Partagez | .
 

 La Loi du Talion [pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar
MessageLun 27 Juil 2009 - 20:38

L'arène était un lieu bizarre.
L'architecture en elle-même y était pour beaucoup : le tout était composé d'arcades et de colonnes, d'arches qui s'entre-lassaient, de bas-reliefs finement sculptés. Le sol était recouvert de sable et, au milieu de la zone libre, il y avait un dallage de pierre qui dépassait légèrement du sol. Ici, se tenaient combats et jugements, ici, on donnait principalement la mort de plusieurs façons différentes. Tarna détestait ce lieu. Non pas que l'architecture ou le meurtre y fut pour quelque chose, mais c'était un lieu de fin, et pour une créature qui aspirait à péréniser, c'était une insulte personnelle. Aussi, lorsqu'elle franchit le couloir ombragé qui menait à la partie sablée du bâtiment, elle lança une moue méprisante au lieu. Son visage était toujours libéré de ses bandages, mais ses paupières masquaient ses prunelles. On soupçonnait là une promesse, indéfinissable.

Elle adressa un signe à Shaloa qui, aussitôt, lâcha le malheureux. Sans attendre, elle le libéra de ses liens d'un claquement des doigts et lui fit fasse.


" Tu sais ce qu'il se passe ici, voleur. Tu sais que la punition pour le vol est une main en moins, ou une langue lorsqu'il s'agit de récidive. Tu sais aussi que nous ne sommes pas connu pour notre clémence. Aussi, tu as le choix : Parle moi de ce qui m'intéresse ou nous ferons de la peau de ta main un sac pour ranger tes phalanges. " Et en ces mots, il n'y avait que promesse, et pas de menace. Tarna n'eut pas à attendre longtemps qu'il se décide. Il s'adressa à elle dans une langue complexe, hybride de l'Ouest aux accents glissants qu'elle comprit à peine, mais l'essentiel était dit. Il s'inclina et, sur un geste du menton de la jeune femme, prit ses jambes à son cou en direction de la cité.

Tarna n'attendit pas, elle poursuivit sa route dans l'arène, allant jusque sur l'aire de combat que le sang tâchait encore : les Sâbleurs n'étaient pas encore passé. L'air puait la charogne des morts et les excréments des prisonniers. A Elament, la justice était expéditive : mort ou travaux d'intérêt, punition express à coup d'amputation pour les pires crimes. Le voleur ne risquait pas de se faire couper la main, mais seulement de nettoyer la cité, seulement, cela, il ne le savait pas, et Tarna s'en doutait. Le billot trônait au milieu des pierres. Aujourd'hui n'était pas un jour de liesse, il ne servait donc à rien de cacher les symboles de la justice. De plus, personne n'ignorait les lois d'Elament.

A époque obscure, obscures traitements. La dureté des lois de la cité n'avait pas pour but de vanter les matyrs ou les tyrans, mais seulement d'assurer la sécurité des habitants, et les gens en étaient heureux. Mais cela, tant qu'il ne voyait pas le malheur. L'hypocrisie était le meilleur bouclier face à la réalité. Mais cette réalité, la Fée la cotoyait tout les jours depuis... depuis combien de temps ? Trois ? Quatre mois ? Oui, depuis son retour dans la cité. Depuis son pacte avec les Enfers. Là bas au moins, il n'y a pas de mensonge. Si on aimait pas quelqu'un, on le tuait, et l'affaire était réglée, c'était plus rapide et moins fatigant.

Vous devez probablement vous demander ce que la Fée avait demandé au jeune voleur. Ou plutôt, ce que celui-ci lui avait dit, car elle n'avait rien exigé de plus que des révélations, et il lui avait faites sans indications de la part de la Sans-Aile. Eh bien, je ne vous le dirai pas. Il est des secrets facile à garder et d'autres plus lourds. Débrouillez-vous pour obtenir vos propres poids. En ce qui la concernait elle, elle s'était soudain tournée vers le jeune ange qui la suivait partout. Sa minute de contemplation muette des tribunes vides lui avait peut-être parue long, mais Tarna s'en moquait.


" Une menace vaut mieux qu'un châtiment. " Lui murmura-t-elle, sybillique. " Les lois de la cité sont simples. Nous appliquons la loi du talion : vole, tu devras rendre ton dû. Casse, tu devras réparer. Tue, tu devras mourir. Mais certains actes comme le viol ne peuvent être rendu avec justesse, aussi, il existe des bourreaux. Mais nous croyons que cette loi va être changée par la Blanche Malingre, la professeur de l'Eau. "

Un étrange sourire tordit la bouche de la fée, mi joyeux mi triste, comme l'acceptation d'une chose inéluctable, ou la fierté de sa propre capacité d'espionnage et de déduction... C'est ce que l'on racontait, bien évidemment. Les rumeurs allaient bon train sur une infinité de sujet, comme les ingrédients des plats de telles ou telles auberges, ou les étranges apparitions dans des lieux bien connu. Mais cette rumeur là... C'était un employé de l'école qui l'avait faite, dans un cul de basse fosse où il picolait sec [Un pub sale dans lequel il buvait beaucoup], la tête dans son assiette de daube.

" Néanmoins, tu apprendras qu'il faut parfois fermer les yeux pour ferrer de plus gros poissons. De bien plus gros poissons. "
Revenir en haut Aller en bas
Shaloa
avatar
Nombre de messages : 424
Âge : 201
Race : Archange
Poste : Milicien
Magie Contrôlée : Aera

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageDim 16 Aoû 2009 - 5:41

Shaloa suivit sa formatrice dans le couloir ombragé menant à la partie sablée de l'arène, le voleur toujours sur son épaule, qui lui ordonna tout de suite de le lâcher. Shaloa le réveilla donc et le laissa debout sur le sol. Pourtant, il resta immobile un moment jusqu'à ce que Tarna claque des doigts, où il se relâcha un peu. Elle devait surement l'avoir lié avec des cordes d'air par précaution, intéressant, Shaloa n'y avait pas pensé, on voyait qu'elle avait de l'expérience dans ce qu'elle faisait, comparé à lui qui débutait. Quoi qu'il en soit, Shaloa continuait à observer tandis que la fée faisait face au voleur. Elle lui demanda ensuite des informations en utilisant une fois de plus la peur et une fois de plus cela fonctionna à merveille, le voleur avoua tout et raconta tout ce qu'il avait à raconter, avant de s'incliner jusqu'à ce que la gardienne lui permit de partir, alors il se mit à courir de son plus vite vers la cité. La peur, c'était vraiment la solution ? Si on regardait comment faisait la gardienne de l'air, cela semblait bel et bien l'être.

Shaloa suivit ensuite Tarna qui poursuivait sa route dans l'arène, en allant jusqu'à l'air de combat. Pendant qu'il s'y promenaient, Shaloa se remémorait de bon souvenir, en particulier la nuit où il fit un combat amical contre son bon ami Serek, cette nuit qui fut très amusante malgré la fin plutôt brutale où Shaloa triompha. Mais c'était différent ce jour là, l'aire de combat était tachée de sang et l'air puait la mort et les excréments. Visiblement, le ménage n'avait pas été fait depuis un petit bout de temps. Enfin, la formatrice se tourna maintenant vers Shaloa pour lui faire à nouveau une leçon sur le métier.

Shaloa apprit donc qu'une menace valait mieux qu'un châtiment, que cela fonctionnait mieux. Il apprit aussi qu'Elament appliquait la loi du talion, une loi plutôt simple en fait, et pour les actes qui ne pouvaient pas être rendus, il existait les bourreaux. Il apprit par contre qu'une rumeur disait que la professeure de l'eau changera les lois. Shaloa vit sur le visage de Tarna un sourire apparaitre, comme quoi elle ne serait pas en désaccord à quelques changements. Finalement, elle lui dit qu'il fallait fermer les yeux pour découvrir de plus gros problèmes, ce que Shaloa ne comprit pas vraiment.


-Je ne comprends pas ce que vous voulez dire, fermer les yeux me permettrait de découvrir de plus gros problèmes dans la citée ?

_________________________________________________________

http://thebluekenny.blogspot.ca/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageVen 28 Aoû 2009 - 15:23

Ciel, ce qu'il était stupide... Mais c'était simple, non ? On se servait parfois de petits poissons pour la pêche, dans l'espoir que de plus gros ne mordent à l'hameçon. Enfin, Tarna ne pêchait pas. Elle était au dessus de ça. La nature lui offrait ce qu'il lui fallait, et le pouvoir qu'elle avait sur les autres permettaient d'avoir le reste. Son insigne de Gardien de la cité luisait doucement sur sa robe, à l'emplacement du coeur. Une montée brusque de haine la prit, et lui donna envie d'arracher cet ornement disgracieux de son corps parfait, mais elle se retint, et posa simplement sa main à plat sur son coeur. Ces sauts d'humeur étaient fréquents depuis deux jours. Elle était en ovulation. Parfait. Il lui fallait d'urgence trouver un mâle capable de l'ensemencer, et cette tâche était difficile, même dans les Enfers. Dire qu'en ce moment, elle aurait pu être dans les terres d'En-Bas... Heureusement que son plan pour obtenir le pouvoir sur la cour de Vishnu faisait son bonhomme de chemin.

" Oui, pour prendre plus gros. Celui-ci, nous l'avons relâché. Nous savons maintenant à quoi il ressemble et il sait que nous le savons. De toute façon, son arrestation n'aurait servit à rien : il n'a aucun pouvoir, et obéit aux ordres au lieu de les donner. Arrête le et dix prendront sa place. C'est comme de la mauvaise herbe : arrache la et elle repoussera de plus belle. Par contre, si tu arraches un arbre, il y a de grandes chances pour que toutes les petites plantes autour qui dépendaient de son ombre ne meurent aussi, et il faudra longtemps avant d'un géant ne repousse... " La Fée marqua une pause, et enchaîna avec un ton catégorique : " C'est logique. "

Son esprit âgé était peut-être plus habitué que celui de ... Shaloa ? ... à faire ce genre de gymnastique : celle du pouvoir. Qui manipuler, comment, où et pourquoi, comment atteindre quels buts par quels moyens, et prévoir à long terme le résultat d'une manoeuvre. Tarna n'avait pas reçu d'enseignement sur cela, elle le tenait, naturellement, de sa race, et avait apprit au cours de sa vie quelques petites ficelles. Elle était fière de sa propre intelligence, en la matière, toute de fourberie et de traîtrise, de manipulation. Seulement, dans ses os, elle sentait que cela ne pourrait plus tenir longtemps. Elle ne faisait qu'offrir le visage agressif d'une femme désabusée et haineuse. Un jour, quelqu'un comprendrait qu'elle jouait un double jeu. Mais pas aujourd'hui.

" Bon, nous se sommes pas là pour blablater sans arrêt. C'est une arène, non ? Battons nous, que je vois ce que tu vaux dans une rixe. "

Une brise puissante souffla alors qu'un coup, projetant le billot et les morceaux de chair voler plus loin dans le sable de l'arène, arrachant de la stèle en pierre sur laquelle se faisait face les combattants toute la saleté - sauf le sang incrusté - qui la maculait. D'un saut souple, Tarna atterrit sur l'aire de combat, aussi détendue que si elle allait acheter du pain à la boulangerie. Ses paupières étaient closes sur les orbes mystérieux de ses yeux, pourtant, cette cécité n'était qu'apparente, et cela Shaloa le savait. Peut-être aurait-il l'intelligence de se servir de cette information...
Revenir en haut Aller en bas
Shaloa
avatar
Nombre de messages : 424
Âge : 201
Race : Archange
Poste : Milicien
Magie Contrôlée : Aera

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageSam 5 Déc 2009 - 21:40

Après sa question que son institutrice semblait trouvé un peu idiote, elle lui expliqua avec toute l'impatience du monde et Shaloa comprit. C'était de la stratégie, de la logique. En gros, il ne fallait pas s'attarder aux petits crimes, si on voulait arrêter tout, il fallait trouver qui les dirige, qui est la source du mal, et ensuite, quand cette personne arrêterait de sévir, les petits crimes disparaitraient aussi. Par contre, Shaloa se posait toujours une question qu'il ne demanda pas : Et les gros poissons, on les trouve comment ? Si on ne s'occupe pas des petits crimes et qu'on ne sait pas qui les dirige, on avance pas. Shaloa conclus qu'il s'informerait des gros poissons en arrêtant les petits, ensuite, on peut suivre les petits en secret jusqu'aux moyens, et suivre en secret les moyens jusqu'aux gros.

Enfin, Shaloa ne s'attendait pas à la suite, il fallait qu'il se batte contre elle ? Mais elle était folle ! Il lui faudrait une assé bonne stratégie pour la battre, et encore, il aurait du mal. Il remarqua qu'elle nettoya d'un coup de vent l'aire de combat avant de s'y installer et se créa une hypothèse sur sa façon de combattre.


*Elle a les yeux totalement couvert, elle ne voit donc rien. Alors, elle se sert surement du déplacement d'air pour connaitre mes mouvements ! Si on se fit à cette logique, elle a nettoyé l'aire de combat pour ne pas qu'elle soit distraite par leurs mouvements ? Je n'ai qu'une option à essayer, je dois lui faire perdre sa concentration afin de l'attaquer sans qu'elle s'en rende compte. Je dois donc rester immobile et ne bouger que quand autres choses bougent, quand il y a des éléments de distraction.*

Shaloa, immobile, créa un grande bourrasque de vent qu'il fit tourbillonné dans tout les sens, afin de la déstabiliser, si son hypothèse était vrai. Tout en laissant le vent faire son travail, il s'occupa ensuite d'aspirer l'air autour de la gardienne afin qu'elle s'étouffe. Il créa ensuite des poignard de vent, pointus comme des aiguilles et coupants comme des lames de rasoirs, et entoura la gardienne de ces poignards pour ensuite les projeter vers elle, à une vitesse assé grande pour traverser la bourrasque de vent et la bulle de vide.

C'était le moment décisif, est-ce que son plan fonctionnerait ? Il attendait la riposte de la gardienne afin de savoir s'il avait une chance ou non.

_________________________________________________________

http://thebluekenny.blogspot.ca/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageDim 20 Déc 2009 - 17:03

L'idée n'était pas bête, en soi : lui apprendre par la pratique, tout comme la Gardienne lui avait montré comment trouver les petits poissons. En combattant contre lui, la Fée espérait en apprendre sur ses capacités, plus que lui ne pourrait le faire sur elle, ce qui, dans le fond, n'était pas bien compliqué étant donné son expérience. Elle avait derrière elle plus d'un millénaire de vie alors que lui devait cumuler deux siècles, tout au plus. Elle avait du voir naître ses parents, puis les voir mourir. Il n'empêche que sa décision la fit sourire : elle imaginait parfaitement l'état d'égarement dans lequel le petit ange devait se trouver. Devoir combattre une gardienne. Devoir la combattre, elle et tout sa perfection...

Prenant soin de ne pas se salir, la jeune femme monta sur la pierre lisse, maculée de l'ichor de centaines d'infortunés. Elle se détendit, et laissa sa trame s'étendre tout autour d'elle, faisant le vide dans son esprit. Aurevoir, préoccupations menstruelles, bonjour apaisement délectable de l'ivresse du combat. Elle n'attendait qu'une chose maintenant, qu'il ose se lancer. Et il ne tarda pas à le faire, d'ailleurs, tentant, d'après ce qu'elle comprenait, de la déconcentrer. Un sourire carnassier déchira la perfection altière de son visage régale, montrant des dents à la blancheur impeccable. Si Tarna ne prenait pas de plaisir à faire souffrir les autres, elle jouissait de la perspective de leur montrer sa propre supérioté. Aussi, c'est d'un revers de la main qu'elle dressa un bouclier de vent, qui provoqua une dépression avec le cocon de vide que le jeunot avait créé : il y eut un appel d'air qui lui sonna le crâne. C'est qu'il avait de la ressource.

Il n'y allait pas de main morte non plus, mais c'était sans oublier son adversaire, et son mépris détestable, sa foi en elle-même. Elle croisa les bras, mouvement de protection involontaire. Du bout de la peau, elle sentait l'attaque suivante arriver. Elle retenait sa respiration, son coeur sembla s'arrêter, son sang battait à ses oreilles. Elle ricana, de ce rire indéfinissable qui caractérisait les siennes, expulsant le contenu de ses poumons dans le néant qui l'auréolait. Il était stupide. Elle pouvait rester des dizaines de minutes sans inspirer le gaz précieux, puis, comme si tout ce qu'elle avait fait ne servait qu'à conduire à se geste, elle ouvrit largement ses bras.

Une onde de lumière pure se répandit autour d'elle. La Sans-Aile irradiait de protons, lueur aveuglante. Elle se laissa tomber sur le côté, se rattrapant in-extremis, magicien menteur de Luscannian, lévitant. D'un mouvement souple de son bassin, elle se tourna sur elle-même et, d'une impulsion, répliqua.

Son domaine de prédilection, à elle, restait la lumière et les ondes. N'était-ce pas ironique pour une créature aveugle volontairement ? Probablement. Se succédèrent alors deux phases : durant la première, Tarna fit naître des sons aiguë, insupportables pour le commun des mortels. Elle espérait que l'ange imberbe qu'on lui avait assigné n'avait pas de résistance particulière de ce côté là, auquel cas, la seconde phrase, se déroulant simultanément, impulsions lumineuses, devaient lui rendre la tâche de repérer la Gardienne très difficile. Il esquiva globalement bien, mais d'eux deux, seule elle savait évoluer à la perfection dans un monde sans forme.

Ils valsèrent un moment encore, évoluant au sol ou un peu au dessus, éclairs de lumière et sons mystérieux, lui s'échinant à tenter de couper la peau délicate de la fée, éveillant par moment son courroux pour cela, elle tentant de briser ses paupières et trouer ses tympans. Elle en arriva plusieurs fois à admirer sa force et s'étonner de son ... intelligence, mais parvenue à un stade, le combat ne pouvait continuer sans que l'un ne blesse l'autre. Aussi, la Marquée décida d'arrêter tout.

Nouvelle impulsion, effleurements, elle se retrouva face à l'ange, leurs regards seulement séparés par le voile diaphane de ses paupières. Un sourire mutin apparut sur ses lèvres, féline, et, très lentement, comme le battement des coeurs de millions d'étoiles, elle ouvrit les yeux, dardant des orbes vairons dans celles, guèdes, de l'ange. Elle laissa le sort s'opérer, tandis que sa voix, coulante comme du miel, murmura :


" Ne me résiste pas. "

Pour le reste, il n'y avait pas d'espoir à avoir : la magie coulait dans ses veines aussi sûrement que l'eau dans les rivières, et personne ne pouvait lui résister.

[t'inquiète pas, j'vais te désensorceler vite après XD]
Revenir en haut Aller en bas
Shaloa
avatar
Nombre de messages : 424
Âge : 201
Race : Archange
Poste : Milicien
Magie Contrôlée : Aera

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageDim 20 Déc 2009 - 19:12

Shaloa n'avait pas vu juste : Visiblement, respirer, elle s'en moquait. En fait, elle semblait en avoir rien à foutre. Shaloa la regardait tandis qu'elle levait les bras, n'attendant que de voir de quoi serait constitué sa prochaine attaque. C'est lorsqu'il vit Tarna reluire de lumière aveuglante que Shaloa comprit de quoi serait constitués ses attaque tout en refermant ses yeux. Il l'avait lu aux inscriptions de l'école, la branche des ondes de son et des lumières.

Devinant rapidement la suite, Shaloa s'empressa de créer un mur de vide qui l'entourait tel une sphère, afin de diminuer l'impact des sons qui arriveraient. Tout comme au début du combat, Shaloa recréa plusieurs autres lames de vent, mais en plus grande quantité cette fois-ci, il les propulsa ensuite à différentes hauteurs avant de les repropulser vers Tarna à intervalles différents, ce qui lui permit de ronger un mur de l'arène afin de se faire un bouclier visuel.

Tandis qu'il bougeait son bouclier de pierre en fonction de la provenance de la lumière, Shaloa continuait de lancer ses attaques approximativement tout en devant se charger de changer la forme du mur de vide selon sa distance des attaques. Après un bon nombre de répétition, Shaloa décida de lancer une dernière attaque décisive. Shaloa lança son mur de pierre sur Tarna afin qu'elle déroge de ses attaques un moment tandis qu'il se créait une épée de vent pour foncer vers elle.

Puis une fois face à face avec la fée, Shaloa anticipa sa défaite quand il la vit sourire d'un air satisfait. C'est alors qu'il croisa son regard, son vrai. Shaloa dissipait tout ses sorts alors qu'il tombait à genou devant la fée, sa tête le faisant souffrir horriblement. Il sentait qu'on s'infiltrait dans sa tête et redoublait d'effort pour chasser cet esprit de lui. C'est quand elle lui ordonna de ne pas résister que Shaloa comprit que c'était terminé et qu'il devait désormais se résigner aux ordres de la formatrice.

Alors qu'il ouvrait son âme à la fée, la douleur se dissipait aussi et il put se relever. Soudainement, il se rendu compte qu'elle s'était montré plutôt clémente en fait. Elle n'arrêtait pas de le taquiner et était plutôt sympathique. Mais comment a-t-il put penser un instant qu'elle se montrait sarcastique envers lui ? C'était en vérité son amie !

Comme ils étaient en fait de bons amis, Shaloa se permit de lui demander, tout bonnement :


-Dits-moi, Tarna, pourquoi est-ce que tu n'as pas d'ailes, déjà ?

_________________________________________________________

http://thebluekenny.blogspot.ca/
Revenir en haut Aller en bas
Ruby
Prophétesse
avatar
Nombre de messages : 4776
Âge : 36
Race : Peuple de Cristal
Poste : Errante - Prophétesse
Magie Contrôlée : Arcanes de l'Eau

Feuille de personnage
Puissance:
990/1000  (990/1000)
MessageMar 22 Déc 2009 - 23:00

On se moquait des jours ou des nuits qui s'écoulaient, lentement, fluctuants, pour finalement faire se succéder les moments, les évènements de vie.
Qu'ils étaient loin les jours qui virent venir au monde un jeune bébé albinos, la peau blanchâtre et les yeux rouges... Il n'empêchait pourtant pas que la succession des évènements conduisirent inexorablement à cette journée, simple parmi beaucoup, et différente de peu de choses des autres : le soleil brillait paresseusement, le vent soufflait faiblement, l'air de la cité sentait la corruption et le commerce à l'arrachée, les plaisirs simples de la vie. Au milieu du brouhaha du marché marchait une petite silhouette que tous reconnaissaient facilement.

Elle n'affichait ni moue de suffisance, ni air impérial, mais son port naturellement altier suffisait à la faire haïr de nombreuses personnes, bien malgré elle. Elle ne désirait ni les éloges, ni gloire, ni laurier, seulement la paix et ce seul souhait l'avait conduit à son poste.

Au creux de ses oreilles, les murmures pervertis de ses espions résonnaient encore, susurrant des promesses et des mensonges, des vérités trop éclatantes, douloureuses. Le ver était dans la pomme, ses petites pattes sales grattant les coins et recoins, à la recherche de vermine pire encore. La déception s'y était mise, dans le coeur de la petite silhouette, mais elle acceptait la trahison nouvelle, se rappelant qu'elle n'était pas de son fait : ce n'était pas elle qui avait débauché l'abeille pour la transformer en ver... Mais rejeter la faute sur autrui ne réparait pas le mal.

Elle aurait alors pu dépêcher la garde arrêter ce ver, cet infiltrat putride, mais la garde était à la botte du mal, et il fallait donc remonter ses manches et faire le travail soi-même. C'est seulement en posant les pieds, nus, sur les dalles de l'avenue principale de la ville qu'elle s'était rendue compte que le contact simple avec la population lui manquait : depuis combien de temps avait-elle était privée de la lumière du soleil pour son propre plaisir ? Une nouvelle fois, sa sortie n'était pas de son fait.

Elle passa la grande porte, traversant le bouclier immatériel et chemina quelques minutes dans le silence réconfortant de la plaine de la Cité : elle se dirigeait vers l'Arène, confiante mais sur ses gardes, prédatrice en chasse, jouissant de la seule sensation d'être vivante.

Son ombre passa les arches, et son pas, léger, la guida vers les hauteurs des gradins, dans les ténèbres impérieuses de l'arrière salle, au fond, loin de la toile tendue. Là, elle observa l'apprentissage illogique d'une professeur auto-proclamée envers un élève infortuné : les passes, les coups. Elle admira la beauté de ses gestes, la précision du contact, frissonna face à la puissance brute, la mort difficilement maintenue par des rennes trop fragile. Puis il y eut le mouvement de trop, l'acte compréhensible mais inacceptable : la séduction tentatrice d'une magie plus ancienne que la terre. L'Envie.

Elle devait donc agir, et rapidement. Elle concentra son pouvoir, et se propulsa à la tête d'un geyser d'eau écumante, déchirant la perfection azurée du ciel par la magnifiscence délicate du cristal : elle attaqua rapidement, jeta son adversaire à bas, l'ayant par surprise. Prenant appui sur elle, elle sauta en arrière, se réceptionnant en souplesse sur l'aire de combat, le visage neutre, ses traits de Madone Blanche aussi expressifs que des pierres. Il n'y avait nulle satisfaction à avoir de s'amputer soi-même d'un membre gangréné pour aller mieux, nulle joie à ressentir à la perspective de la déchirure.

Le combat qui s'engagea ensuite fut aussi rapide que brutal : à l'inverse du précédent, les adversaires n'avaient pas peur de se faire mal, de se faire saigner. Elles ne retenaient pas leurs coups et leur puissance était impressionnante. Mais il est un moment où l'expérience laisse le pas à la maîtrise de la puissance à l'état pure. Elles n'étaient pas aussi fortes l'une que l'autre, mais l'une n'était pas pétrie de la même haine aveugle que sa consoeur. L'ordalie s'arrêta dans l'écume et le vent, éclair de lumière douloureux, sons sur-aigüe, pellicule de glace sur la pierre, sable crissant par le froid.

Il y avait de la beauté en cela.

Elle regarda son adversaire s'enfuir, démasquée, des promesses de vengeance sur les lèvres, prunelles masquées par les paupières soyeuses, cheveux mouchetés de flocon. Lentement, Ruby se tourna vers le jeune Aera. Elle avait des choses importantes à faire, et elle l'avait désigné pour cela.


[Réponse de Tarna bientôt (demain max)]

_________________________________________________________

http://elament.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageDim 27 Déc 2009 - 20:13

[pas tout à fait 'demain' héhé]

Elle le tenait entre ses mains, petit insecte si fragile que son existence, sa survie, tenait du miracle. Elle ricana lorsqu'elle sentit sa magie s'infuser en lui, le tenir, friable, à sa merci, objet de son bon vouloir. L'ivresse la prit. Elle aurait presque pu se faire épingler par lui, ici, sans le moindre problème, prise par la démence du pouvoir, papillon ténébreux, les ailes poudrés de pourpre. Elle se mordit la lèvre et se pencha vers lui, ses yeux vairons, bouche offerte, ne résistant que peu à la tentation.

C'est alors qu'elle reçut un choc double : celui de la surprise, et celui de la violence, projetée à bas par de l'eau comme une vulgaire feuille ballotée par les éléments. Tarna ne supporta pas cette sensation et se releva rapidement, dirigeant son visage vers l'origine de cette attaque, cherchant des yeux d'autres yeux, sans résultat. Elle n'aperçut d'une ombre blanche, fugace, et un choc nouveau.

Un autre sourire se dessina sur ses lèvres. L'envie s'était dissipée, ne restait que le plaisir du combat. Tarna montra ses dents, et ses moignons d'ailes battirent d'anticipation. Elle reconnu son adversaire aussi bien par sa couleur que par son aspect : petite, maigrichonne, sans saveur, aussi pâle et plate qu'un paysage morne, brumeux. Ce genre de créature corrompu, résidu de maladie, ne devait espérer que la mort, et rien de plus. Elle se ferait une joie de la tuer, elle et cette chevelure de lait. Elle la haïssait.

D'un revers de la main, elle lui envoya une bourrasque de vent, mini tornade aspirant poussière et sable, faisant valser vêtements et cheveux. Ruby sauta en l'air, tournant sur elle-même, esquivant. Une vague de froid à nulle autre pareille balaya la zone de combat, glaçant la sueur de la fée sur sa peau, immédiatement suivit de lance de glace aussi brillante que de l'acier.

Tarna s'envola, bondissant haut, pour les esquiver. Elle riposta, invoquant l'orage, frappant le sol d'éclairs multiples tandis que son adversaire alternaient des formes étranges : nuées de flocon, flaque d'eau, nuage de vapeur, se condensant ou non, l'électricité passant au travers d'elle.

Comprenant qu'elle ne la battrait pas de cette façon, la fée changea de tactique, mais chacune de ces attaques se fracassaient sur un mur de glace ou était esquivée avec une facilité déconcertante, presque insultante. Elle tenta sons, lumières et airs, et finalement, tenta de contrôler les mouvements de cette garce blanche : la fée l'immobilisa, et aussitôt, une douleur insupportable déchira tout son corps.

La fée porta la main à son corps, et sentit sa peau perdre en tonus, se détendre. Elle lâcha immédiatement la madone de glace, qui tomba souplement. Mourir déshydrater, très peu pour elle ! Elle invoqua un vent nouveau, soulevant le sable et la poussière, masquant son départ : elle se vengerai, au travers de sa proie ensorcelée...
Revenir en haut Aller en bas
Shaloa
avatar
Nombre de messages : 424
Âge : 201
Race : Archange
Poste : Milicien
Magie Contrôlée : Aera

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageJeu 31 Déc 2009 - 2:08

Shaloa regardait d'un air innocent Tarna tandis qu'elle se penchait vers lui, se mordant les lèvres. Il attendait patiemment la réponse, car cette femme méritait bien qu'on lui accorde toute la patience du monde, quand soudainement, on s'attaqua par surprise à sa meilleure amie, la jetant odieusement par terre en étant propulsé par un geyser. Ayant totalement confiance en les capacités de sa merveilleuse tutrice, Shaloa se mit à l'écart à l'extérieur de la zone de combat pour admirer la fameuse gardienne vaincre la directrice qui devait sûrement être très faible comparé à Tarna. Tarna elle, elle n'avait pas besoin de faire des coups bas pour vaincre les gens, elle était si forte ! Une femme complète en soi.

Quand la fée se leva, un combat brutal commença et Shaloa savait que Tarna pouvait vaincre son adversaire. D'ailleurs, contre quelques lances de glace et un atmosphère plus froid, la gardienne elle pouvait lancer des tornades, émettre une lumière aveuglante et même créer des sons assourdissants ! Puis, à la suite des enchainements de combats où sa tutrice avait fier allure et où la directrice ne faisait qu'éviter les attaques d'une façon minable comparé à son adversaire, il y eut une sorte de pose. Alors que Shaloa s'avançait vers la zone de combat, intrigué, les deux femmes ne bougèrent plus l'espace d'un instant. Et cette pause ne s'arrêta que lorsque Tarna s'enfuit, devant laisser son ami, le pauvre Shaloa, de côté à cause de la méchante directrice.

Ah la garce ! Elle avait fait fuir Tarna, elle avait fait du mal à son amie ! Dans un instant de rage, Shaloa se jeta littéralement sur Ruby, qui n'eut qu'à lui envoyer un geyser d'eau pour qu'il tombe par terre. Puis, essayant de se relever, Shaloa reçu un peu d'eau au visage, moins violemment cette fois. Un gout salé, puis rien. Un moment confus, un blanc, comme quelqu'un qui reprend ses esprits en sortant d'un coma d'un mois. Repensant à comment il avait soudainement aimé et comment il y a deux minutes la directrice lui semblait méchante, Shaloa se releva, réorganisant ses idées. Il ne comprenait pas ce qui se passait et visiblement, ça paraissait. Il regarda la directrice comme on regarde un psychologue après s'avoir confessé puis ne sut quoi dire d'autre que :


-Pourriez-vous m'expliquer ce qui m'arrive s'il-vous-plait ?

Malgré ses sentiments confus, il parlait tout de même à la directrice, alors il essaya de parler d'un registre de langage plus soutenu que le contexte l'aurait voulu, laissant ses émotions mélangés pour l'instant de côté afin de se donner du mieux qu'il pouvait, même s'il avait présentement du mal, un air poli du aux circonstances et à l'importance de la personne qui était devant lui.

_________________________________________________________

http://thebluekenny.blogspot.ca/
Revenir en haut Aller en bas
Ruby
Prophétesse
avatar
Nombre de messages : 4776
Âge : 36
Race : Peuple de Cristal
Poste : Errante - Prophétesse
Magie Contrôlée : Arcanes de l'Eau

Feuille de personnage
Puissance:
990/1000  (990/1000)
MessageSam 23 Jan 2010 - 16:50

[J'ai absolument pas d'inspiration, mais j'ai laissé traîner trop longtemps u_u et, techniquement, je suis prof dans ce topic, me semble oO]

Lors du départ de la fée, il n'y eut ni insulte, ni promesse de vengeance : elle n'offrit que la beauté stoïque de son dos pâle aux yeux de Ruby. La jeune femme soupira, porta ses doigts à ses oreilles et tira ses lobes, essayant de faire fuir les sifflements qui inondaient ses tympans. Elle se tourna ensuite vers Shaloa, ouvrit la bouche, s'apprêtant à, à défaut de se justifier, lui fournir une explication. Il n'y avait ici aucune attaque gratuite, aucun duel de loisir, seulement la justice, et rien de plus. Les espions et les traîtres étaient interdits à Elament, la cité ne pouvait pas se permettre de laisser couver la corruption en son sein.

Mais, quelque chose dans le regard de l'ange et sans la tension qui nouait sa mâchoire hurla à l'instinct de la Professeur, et quand ses pieds quittèrent le sol, elle n'eut même pas à bouger, ni à lever une main : un point d'eau se condensa devant elle, duquel s'enfuit une lance, geyser parfait, qui le cloua au sol. Mais il avait la rage de vaincre, ce petit, et il se releva.

La Cristalléenne ne pouvait décemment pas tuer ou blesser un élève, aussi lui envoya-t-elle de l'eau salée au visage, attaque faible, espérant que le sel lui brûlerait les yeux et l'étourdirait le temps qu'elle m'immobilise. Mais quelque chose d'étrange se passa. Il récupéra ses esprits, sembla la reconnaître, et ne lutta plus. L'étonnement se peint sur ses traits, et Ruby changea immédiatement de position : il n'y avait, vraisemblablement, plus aucun danger. Shaloa avait l'air aussi fragile qu'un agneau.


" Aï Deïs Tarna a été reconnu coupable de Haute Trahison envers la Cité d'Elament. Elle sert en secret le Trône des Enfers. "

La jeune femme darda ses prunelles dans celle de l'ange, elle attendait une réaction bien spécifique, car déjà se lançait dans son esprit les liens troubles d'une idée pas si stupide que ça...

_________________________________________________________

http://elament.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Shaloa
avatar
Nombre de messages : 424
Âge : 201
Race : Archange
Poste : Milicien
Magie Contrôlée : Aera

Feuille de personnage
Puissance:
700/1000  (700/1000)
MessageDim 7 Mar 2010 - 2:13

Shaloa ne sut quoi dire quand Ruby lui annonça la nouvelle. En fait, il ne sut que mettre sa main sur sa front d'un geste confus, comme pour s'aider à assimiler le brutal changement d'information. Tarna était bel et bien sadique et violente et utilisait la peur pour faire régner l'ordre, mais jamais Shaloa n'aurait douté qu'elle serait en fait une traitre ! Elle qui lui apprit qu'il fallait couper un arbre pour que la mauvaise herbe ne repousse plus, elle était en effet un de ses arbres ! Une infection dans la cité qui osait dénoncer la corruption, Shaloa ne savait plus quoi penser.

Soudain, Shaloa se demanda ce qu'il adviendrait de lui ; il était le seul sentinelle de l'air et venait de perdre sa formatrice, il venait de perdre sa dirigeante. Il retira donc sa main de son front et décida de continuer son interrogatoire en commençant par ce point.


-Si Tarna était une traître et qu'elle est chassée d'Elament, qui est la gardienne qui me dirige ?

Poser une question, souvent, c'est y répondre. Alors, dans l'immédiat, Shaloa releva la tête et fixa les yeux de Ruby avec un regard aussi confus que brillant.

_________________________________________________________

http://thebluekenny.blogspot.ca/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» La loi du Talion de nouveau au goût du jour...
» Erdan Talion
» La Loi Du Talion [ Kaori December ]
» La loi du talion - Acte 1 - Les Punishers
» Les sept jours du Talion