Partagez | .
 

 Pensées s'égarant sur l'eau..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar
MessageLun 31 Aoû 2009 - 21:35

Une lueur familière aux êtres de la nuit brillait haut dans le ciel nocturne d'Elament. A cette heure-ci, il n'y avait plus aucun bruit, mis à part les murmures provoqués par les jets d'eau, ou bien, comme on le pensait, les plaintes des âmes défuntes. Plus aucun habitant n'était dehors, laissant ainsi la place aux rares noctambules. L'air était frais, mais la vampire qui se tenait céans, élégamment assise sur les bords de la fontaine, ne le sentait pas réellement. Simplement vêtue de sa belle robe, elle avait seulement l'impression que la légère brise fouillait dans ses beaux et longs cheveux de feu, attachés en deux nattes qui se rejoignaient sur le derrière de sa tête. Elvan, son hermine, étai blotti bien au chaud sur sa nuque, doux et affectueux.

Kalirea se souvenait bien du jour où son compagnon lui avait été offert. Son père lui avait laissé le choix entre une marguette, petite chatte de chasse qui arborait une bien jolie couleur rousse, et cette hermine d'un beau blanc neigeux. La marguette s'était montrée hostile tandis que la jeune elfe qu'elle était alors avait tenté de la caresser. Quand elle avait tendu la main vers l'autre petit animal, celui-ci l'avait d'abords reniflée, léchée, puis y avait blotti sa minuscule tête. Elle s'était alors prise d'une intense affection pour ce petit être qui lui avait déjà manifesté tant de tendresse...Jamais il ne l'avait quittée depuis lors. C'était son seul ami...même après tant d'années passées dans l'enceinte de la cité cachée, elle ne s'était pas assez intégrée à la vie quotidienne des habitants pour nouer, à défaut d'une quelconque amitié, une camaraderie ou simplement une relation de voisinage.

Personne ne savait ce qu'elle était réellement. Elle avait bien pris soin de ne pas sortir en plein jours, même pour ses cours, et jamais elle n'avait montré ses mains, ni sourit de toutes ses dents. Les petites particularités physiques propres aux vampires risquaient d'être remarquées. Avec ses canines pointues et anormalement développées, ses ongles semblables à du verre, et sa peau qu'elle ne pouvait découvrir lorsqu'il faisait jour, tout cela se verrait bien trop, et cela irait a contrario de ce qu'elle voulait: rester discrète et surtout, ne pas éveiller les soupçons sur sa vraie nature. Elvan était donc le seul être dont la présence lui était nécessaire. Quand elle pensait au nombre d'années qu'il avait déjà vécu en sa compagnie, la vampire se disait que jamais plus elle ne pourrait vivre sans lui...

Son regard se posa sur l'eau de la fontaine. L'endroit était paisible... Jusqu'à présent, elle n'était pas beaucoup sortie, à part pour suivre les cours indispensables à sa maîtrise du feu, ainsi que pour se nourrir. Elle repensa à sa chasse ratée au cimetierre où elle avait fait la rencontre d'un de ses semblables. Bien qu'il eut été d'une rare attention lorsqu'il lui fit boire son propre sang bien qu'étant déjà à bout de forces, elle ne cessait de ruminer sa honte, elle qui avait toujours réussi à se sustenter depuis qu'elle avait quitté son amant, Galen. Le visage de ce dernier lui apparut l'espace d'une fraction de seconde puis s'effaça, se mêlant aux ondes provoquées par le courant de l'eau de la fontaine. L'ancienne elfe soupira. Tout ce qu'elle désirait, c'était une nouvelle vie bien rangée, loin de ses propres désordres intérieurs.

Quand ses désirs seront-ils exaucés?
Revenir en haut Aller en bas
Serek Salam
avatar
Nombre de messages : 264
Âge : 238
Race : Ange déchu
Poste : élève de 2ème année
Magie Contrôlée : Igni

Feuille de personnage
Puissance:
240/1000  (240/1000)
MessageLun 31 Aoû 2009 - 23:45

*Pas moyen de…*

Un claquement de doigts, une étincelle.
Nouveau claquement. Une flammèche, aussi vacillante que celle d'une bougie, se fit dans l'obscurité, puis le noir à nouveau. Une vois s'éleva pour jurer tout haut:


M… alors! J'y arrivais bien en cours avant!
Devenu un habitué nocturne, Serek avait fait déjà plusieurs fois les rues en long, en large et en travers tout en se remémorant sa journée. Bosser ses cours n'était pas son acticité favorite, loin de là, mais il fallait bien passer par là pour maitriser ce qui jusqu'à il y a quelques années n'était qu'un fardeau, une peur.
Cette fois un claquement agacé retentit, puis une flamme s'éleva de ses mains, pour éclairer vivement les alentours. Un peu surpris, Serek releva la tête et crut discerner une ombre au moment où ses main commençait à lui brûler. Les secouant fortement pour faire disparaître les flammes, il s'avança doucement, ses yeux s'habituant lentement à l'obscurité.


Il y a quelqu'un?

Question qui relevait plus d'une phrase jetée dans le vide qu'autre chose. L'obscurité environnante était entrecoupée par un éclairage faible et ne permettait pas de distinguer clairement les formes aux alentours. Il se jura d'aller demander à qui de droit d'installer plus d'éclairage dans les rues, sinon elles deviendraient de vrais coupes-gorges dans quelques temps.
Un frisson lui parcourut le dos tandis qu'il avançait dans l'inconnu, les yeux grands ouverts mais aveugles. Qu'est-ce qu'il lui prenait à la fin, d'aller dans la cité pour étudier alors que tous les autres dormaient sans rien se soucier de plus? Peut-être était-ce cette envie de tester ses limites, ou alors c'était tout simplement son pouvoir qui le fascinait de plus en plus, qui le poussait à sortir, à en faire jusqu'à des nuits blanches.
Inconsciemment, il leva la main pour répéter le geste qu'il faisait des centaines de fois depuis plus d'une heure. Il claqua les doigts, et la lumière se fit, nette et presque belle dans la nuit.
Il ne le remarqua même pas. Il était absolument sûr d'avoir vu quelqu'un se tenir devant lui, à quelques mètres et quelques secondes avant, et là, plus personne…

_________________________________________________________

Sachez mourir lorsque le temps est à mourir
Sachez sourire quand il faut sourire
Sachez profiter de la vie car elle ne vous est que trop courte




Lorsque tomberont les flocons de la mort, soyez sûrs qu'à ce moment, je serai là
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMar 1 Sep 2009 - 22:07

Elle en était là de ses pensées, ressassant ce qui n'était plus et ne serait plus, quand elle entendu des claquements de doigts qui se rapprochaient. Kalirea tourna instinctivement la tête vers la source du bruit. Ses yeux lui permettaient de voir dans la nuit, et même l'obscurité la plus tenace n'avait pas raison de sa vision de nyctalope. Un jeune homme se tenait devant elle, à quelques pas de là, et à ce qu'elle vit, lui aussi était un Igni. Cela la fit sourire.

La vampire fit jaillir une flamme au creux de sa main droite, quasi silencieusement.

-Elvan...Doux....Gentil...

L'hermine avait quitté son petit nid douillé qu'était la nuque de sa maîtresse et s'était mis à feuler en posture défensive, maintenant fermement agrippé à l'épaule de son amie. En entendant la voix cristalline de cette dernière, l'animal se calma, mais resta tout de même sur ses gardes. Elvan n'aimait pas les intrus, notamment quand il ne savait pas s'ils voulaient du bien ou du mal à Kalirea.

La vampire se leva et esquissa quelques pas vers l'inconnu. Elle semblait glisser sur les pavés plus qu'elle ne marchait.

-Oui, il y a quelqu'un...qui est ici? Je vous vois....inutile de vous cacher...

Alors qu'elle prononçait ces mots, elle s'arrêta, et se concentra très fort pour donner de l'intensité à la flamme qui brulait toujours dans sa main.
Revenir en haut Aller en bas
Serek Salam
avatar
Nombre de messages : 264
Âge : 238
Race : Ange déchu
Poste : élève de 2ème année
Magie Contrôlée : Igni

Feuille de personnage
Puissance:
240/1000  (240/1000)
MessageMar 1 Sep 2009 - 22:49

Les rues étaient décidément de plus en plus peuplées la nuit. Serek ne prit pas la peine de garder sa flamme allumée, vu qu'une autre avait répondu par une lueur encore plus vive. Il ne savait pas comment il avait fait pour la rater, mais en tout cas, elle était bel et bien devant lui à présent, quelques mètres les séparant, tel un vie si petit mais si grand en même temps.
C'était une jeune femme qui tenait cette torche à même la main. Il en déduisit donc que c'était également une igni, chose que même un cerveau d'oiseau attardé aurait compris. Une main sur le cuir de la bandoulière qui lui traversait la poitrine de bas en haut, l'autre pendant sur le côté, il s'avança doucement, puis 'arrêta au moment ou elle lui répondit. Lui, se cacher? Drôle d'idée, étant donné que c'était lui en premier qui avait brisé le silence de la nuit, a moins que ce ne soit le doux bruit de la fontaine.


Je ne cherche en aucun cas à me cacher, je suis là, c'est tout…

Il se remit en marche, comme si la distance qui les séparait faisait des kilomètres alors que seuls quelques pas les séparaient. Une chose bougea dans les cheveux de l'inconnue, et instinctivement, le bras de Serek bougea au-dessus de son épaule, dévoilant à demi du fourreau l'éclat du métal de son épée. Voyant une bête blanche, probablement une fouine ou quelque chose dans le genre, prendre place sur l'épaule de son interlocutrice, il lâcha le pommeau de l'épée, qui retomba dans un glissement silencieux au fond de sa gaine.
Pas un sourire, pas une expression "humaine" (si l'on puis dire puisqu'aucun humain n'était présent en ces lieux) ne troubla le visage de Serek. Elle avait quelque chose en commun avec lui… Une certaine froideur, il l'avait senti lorsqu'elle l'avait regardé. Son teint pâle la faisait passer pour fragile, mais toujours trompeuses étaient les apparences, et Serek était le mieux placé pour le dire, puisque malgré ses airs tranquilles, il…

Il la détailla comme tout ceux qu'il rencontrait; toujours cette même manière impersonnelle du type qui n'y connait rien aux manières civilisées, et c'était à demi le cas. Pour autant qu'il ait fréquenté des villes et des cités, la méfiance lui avait appris qu'on pouvait en savoir pas mal sur quelqu'un d'après sa tenue vestimentaire. Par exemple, des vêtements amples pouvaient cacher des armes de courte portée, comme des poignards.
Ses yeux remontèrent le long des jambes cachées (ou pas?) par la robe qu'elle portait. Cacher de telles armes dans une robe était d'autant plus rusé qu'une fois qu'on vous mettait en confiance, le moment venu de se faire égorger, on ne s'en rendait même pas compte…

Si Serek était bourré de défaut, comme tout le monde d'ailleurs, le pire était ce regard neutre qui vous passait aux rayons, comme s'il avait l'espoir que quelque chose se cachait sous vos habits, ou pire encore, comme s'il y voyait directement en-dessous. N'allons faire aucune allusion, car Serek n'avait aucune notion de ce point de vue masculin. Tout ce qui lui importait à chaque instant, c'était de ne pas perdre la vie bêtement, et surtout pas un soir, alors qu'il n'était pas forcément censé se trouver ici.


Tout doux la bête, même si c'est dur de croire un bonhomme qui se balade la nuit et armé, je n'ai nullement l'intention ni l'envie de découper quoi que ce soit.

S'adressant à la maîtresse de l'animal, il demanda:

Qu'est-ce que tu peux bien faire ici, au bord d'une fontaine, à l'heure ou généralement on ne pense qu'à un lit, à moins qu'on y soit déjà?

Toujours cette vieille habitude, mais tenace, de tutoyer n'importe qui. Jamais il ne s'en débarrasserait…

_________________________________________________________

Sachez mourir lorsque le temps est à mourir
Sachez sourire quand il faut sourire
Sachez profiter de la vie car elle ne vous est que trop courte




Lorsque tomberont les flocons de la mort, soyez sûrs qu'à ce moment, je serai là
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMer 2 Sep 2009 - 22:04

Les lèves de la vampire s'étirèrent en un sourire moqueur. Elvan feula de plus belle. Elle fit disparaître la flamme de sa main avant de caresser la belle hermine. En effet, l'inconnu qui se tenait devant elle était armé jusqu'aux dents et venait d'appeler Elvan "la bête". Ce qu'il ne savait pas, et en même temps cela se comprenait, c'est qu'elle était la seule personne envers qui l'hermine réagissait positivement lorsqu'elle lui donnait un ordre. Et il ne s'agissait pas d'un vulgaire animal de compagnie....doué de conscience et de sentiments, l'animal était capable de donner son avis sur telle ou telle chose...

La question qu'il venait de lui poser la choqua cependant. Elle arqua un de ses sourcil, puis prit le temps de trouver une réponse plausible, sans toutefois dévoiler sa véritable nature...

-Mmmmh....Je pourrais te retourner la question l'inconnu! Cependant je vais te répondre...

*espèce d'effronté....tu n'as pas deviné?*

-Je ne peux sortir en des horaires plus décents. Je croyais qu'ici nous étions libre de nos mouvements...je ne pensais pas que le fait d'être assise paisiblement au bord d'une fontaine pouvait être dangereux...

Tout en parlant d'une voix veloutée, elle avisait le fourreau de son interlocuteur. Il était armé, et visiblement, cherchait à savoir si elle-même l'était. De toutes les manières, il ne verrait sa dague, qui lui servait à maintenir ses deux nattes. Elvan quant à lui, était de plus en plus nerveux et ne cessait de s'agiter. Poussant un soupir, elle le prit dans ses bras, et continuait à le caresser...

- Peut-être que si tu étais moins défensif, mon hermine serait plus calme. Je ne pense pas qu'il résistera très longtemps à l'envie qu'il a de te sauter dessus...Je suis pas là pour tuer, je prends juste l'air...et la lune est belle ne trouves-tu pas?
Revenir en haut Aller en bas
Serek Salam
avatar
Nombre de messages : 264
Âge : 238
Race : Ange déchu
Poste : élève de 2ème année
Magie Contrôlée : Igni

Feuille de personnage
Puissance:
240/1000  (240/1000)
MessageMer 2 Sep 2009 - 23:20

La lune? Mais qu'est-ce qu'il en avait à foutre de la lune alors qu'il croisait quelqu'un d'on ne plus plus…étrange assise entre de la contempler justement, cette foutue lune.
Elle n'avait pas un comportement rationnel, comme si… Et pourquoi cachait-elle ses mains? Serek se posait sûrement beaucoup trop de questions, mais c'était la seule chose qui lui venait à l'esprit à ce moment; la vie. Si la sienne n'avait pas été menacée autant de fois depuis qu'il avait rejoint le monde dépravé des hommes, peut-être aurait-il gardé un peu de son innocence. Mais en plus d'avoir perdu cette innocence, il avait perdu son rang et sa place parmi les siens.
Alors pourquoi le condamné devrait-il regarder la lune à travers les barreaux de sa prison, si ce n'était pour se sentir libre au moins une fois de temps en temps? Le regard d'acier de Serek ne cilla pas et resta planté dans les yeux de son interlocutrice. Toute la misère du monde donnait l'impression de s'être rassemblée dans le regard du déchu, mais il était devenu tellement inexpressif avec les décennies de malheurs, que plus rien n'était visible, seulement une lueur dedans qui rappelait à qui les regardait qu'une âme était en prisonnière de cette enveloppe maudite.

Sa main lâcha totalement la garde de son épée et se remit le long de son corps. Il s'arrêta. Cette distance… Il n'avait qu'à bouger la main pour la toucher, mais seules leurs ombres jouaient ensemble. Il s'accroupit, pour se ramener à la hauteur de la jeune femme. Les yeux dans les yeux, ils se dévisagèrent un moment, pendant que le crachement de la fouine continuait de troubler le silence ambiant.


Si tu ne me veux aucun mal, je ne t'en veux aucun. Cette citée n'a pas à être peuplée de tueurs dévalant les rues, même après tard le soir.
Je n'ai qu'une philosophie ici. Dans cette citée, tout le monde est dangereux, mais personne n'est méchant… J'ai également appris que ceux qui connaissent le feu sont un peu plus dangereux que les autres.


Sa voix ne prenait aucune intonation, comme si il avait parlé de la pluie et du beau temps, mais encore plus ennuyeusement que le faisaient les devins humains qu'il avait eu l'occasion de rencontrer. Elle n'avait pas non plus regard très…vivant. Comme à lui, on avait volé quelque chose d'essentiel, de vital…

_________________________________________________________

Sachez mourir lorsque le temps est à mourir
Sachez sourire quand il faut sourire
Sachez profiter de la vie car elle ne vous est que trop courte




Lorsque tomberont les flocons de la mort, soyez sûrs qu'à ce moment, je serai là
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageJeu 3 Sep 2009 - 20:24

L'inconnu était très proche d'elle a présent. Kalirea pouvait voir une sorte de désespoir sourdre dans ses yeux. Ce qu'elle pouvait en dire, c'est qu'il était probable que cet être était lui aussi prisonnier d'une condition qu'il n'avait pas voulue.

Elle cherchait toujours à dissimuler ses mains. Que dirait-il s'il voyait ses longs doigts pâles dont les ongles avaient l'apparence du verre? Voyant qu'elle n'éprouvait aucune animosité envers cet être, Elvan se calma peu à peu et se recroquevilla dans les bras de sa maîtresse, comme s'il s'en voulait.

- En effet...tout le monde est dangereux ici. Il faut juste savoir où mettre les pieds pour ne pas se faire égorger. Tant de créatures damnées, errant dans les rues de la cité....c'est triste à dire, mais c'est cela la nuit à Elament!

Elle devait bien avouer qu'il n'avait pas tort. Cependant, les Igni ne devaient être les plus craints. Elle connaissait certains Aqua dont le nom provoquaient bien des souffrance tandis qu'ils n'étaient pas encore passés à l'acte. Même étant Aspirant Maître du Feu, elle ne pouvait prétendre à être une créature très dangereuse...

-Ainsi tu es Igni toi aussi? Je ne t'ai jamais vu encore...Bizarre...

Et alors qu'elle lançait ces paroles, elle leva la tête vers la mère Lune, astre symbole de l'inconstance et veilleuse de toutes ses nuits depuis plus de quatre cents ans...
Revenir en haut Aller en bas
Serek Salam
avatar
Nombre de messages : 264
Âge : 238
Race : Ange déchu
Poste : élève de 2ème année
Magie Contrôlée : Igni

Feuille de personnage
Puissance:
240/1000  (240/1000)
MessageJeu 3 Sep 2009 - 21:13

Serek avait fait fi de la méfiance et avait enfin concédé à s'asseoir sur le bord de la fontaine, tenant ainsi compagnie à la lunatique inconnue. Tel le penseur de Rodin, il soutenait sa tête d'une main, laissant l'autre pendre sur sa jambe. Un air on ne peut plus ennuyé, on ne pouvait rien dire d'autre.
A la question de la jeune femme, Serek parut sortir d'une torpeur dans laquelle venait à peine de plonger.


"Bizarre est un mot qui est devenu très courant dans la cité. Nous nous sommes peut-être déjà croisés, mais sans nous voir. Cela fait quelques temps que je sors la nuit aussi… Si tu étais dans les rues, tu devrais me croiser de temps à autre."

L'hermine de la fille avait l'air de s'être calmé, tant mieux, car il ses sifflements commençait sérieusement a lui vriller les tympans. Il l'observa tandis qu'elle contemplait la lune et se dit sur l'instant qu'il était bien inutile de lever la tête si haut pour admirer une belle chose dans la nuit. Son profil pâle et fier se dressait, la tête haute. Serek n'avait aucune raison de faire une telle chose, mais il la regarda fixement, comme si la lune s'était transfigurée en elle.
Il tiqua deux secondes. Une telle pâleur n'était pas naturelle. Les seules fois ou il avait vu une telle blancheur sur une peau, c'était lorsqu'il avait quitté les son vieil ami à sa mort. La mort… C'était exactement cela, une pâleur de mort.
Le son cristallin de la fontaine accentuait cette ambiance mortuaire, comme si une autre atmosphère avait chargé le lieu.

Serek n'avait plus envie de desserrer les mâchoires pour dire quoi que ce soit, car il avait quelques doutes, mais lui-même ne s'était pas présenté. On lui avait d'ailleurs dit quelque part qu'il était d'usage que ca soit lui qui se présente en premier. Sans tourner la tête, et sans un geste pour prévenir son interlocutrice qu'il allait sortir un mot, il dit:


Serek. C'est mon nom.

Cela tenait en si peu de mots, mais il avait l'impression d'avoir délivré une information capitale sur sa vie. Il avait horreur de ce sentiment de vulnérabilité, comme si l'autre exerçait une sorte de pression sur sa conscience alors qu'il n'en n'était rien. Sa main bougea et entra en contact avec quelque chose de froid. L'eau reflétait son image embrouillée par les vaguelettes qu'il créait en bougeant sa main. Rien n'avait l'air plus irréel que leur image, mais pourtant, si ils étaient d'un côté, il était tout à fait normal que leur reflet les salue de l'autre. Sauf que a bien y regarder, le reflet de sa voisine…

Spoiler:
 

_________________________________________________________

Sachez mourir lorsque le temps est à mourir
Sachez sourire quand il faut sourire
Sachez profiter de la vie car elle ne vous est que trop courte




Lorsque tomberont les flocons de la mort, soyez sûrs qu'à ce moment, je serai là
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageJeu 3 Sep 2009 - 23:04

Les mots ont un pouvoir terrible sur tout être vivant. La lune, éclairant les pavés, leur donnait un aspect inquiètant. Le murmure de l'eau pouvait être perçu comme angoissant. Mais la vampire se sentait anormalement bien....en paix avec elle-même.

Comme certains l'auront dit: "Donne ton nom a un inconnu, et celui-ci pourra exercer un pouvoir immense sur toi". Ceci n'empêcha pas l'inconnu de se présenter. Elle se sentit alors obligée de se présenter également.

- Kalirea Crown...et voici Elvan. Mon ami et fidèle compagnon. Excuse son comportement mais comme tu as dû le remarquer, il n'aime pas trop les étrangers...

Elle partit d'un petit rire cristallin qui se mélangeait parfaitement au son de l'eau de la fontaine. Puis, elle vit le regard de Serek se diriger vers le bassin. Il y avait son reflet à lui....mais pas le sien...Elle avait pris soin de cacher ses mains et autres caractéristiques de sa condition, et elle n'avait pas pris garde au fait qu'elle n'apparaîtrait pas dans les eaux du bassin! Quand elle vit le regard de l'homme à côté d'elle se troubler, elle eut peur de sa réaction...

-Tu dois avoir deviné pourquoi je ne sors pas le jour hein? Et oui...une vampire...mais n'y prends pas garde. Je ne mors pas lorsque je n'en ai pas le besoin...et encore, ce mode de sustentation est pour moi un cauchemar...

Elle soupira et pris un ton amer.

- Vivante sans l'être alors que je n'avais rien demandé à personne. Voilà ce qui arrive quand on aime les mauvaises personne...

Son apaisement était retourné au néant. Elle se souvenait trop bien de cette nuit funeste où celui qu'elle aimait l'avait mordu, et l'avait obligée à prendre la fuite... Il l'avait alors condamnée à ne plus jamais voir le soleil...
Revenir en haut Aller en bas
Serek Salam
avatar
Nombre de messages : 264
Âge : 238
Race : Ange déchu
Poste : élève de 2ème année
Magie Contrôlée : Igni

Feuille de personnage
Puissance:
240/1000  (240/1000)
MessageVen 4 Sep 2009 - 19:34

Un, ou plutôt une vampire, voilà ce que Kalirea était… Le regard toujours fixé dans les eaux vides du bassin, là où devait normalement se trouver le reflet de sa voisine. On lui avait effectivement volé sa vie, et apparemment ce n'était pas n'importe qui l'avait laissée ainsi.
Avoir découvert le secret de quelqu'un alors qu'elle cherchait à ne pas le dévoiler était pour lui comme une dette. Il avait maintenant comme un poids sur la conscience. Les petits secrets des uns n'avaient que peu d'importance pour lui, mais ce qui touchait à l'identité, à la personne elle-même, il s'en sentait directement concerné. Son dos le lui rappelait à chaque jour, chaque instant, chaque seconde. Pourquoi des personnes n'ayant rien voulu, rien demandé, avaient-elles hérité d'un don et étaient maudites par la vie en même temps? La justice se faisait-elle ainsi, au bon vouloir d'une puissance supérieure qui équilibrait le sort de chacun en lui donnant sa dose de malchance en même temps qu'une chose exceptionnelle?
Rien n'était plus illogique à ses yeux que cela.


Tu n'as pas à te sentir coupable, tout le monde à ses torts, mais le tien n'est pas d'être un vampire. Je n'avais en aucun cas l'intention de te gêner en découvrant ta nature…
J'ai au contraire une dette envers toi, une dette dont je n'ai aucune autre façon de te rembourser que celle-ci.


Sa gorge se serra. Une seule personne dans toute la citée les avaient vues et c'était l'ange soigneuse lorsqu'il avait combattu à l'arène, mais elle n'avait pas saisi, il avait fallu que Shaloa la pousse dans ses réflexion pour qu'elle voie la vérité en face. La bandoulière de son épée fut défaite et il enleva le gilet qu'il portait. Il releva lentement le haut qu'il portait et tourna le dos au vampire.
Toujours aussi nettes, comme si elles avaient l'air fraîches, les deux raies profondes qui labouraient dos étaient bien visibles, même dans l'obscurité. Elles semblaient briller, comme si la part d'ange qui lui restait était fichée dans ces marques sanglantes. Ce même sang qui avait teint à jamais sa chevelure. Il se rhabilla sans se presser et sans un mot. Il garda son épée entre les jambes, dans son fourreau, la pointe jouant avec le sol.
Il paraissait fatigué, comme si ce qu'il avait dévoilé lui pesait maintenant sur les épaules.


J'ai vécu pendant mes premières années à Otulin, la cité des anges, avant de devenir ce que je suis. Si rien n'était arrivé, j'y serai encore…

Un regret immense était perceptible dans sa voix, signe que ces années de perfection et d'innocence étaient bien trop loin pour pouvoir espérer un jour un retour en arrière

_________________________________________________________

Sachez mourir lorsque le temps est à mourir
Sachez sourire quand il faut sourire
Sachez profiter de la vie car elle ne vous est que trop courte




Lorsque tomberont les flocons de la mort, soyez sûrs qu'à ce moment, je serai là
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageLun 21 Sep 2009 - 9:28

En voyant le dos stigmatisé de son voisin, Kalirea ne put s'empêcher de pousser un soupir qui se voulait à la fois de dégoût, à la fois de compassion. Au final, elle n'était pas toute seule à vouloir cacher ce qu'elle était. En revanche, elle savait dorénavant qu'il était bien égoïste de se lamenter sur le sort que lui réservait sa condition. En effet, elle ne connaissait rien de pire que de voir un ange privé de ses ailes.

La connaissance la fatalité avait un prix. Certains étaient obligés d'en payer le prix, peu importaient les conséquences.

-Et bien au moins, je sais que je ne suis pas seule à me morfondre sur mon état...Cacher ce que l'on est ou est devenu ne sert à rien, notre condition, nouvelle ou plus ancienne nous rattrape....N'es-tu pas d'accord?

Elle n'attendait pas de réelle réponse venant de son interlocuteur "bafoué". Pour l'instant, ce qui comptait pour la vampire, était d'être écoutée, et de partager des souvenirs et des pensées relatives au pouvoir de l'innocence, comme si tout individu était une brebis égarée...

hors rpg> vraiment désolée pour le retard et aussi pour la petite taille de ma réponse....je ne fais que passer en speed sur le forum ><"- fin de transmission passagère!
Revenir en haut Aller en bas
Serek Salam
avatar
Nombre de messages : 264
Âge : 238
Race : Ange déchu
Poste : élève de 2ème année
Magie Contrôlée : Igni

Feuille de personnage
Puissance:
240/1000  (240/1000)
MessageLun 5 Oct 2009 - 11:35

Serek médita un instant les paroles de Kalirea. Elle n’avait pas tort, dans un sens, mais même ici, sentir le regard des autres dans son dos était quelque chose de désagréable. Même en sachant que les gens de la cité avaient tous une certaine histoire et du coup, une certaine vision des choses, il allait de soi que les préjugés ne disparaissaient pas une fois qu’on avait franchi la porte.
Les vampires étaient de ces êtres qui, depuis la nuit des temps, inspiraient le mal et la terreur dans le monde des humains (et des non-humains) ; des êtres assoiffés de sang parcourant les ruelles sombres la nuit et attirant leurs victimes soit par leur incroyable beauté, soi par leur force hors du commun.
Les anges étaient une légende chez les hommes, mais ces derniers savaient ce que voulait signifier la déchéance pour une de ces créatures… Ils avaient même appelé le premier ange déchu « Satan », un nom bien évocateur.

Malgré toutes ces apparences que les contes et les histoires destinées à effrayer les badauts et les enfants avant de se coucher, chacun avait sa peine a porter. Apparences trompeuses… Il s’agissait bien de l’expression qui pouvait s’appliquer à eux deux à cet instant.


“Je pense que tu dis vrai, mais il y a des fois ou il vaut mieux vivre caché pour vivre heureux, des fois où on n’a pas envie que lorsqu’on nous regarde, on ne voit que ce qui nous manque par rapport aux autres.
Il est bien beau de dire qu’il n’y a pas de honte à être comme nous sommes, mais je le dis clairement : j’ai honte. Pas un jour de passe sans que mon dos ne me rappelle ce que je suis, pas une nuit sans que je rêve à ce que j’ai fais.
Je ne pense pas qu’oublier qui nous sommes est une bonne chose. Ce doit être notre force, notre raison de vivre, mais les gens n’ont pas à savoir pour ne pas nous juger.”


C’était direct, peut-être même trop cru pour pouvoir être dit tel quel, mais Serek n’avait pas envie de lisser des paroles qu’il ne savait dire autrement.

Spoiler:
 

_________________________________________________________

Sachez mourir lorsque le temps est à mourir
Sachez sourire quand il faut sourire
Sachez profiter de la vie car elle ne vous est que trop courte




Lorsque tomberont les flocons de la mort, soyez sûrs qu'à ce moment, je serai là
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageSam 10 Oct 2009 - 21:31

Amertume. Profondeur. Sincérité. Honte. Mal-être. Des blessures et rien que des blessures, entraînées par une condition, un statut que l'on a pas choisi.
Lamentation, déshonneur. Comme si votre coeur était sorti à tout jamais de votre poitrine, sans toutefois vous quitter...Ce coeur vous nargue et vous ne savez pas quoi faire.
Lamentation, frustration.Une nuit sans fin se refermant sur vous. Une odeur de mort qui vous pénètre sans que la Faucheuse veuille vous toucher, vous emporter vers la quiétude.

Serek n'avait pas tort. Il était vrai que vivre caché était un échappatoire au regard des autres, une manière de vivre loin de la peur. Sans le regard des autres pour juger de votre degré de monstruosité. Mais Kalirea en avait marre de se cacher. De vivre recluse sur elle-même. Elle avait en vie de voir des gens, de faire des rencontres, de montrer que les vampires sont des êtres doués de sentiments et parfois même de gentillesse. Cela, elle l'avait appris en rencontrant Armand. Il est possible de s'intégrer à la société en étant vampire. Mais en revanche, à voir et entendre les propos de Serek, mieux valait être discret si l'on était un ange déchu.

- Je comprends tout à fait ce que tu veux dire...En revanche, lorsque tu parles de ce que tu as fait...Cela reste assez vague. Je sais que je me mêle de ce qui ne me regarde pas, mais...qu'en est-il exactement? Maintenant que l'on en est aux confidences...

Si c'était parce qu'il avait tué des gens, elle serait capable de le supporter. Elle avait appris à ses dépens pourquoi les vampires avaient si sale réputation, et pourquoi ils étaient aussi craints. Elle qui avait été si douce, si bonne et si rieuse autrefois, elle avait dû tuer, ôter la vie à des personnes en pleine santé de ses propres mains, pour se nourrir. Certes, ce que l'histoire ne disait pas, c'est qu'elle avait tenté d'arrêter de boire du sang ainsi que de se poster en plein soleil, mais évidemment, elle ne s'était pas imaginé un seul instant qu'elle aurait conservé ses réflexes de survie, et qu'il lui avait été impossible de supporter la douleur.

-J'ai tué des gens. Massacré des familles. Juste pour pouvoir être là encore et témoigner de cet enfer que j'ai vécu pendant de très longues années...Je peux tout entendre...

Elle planta son regard d'émeraude dans celui de l'ange déchu et observa un silence empreint d'une gravité et d'une sincérité sans faille.
Revenir en haut Aller en bas
Serek Salam
avatar
Nombre de messages : 264
Âge : 238
Race : Ange déchu
Poste : élève de 2ème année
Magie Contrôlée : Igni

Feuille de personnage
Puissance:
240/1000  (240/1000)
MessageMar 20 Oct 2009 - 7:56

Elle avait donc elle aussi causé la mort, la destruction de vies innocentes qui plus est...Acte impardonnable, mais pourtant si compréhensible; cette sorte de joie lugubre qui s'emparait de lui lorsque ses mains entraient en contact de ce fluide rouge et chaud. Comme si à chaque fois que cela se produisait, il en tirait une sorte d'accomplissement d'une quête noire.
Quelque part, il était soulagé que quelqu'un ose parler de cela ouvertement, sans fard, sans mots détournés pour décrire les horreurs accomplies.


"J'ai tué mon père. J'ai tué d'innombrables personnes dans des combats, mais une des seules choses que j'en retiens, c'est que j'ai tué mon père.
Ce n'est pas parce qu'il était ma famille, non, parce que je le détestait. La raison pour laquelle sa mort me poursuivra, c'est que j'ai tué un homme désarmé, avec une force que je ne connaissais même pas, et que n'avait pas conscience d'utiliser.

Il a brûlé. Je sens même encore parfois l'odeur de chair brûlée dans mes rêves. Ce n'est pas la seule personne que j'ai tué de cette façon, et si je devais vivre encore un an pour chaque victime que j'ai faite par le feu, j'en aurais pour des siècles.

Il est bien connu qu'une fois renvoyé d'Otulin de la même façon que moi, un ancien ange n'a plus beaucoup de temps devant lui. Soit il se suicide ou bien il sombre dans la folie et se fait tuer. Mais mon heure n'est pas encore arrivée semble-t-il, car cela fait plus d'un siècle que je suis parti de la cité des Anges.


Serek observa un moment de silence pendant lequel seul le doux clapotis de la fontaine se faisait entendre. Un silence infini, peut-être même plus grand encore dans un moment de solitude, mais pas à cet instant.

"Mon épée et le feu sont les deux seules choses qui me restent. Peut-être que ce sont également les dernières choses qui me relient à cette vie, qui prouvent que je suis là. Si tu n'as plus d'accroches, alors il ne sert à rien de vivre… C'est la seule motivation qui m'a fait venir à Elament; contrôler le pouvoir avec lequel je n'ai fait que détruire, c'est pourquoi je suis les cours.

Spoiler:
 

_________________________________________________________

Sachez mourir lorsque le temps est à mourir
Sachez sourire quand il faut sourire
Sachez profiter de la vie car elle ne vous est que trop courte




Lorsque tomberont les flocons de la mort, soyez sûrs qu'à ce moment, je serai là
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageVen 23 Oct 2009 - 23:11

L'aveu d'un parricide aurait pu être choquant si l'ange déchu ne s'était pas adressé à Kalirea. Après tout...N'avait-elle pas maudit son propre père qu'elle aimait de tout son être pour l'avoir trop étouffé? Elle ferma les yeux, et médita un instant sur ce que Serek venait de lui dire.

-Moi aussi...Il me reste peu de choses je veux dire...Le petit animal que tu vois perché sur mon épaule est mon seul ami depuis bien des siècles. Ma dague également. J'ai beau vouloir des amis, et ce de tout mon coeur, mais peu importe. Les amis, tu les rencontres, tu les vois vivre et eux meurent, alors que ces instants n'auront duré pour toi qu'un battement de paupière.

Il était consternant, voire même relativement effrayant d'accéder à ce genre de pensées. Au moment où elle mentionna son Elvan, l'intéressa leva sa minuscule tête, et sentant la détresse de sa maîtresse, se blottit bien contre son sein par affection. Certains pourraient sembler bien curieuse la durée de vie de l'hermine en question qui frôlait des sommets pour un si petit animal, mais si attaché à Kalirea qu'il l'était, personne ne pouvait comprendre ni réussir à expliquer pourquoi il avait déjà vécu aussi longtemps et vivrait encore bien des années, tant que sa maîtresse n'aura pas quitté ce monde...

-Tu vois, je suis bien d'accord. Il est vraiment difficile de trouver quelque chose à laquelle s'accrocher. Et bien que ta condition n'aide pas, la mienne n'est pas bien meilleure... Ne devoir sortir que la nuit, éviter la mort le jours...

Elle eut un sourire cynique et sans joie.

-Qui voudrait de toute manière prendre le risque de sortir la nuit pour tomber sur une vampire et converser tranquillement avec elle...Surtout lorsqu'on est pas une créature soi-même dangereuse...Mais je n'ai plus envie d'être quelqu'un de mauvais...et je veux maîtriser moi-aussi ce feu qui grandit en moi et que je ne peux arrêter. Ce feu m'a bouffé. Je ne veux plus le garder en moi plus longtemps....je ne peux pas, sinon je vais craquer, me consumer de l'intérieur.... Mais ce n'est pas l'objet premier de ma venue à Elament...Pas en ce qui me concerne....


Hors RP:oui, je suis pas mal d'accord avec cette idée....^^ après tout pourquoi pas, moi qui me posait la question de savoir comment j'allais bien prendre les cours sur Elament, je trouve que 370/1000 c'est pas du tout assez...xD Partenaires?
Revenir en haut Aller en bas
Serek Salam
avatar
Nombre de messages : 264
Âge : 238
Race : Ange déchu
Poste : élève de 2ème année
Magie Contrôlée : Igni

Feuille de personnage
Puissance:
240/1000  (240/1000)
MessageJeu 5 Nov 2009 - 18:30

Serek resta un moment silencieux. Pas la principale raison de sa venue dans la cité… Lui aussi aurait bien voulu venir pour chercher autre chose, pour une raison qui le motiverait à vivre autrement qu'en sorte d'associal qui ne conserve qu'une impression superficielle du monde qui l'entoure. Il avait tout perdu, comme elle, mais elle, avait encore d'autres choses, d'autres projets.
Tout ce qu'il avait tenté de construire de son vivant s'était écroulé comme un château de cartes. C'en était presque ironique qu'il pense comme cela, car celle entre eux deux qui aurait pu revendiquer cette manière de penser, c'était plus la vampire que l'ange déchu. Mais cela faisait longtemps que Serek ne s'estimait plus appartenir au monde des vivants. Chacun avait quelque chose que désirait intensément l'autre, c'en était tellement ironique que cela lui arracha un sourire.


"J'espère que tu trouves ce que tu cherches ici, parce que ca fait plusieurs années que je suis ici et je n'ai même pas trouvé ce que je cherchais.
Pour moi, tous ceux qui entrent dans cette cité ont le point commun de contrôler un élément, mai aussi de rechercher quelque chose. Pour certains ce sera la rédemption, pour d'autre l'expiation, mais moi je n'ai toujours pas trouvé malgré les années que j'ai passés ici.
Si je peux dire une seule chose censée a quelqu'un, c'est; n'oublie jamai quel est ton but, car c'est lui qui te permet de vivre comme tu le fais."


Il ne se targuait pas d'être un philospohe, ce qui n'était d'ailleurs pas un domaine dans lequel il excellait, mais il dû reconnaître qu'il avait dit quelque chose de très censé pour une fois.
Il se leva et se mit face à Kalirea en lui tendant la main.


"On ne va pas passer la nuit sur ce bord de fontaine. A ce qui parait, les cours des Ignis des classes supérieures ont enfin un professeur. Il serait dommage d'arriver les yeux gonflés pat le manque de sommeil à son cours…"

_________________________________________________________

Sachez mourir lorsque le temps est à mourir
Sachez sourire quand il faut sourire
Sachez profiter de la vie car elle ne vous est que trop courte




Lorsque tomberont les flocons de la mort, soyez sûrs qu'à ce moment, je serai là
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» Seul et sage pensée!
» Pensée solitaire sur le toit... [Libre]
» Petite pensée pour le Japon
» reflexion bidon sur le mode de pensée de la société !!!!!
» Tome 9 - Ce que vous en avez pensé ! ♥