Partagez | .
 

 Une arrivée tant attendue. [TERMINER]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar
MessageDim 12 Juil 2009 - 18:53

D'après la fraicheur qu'il faisait, et le chant des oiseaux, il devait être neuf heure ou bien dix heure. Le soleil montait de plus en plus haut depuis le levé de Urgal. Une petite brise fit son apparition, qui refroidissait l'air. Urgal venait à peine d'avoir deux heures de sommeil. Effectivement, trouver un endroit où dormir par ce temps de chaleur, pas facile Nous pouvions remarquer quelques bestioles trainer par ci par là.

Urgal cherchait désespérément la cité d'Elament depuis un an. Après avoir découvert son pouvoir, il voulait bien apprendre comment le maitriser. Durant cette longue année, il avait pu se nourrir assez facilement grâce à la chasse, et aux petits boulot dans les villages rencontrés.

Après avoir dormit dehors, il avait les ailes humide par endroit. Sûrement la rosée du matin. Il avait emprunté un chemin, plus tôt dans la matinée, vers sept heure. Ce chemin traversait des plaines, un petit bosquet pour enfin finir sur une sorte de 'route principale'. Après deux ou trois heures de marche, Urgal arriva auprès d'une porte assez impressionnante par sa beauté et sa carrure. Effectivement, elle était plutôt grande, avec de magnifique gravure dessus. Urgal s'approcha de la porte, et remarqua les quatre bijoux. Tous représentant une forme différente. Sûrement la représentation des quatre éléments. Il approcha la main près de l'émeraude, avec une forme particulière, une feuille, sans oser poser sa main dessus.


* Dois-je vraiment tenter la toucher !? *

Le jour se faisait de plus en plus, et Urgal resta planté devant la porte. Sans forcément oser toucher la porte.


Dernière édition par Urgal R.Rivauld le Mer 29 Juil 2009 - 0:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageDim 19 Juil 2009 - 18:49

Un déménagement de plus à son actif.

Mais légèrement différent de tout les autres.

Eleera serra son sac de toile verte contre elle. Dedans, le stricte nécessaire. Une quantité non-négligeable d'Elementia, fourgués de force par son père. Des parchemins dans leurs étuis, de quoi écrire, et, son trésor le plus important, sa Lyre. Levée de bon matin, elle était parti vers la cité il y a deux jours, accompagné de trois serviteurs, tous combattants chevronnés. Son paternel était peut-être légèrement trop protecteur envers son unique fille... Dormant dans des auberges luxueuse, le voyage ne fut pas trop désagréable. Ils l'avaient laissée descendre de selle à une ou deux heures de marche d'ici, murmurant d'une voix craintive que la cité n'était pas pour les profanes comme eux. Elle avait donc continué à pied, sa robe émeraude maintenant pleine de terre au niveau des ourlets.

La cité était visible de loin. Immense, truffées de longues tours, elle semblait éternelle et indestructible. Comme si, à la lueur du petit matin, les démons ne pouvaient que perdre face à tant de beauté. La fraicheur ambiante la fit accélérer le pas, meurtrissant ses pieds déjà rudement malmené. Une petite brise se leva, faisant voleter des mèches blondes foncés. Il était encore relativement tôt - neuf heure, peut-être dix ? - quand elle arriva aux portes de la cité. Immenses, d'apparence solide, il était inimaginable que quiconque puisse la détruire. Un sentiment de grandeur et de sécurité s'en dégageait. En s'approchant, elle distingua un jeune ange posté devant. Il hésitait visiblement à poser sa main sur une émeraude de grosse taille, en forme de feuille. Ainsi les légende était vrai... On disait que seul les élémentalistes pouvaient passer la porte, en frôlant la pierre correspondant à leur fragment. Saphir, Rubis, Diamant, Émeraude.

L'inconnu la fixait maintenant, troublé par son arrivée. Grand, les cheveux blanc-grisé, son regard brun vert la fit rougir, elle qui n'aimait pas être le centre de l'attention. Eleera baissa la tête.

- Bonjour, murmura t-elle, timidement.

Peut-être était-il un élémentaliste de la Terre vu qu'elle avait surpris ses regards hésitant sur l'émeraude. Elle attendit, le souffle court, espérant qu'il n'était pas en colère de sa venue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageDim 19 Juil 2009 - 19:13

Le soleil au alentours se levait dans le ciel, de plus en plus haut. La légère brise présente depuis le levé d'Urgal disparue, petit à petit. La fraicheur ne resta pas, mais la chaleur fît son retour parmi eux. [ eux, indiquant Eleera et Urgal ]. Les quelques bêtes qui montraient leur bout du nez, ne se firent pas prier pour disparaitre. Sûrement à cause d'un regard menaçant d'Urgal, ou encore la chaleur trop importante, qui leurs faisait chercher la fraicheur, sous l'ombre de n'importe quelle végétation.

Effectivement, Urgal était toujours posté debout, devant cette porte restée immense. Au contraire, plus le soleil se levait dans le ciel, plus la porte paraissait grande. Et seulement trois bijoux sur les quatre scintillaient de plus en plus fort. Effectivement, l'émeraude était cachée par sa main.

Soudainement, Urgal entendit un bruit, venant de derrière lui. Il se retourna alors, et vit une jeune demoiselle. Arriver avec une démarche gracieuse, et magnifique, un visage pâle, mais magnifique, avec ces yeux gris pâle, et une chevelure en vaguelette blonde.

" Bien le bonjour, mademoiselle ? " Urgal fît sa phrase tout en posant une question. Il comptait bien faire connaissance avec cette magnifique personne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageDim 19 Juil 2009 - 19:40

Ce fut finalement avec un ton amical, et non colérique comme elle l'avait craint, que le jeune ange la salua, une note interrogative en fin de phrase. Elle n'avait plus trop l'habitude des Puissances comme créature. Son père en avait invitées quelques unes à dîner, diplomatie oblige, et elle avait toujours été fasciné par leurs ailes, à la fois gracieuses et puissante, magnifiques et fragiles. Celles du jeune homme étaient de la même couleur blanche cendrée que ses cheveux. Eleera leva ses yeux gris perles, cherchant un nuage pour voir si ses plumes avaient la même teinte que les cumulus. Elle plissa les paupières ; le ciel était d'un bleu pâle parfait, rien ne troublant sa domination azurée.

La jeune elfe se rendit compte qu'elle devait avoir l'air stupide, la tête en l'air et les yeux plissé par le trop plein de lumière. Elle rougit, craignant d'être ridicule et empotée, et baissa la tête. Il commençait à faire chaud, et la chair de poule sur ses bras nus s'estompait doucement. Eleera se souvint de la question de l'ange, et répondit précipitamment, de peur qu'il ne s'en aille et la laisse seule si elle patientait encore.

« Eleera, pour vous servir. Et vous ? »
demanda t-elle poliment, ses infinies leçons de courtoisie lui revenant par réflexe.

Elle agrémenta la fin de sa phrase par une légère révérence, le buste doucement penchée en avant, les jambes croisées sous sa robe de soie brodé. Puis elle se redressa en rougissant de plus belle, se rappelant qu'elle n'était pas en face d'un noble quelconque, personnage important que son père le diplomate invitait chez eux, mais un jeune élémentaliste.

*Andouille ! De quoi as-tu l'air maintenant ? * pensa t-elle, furieuse contre elle-même.

Quand allait-elle se mettre dans la tête qu'elle n'était plus chez elle ? Que les gens qu'elle allait rencontrer n'étaient plus des vieillards ronchons, pointilleux à l'extrême sur les règles de courtoisies ? Stupide elfe ! Elle risqua un regard vers l'ange. Il ne s'était pas encore enfui en courant, ce qui était un bon signe. Elle attendit stupidement sa réponse, n'osant plus rien faire de peur d'aggraver sa situation.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageDim 19 Juil 2009 - 20:30

Urgal, qui regardait cette jeune fille un regard rêveur, et plongé dans ses pensées, Urgal écoutait tout de même tout autour de lui. Il la trouvait plutôt belle. Plus il la regardait, plus il se sentit envouté par le charme, et la beauté de cette jeune fille, nommée Eleera. Soudainement, il remarqua que celle-ci était une elfe. Oui, ses oreilles le prouvaient, et sa beauté se comprenait un peu mieux. Mais tout de même, une beauté comme la sienne, comment pouvoir la décrire. Même si celle-ci ce trouva la tête en l'air, il n'y avait rien à dire. La revoilà, la tête baissée, tout en ayant rougit. Après une petite présentation de la part de celle-ci, Urgal devait donner une réponse a son tour, mais remarqua une chose, et eu un air surpris...

Oui, Eleera venait de faire une petite révérence, pour une cause.. Inconnu d'Urgal. Cependant, cela fît rire, et il s'approcha d'elle. Tout en souriant, et en ayant un ricanement assez petit, et pour taquiner, il répondit.

« Mon nom est Urgal, Urgal Raven Rivauld. ». Il la regarda fixement, et avec insistance, et il reprit « Une révérence !? Et bien.. Enchanté » répondit-il avec un semblant de révérence. Peut-être voulait-il faire bonne impression, ou encore, montrer que lui aussi possédait quelque règle de vie, et de politesse.

Après sa petite révérence, Eleera devint encore de plus en plus rouge.. Mais pourquoi donc ? Il continua a la regarder fixement, et se remit face à elle.

« Que faites-vous par ici ? » Demanda t-il par curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageDim 19 Juil 2009 - 21:14

Il rit. Sa révérence le fit rire. Elle piqua un fard.

* Tu vois bien ! Ridicule, tu as été ridicule ! * se fustigea t-elle en silence.

Il s'avança, hilare, et, tout en ricanant gentillement, il lui répondit par son propre nom. Urgal Raven Rivauld. Elle fouilla rapidement dans sa mémoire, pour voir si elle connaissait sa famille, où d'autres renseignements de ce genre. Rivauld... Cela ne lui disait rien. Pour cause ; elle ne s'était pas beaucoup intéressée à l'histoire des anges, préférant apprendre les généalogies elfiques. Puis elle secoua la tête. Encore un vieux réflexe maintenant obsolète qui revenait la hanter. Elle n'était plus avec son père, vu ? Plus de noble à flatter, plus de paroles courtoises à enrober dans du miel. Elle n'était plus la fille du diplomate, sans cesse aux aguets, surveillant attentivement les moindres mots et faux pas des personnages des cours royales diverses et variées qu'elle avait fréquentées. Elle n'était qu'Eleera, élémentaliste de Terra.

* Détends-toi... Personne ne cherche à te piéger. * se répéta t-elle, comme une mélopée apaisante.

Elle émergea de ses sombres pensées en entendant l'ange qui continua sa phrase.

« Une révérence !? Et bien... Enchanté. » dit-il en s'inclinant, légèrement moqueur.

Si elle avait été rouge tout à l'heure, c'est maintenant écarlate qu'elle baissa la tête. Elle mourrait d'envie de se faire toute toute petite, pour pouvoir se cacher et se soustraire au regard souriant de l'ange. Il se moquait, il hurlait de rire intérieurement, cela ne pouvait être que ça. Elle voulu bafouiller, dire quelque chose, n'importe quoi, pour se justifier. Mais il reprit, toujours accompagné de son regard brun-émeraude scrutateur qui faisait monter le sang aux joues de la jeune elfe. La curiosité, cela devait être le motif d'Urgal – puisqu'il se prénommait ainsi – pour lui demander la raison de sa présence. Curieux ? Seulement ? Peut-être voulait-il lui jouer un mauvais tour, la voyant empotée et rougissante ?

* Arrête ta paranoïa ridicule ! Tu ne va tout de même pas t'enfuir en courant ? * se morigéna t-elle, acide.

Elle respira calmement, combattant sa timidité naturelle, et força ses lèvres rosées à dessiner un sourire sur son visage.

- J'ai... Enfin je veux dire que je suis ici pour apprendre à contrôler mon élément, Terra. Je viens pour l'école. Je ne voudrais pas devenir dangereuse pour mon entourage. Je suppose que tu... que vous êtes ici pour les mêmes raisons que moi, non ? demanda t-elle, dans un sursaut d'audace peu coutumière.

Elle avait longuement hésité entre le tutoiement ou le vouvoiement. On l'avait éduquer à marquer un respect infini et étriqué à toute la foule de gens importants qui venait chez elle dîner. Un tu mal plaçé signifié un outrage presque mortel, et elle avait appris à se méfier. Mais parler avec des gens normaux... Elle se rendit compte qu'elle ne savait pas faire. Sa vie vide et solitaire ne l'y avait pas préparé.

* Pathétique, tu es pathétique Eleera...* se dit-elle, baissant la tête tristement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageDim 19 Juil 2009 - 22:22

Eleera, déjà toute rouge après sa révérence, qui était plutôt comique, comme-ci nous avions à faire a une dame importante, ou, comme-ci Urgal était une personne importante, ce qui est.. Loin de là absurde. Effectivement, ayant un père appartenant à l'ordre du soleil, il aurait très bien pu être une personne importante parmi les autres races. Urgal arrêta de taquiner cette jolie fille, car toute personnes auraient pensées qu'il se moquait, mais loin de là. C'est alors pourquoi il avait fait une révérence à son tour. Maintenant, Eleera se retrouvait tête baissée et plus que rouge. Urgal avait alors commencé sa curiosité, et attendait alors une réponse, à une question complètement.. Inutile. Effectivement, que peut faire une personne devant la cité d'Elament !? A part venir étudier son élément, ou encore être détenteur d'un des quatre éléments, ou bien.. Un démons. C'est alors que celle-ci répondit, tout en hésitant pour dire - Je suppose que tu... que vous êtes … -. Oui, le tutoiement, ou le vouvoiement... Une chose impossible à décider sans permission.

* Hm .. Oui, étudier, ne pas être dangereux/se * « Vous pouvez me tutoyer. Aucun problème. Et... Oui, moi aussi, je suis venu ici pour apprendre a maitriser mon élément. » Répondit-il.
* Terra.. Tout comme moi * « Et mon élément est également.. Terra. »

Urgal continua a regarder Eleera de la tête au pied, non plus en "défigurent", mais en admirant sa beauté. Soudainement, Urgal senti un coup de vent passer dans sa nuque, qui provoqua une sensation apaisante pour Urgal, que ses ailes de déplièrent. Perdant quelques plumes grisonnantes au passage.

« … E... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageLun 20 Juil 2009 - 8:54

Urgal lui répondit tout de suite, l'autorisant à le tutoyer. Alors qu'elle avait reprit une teinte de peau normal, sa rougeur revint. S'il avait autorisé le tutoiement, c'est qu'elle avait été ridicule de dire « vous ». Toujours à dire n'importe quoi, à se tromper, à rater ses présentations. Toujours et encore. Voilà une chose qui n'avait pas changé... Même son père, que la tendresse rendait aveugle, avait dû se rendre compte que son unique fille n'aurait jamais le talent nécessaire à prendre sa suite en tant que diplomate. Il l'avait ainsi laissé à ses pinceaux et ses ballets, loin des cours et des invités puissants. Mais comment avait-elle pu penser que c'était uniquement face aux nobles qu'elle était ainsi ? Non, elle semblait être incapable de mener une conversation normale, d'être une elfe normale. Incapable de dire ce qu'il fallait, au bon moment. Incapable. Elle se mordit la lèvre, subitement démoralisée.

Mais l'ange ne sembla pas se rendre compte de son malaise. Il continua, lui confirmant son statut d'élémentaliste de Terra. Elle leva la tête, croisant son regard qui la fixait. Ou même qui l'admirait. Elle aurait du rougir, mais elle s'en sentait incapable désormais, ressentant trop fortement le creux vide dans sa poitrine. Celui qui se nourrissait de son manque de confiance en elle, de sa timidité, celui qui lui rappelait constamment combien elle avait été seule. Seule.

Une brise se leva, faisant virevolter ses cheveux, que le soleil fit prendre d'éphémères reflets d'or. Urgal déplia ses ailes, perdant quelques plumes presque blanches, que le vent acheva de disperser. L'une dansa doucement près de la jeune elfe, qui l'attrapa d'une main hésitante. Elle la fit tourner entre ses doigts fins, observant sa blancheur teintée de gris et sa douceur câline. Levant sa main elle lâcha délicatement la plume, la laissant folâtrer vers le ciel, porté par un vent doucereux. Peut-être fallait-il qu'elle fasse de même avec son passé, qu'elle laisse s'envoler derrière elle tout ses démons et ses vides, ne laissant qu'une Eleera dépouillée et nue, prête à renaître. Et à peut-être enfin devenir ce pour quoi elle était née.

L'ange attendait visiblement qu'elle parle, la détaillant lentement. Était-elle belle ? Elle se posa la question avec un détachement étrange. Pour une elfe, elle n'était pas exceptionnelle. Jolie oui. Belle, non. Mais que savait-elle des critères de beauté des autres races ? Que savait-elle même juste du monde, en dehors des peintures et des opéra ?

* Chut, se dit-elle, abandonne ces idées noires, laisse les s'envoler loin, loin d'ici, tel une plume grisonnante. Oublie tout, laisse le passé disparaître. Tu n'es plus qu'Eleera, élémentaliste de Terra, joueuse de Lyre. Juste ça...*

Elle ferma les yeux quelques seconde, imaginant qu'elle enroulait tout son passé dans une plume géante, puis qu'elle la lançait en l'air, attendant qu'une brise compatissante la fit s'envoler. Quand ce fut fait, elle se sentit temporairement libéré. Elle ouvrit les yeux, et laissa un sourire rayonnant se dessiner sur ses lèvres.

« Élève de terra ? Première année ? lui demanda t-elle. Peut-être pourrions nous nous entraider ? On pourrait s'aider l'un l'autre à améliorer nos défauts ? Non ? »

Certes, elle rougit de son audace, mais ce fut léger, juste une coloration rosée éphémère. Éphémère. Comme sa libération. Mais qu'importe ! Elle se sentait légère. Audacieuse. Ephémèrement libre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageLun 20 Juil 2009 - 17:18

Spoiler:
 

Un petit vent loin de là désagréable montra le petit bout de son nez. La chaleur devenait insupportable, et bien évidement, un peu de vent rafraichirait l'atmosphère, et c'est ce qu'il se passa. L'air un peu suffocante devint alors agréable, douce. La fin de matinée arriva, et la cité enfin trouvée. Quelques nuages se formèrent et la porte arrêta soudainement de – grandir -. Oui, le soleil avait enfin dévoilé la taille de celle-ci. Immense, effectivement, et les quatre bijoux brillaient ensemble. Devant cette porte, deux individus discutaient. Ils paraissaient très petit, comme deux fourmis, à côté de la porte. Quelques plumes virevoltaient au vent.

Oui, Urgal avait perdu quelques plumes sous un frisson. Eleera, avait réussi à en attraper une. Cette fille, belle, jeune, qui rougissait à chaque paroles, et qui paraissait – timide -. Urgal se sentait bien, pouvoir discuter avec quelqu'un, après une année de vagabondage, ça changeait. Il avait trouvé une élementaliste Terra, tout comme lui. Celle-ci releva la tête et reprit la discutions, après avoir laisser partir la plume, avec la brise. Un sourire se dessina sur ses lèvres, et son teint de peau rouge disparu. Comme-ci sa timidité c'était envolée avec la plume. Urgal ' replia ' ses ailes.

Ho!? Première, deuxième année, cela ne changeait pas grand chose. S'entraider, volontiers, rien de mieux, pour tisser des liens amicaux.

« Non, je suis en deuxième année, répondit-il, mais ça ne change rien. Et pouvoir nous entraider, je suis partant. »

Il ne voyait pas du tout pourquoi refuser. A moins d'être quelqu'un de renfermé, insociable, d'égoïste, ne voulant pas du tout partager son savoir, avouer ses défauts, ou aider une personne en difficulté. Oui, un plan juste, mais comment le mettre en action!? La porte était fermée, et Urgal ne savait pas du tout comment l'ouvrir. Il ne savait déjà pas où vivre. Il ne connait pas cette cité.

« Mais.. Savez-vous comment entrer dans la cité ? Je n'en ai aucune idée » reprit-il.

C'est alors qu'il afficha un petit sourire a son tour, tout en admirant Eleera.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMar 21 Juil 2009 - 13:45

Tout en repliant ses ailes, l'ange lui répondit amicalement. Il était en deuxième année et partant pour l'entraide. Son regard dévia furtivement vers la porte en bois et fer forgé, puis il avoua son ignorance du fonctionnement de cette entrée pour le moins étrange.

Eleera s'avança vers les quatre bijoux ciselés censés représenter les éléments.

* Souviens-toi... Que t'as dit ton père ? * se demanda t-elle en elle-même.

Un autre jour lui revint en mémoire, si proche dans le temps, mais pourtant si loin...
Elle se souvient du bureau de bois patiné, de sa Lyre encore toute chaude contre elle, puis des mains fortes de son père posées à plat. Et sa voix de conteur, en train de lui murmurer les secrets que sa longue vie de diplomate lui a apprit à recueillir. Qu'au loin, vers le sud, se cachait une cité éternelle, joyau magique dans son écrin de forêts et de collines émeraudes. Que des vents d'été et des braises mourantes lui avait chuchoté les routes à emprunter pour atteindre ses murs de blancheur et de puissance. Métaphore imageant les vieux élémentalistes peu avares de confidences ? Peut-être. Puis il parla de quatre étoiles colorées, pierres de nuances liquides et teintées, de formes fines et éternelles. Figées dans la porte sombre, elles n'autorisaient l'entrée qu'aux possesseurs de fragments.

Paroles magiques qui avaient fait rêver la jeune elfe il y a de cela quelques jours. Mais qui maintenant semblaient un peu trop énigmatiques. Fronçant les sourcils, elle avança doucement une main hésitante. Et arrêta le mouvement à quelques centimètres de l'émeraude. Et si elle n'était pas une vraie élémentalistes ? Si son père s'était trompé en voyant en elle le fragment Terra ? Ou pire, si la porte ne la jugeait pas à la hauteur, pas assez puissante ? Si elle se faisait rejeter violemment, ou même tuer ? Qui savait ce que pouvait provoquer la magie ? Et, mettons qu'il ne se passe rien ? Que l'accès lui serait à tout jamais refusé ?

Elle ferma les yeux durant une seconde éphémère.

Aurait-elle fait tout ce chemin pour se laisser envahir par le doute ? Pour laisser la peur et la crainte superstitieuse la submerger ? Se noierait-elle dans la lâcheté et la couardise si près du but ? Et devant témoin qui plus est ! Ridicule. Totalement ridicule. Que dirait sa mère en la voyant trembler devant un petit bijoux, si beau soit-il ? Non, elle était Eleera, fille de Seela, morte au combat. Jamais rien ne la ferait fuir, jamais personne ne la fera trembler. Elle acceptait de sa part avec fatalité la timidité et l'introversion, mais refusait catégoriquement le manque de courage.

Ses paupières se relevèrent, et se fut déterminée qu'elle toucha brusquement l'émeraude en forme de feuille. Quelque chose se passa au fond d'elle-même. Un mouvement infime et colossale, là, au centre de son être. Puis... Ténèbres. Quelques dixièmes de seconde dans le noir total. Juste assez pour s'en rendre compte, mais trop peu pour commencer à paniquer. Puis terre ferme sous ses pieds, et rapidement sous ses mains. Tombée à genoux, elle considérait ses paumes écorchées par les petit cailloux sur le sol d'un air ahuri.

*Que s'est-il passé ?* se demanda t-elle, étonnée.

La jeune elfe se retourna et remarqua avec surprise l'immense porte. Elle était passée. Un sourire immense de satisfaction se dessina sur son visage. Elle se releva, tellement heureuse qu'elle ne pensa même pas à faire partir d'un revers de main la poussière qui maculait sa robe au niveau des genoux.

*Et Urgal ?*

Elle n'avait pas pensé à se retourner pour lui faire partager ses hypothèses sur le moyen de rentrer. Se mordant la lèvre inférieur, elle attendait, angoissée, qu'il passe à son tour. Il avait forcément vu Eleera toucher l'émeraude. Forcément. Enfin elle le croyait. De plus, il risquait de lui en vouloir à mort. Mais elle n'avait pas voulu ça, non, pas du tout ! Perdue dans ses combats intérieurs, elle avait occulté le monde extérieur. Perdre le soutien qu'elle venait d'acquérir lui paraissait trop cruel.

L'elfe attendait depuis combien de temps ? Quelques secondes ? Quelques minutes ? Elle ne savait pas, mais quelque chose dans l'air se troubla, et un infime pressentiment lui chuchota que quelqu'un traversait.
L'ange ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageVen 24 Juil 2009 - 17:16

Urgal qui avait demandé si Eleera savait comment passer dans la cité, par la porte. Cette porte qui semblait ne pas s'ouvrir. Comme-ci elle était enracinée dans le sol. Certes, une porte magnifique, mais mystérieuse. Il vit Eleera s'avancer près de la porte, et celle-ci s'arrêta devant. La main, à quelques centimètres de l'émeraude, en forme de feuille. Il se passa un petit temps avant que celle-ci touche l'émeraude. Mais lorsque Eleera le toucha, elle disparut. Urgal fit un « bond » en arrière, avec un air .. Stupéfait. Où ? Un sortilège ? Éjectée au loin ? Est-elle passé ? Des questions sans réponses..

* Et si je le touchais aussi !? * se demanda t-il.

Il s'approcha a son tour de la porte, avec assurance. Il ne savait pas ce qu'il pourrait lui arriver. En même temps, ses prédécesseur ont dû passer par là aussi, ses proches ne lui avait donné aucun renseignement à propos de cette porte. Il approcha alors la main devant l'émeraude, ne voulant en aucun cas penser aux autres bijoux présent sur la porte. Peut-être que ceux-ci seraient plus suspect, plus dangereux que l'émeraude Il toucha alors celui-ci, et disparut à son tour.

* Qu .. * Il n'eut pas le temps de se demander ce qu'il lui arrivait. Passé très rapidement d'un univers sombre, noir, à un autre clair.

Devant la porte, était un jeune homme, Disparut soudainement devant celle-ci. Le soleil commençait alors sa descente, pour se coucher. Il devait alors être treize heure trente, oui bien quatorze heure. Plus personne, le paysage calme, seul avec les animaux, et la nature.

Urgal venait de passer. Il se retrouva debout, déséquilibré de l'autre côté de la porte. Ayant du mal a tenir debout, il se retrouva un genou au sol. Là, il aperçut des habitations, le peuple. Un soleil à nouveau, oui. Il regarda autour de lui, si il retrouvait Eleera.


* Non, elle ne peut pas être ailleurs.. * Se dit-il.

Soudainement, il l'aperçut devant lui. Debout. Il se releva alors, et lui fît un sourire de satisfaction. Oui, content d'être passé. Content de retrouver sa première connaissance de la cité d'Elament. Il alla vers elle, et l'enlaça. Oui, il était content d'être passé. Soudain, il la lâcha.

* Oups .. *
« Pa.. Pardon, juste une réaction de joie.. » dit-il gêné.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMar 28 Juil 2009 - 23:03

Soulagement.

Il avait réussi à traverser, tombant sur un genoux sous le choc du passage. Elle resta pourtant à l'écart. Il serait peut-être en colère qu'elle soit rentré dans la cité sans lui... Elle croisa les bras anxieusement. Le plus important était quand même qu'il ai pu passer, et qu'il ne soit pas coincé dehors. Car elle n'était pas sûr de savoir comment sortir...

Il regarda autour de lui, et, la voyant, se précipita vers elle et la prit dans ses bras. Et c'était la dernière chose à laquelle elle se fut attendu. Étonnée, elle ne sut que faire à part rougir de tout son saoul. Mais il avait l'air si content, si heureux et euphorique d'être passé, qu'il ne remarqua pas le trouble de la jeune elfe. Mais il du se rendre compte que son attitude ne rentrait pas dans le registre de ce que l'on appelait le savoir-vivre, car il la relâcha brusquement, s'excusant.

Eleera baissa la tête, les joues écarlates, mais ne put s'empêcher d'être amusée. N'était-il pas adorable quand il était gêné ?

- Ce... Ce n'est rien, dit-elle, d'un ton poli.

Ne jamais oublier les règles de courtoises. C'était ce qu'elle avait appris toute sa vie. Un vieux réflexe qui restait ancré en elle, la protégeant comme une muraille. Oui, la politesse peut être une défense. Derrière des phrases toutes prêtes, connus et adapté à chaque situations, on cache son trouble ou sa gêne, et on évite de trop se révéler. Oui, une protection.

Elle releva la tête, et entreprit un petit sourire timide. Puis jeta un regard furtif aux alentours. Les rues étaient bondés et animés, et la foule semblait être une masse compacte et menaçante. Un vertige menaça de la prendre à la gorge. Elle ferma les yeux et respira profondément.

* Me calmer, il faut que je me calme... se dit-elle instamment. Je dois dominer ma peur. *

Quelqu'un la bouscula, la poussant violemment contre un mur. Trop de gens. Trop de monde. Elle passa une main fugitivement sur son front. N'était-ce pas de la transpiration qu'elle croyait sentir ? Elle se tourna vers Urgal, se sentant faible et oppressé. Elle tenta un pauvre sourire.

- Je... Je ne me sens pas très bien... Ne pourrait-on pas aller dans un endroit calme ? Un parc ?

Elle baissa les paupières. Elle ne voulait pas voir la foule, la masse menaçante et sournoise qui se pressait tout autour d'eux, avalant chaque badaud pour le noyer en son sein. Mais elle espérait se dominer, ne pas laisser son ochlophobie lui pourrir la vie. Et elle ne souhaitait pas non plus que l'ange en face d'elle ne se rende compte de son honteuse faiblesse. Certes il devait bien voir qu'elle n'était pas bien, mais il n'avait qu'a se dire que c'était du à un malaise passager... Ou a cause de la chaleur peut-être ? Oui, ça pouvait passer, le soleil étant au zénith à présent.

- J'ai... Il fait beaucoup trop chaud, peut-être l'ombre d'un grand arbre me rafraichira ? lui chuchota t-elle.

Elle agrippa son bras d'une poigne étonnamment ferme pour cette si frêle créature, et ferma brusquement ses yeux. Trop de gens. Il ne fallait pas les regarder. Il y en avait trop, beaucoup trop...
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMer 29 Juil 2009 - 0:00

Sujet terminé.
Suite :
----> Ici <----
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» Une Arrivée fort attendue ~ une demande particulière.[Viktor. Kathleen. Aelalia]
» Retrouvaille tant attendue [PV: Patte de Granit]
» Vie tant attendue et à la fois Vie si surprenante... [PV Lunaire, Grise, Star, Sud & Opale]
» Une lettre tant attendue & un messager inattendu - Lorenzacio -
» Une volute tant attendue [Mini quête] [TERMINE]