Partagez | .
 

 [Passeuse] Svada Nir - Terra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Svada Nir
avatar
Nombre de messages : 95
Âge : 41
Race : Hybride Araignée (Veuve Noire)
Poste : Tuteur Élémentaire
Magie Contrôlée : Terre

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageJeu 17 Sep 2009 - 21:06

Nom : Nir

Prénom : Svada

Age : 36 ans

Race : Hybride Araignée(Veuve noire)

Poste dans la cité : Tuteur Élémentaire

Elément Contrôlé : La Terre. L'eau fait horreur aux araignées, sans doute le jeu aurait-il été plus difficile, mais je l'imaginais mal usant de cet élément; il en va de même pour l'air; quant au feu, et bien, c'est par rapport au poste libre de Gardien que ça c'est joué.

Histoire :
40ème jour de l'Hiver, 33 années avant la Guerre d'Elament;

" Je hais les araignées !" furent sans doute les premiers sons qui me parvinrent. Même si ce souvenir s'est effacé, il en reste toujours une trace. Encrée profondément en moi, je sens la haine des araignées, non, de tous les insectes, exprimée par ma mère. une elfe Noldor trop fière et orgueilleuse pour s'imaginer donner naissance à un hybride, erreur de la nature. Mais voilà, même à Sharantyr, mystérieuse Cité Elfique, les hybrides peuvent apparaître.

Je suis née de ma mère, dont je ne connais pas le nom, après seulement 4 mois de gestation. Je n'étais pas plus grande qu'une petite fée, et si mon buste semblait humanoïde, à partir de mon bassin, mes parents n'ont plus eu aucun doute sur ma nature d'hybride. Mais comme tout bébé, j'ai dû pleurer, réclamer l'attention d'une mère qui me détesta à la seconde où elle me vit, à la seconde où elle comprit. Bien sûr, elle ne pouvait me garder. Ce serait une honte pour elle. Il fallait se débarrasser de moi, le plus vite possible. Mais sur une île, ce n'était pas chose aisée, que de faire "disparaître" quelqu'un, même de ma taille. Il restait un moyen. Malgré l'horreur que ma mère éprouvait, elle ne put sans doute se résoudre à me tuer, alors elle me déposa dans un panier, et me laissa dériver sur l'eau, vers la côte Nord des Terres de l'Erestrée. Ainsi, ma vie ne commença pas à Sharantyr, mais bien sur le continent aux multiples visages.


1er jour du Printemps, 32 années avant la Guerre d'Elament;

Et miraculeusement, je survécus. J'atterris près de la bourgade humaine Indelia Prime, et heureusement pour moi, les rares humains m'ayant aperçu à cette époque me prenaient pour une grosse araignée. J'avais pourtant déjà la taille d'un hobbit. Je me nourrissais de rongeurs, d'oiseaux, ou d'insectes que j'attrapais dans mes toiles. Ma première année fut difficile, mais par chance, les hybrides insectes grandissaient vite, et ainsi, je pus assez rapidement me nourrir sans trop de difficultés. Je ne parlais pas encore, et je n'avais pas de nom. J'étais moi, et je ne me fiais qu'à ce que je voyais et sentais. Mais cela changea assez vite aussi, car je fis une rencontre qui orienta ma vie vers ce qu'elle est aujourd'hui.

5ème jour de l'Été, 28 années avant la Guerre d'Elament;

Au fil du temps, je m'étais déplacée, et éloignée des humains, avançant vers le Sud-Est. Sans m'en rendre compte, après tout, je n'avais que 5 ans, j'avais déjà commencé ma route. Et sur ce chemin, je fis la rencontre qui me sauva de mon errance : un groupe d'hybrides insectes nomades. Incroyable. Ce groupe était composé d'insectes de grande taille : notamment, des mantes, des scarabées, des taons, et surtout des araignées. Ils n'étaient pas très nombreux, environ cinq représentants de chaque hybridation citée. Il n'y avait cependant que deux araignées, comme moi. Deux mâles, l'un adulte hybridé de mygale, et  l'autre, un enfant, hybridé de l'araignée loup. Quant ils me trouvèrent, embusquée dans une cavité, ils m'accueillirent sans palabres, et bien que je n'aie aucun sens de la vie en communauté, découvrir d'autres représentants de mon espèce était bien trop tentant. L'adulte-mygale, qui mesurait près de 1m70, se prénommait Razdal Nir, et son "frère", l'enfant âgé de 4 ans, Urzo Nir. Ils se considéraient comme une famille, et je n'eue guère mon mot à dire quand ils me donnèrent un nom et m'adoptèrent immédiatement ! Désormais, j'étais Svada Nir. Et mon voyage continua, toujours vers l'Est, mais cette fois, je n'étais plus seule.

23ème jour de l'Automne, 19 années avant la Guerre d'Elament;

Avec les nomades, ma famille, j'appris le langage commun, parlé dans presque toutes les contrées de ce monde. Ils m'enseignèrent aussi des rudiments de géographie, et ainsi, je savais localiser quelques villes et points de repères. Avec un clan, se nourrir n'était plus tellement un souci, ni boire, ni se protéger la nuit. En parlant de protection, c'est à cette époque que j'appris aussi à me servir d'un bâton pour me battre. C'était l'unique arme transportable facilement pour une araignée, et maniable ! Déjà que j'aie quatre pairs de pattes, sans compter mes bras, vous imaginez un peu ? Enfin, passons, j'avais surtout bien grandi, et déjà, à 14 ans, ma croissance était finie : j'étais bien plus petite que Razdal, mais j'étais tout de même plus grande qu'un hybride insecte en général, aux environs de 1m55, 1m60. La troupe avait traversé une bonne partie du continent, nous étions aux portes du Luscannian, pays des hybrides, enfin ! Je rêvais de voir Luxania, la capitale. Mais mon rêve ne se réalisa pas, ou pas comme je l'espérai.

" Eh, Sva, tu viens ? On est presque arrivé ! Allez, dépêche !"
Urzo n'avait qu'un an de moins que moi, mais il cavalait bien plus vite que tous les autres !
" Bien sûr, c'est plus facile quand on est petit... "
En revanche, c'était une araignée naine... Et ça, il détestait qu'on le lui fasse remarqué.
" Pff "
Cette fois, il se contenta de lui tourner le dos et d'avancer sans se retourner. Je me souviens de mon sourire amusé. Que cette époque était joyeuse. Dans ma mémoire, tout est encore frais et rayonnant, tant l'espoir était fort, tant le futur était proche. Nous arrivions à Luxania. Je resterai avec Razdal et Urzo, mes frères, et la vie serait belle... Et les démons apparurent. De tous les côtés de la route, des créatures hideuses ou bien atrocement belles, se jetèrent sur nous. Les scarabées ripostèrent avec force, mais certains démons étaient de force égale. Les mantes jouèrent de leurs mandibules acérées, mais les sorciers les mirent hors d'état en un instant. Quant à nous autres, araignées, nous empoignèrent nos bâtons et nous jetèrent dans la mêlée !

C'était sans espoir. Razdal tomba. Urzo ferma les yeux. Et moi, je m'évanouis, après un coup porté sur ma tête, et d'innombrables blessures sanguinolentes. Je pensais qu'à mon réveil, je serais entourée de démons, sous terre, et qu'ils me tueraient dans d'atroces souffrances. Qu'importait. Mon rêve et mon avenir étaient morts. Cependant, je n'étais pas dans un tunnel, bien qu'il fasse sombre et frais. Mais ce fut la douleur qui me réveilla d'abord. Dans toutes mes pattes, dans tout mon corps. Pourtant, j'étais en vie. Pourquoi ? Simple. J'étais protégée par une coupole de ronces, un véritable bouclier de plantes entremêlées. A peine eus-je ouverts les yeux et constaté ce prodige, que les ronces rentrèrent lentement dans le sol. Je sentis une étincelle brûler en moi. Je sentis pour la première fois mon pouvoir, au milieu d'un champ de cadavres d'insectes.


4ème jour de l'Hiver, 17 années avant la Guerre d'Elament;

Je serais sans doute morte à cet endroit, si des marchands en route vers Luxania ne m'avaient pas trouvée. Ils m'emmenèrent jusqu'à la capitale, où un guérisseur put me soigner. Je restai ainsi deux ans dans cette Cité. La vie y était agréable, malgré les raids sporadiques des démons alentours. Quant à ce qui c'était passé sur la route, la première apparition de mon pouvoir, j'essayais surtout de refouler ce souvenir. Pourquoi ? Sentiment de culpabilité du survivant. Pourquoi moi ? Pourquoi pas Urzo ou Razdal ? Ils me manquaient tout les deux. En quittant ce monde, ils avaient laissé un vide en moi, un vide d'impuissance et de haine. Cependant, l'impuissance disparaîtrait bientôt, quant à la haine, ce ne serait bientôt plus que le moteur de mes actions.

Le pouvoir resurgit, et cette fois, je ne pus l'ignorer. Je travaillais dans une taverne, et un soir, un hybride loup complètement ivre avait commencé à m'asticoter. Je me faisais une joie de ne pas lui répondre et de ne pas le regarder. Sans doute n'était-il pas habitué à se faire ainsi rejeté, apparemment, il s'agissait d'un riche commerçant ici. En tout cas, il se montra plus persuasif et entrepreneur. Mon instinct de Veuve noire me dictait de mépriser les hommes faibles, car inaptes à la reproduction. Cependant, ce n'était peut-être pas la meilleure solution face un homme ivre... Maintenant que j'y repense, je me rends compte à quel point j'étais naïve, à 16 ans, on se sent plus fort que tout le monde... Cet hybride là était plus fort que moi. Il m'emmena à l'extérieur de la taverne, et dans l'ivresse de la soirée -on fêtait une victoire-, personne ne le remarqua. Il tenta de m'agresser. Mais je sus bien avant que cela se produise qu'il allait en être empêcher, malgré ma peur. A nouveau, je sentis cette étincelle de puissance en moi. A nouveau, je fermai les yeux.

Et rien ne se produisit. Pas de coups, pas d'insultes. Une liane épaisse avait surgi du sol et emprisonnait le malheureux. Cette fois, des habitants m'avaient vue. Qu'allait-il se passer ? Je pensai être une erreur de la nature, d'une erreur de la nature ! Pire que tous ceux réunis ici. Mais en vérité, je fus bien surprise quand une hybride lézarde s'approcha de moi et dit :

" Toi aussssi, tu posssèdes un don des éléments ! Viens, ssssuis moi !"
Un don... des éléments ? Confusion et interrogations s'installèrent dans mon esprit. Par ailleurs, la liane qui retenait le rustre avait disparu, et ce dernier s'enfuit sans demander son reste.

La lézarde s'appelait Kaltia Bordis. Elle était née dans le Luscannian, et à son adolescence, elle avait découvert son pouvoir, comme moi. Elle me parla des éléments, de l'eau, du feu, de l'air et de la terre. En vérité, je ne compris pas toute son explication à propos des Dieux élémentaires. Pour moi, le seul dieu que je pourrais vénérer, c'était le soleil. Mais apparemment, il existait réellement des Dieux, ou du moins, ils avaient existé, puisque leur pouvoir perdurait... Kaltia avait découvert Elament seule, en suivant les indications souvent floues des marchands et nomades. C'était dans cette Cité qu'elle avait appris à maîtriser son élément, l'eau. Elle était ensuite retournée à Luxania, afin de trouver d'autres possesseurs de dons. Et là, elle m'avait trouvée.

" Ton pouvoir est sssselui de la Terre. Je vais t'emmener à Elament, ssssinon tu rissssquerais de blesssser quelqu'un, comme ssset homme... Même sss'il le méritait bien ! Ehehe... Prépare-toi pour un long périple... "

6ème jour du Printemps, 8 années avant la Guerre d'Elament;

Et en effet, le voyage fut long ! Il fallait traverser les Archipels, et une fois sur les Terres Anciennes de Magyar, tout un désert avant d'arriver devant une chaîne de montagne apparemment impraticable. Le trajet dura 9 ans. Pendant ces neuf années, Kaltia me montra son pouvoir, et j'appréhendait mieux ce que cela signifiait. Elle ne pouvait évidemment pas m'enseigner à contrôler la Terre, mais elle me montra du moins comment faire appel à ce don et comment le ressentir. C'état déjà ça. Moi-même, je tentais souvent de faire pousser quelques plantes minuscules. C'était très aléatoire, et malgré quelques progrès sur la fin, j'arrivais à Elament, âgée de 25 ans, avec une maîtrise pitoyable... Kaltia me laissa aux bons soins du professeur de la Terre, à l'époque, un certain Métatron.

1er jour de l'Automne, 4 années avant la Guerre d'Elament;

Durant trois années, j'appris à maîtriser mon élément. Le plus dur fut sans doute la partie minérale, mais avec le temps et la concentration, je parvins à me faire obéir de la roche. Aussi, certains élèves avaient... disons peur de moi, surtout en 1er année ! Au final, je prenais surtout des cours particuliers, étant donné mon âge. J'avais désormais 29 ans, et après avoir fini mes études, avec comme spécialisation "Tueur de démons" pour des raisons évidentes, je décidai de voyager quelques années. Malheureusement, je dus bien vite raccourcir mon voyage.

5ème jour de l'Hiver, année de la Guerre d'Elament;

J'aimais cette Cité. J'aimais Elament, et je vénérais presque Layna Timerta. J'avais de nouveaux amis. Mais quand la guerre éclata, il me fallut prouver mon amour pour mon refuge. Aussi, je pris les armes, et je me battis. Comme tout le monde, j'eus ma part de blessures, de désespoir, de tristesse, mais aussi de joie et d'euphorie. L'annonce de la victoire fut faite sans célébration, à part l'enterrement de celle qui avait donné sa vie pour nous. Nous avions gagné, et nous avions perdu. Voilà ce que l'on répétait allégrement maintenant. Moi, je pris une résolution à la fin de cette guerre. Je devais protéger mon nid. Cette Cité. L'unique endroit sûr en ce monde pour moi. Égoïste ? Dans un sens oui. Les seules créatures pour qui j'éprouve de la pitié sont les hybrides. Sauf les loups.

1er jour de l'Été, 1 année après la Guerre d'Elament;

Je déposai officiellement ma candidature pour devenir Gardienne de la Cité. De tout mon cœur, de toute mon âme, je voulais me protéger. Je voulais nous protéger.

5 Lunes avant la Perte

On commence à se rendre compte que quelque chose cloche, partout. Ce couvre-feu est insensé ! Pourtant, je l'ai fait respecter. Comme je le pouvais. Bah; et s'ils n'étaient pas contents, qu'ils aillent voir ailleurs... Et c'est ce qu'ils firent, dès que la loi martiale fut levée. Pour autant, le calme apparent ne trompe personne. Entre Gardiens et sentinelles, on remarque que c'est souvent des périodes calmes qui précèdent les grands bouleversements d'une Cité... Ce qu'on aurait aimé avoir tort.

Jour de la Perte

C'était plutôt calme en fait, ce jour-là. Maintenant que j'écris, en y repensant, c'était un jour comme un autre, comme la veille ou l'avant-veille, comme ça devrait être le lendemain... Mais la nuit, tout peut changer et tout a changé. Il n'y eut aucun signal incroyable ou fanfare démoniaque. Moi, j'étais dans mon nid, chez moi, endormie. Roulée en boule, je n'ai rien vu ni entendu. Jusqu'au moment où des démons entrèrent dans ma maison et brulèrent ma toile. Le feu me fait horreur, à égalité avec l'eau. Pourtant, à l'instant même où je vis les infâmes créatures, je compris ce qu'il se passait. Ça devait arriver. Bien sûr, j'ai fait mon devoir, il me semble. J'ai protéger le plus grand nombre possible, en couvrant la fuite des plus faibles. On aurait voulu se lancer à la recherche des égarés, ceux qui seraient sinon retrouvés par les démons; on ne le put. Il était trop tard.


Après la Perte, des jours ou des mois, on ne compte plus



Alors, je suivis Dame Ruby, blessée, qui avait combattu deux Rois infernaux, dont une traitresse et un Effrit. Une sacrée dirigeante si vous voulez mon avis ! La première fois que je l'ai vue, frêle et pâle, je fus étonnée. Une si petite chose... comment pouvait-elle être la cible de tant de quolibets ? D'assassinats ? Mais bien vite, elle montra sa force de caractère... Je ne peux cependant m'empêcher de la plaindre. Jamais je ne pourrais diriger pareille Cité. Je suis bien trop... égoïste. Oui, je préfère encore sauver toutes mes pattes que de courir à la rescousse des captifs. C'est une philosophie. Néanmoins, pour me protéger maintenant, il fallait trouver un lieu sûr. Quand le nommé Wind Naïhïn nous parla de l'île, il fut notre dernier espoir. On se retrouva tous là-haut. Bien sûr, il y eut une marche, longue et périlleuse. Arrivés au bord de mer, Wind appris à quelques-uns comment traverser l'étendue d'eau tumultueuse. J'en fis partie. De ce simple secret, et malgré ma peur de l'eau, Ruby nous désigna comme les Passeurs, ceux qui conduiraient les élamentiens dans le nouveau refuge, ou les en feraient sortir.

Le fait est que cela me plaisait. En outre, mon laconisme éternel était un avantage : ce secret était scellé, au moins pour moi, en moi. Alors je fis passer tant de vies, de l'Île au continent, du continent à l'Île, sauvant certains, en promettant d'autres à la mort. Il s'en est passée des choses... La plus importante est sans doute la perte de ma vue. Araignée aveugle, ce ne fut que grâce à Lysias l'Aera que je pus continuer mon travail : il m'aida à utiliser mes autres sens, m'encourageant souvent. J'avais une dette envers lui. Ceci dit, il ne me fallut pas longtemps pour la rembourser. Enfin... J'ai survécu.


Durant le Cataclysme

J'ai fais passé ceux qui accompagnent la Dame, chargés des artéfacts de la dernière chance. Puis, je suis restée sur la côté, attendant un signal quelconque. Ce pouvait être un éclaireur, un message, ou pire, un démon. Sur le qui-vive, je n'ai pas tout de suite compris ce qui se passait. Un bruit effroyable me fit sursauter, le tremblement du sol, les vagues qui lèchent mes pattes... Quelque chose se passait, et je ne pouvais rien voir, j'étais dans le noir. Mais surtout, je sentis une magie puissante me traverser de part en part, ancienne et maléfique, terrifiante. Cette puissance me laissa pantelante, les bras tremblants. Mais surtout... je ne voyais toujours pas. Le sort avait été inefficace pour ma cécité. Je n'ai pas le temps d'y penser, qu'une secousse me met presque à terre. Quelque chose est arrivé et je ne sais pas ce que c'est. Quelque chose qui changera tout, et qui a déjà tout changé... pour moi aussi.

J'ai appris à utiliser l'élément Terra pour me déplacer. Et je ne me rends compte, en essayant de faire un pas, qu'il ne m'obéit plus. Je ne sens plus les roches, ou les plantes, ou alors il me blesse. En essayant de faire pousser une liane devant moi, une pierre vient se jeter sur mon ventre. Abasourdie, complètement aveugle, je suis réduite à l'impuissance. L'environnement que je maîtrisais jusqu'à présent se rebiffe contre moi. Je ne puis plus me baser que sur mes sens d'hybrides, certes développés, mais très primaires. Et c'est ainsi, les mains tendues devant moi, avançant à petit pas, presque au hasard, la peur au ventre, sans un bruit, que je me dirige vers la Cité.


Retour aux Sources

Il a fallu du temps pour que je m'habitue aux changements de la Cité : autrefois, je la connaissais par coeur, car elle était ma maison. J'ai dû apprendre l'Île, et ce ne fut pas aisé. Désormais, même ma Maison me semble étrangère, silencieuse et brouillonne. Tout est à refaire, et je ne suis d'aucune aide ou presque. Sans la vue, je ne peux que faire pousser des Arbres-maisons là où on me l'indique. J'ai toujours été douée pour cela, puisque je vivais dans ce genre d'habitations. La reconstruction est lente, et je me sens vieillir chaque jour, malgré toute l'activité nouvelle qui règne ici.

Quel âge ça me fait ? Je ne compte plus depuis longtemps. Pourtant, je sens bien que quelque chose a changé en moi, depuis mon périple pour retrouver la Cité après le Cataclysme : mes forces ne sont jamais revenues complètement, je ne parcours plus les rues avec la vigueur d'avant. Indubitablement, les insectes ont une durée de vie bien courte, et les hybrides issus d'insectes ont le même destin. J'envierais presque les elfes et leurs longues années à passer... Toutefois, on m'a demandé un dernier service, et j'enseignerai l'Art Terra, puisqu'il le faut...


Journal de Svada Nir

Caractère : Sans être glaciale, Svada est loin d'être un personnage amical. Du moins, peu de gens peuvent en témoigner. Elle reste distante avec la plupart des personnes qu'elle côtoie, ne parlant jamais de son passé ou très peu. D'un naturel fataliste, l'hybride ne cherche pas à devenir quelqu'un d'important, elle n'a guère d'ambition. Solitaire dans l'âme, elle préfère rester dans son nid que de se promener. Toutefois, elle sait faire preuve d'altruisme, et elle a pu le montrer par ses différents postes : Sentinelle, Passeuse et Tuteur élémentaire aujourd'hui. Sa dévotion aux élémentalistes, à Elament surtout, vient de son côté sédentaire. Son "nid", c'est Elament. Le protéger est une question vitale pour elle. Taciturne, elle parle peu, mais juste, et n'a guère d'orgueil : sa vie lui parait infime comparée à celle des elfes ou des anges, et elle sait que son nom ne sera jamais retenu.

Physique :  Svada est... une araignée ! Pour faire simple, on va séparer son physique en trois parties :
- entre 0 et 1m => C'est la partie arachnoïde qui l'emporte avec une majorité écrasante. Le bassin est équivalent à l'abdomen d'une veuve noire, ovale, noir avec une marque en losange rouge sur le dos, et deux pics à l'extrémité qui délimite la zone de sécrétion de toile. Elle possède quatre pairs de pattes, soit huit pattes, réparties sur en bordure de l'abdomen, suffisamment puissantes pour la soutenir et la hisser rapidement, mais particulièrement inadaptées en cas de combat rapproché. Au niveau du bassin, là où l'araignée laisse la place à l'humanoïde, deux paires de mandibules, assorties d'une griffe chacune, ne sont d'aucune utilité pour Svada, sauf peut-être pour tenir une proie fermement, et encore.

- entre 1 et 1m50 (sans la tête) => C'est le corps banal d'une femme banal, avec une poitrine régulière et de taille moyenne, assez svelte, des bras fins mais musclés. Sa peau est hâlée, bronzage dû à son voyage en Eréstrée et à Magyar. => à noter quelques cicatrises dues à... bah, vous devinez.

- Visage => sa tête est régulière, bien qu'ayant des os pointus, son nez est très petit, alors ses yeux principaux sont deux gros globes noirs. Deux autres pairs d'yeux viennent les compléter, mais ceux-ci sont minuscules, et presque décoratifs, ils atteignent le haut de son front. Dans ses joues, une paire de mandibule est cachée aux yeux de tous, enfin, sauf lorsqu'elle rit ! Dans ce cas, elles sont bien voyantes. Elle peut aussi les avancer pour les faire sortir de sa bouche de moitié ! Ses cheveux noirs prennent leur racine presque en haut de son crâne légèrement allongé, et tombent raides jusqu'à son cou. Son troisième oeil en partant du bas, à droite, est crevé depuis la Prise d'Elament.

Peur(s) : Sa peur la plus profonde est de ne plus avoir de nid, de foyer. Le feu la paralyse presque, et si elle n'aime pas l'eau, elle peut toutefois l'approcher.

Niveau de maîtrise du pouvoir : Ayant terminé ses études à Elament, elle possède un certain niveau dans la maîtrise de son élément. Cependant, elle garde toujours des facilités et des défauts. Elle affectionne particulièrement la végétation, et s'est perfectionnée dans l'attaque et la défense avec les plantes. En revanche, elle a toujours trouvé plus difficile de manier les minéraux. Ressentir plantes et animaux ne fut pas un apprentissage trop complexe pour cette hybride. Sa tactique préférée consiste à creuser la terre pour faire avancer des ronces jusqu'à son ennemi, sous terre. Sa maîtrise des minéraux a quelque peu évolué alors qu'elle était Passeuse, à force de côtoyer les falaises.  

Particularité(s) : Elle garde toujours un bâton en bois, tout ce qu'il y a de plus banal, à peine aiguisé à ses extrémités. Aveugle.

Exemple de Message : voir Sappho, Alouqua...[/i]

_________________________________________________________

Image Originale : Di


Dernière édition par Svada Nir le Mer 2 Avr 2014 - 16:55, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Svada Nir
avatar
Nombre de messages : 95
Âge : 41
Race : Hybride Araignée (Veuve Noire)
Poste : Tuteur Élémentaire
Magie Contrôlée : Terre

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageJeu 1 Avr 2010 - 10:43

Topicographie :

1° : N'ai pas peur
Like a Star @ heavenLa toile de tes rêves => En patrouille/promenade, Svada croise un petit être bien étrange : Coralline, une nymphe Aqua au caractère tout feu tout flamme. Surprise par sa franchise, Svada la traite comme une adulte, et l'emmène jusqu'aux portes de la Cité, car Cora est volontaire pour aller sauver les maraisois... Ce fut la dernière fois qu'elle la vit. [fini]
Like a Star @ heavenUne arrivée tranquille => Sur le chemin, elle croise Runvan, un hybridé d'elfe et d'aasimar. Malgré sa méfiance vis-à-vis des elfes, Svada se laisse toucher par ce jeune garçon plein de volonté, comme elle autrefois. [Considéré comme Fini]

2° : On ne passe pas
Like a Star @ heaven Indifférence est mère de.... Rien. => Sur son chemin habituel de Passeuse, l'araignée croise un jeune homme se faisant appelé Kaz ainsi qu'une jeune femme... Les découvrant aptes à se battre, la Passeuse les emmène dans la Forteresse.[Fini]
Like a Star @ heaven Passe par ici, passera par là => Ramenant KöH à la Forteresse, Svada, passablement irritée du comportement du Chef, se voit en plus affublée d'un nouvel énergumène à emmener sur l'Île... Mais il s'agit d'une ancienne connaissance, Runvan. [Fini]
Like a Star @ heaven Un accueil chaleureux => Svada amène Runvan sur l'île, pour ses retrouvailles avec Myah, puis elle s'en va, sans demander son reste. Indifférente. [fini]
Like a Star @ heaven Renaissance => Pour son jour de repos, manque de bol, elle marche sur un Lysias. On se trouve bien vite un point commun, mais surtout, on se rend compte que le monde est gris... foncé. Voir noir lorsqu'elle devint aveugle... [Fini]

3º Voir autrement
Like a Star @ heaven Desirs innocents => Suite de Renaissance, Svada accompagne Lysias jusqu'à la Forteresse. Alors alors ? [Clos]
Like a Star @ heaven Hic et ubique terrarum => Chercher la réponse... Trouver le lien... Sceptique hybride. [Clos]
Like a Star @ heaven D'Or et d'ivoire => Svada pars en mission avec Logan Alda, Solis et Emezaël pour tâter du monstre et de sa dentition... Allez, on les encourage bien fort [Fini]
Like a Star @ heaven Retranchements => Après plusieurs mois sans nouvelles, Svada retrouve Lysias par hasard dans la forêt, peu avant le Chapitre Final. [En cours]

4° Devenir autre

Sujet arrêté :
Like a Star @ heavenMoi, une Tour et toi => Pendant une sieste -au beau milieu de sa vadrouille, mais passons- Svada se fait surprendre par un Fier Loup, appartenant au Temple. [Arrêté]
Like a Star @ heaven Scénario : Résurrection => Perdue dans la forêt, pour finalement se retrouver dans l'Artifice sans le savoir, notre hybride tombe -bon, c'est plutôt lui qui est tombé- sur un corps étrangement pâle, mais pourtant vivant... Qui est-ce ? Que fait-il là ? ... [Arrêté]

Possessions : Durant le trajet avec Lysias pour se rendre à la Forteresse, Svada fit l'acquisition d'un bien étrange objet : un minuscule pendentif bizarrement agencé, avec en son centre une pomme lisse dorée. Elle n'en connait pas l'usage... Pourtant, n'est-il pas évident qu'il a un rapport avec la Sagesse millénaire ? L'hybride le porte au poignet généralement, comme un bracelet avec un lien fait de toile.
Spoiler:
 

_________________________________________________________

Image Originale : Di


Dernière édition par Svada Nir le Dim 25 Nov 2012 - 17:56, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ruby
Prophétesse
avatar
Nombre de messages : 4776
Âge : 36
Race : Peuple de Cristal
Poste : Errante - Prophétesse
Magie Contrôlée : Arcanes de l'Eau

Feuille de personnage
Puissance:
990/1000  (990/1000)
MessageSam 3 Avr 2010 - 12:19

Indicateur de puissance post-edit : 695
Poste : Passeuse

Bon jeu dans la V2 !

_________________________________________________________

http://elament.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Le Commencement :: Fiches de Personnages-

 Sujets similaires

-
» Terra Mitica en Espagne...
» Terra existe vraiment ! [libre et pas obligé de faire plus de 15 lignes]
» Terra sur Wikipédia?
» 05 - Légendes de Terra Mystica
» « Je te zlatanne, chéri. » ▲ Terra G. Hertz