Partagez | .
 

 [Terminé] Indiffèrence est mère de... Rien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Svada Nir
avatar
Nombre de messages : 95
Âge : 42
Race : Hybride Araignée (Veuve Noire)
Poste : Tuteur Élémentaire
Magie Contrôlée : Terre

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageMar 6 Avr 2010 - 21:41

Spoiler:
 


De brise marine, le vent devient douce caresse. Mais qu'importe la douceur ou la tendresse maintenant ? Peut-être aurait-il mieux valu mourir ce soir-là.

C'était une pensée lancinante, qui revenait à la charge, dans un cycle infernal. Sans répit, elle la ressassait. C'était quelque peu douloureux. Mais aussi, tellement égoïste. Comment avait-elle pu croire qu'il lui suffirait de protéger son nid pour que tout reste tel quel ? Au final, qu'elle soit là ou pas n'avait rien changé. Elle aurait pu aller à Luxania, après tout, elle y avait encore des connaissances. Mais elle était restée. Elle avait vu Dame Ruby mourante sauver leurs arrières en se dressant devant leur Roi terrible... Elle avait vu ça, en protégeant des rescapés. Elle s'était toujours dis qu'elle devait protéger le maximum, mais que certains devraient mourir ou seraient capturés. Elle n'avait aucune envie de se porter à leur secours. C'était comme se jeter dans la gueule du loup. En même temps, elle devrait ressentir ce besoin de les sauver et de récupérer la Cité. Mais on ne pouvait pas compter sur elle. Elle n'éprouvait aucune affection pour les habitants d'Elament. Pour la Cité et ses murs, éventuellement. En fait, c'était une logique d'insecte.

Par nature, elle recherche à se protéger, elle d'abord, les autres ensuite. Elament s'est avérée être le lieu idéal pour s'établir, du moins le pensait-elle. Au final, la seule raison qui l'avait poussée à suivre les fugitifs était le charisme de Dame Ruby et son envie d'être en sécurité. Et comme elle était là au bon moment, elle fit partie de ceux auxquels on enseigna comment traverser la mer qui séparait l'île du continent. De fait, elle se retrouva "passeuse". C'est-à-dire qu'elle transportait les gens, en général, de la terre vers l'île. Les nouveaux arrivants et tout ce qui allait avec. Elle n'était cependant pas seule, et elle pouvait quitter ce poste pour explorer un peu, ou partir à la recherche d'autres survivants. Perspective ô combien passionnante.

L'hybride posa ses pattes sur le sable granuleux en contre bas des falaises de Felt, cala sa rame au fond de la barque, et entreprit de masquer cette dernière dans un recoin, formant une petite cavité dans la roche. Une fois ceci fait, elle grimpa le long de la falaise, avec une certaine aisance due à ses pattes agiles et nombreuses, et à son habilité naturelle pour ce genre d'exercice -l'araignée qui grimpe, ça ne vous dit rien ? -. En outre, étant une terra, l'élément rocheux lui était familier, même si ce n'était pas vraiment sa tasse de thé. Mais c'était sans trop de fatigue qu'elle arrive en haut. Elle se cramponna en se préparant aux bourrasques qui pouvaient prendre au dépourvu si on n'y prenait pas garde. Le vent n'était pas trop fort en ce début de matinée. Un calme matin qui achevait sans doute une nuit d'orgies et d'ivresse dans la Cité. En y pensant, elle s'en fichait. Elle voulait juste son nid. Pourquoi ne pouvait-elle jamais être tranquille ? Tsss maintenant, elle voulait simplement explorer d'un œil nouveau cet univers désormais hostile. En fait, il l'avait toujours été, hostile. Mais avant, elle avait un refuge proche et des patrouilles non loin. Maintenant, son abri était de l'autre côté de cet eau profonde, et les patrouilles du coin ne lui disaient rien qui vaille.

Malgré son indifférence, elle était toujours aussi attachée à cette Cité, paradoxalement. Elle sentait qu'elle devrait l'ignorer. Mais elle préférait garder cette ancre profondément fixée en elle, même si elle n'a jamais été aussi instable. Elle file l'araignée, elle file à couvert, entre deux cavités rocheuses. Heureusement, son air effrayant, avec ses six -pardon, cinq, puisque l'un de ses yeux lui a été arraché- yeux, ses mandibules buccales, son visage inexpressif, son abdomen d'araignée disproportionné... En fait, on pouvait facilement la prendre pour un démon, surtout de loin. Paraissait qu'elle ressemblait à une Lamia, avec ses pattes atrophiées au niveau de la liaison de son abdomen insectoïde et de son ventre humain. Mouais, si ça pouvait lui sauver la vie, alors tant mieux. Elle resta un moment dans une faille, à goûter l'air salé envoyé par la mer. Et dire qu'avant, elle abhorrait l'eau ! Maintenant, elle y passait la moitié de son temps, sur l'eau. Quelle conversion... Mais il était temps de se poster à un endroit stratégique. Sans un bruit, elle s'avança à découvert. Elle ne semblait avoir aucune arme, à part le bâton attaché dans son dos par un lien qui passait sur son épaule. Elle n'avait pas d'autre affaire, et ne pensait pas avoir besoin d'autre chose. Elle mangeait de petits rongeurs crus, buvait très peu, et pouvait survivre dans la nature sans se poser de question. La solitude ne l'effrayait pas, car elle avait passé son enfance seule. En fait, elle pourrait très bien ne faire que ça.

Mais là, elle avait une mission. Car en plus d'être passeuse, elle était devenue, par la force des choses, ambassadrice auprès de la Forteresse, cet autre refuge sur le continent. Dirigé par Shin, cet îlot de résistance prospérait, et était l'unique alternative viable à l'île. Elle devait pour le moment transmettre quelques informations d'importances ou pas entre les deux bastions. Cela concernait autant la politique -les dirigeants ou les mouvements internes- que l'économie basique -pour d'éventuels échanges de marchandises-. Pourquoi elle ? Sans doute parce qu'entre toutes les carpes, elle était la plus muette. Une tombe parfaite, dans laquelle on pouvait enfouir des secrets vitales. Mourir avec tout ça en elle ne la dérangeait pas. Elle se retrouva donc, en marchant depuis les falaises, non loin de l'entrée de la forteresse, dans les montagnes. Le relief ne lui posait pas de problèmes, mais la visibilité était malheureusement très mauvaise. Déjà qu'elle y voyait moins qu'un être "normal"... Alors que tout semblait se passer normalement, elle se braqua. Elle a senti de la magie démoniaque. En quantité. Elle en cherche la source de ses yeux globuleux. Serait-ce, derrière ce pan de végétation ? Par pur réflexe et par instinct de survie, elle se jeta sur la source des maléfices. Littéralement. Ladite source se trouvait sous son abdomen de fait, et devait sûrement apprécié la vue sur ses pattes atrophiées. De là, elle devait vraiment ressembler à une Lamia ! Qu'à cela ne tienne, d'une voix autoritaire et militaire, elle l'interpela.


" Qui es-tu ? "

_________________________________________________________

Image Originale : Di
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageJeu 22 Avr 2010 - 14:48

[Merci d'avoir déplacé le sujet Sap']

Le soleil se couchait tranquillement et un voile orangé recouvrait la vallée, les pepiements des oiseaux se taisaient peu à peu. Le silence s'installait, les creatures diurnes rentraient se terrer dans leurs terriers et les noctambules ne s'étaient pas encore réveillées. En tendant l'oreille, on pouvait entendre un souffle saccadés. Et en approchant, un bien étrange spectacle se serait dérouler sous nos yeux.

La première chose que l'on aurait aperçu, et d'où provenaient les sons, était une jeune femme. Son physique était agréable à l'oeil, voir même allant dans le domaine du beau, sans être aguicheur pour autant. De longues jambes, une croupe arrondie, des hanches fines, une poitrine avantageuse, un cou de cygne, des lêvres rosées, un petit nez mutin et une paire d'yeux dorés sur lesquels deferlaient toute une cohorte de sentiments en conflits encadrés par des cheveux d'ébène qui descendaient jusque sur ses épaules affichant un contraste avec sa peau pâle que le soleil avait un peu hâlé.

Elle portait un ensemble de voiles lui donnant l'aspect d'une danseuse exotique, un bracelet noir autour du poignet, un collier où étaient accrochées deux alliances, un gant noir ainsi que deux épées courbes rangées dans leurs fourreaux.

Cette personne sur qui brillaient des éclats orangés se livrait à une occupation des plus étranges. Elle roulait et roulait encore sur le sol, dans toutes les directions essayant de souffler en rythme avec sa roulade. Ses côtes présentaient certains bleus là où les poignées des épées avaient constitué un obstacle supplémentaire sur le sol inégal. Les spectateurs implacibles composaient eux mêmes un bien étrange groupuscule.

Sur la droite se tenait un quadrupède, redéfinissant et de loin le mot laideur. Il n'y avait pas grand chose à dire sur lui, plutôt court, il ressemblait à un croisement entre chien et porc épique. Sa tête était plutot allongée mais dépourvue de poils, au dessous de son museau se trouvait une gueule garnie de crocs tranchants. En arrivant à son crâne on trouvait une paire d'yeux verts surmonté de deux oreilles déchirées.

À partir de son cou, des épines longues comme le bras se tenaient dressées en tout sens jusqu'à ses pattes antérieur, son corps reprenait les caracteristiques cannines à ce point.

Il se tenait assis et appreciait l'attention d'une petite main blanche dont les doigts couraient derrière ses oreilles. Cette main était reliée à un fin bras blanc qui s'attachait à une épaule dont la couleur était cachée par une tenue de cuir.

La tenue consistait en une simple tunique et un pantalon de cuir qui descendait sur des petites jambes fines terminant par des bottines.

Le viasage de cette personne était celui d'une enfant, ses lèvres contrastaient avec son teint diaphane au même titre que ses yeux emeraudes. Le tout était encadré d'une mâne ardente qui retombait sur ses fesses.

Campé sur ses épaules comme une echarpe vivante se tenait un petit dragon noir aux yeux d'or.


"Je pense au'on peut s'arrêter pour aujourd'hui Breïna, j'ai vu une cascade où tu pourras te rafraîchir à l'ouest d'ici."

Se tournant vers le canidé.

"Mekoyone teram sahan Fluffie."

Celui-ci se dirigea vers la jeune femme en trottinant.

"Fluffie va t'accompagner, il pourra t'avertir si des démons s'approchent de trop près."

Quand ils se furent éloignés, Energa soupira. Il allait maintenant pratiquer un des rituels les plus épuisant qu'il connaissait. Il se rendit à son sac de voyage et en sortit un bocal complètement noir et opaque. De cette noirceur qui fait froid dans le dos et qui fait manquer un battement de coeur quand on pose ses yeux dessus par inadvertance.

"Groumpf!"

"Oui, oui je sais tu n'aimes pas que je fasse ça, mais on a pas trop le choix Draco!"

Ce n'était pas tellement le contenant que le contenu qui faisaient dresser les cheveux sur la tête. À l'intérieur se trouvait un trésor que beaucoup de sorciers et autres magiciens noires auraient rêvés de posséder. Un morceau de démon. Ou de démonne pour être précis. Il ne savait pas comment mais les sensations que l'influence et le contact de cet artefact lui donnait l'impression de se retrouver face à cette gamine à nouveau.

De plus, les ténèbres qui en émanaient avaient une facheuse tendance à se mélanger à tout ce qui n'était pas magique excepté la lumière créant des... choses qui s'attaquaient à tout ce qui leurs déplaisaient et elles étaient mysanthropes.

Certaines de ces bestioles avaient des formes humanoïdes, et deux revenaient constamment, la premiere était une autre Sappho, plus âgée et plus galbée enfin autant que galber se peut avec de la boue et de l'ombre. Il y avait aussi des traits un peu différents, bref comme une membre de la famille. Sa mère peut être. La deuxième et c'était vraiment quelque chose de très dérangeant, était une réplique parfaite de Lysias, quand il arrivait que la créature parlait donc qu'il avait laissé ce fragment sans attention un très long moment elle utilisait le même humour que lui.

Une autre chose qui était très contrariante était l'état du fragment. Ce fragment était avant toute chose un doigt, mais au lieu d'être desséché, celui-ci gardait toujours son apparence jeune et fraîchement coupée seulement à la place du sang s'écoulait de la base une matière noire , collante et il aurait pu parierqu'elle avait un goût sucré.

Arrivait la partie la moins drôle, avant de retirer le sceau, il devait en créer un plus grand et fait de pure magie, il ne pouvait pas se servir du vent alentour, car celui-ci était teintée de la respiration des autres êtres.

Il s'assit en tailleurs et le dragon sauta par dessus son épaule puis s'éloigna de cinq pieds.

Il ferma les yeux et commença à tirer sur cette force supplémentaire, en règle général il l'étendait et la liait avec l'air autour de lui avant de lui donner des instructions que ce soit dirigé violemment sur un ennemi ou sous terre. Mais ici, il devait créer lui m^me l'air dont il avait besoin, donc lutter contre la barrière qu'il avait rendu éternelle, en lui.
Il tira donc et lntement mais sûrement, s' enveloppa dans une bulle d'air. Puis il ouvrit les yeux et d retira délicatement le sceau. Sans bruit, la noirceur s'écoulait le pot ne désemplissant pas pour autant. L'heure d' experimenter était venue. Il fit les test d'usages sur la durée de création d'un monstre, qu'il écrasa sans pitié.

C'est ce moment que choisit la nuit pour tomber, plutôt vite d'ailleurs. Ce fût sufisant pour le déconcentrer et son sceau aérien s'éparpilla. En un éclair il replaça le sceau sur le bocal, et les ténèbres glissèrent tranquilement au sol.


Citation :
" Qui es-tu ? "

Relevant la tête plutôt vite, il apperçut un énorme abdomen. Ainsi que six pattes, de plus, l'abdomen penchait réellement en avant. Roulant en arrière et hors de portée d'un ecrasement abdominal possible, il releva la tête et détailla la nouvelle venue.

Brune, très grande, elle portait un baton attaché à son dos et une tenue plutôt légère, quand à ses bas, depuis quand une araignée possédait elle des bas? Car ce qu'il avait en face des yeux était un mélange contre nature de femme et d'arachnide.

Ses deux pattes de devant étaient atrophiées, au dessus se trouvait une paire de mandibule à la jonction humaine-araignée, un corps fin mais musclé, des yeux de nuits complète et cinq autres yeux au dessus de la tête, leur disposition assymetrique laissait à penser qu'il manquait quelque chose.

Tout en elle criait Lamia, mais ayant déjà eu affaire à ce genre de créature, et elle ne dégageait pas leur cruauté, de plus, les lamias ressemblaient à des insectes, pas des arachnides, mais peut-^tre faisait-elle partie d'une autre race de démons, dans le doute, il préferait prendre ses précautions.


"Que ferais-tu de mon nom? Il ne te servirait à rien n'est-ce pas, et puis je n'ai pas l'habitude de le donner aux étrangers. Cependant, tu peux m'appeler Kaz' c'est un nom dont j'ai hélas perdu l'usage. Maintenant, j'ai à mon tour une petite question à te poser, es tu avec ou contre les élémentalistes."

Cette question était plutôt directe, et il doutait qu'elle obtienne une réponse, mais dans le doute, il pouvait toujours la poser. Cependant, elle servait deux de ses plans, d'abord, ne faisant pas preuve de finesse, l'araignée le considérera moins comme une menace que pour un casse croûte. Ensuite, ses paroles attiraient l'attenition ailleurs que sur ce qu,il faisait réellement.

Il n'avait besoin que d'une dose minime d'energie pour armer son piège et en l'écoutant, sa potentielle adversaire perdait l'attention necessaire pour la capter. Alors quand il parlait, il avait guidé les particules d'air sous la terre, contrôlée celle aui étaient déjà présentes pour former un coussin d,air de plus en plus gros sous les pieds de l'araignée, en parallèle, il avait déjà créé un autre chemin de vent qui reliait l'araignée à la gueule de son mini dragon, enfin, une épée à deux mains flottait tranquilement à proximité de son sac de voyage.

Pendant qu'il parlait, il s'était aussi détendu, un des secrets de son art et un autre piège, laissant l'impression d'être complètement désarmé, c,était cette conditions qui lui permettait d,atteindre les chemins les plus éloignés dans la voie, et c,était aussi l'état que devait atteindre Iniloth pour aller plus loin.


"Hé! T'es muette ou quoi?"
Revenir en haut Aller en bas
Svada Nir
avatar
Nombre de messages : 95
Âge : 42
Race : Hybride Araignée (Veuve Noire)
Poste : Tuteur Élémentaire
Magie Contrôlée : Terre

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageVen 23 Avr 2010 - 15:20

Elle continua de le fixer de ses yeux globuleux. Quoi qu'il fut, il restait plutôt calme, ce qui était soit un bon point soit une mauvaise nouvelle. Il pouvait être un démon, qui reconnaitrait sans mal l'un des siens. Ou alors, il était un inconscient. Croisant les bras sur son torse et inclinant la tête, et l'observa attentivement. Il était beau. D'une beauté en harmonie avec la nature. Svada savait au moins apprécier cela, même si elle ne s'y intéressait pas. Elle écouta sa réponse, empreinte de méfiance. Il était si difficile de penser que maintenant, même entre élémentalistes, il fallait se montrer suspicieux, élaborer des pièges et tout prévoir. C'était assez triste. C'était la réalité.

Tandis qu'il parlait, elle sentit quelque chose changer dans la terre. C'était son élément après tout. Elle y était liée. Des mouvements sous ses pattes. Elle remarqua aussi le... dragon ? Le petit dragon, à ses côtés. Elle resta muette en observant tout ça. Le temps que la réponse logique vienne. Il voulait être prêt à tout. Prêt à riposter si elle était une ennemie. Elle le comprenait. Mais elle-même ne faisait pas de telles choses. Elle avait confiance, suffisamment pour ne pas être effrayé par lui. Mais l'unique chose qui la dérangeait... c'était cette sensation démoniaque dans l'air. Elle balaya le sol de ses globes noires, et malgré sa vision somme toute, inférieure, elle put apercevoir les traces sombres et luisantes sur la terre. C'était... de la magie de démons.

Sans prêter attention au jeune homme, elle s'approcha des ténèbres, se baissa, et les effleura du bout des doigts. C'était terriblement toxique pour tous les êtres qui n'étaient pas liés aux démons. Mortel. Un poison. Que faisait cette magie ici ? Sans le regarder, elle lui parla tout de même :


" Ce sont des ténèbres pures... Que fait ce venin ici ? ... " Elle se redressa et le regarda, indifférente. " Tu me demandes mon camp, et tu joues avec de la magie démoniaque ? Je n'ai pas à te répondre non plus. "

En tant qu'insecte, ou simplement hybride, Svada était naturellement sensible à cette magie noire. Les poils sensitifs sur ses pattes se hérissèrent, ses pattes atrophiées à la jonction de sa partie humaine et animale remuèrent de mécontentement. L'odeur était répugnante aussi. L'odorat était l'un de ses sens les plus développé, à la différence près qu'elle "sentait" via son nez et sa bouche. Le fait que les araignées n'aient pas d'équivalent de nez, tout simplement, en était la cause. Aussi, en marque dégoût suprême, elle ouvrit sa bouche, et ses mandibules sortirent des cavités de ses joues. Les sortes de crochets très peu venimeux - sauf pour des rongeurs - étaient noirs et luisants. Elle recula en même temps. La concentration de ténèbres était... C'était difficilement supportable à cette distance. Incroyable qu'une pareille quantité se retrouve ici. Sa méfiance envers l'inconnu ne fit que croitre, même si, par commodité, elle rétracta ses mandibules.

Cependant, elle se devait aussi de chercher des élémentalistes perdus. Sa priorité était de faire passer ceux de la Forteresse qui désiraient se rendre sur l'île. Mais elle devait aussi amener les rescapés solitaires dans l'un ou l'autre des refuges, selon sa propre destination. Elle devait au moins chercher à savoir ce qu'il était. Qui, elle s'en moquait. Mais elle avait un devoir. Même si elle appréciait peu les "gens", en général, elle devait quelque chose à la Cité en elle-même, et maintenant aux Refuges. Svada était plus attachée aux lieux qu'aux personnes, c'était ainsi.


" Malgré tout, tu sembles être un élémentaliste. " dit-elle au bout d'un certain silence, pensive. " Je ne vais pas m'attarder, et il est important de savoir entre nous : es-tu prêt à te battre pour retrouver notre Cité ? Désires-tu te venger des monstres qui nous ont tout volés ? ... Je ne te poserais pas cette question deux fois... " Son silence dura alors à peine deux secondes, sans lui laisser le temps de répondre, elle continua avec mince sourire : " A moins que tu ne sois un traitre... "

Les traitres... Ils étaient si nombreux, au final. Les espions avaient rapporté leur noms. L'un d'eux... était un professeur ! c'était difficilement imaginable : Sulimo, l'assistant Aqua. Difficile à avaler pour la Matriarche Ruby. Rien que ça, c'était une catastrophe.

Bien sûr, il n'y avait pas que la Matriarche, qui se battait pour les protéger, les élémentalistes. Le Chef, elfe noir aussi. Même Svada ne connaissait pas son nom, elle ne l'avait jamais vu avant. Dans une Cité aussi grande, ce n'était pas étonnant. Comme lui en face. Jamais vu, peut-être croisé, c'était difficile à dire. Le fait qu'il sache utiliser son pouvoir lui indiquer au moins qu'il avait dû apprendre à le manier un minimum à l'école d'Elament. Aujourd'hui Elament la Sombre. Quand elle pensait aux jeunes gens qui arrivaient, que personne ne croisait, et qui se retrouvaient fait prisonnier sans ménagement... C'était horrible.

Svada retira les mèches sombres de ses cheveux qui tombaient sur son front et ses yeux. Ses cinq yeux... Elle n'avait pas senti ou ressenti grand chose. C'était un œil décoratif, avec lequel elle ne voyait rien. Mais quand elle passait sa main dessus, c'était... étrange. Un vide. Comme lorsque l'on perd une dent, mais qu'on la cherche tout de même avec le bout de sa langue. Rester longtemps immobile était aussi dans sa nature, et elle pouvait être une vraie statue, lorsqu'elle le voulait, mais là, à force de rester stoïque dans la barque, elle aimait se dégourdir un peu à l'extérieur. Aussi, son abdomen et ses pattes se secouèrent presque convulsivement, dans un mouvement peu naturel, comme un grand frisson traversant tout son corps. Elle étira ensuite ses bras, dans un mouvement fatigué. Elle n'avait pas peur de faire ce genre de gestes banals devant des inconnus, elle avait confiance, peut-être trop, en elle-même. Mais ce n'était pas grave, qu'elle pensait. Elle était... nature. Elle ne se cachait pas sous des masques pour paraitre plus ou moins avenante - ce qu'elle n'était pas, de toute façon.

Pff, elle devrait peut-être penser à sa retraite, non ?

_________________________________________________________

Image Originale : Di
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMer 28 Avr 2010 - 23:39

Durant tout ce temps elle l'ignorait, elle baissa les yeux, et les déplaça sur Draco. Deux pièges sur trois de découverts, pas mal, vraiment pas mal. Puis ses globes se posèrent par terre, elle se pencha dessus et tenta d'en approcher, mais fut stoppée dans son mouvement comme bloquée par un mur invisible. Un démon n'était pas particulièrement gêné par les ténèbres. Ça plus sa phrase murmurée finirent par le renseigner sur le camp de la drôle de créature.

'Une elementaliste, et vu sa reaction elle n'est pas avec les démons."

Il laissa retomber l'épée dans un clang sonore.

Citation :
" Tu me demandes mon camp, et tu joues avec de la magie démoniaque ? Je n'ai pas à te répondre non plus. "

Il subit les reprimandes et baissa sa petite tête comme un enfant qui se fait gronder.

Citation :
" Malgré tout, tu sembles être un élémentaliste. "

" Je ne vais pas m'attarder, et il est important de savoir entre nous : es-tu prêt à te battre pour retrouver notre Cité ? Désires-tu te venger des monstres qui nous ont tout volés ? ... Je ne te poserais pas cette question deux fois... "

Energa releva les yeux vers son interlocutrice, avait-il envie de se venger? La vengeance ne servait à rien, si l'on vainquait les démons pour cette seule et unique raison, en quelques sortes, nous ne serions pas meilleurs qu'eux. N'en déplaise à Runvan. D'un autre côté, voulait-il reprendre la cité aux mains des démons? Oui bien sûr qu'il le voulait ne serait-ce que pour reloger les nombreux expatriés, il était évident que les démons ne voudraient pas partager, alors il devrait bien sûr reprendre la ville de force. Il s'apprêtait à lui répondre quand elle osa prononcer les mots de trop avec un sourire en coin.

Les images du combat lui revenait devant les yeux, il avait assuré la défense de la porte pendant que les autres fuyaient ou se rendaient au front. Malheureusement malgrès ce qu'il savait faire, il ne pouvait pas être partout et les habitants tombaient tout autoour de lui dans cette moisson sanglante, sans l'Art, il savait qu'il aurait inventé le berserk des élementalistes, mais il avait contenu sa colère pour emporter le plus de démons possible.

Et elle, cette... cette araignée... elle osait le comparer à... mais elle ignorait, oui elle ignorait.

Prenant une grande inspiration pour calmer ses tremblements, il lui repondit.


"Je n'en parlerai qu'une fois car le souvenir est encore vif dans mon esprit. Je ne sais pas si tu étais présente lorsqu'il fallut protéger la cité, et franchement je m'en fous! Quand les démons ont attaqué, tous ceux qui n'ont pas fui se sont jetés sur les démons ignorant les malades, les blessés et les non-combattants! En quête de gloire ou de victoire ou que sais je encore. J'ai dû les protéger, mais même ça... ça n'a pas suffi! Alors si tu crois que je cautionnerais cette boucherie pour une raison ou une autre, tu te mets le doigt dans l'oeil. Alors pour ta première question, bien sûr que je veux sauver la ville."

Il la devisagea et quelque chose cliqua dans sa tête, maintenant il savait pourquoi Shaloa avait ri.

"Et toi tu es la passeuse qu'on recherche si je ne me trompe pas!"


Dernière édition par Kaze Energa le Lun 10 Mai 2010 - 20:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Svada Nir
avatar
Nombre de messages : 95
Âge : 42
Race : Hybride Araignée (Veuve Noire)
Poste : Tuteur Élémentaire
Magie Contrôlée : Terre

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageJeu 29 Avr 2010 - 19:46

Il ressemblait à un gamin.

S'il y avait bien une seule chose qui pouvait l'attendrir en général, c'était bien les enfants. Etrangement, Svada avait une sorte d'instinct maternel exacerbé. Les bambins, elle trouvait toujours le moyen de les amadouer. Elle aimait jouer avec les petits. Sans doute un reste de sa vie avec ses frères hybrides, dont l'un était plutôt jeune qu'elle. Mais... celui-là n'était pas un gamin. La façon dont il agissait, sa manière de parler, tout indiquait qu'il avait dépassé l'âge de l'enfance innocente. Son sixième sens de "mère" le lui confirmait : elle n'arrivait pas à le cerner. Il était une énigme pour le cerveau assez limité au niveau imagination de notre araignée. Un gamin est un gamin, un adulte... un adulte. Point. Voir des exceptions ne lui faisait pas franchement penser que ça confirmait la règle...

Comment avait-il dit s'appeler ? Kaz ? S'il voulait. Peu importe, aujourd'hui, les noms sont devenus superflus. Les chefs n'ont plus de noms. Les passeurs non plus. Le nom de Svada n'est connu que de ceux qui la dirigent ou ceux qui la connaissaient avant. Sinon, on l'appelle la Passeuse. Comme les autres. Ils ne sont pas nombreux, il y a Wind, la Chef Passeur, premier à avoir montrer la voie... Elle redescendit sur terre. Il semblait que sa dernière pique ne lui ai pas plus. Son discours dramatique ne la fit pas ciller -de toute façon, elle en était bien incapable. Dans ce monde, tout était hostile. Les "enfants" devaient apprendre à se battre. On verrait des horreurs. Des choses qu'on n'imaginait même pas. Svada détestait les démons. Mais sa colère sulfureuse est devenue avec les années, une colère froide. Elle peut attendre. Sa patience est de fer. Sa vengeance se fera sur toute sa vie. Pas besoin de précipiter sa propre mort. Tout ce qu'elle voulait, c'était vivre tranquillement dans un nid sûr, tout en pouvant assouvir son besoin de tuer les infâmes créatures.

Alors, elle resta de marbre, sans pitié. Au mieux, elle inclina vaguement la tête. L'hybride se pencha en avant, alors qu'il venait de la reconnaître comme Passeuse. Elle toucha son front avec son index. Sa voix n'avait pas de ton particulier. Indifférente. Pas froide ou distante. Mais indifférente. Elle laissait la compassion à ceux qui s'y abaissaient. Dans cette nouvelle ère, il n'y avait pas de place pour ça.


" Qu'importe nos actions durant la Perte. Le résultat est le même. " Elle marqua une pause. Oui, la passé était fini. Nos actions ont été faites. Il n'y a pas revenir dessus. Quelque soient nos choix. Elle descendit son doigt jusqu'à sa bouche, lui intimant le silence. " Il n'y a pas à discuter de ce que nous avons pu voir. Enferme ces souvenirs, et garde les pour plus tard. Si tu veux les ressasser, libre à toi... " un mince sourire se dessina sur ses lèvres fines. " Ta volonté semble inébranlable, jeune Kaz. "

Elle recula, posa une main sur sa poitrine, et s'inclina légèrement.

" Je suis la Passeuse. Et si tu le souhaites, je te guiderai dans le Refuge le plus proche. Mon nom importe peu, appelle simplement Passeuse. "

Certes, le Chef avait la manie de l'appeler "l'araignée", mais elle le supportait parce que c'était de sa part. En tant qu'ambassadrice, elle devait délivrer les messages de l'Île à la Forteresse le plus vite possible, et si ça l'amusait de la nommer ainsi... Qu'il le fasse. Mais c'était réservé au Chef. Alors ça, personne n'y échappera. Elle ne sembla pas trop réfléchir avant de décider de la direction à prendre, et commença à avancer dans les bois. Se retournant une dernière fois, elle l'invita à le suivre :

" Ramasse tes affaires ou pas, et suis-moi sans tarder. " Elle rajouta en marmonnant. "Je suis déjà en retard... Il va encore faire une réflexion inutile... "

Se diriger vers la Forteresse. En même temps, elle tentait de ne pas trop penser à la pire éventualité qui soit : se faire attraper par des démons. Mais non. Elle n'y croyait pas trop. Un je-ne-sais-quoi lui prédisait que rien n'arriverait aujourd'hui. De toute façon, elle n'était pas d'humeur à se battre. Point. Et Kaz, qu'il la suive ou non... Bah, ça ferait plaisir au Chef. Et qu'avait-il d'autre en plus, Kaz ? Une autre élémentaliste ? Deux pour le prix d'un... Si c'était pas une chance ça. Elle lui jeta un vague regard intéressant -ou pas- et avança.

***************************

[Quelques heures plus tard] On était à l'entrée de la Forteresse. Svada savait que de nombreuses illusions pavaient encore la route qui menait à la Forteresse en tant que telle. Elle n'en connaissait pas la nature véritable, encore moins l'origine. Elle connaissait le chemin, et c'était tout ce qu'on lui demandait. Il lui fallait à présent guider Kaz et la jeune femme jusqu'au point où elle le remettrait à un autre résistant. Elle-même irait s'occuper de quelques messages privés à remettre avant d'aller voir le Chef pour son rapport. C'était ainsi. Tout était parfaitement calculé. Au moment de se séparer, Svada ne quitta cependant pas ces nouveaux arrivants sans rien dire :

" Bienvenus et bonne chance parmi nous, élémentalistes : vous voilà dans vous nouveau refuge. "

Sur ce, elle alla s'occuper de ses oignons.
Oui parce que son lapin, il fallait bien l'assaisonner avec quelque chose.


Spoiler:
 

_________________________________________________________

Image Originale : Di
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageVen 30 Avr 2010 - 16:22

Spoiler:
 

Elle resta immobile comme une statue. Ah non, elle penchait la tête. Lui qui avait l'habitude de lire les gens (excepté ombre, celui là s'il vous haïssait, vous ne le sauriez pas), il n'arrivait pas à interpréter son comportement. Les insectes avaient ils des sentiments pour commencer. Non pas qu'il se posait la question, parcee que là il était plus occupé à essayer de se calmer et à ne pas étrangler la personne en face de lui.

Citation :
" Qu'importe nos actions durant la Perte. Le résultat est le même. "

Elle avait raison, bien sûr qu'elle avait raison. Il n'était pas du genre à se lancer dans des quêtes insensées pour la gloire. Mais il n'empêche qu'il ressentait une grande tristesse en lui. et de la colère aussi. Mais cette colère n'était pas tellement tournée vers l'araignée, d'accord elle n'avait pas sa langue dans sa poche, mais lui non plus cela dit. Et il n'en voulait même pas aux démons, enfin pas autant qu'il devrait. Non, celui contre qui sa colère était tournée. C'était lui même, pas assez rapide, pas assez fort ou pas assez je ne sais quoi pour les sauver. Mais il travailerait dessus, il s'améliorerait et il y aurait moins de victimes la prochaine fois.

Citation :
" Il n'y a pas à discuter de ce que nous avons pu voir. Enferme ces souvenirs, et garde les pour plus tard. Si tu veux les ressasser, libre à toi... "

Oh il les garderait en tête, les cris étaient gravés dans sa mémoire de toute façon, donc il ne risquerait pas d'oublier, malgrès tout, c'était un mal pour un bien. De son point de défense, il avait pu voir des fragments de ce qu'il se passait en face. Oublier volontairement cette partie reviendrait à une trahison ouverte de la cité, de plus, avec le temps, il pourrait comprendre la strategie militaire des démons.

Son interlocutrice esquissa un sourire, dépourvu de malice celui là.


Citation :
" Ta volonté semble inébranlable, jeune Kaz. "

Puis elle recula d'un pas et s'inclina.

Citation :
" Je suis la Passeuse. Et si tu le souhaites, je te guiderai dans le Refuge le plus proche. Mon nom importe peu, appelle simplement Passeuse. "

Il s'apprêtait à lui parler des autres quand il les aperçut du coin de l'oeil. Breina avait encore les cheveux mouillés, mais au moins elle était habillée.

'Le vent les séchera! Qui a dit qu'appendre l'Art était une partie de plaisir.'

"Nous n'allons pas tarder à être rejoints. Mais sois tranquille, je réponds d'eux comme de moi même."

Draco était déjà en train de traîner l'épée vers le sac, de son côté, Energa s'était transformé en véritable tempête. Il rangeait les toiles, les sacs de couchages, réaligna les pots, et referma son impressionnant sac, puis il attacha dans une série de savants noeuds marins le matériel qui ne rentrait pas. Il avait enfourché son sac et tendu l'autre à Breina quand la passeuse reprit la parole.

Citation :
" Ramasse tes affaires ou pas, et suis-moi sans tarder. "

"Je suis prêt!"

Puis se tournant vers Breina.

"On a enfin trouvé celle qu'on cherchait!"

Un éclair de compréhension passa dans les yeux dorés de son élève et elle prit le sac tendu.

Alors qu'ils avançaient, il l'entendit murmurer.


Citation :
"Je suis déjà en retard... Il va encore faire une réflexion inutile... "

Venait-elle de se plaindre, les insectes avaient peut-être des sentiments. Il réfléchirait plus tard, pour le moment il surveillait Breïna.

Celle-ci sortait quand même d'un entraînement immoral certes, stupide aussi à ses yeux, oh elle n'en disait rien par fierté mais il savait lire, mais surtout épuisant. Et il était quand même un peu tôt pour qu'il pousse le vice afin qu'elle aille bien au delà de ses limites.

Cependant, ça faisait tout de même assez longtemps qu'ils cherchaient leur billet pour la forteresse, et ni elle ni lui ne laisseraient passer cette chance!


***************************

Du cristal, partout du cristal, il n'était encore jamais entré dans cette grotte auparavant, logique quand on voyait la route à suivre. Partout des lueurs bleutées, irisées, chantantes et lumineuses.

Energa était sûr qu'ils touchaient au but, ici, en l'absence de vent, les odeurs restaient. Au loin il pouvait sentir une odeur de caramel, ce qui fit se herisser ses cheveux.


'Ok . Quoi qu'il arrive, ne jamais aller dans ctte direction."

Il pouvait aussi sentir l'odeur deBreina et une qui ressemblait à celle de shaloa avec un petit quelque chose de maléfique, pas démoniaque maléfique. Sur sa droite, il sentait differentes odeurs d'allées mais beaucoup moins de venues.

'Il semble que tout le monde soit déjà venu ici au moins une fois.'

Après quelque virages, l'araignée se tourna à nouveau vers lui.

Citation :
" Bienvenu et bonne chance parmi nous, élémentaliste : te voilà dans ton nouveau refuge. "

Et elle partit de son côté avant qu'il ne puisse dire quoi que ce soit. Pendant ce temps un autre guide s'avançait vers eux.

Energa éclata de son rire cristallin.

Une guerre importante, une guide taciturne, un repaire de démons à côté d'une forteresse et des centaines de pièges sur sa route. Serieusement que pourrait-il arriver de mal.

Breina voulut s'enquerir de ce qui n'allait pas.


"Rien du tout, j'ai juste l'impression que les choses vont devenir interessantes!"

FIN DU TOPIC
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» CATHERINE CAREY ? « Rien n'est plus féroce que le coeur d'une mère. »
» Rien pour écrire à sa mère...
» Rien ne vaut une douce mère, si ce n'est une douce tante. | Cécilie. [Terminé]
» Rien n'égale la soupe au giraumon de ma mère.
» Mary Tudor " Ma mère est morte déchue, de mon côté : je disparaitrai en tant que reine. " [Terminé]