces de l'ennemi en somme. De quoi préparer le terrain pour de prochaines conquêtes.

Maintenant que les formations étaient en place sur la surface et que ces deux étapes continuaient à se développer à peu près en autonomie, sans que le chef ait besoin d'y mettre toute son huile de coude à la tâche, l'elfe noir cherchait à créer deux nouveaux champs de travail. Le premier était la recherche d'armes, d'armes et d'artefacts anti-démoniaques, enfin de diminuer les forces ennemies lors d'une attaque globale. Une attaque qui n'aura d'ailleurs pas lieu avant longtemps, l'elfe noir cherchant à maximaliser les chances des élementalistes d'écraser nos chers parasites.

Le second terrain était justement ce dont parlait le visiteur, l'exploitation des souterrains. De tout temps, il était connu que la région comportait de nombreuses galeries et secrets engloutis sous la surface. Que certains chemins menaient à la cité et que l'autre camp avait utilisé à leurs avantages. Évidemment ce n'était pas une raison pour les exploiter à notre tour et l'elfe noir cherchait des personnes qui se sentiraient aptes à explorer ce terrain. Notre nouvelle recrue était un candidat désigné pour l'affaire.

A la fin de la présentation, l'elfe noir frappa dans ses mains pour applaudir la prestation. Il était le premier à avoir démontré aussi rapidement et efficacement ses qualités pour devenir un résistant et le chef ne voyait pas particulièrement en quel honneur il empêcherait ce gamin de s'accomplir en tant que tel. Il se redressa de sa chaise et commença à faire les cents pas dans la pièce.

"Monsieur Energa Kaze, vous m'avez l'air tout à fait qualifié pour être parmi nous. Vous savez vous battre et réfléchir en même temps, peut-être mieux que les autres, ce qui me fait considérer que votre place n'est pas en tant que simple résistant. Je pense vous proposer des missions spéciales en solitaire. Mais avant de vous engager, je dois vous signaler plusieurs choses et je tiens à ce que vous respectiez mon temps de parole comme je vous ai laissé vous présenter, de manière redoutable je vous en félicite d'ailleurs, ça fait plaisir."

Il sortit un papier de l'un de ses tiroirs et le déposa devant le nymphe.

"Ceci est un pacte de la Résistance que vous devez signer pour être dans nos rangs. Je vais vous résumer les différents points."

Il leva le pouce au dessus-de lui.

"Premièrement vous êtes tenus au secret de vos actes, les seules personnes qui connaissent vos agissements en tant que résistant sont, moi et vos partenaires de missions si à un moment vous en avez. Vous aurez peut-être par moment un éclaireur sur votre dos si votre mission, à qui vous confierez des rapports écrits de votre avancée. L'éclaireur a formellement l'interdiction de lire son contenu. Je vous interdit donc de lui parler de ce que vous faites."


Il marqua un très bref temps d'arrêt pour regrouper ses pensées sur la suite des obligations. Il redressa l'index et le majeur de son poing qu'il brandit à hauteur de son visage.

"Deuxièmement mes ordres sont absolus, nous pouvons en discuter avant, mais lorsque j'ordonne, vous obéissez. Normalement, cela ne devrait pas poser de problèmes car nous estimons que toutes actions est dans la logique de notre action."

Il ajouta l'annulaire aux deux autres doigts.

"Troisièmement, vous faites don de votre corps et votre âme à la Résistance. Vous ne devez en aucun cas flancher devant les dangers. Vous ne devez en aucun considérer votre propre vie ou votre santé comme la priorité absolue. Même si il est évident que vous devez y faire attention. Vous assisterez dans la mesure du possible à assister toutes personnes en danger. Vous devez toujours évoluer et grandir de telle sortes à toujours être à la hauteur de nos espérances. Je ne pense pas que vous soyez faible et je ne doute pas de vos capacités à apprendre, monsieur Kaze, mais ce que je vais vous demander est d'une telle ardeur, que je vous conseille de toujours vous améliorer. En bref, la vie des élementalistes en premier, la mission en deuxième, votre survie en troisième."


Il marqua un nouveau temps d'arrêt, celui-ci pour reprendre son souffle.

"Je vous demande aussi d'agir avec prudence, sang-froid et patience. Nous ne sommes pas prêts à passer à une offensive globale contre la cité en raison de la férocité de nos ennemis et cela vous paraîtra sûrement très long et les avancées visibles très faibles. Mais soyez sûre d'une chose, nous y arriverons tôt ou tard, à récupérer notre cité des griffes de la vermine. Et j'aimerais que vous soyiez vivant lors de ce fameux jour!"

Bien qu'improvisé, il répétait à chaque fois à peu près le même discours. Ce qui ne l'empêchait pas d'être sincère. Après leurs victoires, si il arriverait un jour à vaincre l'oppresseur, le Chef voyait un magnifique banquet à la cité avec le plus de monde possible. Il ne pouvait se permettre d'abandonner quelqu'un. Même si il leur demandait de mettre leur vies en jeu, il souhaitait que le maximum de personnes survivent. Il fit une brève pause avant d'achever.

"Si tout cela vous va, je vous engage comme Spadassin. Des solitaires chargés de missions spéciales en renseignement, infiltration, espionnage, recherche, exploration, assassinat ciblé, destruction de postes stratégiques en dehors de la portée de nos troupes et capture de prisonniers. Si vous avez une demande particulière à formuler par rapport à ce poste, je vous prie d'en parler immédiatement avant que l'on parle plus sérieusement des travaux que je vais vous confier."


Il pointa du doigts, l'encrier et la plume en guise d'invitation à la signature.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageLun 10 Mai 2010 - 19:42

S'il y avait une chose à laquelle il ne s'attendait pas, c'était à se faire applaudir. Assez étonné et curieux pour briser l'image du guerrier qui en avait vu d'autres qu'il laissait apparaître. Maintenant il se demandait s'il n'en avait pas trop fait. Le chef avait fait tout une mise en scène avant de les laisser entrer, il était normal à ses yeux qu'il s'investisse dans sa présentation. Bien sûr le son avait aussi était un choc pour lui, d'habitude, il se contentait lui même d'imiter les sons, les cris, les voix etc... Cela venait sûrement de son héritage démoniaque. Mais bon, il n'était pas du genre à rejeter un atout. Non, pas lui. Et puis de toute façon, le temps n'était plus aux demi-mesures. Mais il voulait aussi très fort lui montrer qu'il leur serait utile, et comme Tyrol le lui avait expliqué auparavant, on travaille avec les vents, on ne le force pas. Bien sûr il avait inventé une attaque avec ce principe, celle-ci était hautement instable, mais ne connaissait pas de limite en dangerosité, pour l'utilisateur aussi bien evidemment.

Le chef venait de se lever et faisait les cent pas.


Citation :
"Monsieur Energa Kaze, vous m'avez l'air tout à fait qualifié pour être parmi nous. Vous savez vous battre et réfléchir en même temps, peut-être mieux que les autres, ce qui me fait considérer que votre place n'est pas en tant que simple résistant. Je pense vous proposer des missions spéciales en solitaire. Mais avant de vous engager, je dois vous signaler plusieurs choses et je tiens à ce que vous respectiez mon temps de parole comme je vous ai laissé vous présenter, de manière redoutable je vous en félicite d'ailleurs, ça fait plaisir."

Ok il en avait largement trop fait, yep beaucoup trop. Alors comme à chaque fois qu'on le félicitait, il sentit le rouge lui monter aux joues, atteignant l'idéal de féminité infantile que madame Latrique obtenait avec du maquillage.

Bien sûr ayant la faculté d'attention d'un enfant en bas âge quand il n'était pas sous pression, son teint reprit vite sa pâleur habituelle et son attention se porta sur la feuille que sortait le chef.


Citation :
"Ceci est un pacte de la Résistance que vous devez signer pour être dans nos rangs. Je vais vous résumer les différents points."

Et il se lança dans un long monologue, et yada yada yada. Ce n'était pas qu'il manquait de respect au chef, mais physiquement il était redevenu un enfant et il se sentait dériver en l'écoutant. Basiquement, il lui racontait son propre credo, mis à part les deux premiers points, mais en même temps qui serait assez stupide pour aller crier aux quatres vents qu'il allait casser du démon, l'image d'un elfe au physique avantageux et aux cheveux noirs et long apparut devant ses yeux. Un frisson le parcourut des pieds à la tête.

'Non, il est sûrement sur Erestrée!'
* * *
Au même moment 'a une table de l'auberges des cents âmes.

"Achoo!"

"Donc je vous disais que je donnais l'ordre aux habitants de la forteresse des vents de libérer les prisonniers et je me montrerais clément, après tout, quand on est né avec la bénédiction des dieux, il n'y a nulle besoin d'armée pour détruire ce genre d'édifice. Et je levais mon épée de mon bras vengeur quand il décidèrent d'agir avec sagesse et abaissèrent le pont levis, ils avaient même eu la bonne idée de s'attacher et de remettre dans les mains d'une princesse qui n'avait pas encore atteint l'âge de floraison mais qui surpassait en beauté les dames connues dans notre histoire telles Anaïs Mérisier ou Gwendoline aux yeux d'émeraude, pour qu'elle puisse me rencontrer. Elle avait avec elle une escorte de quatres vilains qui osaient s'adresser à elle en égal.Bien sûr je savais que son jeune coeur de vierge m'appelait à l'aide, malgrés le sourire poli qu'elle affichait. Afin de la sauver de ces malandrins, je la prit dans mes bras lui avouant les desseins des dieux nous concernant."

"Et après!" demanda un des hommes massés autour de la table.

"Après, je ne me souviens de rien, c'est la preuve d'un instant de grand bonheur. Tellement intense que quand je me réveillais, je me mis à souffrir d'une migraine qui aurait fendu cette montagne en deux."

Les hommes éclatèrent de rire.

"Je crois qu'il a bût un coup de trop."

Son compagnon de table les regarda d'un air las.

"Il n'a pas pris une seule goutte."
* * *
Le chef voulait aussi qu'il obéisse, logique si on parlait beaucoup et qu'on faisait n'mporte quoi, il imaginait sans peine la pression que cette personne devait subir. De plus, il devait rester cloîtré dans cette caverne en tant qu'intelligence de cette opération.


Enfin il lui décrivait sa façon d'être, il s'était toujours investi autant sinon plus que ses differents compagnons d'armes, mais curieusement, il s'en sortait toujours, ni indemne, ni handicapé. Mais ça ne comptait pas, parce qu'au final, il ne marquait pas, même les blessures de Sappho avaient totalement disparues comme si elles n'avaient jamais existé. Quand à son courage, essayez d'échapper des griffes du Huor quand il vous tient sous son contrôle, c'est juste frustrant.


Citation :
"Je vous demande aussi d'agir avec prudence, sang-froid et patience. Nous ne sommes pas prêts à passer à une offensive globale contre la cité en raison de la férocité de nos ennemis et cela vous paraîtra sûrement très long et les avancées visibles très faibles. Mais soyez sûre d'une chose, nous y arriverons tôt ou tard, à récupérer notre cité des griffes de la vermine. Et j'aimerais que vous soyiez vivant lors de ce fameux jour!"

C'était évident, il avait eu le droit à un échantillon de leur possibilité. Et si on ne séparait pas l'ennemi, il valait mieux se rendre maintenant. Non pas qu'il le ferait! Ce serait donc une guerre d'usure, avec rognure de terrain, un nombre impressionnant de morts dans les deux camps mais il n'en ferait pas partie. Son rôle à lui serait d'attaquer dans le dos de ses ennemis, en apprendre un maximum sur eux et au final détruire leur défense. Du moins c'était ce qu'il voyait comme ça, avec l'attaque massive contre leurs lignes, les démons réataqueraient aussitôt, mais que peuton contre ce qu'on ne voit pas, une ombre qui plâne au dessus de tous et qui descendrait comme la mort s'emparer de ceux qui dirigent?

"Si tout cela vous va, je vous engage comme Spadassin. Des solitaires chargés de missions spéciales en renseignement, infiltration, espionnage, recherche, exploration, assassinat ciblé, destruction de postes stratégiques en dehors de la portée de nos troupes et capture de prisonniers. Si vous avez une demande particulière à formuler par rapport à ce poste, je vous prie d'en parler immédiatement avant que l'on parle plus sérieusement des travaux que je vais vous confier."

Yep, il avait eu tout bon à nouveau. Non pas que ça l'étonnait, les semaines pouvaient être ce qu'elles voulaient mais la guerre avait un caractère urgent. Alors si on voulait que ça se finisse, il fallait savoir où et quand frapper.

Puis Energa pencha la tête légerement de côté et parla de son ton le plus charmant d'enfant.


"Oh oui, oui, oui, oui, je veux être Spadassin! Mais j'ai deux requêtes, pas des conditions, mais ce serait des trucs qui me fairaient très très plaisir si tu voulais bien. Le premier ce serait que tu laisses Breina aller avec moi en mission mais pas les plus dangereuses, parce que tu vois c'est mon élève et j'aurais besoin de lui apprendre des trucs sur le terrain. La deuxième c'est que tu arrêtes de m'appeler monsieur kaze energa et de me vouvoyer. On est tous dans le même camp d'accord et puis ce ne sera pas la politesse qui nous permettra de faire tomber le vilain ardent de son trône!"

Puis il se pencha sur la feuille et la remplit.

"Là, datée, signée et je l'ai promis en personne. On peut pas être plus engagé hihihi! Alors c'est quoi ma première mission dis."
Revenir en haut Aller en bas
Shin
Vagabond
avatar
Nombre de messages : 757
Âge : 27
Race : Elfe noir
Magie Contrôlée : Don de l'eau

Feuille de personnage
Puissance:
910/1000  (910/1000)
MessageDim 16 Mai 2010 - 22:16

Définitivement ce gars-là était tombé sur la tête! Au fur et à mesure de la conversation, le contraste de son comportement s'éclairait aux yeux de l'elfe noir. Le voilà intrépide petit garçon insouciant de ce qu'il venait de signer. Se jouait-il des apparences? Se moquait-il de ses rencontres? Était-ce vraiment une période si ludique pour un gosse? Définitivement ce type n'avait d'infantile que la silhouette. Redoutable et sûrement conscient qu'avec de la confiance en soi on pouvait faire des merveilles. Néanmoins il était bien trop impatient pour lui confier si vite les clés de ses besognes. Non, l'elfe noir va bel et bien essayer deux-trois trucs pour vérifier que l'effet d'annonce du nymphe n'était pas que du vent.

Il songea au travail que cela avait demandé aux cinquante habitants de l'ancienne citadelle pour construire un tel endroit. Huit mois sans relâche pour y creuser une véritable caverne autonome capable de se défendre et de se mettre en quarantaine contre n'importe quel adversaire. L'elfe noir bien que commandant de cette tâche ne s'attribuait aucunement tout le mérite. Si il n'y avait pas eu cents mains et cinquante cerveaux autours de lui, tout cela n'aurait jamais été achevé.

Et ce fut rude. C'était une véritable épreuve d'endurance et d'abnégation. Qu'un jour, la Matriarche en personne était venu les rencontre si vite tenait du miracle. Dans tout les esprits, cela fut sans fin jusqu'au jour où tout a commencé à s'enchaîner...La Forteresse...la Résistance...les Commandos...les Spadassins. Il n'en tirait aucune prétention, mais tout les résistants qui venait se faire recruter ici devait prouver au moins des valeurs pour mériter l'exigence du chef. Il n'appréciait pas la défaite, ni même le recul. C'était la preuve que la confiance qu'il avait en ses soldats avait été bâclée. Il ne pouvait donc pas donner comme cela, aussi aisément la pleine autorité à une recrue sur sa mission.

"Je te fait entièrement confiance. Tu es vraiment admirable...tiens, je vais te confier le commandement des armées de front et tu vas être en charge de l'ultime offensif contre les démons. Je vais te demander d'assassiner tout les généraux et de me rapporter leurs têtes...peut-être même que t'arriveras à me rapporter la tête du Roi! Tu seras...notre héro!!"

Un éclat de rire surgit du fond de ses poumons explosa dans sa bouche. Il ne put s'arrêter ainsi pendant une bonne dizaine de secondes. Un rire sarcastique presque mesquin. C'était tellement amusant. Comment put-il croire que signer ce papier suffisait à lui offrir le statut de spadassin? Ce n'était aussi aisé. L'enfer venait juste de commencer pour le garçon en face de lui. Sous sa capuche, le chef masqua un rictus machiavélique. L'encre versée par le nymphe n'était que le démarreur d'un mécanisme en n'en plus finir. Un simple membre de commando avait simplement besoin d'un peu d'entraînements et de quelques compétences au combat pour être envoyé au front. Mais un spadassin était un travail beaucoup plus complexe que d'être de la chair à canon. Il s'agissait d'un longue traque de cibles qui pouvait durer plusieurs jours depuis la recherche des premières informations sur la force de la proie et sa localisation, jusqu'à ce que la vigilance soit moindre. Il s'agissait d'une percée en solitaire à travers les lignes ennemis, se dissimuler parmi eux pour les attaquer, les attraper, les piller. Un job de longue haleine et de haute voltige. Il ne confiait pas à un péquenot juste parce que celui-là le demandait.

Il reprit sa respiration en inspirant profondément. Il se calma instantanément. Ses yeux se figèrent dans celui de cet Énergumène.


"Plus sérieusement, je voudrais que tu ailles m'appeler Breïna et que tu attendes dehors, le temps que je lui parle en privé. Je songerais à ta suggestion après cela."

Une pensée le tracassa? Pour l'avoir déjà rencontré plusieurs fois dans la forêt Darke, il savait que la Elatha était une assassine aguerrie et expérimentée. Comment était-elle devenue l'éléve de ce chétif? Etait-il si fort? Ou avait-elle perdue la tête? Il était vrai que certaines images venaient de parler d'elle-même sur la nature robuste de l'invité. Néanmoins il ne doutait pas non plus de la qualité de la fée mystérieuse. Que diable se passait-il à la surface? Quel étrangeté? Et si tout ce en quoi il croyait n'était plus que du flan? Et si la réalité s'annonçait plus chaotique que les rapports qu'on en ramenait? Raison de plus pour qu'il songe un de ces quatre à sortir de son trou, faire un tour
.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMer 19 Mai 2010 - 14:33

Le doute planait dans l'attitude de son nouveau superieur. Cela dit, il n'avait rien fait pour l'aider, mais cela faisait 24 heures qu'Energa avait voyagé avec la Passeuse, de plus, il s'était reveillé à l'aube auparavant, donc on pouvait facilement dire qu'à son âge, l'heure du dodo était passée depuis longtemps. Il était donc normal que son contrôle de soi glisse un peu. Et puis la situation n'exigeait pas toute son attention, ce n'était pas un cas de vie ou de mort. Aussi ses paroloes auraient pu prêter à confusion, mais de toute façon le mal était fait, et comme le disait le proverbe, quand le vin est tiré, il faut le boire.

En lui demandant sa première mission, il ne se faisait pas d'illusion, en tout cas lui se serait sûrement envoyé effectué quelque chose de non vital. Histoire de voir si la personne était digne de confiance, si ce
qu,elle racontait n'était pas surestimé. Aussi, comprit-il immédiatement que quelque chose clochait quand il lui parlait de l'assault final' Et de lui en général! Rien que ça!

Il sentit la colère monter en lui, mais il n'allait sûrement pas la libérer, parce que d'une part, il voyait le raisonnement de celui qui le mettait à l'épreuve, et d'autre part, tabasser Le Chef n'était sûrement pas dans son contrat.

Mais il était vraiment désagréable à rire ouvertement comme ça! Oui il était un gamin, oui il était du genre spontanné, mais cela remettait-il vraiment ses qualités en cause.

Bref, s'il voulait le tester, il allait avoir une surprise. Esquissant un sourire diabolique pendant que le chef regardait ailleurs. Il abaissa toute ses défenses instantanément. En faisant ainsi, il s'exposait aux flots de sentiments que les gens cachaient plus ou moins bien. Et ce qu'il apprit sur le chef permettait de justifier son attitude.

Il y avait de la colère en lui, beaucoup de colère, contre quoi était-il en colère, il n'en savait rien mais pouvait deviner. La cité était pour le moment perdue, les démons lançaient des raids, des élémentalistes mouraient, et cette forteresse ne s'étaient pas construite en un jour. D'ailleurs à cette colère s'ajoutaient de la tristesse, une immense tristesse, sûrement pour les raisons précédentes. Mais devant tout ça, il y avait un espoir, un espoir auquel il s'accrochait, un espoir qui ne lui permettait pas de faire des erreurs, et qui le soumettait à un stress que les autres resistants n'avaient pas, celui de diriger, de prendre les decisions et de compter les pertes.

C'est ce que Kaz' perçut derriere la moquerie, l'amusement, le sadisme et l'indignation de son interlocuteur.

Son assurance guerriere avait disparu, sa tête était penchée en avant, son visage caché par un rideau de feu. Tandis que pleuvait des perles sur le sol de pierre.


Ploc, Ploc, Ploc.

Puis le chef lui demanda de retourner attendre avec sa nouvelle familiarité.

Une voix toute douce lui répondit.


"Je vais la chercher."

Puis Kaz' entama quelque pas se dirigea vers la porte et regarda le chef dans les yeux. Ses grands yeux brillaient sous l'action des chandelles et de ses larmes. Tout son être affichant la préoccupation qu'il avait pour son prochain et l'attention qu'il lui portait.

"Je suis désolé!" reprit-il gentiment avant de quitter la salle.

Il marcha avec douceur sur le sol et ouvrit la porte de la salle d'attente.


"Breina, le chef veut te voir, premiere porte à droite!"

Quand la grande porte fut refermée, il caressa ses deux companions et alla se rendre aux gardes, il attendrait d'être convoqué et quand ce sera fini, au lit. Il était épuisé par leur voyage.
Revenir en haut Aller en bas
Breïna Elatha
avatar
Nombre de messages : 845
Âge : 30
Race : Fée Mystérieuse
Poste : Mercenaire//Spadassin
Magie Contrôlée : Eau

Feuille de personnage
Puissance:
690/1000  (690/1000)
MessageMar 15 Juin 2010 - 21:22

    Il y avait des rencontres que l'on pouvait parfaitement décrire comme étrange. Celle avec le petit Kaze en faisait partie. Le marmot l'avait amené dans de bien mauvaise situation et si notre fée mystérieuse l'avait su... peut-être aurait-elle rebroussé chemin. Elle n'était revenue dans la région que pour se rendre compte des dégâts et afin d'aider la plupart des villageois exilés. Maintenant elle se retrouvait avec un petit homme qu'elle pensait perdu, dont le comportement la laissait toujours perplexe. L'enfant - car à ses yeux il l'était - l'avait même conduite à se retrouver à combattre face à d'étranges hommes et maintenant, on la guidait dans les méandres de la résistance. Certes, cela avait été son souhait de départ mais tout de même, en faire autant... cela commençait sérieusement à l'irriter, et pourtant sa patience pouvait être grande.

    Quoiqu'il en soit, notre dame aqua se devait de suivre le nymphe mâle tout en gardant son sourire naturel, même si à vrai dire, elle était irritée. Pourquoi? Parce qu'elle avait fait un périple relativement fatiguant et elle devait encore marcher, marcher... à ne plus en finir. Par la suite des choses, après avoir eu quelques frayeurs notamment à cause de sa peur du vide, elle s'était retrouvée à suivre une dénommée Svada, une passeuse en quelque sorte. Ce drôle d'individu les avait emmené dans des tunnels dont elle ne voyait pas le bout, toujours accompagné de la petite boule de nerf qu'était Kaze. Et vous savez ce qui était le plus étonnant? C'était que Breïna était restée sage. Pas un mot. Pas un dialogue. Un silence presque religieux. C'était la meilleure des choses à faire quand vous avez une boule dans le ventre prête à exploser et une furieuse envie de tout envoyer valser. Parfois elle se demandait si c'était une conséquence de son mal, du fait qu'elle devait apprendre à se défaire de toute colère qui la rendait irritable... quoique peut-être était-ce seulement le stress d'avoir l'impression de n'être d'aucune utilité. Elament. La perte d'Elament. Même si elle n'avait été qu'une arme de plus dans la bataille, le regret de ne pas pu à en avoir fait plus... cela vous rongeait une âme.

    Quoiqu'il en fut, tout cela l'avait conduite à patienter des heures pour faire une rencontre avec une personne d'une importance certaine. Curieusement, elle n'avait pas demandé le nom de qui ou de quoi, du moment qu'elle pouvait s'entretenir avec les membres actifs de la nouvelle résistance. Le désir de rédemption de notre fée mystérieuse et sa détermination de porter une pierre à l'édifice était inébranlable... ou presque. Il y avait bien des choses qu'elle aimerait éclaircir, bien des rencontres à faire... cela incluait d'ailleurs des démons dans ses projets, mais rien qui ne puisse mettre en péril les élémentiens.

    Les locaux dans lequel la jeune femme atterrit était ceux de la forteresse. C'était... très coquet. Enfin, Breïna savait qu'il ne fallait pas trop en demander, mais le principal était là. Ses yeux avertis remarquèrent avec facilité les dispositifs de sécurité, de quoi faire réfléchir à deux fois avant de désirer rentrer dans les environs. De pas en pas, notre mercenaire, toujours suivant le jeune Kaze, se retrouva en plein cœur de la commanderie.

    Ce fut à cet endroit qu'un homme vêtu de la tête au pied par une cape sombre apparut alors. Breïna en eut une drôle d'impression, cherchant à percevoir un visage en rien. Un sourcil levé, un regard perplexe, voilà que le marmot était appelé pour une entrevue. Soit. Cela signifiait que notre fée devrait encore poireauter, autant faire la conversation avec quelques gardes du coin mais c'était seulement pour les potins... pour les détails, ils étaient muets comme des tombes.


    * Pfffff.... cela commence à me courir sur le champignon. J'espère que ça sera rapide. Je suis vraiment crevée. *

    Il fallait qu'elle s'occupe l'esprit, il fallait qu'elle se détende. Notre demoiselle aqua finit alors par retrouver son morne silence, s'adossant à un mur du couloir dans lequel elle s'impatientait. Là, elle chercha à penser à quelque chose d'agréable, de vieux souvenirs qui lui arracheraient un sourire.... Même si sa vie était une route recouverte de tragédie, elle avait connu toutefois de très bon moment. Elle se souvenait de son époux, de ses sourires, de leurs rires.... elle se souvenait des rencontres, des camarades, des découvertes... une vie riche en sommes.

    Mais à peine eut-elle le temps de se remémorer quelques détails de sa vie à Elament, qu'elle fut littéralement ramenée à la réalité par la petite voix de Kaze et de la prote grinçante de la pièce de laquelle il sortait. Le chef, hein? Voilà qui allait être très intéressant.


    " Mmmm... ok. Il était temps. "

    Elle soupira principalement ces quelques paroles pour elle-même. Ce fut donc dans un mouvement tranquille et nonchalant qu'elle alla enfin pouvoir se confronter à un des hauts piliers de la résistance. Un homme. Elle tendit la main.

    " Alors vous êtes le boss? "

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Shin
Vagabond
avatar
Nombre de messages : 757
Âge : 27
Race : Elfe noir
Magie Contrôlée : Don de l'eau

Feuille de personnage
Puissance:
910/1000  (910/1000)
MessageMer 1 Sep 2010 - 20:14

L'attitude finale du petit être laissa l'elfe noir dans un abysse de perplexité. Que cherchait-il à produire avec ces quelques larmes? Éveiller le moindre sentiment dans le coeur de l'elfe noir? C'était bien mal évalué la personnalité du chef de ses lieux. L'homme à la peau obscurcit chercha, durant les quelques instants de répits entre le départ de l'Aasimar et l'arrivée de la fée mystérieuse, quel intérêt cet agissement pouvait-il apporter à la candidature de ce Kaze. D'un côté, il essayait peut-être d'émouvoir son recruteur, néanmoins cela serait la pire analyse de la situation que l'on puisse avoir. Dans les critéres qu'un résistant devait avoir, et principalement un assassin, il y avait un point tout aussi important que les capacités et la confiance : la fiabilité. Si il suffisait d'avoir du ressentiment envers les démons pour riposter, ou de souhaiter soutenir son prochain pour apporter une défense solide, tout ancien habitant de la cité pouvait postuler à la Forteresse et la plupart serait envoyé au cimetière. Cela ne fonctionnait pas ainsi. Plus qu'un coeur, il fallait un mental. Capable de supporter le moindre coup porté, de s'absoudre à prendre beaucoup de temps et de ne jamais faillir, un mental de Résistant. Les pleurnicheries étaient le pire moyen d'impressionner le chef de la lutte contre les démons. Que ce soit une mauvaise analyse de la situation ou une faiblesse d'émoi, cela ne jouait pas en la faveur de l'Aasimar.

Le sort qu'il allait lui réserver avant de l'accepter parmi les spadassins venait tout juste de l'empirer. Il se devait de l'endurcir.

Quelques pas, une ombre qui se glissait sur le sol, un corps rempli d'eau, une silhouette familiére. La seconde postulante venait de passer la porte de son bureau. Breïna Elatha. La dernière fois qu'ils s'étaient rencontré était aussi dans les grottes de Finduilàs Surion. L'elfe noir avait vu interrompre sa sieste après une chasse rudement pour quelques minutes de bavardages, des banalités d'usages, de nombreuses futilités au final. Là ce serait pour la promotion d'un poste de spadassin, une perspective d'avenir pour la fée, une opportunité d'agrandir son champ d'action pour l'elfe.

Elle lui tendit la main en guise de salutation. Un rictus apparut sur le visage du drow. Boss? Cela le faisait toujours criser des dents. Le titre de chef, il se l'était certes approprié mais cela paraissait prétentieux, arrogant et condescendant dans la bouche de certains. Pompeux c'était le mot. Evidemment, il ne se prenait pas pour personne. Il avait les épaules suffisantes pour diriger et commander et assez de forces pour écraser de nombreuses personnes. Il répondait à la fois à la loi des plus forts et des plus responsables. Sa confiance en lui était pratiquement absolu si ce n'était pour se remettre en cause de nombreuses fois, apprendre de chacune de ses expériences et parfois de ses erreurs. Il n'avait point à justifier de la hauteur de son statut, il le méritait. Mais dans la voix des autres, même si ce n'était pas forcément négatif, c'était perturbant. Après des mois à diriger ces souterrains, il ne s'y faisait toujours pas.

Avec la poigne la plus ferme qu'il puisse employer, il serra la main de sa recrue et l'invita à s'assoir, même si de son côté il ne souhaita pas se poser sur son siège. Sa droiture lui était parfois éprouvante, mais c'était la meilleure posture à adopter pour s'imposer. Les bras croisés, la tête toujours encapuchonnée et masquée, il ne détacha à aucun moment son regard des yeux de la fée. Ce regard lumineux, elles avaient tous le même. Ce qui n'était pas sans lui rappeler ceux de sa douce. Ce qui ne l'empêcha de rester impassible. Il abordait même un sourire. Dans les faits, elle était une bonne vieille connaissance, la preuve que certaines choses persistaient à survivre.


"Je suis bien le chef de la résistance. Et pour quelques formalités, vous ne me connaitrez que sous ce nom."

Il eut un petit pincement au coeur à s'exclamer ainsi. Mais c'était une forme d'obligations dont il ne pouvait faire concession. L'elfe noir ne pouvait se dévoiler au yeux de la jeune femme sans aucun prétexte et en tant que chef de la résistance, il n'aurait aucune relation avec de nombreuses anciennes amités. C'est pour cela que Lya et Ruby étaient primordiales dans son esprit. C'était les seules personnes actuellement avec qui il pouvaient s'entretenir en tant qu'homme et non en tant qu'institut.

"Avant toute chose, je dois vous signaler que si vous entamez un quelconque engagement avec nous, il n'y aura point de retour en arrière. Je ne tiens pas vraiment à connaître vos motivations, le simple fait d'être venu ici prouvent que vous êtes volontaires. Cependant j'ai appris au cours de ces derniers mois que certains étaient peu conscients de ce que cela impliquer dans leurs vies. Il y aura de nombreux risques, et de plus en plus dangereux à force d'avancer dans les missions que je souhaiterais vous confier. Je ne sais pas de quel bois vous êtes, mais je dois vous faire confiance et savoir quelle rôle vous pourrait jouer dans nos plans. Dites-moi, en quoi êtes-vous bonne et que souhaitez-vous accomplir comme tâche?"

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» mumak
» Cours particulier, en tête à tête avec le chef. (apprentissage)
» Une mission avec le chef ? [PV : patron James]
» Recontre avec.. le chef de la rebellion. ? Elliot & Illy
» Un entrevus peu formel avec le chef du clan Dento. [Koemi]