Partagez | .
 

 Eveil [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar
MessageSam 5 Déc 2009 - 15:26

Il était exité, terriblement exité, à force de chercher, il avait finit par trouver, trouver ce pourquoi il était venu dans ces lieux désolé, ce pourquoi il risquait sa vie aujourd'hui à braver les bêtes féroces qui séjournaient dans les environs.
Une rumeur, un murmure parcourait certains milieux d'Elament, on avait parlé d'une caverne au fond de laquelle se trouvait d'innombrables trésors, gardée seulement par le cadavre de son ancien propriétaire, qui fort de son avarice était mort avec ces biens, tentant de les masquer à jamais à la face du monde.

Voila la raison de sa présence ici, le trésor en poche, il n'aurait plus jamais de problèmes d'argents. L'argent encaissé, il pourrait partir loin de cette cité, se payer du bon temps, profiter enfin de la vie et non pas risquer celle-ci à chaque tentative de sortie, en fait, c'est le pas léger qu'il se dirigeait vers l'entrée de la caverne, creusée à même la roche par les intempéries en des temps immémoriaux et d'où ne s'échappait que la puanteur de la mort.
Même les animaux semblaient éviter cette partie des monts décharnés, mais cela, l'aventurier qui pénétrait à présent dans les profondeurs de la grotte ne le remarqua pas, tout entier tourné vers son objectifs, les valeurs dont cette caverne était pleine...D'après les dires de certains surtout.

La puanteur s'intensifiait au fur et à mesure qu'il avançait, toujours plus profondément dans les ténèbres, il crut même un instant entendre la respiration de quelque chose, mais c'était son imagination qui lui jouait des tours, jamais quelque chose ne choisirait de vivre ici, loin de tout...Rien d'humain en somme.
Il s'alluma une torche, éclairant enfin la noirceur des lieux, disipant les ténèbres, maigre fanal qui semblait déjà aspiré par les ténèbres des lieux.
La rumeur ne mentait pas, les trésors étaient bien là, les pierres précieuse, l'or, les habits, tout ce qui se trouvait dans cette caverne avait de la valeur, tout, même les livres qui semblaient y être accumulé en nombre plus que respectable, et au fond de celle-ci, assis sur un siège creuser à même la roche, le propriétaire des lieux.

Une couronne qui ne devait plus valoir grand chose posée sur sa tête, un vêtement noir dont le seul intérêt étaient les pierres précieuses, brillantes de reflets bleu, vert et rouge, et une épée plantée dans le sol, dont les inscriptions sur la lame lui étaient étrangère, mais lui inspirait une crainte sans nom.
Il aurait du repartir avec ce qu'il avait déjà fourrer dans sa besasse, il en avait plus qu'assez pour finir sa vie dans le luxe, mais voilà, il en voulait toujours plus, l'appât du gain était trop fort, la tentation trop intense...Il s'approcha donc de ce qu'il ignorait être un "être vivant" et s'attella à retirer l'épée plantée dans le sol, chose dont il fut incapable, quelque chose qu'il aie été au cours de sa vie, le possesseur de cette épée devait être d'une puissance faramineuse.
Aussi soudainement que la pluie se met à tomber, une main squelettique vient lui ensserrer la gorge, il ne comprenait pas se qui se passait, s'était impossible

-J'AI FAIM

Une voix semblant sortir d'outre tombe venait de s'échapper de la silhouette suposée morte, et l'étreinte exercée par cette chose devenait de plus en plus puissante, peu à peu, l'esprit de l'aventurier sombrait dans le néant tandis que son corps se vidait peu à peu de toute son énèrgie, devenant de plus en plus faible, perdant toute sa vigueur.
Pendant que la vie s'échappait de l'aventurier, Nazgator revivait peu à peu, une lueur pâle s'échappait à présent de ses orbites et le sommeil s'apparantant à la mort qu'il avait entamé voila prêts de 10 ans venait de prendre fin grâce à l'imprudence du cadavre qui gisait à présent a ses pieds, blanc comme neige, et maigre comme si il n'avait rien mangé durant des dizaines de jours.
Nazgator posa ses yeux sur ce corps torturé, un sourire se dessinant peu à peu sur son crâne

-stupide mortel...ton corps n'est même pas assez intéréssant pour que j'en prenne possession

Toujours cette voix sortie des entrailles de la terre, pleine de noirceurs, il venait de sortir de sa léthargie et pourquoi ? Pour tuer un stupide voleur...Les choses avaient du bouger durant le temps qu'il avait dormit, un évènement s'était forcément produit, qui sait, le monde était peut-être digne de son intérêt à présent...Rien n'était moins sur.
Il arracha son épée au sol, la rangeant dans son fourreau et passant ce dernier à sa taille, son corps s'était affaiblis durant ces années, ses reflex ne semblait plus aussi bons et la puissance qu'il devait déployer pour se mouvoir lui semblait plus importante...Il devrait bientôt changer de corps...A son grand damne.

Il se dirigea lentement vers l'extérieur, mouvant sa carcasse enchylosée avec difficultée, il sentait le vent souffler entre ses os saillant, il savait qu'il faisait nuit et que le jour ne viendrait pas avant un moment, il le ressentait, comme un sixième sens...L'heure était venue pour lui de regagner la surface et le monde des vivants, quoique, il n'en faisait plus vraiment partie.
Rien n'avait changer, toujours ce même paysage désolé, toujours ces arbres décharnée et ces sombres créatures qui se déplaçaient dans les ombres. Par contre les puissances qu'il ressentait dans l'air le faisaient frissonner...De nouveaux démons étaient apparus, certains beaucoup plus puissant que lui et d'autres encore avaient disparut, peut-être ne s'était il pas trompé, le monde lui réservait encore de nombreuses surprises...Mais les surprises devraient attendre, il devait se déplacer, la magie qu'il utilisait était puissante certe, mais nombreux étaient ceux capable d'en ressentir l'usage.

Un raclement se fit entendre sur la paroi de la grotte qu'il venait de quitter, le cadavre de l'aventurier qui était venu troubler son sommeil s'était animé, portant avec lui la plupart des affaires que Nazgator jugeait importante, pierre précieuses, livres et certains de ses vêtements, le tout solidement bouclé sur le dos de ce corps animé seulement par la vollonté du nécromancien qui le contrôlait.
Et ils se mirent en route, avançant lentement mais surement, se déplaçant telle les ombres sur les routes, les animaux les évitant comme la peste, et la puanteur les suivant comme une infection...
Revenir en haut Aller en bas
Wind
avatar
Nombre de messages : 775
Race : Hybride piou-piou
Poste : Chef Passeur / Dresseur de Nuages
Magie Contrôlée : L'air

Feuille de personnage
Puissance:
810/1000  (810/1000)
MessageSam 5 Déc 2009 - 16:28

"Nous ne sommes pas perdus, juste aveugles aux issus"


Telle était la citation la plus célèbre de Nizüü la sage, qui elle par contre, n'était pas très connue. Seulement, avait elle pensé aux voyageurs nocturnes dont les yeux s'accommodaient mal de l'ombre de la nuit? L'ironie du sort, fut que les orbites oculaires de Nizüü furent crevés par la suite par quelques bandits de grand chemins.
Toujours est-il qu'un jeune écervelé s'était mit en tête de gravir les monts décharnés, en pleine nuit, alors qu'aucun rayon de lune ne venait bénir de sa douce lueur les chemins escarpés. Tant de bêtise était une véritable malédiction, surtout par les temps de conflits qui régnaient.
Perché sur une branche, une silhouette voutée et sombre surveillaient le décérébré qui s'aventurait près du lieu de la légende de son regard méfiant. Un mouvement d'ailes brisa le silence pesant, et propulsa l'hybride sur une branche plus haute d'un autre arbre. L'aventurier, effrayé ne put s'empêcher de sursauter à ce premier signe de vit. Cherchant des yeux l'origine de la tumulte, il ne trouva rien d'autre que la même sylve morte, les roches noires, et les lourds nuages.
Wind fixait le jeune insouciant pénétrer dans la grotte obscure, et lorsque ce dernier alluma sa torche, une faible lueur fit son apparition à l'entrée des ténèbres, lueur qui disparut au fur et à mesure que les pas portaient l'incarnation de l'avarice au plus profond de la Gorge Oubliée.

Perché sur un rocher qui surplombait l'entrée de la Gorge, Wind se concentrait sur la source de sa magie élémentaire, la refoulant au plus profond de son être, pour la rendre la moins perceptible possible. Fermant les yeux, il ressentit chaque parcelle de son être, chacune de ses plumes se vider des étincelles de pouvoir, comme une toile d'araignée qui disparaitrait par le processus inverse de sa création. Toute sa magie régressa jusqu'à devenir un noyau condensé au plus profond de son organisme.
Voilà plusieurs années que Wind veillait sur la Gorge Oubliée et le mal qu'elle renfermait, tout ça pour qu'un abruti de première zone, poussé par l'appât du gain prenne le risque inconscient de réveiller ce qui aurait dû dormir à jamais. L'oiseau restait là, à attendre et à espérer que l'homme se contenterait de quelques pièces d'or, de quelques gemmes et qu'il partirait sans rendre vie aux morts.


- J'ai faim!

La voix d'outre tombe et l'odeur putride de putréfaction qui survinrent brutalement gelèrent le sang de l'hybride. Il se passa ensuite plusieurs minutes, silencieuses, angoissantes, froides, pendant lesquelles Wind gardaient tous les sens en alerte.
Des bruits de pas se firent entendre dans le silence mortelle de la nuit, et deux silhouettes cadavériques firent leur apparition. La puanteur devenait insoutenable, si insupportable que l'oiseau dû invoquer son pouvoir aérien pour éloigner les odeurs de décomposition, espérant que ces tours de passe passe ne trairaient pas sa présence

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Senector
avatar
Nombre de messages : 200
Race : Drewoor Loup (Loup ? Si vous l'dites)
Poste : Ancien Chevalier Démoniaque
Magie Contrôlée : Ténèbres (avec un Zeste de Chaos venant de Swa)

Feuille de personnage
Puissance:
960/1000  (960/1000)
MessageSam 5 Déc 2009 - 16:47

Theme Song --> Saw 3



Une nuit noire et un nuage de lucioles au loin. Ça scintillait et se chamaillait, comme une vague uniforme. Intelligence collective. Et ce nuage avançait lentement, englobant une fine silhouette... ou peut-être deux. Difficile à dire, la deuxième semblait se mouvoir sur ses quatre pattes, entièrement blanche, dissimulée par la lueur des lucioles. La grande silhouette se rapportait vite à celle d'un humain, et pourtant...

Et la masse avançait encore, comme aimantée par un réveil douteux. Aucune courbe, une ligne droite belle. Pas de déviations, pas de boucles en tout genre. Non. Cette lumière se dirigeait vers lui, vers le trésors sur pattes. Encore un peu, pas après pas, souffle après souffle... les formes se précisaient, au fur et à mesure qu'elles approchaient le doute devenait une certitude. Un bipède et une sorte de grand loup blanc. Quelques cailloux roulèrent sous les bottes de l'homme qui, étrangement, chassait tout insectes sous ses pieds. La vie fuyait sagement. Respectueusement. Un pas de plus, une chevelure rouge sang en pétard décorait un crâne vide, aux orbites sombres. Toute la partie inférieure du visage se voulait bien en chaire, dénudée, à vif. Une image assez morbide qui en choque plus d'un. Pas tous... certes. Un long manteau claquait derrière lui, c'est le vent qui se voulait rageur ces temps-ci.

Ce sont trois pas encore qui suivirent puis... plus rien. Immobiles. Comme le Maître et son chien prétextant que le passage était désormais infranchissable. Interdit à tout public. Le poil blanc de l'animal aux yeux dotés d'un bleu des plus pâles que ça pouvait l'être, resta en garde. Ni assis, ni couché. Debout, les oreilles droites. Son corps était un tableau digne de dame la mort. Recousu, déchiré, épinglé. Un corps entre l'homme et le loup, d'une taille bien plus importante. Anomalie de la nature diront certains, proche du loup garou pour d'autres. Puis, au milieux de ce grand silence, la voix de l'homme raisonna entre les arbres délaissés dans ce paysage. Elle était grave, bien trop grave peut-être. D'un accent très prononcé, des "r" un peu roulés. Chaque mot qu'il disait n'était jamais de trop. Le juste nécessaire. Souvent, ses propos n'avaient ni queue ni tête. Du moins, sauf pour lui évidemment. Doté d'une folie sans nom, croyez-bien qu'il se comprenait.


" - Parfait pantin, petit numéro douteux. Il est l'ébauche des enfers. Sans âme. Quatre bras veulent mieux que deux. Pourtant, ce sont là bien des richesses sans trop d'utilité."

Le loup éternua, et l'homme à la chevelure rouge repris.

" - Un nom me semble bien venue. Un suffira."

Oh... oui il y avait lui, cet oiseau de malheur. Inconnu au bataillon. Et le Démon le salua sans se faire prier.



Spoiler:
 

_________________________________________________________

Âgé d'environ 450 ans

http://ziokoh.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageSam 5 Déc 2009 - 17:32

Il est des gestes qu'il vaut mieux ne pas faire, des actions à ne pas entreprendre lorsque l'on tient à sa discrétion, et au moins deux personnes avaient commis la bêtise de faire étalage de leurs pouvoirs...D'abord et avant tout, Nazgator lui même, il avait choisit d'utiliser un corps pour une tâche aussi futile que le transport, mais avait également libéré son pouvoir de manière un peu trop...Explosive...Volant la vie de l'inconnu...Une telle utilisation de ses "dons" était un appel pour qui y prétait attention.
Et ensuite, un aera...Nazgator était famillier de cette manipulation de l'air, après tout, il fut un temps ou lui même exellait dans ce domaine...Un temps ou il aurait été à la place de l'oiseau qui se tenait là haut dans les arbres, à quelque dizaines de mètres de lui.

Le troisième individu de ce tableau nocture fut une surprise pour notre ami, le lien qui unissait les deux être était sans conteste puissant, en fait il en était sûr...Le loup n'était rien sans l'homme et vice versa...Ce fut leurs apparence qui le mit sur la voie...Un drewoor...Espèce singulièrement rare...De même que sa propre race et qui partageait avec les liches l'aspect torturé et l'ingéniosité...Certains des livres que Nazgator avait autrefois lu en parlait, les décrivant comme des abominations et des forces de la nature doté d'une rare sauvagerie...Pour sa part il les considérait plus comme une sorte de démon hybride, et donc ne voyait pas vraiment de danger en eux...
Pourtant, il ressentait la puissance de l'être à travers son corps, et son esprit savait que pour le moment les chances de victoire en cas de conflits étaient à peu prêt aussi élevées que celle de voir un jour la lune disparaître.

-Nazgator...Les richesse et le savoir ont toujours une utilité.

A l'inverse du drewoor, Nazgator faisait preuve de complexité lorsqu'il parlait...Du moins plus que l'être à quatre pattes, cela ne l'empechait pas d'être clair et conscit lorsqu'il répondait, évitant de répondre aux constatations qui étaient en fait évidence.
Il n'aurait pas été sage de se mettre à dos toutes les personnes présente...Après tout, des trois êtres, Nazgator était le seul à s'être présenté, voila une situation qui ne lui plaisait guère et à laquelle il comptait bien mettre fin

-Quand à moi puis-je connaître vos nom, Aera, Drewoor ?

Il n'était pas stupide, au vue du salut et de la puissance du démon en face de lui, l'Aera n'était pas passé inaperçut...Peut-être maudirait il ce jour entre tous d'ici quelques heures....Si il aurait encore l'occasion de le maudire...Quoi qu'il en soit, le squelette animé qui suivait Nazgator venait de tourner son regard vers l'Aera, un regard torturé, comme maintenu dans une souffrance perpétuelle.
Pendant ce temps, Nazgator souriait...Enfin, comme un squelette peut sourire, le monde devenait intéréssant, il y jouerait un rôle, dans peu de temps il serait aux premiers rangs, il en faisait le serment.

-Je sens que cet homme à bien fait de venir me réveiller...Le monde à bien changé en mon absence.
Revenir en haut Aller en bas
Wind
avatar
Nombre de messages : 775
Race : Hybride piou-piou
Poste : Chef Passeur / Dresseur de Nuages
Magie Contrôlée : L'air

Feuille de personnage
Puissance:
810/1000  (810/1000)
MessageSam 5 Déc 2009 - 20:19

[HS: /me copie son Sénéchoux 8D ]

Thème Musical : Requiem for a Dream


Trop tard, il était bien trop tard lorsque l'oiseau s'était rendu compte de la présence d'une folie irraisonnée se déplaçant de façon incroyablement rectiligne dans la direction de la Gorge. Rien ne semblait bouger, la peur fit son intrusion, grandissante, envahissante, mortellement paralysante. Le temps semblait s'être arrêter, tout était immobile, et toujours cette peur, cette angoisse, mais pourquoi? Pourquoi cette peur? Pourquoi ce poison sensoriel qui coupait l'hybride du monde extérieur? Pourquoi bon sang, pourquoi? Tout simplement parce que le futur nous est jamais inconnu, mais jamais totalement connu. On se l'imagine en fonction de ce que l'on vit actuellement, comme si l'on voyait plusieurs chemins aux différents aspects, sans savoir ce que ce chemin réserve aux imprudents qui s'y aventurent.
La pire chose avec l'angoisse, c'est que même si vous identifiez sa racine la plus profonde, même si toute votre volonté est mobilisée, elle est encore là , et vous paralyse, vous contrôle, vous domine, et est ancrée jusqu'au plus profond de votre être, détruit jusqu'à la moindre parcelle d'envie, de rêve, de désir et de réconfort que vous avez, s'immisce dans toutes vos pensez, vos calculs, vous empêche de réfléchir convenablement. L'angoisse, oh oui, l'angoisse, éternel fléau de l'esprit, tenait Wind en son emprise, comme une vulgaire poupée de chiffon, s'alliant au vent pour lui fouetter le visage, s'entourant de nuit pour brouiller sa vision, empoignant son cœur, le serrant jusqu'à la suffocation et noyant son esprit d'images d'un possible futur morbide.


"Seul un fou ne connait pas la peur, le héros ne la montre pas."


Révéra l'Intrépide avait prononcé ces mots, juste avant de se jeter dans un gouffre, en proie à la folie. La pauvre, qualifié de "Sans Peur" n'avait pas supporté la pression que son titre lui infligeait. Chacun de ses pas étaient scandé de son nom, chacun de ses gestes étaient admirés. On lui confiait les devoirs les plus durs, que d'autres héros refusaient. Le résultat fut sans appel, au sommet de sa gloire, accablé par les horreurs vues, détruites par le sentiment de perpétuelle angoisse cachée et de la solitude, elle perdit la raison, s'enfuit, et se jeta dans un gouffre qui porte désormais son nom.

Fuir serait se condamner à mort. Passer à l'offensive serait du suicide, il ne restait plus qu'un carte à jouer, celle de la diplomatie. Ne pas se montrer offensant, ni paraître sur la défensive, et surtout, cacher cette peur, cette angoisse, toujours cette même putain d'angoisse. Trouvant de la force dans l'idée de sa seul option convenable, Wind déplia doucement ses ailes, et alla se poser aux côtés du Drewoor, lui rendant son salut d'un hochement de tête.
Pas un mot n'eut le temps d'être prononcer que la liche, cette source de puanteur infâme s'était placé à ses côté. Les trois individus formant un cercle, le larbin mort vivant étant derrière son maître. Aucune réaction ne se fit sentir à la nomination du cadavre ambulant, mais comme garder trop longtemps le silence aurait pu paraître offensant, le rappel connu réponse
.

- Wind

Comme si l'immonde puanteur et le visage décharné des deux être ne suffisaient pas, il fallait absolument que le serviteur tourne son regard plein de douleur et fixe, les yeux dans les yeux l'oiseau. Le haut le cœur fut immédiat, et pire, la peur refit son apparition, peur de devenir comme ce pauvre homme, peur d'éternelles souffrance, peur de perdre la liberté, peur, peur, peur tout simplement...

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Senector
avatar
Nombre de messages : 200
Race : Drewoor Loup (Loup ? Si vous l'dites)
Poste : Ancien Chevalier Démoniaque
Magie Contrôlée : Ténèbres (avec un Zeste de Chaos venant de Swa)

Feuille de personnage
Puissance:
960/1000  (960/1000)
MessageLun 7 Déc 2009 - 11:02




Calme, attentif et d’une aptitude presque théâtrale, Senector écouta les paroles de chacun. Sans réaction apparente il les mémorisa. Pourquoi se baladait-il sur ces terres, au lieu de dormir dans son Artifice ? Qu’avait-il à faire d’autre ? Oh… pas mal de choses et pourtant, se balader était nécessaire pour lui. Un besoin inévitable de vagabonder autour de la Cité, de s’informer des bruits qui courent. Une garde rapprochée du nouveau Roi n’était pas la meilleure des solutions. Il fallait aller au-delà des frontières, prévenir plutôt que de guérir, comme le dit si bien le dicton. La garde rapprochée avait l’inconvénient d’être vulnérable. Ne pas savoir à qui on a à faire n’est jamais une très bonne chose. Alors le double corps allait de droite à gauche, longeant parfois les couloirs obscurs des souterrains qui, comme des veines, reliaient chaque lieu, tantôt préférant sous la lune écarlate. Son Artifice, désormais comme une drogue, ne restait rarement sans sa délicieuse présence, mais ce manque inconstant ne l’empêchait pas de s’éloigner.

Le vent se fit plus violent, comme si la nature se mettait à gronder, opposant sa voix et sa force à ces trois individus. Manière subtile d’imposer sa présence et son règne. Elle aura toujours le dessus. Mais malgré ça, les individus peuplant cette planète se faisaient la guerre inlassablement, reniant presque leurs origines. Se croyant au-dessus de toutes les lois, sacrifiant l’innocence au nom d’une divinité. Et alors, naissent les esclaves de ces guerres. Des esclaves qui se rebellent, brisant les liens qui les attachent à des horreurs inqualifiables. Lorsqu’on est trop près des richesses, on en oublie les douleurs de ce monde. Et le temps, alors, défile sous nos pieds sans qu’on ne puisse le toucher ni même y goûter. Nos yeux deviennent obnubilés par la brillance à l’égale des pies voleuses, peut-être même plus… L’avarice, un gros défaut. Mais après-tout, chacun le sien. Senector est de ceux qui furent esclaves. Ceux qui n’ont d’yeux que pour la liberté. Tout bijoux, quel qu’il soit, n’a aucune importance à côté de cette Liberté. Et pourtant, une chose le relie à ces gens proches des richesses de ce monde. La peur de la mort. Et pour ça, il s’instruit. Les richesses avaient bien des visages et des masques. Alors, l’homme décharné à la chevelure de feu, à qui on attribut des tas de surnoms, repris la parole.


" - Les richesses ont bien des noms, mais tout ce qui brille n’a pour moi, que très peu de valeurs."

Il arrêta ses dires à cette fin de phrase. Il n’était pas très joyeux à l’idée d’être présenté par son nom de race. Tempi pour l’effet de surprise. De toute évidence, ça n’avait que très peu d’importance et pourtant, c’est un jeu qu’il aimait particulièrement. Se faire passer pour le Maître et son Loup. Son visage se détourna alors de celui du mort vivant. Pour lui, c’était une Liche, les trésors l’induisaient peut-être en erreur mais ça lui semblait d’une logique imparable. Et il plongea ses orbites face à l’hybride. Le saluant d’un léger mouvement de tête.

" - Le monde est en perpétuel mouvement, et pourtant, rien ne change vraiment. Une interminable boucle géante. Mon nom n’a que très peu d’importance, sans significations, il est digne d’un chien docile. Mais appelez-moi Gueule de sang."

D’un sourire sans fin, il contempla la Liche à nouveau. Intrigué sans doute par sa présence en ces lieux. Il préférait s’assurer que rien ne viendrait ébranler le Trône remit à jour. Et il s’exécuta à un contrôle.

" - Alors… il vous faudra retrouver les chemins des souterrains. La route vers la fortune vous attend sûrement. Un personnage comme vous… pas même un insecte y résisterait. Pourtant, il me semble avoir oublié quelques écrits… votre nom ne m’est nullement familier."

Puis, d’un vif changement d’angle, il se représenta face à l’hybride un peu trop curieux à son goût. Une présence peut-être gênante. Il n’en dit mot, mais de son corps animal c’est une toute autre expression qui se dessina rapidement. Les crocs se présentèrent à trois reprises. Le vent cessa son vacarme. Et les lucioles calmèrent leurs tourbillons joyeux.

_________________________________________________________

Âgé d'environ 450 ans

http://ziokoh.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageLun 7 Déc 2009 - 15:00

Un léger rictus ébranla les os de la liche, sombres présages pour les uns, pain bénit pour les autres, quand à la raison de ce rire, elle n'était pas bien compliquée à comprendre.
Une personne ici bas n'était pas à son aise, et cela, Nazgator le comprenait bien, l'hybride, il n'était pas à sa place, ici entre deux démons, qui plus est, deux démons à l'aspect aussi terrifiant l'un que l'autre...
A dire vrai, il se plaisait à imaginer la torture que cela devait être que de choisir une ligne de conduite dans une telle situation, la fuite était proscrite, le combat s'apparentait plus à un suicide et la diplomatie...Et bien, elle ne garantissait à proprement parler rien, il risquait toujours de se faire mettre en pièce...Voilà qui était une situation fort déplaisante, mais jouer avec ses proies était le jeu favoris de notre ami.

Un être beaucoup plus étrange était le drewoor, aux yeux de Nazgator, il constituait un mystère, ses orbites noires semblaient avoir vécu de nombreux moment pénible et tout son être semblait fait de douleur, la vie n'avait pas du être facile...A dire vrai, elle ne l'était pour personne, surtout pas pour des êtres comme eux deux, et pourtant, pourtant, la liche se sentait proche du loup, quelque chose les unissait...La mort...Non pas au sens physique du terme, mais bien au nom de la peur intrinseque à chaque être vivant, Nazgator le savait, non, il le ressentait, tout comme lui avait cherché le pouvoir pour échapper à son étreinte funeste, guele de sang avait sans doute du suivre un cheminement différent, mais le résultat était le même...Ils avaient tout deux échappé temporairement au neant.

-le monde bouge c'est un fait, 1000 ans d'existance m'ont bien prouvé que rien n'est fixe mais que les erreurs des anciens sont reproduites par les nouveaux...Le cycle du monde n'est qu'un cycle de haine, de guerres et de souffrances...Sans cesse condamnées à se répétées. Bien que vous soyez sans doute plus jeune que moi...Force m'est de constaté que les esprits jeunes ne sont pas tous sots et insousciant, il s'en trouve pour être sage et puissant.

La manipulation, fléau des relations entre les hommes, le discours qui se tenait en ces lieux était à l'image de cette simple idée, chaque démon présent tentait par la parole de faire entendre ses arguments, soit par une flaterrie, soit par une constatation.
Un doux cheminement jusqu'à la mort, voilà ce qu'elle représentait pour Nazgator.
Les pensées sont souvent traitresse, et la peur que ressentait l'hybride n'avait pas échappé à la liche, à dire vrai, cela lui faisait plaisir...Voir que son aspect terrifiait toujours autant après des années de silence avait quelque chose de...Jouissif il devait l'admettre. Voila pourquoi id'un geste de la main, son serviteur vient se placer entre lui et Wind, fixant tout au long l'hybride du regard, et se déplaçant comme un être torturé durant de longues années.

-Wind...Savez vous de qui il s'agit ? Je suppose que vous vous en doutez n'est ce pas...Vous ne voudriez pas que je vous gratifie vous aussi de la vie éternelle?

Après tout c'était le rêve de toute chose, vivre pour toujours, être celui qui survivrait, celui qui toujours se relèverait...Il était intéréssant de constater les réactions à cette question, beaucoup désiraient vivre, mais peu y étaient prêt à n'importe quel prix, sacrifier des être chers n'était pas chose facile, et tuer des innocents posait problème à nombre d'esprit faible.
Quoi qu'il en soit, le jeu avait débuter, un jeu pour la vie entre deux démons et un élamentien...En fait, entre trois personnes, car chacun défendait ses propres intérêts dans ce jeu maccabre.

-Les tréfonds ont oublié mon passage parmis eux, les démons ne tiennent pas d'archives...J'y suis passé, il y a fort longtemps, je ne sais plus exactement quand...La puissance vient du détachement, sans lien on est plus fort...Voila pourquoi j'ai renoncé à la charge qui m'incombait à Elament...Pourquoi je ne suis pas resté parmis les uns, comme parmis les autres. Seul un esprit fort peut s'endurcir dans la solitude, les autres, dépérissent et se fânnent.

Raisonnement qui résumait à peu prêt la vie de Nazgator, marquée par la solitude et la recherche de pouvoir...Triste vie diraient certains, lui, y voyait plus une vie de rêve...C'est selon.
Revenir en haut Aller en bas
Wind
avatar
Nombre de messages : 775
Race : Hybride piou-piou
Poste : Chef Passeur / Dresseur de Nuages
Magie Contrôlée : L'air

Feuille de personnage
Puissance:
810/1000  (810/1000)
MessageMar 8 Déc 2009 - 12:35

Gueule de Sang... Ce nom sonnait affreusement bien au vue de l'être décharné qui le portait. Des horreurs, oui, des horreurs, Wind en avaient vu, mais l'horreur physique semblait une bénédiction à côté de l'horreur psychologique. Folie, Démence, Déraison, Peur, Angoisse, mais par dessus tout, Solitude et Emprisonnement. Au fond, nous sommes tous seuls, il n'y a personne d'autre qui ressente ce que l'on ressent, qui touche les rêves que l'ont caresse, personne d'autre que nous ne possède notre mélange sensoriel, personne ne voit le monde de la même couleur que nous, personne n'est en mesure d'agir à part nous. Oui la réalité est des plus déplaisante, nous somme seul. Le reste? Et bien ce n'est qu'illusion futile. Le peuple à peur d'être seul, alors il s'entoure, mais il reste plongé jusqu'aux yeux dans le bain glacial de la solitude.

Oh oui, Wind connaissait bien la solitude, il le vivait bien, être seul n'est pas un problème, mais elle a le fâcheux don de s'entourer de culpabilité, de honte, de divers regrets et remords, conduisant à la folie. Ce qu'il craignait plus que tout, ce n'était pas la solitude, mais l'emprisonnement, ne plus pouvoir être ni maître de ses mouvements, ni de ses pensées, être réduit à l'état de coquille vide, de matière abjecte, d'objet de soumission, comme l'était devenu ce pauvre homme, qui n'était désormais rien d'autre qu'une forme de quintessence de pourriture.

La profonde pitié éprouvée pour l'homme se changea brutalement en aversion, condescendance et en un profond mépris. Comment peut on être assez décérébré pour se mettre en danger à ce point? Pour risque sa liberté, son bien le plus précieux pour une poignée d'or? Comment pouvait on mettre son indépendance en jeu, pour une satisfaction qui vous lassera?


"Si tu sais vivre libre, aucune richesse physique ne pourra être égale à ta richesse psychologique. C'est dans ta capacité à rester libre, que tu exprime toute ta force et ta puissance."

La vie est une dose d'ironie à l'état brut, puisque c'est un esclave qui avait déclamé ceci. Il fut ensuite tué pour tentative de rébellion.

La peur s'effaçait peu à peu, laissant place à un sentiment de puissance et de liberté. Proche de la mort? Peut être. En danger? C'est certain! Mais libre et fier avant tout. L'hybride reprenait petit à petit conscience du monde qui l'entourait. Que ce soit ses serres dans la terre humide, le vent battant qui ébouriffait ses plumes, l'extrémité engourdis de ses doigts, le mugissement de l'air dans les branches des arbres. Tout, tout devenait tout à coup si extraordinaire, chaque bruit, aussi guttural soit il, chaque vue, aussi macabre soit elle, chaque odeur, aussi putride qu'elle soit, et chaque toucher, aussi rêche soit il, devenaient un régal des sens, car chacun symbolisait une capacité de perceptions et de contrôle sur le monde, chacun était une note dans l'hymne à la liberté et au contrôle de son propre corps. Toutes ces choses que le cadavre ambulant qui n'avait que pour unique utilité de porter des paquets ne connaitraient plus...

- De qui il s'agit? Oui je le sais, et vous le savez tout autant que moi. C'est un simple idiot inconscient, et si l'histoire retient son nom, ce sera comme celui de l'homme le plus fou, ayant accompli l'acte le plus suicidaire possible. Quant-à votre proposition, vous me verrez la décliner avec déférence, je n'ai que faire de la vie éternelle, celle éphémère qui est mienne me convient amplement.

Quelque part, les trois êtres n'étaient pas différents, puisque chacun aspirait à la liberté, chacun sous des formes différentes, certes, mais aucun ne voulait servir de larbin à d'autres, et ne serait-ce que penser une seule seconde à ça, aurait été le début de la déchéance.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Senector
avatar
Nombre de messages : 200
Race : Drewoor Loup (Loup ? Si vous l'dites)
Poste : Ancien Chevalier Démoniaque
Magie Contrôlée : Ténèbres (avec un Zeste de Chaos venant de Swa)

Feuille de personnage
Puissance:
960/1000  (960/1000)
MessageMar 8 Déc 2009 - 15:46

Les démons ne tiennent pas d’archives…
Les démons ne tiennent pas d’arch…
Les démons ne tiennent p…
Les démons ne …

**




La phrase dictée et écoutée par Senector refit surface. Comme répétée et murmurée par des voix venues de nulle part. Gueule de sang laissa raisonner ce qu’il retenait à demi mot. Un mélange de voix féminines et masculines. Des pensées à voix haute. Alors, un sourire naquit sur le coin de la gueule du loup blanc. Certains démons en tenaient. Et plus que des archives, les légendes prenaient une place des plus importantes dans l’histoire des Démons. Cela dit, en effet, les archives se faisaient rarissimes chez eux. Pour la bonne et simple raison qu’il n’y avait aucune véritable institution, rien de bien fondé, des guildes, des groupes… beaucoup d’individualisme. Mais si en majorité, ils n’étaient pas de grands écrivains, d’autres personnages fouillaient le monde à la recherche d’indices quelconques, motivés par une envie qui leur est propre. Et ce sont ces aventuriers-là, qui rédigent des livres entiers de leurs trouvailles. Tout grand démon ne peut échapper à ces pages. Il y a tellement de récits qui se retrouvent aujourd’hui encore, dans les mains de n’importe quel individu. Ainsi, tous les secrets les plus louchent n’attendent que d’être lus. Senector le savait bien, il avait lui-même remarqué la disparition d’un vieux journal et de plusieurs parchemins en tout genre. Mais il ne sait dans les mains de quel individu, ces écrits dorment aujourd’hui. Alors oui, on pouvait retrouver son nom quelque part, mais encore fallait-il posséder le journal d’un de ces nombreux curieux aventuriers.

" - Nombreux sont ceux qui écrivent Nazgator. Rien ne peut se perdre, pas même un murmure. "

Il ne refit plus allusion au temps. Ce sujet lui déplaisait énormément. Ce qui l’agaçait en ce funeste instant, c’était cette envie qui rongeait la Liche. Bien que l’hybride ait décliné la magnifique proposition qui cache bien des douleurs, Senector sentait bien que l’envie meurtrière déferlait dans les veines moisies de ce revenant. Du moins, il avait droit à l’erreur, et des erreurs il en avait faites d’innombrables. Il détesté par-dessus tout, la violence gratuite. Sauf si celle-ci pouvait vous sauver. On en abusait tous un peu en fin de compte. Bien que sa manière de penser puisse sembler raisonnable, en la décortiquant un peu, on pouvait comprendre qu’il n’était question que de l’intensité de la violence. Car tuer pour une simple insulte n’avait rien de très raisonnable… l’idée même de tuer avait un goût cauchemardesque. Le loup vint s’intercaler entre l’emplumé et le revenant. Marquant ainsi ses pensées presque à voix haute. Évidemment, il ne connaissait pas le rang ni la force de cette nouvelle connaissance, mais Senector était fou. Peureux de la mort mais près à mourir pour renaître dans un véritable calvaire comme la toute dernière fois. Et en partant du principe qu’il venait de s’éveiller, la force devait lui manquer, avec un peu de chance. Il était toujours temps de marquer un territoire, une position supérieur aux autres sans le moindre scrupule. Il en était presque arrogant.

" - Et toi, je te veux à mes trousses jusqu’au nouvel ordre. " Crachat-il au visage de Wind.

Il n’était pas très partisan de l’esclavagisme, mais lorsqu’il s’agissait d’un individu loin de la démence, il avait tendance à oublier ses principes jusqu’en oublier même les politesses tel que le vouvoiement. Le Loup observait le revenant... qu'il était bon d'avoir recouvré la vue, mais son masque lui manquait de plus en plus, à tel point que l'idée même de le remettre lui trottait dans la tête. Il se souvenait bien du mal qu'il avait enduré lorsqu'il l'arracha de son visage. Masque d'os incrusté dans sa propre chair, soudée à son squelette. C'était finalement une partie de lui qui devait revenir à tout prix, même s'il devait ne voir de nouveau qu'à travers ses orbites creuses et maudites.

Puis, de sa gueule de loup il présenta sa voix en ajoutant un seul petit mot
_ Bien..._ Une voix plus douce, moins grave. La seule voix qu'il avait autrefois, avant de ne savoir enfin parler de son corps humain. Les choses sont venues petit à petit, il apprit tardivement à se servir des ses cordes vocales humaines. Il était le plus vieux de sa race et pourtant, il n'avait pas songé assez tôt que son corps humain avait lui aussi, droit à la parole.

Aussi rouge que du sang, aussi blanc que la neige, c'est un contraste splendide qui liait ses deux corps. Senector au milieu de ses lucioles, nargua légèrement Nazgator de son insolence déconcertante. Mais il détenait du chien, et tout chien marquait son territoir et se battait pour déployer sa force.


" - Ma curiosité s'arrête avec les insectes, mais l'œil ne lâchera pas sa prise. Que votre réveil soit des plus douloureux, car rien ne s'accomplit sans souffrance."

La phrase finit, il hocha de la tête canine en direction de Wind, ordonnant qu'il le suive. Il en avait terminé, pas besoin de discours, le temps ne manquait jamais à l'appel. Il attendit poliment les réponses, et que Wind obéisse.

_________________________________________________________

Âgé d'environ 450 ans

http://ziokoh.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Wind
avatar
Nombre de messages : 775
Race : Hybride piou-piou
Poste : Chef Passeur / Dresseur de Nuages
Magie Contrôlée : L'air

Feuille de personnage
Puissance:
810/1000  (810/1000)
MessageMer 27 Jan 2010 - 12:07

[HS: Encore désolé du (long) retard x) j'avais totalement zappé]

Oh! les mignons petits postillons que Senector lui avaient lancé au visage! Enfin, si c'était des postillons... Le problème avec les démons, hormis bien sûr, le fait qu'il veuille vous gober les yeux rien qu'en vous voyant, c'est qu'on ne sait jamais à quoi s'attendre avec eux.
Bien que Gueule de Sang ait l'air d'être du genre "Mouse Costaud", même chez les démons, l'hybride avait d'un coup un grand élan de sympathie; non non, pas pour les postillons, mais pour la porte de sortie qu'il lui offrait.
Jusque là, il y avait eut deux possibilités: 1- les démons se font une p'tite brochette party avec la première volaille qui leur tombe sous la main, 2- les démons se font le concours du "qui qu'à la plus grosse", se battent, et Wind aurait pu en profiter pour s'évaporer discrètement.

Bon, voilà, Liche éliminée, mais au fond, ce n'était qu'échanger un problème contre un autre. Certes, la taille du dit problème changeait, mais le fond était toujours le même.
Pour échapper à ce guêpier, l'oiseau n'avait pas trente six possibilités, soit il coopérait, soit il mourait. Peut être pas pour vous, mais pour Wind, le choix était vite fait. De ce fait, il répondit favorablement au démon d'un simple hochement de tête. Instinctivement, il leva une jambe lourde d'appréhension pour entamer quelques pas le plaçant à la suite de Gueule de Sang.


Plusieurs mètres avaient été parcouru dans un silence plomb, sous un ciel couvert de nuages, sur un sol de terre battue que la fine pluie avait rendu boueux, et accompagné par une nuée de luciole. Il faut avouer que le spectacle avait un petit quelque chose de magique et féérique, oh, bien sûr, excepté la présence d'un démon un tantinet décharné qui se baladait qu'un pas quelque peu... étrange.


- Où est-ce que vous m'emmenez?

A mais non! fatale erreur que de parler comme ça, à quelqu'un qui pourrait pour faire sauter la cervelle en moins de temps qu'il ne faut pour le dire! Mais bon, Wind est comme ça, trop curieux. Comme le dit clairement le dicton "tournez sept fois la langue dans votre bouche avant de parler". Mais dans les faits propres, Wind n'a pas de bouche, mais un bec, donc exit le proverbe à la con.
Plus qu'à attendre la réaction maintenant, et prier pour qu'il ne postillonne pas partout encore une fois...


[HS: J'ai voulu essayé un style d'écriture plus... cynique, libre et spontané, si ça te vas pas, je peux recommencer :p ]

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Senector
avatar
Nombre de messages : 200
Race : Drewoor Loup (Loup ? Si vous l'dites)
Poste : Ancien Chevalier Démoniaque
Magie Contrôlée : Ténèbres (avec un Zeste de Chaos venant de Swa)

Feuille de personnage
Puissance:
960/1000  (960/1000)
MessageVen 19 Fév 2010 - 15:03

Spoiler:
 


Il était temps d’avancer, marcher sans se retourner, ha !!!! Cité Ô Belle Cité ! Nous viendrons dans tes bras pour sentir les fleurs de tes jardins. Changer d’air pour mieux respirer, élargir le territoire et regarder de plus haut. Quelle merveille que d’imaginer servir le nouveau Roi en marchant dans les ruelles de Dame Elament ! Les démons y étaient presque. Il ne manquait que très peu de pas. Bientôt vous verrez…

Le loup blanc perdu dans ses pensées marchait d’un pas déjà bien pressé, tandis que le corps humain se mit à ralentir sa cadence afin d’apporter une réponse à l’oiseau de malheur qu’il venait de prendre sous ses ordres.


" - Chez moi… "

Oh, chez lui c’était si beau qu’il plaçait malgré tout Elament en deuxième place. L’Artifice ! Non, il n’avait pas peur d’introduire un gars de la Cité dans son Antre. C’était même amusant de voir leur cerveau torturé par ce lieu si splendide ! Un pas après l’autre, il rattrapa son corps quadrupède. Derrières ses deux corps, sous chaque foulée, une trace d’ombre violette déferlait sur terre, laissant ainsi une traînée prouvant le passage d’un être peu recommandé. Mais l’ombre n’était pas éternelle et s’effaçait au bout d’une petite minute comme s’évapore de la fumée avec un peu de vent. Plus il s’éloignait avec la certitude que l’oiseau raconterait les petits secrets de la Cité. Peut-être même que d’ici quelques temps, l’emplumé deviendra la clef de cette immense porte, laissant passer petit à petit, l’armée des démons. Il voyait loin et grand, certes… mais les plus grands visionnaires avaient toujours raison.

Bien qu’il n’avait pas Wind à l’œil, il l’entendait le suivre et s’il tentait de s’échapper de cette emprise, Senector se ferait une joie de lui plonger le bec dans un peu de boue histoire de le mettre plus bas que terre, lui rappelant qui donne les ordres et qui les applique.

_________________________________________________________

Âgé d'environ 450 ans

http://ziokoh.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ? Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]