Partagez | .
 

 Mais qu'est-ce que je fiche ici, moi ? [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar
MessageVen 10 Juil 2009 - 14:15

*Bon sang… mais qu’est ce que je fiche ici, moi ?* se disait une jeune fille qui se promenait dans les ruelles sombres d’une ville -ville qui, entre parenthèses, lui était totalement inconnue-. En toute innocence, enfin presque. Elle avait juste besoin de se transformer de temps à autre, histoire de laisser sa partie sauvage s’exprimer. Laisser le fauve prendre légèrement le dessus, tout en le tenant en laisse...de toute manière, elle y était obligée car sinon, il ne se faisait pas prier pour surgir au plus mauvais moment, prenant le contrôle, la dominant et…

Cristal secoua la tête. Elle ne voulait pas y penser. Elle savait pertinemment ce qui risquait d’arriver si elle le laissait prendre le contrôle. C’est pourquoi elle devait se métamorphoser à intervalles réguliers, histoire de le calmer.

Non mais qu’est ce qu’elle racontait ? Le fauve, c’était ELLE, elle et personne d’autre. Elle ne devait pas tout le temps rejeter la faute sur cet animal, ce monstre bestial, sans cesse affamé, assoiffé de sang. Oui, elle sentait l’envie de se métamorphoser monter lentement en elle, mais elle arrivait la plupart du temps à se contrôler.

Sauf… sauf dans certains cas où elle cédait à la colère, cette colère sans cesse contenue, étouffée. Alors elle sentait une vague de chaleur brûlante, incontrôlable la submerger, sa gorge devenait sèche, et l’envie de sang montait en elle. Le pire c’est qu’elle aimait ça, non, le mot était faible, elle adorait sentir ses griffes s’enfoncer dans la chair de sa proie, ses dents faisant craquer ses os si fragiles, et le flot tiède du sang couler doucement entre ses crocs… mais le meilleur, c’était sentir le cœur ralentir, le poult devenir de plus en plus faible, de plus en plus ténu, pour finalement s’arrêter. Comme elle savourait ce moment… quelquefois, elle laissait vivre sa proie quelques minutes de plus, laissait souffrir sa proie quelques minutes de plus, pour mieux apprécier ce moment. Elle se sentait puissante, invincible, elle dominait ce corps encore tiède, inerte entre ses pattes.

Cristal s’arrêta, tandis qu’une soudaine envie de vomir la submergeait violemment. Elle se dégoutait. Ce n’était pas une vie. Pourquoi… pourquoi elle devait subir ça, ce déchirement. Sans cesse tiraillée entre deux mondes. Cette lutte sans fin l’épuisait. Elle était fatiguée, fatiguée de se renier, de cacher sa vraie nature, d’être fuit comme la peste. On avait peur d’elle, on la traitait en monstre, en bête.

La jeune fille retroussa ses lèvres, découvrant ses dents, lançant un regard féroce aux maisons endormies. C’est ce qu’elle était. Un monstre. Mais, mais ce n’était pas une raison pour tuer des êtres innocents. Même si elle en brûlait d’envie.

Cristal se mordit soudainement le poignet, jusqu’au sang. Elle attendit la douleur aigüe monter jusqu’à son cerveau, et l’accueillit avec soulagement. C’était devenu son nouveau tic depuis peu, pour s’éclaircir les idées et anesthésier le prédateur et son envie de meurtre. Son avant-bras allait se couvrir de cicatrices mais elle s’en fichait. Elle en avait marre de ce corps lourd, encombrant et maladroit, qui avait besoin d’une lame d’acier pour se défendre. Elle ne supportait pas sa faiblesse. Elle se sentait faible, une proie, tout juste bonne à être bouffée.

*Ma pauvre fille, tu es mal barrée. Incapable d’aimer ni ton corps d’humain, et dégoutée par ton corps d’animal. Tu fais une piètre animorphe.* Mais bon, tant que son cœur battait, elle devrait le supporter. Et en attendant, la nuit avançait.

La jeune fille parcouru la ruelle étroite où elle se trouvait du regard. Un des rares avantages qu’elle possédait, c’est qu’elle pouvait disposer des mêmes attributs que sa partie féline, acquérant ainsi souplesse, agilité, vitesse et surtout, vision nocturne.

La jugeant sans intérêt, elle leva la tête et, en quelques mouvements souples, se hissa sur le toit d’un bâtiment.

La nuit, étoilée, était magnifique. L’imposante masse de l’école se découpait non loin. Et Cristal songea qu’il lui faudrait bientôt se présenter pour s’inscrire. Pff, rien que d’y penser, elle sentait ses poils se hérisser de dégout.
De dégout ? Non. Son sixième sens l’avertissait d’une présence. Un être, non loin. Tapis dans la nuit. Prédateur ? Peut être. En tout cas, ami ou ennemi, il allait trouver à qui parler.

La jeune animorphe s’accroupit contre le sol, en posture défensive, puis, dans un même mouvement, elle se transforma presque instantanément en tigre. Ses muscles puissants se ramassèrent. Tous ses sens en alerte, elle fouilla les ténèbres du regard.
Revenir en haut Aller en bas
Serek Salam
avatar
Nombre de messages : 264
Âge : 238
Race : Ange déchu
Poste : élève de 2ème année
Magie Contrôlée : Igni

Feuille de personnage
Puissance:
240/1000  (240/1000)
MessageSam 11 Juil 2009 - 14:46

Serek n'avait pas trop sommeil ces temps-ci. Peut-être un regain de négativité quant à sa condition "d'ex-ange"? Il secoua la tête; ridicule puisque cela faisait une bonne centaine d'années que cela s'était passé. Même si voir des ailes le mettait toujours encore dans un état d'intense réflexion. Sa bonne vieille veste bleue sur le dos, ainsi que son épée (on n'est jamais trop sûr, surtout en ces temps-ci...), il parcourait les rues sans trop rien chercher, vu l'heure tardive.
*Voir entre rêve et réalité, la nuit profite de vous pour vous abuser*

Pas de sourire, juste une pensée pour une phrase prononcée il y a tellement longtemps qu'on pourrait se demander si quelqu'un l'a vraiment dite ou si elle vient à peine de sortir de son subconscient embrouillé.
Quelques lumières coupaient l'obscurité de l'endroit, juste assez pour voir encore, mais pas assez pour se sentir en sécurité. Il y avait justement quelque chose qui clochait, comme si...
Il tourna la tête pour voir une forme indécise se découper dans l'obscurité. Allons donc, encore un insomniaque qui se promenait à pas d'heure alors qu'il était minuit passé!

Inutile de se cacher, puisqu'il était certain d'avoir été vu avant d'avoir vu. Il se dirigea donc vers le dernier endroit dans lequel il avait vu bouger quelque chose...et tomba nez à nez avec un tigre qu'il avait plus l'air de vouloir jouer avec le steak qu'avec la baballe. Les bras le long du corps, il ne fit aucun mouvement pendant les premières secondes durant lesquelles leurs yeux se croisèrent, puis il se remit à avancer, comme s'il était tout à fait normal d'aller à la rencontre d'une bête d'environ deux cents kilos de rage et de muscles. Il tendit la main.

_________________________________________________________

Sachez mourir lorsque le temps est à mourir
Sachez sourire quand il faut sourire
Sachez profiter de la vie car elle ne vous est que trop courte




Lorsque tomberont les flocons de la mort, soyez sûrs qu'à ce moment, je serai là
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageSam 11 Juil 2009 - 17:32

[HRP]Oulà... en voilà un qui n'aime pas les carottes ^^

Ouki, je spoile... mais appelle moi Cristal stp, Cristal Sauvage ça fait bizarre ^^"5/HRP]

L’être était contre le vent, aussi le tigre ne put le repérer qu’à la dernière seconde. Une proie. Faible et appétissante. Le prédateur pouvait sentir son cœur battre en produisant des petits bruits mouillés. Il eut soudain la gorge sèche, et l’envie de déchirer la chair et de boire son sang encore tiède l’envahit. Il voulait le sentir agoniser sous ses griffes, plonger son museau dans ses entrailles palpitantes. Il ne vivait que pour ça, pour tuer. Mange ou sois mangé.

La tigresse vrilla ses prunelles brûlantes dans celles du jeune homme, tandis qu’un grondement s’élevait lentement, sa musculature puissante se ramassa pour bondir. Quand soudain, le garçon se mit à avancer. Inconscience ou stupidité ? Perturbé par le comportement inhabituel de cette proie, le fauve eut un moment d’hésitation. Et quand il tendit la main, il se produisit comme un déclic. La conscience de Cristal s’éveilla.

La première chose dont elle se rendit compte, c’est qu’elle avait faillit dévorer un mec, et cela arrêta net sa partie sauvage qui perdit les commandes. La jeune fille eut soudain les idées plus claires, et elle jura dans sa tête. *Et m*rde, espèce de crétin de matou. Tu ne pense vraiment qu’a bouffer, sombre idiot dégénéré*. Elle avait conscience que c’était totalement stupide de s’insulter sois même mais ça la soulageait et elle s’en voulait horriblement. Elle s’était fait surprendre, elle avait baissé un instant sa garde et IL avait prit les commandes.

Cependant, cela aurait pu être pire, bien pire. Un souvenir refoulé refit surface, la submergea. Un corps étendu par terre, déchiqueté, les entrailles à vif, une flaque écarlate, poisseuse, qui s’élargissait doucement, et l’odeur du sang, entêtante, enivrante, emplissant toute la pièce.

La tigresse gronda, secoua la tête. Puis, dans un immense effort de volonté, s’assit calmement, bien que le bout de sa queue remuait nerveusement. Son regard se fixa sur la main tendue et ne la quitta plus.

Puis les contours de la bête devinrent flous quelques instants et ce fut une jeune adolescente à la chevelure rousse flamboyante, un sabre accroché dans le dos, et assise dans une position bizarre qui se trouva à la place du tigre.

Son regard n’avait pas quitté la main tendue, et elle ne bougea pas d’un cil. Elle ne bougea pas… mais elle parla, d’une voix très basse, tout en esquissant un très léger sourire.

-Oh je ne vais pas la lécher, si c’est ce que tu attends.
Revenir en haut Aller en bas
Serek Salam
avatar
Nombre de messages : 264
Âge : 238
Race : Ange déchu
Poste : élève de 2ème année
Magie Contrôlée : Igni

Feuille de personnage
Puissance:
240/1000  (240/1000)
MessageSam 11 Juil 2009 - 22:27

Serek garda la main tendue, seul un doigt bougea, signe de son étonnement. Le tigre venait de laisser place à une belle jeune fille qui se tenait dans une position similaire à celle de sa forme animale.
Une animorphe, nul besoin d'être un grand savant pour s'en rendre compte.


Ne t'inquiète pas, tout ce que vois ici, c'est une
fille assise et je lui propose simplement de l'aider à se relever.


Il Gardait son air toujours aussi sérieux, un air qui faisait plutôt penser à quelqu'un qui calculait chacun de ses gestes à la manière du joueur d'échec qui prévoit dix coups à l'avance.
Il avança encore la main. La bienséance aurait voulut qu'il lui fasse un sourire pour la mettre en confiance, mais chassez le naturel qu'il revient au galop, Serek avait toujours aussi peu de tact avec la gente féminine.

Il avait également remarqué qu'elle portait une arme et donc qu'elle n'était sûrement pas sans défense, même si nombreux étaient ceux qui arboraient une rapière sans savoir s'en servir.


Si c'est pas indiscret, je peux te demander ce que tu fais au beau milieu de la nuit dans les rues, surtout qu'en ce moment, des choses étranges s'y passeraient, si on en croit les racontars.

Ça y est, il allait se faire rembarrer parce qu'il avait osé lui poser une question de ce genre.
Ça ne serait pas la première fois, mais s'il s'avérait que c'était elle qui était une menace, il en aurait dit de belles pour rien...
C'était tout de même vrai que se balader dans les rues en pleine nuit était plutôt suspect.

_________________________________________________________

Sachez mourir lorsque le temps est à mourir
Sachez sourire quand il faut sourire
Sachez profiter de la vie car elle ne vous est que trop courte




Lorsque tomberont les flocons de la mort, soyez sûrs qu'à ce moment, je serai là
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageLun 27 Juil 2009 - 13:51

Cristal ne quittait pas la main du jeune homme du regard, même lorsqu’il se mit à parler :

- Ne t'inquiète pas, tout ce que vois ici, c'est une fille assise et je lui propose simplement de l'aider à se relever.

Mmm… était-ce une ruse ? Représentait-il une menace ? La jeune fille savait pertinemment que les gens de son espèce n’était pas bien vus par les autres. Ils les dégoutaient, mi-animal, mi-humain, déchirés entre deux mondes, sauvages et solitaires. Ils étaient condamnés à errer, chassés par les « normaux ». Et voilà qu’un bonhomme débarquait en pleine nuit et proposait de l’aider ! Ca sentait le coup fourré…

Pourtant, rien dans son attitude n’était menaçant : paume ouverte, il était détendu et malgré son air sérieux et concentré, il n’avait pas l’air si dangereux…

La jeune animorphe choisit de couper la poire en deux : elle n’allait ni fuir, ni lui sauter dessus mais elle n’allait pas non le toucher. Le toucher aurait signifié se rapprocher de lui et donc aurait été une porte ouverte pour une attaque fulgurante et vicieuse de sa part. On ne savait jamais…

Cristal ignora donc la main tendue et se releva souplement, d’un mouvement qui n’était pas sans rappeler sa double nature. Debout, elle fléchit légèrement les jambes, garde discrète, mais efficace. Elle n’ignorait rien de la ruse sans limite des hommes, et n’avait pas envie de se retrouver un poignard planté dans la poitrine, juste parce qu’elle avait baissé son attention quelques secondes.

Mais le jeune homme poursuivait :

- Si c'est pas indiscret, je peux te demander ce que tu fais au beau milieu de la nuit dans les rues, surtout qu'en ce moment, des choses étranges s'y passeraient, si on en croit les racontars.

Cristal gronda tout bas, montrant les dents légèrement. En quoi cela pouvait-il le regarder ? On n’avait plus le droit de prendre l’air, de nos jours ? Elle répondit donc avec une ironie cinglante, son mode de communication préféré :


- Si, en effet, cela peut être indiscret. Mais je vais quand même te répondre. Le méchant loup qui vient bouffer les enfants la nuit dans leurs lits, c’est moi, et je viens prendre mon petit déjeuner aujourd’hui. Tu n’aurais pas un petit frère ? Quand ils sont encore jeunes, ce sont les meilleurs. La peau tendre et douce, la chair fondante… délicieuse. Un vrai régal.

Elle le regardait droit dans les yeux, mais s’arrêta net de parler, la gorge nouée par le chagrin et la colère. Elle se cachait derrière ses mots, ses blagues idiotes, ses moqueries, mais en vérité, elle était torturée. Torturée parce qu’elle tuait ses semblables, torturait parce qu’elle bouffait ses semblables… et qu’une partie d’elle adorait ça. Elle aurait voulu se tuer, sauter d’une falaise, se pendre, mais elle n’y arrivait pas. Elle n’avait même pas assez de tripes pour ça. Peut être n’était-elle qu’une lâche…

Elle se détourna, se mordit violemment le poignet, jusqu’au sang, et réussit à se reprendre en ne lâchant qu’un petit sanglot étranglé. Il allait la prendre pour une folle, mais elle s’en fichait. De toute
manière, elle n’allait pas tarder à le devenir, à ce rythme.
Revenir en haut Aller en bas
Serek Salam
avatar
Nombre de messages : 264
Âge : 238
Race : Ange déchu
Poste : élève de 2ème année
Magie Contrôlée : Igni

Feuille de personnage
Puissance:
240/1000  (240/1000)
MessageMar 28 Juil 2009 - 20:50

Serek referma la main et ramena son bras le long du corps. Qu’elle ait refusé une aide, même minime, ne l’étonnait pas. Une entité pouvant prendre forme animale… Il en avait vu très peu, mais tout ce qu’il pouvait en dire, c’est qu’à première vue, elle avait un air très humain. Un peu comme lui. Ils étaient tous deux des “presque”, sauf que lui ne pouvait changer d’apparence. Son air humain en déroutait plus d’un et il avait pu lie dans beaucoup de regards “qu’est-ce qu’il est ?”. Et puis toujours cette mimique lorsqu’ils savaient, un peu la même que lui faisait la fille à ce moment. Un peu plus petite que lui, mais visiblement assez sportive et sûre d’elle, elle le jaugeait encore ave méfiance, puis lui avait débité une phrase qui ressemblait a s’y méprendre à une menace. Vu le ton qu’elle avait employé, Serek cru que c’était une plaisanterie et faillit bien rire, mais le comportement de son interlocutrice le coupa net dans son élan.
Une sorte de rage émanait d’elle, comme si tout son corps s’était révolté contre ce qu’elle venait de dire. Il ne comprenait plus rien ; elle qui était à l’instant devant lui, sûrement en train de se demander si il était oui ou non un ennemi –il était vrai qu’à cette heure, se promener dans les ruelles…- lui tournait le dos pour faire quelque chose qu’il ne put voir.


“Euh… J’ai fais quelque chose ? Parce que là, j’ai du mal à saisir, je suis un peu perdu donc si tu pouvais m’aider un peu…”

Disant cela, il se rendit compte qu’il n’avait toujours pas plus de tact. Il entendit un bruit, bref, mais qui prenait tout son sens ; elle pleurait ? Pourquoi ? Quelque chose tomba au sol, quelque chose qui, malgré l’obscurité, ne pouvait pas lui échapper : du sang. Le sien ne fit qu’un tour, il s’alarma et la fit pivoter en face de lui d’une main ferme appliquée sur l’épaule, sans connaître le moins du monde quelle serait la réaction de la jeune fille.

“Tu es blessée ! Qu’est-ce que tu as fais avec ton bras ? On t’as attaquée ? Arrête de déblatérer des bêtises si ca te fais mal et explique moi ce que fous ici a faire ça au lieu de pioncer tranquillement dans les dortoirs comme tout autre de notre âge ferai !”

Il se rendait bien compte qu’elle pouvait en dire autant de lui, mais elle l’inquiétait beaucoup. Ses airs farouches cachaient quelqu’un qui n’était pas très bien, et il serait peut-être celui sur lequel elle passerait tout, mais il ne s’en souciait gère à présent.

_________________________________________________________

Sachez mourir lorsque le temps est à mourir
Sachez sourire quand il faut sourire
Sachez profiter de la vie car elle ne vous est que trop courte




Lorsque tomberont les flocons de la mort, soyez sûrs qu'à ce moment, je serai là
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageSam 1 Aoû 2009 - 9:32

La douleur monta, aigüe et fulgurante, débordant dans le cerveau de la jeune fille, noyant ses sentiments, et faisant place nette. Cristal tua ainsi dans l’œuf la crise qu’elle avait sentit venir. Venir et redoutée. Ce n’était pas le moment de fondre en larmes hystériques dans les bras d’un inconnu à l’air louche. De plus, ses crises pouvaient devenir dangereuses et elle n’avait pas envie d’exposer des innocents. Pas tant qu’elle pouvait se contrôler.

Quand soudain, horreur suprême. Un contact. Il l’avait TOUCHE. La jeune animorphe se tenait à présent face à lui, si près qu’elle pouvait sentir son souffle. Elle frémit de tout son être. Sa peau la brûlait là où il l’avait touché, là où il LA TOUCHAIT. Il parlait, mais la jeune fille s’en fichait comme d’une guigne.


- NE ME TOUCHE PAS !

Elle avait hurlé. Cristal se dégagea d’un coup sec, sauta en arrière. Accroupie en posture défensive, elle tremblait, ses yeux bougeant nerveusement, ne s’arrêtant sur aucun point précis. Tout son corps se révoltait. Un dégout, aussi puissant qu’incompréhensible la submergea. Pas de contact physique. Depuis qu’elle savait se transformer, elle ne supportait pas de toucher les gens sous sa forme humaine. Les ravager à coups de poings et de talons, oui, mais pas autre chose. Elle… elle ne pouvait pas. C’est comme si c’était contre nature. Elle le ressentait jusqu’au plus profond de sa chair.

La jeune animorphe ferma les yeux, tentant de maitriser les tremblements de son corps, la respiration saccadée.


-Ne me touche pas... s'il te plait

Sa voix n'était plus qu'un murmure, presque un chuchotement. Elle redressa lentement la tête, encore frissonante.
Revenir en haut Aller en bas
Serek Salam
avatar
Nombre de messages : 264
Âge : 238
Race : Ange déchu
Poste : élève de 2ème année
Magie Contrôlée : Igni

Feuille de personnage
Puissance:
240/1000  (240/1000)
MessageSam 1 Aoû 2009 - 22:33

Il n’était décidément pas doué avec les autres. Ce mouvement de recul, ce n’était pas la première fois que quelqu’un l’avait en face de lui. Peut-être sentait-il trop mauvais pour le nez délicat de l’animorphe, toujours fut-il qu’il enleva ses mains très vite pour être sûr de les garder entières, pas qu’elle ait soudain l’idée de les lui enlever. Il les ramena à lui, les paumes ouvertes vers la jeune fille, montrant ainsi son désir d’être pacifique, même si l’énorme épée qu’il avait dans le dos jurait avec ses actes.
Mais cette épée représentait sa vie, ou du moins, sa nouvelle vie, tout comme sa décision d’apprendre à maîtriser son élément. Que quelqu’un d’autre la touche sans sa permission représentait une offense envers lui-même, donc il savait bien ce qu’elle voulait dire. D’une voix toujours aussi posée qu’avant, presque ennuyée même, il dit :


“Je te jure que je ne te veux aucun mal, mais au contraire j’essaie de t’aider .”

Il tourna le dos a son interlocutrice, conscient que c’était la dernière chose a faire en compagnie de quelqu’un qu’on venait de rencontrer, et encore moins lorsqu’on l’avait rencontrée dans une ruelle mal éclairée en plein milieu de la nuit. Comme ça, immobile, s’appuyant nonchalamment contre un mur de pierre, il fixait une enseigne de magasin sans la voir, comme si son regard passait au travers.

“Vu qu’apparemment tu n’as pas l’air de vouloir me dire pourquoi tu es là, pas plus que moi je n’ai envie de te le dire, pourquoi ne pas faire un bout de chemin ensemble tant qu’on y est, puisqu’on est quand même deux jeunes qui n’ont strictement rien à faire dans les rues à une heure où tous nos semblables rêvent tranquillement… Rien ne t’oblige à m’accompagner, mais je n’ai pas l’intention de rester planté là a se regarder en chien de faïence avec une fille dont je ne connais même pas le nom.”

Réalisant alors l’absurdité de ce qu’il avait dit (eeeh oui, c’est le gars qui se présente en premier !) il ajouta, comme pour se rattraper mais sans se retourner :

“Je suis Serek.”

Quoi dire de plus ? Il n’en savait trop rien mais il avait dit son nom à la jeune fille. Libre à elle maintenant de lui dire le sien et peut-être de le suivre ou alors de rester dans cette sombre impasse…

_________________________________________________________

Sachez mourir lorsque le temps est à mourir
Sachez sourire quand il faut sourire
Sachez profiter de la vie car elle ne vous est que trop courte




Lorsque tomberont les flocons de la mort, soyez sûrs qu'à ce moment, je serai là
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageDim 2 Aoû 2009 - 14:41

Cristal se calma peu à peu, et sa respiration se fit plus calme, ses muscles se détendirent légèrement. Elle se releva en maugréant dans sa tête. Chaque fois qu’elle était en situation inconnue ou dangereuse, son instinct animal prenait les commandes, et elle se retrouvait presque à chaque fois à quatre pattes… c’était horriblement gênant, à croire qu’elle ne savait pas marcher.

“Je te jure que je ne te veux aucun mal, mais au contraire j’essaie de t’aider .”

Décidément, ces humanoïdes avaient de bien curieux mœurs : le voilà qu’il lui tournait le dos ! La jeune fille se figea, interdite, ne sachant que faire. Elle n’avait jamais été très douée avec les manières humaines, qu’elle trouvait compliquées et ennuyeuses à mourir, en plus d’être contre-nature. Par exemple, pour tous les animaux, découvrir les dents était une manière d’exprimer son hostilité, de dire qu’on allait passer à l’attaque de façon imminente, mais lorsqu’un bipède souriait, c’était pout traduire sa bonne humeur ! Etrange, vraiment très étrange…

Bref, de toute manière, elle n’aurait pas ce problème avec ce drôle de bonhomme, qui lui avait un visage de marbre, ce qui d’ailleurs était tout de même troublant : comment deviner ce qu’il avait derrière la tête ? Il employait toujours le même ton neutre…

“Vu qu’apparemment tu n’as pas l’air de vouloir me dire pourquoi tu es là, pas plus que moi je n’ai envie de te le dire, pourquoi ne pas faire un bout de chemin ensemble tant qu’on y est, puisqu’on est quand même deux jeunes qui n’ont strictement rien à faire dans les rues à une heure où tous nos semblables rêvent tranquillement… Rien ne t’oblige à m’accompagner, mais je n’ai pas l’intention de rester planté là a se regarder en chien de faïence avec une fille dont je ne connais même pas le nom.”

Boarf, elle n’avait de toute façon, presque rien à perdre, et puis, qui sait, ce Serek pourrait se révéler utile, en fin de compte. Il pourrait lui apprendre des tas de choses fortes utiles, ma foi.

C’est ainsi que notre animorphe (alias la-fille-complètement-folle-et-à-fortes-tendances-sadiques-mais-néanmoins-très-sympa-pour-ceux-qui-savent-s’y-prendre-c’est-à-dire-personne) se décida à ouvrir la bouche pour répondre gentiment (non et puis quoi encore ? Faut pas pousser non plus… hu hu) d’un ton nonchalant (ce qui est déjà un gros, gros progrès) :


-Mais pourquoi pas, je te suis, car je viens d’arriver et je ne connais pas vraiment le coin. Je te fais confiance pour me faire découvrir des endroits sympas. Au fait, je me nomme Cristal.

Une petite pause et la jeune fille ajouta ensuite tout bas :

-Je te fais confiance…

Ses yeux fixaient le dos du garçon avec tant d’intensité qu’il aurait presque pu les sentir sur lui. Le ton était radicalement différent de celui qu’elle avait employé quelques instants plus tôt. C’était son moyen de faire passer ses émotions, au lieu des mimiques, souvent hypocrites, employés par les autres. On ne mentait pas avec la voix, ou alors mal.

Elle remettait sa vie entre les mains du jeune homme et elle voulait qu’il en prenne conscience. Il pouvait l’attirer dans un traquenard très facilement et partant de là, faire d’elle ce qu’il voulait. Elle resterait sur ses gardes, mais elle n’était pas infaillible, même avec le petit coup de pouce apporté à ses sens par son côté animal…
Revenir en haut Aller en bas
Serek Salam
avatar
Nombre de messages : 264
Âge : 238
Race : Ange déchu
Poste : élève de 2ème année
Magie Contrôlée : Igni

Feuille de personnage
Puissance:
240/1000  (240/1000)
MessageDim 9 Aoû 2009 - 0:55

Ce retournement brusque avait de quoi surprendre; alors qu'elle ne voulait même pas lui adresser la parole quelques minutes plus tôt, voilà quelle lui parlait, mais en plus de cela, elle acceptait qu'il lui serve de "guide". Sachant que toute tentative de comprendre le psychisme des animorphes, à moins que ce ne soit le psychisme féminin, était totalement voué à l'échec. Sans se retourner, il se décolla du mur et commença à marcher à un rythme "normal", c'est-à-dire une marche plutôt lente, celle du touriste.

Sortir le soir était devenu une activité à part entière pour Serek. En plus de dégager le stress provoqué par les cours ou toutes autres sortes de choses, il s'accordait quelques fois une chope au bar histoire d'avoir un contact avec le monde extérieur. Il s'obligeait à avoir ce contact, car son espèce était vouée à ne finir qu'en violence dans le suicide ou la mort désespérée a combat. Etre déchu était un statut impossible à porter pour un seul corps, une seule âme.
C'est comme s'ils étaient deux à l'intérieur de son corps pour supporter son fardeau. Alors était-il vraiment seul? Et quelle était ce sentiment bizarre qu'il ressentait avant de perdre conscience puis de se retrouver au beau milieu d'un brasier peu après?
Des questions qu'i n'avaient de réponses autres que celles enfouies en lui, donc il lui faudrait batailler non pas contre des hordes d'ennemis pour la trouver, mais contre son pire ennemis: lui-même.

Marchant les yeux dans le vide, il ne sentait même plus la présence de la dénommée Cristal qui avait (peut-être?) consenti à le suivre. Sa veste ouverte battant ses jambes, l'épée ballottant dans le dos, de longues manches lui cachant presque les mains, on aurait pu le prendre pour un assassin si on y regardait de loin. A y ajouter un air constamment sombre et calculateur, avec une pointe de constante réflexion, et Serek se dressait, présent.
Rien de très rassurant, quand on savait en plus sa nature, mais cette dernière n'étant pas facile à deviner tant qu'on ne jetait pas un coup d'oeil dans son dos, et il ne la criait pas sur tous les toits non plus.

Une telle personne n'avait pas sa place dans le monde des vivants, être déchu chez les anges équivalait à n'être plus qu'un cadavre ambulant. Combien de temps encore cesserait-il d'être vivant tout en étant qu'un rebus?
Marcher, encore marcher...

_________________________________________________________

Sachez mourir lorsque le temps est à mourir
Sachez sourire quand il faut sourire
Sachez profiter de la vie car elle ne vous est que trop courte




Lorsque tomberont les flocons de la mort, soyez sûrs qu'à ce moment, je serai là
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageDim 9 Aoû 2009 - 10:42

Sans autre forme de procès, le voilà qui s’était mis à marcher, sans un regard derrière lui ! Cristal ne bougea pas immédiatement, étonnée. Savait-il ce qu’il risquait à lui tourner le dos impunément ? Elle pouvait lui tomber dessus par surprise !

Mais d’un autre côté, ce n’était pas si idiot que ça : pourquoi se serait-elle attaquée à lui ? Il ne lui avait rien fait de mal, et elle n’avait pas vraiment le profil type de la tueuse de sang froid… c’est vrai, on n’imaginait mal une petite rouquine de seize ans vous poignarder dans le dos sans raison. Enfin, tant qu’elle ne s’était pas transformé en énorme bête sauvage pleine de griffes et de crocs…

Ceci dit, elle était maîtresse de ses sentiments pour l’instant, le premier idiot venu serait capable de le voir, et manifestement, Serek était loin d’être le premier idiot venu. C’était le bipède le plus étrange qu’il lui ai été donné de voir. Même l’ange louche aux ailes de nuit (Siolith, pour ceux qui ne l’aurait pas reconnu…) était moins mystérieuse que lui. Il n’avait pas un comportement normal.

Tient d’ailleurs, elle ferait bien de se mettre en route, si elle ne voulait pas le perdre de vue…
La jeune animorphe se glissa donc à sa suite, rapide et silencieuse. Elle ne tarda pas à le rejoindre, et adapta son allure, de manière à marcher à ses côtés.
Ses yeux ne s’arrêtaient jamais à un point fixe, passant sans cesse d’un détail à un autre, évaluant les risques potentiels, cherchant les issues possibles en cas d’attaque, et surtout, évaluant le jeune homme.
Une fois n’est pas coutume, il étonnait et intriguait à la fois les deux parties de Cristal, bien que ce n’était pas tout à fait pour les mêmes raisons.
Ce double regard apportait à la jeune fille des observations aussi diverses qu’étaient les préoccupations de ses deux êtres : « du sang… des cheveux rouge sang… » « Quel air sombre et torturé… » « Une démarche souple et assurée… un prédateur » « whoua, c’est qu’il est grand, quand même… » « Détendu, il ne me craint pas… » « Musclé, en plus… » « et ben, c’est un beau joujou qu’il a dans le dos… »

Elle se força à détourner son regard, qui commençait à revenir un peu trop régulièrement vers lui. Et puis, elle n’était toujours pas fixée sur son compte. Pourquoi ne parlait-il pas ? C’était déstabilisant… était il perdu dans ses pensées ? Eprouvait-il du remord parce qu’il comptait la tuer dans un coin sombre d’ici deux minutes ? Ou, tout simplement, est-ce qu’il se fichait d’elle ?

À cette dernière pensée, Cristal sentit son sang d’animorphe instable se mettre à bouillir. Elle se mit brusquement face à lui et stoppa net.

Elle leva la tête et le regarda droit dans les yeux. En apparence détendue si ce n’était ses poings serrés si forts que ses phalanges blanchissaient.
Il allait s’en prendre plein la figure…


- Excuse-moi si je te dérange, ô grand Serek, mais daignes abaisser ta divine oreille afin d’écouter les mots d’une petite paysanne perdue. Excuse mon impertinence, mais ta seigneurie m’aurait-elle oubliée ? Je ne sais ni où nous nous trouvons, ni où nous allons. Je crois quand même être un tantinet concernée par ces questions, qui doivent te paraître ô combien futiles, en comparaison à tes divines préoccupations, j’en ai conscience. C’est pourquoi je m’incline humblement devant toi, fais donc ce qui te chante, bipède.

Les derniers mots avaient claqués, aussi douloureux qu’un coup de fouet. La jeune fille y avait mis tout son ressentiment, son dédain, sa rage. Ce n’était pas de la méchanceté, juste de l’ironie, poussée à son extrême. Elle espérait une réaction, elle voulait briser ce masque d’indifférence froide et austère. Même si elle avait conscience que là, elle avait été sans doute un peu trop loin…
Revenir en haut Aller en bas
Serek Salam
avatar
Nombre de messages : 264
Âge : 238
Race : Ange déchu
Poste : élève de 2ème année
Magie Contrôlée : Igni

Feuille de personnage
Puissance:
240/1000  (240/1000)
MessageMar 11 Aoû 2009 - 21:08

Elle l'avait rattrapé, puis suivi, puis enfin l’avait giflé verbalement. Serek resta un moment interdit, ne sachant comment prendre cette nouvelle montée d’humeur. Tous les non-humains étaient bizarres, d’accord, et même les humains étaient bizarres, surtout les femmes, mais là, elle venait de crever le plafond qu’il s’accordait à définir comme réel en matière d’ironie implacable.
Un blanc. Ce fut tout ce qu’il y eu pendant plus de deux longues minutes, puis Serek soupira, seule chose qu’il lui parut censée de faire en cet instant. De telle paroles avaient de quoi surprendre, et il n’échappait pas à la règle, mais le problème persistait ; quelle expression adopter ? Rire sonnerait faux comme toujours à ses oreilles et ne semblait pas du tout approprié. Se fâcher était une chose tellement futile pour de si petits mots.
Les yeux dans les yeux, voilà quelque chose d’intéressant…Se regarder dans les yeux éliminait beaucoup de choses, et en éclaircissait bien d’autres. Très volontaire, prédateur, elle n’avait pas peur, non, elle n’avait pas ce sentiment, elle l’avait sûrement abandonné, à moins qu’elle ne l’ait enfoui au plus profond d’elle. Provoquant, ce regard débordait d’arrogance et de provocation, ca oui. Un genre de comportement que Serek arborait souvent. Son froncement de sourcils s’accentua pour se muer en un regard direct, dans les yeux de son interlocutrice. Il détestait qu’on prenne ses manières.


*Tes manières ? Faux ! Serek, regarde-toi un peu, tu es jeune, fort certes, mais jeune et tellement inexpérimenté dans ton élément. Ce ne sont pas les simples tours de passe-passe que tu accomplis en cours qui vont te permettre de survivre. L’arrogance et la supériorité, c’est mon rayon.
J’ai le moyen de t’aider, de te guider, de t’élever, alors laisse-moi ne serait-ce qu’une minute avec elle et je lui montrerai à qui elle s’adresse…*


Le contrôle de soi, une chose qu’il avait appris à maîtriser depuis plusieurs décennies, malgré cela, il y avait cette partie inconsciente de lui, celle qui aimait le feu, celle qui aimait le carnage, celle qu’il cachait. Il se détestait, il se répugnait. Les yeux dans les yeux.

Tu t’es déjà sentie sale après t’être lavée ? Moi j’ai continuellement cette sensation. Promène-toi donc avec ça tous les jours, du matin au soir, toute ta vie, en sachant que jamais cela ne pourra être lavé et effacé, et tu comprendras qui je suis…

C’était finalement sorti. Elle remarquerait, elle se poserait des questions. Serek détourna le regard pour qu’elle ne puisse pas voir plus longtemps l’expression que ses yeux avaient pris. Etre déchu avait apporté son lot d’inconvénient quotidien. Essayez de vivre avec l’impression que quelqu’un enfonce ses deux mains dans votre dos et fouille dedans tous les jours pendant plus d’un siècle. Serek avait eu besoin de s’adapter, de vivre avec un corps impossible à arracher à la réalité, cloué au sol. Il avait eu besoin de lui-même. C’est à partir de cet instant que son don et que ces pensées s’étaient accrochés à lui. Une double malédiction qu’il tentait tant bien que mal de tourner au positif.
Le feu n’aurait rien eu de dérangeant si ces envies ne s’étaient pas manifestées au points de prendre comme possession de lui comme l’espace d’un instant en face de cette jeune fille.
Cette impression de partir pour laisser place à quelqu’un d’autre, puis de se réveiller comme après une sieste était presque jouissif, car dans ces moments, tout le quittait ; ses soucis, ses douleurs…comme si il était libéré de ses chaînes et que ces ailes revenaient pour l’emporter loin. Une telle chose était néanmoins impossible à penser, car ce second lui était noir, ou du moins assez mauvais pour causer des dégâts.
Il regarda le ciel à la recherche de la lune, mais elle se cachait parmi les nuages. Un regard triste. Il reprit, sur un ton lavé de toute expression qu’il avait pu arborer avant.


Je n’était pas là, désolé. Elament est une cité qui vous accueille parce qu’on contrôle un élément, Cristal. Ces rues pleines de gens le ont besoin de personnes pour les guider et pour les protéger aussi, même si certains savent très bien se protéger. Tout comme eux, je te guide, mais je ne sais pas si je le ferai bien. Je joue juste un rôle que j’ai fierté de remplir ici ce soir.
Tu peux te moquer si ca parait complètement ringard ce que je te dis, mais on est tout simplement dans une rue d’Elament, une parmi tant d’autres. L’endroit où nous sommes actuellement est tellement dérisoire par rapport où nous allons, qu’il n’est pas la peine de le nommer. Mais j’ai une idée, allons sur la place d’Elament, devant les portes que tu as sûrement passée comme moi avant toi…


Sans en dire plus, il prit le chemin qu’il avait annoncé, laissant le soin à l’animorphe d’avoir la décision finale de le suivre à nouveau ou non.

_________________________________________________________

Sachez mourir lorsque le temps est à mourir
Sachez sourire quand il faut sourire
Sachez profiter de la vie car elle ne vous est que trop courte




Lorsque tomberont les flocons de la mort, soyez sûrs qu'à ce moment, je serai là
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageDim 16 Aoû 2009 - 14:53

Spoiler:
 



Cristal avait espéré une réaction. N’importe laquelle. Qu’il rie comme un crétin où qu’il hurle, ou même qu’il la saisisse à la gorge pour l’étouffer. Mais rien. Le vide total. Il se contentait de la dévisager, et toujours avec le même air étrange.

La jeune animorphe était désarçonnée, elle était si certaine qu’il allait se mettre en colère pour ensuite la découper en tous petits bouts… elle ne savait plus comment réagir. Elle lui avait servit une réplique blessante et il se réagissait pas. Même pas un tressaillement. Il n’avait même pas cligné des yeux. La jeune fille en était presque admirative.
Ils se regardèrent dans les yeux pendant deux minutes. Deux ans. Deux milliards d’années. Aussi, quand il soupira, Cristal tressaillit, surprise.

Son regard prit alors tellement d’intensité que la jeune animorphe en fut cette fois impressionnée. C’était la première fois qu’elle voyait un bipède avec un visage si peu mobile. Il aurait dû sourire, faire une grimace, plisser les yeux, n’importe quoi ! Quelque chose ! Mais non, il se contentait de la transpercer du regard.

Tu t’es déjà sentie sale après t’être lavée ? Moi j’ai continuellement cette sensation. Promène-toi donc avec ça tous les jours, du matin au soir, toute ta vie, en sachant que jamais cela ne pourra être lavé et effacé, et tu comprendras qui je suis…

La jeune fille fronça légèrement les sourcils. Tout ceci était étrange, très étrange. Elle, elle vivait constamment avec la sensation d’avoir du sang dans sa bouche, sur ses mains. Poisseux, son odeur entêtante la suivant partout où elle allait. Et cette envie de chasser, son instinct de prédateur, pervertis par sa nature humaine ou elle ne savait trop quoi, mués en une envie de tuer, de déchiqueter, de se baigner dans ce sang.

Elle se mordit légèrement la lèvre. Elle devait arrêter de penser à ça. Elle arriverait à se contrôler. Elle devait se contrôler. Mais pour ça elle fallait qu’elle ignore cette envie, cette soif qui lui brûlait la gorge.

Ils étaient semblables, si semblables. Cela en devenait étrange. Un coup du destin ? Peut être. En tout cas, elle avait envie d’en savoir plus sur lui. Et ses yeux avaient une telle expression, avant qu’il ne les détourne. Il lui cachait quelque chose.

Serek reprit d’ailleurs la parole. Mes ses mots n’avaient plus la même intensité.

Il avait retrouvé son éternel ton neutre, si charmant et prompt à faire chavirer le cœur des filles. Puis, en parfait tombeur, il la planta une nouvelle fois, la laissant méditer sur ses dernières paroles.

Je n’était pas là, désolé. Elament est une cité qui vous accueille parce qu’on contrôle un élément, Cristal. Ces rues pleines de gens le ont besoin de personnes pour les guider et pour les protéger aussi, même si certains savent très bien se protéger. Tout comme eux, je te guide, mais je ne sais pas si je le ferai bien. Je joue juste un rôle que j’ai fierté de remplir ici ce soir.
Tu peux te moquer si ca parait complètement ringard ce que je te dis, mais on est tout simplement dans une rue d’Elament, une parmi tant d’autres. L’endroit où nous sommes actuellement est tellement dérisoire par rapport où nous allons, qu’il n’est pas la peine de le nommer. Mais j’ai une idée, allons sur la place d’Elament, devant les portes que tu as sûrement passée comme moi avant toi…


Cristal aurait pu (aurait du) se mettre en colère, le ramener par la peau des fesses, et lui expliquer comment traiter les jeunes filles avec un peu plus de déférence et de politesse. Avant bien sûr de lui donner une gifle mémorable, histoire de sceller ses paroles.

Elle se contenta de sourire. Il l’avait appelé Cristal.

Avant de se coller une claque mentale. Mais bien sûr qu’il l’avait appelé Cristal, c’était son nom, non ? Pas de quoi s’extasier bêtement. Il s’appelait Serek, elle, Cristal, point final. Voilà. Hum…

La jeune animorphe secoua la tête une dernière fois avant de se mettre en marche d’un pas vif.
Elle marchait depuis quelques secondes à ses côtés lorsque le sens de sa dernière phrase la frappa de plein fouet. La porte ? La porte devant laquelle elle avait poireauté des heures ? La porte devant laquelle elle avait rencontré une folle furieuse qui avait bien faillit la cramer sans autre forme de procès avec ses bêbêtes monstrueuses toutes en flammes ? La porte où un bras surgit de nulle part (et appartenant à la ladite folle furieuse) l’avait frappé d’un cou sec sur son crâne ? Crâne qui conservait encore une bosse de belle taille, soit disant passant. La porte où elle s’était ridiculisée devant la ville entière ???


- NON !

La jeune fille avait crié. Puis devint d’un beau rouge cerise en prenant conscience de sa réaction. Ce qui l’étonna, d’ailleurs. Elle ne rougissait vraiment que très rarement, et là elle faisait vraiment honneur à son élément. On aurait pu faire cuire un œuf sur ses joues…

Quoi qu’il en soit, son orgueil meurtri n’était pas prêt à faire un pas de plus.


- Hum… désolée reprit-elle plus doucement. Mais… je préfère ne pas y aller. J’ai vécu une expérience… désagréable devant cette porte il n’y a pas très longtemps et… j’aimerai l’éviter, pour l’instant.

Oui, l’éviter elle et tous les témoins gênants qui seraient de sortie au beau milieu de la nuit. On ne savait jamais. Il était bien de sortie, lui.

Bref, il fallait à tout prix éviter ce sujet épineux et délicat. Changement de sujet. Vite ! Une idée, une idée… ah ! Elle avait trouvé…


- J’ai une meilleure idée : si on se racontait nos vies ? Parles-moi de toi.

La phrase, en apparence légère, n’était en réalité pas si innocente que ça. Il l’intriguait, et elle tenait une occasion d’en savoir plus sur lui. Une occasion en or massif. Et elle n’allait pas le laisser se défiler…

Elle capta son regard et ne le lâcha plus. Puis, d’un ton qui ne souffrait aucune réplique, elle poursuivit :


- Qui es-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageDim 16 Aoû 2009 - 22:03

Ah ! Une autre de ces nuits où Neko, fidèle à lui-même, sortait de l'auberge pour arpenter les toits de la cité à la recherche d'un peu d'action. Ce n'était pas difficile de se distraire quand on était un chat, il n'y avait qu'à sortir et se promener sans but précis, sans itinéraire, et lorsqu'on trouvait quelque chose d'intéressant, on le poursuivait jusqu'à ce qu'on l'atteigne où jusqu'à ce qu'on le perde et on se souciait peu du résultat. Par exemple, cette nuit, Neko chassait les oiseaux, et dès que l'oiseau s'envolait, il en chassait un autre, sans arrêter, et inutile de vous dire que Neko n'avait aucunement faim, quand il en attrapait un, il laissait le cadavre sur le sol sans même y toucher, vous voyez, depuis peu, Neko était nourrit par une femme qu'il avait rencontré, mais pour un chat, chasser n'est pas qu'une nécessité, c'est un plaisir.

Cette fois-ci, Neko avait repéré une hirondelle, tranquillement posé sur une gouttière, alors sans poser de question, il se rua vers elle mais cette fois-ci arrêta net face à elle, la laissant partir. En effet, Neko venait d'entendre parler, du coup il avait complètement oublié l'hirondelle, qui sans le savoir venait de voir sa vie sauvé par quelques paroles. Enfin, Neko aimait chassé, mais depuis qu'il avait découvert sa forme humaine, il avait un gout particulier à découvrir le social, établir des relations. Neko s'approcha donc pour voir ce dont il en était pour découvrir deux humains qui discutaient tranquillement ensemble, ils avaient l'air gentils, mais pour l'instant, il préférait les suivre discrètement, en apprendre un peu plus sur eux avant de se lancer aveuglément dans le danger.

À mesure que Neko s'approchait du couple de gens, il put enfin capter quelques paroles qu'il comprit, la femme venait de lui demander de lui raconter sa vie, et l'inverse par la suite. Ah mais c'était parfait pour en découvrir vite fait sur eux avant de les approcher ! Neko s'approcha donc encore plus du bord du toit et marchait un peu plus rapidement pour ne pas les perdre mais malheureusement pour lui, la fille le repéra. En effet, ce qui n'était qu'une question adressé au garçon ressemblait étrangement à une question qu'on posait à quelqu'un qu'on venait de repérer, et Neko crut qu'on s'adressait à lui. Alors il n'avait plus le choix, il n'avait qu'à se présenter mine de rien en agissant comme le type qui venait d'arriver et qui s'en venait de toute façon. Sans attendre, Neko sauta donc du toit vers l'avant du couple et pour éviter de se faire mal fit pousser une branche sur le sol qui lui permit d'amortir sa chute en y prenant appui. Finalement, il se retourna vers les deux gens et se présenta.


-Alors on se présente et on raconte nos vies, c'est ça ? Et bien je commence, si vous voulez bien ! Je m'appelle Neko, je suis ... un chat. Je suis né dans la forêt avec mes frères chatons qui m'ont vite envié de par mes supériorités et qui ont vite essayé de me tuer, suivant aveuglément leur colère. Ils ont eu ensuite peur de moi quand je les ai battu, alors je me suis retrouvé seul. J'ai par la suite trouvé un groupe de marchands qui ont voulu me tuer quand ils ont découvert que je n'avais pas d'argent pour payer le repas qu'ils m'avaient offert, alors je me suis enfuit et je me suis retrouvé seul une deuxième fois. Finalement, j'ai découvert mon pouvoir, alors je suis parti pour Elament, n'ayant rien à perdre. J'ai finalement eu de la chance en trouvant un toit aux alentours de la cité, dans une auberge. Et aujourd'hui je me promènes dans la cité et je tombes sur vous. Vous c'est quoi votre histoire ?

La présentation de Neko était pleine de sarcasme, même si tout le contenu était vrai. Il venait de laisser sortir tout ce qu'il avait sur le coeur concernant les derniers événements de sa vie, hélas devant deux inconnus. Il avait oublié de mentionner qu'il était sous forme humaine à certains endroits, ce qui rendait l'histoire quelque peu loufoque, mais Neko n'y prêtait pas attention, il attendait pour l'instant la suite des évènements.
Revenir en haut Aller en bas
Serek Salam
avatar
Nombre de messages : 264
Âge : 238
Race : Ange déchu
Poste : élève de 2ème année
Magie Contrôlée : Igni

Feuille de personnage
Puissance:
240/1000  (240/1000)
MessageLun 17 Aoû 2009 - 11:38

Elle avait brusquement répondu à sa proposition par la négative. La porte semblait lui inspirer quelques pensées contradictoires. Mais chose étrange, elle lui avait sourit pour quelconque raison obscure lorsqu’il lui avait parlé. Les femmes avaient une drôle de conception du moment où il fallait sourire car il n’avait vraiment aucune idée de ce qu’il avait pu dire pour qu’elle réagisse ainsi.
Et puis finalement, la question, la plus directe qui soit : “Qui es-tu ?”. Cette question se posait pas Serek, et il allait pas déroger à la règle; il ne lui répondrait pas, c'était sûr.

Que croyait-elle donc? Que par une simple question, il allait lui dévoiler plus de deux cent ans de sa vie alors qu'il ne la côtoyait que depuis cinq minutes. Lourde erreur qui se soldait par un silence de plomb, jusqu'au moment où arriva quelque chose d'inattendu, un plutôt quelqu'un. Un chat bondit vers eux et se tourna pour se présenter à la place de Serek. Peut-être croyait-il que la question s'était adressée à lui étant donné le silence de l'ange déchu.

Surprendre Serek était une chose très dangereuse à faire, voire même mortelle dans certains cas. Plus par instinct que par réflexion, sa main droite bougea et empoigna le pommeau de son épée, qui décrivit un arc de cercle hors de son fourreau. La pointe s'arrêta devant la tête de l'intrus, et il y eut un instant de flottement après que ce dernier eut débité une description on ne peut plus complète de lui-même. Rien ne pouvait plus le mettre aux abois que cet inconscient venait de faire.
On était la nuit, deux personne étaient seule et une troisième débarquait au milieu de tout ça…Ca avait une peu de quoi stresser n'importe qui.
Serek jeta un coup d'œil à Cristal et lui lança:


Moi, je suis prudent.

Cela ne répondait pas du tout à la question de la fille et il le savait très bien. Se mettre à tout déballer devant elle, et qui plus est avec un risque que quelqu'un d'extérieur l'entende, relevait selon lui d'une grande stupidité.
A vrai dire, il l'avait jamais rien raconté à personne. Ils avaient deviné car il avait laissé traîner des indices, ou encore parce que Shaloa avait eu l'indécence de jouer à la courte devinette avec Yumi. Il était verni…Plus que le dernier colocataire, et tous ceux de sa chambrée sauraient qu'ils avaient affaire avec un Déchu d'Otulin.
Il s'adressa en ces termes à l'animal parlant:


Y a-t-il quelqu'un encore avec toi ou tu es seul? Prendre les gens par surprise dans une rue sombre n'inspire pas confiance. Et je te fais remarquer qu'un chat ne parles normalement pas, donc tu es de la même race que Cristal. Prend-donc ta forme humaine, que nous sachions à qui nous parlons

Pourquoi parler de Cristal? Il aurait très bien pu dire un équivalent, d'autant plus qu le nouveau venu n'avait peut-être strictement aucune idée de qui il parlait. Elle avait eu l'air peu dans le vague lorsqu'il lui avait parlé de la cité, mais n'étant pas dans la tête des autres et pratiquant la philosophie très basique de l'épée, il n'avait aucune subtilité dans l'art de la relation humaine. Son truc, c'était le combat, l'anticipation, l'analyse, et taper dans la gueule avant de trancher dans le gras. Mais il fallait tout de même être une buse pour ne pas se rendre compte qu'elle avait réagit bizarrement; au lieu de crier, elle avait juste secoué la tête avait-il remarqué.
Ce chat était apparemment peu au courant des dernières nouvelles et Serek se chargea de lui rafraîchir la mémoire:


En plus de cela, tu n'as pas l'air de savoir que raconter sa vie au premier inconnu rencontré est dangereux. L'abus de confiance nuit à la vie ces temps-ci…

Il avait parlé en faisant référence à Roland, l'ange qui habitait la cité et qui avait été retrouvé mort devant les portes il y avait de cela un mois. Parlant ainsi, il s'était discrètement mis devant Cristal, au cas où leur intrus se révèlerait être plus qu'un simple animprhe…

_________________________________________________________

Sachez mourir lorsque le temps est à mourir
Sachez sourire quand il faut sourire
Sachez profiter de la vie car elle ne vous est que trop courte




Lorsque tomberont les flocons de la mort, soyez sûrs qu'à ce moment, je serai là
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageVen 21 Aoû 2009 - 18:24

AH AH ! Et voilà, qu’est-ce qu’elle pensait, un instant plus tôt ? Y en avaient qui étaient de sortie, et au beau milieu de la nuit ! Enfin bon, si un petit chat tacheté pouvait faire office de personne...

Quoi qu’il en soit, il allait s’en prendre une, le p’tit chat ! Non content de débouler comme ça, le voilà qu’il les interrompait au milieu d’une confidence on ne peut plus intéressante…
Bon ok, en fait, la requête de la jeune fille s’était soldée par un silence lourd de refus, mais elle ne désespérait pas de lui tirer les vers du nez.

AAAAAAAAAAAAArgg ! Cristal tressaillit malgré elle. Le petit tigre morveux s’était mit à parler ! Quel… étrange animal. Etrange et très bavard, ma foi. Il déballait sa vie comme ça, avec une totale inconscience, inconscience si absolue en ces temps troublés, qu’elle avait envie de la qualifier de stupidité (ouuuuh, je suis méchante… n’en tiens pas rigueur, Neko, ma Cristal a un caractère de cochon ^^). À tout les coups, il était jeune, très jeune, aussi, sinon plus, jeune qu’elle. Et il n’y avait qu’à l’écouter pour en arriver aux mêmes conclusions que Cristal.

Alors on se présente et on raconte nos vies, c'est ça ? Et bien je commence, si vous voulez bien ! Je m'appelle Neko, je suis ... un chat. Je suis né dans la forêt avec mes frères chatons qui m'ont vite envié de par mes supériorités et qui ont vite essayé de me tuer, suivant aveuglément leur colère. Ils ont eu ensuite peur de moi quand je les ai battu, alors je me suis retrouvé seul. J'ai par la suite trouvé un groupe de marchands qui ont voulu me tuer quand ils ont découvert que je n'avais pas d'argent pour payer le repas qu'ils m'avaient offert, alors je me suis enfuit et je me suis retrouvé seul une deuxième fois. Finalement, j'ai découvert mon pouvoir, alors je suis parti pour Elament, n'ayant rien à perdre. J'ai finalement eu de la chance en trouvant un toit aux alentours de la cité, dans une auberge. Et aujourd'hui je me promènes dans la cité et je tombes sur vous. Vous c'est quoi votre histoire ?


Hum… que répondre ? La jeune animorphe était partagée entre le désir de le tuer froidement et éclater de rire. Le dernier désir l’emporta de peu, et cela était seulement dû au fait que la jeune fille le prit de pitié en entendant qu’apparemment, le monde entier en voulait à sa vie. Envie qu’elle trouvait tout à fait compréhensible, soi-disant passant.

Quoi qu’il en soit, ce matou avait bien de la chance, car la jeune animorphe n’étant pas d’un naturel très expansif, il n’allait pas avoir à subir une Cristal complètement déchainée, lui riant au nez avec un mépris de ses bonnes intentions aussi total qu’inhumain.
M’enfin bon, quand je dis de la chance, tout est relatif, car le matou avait eu la mauvaise idée d’arriver au plus mauvais moment, et, par la même occasion, d’irriter Cristal. Et, comme dit le proverbe : « à Cristal irritée, vaux mieux se barrer vite fait ».

La jeune fille fit donc un immense sourire à Neko avant de balancer, sans pitié :


- Ne m’en veux pas, petit chat, mais tu m’as tout l’air d’une expérience scientifique ratée. Non, plutôt d’un tour de magie loupé, ce qui expliquerait que le sorcier en question ait oublié de te doter d’un cerveau. Chose qui pourrait t’être fortement utile. Tu sais, c’est le truc mou et visqueux qui te pousse à réfléchir avant de parler et d’aborder des inconnus, armés qui plus est.

Comme pour donner raison à ses paroles, Serek s’anima soudain, et, dans une flamboyante démonstration d’adresse, pointa son épée, droit sur la tête du matou, avant de lancer d’un air ténébreux :

Moi, je suis prudent.

La jeune animorphe lui fit un sourire mi-figue, mi-raisin. Il avait esquivé sa question tout en ne lui accordant pas l’opportunité de revenir à la charge… d’autant plus qu’il continuait :

Y a-t-il quelqu'un encore avec toi ou tu es seul? Prendre les gens par surprise dans une rue sombre n'inspire pas confiance. Et je te fais remarquer qu'un chat ne parle normalement pas, donc tu es de la même race que Cristal. Prends-donc ta forme humaine, que nous sachions à qui nous parlons

Un éclair jaune passa dans les yeux de la jeune fille. Elle retroussa légèrement les lèvres en un rictus sauvage, n’appréciant pas du tout qu’on la dévoile ainsi. Il venait de révéler un des secrets les plus tabous qui soit, et avec une indifférence des plus totale.


- Y en a un autre qui ferait aussi bien de commander de la cervelle en rab’

Persiffla-t-elle d’une voix basse à l’intention de Serek.
Les événements prenaient une tournure qui ne plaisait pas à la jeune animorphe. Pourquoi fallait-il que ce soit toujours si compliqué ? Elle aurait dû régler le problème à sa manière : un claquement de mâchoire, un coup de griffe pour l’achever, et le chat n’aurait plus posé de problème. On aurait pu tranquillement poursuivre la conversation. Elle maudissait le minuscule élan de commisération qui l’avait poussé à laisser cet enquiquineur en vie.

En plus de cela, tu n'as pas l'air de savoir que raconter sa vie au premier inconnu rencontré est dangereux. L'abus de confiance nuit à la vie ces temps-ci…


Eh Ben voilà ! En, voilà un qui était d’accord avec elle ! Finalement, il n’était peut être pas totalement irrécupérable…
Ah, elle avait parlé trop vite. Il s’était mit devant elle, sans doute pour la protéger. Elan aussi stupide qu’inutile. Et dangereusement inconscient. Se faisant, il lui tournait le dos, chose qu’elle ne conseillait à personne de faire, surtout qu’il venait de la mettre en pétard. NON MAIS POUR QUI IL SE PRENAIT ? ELLE POUVAIT SE DEBROUILLER TOUTE SEULE, NON ? IL LA PRENAIT POUR QUI ? UNE GAMINE TROP STUPIDE POUR POUVOIR SE DEFENDRE ? QUEL MONDE DE MACHISTES STUPIDES, GONFLES D’ORGUEILS COMME DES OUTRES !

La jeune Cristal vit rouge. Ses yeux virèrent au doré soutenu. Elle serra ses poings qui s’étaient mis à trembler d’une manière incontrôlable. Dans un ultime élan, elle parvint à dire d’une voix étrangement rauque :


- Serek, soit chou s’il te plaît et écartes-toi, je sais me défendre seule. Ah oui, et éloignes-toi de moi.

Elle avait conscience que sa crise de colère était stupide mais c’était plus fort qu’elle. Elle s’enflammait à la moindre contrariété. Elle poussa un grognement et s’accroupit, les mains autour de ses jambes. Elle se mit à se balancer doucement, s’efforçant de juguler la vague brûlante qui commençait à l’envahir, ignorant les deux autres. Se calmer, elle devait se calmer.
Mais dieu que c’était difficile. Elle ne s’était pas transformée assez longtemps pour pouvoir évacuer la tension qui s’accumulait sous sa forme humaine : Serek avait surgit et l’en avait empêché. Bien sûr, pour papoter, mieux valait une langue en état de fonctionner, car elle, elle était incapable de parler sous forme animale, et la miss avait dû reprendre forme humaine.

Mais l’animal était plus fort qu’elle, il allait gagner. Cristal sentit de la fourrure rayée la recouvrir, ses ongles pousser… il ne lui restait qu’une solution, elle ouvrit une bouche qui abordait à présent des dents pointues et se mordit une nouvelle fois le poignet. Profondément.
La douleur qui en résultat fut indescriptible. Malmenée depuis des jours, mal cicatrisée, la peau était à vif et très sensible. La jeune animorphe ne pu retenir un gémissement de douleur. Le sang se mit à couler, abondamment, mais cela avait arrêté la métamorphose.

Cristal se redressa en vacillant, le cerveau embrumé. Elle avait la tête qui tournait, et l’impression qu’elle avait de flotter dans les airs ne lui semblait pas de très bonne augure. La douleur était telle qu’elle lui fit monter les larmes aux yeux. Elle s’était mordue plus fort qu’elle en avait l’intention, ses dents à moitié transformées en crocs étaient décidément plus efficaces qu’elle ne l’avait escompté.

Le sang vermeil gouttait doucement à terre. La jeune fille sentit la nausée la gagner, elle s’appuya contre le mur d’une maison proche, la respiration irrégulière. Les yeux baissés, elle murmura, en esquissant un maigre sourire :


- Désolée, mais j’ai le sang chaud…

Maigre plaisanterie, qui virait un peu morbide avec son sang qui continuait à s’écouler. Elle ferma les yeux, prise de vertige.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageLun 24 Aoû 2009 - 2:49

Non mais pour qui elle se prenait ? Déjà que l'insulter sur sa nature était la meilleure façon de réveiller son instinct de survie, cette jeune fille se mettait le doigt dans l'oeil si elle croyait que Neko se mettait en danger en abordant des inconnus armés ! Neko avait déjà fuit des gens bien plus armés et bien plus nombreux ! Et d'ailleurs, il n'avait pas eu vraiment le choix de les aborder, si il aurait vraiment été repéré, il aurait mieux valu se présenter que de se faire traquer parce qu'il avait refusé de se montrer ! Et puis d'ailleurs, les deux gens n'avaient pas attaqué notre petit chaton, et cela était la preuve que sa stratégie pour survivre avait fonctionné, autant loufoque soit-elle.

Oh mais ce n'était pas tout, le rouquin s'était avancé et le menaçait avec son épée par "prudence", pour ensuite lui poser un tas de question, des questions insultantes d'autant plus. Déjà il insinuait qu'il n'était pas un chat normal, ce qui blessait Neko même s'il le savait, puisque s'il n'aurait été qu'un simple chat, ses frères n'auraient pas voulu le tuer. Ensuite, il osait dire qu'il n'était pas sous sa forme normal, ce qui s'avérait terriblement insultant pour quelqu'un qui restait sous sa forme animale qu'il considérait comme normal presque tout le temps.

Neko n'eut pas eu le temps de répondre que déjà le jeune homme continuait, croyant lui aussi, aussi naïf soit-il, que raconter sa vie était dangereux (Rien dans son histoire pouvait le compromettre). Neko eut finalement le temps de lui répondre, se vengeant de ses insultes du mieux qu'il put. Il avait des traits fins, des traits ... d'anges, c'est fou comme il s'en disait dans le camp de marchand qu'il avait rencontré, si ça se trouvait, cet homme n'était rien d'autre qu'un ange déchu.


-Pour répondre à ta première question, je suis seul. Sinon, et bien tu sauras que tu te trompes au plus haut point si tu crois que je ne suis pas sous ma forme habituelle. Tu sauras que je suis un chat, et que je l'ai toujours été, et ceci depuis ma naissance. Seulement, cette capacité à me transformer en humain est venu compliquer les choses. En fait, ma forme humaine ne m'a apporté que du malheur. Sans cette capacité, l'histoire de ma vie ne serait pas aussi triste. Tu dois bien me comprendre, toi, non ? Je suis certains que ces cicatrices que tu as probablement dans le dos te font aussi mal que moi, j'ai tort ?

Ce qui au début se voulait être une riposte insultante était vite devenu un appel à l'entraide. En effet, ses paroles qui au début étaient parsemé d'arrogance devinrent vite un espoir de trouver quelqu'un qui le comprendrait (Même si en fait les propos sur les anges n'étaient que bluff très réaliste) dès qu'il commença à parler de sa forme humaine. Si ça se trouvait, cet ange était insultant pour les même raisons que lui, peut-être que dans d'autres circonstances, il était plus sympathique.

Quoi qu'il en soit, il se rendit compte après son monologue plutôt long que l'autre était en train de péter un câble. Lui qui au début regardait la situation avec intrigue tandis que la fille qui tantôt l'insultait se mordait maintenant jusqu'au sang. C'est quand la fille ferma les yeux accotés au mur le sang coulant à flot que Neko sut que cela allait terriblement mal. Oubliant déjà les insultes qu'elle lui fit tout à l'heure, Neko ne pensait qu'une chose pour le moment.


-Mais qu'est-ce qui se passe ? Il faut l'aider !

Ne se souciant même plus du jeune homme, il se transforma en humain tout en déplaçant l'épée pointé sur lui avec son bras qui se formait. Le petit chat devenait maintenant un jeune adulte blond vêtu d'une tunique blanche, le seul vestige de ses origines étant les griffes coupantes qui lui servaient d'ongles. Sans attendre d'avantage, il lacéra un long bout de sa tunique dont il arracha le tissu pour ensuite l'enrouler bien serré autour du poignet de la jeune fille. Le bandage l'empêcherait de lui vider de son sang. Neko se tourna ensuite vers Serek.

-Qu'est-ce qu'on fait, on l'apporte à un endroit particulier ? Je ne sais pas ce qu'il faut faire dans ces cas là, d'habitude un humain ça saigne pas autant...

Neko avait complètement oublié leurs différents, pour l'instant, il ne pensait qu'à aider, comme on l'avait aidé à l'auberge.
Revenir en haut Aller en bas
Serek Salam
avatar
Nombre de messages : 264
Âge : 238
Race : Ange déchu
Poste : élève de 2ème année
Magie Contrôlée : Igni

Feuille de personnage
Puissance:
240/1000  (240/1000)
MessageMer 26 Aoû 2009 - 10:29

Une chose en appelait une autre, Serek n'avait pas répondu à la provocation de Cristal; il était bien trop au-dessus de ça pour prendre la mouche. Si elle se jugeait assez apte à se défendre, ce n'est pas lui qui en dirait le contraire. En fait, ces quelques minutes déjà passées en compagnie de la jeune fille lui avaient appris une chose sur elle: sa nature animorphe empirait un comportement déjà ravageusement susceptible, et c'était plutôt pour la protéger contre elle-même qu'il s'était interposé.
Cet espèce d'animal mal embouché n'avait en rien arrangé la chose. C'est ce que pensait Serek avant d'entendre ce que ce futur empaillé avait dit. Serek avait quelques mots qu'il détestait entendre, du genre de ce que venait de prononcer Neko, si c'est bien ainsi qu'il se prénommait. Dites à quelqu'un en surpoids qu'il est gros, il le prendra mal, ou encore à un voleur qu'il vole. Ce sont des choses qui se savent, mais qui ne se disent pas.

Au degré où le prenait Serek, on pouvait au mieux parler de mot tabou, au pire d'insulte. Dans les deux cas, il n'y avait que ces deux mots qui avaient porté à ses oreilles, comme si son monde venait de se refermer en ne laissant que ceci gravé sur les portes condamnées de son exil. Sans ne rien laisser paraître, son cerveau venait de passer plusieurs états d'âme en revue, en tentant d'analyser ce qu'il venait de recevoir, puis de choisir un sentiment correspondant. Malgré une minute d'un blanc, ses oreilles lui donnaient l'impression qu'un joueur de cymbale venait de faire un concert d'une heure à côté de lui en y mettant tout son cœur.

C'était tout de même incroyable ce que deux mots pouvaient changer du tout au tout son centre d'intérêt. Il entendit une sorte de murmure lui parvenir et tourna la tête pour voir qu'un inconnu se tenait à côté de Cristal alors que le chat avait disparu. Il parlait d'aider ou d'emmener, mais Serek était dans une phase de déconnexion avec la réalité et rien en ce monde n'avait le pouvoir de le ramener à ce moment. Il jeta un coup d'œil embrouillé à ce qu'on lui montrait, mais seule une tâche rouge apparaissait comme évidente devant lui.
Ce fut lui qui avait vu rouge, même que peut-être que quelque chose s'était brisé en lui. Quoi? Il n'en savait rien, mais tout à coup tout lui parut plus net. La tâche de sang, le bras, Cristal, le chat qui s'était transformé, l'insulte, l'épée encore à la main, le rouge… C'était comme si le rouge du sang brillait, peut-être même brillait-il en fin de compte, mais il ne saurait le dire avec certitude. Les pupilles dilatées comme si une drogue avait pris d'assaut son système visuel, contrastant avec une respiration qui n'avait pas changé de rythme, tout son être ne devenait plus qu'une immense montagne de haine, de révolte et de froideur mixées à dose égale. Un mélange assez explosif pour concurrencer une caisse de TNT à côté d'un feu de camp. La seule chose raisonnable à faire pour les quelques spectateurs involontaires de ce qui allait suivre était de mettre le plus de distance possible entre cet épicentre bouillonnant et son intégrité.

Un soupir, comme si quelque chose l'avait agacé, genre une mouche qui tourne autour de vous. Une voix qui n'était pas la sienne s'éleva pour dire:


L'emmener quelque part? C'est une habitude chez elle, 'faut pas y faire attention. Tu vas voir que dans cinq minutes, elle sera sur pied à sortir à nouveau ses sarcasmes…

Il tourna la tête pour les regarder, un œil qui les jaugea, un œil qui avait cet aspect inhabituel d'avant, lorsqu'il avait et éclair de haine passager, mais cette fois, il n'y avait rien de passager.

*Flash*

Ce sentiment, d'où venait-il? La mort, la seule raison était là. Son mentor, toutes les choses heureuses, les rires et les sourires, tout avait disparu, aspiré par la mort. La Mort qui avait pris le visage de son père, puis le sien lorsqu'il avait appelé la vengeance et avait immolé son géniteur. Tous ces regards, toute cette haine, tous les sourires avaient à jamais disparus. Plus de mère, plus de père, des amis ayant tutoyé les vers depuis si longtemps que leurs en avaient sûrement blanchis.
Pourquoi? Il n'avait jamais demandé à venir sur cette terre, jamais il n'avait voulu tout ce qui s'était accompli jusqu'à présent…
La déchéance de Serek et le choc psychologique qui avait résulté de l'ablation de ses ailes avaient engendré une personnalité violente au fond de lui, capable de contrôler ce pouvoir qu'il refusait auparavant d'utiliser. Ces derniers temps, cette personnalité se manifestait de plus en plus souvent, le laissant avec quelques trous de mémoire et le dos en compote. Etais-ce parce qu'il utilisait son pouvoir à présent? Avait-il réveillé quelque chose en lui en utilisant quelque chose qu'il s'était refusé à faire pendant des décennies?

Et si justement c'était sa faute? Si il passait la main à quelqu'un qui n'avait pas peur d'un futur aussi sûrement compromis que ce monde était corrompu, cela serait peut-être mieux de laisser les commandes à une autre personne…. Cette douleur qui l'irradiait continuellement s'atténuait, alors pourquoi refuser quelque chose qui nous aidait?

*C'est ça, tout n'es que douleur dans ton monde, mais je peux changer cela, il suffit d'un rien. Toute la peur que tu as accumulée, je la chasserai, toutes tes souffrances seront effacées à jamais, et qui sait, peut-être qu'un jour, ton bien le plus précieux te sera rendu.
Alors laisse-moi…*


L'air vacilla devant ses yeux, étais-ce lui qui voyait mal? Mais tout cela avait l'air si loin, comme si il voyait à travers les yeux d'un autre.
L'air tremblait réellement autour de lui, surchauffé par son corps qui dégageait autant de chaleur qu'un four.


NON!

Il avait crié sans même s'en rendre compte. En un instant, la réalité revint et les pavés remplirent son champs de vision. Il était à genoux, les mains sur ses jambes, sans aucune idée comment il était tombé dans cette position. Il avait les jambes en coton et haletait comme s'il avait couru dix kilomètres sans s'arrêter.
Mais le pire était son dos. La douleur, habituellement diffuse et présente, avait fait son grand retour, comme un châtiment appliqué par son subconscient. Il s'assit contre un mur, se moquant de la douleur que cela engendrait, et jeta un coup d'œil aux deux autres personnes présentes. Des regards bizarres, étonnés peut-être, ou inquiets? Il s'en foutait.
La phrase qu'avait prononcé Neko au sujet de Cristal lui revint soudain en mémoire et il décida de diriger l'attention vers un autre sujet.


Cristal s'en sortira, elle à juste besoin d'un lit et d'une bonne nuit de sommeil. C'est pas tout de se balader dans les rues la nuit, mais il faut aussi penser à dormir…

En disant cela, il fut prit d'une sensation bizarre, comme si il venait de dire quelque chose une deuxième fois. Avait-il déjà répondu à la question? Non, il s'en souviendrait forcément, mais ce sentiment persistait, tout comme le regard de ces deux autres.

_________________________________________________________

Sachez mourir lorsque le temps est à mourir
Sachez sourire quand il faut sourire
Sachez profiter de la vie car elle ne vous est que trop courte




Lorsque tomberont les flocons de la mort, soyez sûrs qu'à ce moment, je serai là
Revenir en haut Aller en bas
Ruby
Prophétesse
avatar
Nombre de messages : 4776
Âge : 36
Race : Peuple de Cristal
Poste : Errante - Prophétesse
Magie Contrôlée : Arcanes de l'Eau

Feuille de personnage
Puissance:
990/1000  (990/1000)
MessageMer 26 Aoû 2009 - 10:41

EDIT : Problème corrigé, bon jeu.

_________________________________________________________

http://elament.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMer 2 Sep 2009 - 17:48

[Mdr, et hop esquivé, ton sarcasme, Serek… au fait, dsl mais mes parents m’avaient privé d’ordi, tout d’un coup, comme ça donc je n’ai pas pu prévenir. De plus, je stresse un max pour la rentrée (1er jour de lycée demain :s donc bah, pardonnez moi si ce n’est pas top…]

Cristal avait la tête qui tournait. Les babillages des deux autres lui parvenaient comme assourdis, étouffés. De toute manière, cela ne l’intéressait pas. Il n’existait pour elle que la douleur, lancinante, et ce liquide chaud qui coulait le long de ses doigts.

Elle vit comme à travers un brouillard, le petit chat se transformer en solide jeune homme blond, pour ensuite se précipiter vers elle. Ca tombait bien, elle avait besoin d’un soutient pour se tenir debout. La jeune animorphe entendit ensuite un bruit de déchirure, suivit d’une forte pression sur son poignet blessé.

Cristal, vacilla, se raccrocha in-extrémis au cou de Neko, puis fit une grimace de douleur. Elle avait appuyé sur sa blessure, déclenchant de ce fait une onde de douleur, douleur qui, comme par miracle avait d’ailleurs quelque peu régressé. Elle jeta un coup d’œil au ladit poignet et contempla le solide bandage taché de rouge qui retenait le sang là où il devait se trouver, c’est à dire, à l’intérieur de son corps (non mais je précise, parce que la miss verse tellement son sang qu’on pourrait se demander, parfois…).

Son regard glissa vers la tunique déchiré de l’animorphe. Troublée, la jeune fille ne savait que dire, elle n’avait pas été habituée à la gentillesse gratuite et désintéressée qu’il lui témoignait. On aurait presque dit un ange, avec ses cheveux blonds, il ne lui manquait plus que les ailes de piaf (petit grincement de dents au souvenir de l’ange douteuse et sadique… alias la diabolique madame S ! fin de la parenthèse). Ne sachant pas non plus quelle attitude prendre, elle en choisit une par défaut : l’ironie Cristalnesque, quoique beaucoup plus gentille que d’habitude.

Toujours accrochée au cou de son sauveur (pas comme l’autre là, le vilain qui fait rien…), elle dit, son éternel petit sourire en coin :


- Dis donc, je te préfère en blond... et… désolée de m’accrocher à ton cou comme une désespérée, ni voit rien de personnel, c’est juste que, si je lâche, j’ai de fortes chances de tomber par terre.

Tentative d’humour qui sonnait un peu creux. Quand soudain, un cri claqua, déchirant la nuit :

- NON !

Cristal sursauta si fort qu’elle faillit tomber par terre. Elle oscilla dangereusement, bascula légèrement en arrière, pour finalement se raccrocher dans un réflexe surhumain à Neko, au risque de l’étouffer. Ceci dit, il avait l’air d’un solide petit gars, et elle ne s’en faisait pas trop pour lui.

En revanche, Serek l’inquiétait beaucoup plus. Le visage crispé, à genoux sur le pavé et la respiration erratique, il avait l’air de souffrir de martyr. Les prunelles brillant d’une lueur inquiète, elle ouvrit la bouche, mais se ravisa quand il déclara :

Cristal s'en sortira, elle à juste besoin d'un lit et d'une bonne nuit de sommeil. C'est pas tout de se balader dans les rues la nuit, mais il faut aussi penser à dormir…

Muarf, bien sûr qu’elle s’en sortira. Ce n’est pas parce qu’elle s’était bouffé la main qu’elle devrait tirer sa révérence. Elle avait encore quelques années devant elle. Enfin, si tout se passait bien.

Mais ce jeune homme n’était pas net, vraiment pas net. Cristal se promit de creuser davantage la question. Elle finirait bien par le coincer un jour ou l’autre, quand même ! Ceci dit, elle n’avait rien à dire, parce qu’en matière de gens louches, elle n’avait sûrement rien à lui envier, tout aussi ténébreux soit-il…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageSam 5 Déc 2009 - 21:08

Neko fut surprit de voir que le rouquin semblait n'avoir rien à foutre de son amie qui tombait par terre, se vidant de son sang. Peut-être ne s'était-il rencontré il y a autant peu de temps que lui les rencontra ? Enfin, Neko se contenta de l'ignorer et essaya de voir si elle se sentait bien, ou au moins si elle se sentait mieux. Elle semblait s'avoir réveillé, et elle s'accrocha à son cou, le visage crispé de douleur. Neko la vit regarder son bandage puis sa tunique et il sut qu'elle avait comprit qu'il l'avait aidé.

Par contre, ce qu'elle lui dit, il n'en comprit rien. Elle le préférait en blond ?! Il comprit par contre par son sourire qu'elle se montrait sarcastique, faisant semblant qu'il était l'autre, pour attirer son attention, peut-être ? Il n'en s'avait rien. Ne sachant pas quoi lui répondre, il se contenta donc de suivre son jeu.


-Désolé de te l'apprendre, mais moi c'est Neko, le chat de tout à l'heure. Sinon, ça va, je comprends la situation, t'as de la difficulté à te relever. Si tu veux je t'aide hein.

Il n'eut pas même temps d'attendre sa réaction que l'autre se mit à crier, à genou sur le sol, ce qui les fit sursauter, lui et la fille. Malheureusement pour son cou, elle se raccrocha à lui pendant qu'il tombait, mais Neko sut endurer la douleur passagère. Neko attendit que l'ange déchu reprenne ses esprits, puis il l'écouta lorsqu'il lui dit que Cristal, oui parce que Neko en apprit son nom, n'avait simplement que besoin d'un peu de sommeil. Neko haussa les épaules et la réinvita à se lever en lui tendant la main.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» ... Mais qu'est-ce que tu fiche ici toi ?! (Mitsuki)
» Libre Service de Fiche
» Mais qu'est-ce que je fiche ici ? Pv. Isaiah
» LE DIX COUPS DU PRESIDENT ?POLITIQUE PAS ! FOND ,FORME ,STYLE PAS!
» Epicode