Partagez | .
 

 Ils sont frais mes esclaves! Ils sont frais! (libre a tous)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Armand Sulimo
Nombre de messages : 319
Âge : 29
Race : vampire
Poste : Bras Droit de Sybaris
Magie Contrôlée : eau

Feuille de personnage
Puissance:
870/1000  (870/1000)
MessageLun 5 Avr 2010 - 9:53

Dans le vent froid et mordant venue du nord, bien que tous le monde s'en fichât, une nouvelle aube se levait sur Elament. Ou plutôt un nouveau crépuscule...Tous dépendait du point de vue et de la profondeur de l'abîme de ténèbres dans lequel vous aviez glissé. Volontairement ou non...
Armand Sulimo, jadis tuteur d'élèves à mi temps et tueur de démons à plein temps, avait glissé remarquablement bas lui qui à présent servait le Roi Khisath mais plus particulièrement l'une de ses courtisanes, l'intrigante Sybaris. Succube de son état.
Notre vampire se tenait tranquillement au sommet de l'estrade de bois qui avait été élevé au centre de la place de la Source de Sang, se protégeant des maigres rayons du soleil parvenant à franchir l'épaisse couche nuageuse, à l'aide d'une cape rouge sang brodée d'or et d'on le revers était plus noir que la nuit.
Un pantalon de cuir rouge de même couleur complété de bottes noir constituaient la partie basse de sa tenue, tandis qu'une ample tunique d'un bleue roi maintenue par une ceinture de cuir fin brodée d'argent ainsi que des brassard de métal.
Un plastron et des épaulettes dorée ainsi qu'une épée à son flanc droit finalisaient sa tenue de marchand d'esclave....

La capuche de sa cape était relevé tandis qu'il observait de ses yeux verts émeraudes ses sous fifres achever l'installation. Tous auraient déjà du être achevé depuis une bonne heure, mais le petit personnel n'était plus ce qu'il était...Même chez les démons...
L'estrade était tournée face à la grande place, dos au portes, et une grande tente avait été dressé à chaque extrémité. A l'intérieur était entassé les articles qui feraient l'objet de la vente qui n'allait plus tarder à débuter, dissimuler à la vue de ses futures clients avant que tous ne commence. Un cerbère se trouvait au pied de l'estrade, afin de dissuader quiconque de trop s'approcher, tandis que la douzaine de démons inférieurs aux ordres d'Armand finissait leur travaux.

Armand songea un instant à sa situation matériel, beaucoup plus confortable depuis qu'il avait juré allégeance à Khisath via Sybaris, ainsi qu'à son pouvoir personnel. Certes insignifiant comparé au Haut Roi ou Sybaris, mais d'Armand dépendait l'assujettissement des murs de la Citée, toujours indomptés, ainsi que l'approvisionnement de tous le petit monde démoniaque peuplant la Citée en esclave plaisant et dociles.
Après tous il fallait bien capturer tous ses élémentalistes tant appréciés. Certes certains se jetaient encore dans la gueule du loup en franchissant d'eux même les portes, mais les autres devaient être capturés de façon plus....classiques. Et brutal...

Laissant ses pensés vagabondes, Armand constata que la place se remplissait peux à peux. Une vente d'esclave de grande ampleur plaisait toujours davantage que tous les petits sous fifres d'Armand vendant la petites marchandises à la sauvette. Ici étaient proposé les meilleurs, ou presque. Le fin du fin étant réservé à Sybaris et Khisath. Dans cet ordre mais à l'insu de ce dernier...

Quittant l'estrade, Armand se dirigea vers l'une des tentes, celle où se trouvait ses marchandises, pour s'assurer que tous était en ordre avant le grand show...

_________________________________________________________

Fan number one de Di et Sybaris! Je vous adore!!!!!!


Dernière édition par Armand Sulimo le Lun 5 Avr 2010 - 19:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Janna
avatar
Nombre de messages : 16
Âge : 36
Race : Nymphe Sylphe
Poste : Esclave
Magie Contrôlée : Feu

Feuille de personnage
Puissance:
460/1000  (460/1000)
MessageLun 5 Avr 2010 - 14:07

Spoiler:
 
Janna était debout dans un coin de la tente, attendant bravement la journée qui s'annonçait. A sa gauche, plusieurs esclaves priaient les dieux de les sauver, mais ils avaient depuis longtemps faillis à leur devoir. Asha était fermement accrochée dans son dos et elle essayait depuis une heure déjà de la faire descendre, mais elle refusait obstinément, comme si elle voulait la serrer une dernière fois dans ses bras. Janna avait surtout peur qu'elle déchire sa tunique qui tombait en lambeaux, car elle n'avait aucune envie de se retrouver nue sur une estrade. Tous les esclaves étaient attachés entre eux par de lourdes chaines qu'ils devaient trainer derrière eux toute la journée.

Elle s'était faîte capturée lors de l'invasion des démons, et elle ne comptait plus les jours depuis cette terrible nuit, ni tous les plans de vengeance morbides qu'elle avait imaginé.

Puis arriva le gardien, celui qui l'avait si souvent battue pendant sa captivité. Janna n'était pas très soumise comme esclave, mais elle n'avait jamais essayé de s'enfuir, à cause de la pierre entre ses omoplates qui leur aurait permis de la retrouver sans problèmes. Ses ailes se mirent à vibrer de colère. Elle savait que comme tous les jours, lorsqu'il arrivait le moment d'entrer en scène n'était plus très loin. Asha se serra encore plus contre elle jusq'à l'étouffer.

- Asha, laisse moi respirer, je t'ai promis de ne rien te laisser arriver, tu te souviens ?
- Mais si il t'arrivait quelque chose, à toi ? répondit-elle.


Elle n'avait pas tord. Il était plus probable qu'elle se fasse acheter elle même, car elle était plus grande et plus belle, d'une certaine manière. C'était donc elle qui risquait le plus de partir... Malgré les chaines qui diminuaient sa liberté de mouvements, elle parvint à se retourner et à serrer le petit corps de la fille dans ses bras et à l'embrasser dans le cou.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMar 6 Avr 2010 - 12:34

Les rayons de l’astre solaire n’étaient pas au goût du cavalier et de sa monture, comme souvent pour ceux de leur race, l’obscurité était un linceul bien plus confortable, agréable, dans lequel ils étaient faits pour vivre. Mais quoi qu'il en soit, il convenait de sortir, de s'occuper de cette mission facile, un jeu d'enfant.

Les sabots cloutés, aux pointes encore rougies d’avoir été plongées dans le sang, claquaient sur les pavés des rues de la Cité. Quitter les Enfers avait été une bonne chose sur un point : avec le ciel uniquement au dessus de leur tête, il n’y avait pas de raison de se méfier des plafonds trop bas. C’était un avantage certain pour ces deux corps habitués à être constamment en contact.

Le cheval sombre avançait au pas, sans se presser outre mesure, et son cavalier suivait le rythme de ses mouvements, d’une stabilité impeccable malgré l’absence de selle. Son visage était dissimulé dans l’ombre de sa capuche, comme souvent, et les démons qu’ils croisaient s’écartaient sur leur passage, tentant parfois d’apercevoir une mèche argentée qui se serait échappée de l’obscurité.

Poslan n’était pas le plus puissant des Chevaliers Démoniaques, il n’en était pas moins autant respecté que les autres. Aux ordres du Haut-Roi et de son Trône infernal, il était le Messager, porteur de bonnes nouvelles, comme de mauvaises, voir de condamnations. Le voir déambuler ainsi dans les rues n’était pas vain : il devait certainement avoir une mission, pour avancer avec tant de constance.

Au bout de quelques minutes, la monture et le cavalier arrivèrent sur la place, juste devant eux se tenaient une estrade. Le cheval ignora les démons mineurs qui grouillaient dans les parages, fixant son regard sur le cerbère, qui grondait à son approche. L’instinct animal… Sans se soucier de ces menaces, l’équipage approcha encore, jusqu’à se planter à droite de la scène, proche, mais excentré, présent, mais pas trop en avant.

S’il était en avance, alors il n’aurait qu’à patienter. Il aurait aimé traiter directement avec le Marchand d’Esclave, mais celui-ci n’était pas en vue. Peut être était il dans une des tentes derrière ?... Bah, son maître ne serait pas pressé au point de ne pouvoir souffrir quelques minutes d’attente. Poslan se tint donc immobile, statue équestre sombre attentive à tout ce qui se passait autour de lui.


Dernière édition par Poslan le Mer 7 Avr 2010 - 9:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Janna
avatar
Nombre de messages : 16
Âge : 36
Race : Nymphe Sylphe
Poste : Esclave
Magie Contrôlée : Feu

Feuille de personnage
Puissance:
460/1000  (460/1000)
MessageMar 6 Avr 2010 - 18:00

Janna entendit des bruits de sabots. Encore un démon. La vente n'allait pas tarder à commencer. Les esclaves se serrèrent les uns contre les autres, car aucun d'entre eux ne voulait se faire acheter. Asha se remis à se serrer contre elle.
- Janna, j'ai peur. dit elle en tremblant.
Janna se retourna et s'agenouilla pour être à sa hauteur.

- Asha, si je dois partir un jour... Asha éclata en sanglots et elle dût la retenir par les épaules pour qu'elle ne se jette pas dans ses bras. Elle n'avait jamais abordé ce sujet avec elle, car elle savait que ça lui aurait causé beaucoup de peine, après tout, elle était la seule personne qui était resté avec elle.
- Si un jour je devais partir, je ne veux pas que tu perdes espoir de revoir un jour la plaine derrière les murailles, et que si tu fais acheter, que tu t'enfuis très, très loin. Trouve quelqu'un qui saura enlever cette pierre et après, oublie tout. Sauve ceux qui n'ont pas la force de combattre et cache les dans un endroit très, très loin. Promet le moi, Asha.
Asha secoua négativement la tête et se jeta dans ses bras. Janna soupira et se releva. Elle alla se placer dans un coin et entama la première phase de son plan.

Elle fit chauffer ses mains jusqu'à ce qu'elles soient brulantes et les posa sur les chaines qui lui retenaient les poignets. L'un des maillons fondit légèrement, mais il faudrait encore du temps pour l'enlever. Elle voulait sortir de la ville et chercher de l'aide, elle ne savait pas comment, mais elle y arriverais. Elle ne savait pas non plus comment elle ferait pour sortir de la ville, c'est pour cela qu'elle avait fait ses adieux à Asha.

_________________________________________________________

"Tout esclave à en ses mains le pouvoir de briser ses chaines"
Revenir en haut Aller en bas
Armand Sulimo
Nombre de messages : 319
Âge : 29
Race : vampire
Poste : Bras Droit de Sybaris
Magie Contrôlée : eau

Feuille de personnage
Puissance:
870/1000  (870/1000)
MessageMar 6 Avr 2010 - 20:06

Armand avait quitté l'estrade avant l'arrivé du chevalier Dreewor, aussi ne le vit il pas. Toutefois le remues ménage causé par son arrivé ne manqua pas d'attirer l'attention du vampire.
S'adressant à l'un de ses sous fifres, un Chiropterans mâle doté d'un fouet pour mater les récalcitrants, Armand fit tous mettre en place:


"-Allons il n'est que temps. Trouve moi un lot pour donner un coup de fouet à mon affaire!
-Bien maître, je...
-Non attend!"

Le regard de Sulimo se fit vide alors qu'il tendait l'oreille. Le Chiropterans recula avec une lueur de peur sur le visage alors qu'il redoutait justement ce type de revirement chez son maître. Armand n'avais pas l'habitude de maltraiter son personnel outre mesure, mais ses sautes d'humeurs étaient connus du petit personnel...
Lentement, Armand s'avança près de la grille, entendant un sanglot. Un sanglot d'enfant...
Un rictus mauvais se dessina sur ses traits alors qu'une idée particulièrement démoniaque germait dans son esprit calculateur:


"-Ouvre la grille..."

La voie du vampire était vide d'intonation et son corps ne bougeait pas d'un iota. Le démon s'exécuta mais du se tortiller pour atteindre le mécanisme devant lequel se tenait Armand.
Sitôt la grille ouverte, Armand pénétra dans la cage au grand désarroi de ses "pensionnaires" et se dirigea lentement vers le fond, guidé par son ouïe.
Le visage du vampire s'éclaira d'une fausse tristesse lorsqu'il découvris la source des sanglots. Une petite fille pleurait doucement dans les bras d'une Nymphe aîlé qui tentait de la réconforter ainsi que de briser ses chaîne....


"-Tiens tiens, mais qu'avons nous là?"

La voie d'Armand était un murmure, mais parfaitement perceptible. Ses yeux et son visage étaient dissimulés sous sa cape mais en partis visibles.

"-Viens ici! Prend la plus grande et suis moi! Quand à toi petite, nous allons voir si tu vaut ton poids en or, ou en sang! Hahahahahaha!

Armand riait d'un rire nerveux lorsqu'il empoigna sans ménagement le bras de la plus petite et qu'il la tira à l'extérieur de la cage. Derrière lui le Chiropterans s'empara de la même façon de la Nymphe.
Un petit groupe de sous fifres se forma à l'extérieur, réceptionnant les deux jeunes filles:


"-Envoyez les moi à mon ordre!"

Puis tous commença, enfin.
Sortant sur l'estrade, toujours encapuchonné, Armand balaya la foule démoniaque du regard, remarquant au passage le chevalier démoniaque au premier rang, avant d'entamer les choses sérieuses:


"-Démons! Conquérants d'Elament! Une fois de plus je viens vous apporter, moyennant quelques espèces sonnantes et trébuchantes, votre livre de chair!"

La foule rugi son approbation, forcément, puis le calme revint aussi vite qu'il était partis. Poursuivant son petit sketch, il fallait bien accrocher les acheteurs, Armand fit signe à ses sbires de lui amener la plus petite:

"-Aujourd'hui j'en appelle à votre clémence, à votre indulgence!"

Nouveau rugissement, cette fois un peux plus outré tous de même. Clémence et indulgence ne faisaient pas vraiment partis du vocabulaire de la nouvelle classe moyenne...

"-Oui vous avez bien entendue! Mes lots d'aujourd'hui seront envoyés en sacrifice au Murs de cette Citée! A moins que...A moins que l'un d'entre vous ne leur épargne une mort atroce, pour ce que vous savez faire de mieux en retour!"

Armand rugis presque en écho de la foule avant de faire venir la petite fille à ses côtés, le démon mineure l'ayant pratiquement trainé là faisant demi tour aussi vite:

"-Voici une petite bien triste...La laisserez vous se faire sacrifiez pour nous? Ou se trouve-t-il dans cette foule un être au coeur suffisamment malveillant pour proposer mieux qu'un sacrifice rituel? Mise à prix initial de 1 pièce d'or! Démons soyez sans pitié!"

Et la mise à pris commença, sous les yeux horrifié de la petite Asha tandis que le Chiropterans maintenait fermement et sans douceur Janna dans une étreinte qui n'avait rien d'amical...

_________________________________________________________

Fan number one de Di et Sybaris! Je vous adore!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Janna
avatar
Nombre de messages : 16
Âge : 36
Race : Nymphe Sylphe
Poste : Esclave
Magie Contrôlée : Feu

Feuille de personnage
Puissance:
460/1000  (460/1000)
MessageMer 7 Avr 2010 - 15:08

Ce n'est pas d'être enlevée qui outragea Janna, mais le fait qu'Asha venait avec elle. Lorsqu'ils l'emmenèrent sur la scène, elle comprit qu'Asha risquait gros. Elle se débattit dans les bras du Chiropterans en hurlant.

- Lâchez moi ! Laissez la tranquille !

Elle se débattit encore et encore, mais le Chiropterans ne relâcha pas son étreinte. Alors elle tenta le tout pour le tout. Elle fit sortir des flammes de ses mains et brûla les poignets du démons. Sans qu'il s'en aperçoive, il avait déjà les poignets carbonisés. Elle se retourna, en emportant les mains du monstre avec elle. Elle arracha les mains de ses avant-bras, ne se préoccupant pas du sang qui en gicla.

Sa tunique déchirée était presque détruite. Elle n'était plus retenue que par la chute des reins et une épaule. Un peu plus et elle se retrouvait nue.

Elle fit quelques pas et tendit les bras. De violentes flammes s'en échappèrent et désintégrèrent plusieurs démons qui étaient devant l'estrade. Ses yeux s'étaient illuminés de l'intérieur. Elle ne pensait qu'à sa colère. De nouvelles flammes, quelques autres démons, puis elle s'effondra, inconsiente.

_________________________________________________________

"Tout esclave à en ses mains le pouvoir de briser ses chaines"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageVen 9 Avr 2010 - 14:15

[Remarque du staff : Attention aux ordres de passage. Ca ne posait présentement pas de soucis, Poslan n'avait pas grand chose à dire, mais pour les prochains topics... Sinon, pour information parceque pour moi c'était pas certain, les pierres des esclaves impactent les pouvoirs élémentaires, les réduisant un tout petit peu. Je précise tant que j'y suis.]

Les badaux et les démons à la recherche d'un esclave se rassemblaient sur la place, attendant le début du spectacle. Pendant ce temps, Poslan se tenait en retrait, n'écoutant pas les potentielles paroles qu'on lui adressait, ou tout du moins son attitude donnait l'impression qu'il n'écoutait pas. La tête du cheval oscillait doucement à droite et à gauche, observant les alentours dans son besoin constant de contrôler les évènements, tandis que le regard du cavalier était rivé sur la scène. Et sur le Marchand d'esclaves qui se décidait enfin à apparaître.

Il jouait bien son rôle. La foule réagissait à ses paroles, même si ça n'était pas foncièrement très difficile d'exciter cette bande de démons. Le cavalier remonta un peu la tête, pour détailler les lots proposés, mais la repencha alors qu'Armand mettait la plus jeune aux enchères. Peuh, elle ne convenait pas à ses attentes. Bien trop fragile. La seconde, par contre, qui restait en retrait, vallait peut être quelquechose. Encore faudrait il qu'elle soit du bon élément...

Le hasard faisait bien les choses. Voilà que la petite chose leur offrait une démonstration de ses talents. En tant que Drewoor d'un bon âge, Poslan n'était pas si sensible au feu que d'autres, nettement moins en tout cas que les quelques malchanceux non loin de lui, qui s'embrasèrent rapidement. La foule s'écarta sans vraiment se disperser : qu'importe les sang et les morts, même dans leur camp. On aimait les distractions chez les démons! Le cavalier et sa monture ne bougèrent même pas, les quatre sabots campés à la même place. Le sang, les cendres, c'était une rébellion pleine de panache, mais qui se termina en pétard mouillé, la jeune élémentaire s'écroula au sol.

Poslan l'observa mieux, de ses deux regards. Son maître serait certainement ravi d'avoir une jolie petite chose comme ça à malmener. Des ailes fragiles, de longs cheveux... Une recrue de choix, du bon élément. Le cavalier regarda alors Armand, et le Drewoor s'approcha de l'estrade. Il voulait lui parler. Une vente directe, plus qu'une enchère, pour le Haut-roi, ça n'était pas une demande si saugrenue, non? Que le Marchand d'esclave s'approche et ils pourraient convenir tout de suite d'un prix.

Quelques démons de rang raisonnable qui avaient envisagé eux aussi d'acheter l'Igni le laissèrent passer en marmonnant : ils étaient peu nombreux à pouvoir rivaliser avec la fortune du Trône. C'était une vente gagnée d'avance.
Revenir en haut Aller en bas
Armand Sulimo
Nombre de messages : 319
Âge : 29
Race : vampire
Poste : Bras Droit de Sybaris
Magie Contrôlée : eau

Feuille de personnage
Puissance:
870/1000  (870/1000)
MessageVen 9 Avr 2010 - 14:57

Le début d'un petit chaos commença à se former sur l'estrade et le devant de celle ci alors que la jeune élémentaliste, dans une veine tentative, transformait quelques démons en brochettes grillé. L'un des serviteurs d'Armand en fit même les frais.
Dans le monde normal, là où ne regardait pas son prochain en se demandant comment il se comporterait au bout d'un fouet ou le gout que pouvait avoir sa chair, une t'elle incartade aurait causée des pertes conséquentes au commerçant victime. Mais ici, le commerçant était le juge, la foule le bourreau et les "marchandises" le coupable désigné d'office. Dure la vie...

Ainsi toute cette agitation était excellente, car en un instant la place connue un pic d'affluence démoniaque. Toutefois Armand n'allais pas laisser ses marchandises fairent leur loie...
Deux de ses sbires apparurent d'un signe de tête de leur Maître et s'emparèrent de la jeune Igni. Se frottant les mains, Armand se dis que la Pierre avait tous juste suffi à contenir le pouvoir de celle ci ce qui augurait un potentiel fort intéressant...Dans le même temps, il s'adressa à la foule histoire de ne pas lui laisser le temps de reprendre ses esprits. Plus un client était déstabilisé plus il était susceptible de dépenser son argent...


"-Mes amis je vous avait promis de la qualité...et bien la voici! Malgré sa pierre cette jeune femme a fait preuve de courage! D'autres vous seront proposé car il me semble qu'elle connaitra l'un des honneurs suprême de notre Citée!"

Car Armand avait bien vus le Dreewor s'approcher ostensiblement de l'estrade, signifiant son intérêt, et avait bien compris de qui il s'agissait. Mais surtout a qui allait l'allégeance de celui ci...
S'approchant lui aussi du bord de l'estrade, Armand fit signe à ses larbins d'amener la jeune Igni tandis qu'il chuchotait à l'adresse du Dreewor:


"-Pour le Trône point d'entourloupe ou de vulgaire mise a prix. Deux pièce d'or ainsi que mes respects à notre Maître. J'ajouterais que toute commande de sa part sera exécutée avec la plus grande diligence..."

Armand savait, plutôt espérait, que son prix n'avait rien d'exorbitant ou d'irrévérencieux. Mais il était en revanche sur et certains que l'achat d'un seule esclave par le Trône lui ferait encore davantage de publicité que la petite démonstration de la jeune Igni.
Pendant ce temps, l'un de sbires du vampire avait jugé bon de laisser la petite dans la tente suivante. Là elle fut laissée en attente d'être menée au Mur afin d'y être sacrifiée...

Sitôt la vente du Trône achevée, le Vampire se redressa de toute sa splendeur et s'adressa à la foule
:

"-Notre Glorieux Souverain me fait l'honneur d'acquérir cette jeune élémentaliste! Puisse-t-elle le satisfaire! A présent, voici de quoi vous satisfaire vous!"

Sur un nouveau signe du Vampire six esclaves furent amenés sur l'estrade. Armand patienta un instant pour que la foule démoniaque se fasse une idée avant de lui laisser faire monter les enchères...

_________________________________________________________

Fan number one de Di et Sybaris! Je vous adore!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageVen 9 Avr 2010 - 16:03

[HRP : Avec l'accord de Janna, je passe son tour. Janna, pour la suite, je te propose de poster (donc de te réveiller) alors qu'on arrive dans les appartements de Khisath. Ou juste devant. Comme ça je pourrais jouer ma sortie Smile]

L'avantage avec les démons, c'était que ça n'allait pas se laisser décontenancer par quelques petites morts. La foule avait grossi avec le tapage fumant de la nymphe, et Poslan-cheval commençait à jeter des regards mauvais à ceux qui s'approchaient de trop près. Le contact avec la populace, très peu pour lui, il n'était pas spécialement sociable et préférait qu'on continue à ne pas l'oublier. Frappant de l'antérieur sur les pavés, il dissuadait les plus idiots de venir à moins d'un mètre. Au moins la discussion à voix basse ne serait entendue de personne d'autre.

Car pendant ce temps, le cavalier réglait les affaires d'argent.

Le vampire avait daigné s'approcher de lui, pendant que ses employés s'occupaient de l'esclave, et il lui donna son prix. Deux pièces d'or. Pour toute la pub que la nymphe s'était elle même faite, c'était un prix somme toute correct. Pas à la portée de toutes les bourses, mais bon... Ca restait logique. Et puis les caisses du Trône étaient loin d'être vides! La main droite de Poslan s'engouffra sous sa cape et en ressortit avec le montant. Les deux pièces dorées glissèrent sur la scène, vers les pieds d'Armand.

Sans avoir prononcé un mot, Poslan s'éloigna du Marchand, le laissant de redresser et parler à la populace "du glorieux souverain" sans s'émouvoir. Bah, après tout, c'était le jeu, le commerçant avait le droit de se vanter de cette transaction. Qu'il se gausse, si la marchandise était décevante, le retour de bâton serait de toute façon aussi sec.

Le Drewoor se dirigea vers les sbires qui maintenaient encore Janna debout, et le cavalier tendit la main vers eux, les invitant à lui remettre l'esclave. Certes, il était bien haut perché sur son corps animal, mais la nymphe ne pesait vraiment pas lourd. Elle finit, toujours évanouie et toujours les poings entravés, posée devant le cavalier. Ses bras et ses jambes de chaque côté du corps du cheval pendaient vers le sol. Oui, ça faisait assez... Sac à pommes de terre, mais qu'importe! Si elle se reveillait, elle serait facile à maîtriser, pourrait difficilement s'échapper. Elle aurait peut être froid par contre : ça n'était pas vraiment les habits qui l'étouffaient et Poslan était glacé de nature. Le Chaos impose toujours ses lois...
Revenir en haut Aller en bas
Armand Sulimo
Nombre de messages : 319
Âge : 29
Race : vampire
Poste : Bras Droit de Sybaris
Magie Contrôlée : eau

Feuille de personnage
Puissance:
870/1000  (870/1000)
MessageMer 21 Avr 2010 - 9:26

[hrp: je poursuis ce rp, si d'autres veulent encore y participer, bienvenue!]

Très satisfait de sa vente, ainsi que de du coup de fouet qu'elle insufflait aux affaires, Armand continua à proposer de la tendre et fraiche chère d'élémentaliste aux démons assemblés:


"-Redoutés et redoutables conquérants d'Elament! Voici pour vous six des plus beaux élémentalistes capturés à nos portes il y a trois jours! Parfaitement dociles, ils répondront aux moindres de vos désirs! Terreur et gémissements garantis!"

Sur l'estrade s'alignaient quatre jeunes hommes vigoureux, portant uniquement des pantalons en lambeaux, ainsi que deux jeunes femmes. Ses dernières étant légèrement plus vêtue. Non par soucis de pudeur, Armand s'en fichait comme de sa première victime, mais pour exciter l'envie des démons qui ne pouvaient que fantasmer sur ce qu'ils ne voyaient pas...
Des chaînes entravaient leur mouvement tandis que les pierres dans leur dos entravaient leur pouvoirs. Simple et pratique.


"-Mise à prix initial de vingt pièces d'argent l'unité! Démons, j'attend vos propositions!"

Et un jolie tumulte commença au pied de l'estrade tandis qu'Armand arborait un sourire ravis. Le vent froid continuait de souffler sur la ville, faisant trembler les malheureux esclaves autant de froid que de peur ce qui ravissait l'assistance.
Dans la tente où leur compagnons d'infortune attendaient, la panique allait et venait à mesure que les démons faisaient plus ou moins de raffuts au dehors.
De temps à autres, un démons entreprenant tentait de passer dans la tente voir la marchandise en priorité, mais ce faisait bien vite éconduire par les sous fifres d'Armand. Parfois on en venait aux mains, parfois juste aux grognements. Cela faisait partis du jeu mais le vampire surveillait cela du coin de l'oeil.
D'autres tentaient leur chance en voulant grimper sur l'estrade mais le cerbère lui avait trois paires d'yeux et intervenait systématiquement.
Cette achat était décidément une bonne chose car ceux, comme le Dreewor, qui osait passer outre le cerbère avaient en général suffisamment de pouvoir pour se le permettre. Les autres? A la niche...
Les affaires tournaient...

_________________________________________________________

Fan number one de Di et Sybaris! Je vous adore!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Sappho
avatar
Nombre de messages : 624
Âge : 23
Race : Mi-succube, mi-race-disparue
Poste : Souveraine des Enfers
Magie Contrôlée : Ténèbres

Feuille de personnage
Puissance:
746/1000  (746/1000)
MessageLun 26 Avr 2010 - 20:43

Guérie. Physiquement du moins.

C'était ainsi qu'elle apparaissait. Ses blessures superficielles avaient disparu assez vite. Seules restaient des griffures et des coupures plus profondes. Ainsi que la plaie ouverte de son bas-ventre. Elle avait été obligée de la recouvrir d'un bandage, pour qu'elle commence à se refermer. Mais ça mettrait du temps avant de cicatriser au moins un peu. Sans doute qu'elle aurait toujours une marque à cet endroit. Et c'était tant mieux. Elle voulait se souvenir de cette douleur et de cette souffrance. Ses souvenirs de cette nuit durant laquelle Lysias partit pour l'extérieur devaient rester gravés dans sa mémoire. Que ce soit par la souffrance, là n'était pas la question.

Elle pouvait marcher sans trop de difficultés, même si certains gestes lui arrachaient une grimace par moment. Le tout était de ne pas paraitre trop mal en point ici bas. Portant des habits simples pouvant dissimuler son ventre - pour une fois -, elle avait décidé qu'aujourd'hui, elle irait se chercher son esclave personnel. Lysias était parti, il faudrait s'y faire. Il lui manquait bien sûr, et elle l'aimait au final. Elle voulait le retrouver. Mais elle voulait aussi qu'il vive. C'était plus ou moins incompatible pour le moment, alors elle lui laisserait le temps de devenir un élémentaliste, un vrai. Même si c'était contraire à son serment de Général. Même si c'était encore et toujours de la trahison. Après tout, lui aussi l'avait sauvée. Deux fois même. Ils étaient quittes, ils pourraient ne plus se revoir... Mais il avait fallu qu'ils veulent que l'autre vive encore. Qu'ils veulent se revoir, se toucher, se parler. Il avait ouvert son cœur de ténèbres.

Mais à présent, il lui fallait son esclave, pour des raisons évidentes : c'était une obligation pour les démons d'un certain rang, d'avoir leur propre chose à eux, qui les suit et fait ce qu'on lui dit. Son serviteur non démoniaque. Le meilleur endroit pour ceci était le marché de la Source de Sang. On racontait que c'était un traitre qui s'occupait des affaires... Quelle ironie. Marchant d'un pas assurée, accompagnée par deux incubes de sa cour, qui la flattaient et la distrayaient, elle arriva jusqu'à la place encombrée par les démons mineurs et quelques majeurs. Elle avait en outre croisé sur le chemin un Chevalier, Poslan le Drewoor, au service du Roi. Il portait une esclave avec lui... Une commande de Khisath ? Bah, c'était pas ses affaires au final. Elle avançait tranquillement vers l'estrade, ses sous fifres lui faisant la place. Elle était tout de même Général de la Deuxième cour, Seladeg. Les démons la laissaient passer sans discuter. On connaissait en général de Sappho sa manière impitoyable de gérer les dissensions.

Le cerbère qui montait la garde ne l'effrayait pas. Elle s'avança, sans regarder le chien tricéphale, et observer les esclaves exposés. Sappho avait une plus ou moins bonne idée de ce qu'elle cherchait. Pas un homme en tout cas. Une jeune fille, c'était plus simple à contrôler. Si ça pouvait ne pas être une Aera, ce serait mieux. Elle chercha des yeux ce qui serait parfois. Puis en plus, si ça pouvait être utile. Genre, un parasol. C'est bien aussi, pour se reposer. Mais il ne fallait pas rêver, les personnes qui se transformaient en arbre, c'est aussi rare que les effrits vulcains. Les incubes qui l'accompagnaient étaient en retrait, ils ne voulaient pas s'approcher de l'animal. Mais la succube l'ignore, et ne fait que regarder de plus près, au premier rang, scrutatrice. Elle observe, et ne crie pas avec les autres. Elle cherche, elle attend que celle qui sera son esclave vienne. Elle est sûre qu'elle saura reconnaitre l'objet idéal pour elle. L'instinct féminin, bien sûr.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageVen 30 Avr 2010 - 15:48

Ba avait affreusement mal à ses poignées attachés. Sa douleur était intensifiée par sa faim : le Soleil ici était rare, et sa peau était plus blanche que jamais. Elle était dans une tente avec les autres esclaves, et beaucoups tremblaient et pleuraient. Ba, elle, était attachée à un jeune homme qu'elle venait tout juste de rencontrer, au regard sympathique. Ils s'étaient salués, mais ne s'étaient plus rien dire après. Ils observaient tous les deux les autres prisonniers, qui tous essayaient de retarder leurs morts en s'éloignant de l'entrée. Eux, cependant, étaient les premiers, et n'avaient pas cherchaient à se cacher. Même si le cerisier avait peur, elle trouvait cela bien inutile. Dehors, on pouvait entendre le bruit des travaux, sûrement pour préparer la vente.

Certains restaient silencieux, d'autres essayaient de se consoler, c'était un spectacle vraiment triste. Ba regardait les esclaves un à un, et dans le tas, il y avait même une petite fille blottie dans les bras d'une autre avec des ailes. Ba aurait tant voulu consoler la petite fille en lui montrant ses belles fleurs, mais il fallait se rendre à l'évidence, de simples fleurs ne pourront pas soigner une telle douleur; et cela peinait à un plus haut point la plantimorphe. Qu'allait-il arriver d'eux ?

"C'est vraiment horrible..."

Ba fut un peu surprise. Elle détourna le regard, et regarda derrière elle : le jeune homme lui avait parlé, tout en regardant les deux jeunes filles. Le cerisier porta aussi son regard sur eux. Exactement, c'était horrible. Pourquoi les démons avaient-ils besoin de faire cela ? Qu'avaient-ils de plus, à engendrer tant de Tristesse ? Oui, c'était horrible.

"Je m'appelle Eritrân, je suis un Elnihïns des forêts, et toi ?"
"Ah... Heu... Je suis née en tant que cerisier, mais j'ai appris plus tard que j'étais une plantimorphe. Je m'appelle Ba."

Au moins, maintenant, ils se connaissaient. Ba était plus à l'aise, en compagnie de ce garçon à la peau mâte. Un Elnihïns des forêts, la plantimorphe ne savait pas ce que c'était. Elle avait, auparavant, déjà entendu ce nom de race, mais n'en savait pas plus. Ba avait tellement de choses à apprendre, mais peut-être n'en aura-t-elle jamais l'occasion ? Si seulement elle n'avait pas traîné pour venir ici, peut-être aurait-elle eu le temps d'apprendre son élément, et s'enfuir avec les élamentiens lors de la prise de la Cité ? En tout cas, Eritrân, lui, faisait de gros yeux.

"Une plantimorphe ? C'est la première fois que j'en vois un ! Alors, tu es née en tant qu'arbre ? Ca devait te faire bizzare, en humaine, nan ?"
"Heu, oui, beaucoups. J'ai appris à vivre avec des Humains, et je suis arrivée ici après que notre bâteau ait coulé. Mais comprendre les sentiments des humains est vraiment difficile, et on me dit souvent que je n'ai pas de pudeur, par exemple." Ba souria. "J'ai de très belles fleurs, aussi."

Les cheveux de Ba s'ornèrent de fleurs blanches légèrement fânées. Cette vision lui rappella sa faim qui la tirallait, et tous les deux continuèrent à parler principalement de Ba, sa nouvelle rencontre semblant totalement fascinée par sa race. Malheureusement, le silence s'installit lorsqu'Eritrân dit qu'il fut heureux de rencontrer un plantimorphe au moins une fois dans sa vie. Leurs situations les rattrapaient bien vite, et bien qu'ils essayaient d'oublier un peu cette vente, elle serait inévitable.

Le temps passa, lentement, jusqu'à ce que le bruit dehors prenne fin, et que la foule commençait à arriver. L'heure approchait. Et, bientôt, un homme aux cheveux noirs vint dans la tête, suivis d'un démon dont Ba ne connaissait pas le nom. Il faisait aucuns doutes que, l'homme n'était pas un démon, mais un élémentaliste, et cela perturbait au plus au point la plantimorphe. Elle ne comprenait pas, en fait. Et Eritrân remarqua qu'elle le regardait bizzarement.

"Tu n'es pas au courante ?" Lui chuchota-t-il.

Ba fit un mouvement de la tête pour dire non, tout en regardant l'élémentaliste, curieuse de savoir son élément. Celui-ci se dirigeait vers la petite fille attachée à ce qu'elle pensait être un ange. Ce furent les premières à partir, et les bruits dehors s'étaient vraiment intensifiés. Oui, Ba avait vraiment très peur. Mais son compagnon avait deviné son trouble face à tout ceci, et il lui expliqua plus clairement ce qui arrivait à Elament. Le cerisier le trouvait assez bavard, mais peut-être cherchait-il juste un moyen de passer le temps ?

Il y eut beaucoups d'agitation dehors, vraiment, et Ba commençait à redouter encore plus le moment de sa vente, surtout qu'elle venait de se faire un nouvel ami (qui, part ailleurs, était un Terra). L'homme revint, mais prit 6 autres personnes, qui, comme elle l'entendait, avaient été mis à prix de départ 20 pièces d'argents. Puis, lorsque des bruits de pas se firent entendre, comme il y a quelques instants, les deux se taisent, et le coeur de Ba accélére, sous la panique. Etait-ce son tour ?


Dernière édition par Ba le Mar 4 Mai 2010 - 13:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Armand Sulimo
Nombre de messages : 319
Âge : 29
Race : vampire
Poste : Bras Droit de Sybaris
Magie Contrôlée : eau

Feuille de personnage
Puissance:
870/1000  (870/1000)
MessageDim 2 Mai 2010 - 8:54

La vente se poursuivait, infamante et cruelle. Les deux jeunes femmes avaient déjà trouvé, à leur grand désarroi, un nouveaux maître chacune tandis que la bourse d'Armand trouvait quand à elle de nouvelle pièce d'argent.
La plus belle des deux était "partis" pour trente deux pièce d'argent. La seconde, moins avantagée par mère nature mais plus tremblante, était "partis" pour cinquante pièce d'argent! Allez savoir pourquoi...Chacun ses raisons, et Armand avait entendus que certains démons étaient capable de se nourrir de la peur qu'ils inspiraient à leur victime. Nul doute que dans ce cas là, son nouveau maître était assuré de nombreux festins...

L'un des hommes du lot était encore sujet à une âpre dispute entre trois démons mineure et le sujet ne semblait pas prêt de trouver une conclusion rapide. Le prix n'augmentait pratiquement pas, seulement à coup de pièce de cuivre, aussi Armand désigna-t-il l'un de ses sous fifres pour gérer cela. Lui avait mieux à faire.
Du coin de l'oeil, il remarqua que la foule s'écartait, chose inhabituelle pour des démons mais révélatrice, pour laisser le passage à un trio des plus étrange.
En effet venait là deux incubes don l'attention était entièrement tourné vers une jeune femme, petite, qui s'arrêta au pied de l'estrade.
Armand ne la connaissait pas, mais le cerbère se tenait tranquille bien qu'elle eu franchie la limite à partir de laquelle Armand avait ordonné au toutou de faire au moins un "grrrr".

Enfin, comment connaitre tous les démons? Ils étaient légion après tous, bien que sévèrement étrillé depuis les deux batailles pour Elament, et se disputaient sans cesse le pouvoir. Mais si celle ci était importante, ce que montrait la crainte de l'assemblée, Armand se devait de rapidement mettre un nom sur ce visage...

Tout a ses réflexions, Armand fit néanmoins un signe à un des démons à son service, qui emmena deux des hommes qui apparemment n'existaient pas la convoitise. Ceux ci passèrent dans la seconde tente, celle dédiée aux futures sacrifiés.
L'avant dernier esclave avait été finalement vendus, pour se voir étripé en place publique par deux démons mécontent de l'acheteur, tandis que le dernier était toujours en négociation.

Armand décida donc d'intervenir, et attribua le "lot" à l'un des démons en empochant ses devises. Il ne fallait pas se laisser ralentir par des détails de pacotille.

Faisant rapidement les comptes, Armand se rendis compte qu'il ne lui restait que quatre esclaves à vendre pour cette fournée. Comme il était hors de question de finir calmement, il décida d'inspecter rapidement les quatre avant de prendre une décision.
Quittant la scène, il entra dans la tente et vit deux hommes et deux femmes.
L'une des femmes était très étrange, une plantimorphe a ce qu'il semblait, accrochée à un Elnihïns des forêts. Ce dernier était plutôt séduisant, aussi fut il mis de côté pour Sybaris avec l'autre jeune femme. La succube apprécierait surement...

Armand fit donc monter sur scène la jeune femme-arbre en compagnie d'un Halfeling encore tout en rondeur...


"-Démons! Pour clôturer cette vente, voici deux lot insolite! Un jeune Halfeling bien dodu, ainsi que cette ravissante jeune femme qui n'attend que de prendre racine à vos côtés! Mise à prix initiale de cinquante pièce d'argent chacun!"

_________________________________________________________

Fan number one de Di et Sybaris! Je vous adore!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Sappho
avatar
Nombre de messages : 624
Âge : 23
Race : Mi-succube, mi-race-disparue
Poste : Souveraine des Enfers
Magie Contrôlée : Ténèbres

Feuille de personnage
Puissance:
746/1000  (746/1000)
MessageDim 2 Mai 2010 - 15:14

[Courtisan n°1] " - Hé Faux, t'avais pas déjà une vermine ? ... Mais si, il te quittait pas !
[Courtisan n°2] - Ouais, celui qui avait des cheveux rouges là... T'en as fais quoi ? "

Elle sourit tout en jaugeant du regard les quelques esclaves sur l'estrade. Non, ceux-ci ne lui disaient rien, tout juste bons pour les démons mineurs d'ici-bas. Oui, on lui demandait souvent où était passé son esclave si collant, Lysias. Il était dans les premiers esclaves qui avaient été offerts aux démons de haut rang, comme cadeau ou récompense par le Roi. Déjà, l'esclave de la Faux s'était fait remarqué par son manque de soumission et son attitude revêche. Mais surtout, par une sombre affaire - oui, chez les démons, c'est un pléonasme - : il y a de cela quelques lunes déjà, une tentative d'assassinat sur l'entourage du Roi s'était soldée par un échec. Les coupables avaient été éliminés sur place... Mais on racontait que c'était la vermine de la Faux qui avait tué son "agresseur". Humiliant ? Surprenant ? Suspect ? Ces mots revenaient souvent. Mais Sappho n'en avait cure. Surtout que, maintenant qu'il était parti, elle pouvait raconter ce qu'elle voulait.


" - Ah tu parles de cet insecte là ? ... Je l'ai brisé par mégarde, je voulais juste jouer avec lui. Mais il faut bien remplacer mon jouet cassé, non ?
- Yep, Faux, alors prends en un solide cette fois ! "
Elle secoua la tête avec un petit rire.
" Non non, je veux une femelle. " Les deux incubes échangèrent un regard qui passa de surpris à avide. Ils s'écrièrent en cœur :
" - Tu nous la prêteras dis ?
- ... On verra.
- Hé "
Il regarda l'estrade, sur laquelle les deux derniers lots furent amenés. " Faux, la petite chose là, t'en penses quoi ? "

La succube releva la tête et observa la mignonne créature. Elle était belle et pure, sûrement capturée récemment. Fragile et tendre, apeurée. Une chétive petite chose qui ne demandait qu'à se faire croquer. Ses yeux cruels et froids se posèrent sur la jeune fille, et un sourire plein de dents pointues sépara son visage en deux. Ses courtisans connaissaient ce visage : la Faux avait sûrement trouvé ce qu'elle cherchait. Eux, ça les arrangeait, parce que la vermine sur laquelle elle avait porté son choix était délicieuse. C'était plutôt sympa d'être avec leur Général, même si elle était un peu folle, c'était bien vrai. Et quant à la mise, il n'y aurait pas de problème : à part la Grande Cour, on ne pouvait pas rivaliser avec la Seconde. Sappho était assurée de remporter le lot qu'elle souhaitait, maintenant que le Roi avait choisi. Et cette petite... il y avait un je-ne-sais-quoi chez elle qui émoustillait notre Faux. Son regard ou son air lui rappeler son Lysias. Et ses yeux y cherchaient ce qui ne se trouvait plus ici.

Sappho fit signe à ses sous-fifres de la rejoindre, car l'un d'eux portait son argent sonnant et trébuchant. Cinquante pièces d'argent, c'était largement dans ses moyens bien sûr, mais monter la mise semblait aller de soi. La ténébreuse posa son regard avide sur le marchand, avec un sourire amusée. Les autres démons commençaient quelques enchères sur les deux lots, mais certains avaient bien remarqué que le Général Faux avait fait son choix, et lui jetait des regards attentifs. La démone chuchota à l'oreille de son courtisan la somme qu'elle mettrait, avant de croiser les bras en regardant sa futur esclave. Elle n'en doutait pas. Ses yeux étaient incisifs... Alors qu'un éclair étrange de douleur y passa : elle sut pourquoi cette fille attirait son regard. Le sous-fifre leva une main, puis parla d'une voix forte et clair, avec un air goguenard :


" Dame Faux met une pièce d'or sur la femelle ! "

C'était un prix trop élevé pour la plupart des démons mineurs ici présent. Et le peu qui aurait pu la concurrencer ne le fit pas pour une bonne raison. Faux était chétive, elle semblait fragile, bien qu'elle ait grandi. Ses cheveux en bataille et fourchés lui donnaient un air d'enfant éternel. Les deux incubes efféminés n'avaient rien d'impressionnant. Ce n'était pas ça qui empêcher les démons de relancer l'enchère. Non, c'était la sensation désagréable de ténèbres permanentes qui entourait la succube qui les faisait réfléchir à deux fois. Les ténèbres suintait de tout son corps, même invisibles. Cette sorte d'aura qu'elle avait tenté de résorber quand son ancien esclave était là. Maintenant, elle n'y arrivait plus. Elle s'approcha avec ses deux démons de compagnie, et ignora le faible grognement du cerbère. Ces bêtes-là, lorsqu'elles étaient dressées, étaient d'excellents gardiens. Mais la sorcellerie qui émanait d'elle, il devait sûrement la sentir.

Elle attendait que le Marchand s'approche d'elle. Pour conclure le marché bien sûr. D'ailleurs, il était plutôt mignon aussi, lui. Mais chacune de ses pensées étaient parasitées par cette impression désormais certaine : la seule raison qui la poussait à vouloir cette jeune prisonnière, c'était sa beauté incroyable et innocence. Sa pureté. Parce que lui aussi, il était d'une beauté frisant la perfection, étant un nymphe. Lui aussi, dans ses traits et malgré son égoïsme était d'une pureté presque totale. Cette blancheur qu'elle avait voulu conserver. La question était bien sûr de savoir si cette ressemblance allait empêcher la Faux de se conduire comme sa nature le voulait. Elle pensait qu'elle pourrait surmonter ça. Sûrement.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageSam 8 Mai 2010 - 13:58

C'est avec un dernier sourire que Ba vit pour la dernière fois son ami Elnihïns, sur un "Adieu". Finalement, ils étaient séparés, c'était à prévoir. La gorge nouée, la plantimorphe fut amenée de force -bien qu'elle ne se débattait pas, mais il faut croire que les démons mineurs aiment bien frimer, ahem- sur l'estrade, avec un garçon qu'elle avait aperçu dans la tente, vraiment petit. Du haut de cette estrade, la scène était assez impressionnante : des centaines de démons se bousculaient et les regarder avec avidité, avec, loin derrière eux, un imposant bâtiment qui surplombait toute la ville.

Mais le regard de Ba quitta très vite cette foule, pour lever les yeux au ciel. On ne perçevait qu'à peine les rayons du Soleil, le ciel obscurcit empêchaient ceux-ci d'éclairer la place. Mais bien qu'elle fut faible, la lumière du Soleil se posa sur le cerisier, qui, instinctivement, ferma les yeux. Cela faisait déjà quelques jours qu'elle avait été privée de cette douce chaleur, et cette sensation était des plus agréable. Ses pieds nus, eux aussi avaient été privés de terre, et à cet instant, Ba souhaitait vraiment d'être achêtée par un de ces démons, pour pouvoir quitter cette tente sans terre et lumière. Ironique, non ?

Et à peine le prix avait été dit, que le brouhaha de la place s'intensifia, les propositions s'enchaînaient. Mais elles étaient bien plus indécises qu'avant, ce qui attira l'attention de la jeune fille. Tout près de l'estrade, se trouvaient deux beaux mâles entourant une filette, et ceux qui se trouvaient autour d'eux prenaient quelques distances, comme intimidé par ces drôles de personnages. La petite fille, au milieu, la regardait avec beaucoup d'intérêt, les bras croisés. Pour être ainsi crainte, ce ne devait pas être qu'une simple gamine, et pour la regarder ainsi, en ignorant les prix qui augmentaient, c'est qu'elle était sûre de pouvoir posséder la plantimorphe.

Ba n'était pas assez bête pour ne pas deviner qu'elle avait des chances de servir une petite fille qui semblait encore plus jeune qu'elle, d'apparence, du moins. Et un des hommes à côté d'elle leva une main, proposant le prix d'une "Damfo", peut-être le nom de la petite. A la vu des expressions remplies de haines et de colères des autres démons, Ba avait très bien compris qu'ils n'avaient pas plus d'une pièce d'or, et que sa vente était déjà close. Et, elle se sentait à la fois soulagée, à la fois effrayée, sans savoir pourquoi.

"Qui est-ce ?"

Ba était assez curieuse. Une telle petite fille qui semblait riche et puissante, ce n'était pas banal. Bien entendu, le démon qui la tenait -non pas avec douceur- ne lui répondit pas, mais lui ordonna juste de se taire, et c'est en silence que la plantimorphe assistait à la transaction, toujours en regardant sa nouvelle maîtresse qui l'intriguait vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Armand Sulimo
Nombre de messages : 319
Âge : 29
Race : vampire
Poste : Bras Droit de Sybaris
Magie Contrôlée : eau

Feuille de personnage
Puissance:
870/1000  (870/1000)
MessageJeu 13 Mai 2010 - 20:05

L'océan de propositions allait et venait, à mesure que la marée de démons chahutait, grondait, criait, vociférait.
Debout au centre de l'estrade tel le Capitaine d'un navire plongé dans la tourmente, Armand suivais les enchères qui fluctuaient comme les vagues d'un océan démonté.
Le cerbère un mètres en dessous de lui, figure de proue du radeau d'infortune des esclaves, luttait à coup de grondement, aboiement et de temps en tant d'une morsure bien sentis pour maintenir le ressac de démons tonitruants.

La marée reflua encore davantage du point de la place où se tenait la jeune femme protégés par les deux incubes lorsque l'un d'eux éleva la voie pour déclamer le prix, ainsi que l'identité, de sa maîtresse.
Armand sentis un joyeux sourire lui étirer les lèvres lorsqu'ils entendis le prix proposé. Une pièce d'or de plus! A n'en pas douter la journée était des plus enrichissante pour lui!

Balayant rapidement l'assistance du regard, tel Neptune inspectant ses fonds marins, Armand constata que le silence se faisait progressivement. Enfin un silence entrecoupé de cris, râle et autres. Un silence de démons quoi!
Personne ne voulait surenchérir, ou n'osait le faire, ce qui était encore plus révélateur de l'importance de cette "Dame Faux". Mais pour Armand, au delà de l'identité de la femme, il était clair qu'il tenait son acheteur.

Descendant de l'estrade il fit venir l'un de ses sbires qui amena la jeune femme à sa suite.
Armand s'arrêta à trois mètres du trio, fit une rapide révérence (après tous il avait devant lui une personne d'importance même s'il lui faudrait trouver qui) avant de prendre la parole:


"-Voici Ma Dame votre bien. J'espère qu'elle saura vous satisfaire et au plaisir de vous fournir à nouveau."

Armand n'ajouta rien de plus, le badinage n'était pas son fort, car il ne voulait pas passer pour un vulgaire courtisan. Empochant des mains de l'incube la somme proposé, il laissa la fille/arbre aux mains du second puis s'en alla.

Sans un regard en arrière, Armand se dirigea vers son appartement afin de faire ses comptes. Pendant ce temps, ses sous fifres rangeaient ses installations tandis que le cerbères était lâchés.
Quoi de mieux qu'un chien géant a trois tête fortement énervé et ayant un petit creux pour disperser rapidement une foule?

_________________________________________________________

Fan number one de Di et Sybaris! Je vous adore!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Sappho
avatar
Nombre de messages : 624
Âge : 23
Race : Mi-succube, mi-race-disparue
Poste : Souveraine des Enfers
Magie Contrôlée : Ténèbres

Feuille de personnage
Puissance:
746/1000  (746/1000)
MessageDim 16 Mai 2010 - 17:00

Apparemment... apparemment, il n'y aurait pas d'enchères à sa proposition. Elle opina du chef lorsque le Marchand et son sous-fifre procédèrent à l'échange. La jeune fille/arbre était sienne à présent, n'est-ce-pas ? Les deux incubes qui l'accompagnaient s'amusaient déjà avec son esclave, la titillant avec leurs mains griffues. Ce n'était rien, bien sûr. Sappho fit signe qu'il était temps de partir. Ou plutôt de rentrer. Elle se dirigea donc vers le Palais, tandis qu'on forçait la petite chose à avancer.

" - Alors Faux... on peux jouer avec elle dis ? On pouvait jamais profiter de ton dernier esclave...
- Ouais Faux ! Celle-là, elle a l'air à croquer ! "


Sappho haussa les épaules avec un sourire malicieux. Qui sait ? Elle ne les laisserait peut-être pas la toucher non plus. Cette enfant était à elle. Son corps et son âme, elle pouvait les lui retirer, les lui briser si elle le voulait ! Tout comme elle pouvait, théoriquement, les garder indemne... Mais qui serait assez fou pour ne pas profiter d'un corps aussi frais et pur ? Sûrement pas une succube, encore moins un Général.


" J'ai dit on verra... Mais laissez moi d'abord lui apprendre les bonnes manières, chez moi. "

Ils éclatèrent tout les trois d'un rire franchement amusé. C'était devenu une blague aux Enfers : apprendre les bonnes manières aux esclaves. Cela signifiait leur faire comprendre leur situation. C'est-à-dire, les "marquer" comme sien. Les esclaves de Faux possédaient tous une marque, en général sur la main, une rune qu'elle gravait avec ses Ténèbres pour bien montrer qu'ils lui appartenaient. Chaque Général avait sa façon de signer ses choses : au fer chauffé à blanc, en griffant profondément et en empêchant la cicatrisation, par un sceau, etc. Mais les "bonnes manières" ne se résumaient pas à ça, il s'agissait aussi de donner les règles à respecter aux esclaves : comment appeler les démons, ce qu'ils devraient faire, ... Et c'était plutôt un sujet de plaisanterie entre races démoniaques.

Ils continuèrent leur route, en riant et en blaguant, comme les jeunes démons mondains faisaient en général. On trainait plus qu'autre chose la nouvelle esclave de Faux. Hé, c'était juste un petit bout de fille, non ? Alors elle ne valait pas grand chose... Et dire que notre Général l'avait payée une pièce d'or, cette vermine ! C'était le Marchand qui devait s'en lécher les doigts. Parfois, elle était vraiment folle notre dirigeante... C'était comme avec son premier esclave là, ce Lysias... Personne n'avait le droit de le toucher ! Paraissait même qu'elle avait tué un démon qui allait s'attaquer son petit insecte personnel. Enfin, c'était la rumeur quoi. Après, si c'était faux ou vrai... Fallait demander à Faux, et ça, personne n'oserait, à moins d'être vraiment complètement suicidaire - ou ivre.

Mais tandis que la scène se déroulait bien, que tout semblait normal, Sappho ressassait des pensées étranges. Et si elle n'arrivait pas à se comporter comme elle le devait envers cette esclave ? Si elle voyait son nymphe à sa place, elle ferait quoi ? Fais ce que tu as à faire... Mais il ne pensait sûrement pas à ça, quand il lui avait dit cette maxime salvatrice. Sûrement pas.


Spoiler:
 

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» LES DES SONT JETES ,LES DES SONT JETES.
» Froids sont les mains, les os et les cœurs.  Froids sont les voyageurs loin de leurs demeures. + (ISABEAU)
» (avery) tout les moyens sont bons quand ils sont efficaces.
» Règlement du Forum ?
» Au galop sur la plage... [Libre à tous les gentils !]