Partagez | .
 

 Chambre 3 [Ceinwyn-Coralline-Daïllïatel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar
MessageDim 26 Juil 2009 - 19:16

Description



C'était un arbre simple.
Son tronc imposant s'évadait en milliers de branches toutes plus feuillus les unes que les autres. Une brise légère et agréable jouait à cache-cache dans ses feuilles. Des marches entourent le troncs, attention à ne pas attraper le tournis, car la maison est haute perchée.
C'est une petite cabane simple et traditionnelle : ses murs sont de bois et le toit d'ardoises rouges. Trois élèves vivent ici en collocations obligée : Ceinwyn, Coralline et Daïllïatel.

Les professeurs sont bien confiant de mettre un garçon en collocation avec des filles. Qui sait ce que ce petit malapris pourrait faire. Oui mais prenez la peine ded rentrer, on dit qu'on peut deviner la personnalité de quelqu'un en regardant sa chambre.
Il n'y a pas de porte, ou du moins il y a en avait eut une. Mais elle gît par terre sur la droite, fixée en sol par des cordes et des clous, elle semble servir à prolonger l'espace "marchable" de la terrasse. Lorsque vous entrer une chose vous frappe : l'espace.
Il n'y a pas de murs, une échelle sert à accéder au toit mais c'est tout. Au milieu semble être la pièce commune. Une table et trois chaise attendent. Des armoires sont placés dans les coins et délimitent ainsi quatre autres partis vivables : les trois lits et la cuisine, ou ce qui y ressemble.


Le coin de Ceinwyn :
[edit à faire]



Le coin de Coralline :

Il se situe sur la droite, lorsque vous entrez, mais vous ne le voyez pas vraiment parce que l'enfant s'est barricadée derrière de grands paravents. Ils sont en bois plein de cerisier, non vernis, et ajourés de jolis motifs fleuris. Comme les garants de l'intimité de la petite Nymphe, ils ne laissent rien voir de ce qui se situe derrière. Il y a bien un espace pour entrer mais, faisant office de porte, un grand rideau de mousseline blanche est tendu.

La curiosité pourrait vous pousser à aller y voir de plus près, mais les autres élèves partageant ce dortoir vous le diront : « À ta place, j'éviterais ! » Car Coralline n'a pas la réputation d'accueillir les visiteurs avec beaucoup d'enthousiasme. Aussi, si vous tenez à vos fesses, faites-vous plutôt inviter, et bonne chance ! Alors seulement, vous pourrez contempler ce petit nid jalousement gardé.

Au sol, par dessus les planches de la cabane, un épais tapis aux franges diaphanes et emmêlées, comme la toison immaculée d'un mouton, étouffe chaque bruit. Il occupe toute la surface de l'endroit. Dans le coin le plus sombre et le plus éloignée de l'entrée improvisée, un lit à baldaquins trône comme une embarcation curieuse, les voiles voletant au gré du vent qui passe par la fenêtre ouverte, ou que les deux autres locataires s'amuseraient à créer. De gros tiroirs glissent sous le sommier, comme un écrin gardant jalousement les vêtements de la jeune fille. Les draps de satin luisent doucement et c'est sans-doute le point le plus insolite de ce coin, car la couche a des allures de cocon de soie fragile. Contre le mur du fond troué d'une large fenêtre, une bibliothèque basse est décorée d'une multitude de livres aux couvertures multicolores. Des « Manuels d'élémentologie. » au « Traité de magie noire et de ses méfaits. », jusqu'aux « Soins de la faune magique. » ou « Les mystères de l'herbologie. » Certains lui appartiennent, achetés souvent au rabais, d'autres sont empruntés à la grande bibliothèque d'Elament dont ils arborent fièrement le tampon. Et puis, juste sous la fenêtre, une Marquise au velours pourpre et confortable, sur lequel le dernier ouvrage en cours de lecture est posé, son signet dégringolant joyeusement.

Il n'y a rien d'autre. Ni effet personnel, ni objet de décoration. C'est un coin nu et épuré, presque austère, sans l'être. Car la douceur des tissus et des couleurs jouent parfaitement leur rôle.




Le coin de Daïllïatel :

Le moins que l'on puisse dire c'est que c'est certainement le coin de l'habitation le plus humide. Le lit est sous la fenêtre, parrallèle au mur. Défait, les drap sont sales et recousus rapidement, des fils pendouillent de partout. Il y a peu d'affaires personnels. Quelques habits gisent sur le sol ou sur une petite malle en corail (?) D'ailleurs il y a beaucoup d'objet marins quand on y pense... Il y a même un hameçon planté dans le bois. On peut paraître surpris lorsque l'on ne connait pas l'élève qui dort ici mais une fois que l'on sait plus rien ne nous surprend.
Daïllïatel est l'idiot, le tête et en l'air. Un nymphe mâles ondine, capable de transformer ses jambes et nageoires et inversements. Souvent on le prend pour un ange avec ses deux paires d'ailes mais il n'en est rien. Le plus étrange chez ce personnage c'est sans doute son caractère : il est un nuage.
Impossible de le cerner, tantôt blanc, tantôt gris... Libre et vaporeux... Il ne s'intéresse guère aux filles. Seules Coralline pourrait l'intéresser mais plus en matière de soeur... Après tout elle est une nymphe elle aussi.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» Un pot de Chambre, signé Jean Erich René
» Chambre des députés / Fin de Mandat / « Qu’ils partent », soutiennent la société
» Démission de la vice présidente de la Chambre de commerce
» La Chambre Basse veut voler au secours de la population et renvoyer Alexis
» A PLATEFORME ALTERNATIVE SEMBLE EMPÊCHER L'INITE DE CONTROLER LA CHAMBRE BASSE