Partagez | .
 

 Un paysage si calme. [PV Eleera]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar
MessageMar 28 Juil 2009 - 23:58

Suite du sujet : Une arrivée tant attendue.

Urgal qui venait de passer la porte d'Elament, et avait enlacé Eleera sur un moment de joie a partager. Bien évidement, il la lâcha furtivement, et s'excusa sur le champs. La jeune fille devint alors toute rouge, écarlate, et Urgal eu un petit sourire amical. Cependant, il trouva les réactions d'Eleera assez bizarre, exprimées par des rougissements. Peu banal. Soudainement, celle-ci eu une allure de gêne, comme-ci l'endroit ne convenait pas. Sans doute un malaise. Mais causé par quoi ? Qui ? La réaction d'Urgal après avoir traversé la porte ? Il ne savait pas. Après avoir été bousculée, Eleera eu un petit sourire de malaise tout en confirmant l'hypothèse d'Urgal, qui était qu'elle ne se sentait pas bien.

« Aller au calme, bien évidement, il suffit de trouver.. »

Il n'eut le temps de finir sa phrase qu'il se retrouva avec Eleera agrippée à son bras, après avoir demandé en chuchotant d'aller à l'ombre, dans un endroit calme.. Rien de mieux qu'un parc ! Il regarda autour de lui, pour trouver quelqu'un qui pourrait lui indiquer le chemin. Il y avait forcément un parc dans les alentours. Mais, valait-il mieux demander.

Urgal s'absenta quelques minutes, et demanda si il y avait, et où se trouvait le parc. Heureusement les habitants de cette ville étaient sociales. Il retourna alors auprès d'Eleera qui semblait se sentir de moins en moins bien. Le malaise se sentait venir. Il prit Eleera sur son dos, et partit à la recherche du parc.


« Nous ne sommes plus très loin. Vous pourrez vous reposer dans un parc, non loin d'ici. » dit-il à Eleera, alors qu'il savait très bien qu'il les avaient perdus.

Il marchait, droit devant lui, ne sachant pas où il allait. Se retrouvant au milieu d'un marché, devant l'école. Retourna sur ses pas, se retrouvant dans des ruelles, non fréquentable. Ils étaient belle et bien perdus dans la cité. Urgal aura du boulot, oui, apprendre la carte de la cité par cœur, une tâche assez complexe, connaissant la taille de cette cité. Pouvoir sentir la nature à travers le sol, une chose qu'il aimerait apprendre par dessus tout. Ne plus se perdre, trouver son chemin grâce à des éléments naturels. Quelques minutes plus tard, il retourna carrément vers la porte. Mais un ou deux croisements de rues avant, il tomba sur un panneau indiquant le chemin du parc. Pourquoi ne pas y avoir pensé avant !? Il était forcément indiqué ce maudit parc.

Le soleil était à trois heure ou quatre heure de l'après-midi, dans le ciel. Les rues étaient bondées, les gens sortaient forcément de ce temps là, une chaleur à crever, aucune raison de rester enfermé. Quelques oiseaux survolait le ciel, surplombé de quelques nuages, faisant le bonheur de jeunes enfants, cherchant de l'ombre. Soudainement, la fraicheur se fît sentir. L'ombre de plus en plus fréquente, et le calme hantait les lieux. Oui, l'entrée du parc. Non pas parsemé d'arbres, mais parsemé de prairies, l'endroit était apaisant, adoucissent. Quelques courants d'eau, par-ci par-là.
Urgal déposa Eleera sur l'herbe, près de l'eau, et sous un arbre, à l'ombre, comme à sa demande. Il se redressa, jetant un coup d'œil à droite, à gauche, pour finalement regarder le ciel. La beauté des lieux enchanta Urgal. Et le calme, si paisible a entendre. Seulement le chant du vent sur les feuilles, les branches qui se cognent entre elles, le petit bruit, comme un murmure de l'eau, un endroit magique, et magnifique. Il se retourna, et regarda Eleera avec un sourire.


« Cet endroit est si beau. Cela vous convient-il ? » demanda Urgal.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageSam 15 Aoû 2009 - 20:34

Eleera ne se souvenait plus vraiment comment elle était arrivé sur cette herbe fraîche. Non que sa mémoire soit déficiente, juste que lors de ses malaises, un voile de brouillard semble embrumer sa conscience, l'endormant et la protégeant donc d'une crise. Sa pleine vitalité ne revenait qu'une fois le "danger" passé. Et là, on pourrait dire que c'était le cas. Plus de chaleur écrasante, plus de foule compacte et compressée, plus de bousculades. Les trilles des oiseaux et les chants des insectes berçaient la jeune fille, et à part ces bruits musicaux, un calme serein planait sur l'endroit.

Elle se souvint que l'ange lui avait demandé si cela convenait. Elle sourit.

« Oui, c'est parfait. » répondit-elle.

Son regard se posa sur la rivière, à quelques pas d'eux, qui murmurait de subtiles secrets. Que n'avait-elle pas le pouvoir de l'eau pour percer ses mystères ! Ou celui du vent pour comprendre les chuchotements de la brise caressante. Ou même celui du feu pour saisir la danse de ses flammes, et la beauté de sa chaleur. Mais, le plus beau de tous était en elle. Terra. Elle frôla de sa main droite l'herbe verte et vigoureuse. Elle voyait les tâches de lumière virevolter sur le tapis vert, au rythme du mouvement des ramures bercées par le vent. Un jeune chêne près d'eux leur prodiguait généreusement une ombre bienfaisante. Que demander de plus ?

La jeune elfe s'arracha à sa rêverie, et se redressa légèrement, toujours assise au pied de l'arbre. Elle eut l'envie de s'abandonner à la nature, de laisser les rivières de vie couler à son côté comme elle en avait l'habitude. Elle commençait même, dans le calme ambiant, à entendre le battement sourd et inaudible, uniquement perceptible avec le cœur, de la terre et de la vie. Elle en eut une brusque idée, une subite interrogation à lancer à Urgal.

« Que sais-tu faire avec ton pouvoir ? » lui demanda t-elle, d'un ton joyeux.

Elle lissa sa robe émeraude d'une main légère, et braqua son regard sur l'ange. Elle ressentait tout d'un coup une curiosité intense à l'idée de voir un élémentaliste faire usage de son don. Bien sûr, polie, elle n'en laissait rien paraître. Son visage restait neutre, ses traits paisibles, et rien ne trahissait sa fébrilité intérieure. Elle toujours placide et calme commençait à bouillir de l'intérieur. Après tout, elle n'avait encore jamais vu quiconque faire quoique ce soit en rapport avec les éléments.

Eleera se coucha sur le ventre par terre, ses mains en coupe sous son menton, attendant la réponse d'Urgal.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageVen 28 Aoû 2009 - 17:27

Urgal qui était assit en face d'Eleera regardait ce splendide arbre, d'une allure rassurante, d'une beauté incomparable. Il voyait bien que Eleera était plus calme, et plus détendue, ici, dans ce lieu magique, où chantait les oiseaux accompagnés du vent. Où mirroitait le soleil sur l'eau. Il avait trouvé l'endroit parfait pour se reposer et discuter paisiblement, et sans dérangement avec elle.

D'ailleurs, celle-ci confirma que le lieu était idéal, lorsque Urgal avait demandé si cela lui convenait. Il regarda à nouveau Eleera, qui venait de se redresser. Elle était, comme bercée par les chants majestueux, et plongée dans ses rêves adoucis par la rivière.

Soudainement, elle lança une interrogation à Urgal, concernant son Élément. Certes, l'élément clef, l'élément de base. Oui. Igni, chaleureux, paisible, ne servirait à rien si il n'avait aucune Terre à réchauffer. Arqua ne vivrait pas sans Terre. Aera ne pourrait chanter sans Terre. Urgal leva la tête pour regarder au sommet du chêne, avec un petit sourire joyeux. Terra, la base de la vie. Il rebaissa la tête en direction d'Eleera.


" Et bien, ce que je peux faire .. Pas grand chose .. " dit-il.

Soudainement, il regarda à côté de lui, et tout en soulevant de la terre, il créa une petite sphère. Oui, pathétique.. Créer une sphère, à quoi bon ? Il se frotta derrière la tête, cherchant une idée..
Soudainement, il eut une idée. Il fit « pousser » une montagne devant la main d'Eleera posée à terre, sur laquelle poussa une splendide rose en terre, mélangée à du sable. Mais le rendu était splendide. Et par la même occasion, deux feuille tombèrent, et Urgal, par chance, réussit à les « implanter » sur la « tige » de la rose.


" Voilà pour vous. "

Oui, une rose, mais des résultats plutôt pathétique.. Il se sentait gêné d'une telle incompétence devant Eleera.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageDim 30 Aoû 2009 - 20:04

Pas faire grand-chose, c'était ce qu'il lui avait dit. Eh bien, il ne connaissait pas le très faible niveau d'Eleera... Brusquement, elle se rendit compte qu'il usait de son pouvoir pour créer quelque chose. Attentive, elle braqua ses yeux couleur orage sur lui, détaillant le moindre de ses gestes. D'abord apparut une sphère constituée de terre. C'était déjà plus que la jeune elfe n'était capable de faire. Mais lui ne sembla quand même pas satisfait. Alors, il fit quelque chose d'étrange. Près de la main de la Terra, une rose minérale se forma, splendide de réalisme.

- C'est magnifique, murmura t-elle, éblouie.

Mais Urgal ne s'arrêta pas là ; il réussit par un tour de force incompréhensible à rajouter deux feuilles à la fleur de Terre. Eleera ne put s'empêcher de sourire rêveusement, espérant un jour arriver à ce niveau. Elle fut surprise quand il lui offrit sa création. La jeune elfe approcha doucement l'un de ses doigts, mais l'arrêta à quelques centimètre du pétale de sable. Elle n'osait le toucher, comme si au moindre contact, la rosa allait s'évanouir, devenant poussière. C'était trop beau pour être vrai.

Elle se sentit soudainement une dette envers lui. Il lui avait offert un magnifique présent ; elle devait au moins essayer quelque chose, non ? Elle se retourna vivement, et ramassa un petit morceau d'écorce qui était tombé de l'arbre. Désormais assise en tailleur, elle le caressa du bout des doigts tout en l'observant en détail. Il faisait à peu près sept centimètres sur quatre, et semblait pas mal friable. Eleera posa la paume de sa main à plat sur le bois, et ferma les yeux. Elle essayait de retrouver les sensations qu'elle avait éprouvées lors de la découverte de son pouvoir. D'abord la chaleur. Oui, l'écorce commençait à devenir brûlante, doucereuse et pulsante de vie. La jeune elfe visualisa sa surface, son épaisseur, son existence. Elle imagina ensuite sa transformation, comment le rendre plus solide, plus dur, plus lisse. Puis, alors qu'elle avait envie de hurler tellement le bois était brûlant, elle se contint, et pensa à sculpter sa surface, créant creux et bosses, détails et vie.

La jeune elfe rouvrit les yeux. Le soleil attaqua durement sa rétine, l'obligeant à plisser le regard. Elle contempla ensuite doucement le morceau d'écorce, désormais transformé. Il paraissait désormais incassable, compact et dur, tel de la pierre. Eleera passa lentement son doigt dessus, souriante. La sculpture lui semblait réussie, belle et délicate. Elle représentait une plume sur toute la largeur du bois. Tout les détails étaient présents, on aurait presque pu sentir la douceur de sa caresse, et la voir se détacher du bois pour s'envoler et disparaître dans le ciel d'azur.

Elle se tourna vers Urgal, en rougissant. Tendant la main maladroitement, elle lui offrit la gravure. Quoi de mieux qu'une plume pour un ange ?

- C'est pour toi, murmura t-elle.

Au loin, le vent murmurait les beaux jours, le soleil, les rivières joyeuses, et la Terre paisible.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» ||END|| Faire tâche dans le paysage? Moi? Tu crois? [Pv No Name].
» Finalement le calme est revenu.
» La fin d'une lecture calme [ Sue ]
» tout est calme, reposé....
» Un truc qui calme...