Partagez | .
 

 Pour le plaisir du jeu {pv Saisei}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar
MessageMar 30 Juin 2009 - 16:25

Doux, le givre sous les pas. Calme, le vent hivernal. À peine les hautes herbes des collines courbaient-elles l'échine, étincelantes sous les rayons froids de ce milieu de journée ensoleillé. Plus loin, un renard de cendres s'était immobilisé et observait la nouvelle venue sur son territoire de chasse. Ses yeux d'ambre la jaugèrent un instant avant de se détourner, puis il détalla. Son pas alerte et trottinant fit sourire la petite Nymphe et déjà, ses regards à elle allèrent caresser l'horizon des plaines. Elle n'était pas ici pour rien, elle suivait la trace d'un Démon, maladroite dans sa traque. L'annonce épinglée dans la Planque des Traqueurs Infernaux ne laissait pas place au doute. Cette prise était toujours d'actualité et Coralline avait quelques nouveaux tours à expérimenter. Oh oui, je vous entends hurler au scandale. Une gamine cherchant les ennuis, elle allait au devant d'un massacre. Oui. Et puis ? Ce ne sont pas vos affaires.

Elle inspira profondément, observant l'air distrait le nuage de vapeur s'échappant au bord de ses lèvres. Il avait été vu aux abords de la cité et un voyageur se souvenait vaguement avoir entendu quelque chose, par là. Bien sûr, elle ne le rencontrerait sans-doute pas, mais il fallait bien commencer quelque part, n'est-ce pas ? Sa première vraie traque, la première n'ayant été qu'une vaste mise en scène pour attirer l'attention d'un imbécile. Au moins elle n'avait pas perdu son temps, puisqu'elle avait pu observer un peu le dit Saisei. Ce bougre d'âne avait foncé tête baissée... Peu de technique, beaucoup de puissance. Shinreï s'était contenté de l'esquiver sans relâche. Mais elle, elle comptait bien lui mettre le grappin dessus. L'argent qu'elle en récolterait ne la motivait pas autant que le plaisir qu'elle prendrait à se mesurer à lui. Car oui, c'était de cela dont il était question.

Un sourire se dessina sur son visage d'enfant. Elle se souvenait du tournoi de l'été et de sa cuisante défaite contre Di. Lui aussi était un Traqueur, d'après ce qu'elle avait pu interpréter seule. Peut-être qu'elle se trompait d'ailleurs, cela ne l'étonnerait pas plus que cela, mais elle n'avait pas pu s'empêcher de noter la présence quasi systématique de l'hybride sur chacune des Traques sur lesquelles elle se rendait. Coïncidences ? Qui pouvait savoir ? Pas elle en tous cas, et elle se contentait de ses doutes. Ce tournoi, disions-nous, avait réveillé en elle un plaisir qu'elle n'avait jusque là jamais connu. L'adrénaline, l'excitation du combat, diable ce qu'elle avait aimé ça ! Elle s'y était amusée, quand-bien même elle avait lamentablement perdu. Sa revanche contre Di, elle la prendrait plus tard. Aujourd'hui, elle recherchait un nouvel adversaire. L'un de ceux qui font partie de l'autre camp, car aller pister un autre Traqueur – comme elle le soupçonnait – la freinait encore.

Elle s'accroupit, examinant des traces de pas dans la neige sans rien y voir d'autre que... des traces. Et si d'autres membres de la Planque étaient sur l'affaire ? Elle était sûre pour Shinreï, sa vantardise ayant conté ses exploits de Traqueur au devant de ses pas. D'accord, elle exagérait son raisonnement. En réalité, Shinreï l'avait simplement avoué à demi-mots lors du traquenard qu'elle lui avait tendu. Et puis il y en avait deux autres pour qui elle hésitait encore. Kuru le nain peu discret et ce fichu professeur Aqua du nom d'Armand Sulimo. Elle s'en souvenait parfaitement, elle les avait vus tous deux lors d'une Traque contre une vampire détestable. Ils étaient venus à son aide et l'avaient défaite de l'emprise de la Démone. À l'époque, que cherchait-elle sinon à se faire tuer ?

« SAISEI !!! » appela-t-elle, déchirant le silence des collines.

Elle en avait assez de chercher, de pister et de marcher en vain. Elle voulait jouer, et tout de suite. Pensiez-vous qu'elle avait changé, l'enfant exécrable ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageVen 3 Juil 2009 - 10:04

"SAISEI !!!"

Mais oui c'était bien lui qu'on appellait...
Le démon leva la tête et avala sa maigre pitance, un lézard grillée sur la chaleur de son épée, c'était vraiment peu. Un enfant aurait pu s'en contenter, un elfe aussi. Mais Saisei n'avait jamais pu avaler moins que son propre poid... Sauf dans ce genre de cas : l'hiver, pas de bétaille, pas de viandes... pas de nourriture.
Le corps du jeune démon criait famine 24h sur 24, son ancêtre n'était pas sans le lui rappeller. Mais ces temps-ci Saisei ne l'entendait plus vraiment, il n'en était pas mécontent, un peu de silence lui faisait toujours du bien. Mais ce silence avait été brisé par un appel. Le seul appel que Saisei attendait il s'agissait plus d'un son : Dierebel possédait son sifflet, si ce son retentissait dans la nuit ou même en pleine journée Saisei devait y répondre. Mais là, ce n'était pas son sifflet et encore moins la voix de Dierebel... Non... Cette voix il l'avait déjà entendut quelque part...

...

...


"La garce !"

Le démon venait de se souvenir. C'était l'année dernière peut-être, déjà. Il n'avait rien demandé et deux chasseurs lui était tombé dessus. Dont une sale gamine qui avait porté plainte contre lui, sans raison.
Saisei avait beau être un démon, ses parents elfes lui avait toujours appris la politesse : ne te plaint que si on te fais du mal. Or cette sale garce il ne lui avait rien fait, il ne l'avait jamais vu avant cette traque.
Le démon se leva, jetant au loin les restes ridicule de son repas.
De son coté l'ancêtre ne disait mot mais n'en observait pas moins. Précédent sa descendance il se faufila entre les arbres, guidant Saisei sans le vouloir vers l'enfant. Elle attendait bien sagement, debout devant des traces qui n'appartenait en rien à saisei, les traces de bien petite taille n'étaient-elles pas celle de la gamine elle-même ? Tellement ridicule qu'elle tournait en rond ?
L'ancêtre s'en fichait bien. Il glissa entre des vielles feuilles, les détachant au passage et produit de longues plaintes lugubres. La nymphe ne pourrait certainement pas comprendre mais au moins elle aurait peur.

Saisei n'avait qu'à suivre l'appel de son ancêtre, il était habituée maintenant, mais un fin sourire anima ses lèvres quelques secondes : combien de fois avait-il eut peur de ce bruit lorsqu'il était enfant... Il arriva enfin en vue de la gamine. Elle n'avait pas vraiment changé, peut-être quelques centimètres en plus. Il ne chercha même pas à se cacher, il poussa les branches devant lui et se planta devant la gamine. Lui non plus ne devait pas avoir changé depuis un an : toujours aussi grand et maigre. Ses cheveux noir s'unissait presque au brun de son écharpe. Son armure semi-légère recouvrait son corps entier et la seule pointe de couleur que l'on pouvait voir était ses yeux : vert.


"Je me souviens de toi, et toi ? te souviens-tu de moi ? Sais-tu ce que je te dois ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageVen 3 Juil 2009 - 10:38

Plus que les chuintements des branches s'écartant à son passage, ce fut les craquements secs du givre piétiné qui alertèrent la gamine. Quelqu'un approchait. Bien. Pas un démon aux multiples bras ou l'un de ces fichus habitants qui se croient obligés de la remettre à sa place avant même de dire bonjour, espérons-le. Elle se retourna d'un mouvement qu'elle s'obligea lent afin de donner l'illusion d'être détendue. Peine perdue, sa respiration et les tremblements de ses doigts la trahissaient. Et lorsqu'elle le vit, cheveux bruns, yeux verts, tas de muscles secs et épée monstrueuse pas loin, elle le reconnu. Ainsi, il avait répondu à son appel. Elle ne s'y attendait pas vraiment...

En fait, elle regrettait tout à coup de s'être lancée dans cette Traque. Bon sang, elle avait presque oublié que celui-là était taillé pour le combat et pas elle ! Et comme lors du Tournoi de l'été, l'excitation d'une rixe à venir commençait à se faire sentir, pulsant dans ses veines jusqu'à la faire frémir. Elle sentait, gagnée par l'adrénaline, chaque partie de son corps vivre, vibrer, réclamer. Et puis enfin, elle sourit. Démente... ou juste inconsciente. Saisei ne semblait pas franchement agressif et cela la rassurait un peu. C'était autre chose qu'à leur première rencontre où il s'était contenté de charger, l'âme vide, les yeux rouges... Rouges ?

Une seconde, elle eut envie de répondre par une injure, avant de se souvenir de KöH, ses yeux pâles, ses réflexions dures et froides qui l'avaient transpercée. Elle se contenta alors de serrer les poings et se força au calme. S'énerver tout de suite n'était sans-doute pas très judicieux et pour être honnête, elle aurait tout le temps de déverser sa haine un peu plus tard, car il n'était pas concevable de répondre à une Traque pour simplement tailler un brin de causette.

« La vie, sans-doute. Car si Shinreï ne s'était pas évertué à me protéger malgré moi, nul doute qu'il aurait été plus disposé à vous corriger. »

Elle pencha la tête, souriante comme une jeune fille en pleine tentative de séduction. Absurde, je vous dit !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageVen 3 Juil 2009 - 11:04

"La vie... Quelle bonne idée"

Sans prévenir il s'élança en avant.
Son pouvoir berserk à peine utiliser lui permettait de mettre plus de force dans ces jambes et ainsi d'être plus rapide. Il attrapa le cou de coralline au passage, l'étouffant par surprise, et la plaquant violement contre le premier arbre qu'ils rencontrèrent. Il laissa ainsi sa main autour de la gorge de la jeune fille, elle devait ainsi porter le poids de son corps entier sur son cou, car bien entendut il ne laissait pas les pieds toucher le sol, ce serait tellement trop gentil.


"L'année dernière, seule, tu aurais pu t'en sortir. Si tu t'étais informé tu aurais su que je préfèrais parler plutôt que me battre. Mais cet hiver est rude, un peu trop, même pour moi ; et j'ai changer entre temps. Je n'ai pas eut de vrai repas depuis trop longtemps et on dit chez les démons que la chair des jeunes filles est de loin la meilleur...
Dis-toi que ça n'as rien de personnel, juste que la faim justifie les moyens."


Saisei assura sa prise sur le cou de la nymphe, la faisait sauter et resserant ses doigts. Ca le dégoutait un peu d'écourter sa vie mais il avait juste trop faim. Il prépara sa main gauche, il n'était pas le plus habile de cette main mais pour une peu aussi fine et fragile ça devrait suffire. Il tendit ses doigts et les replia, provoquant un craquement sourd de ses os de phalanges. Il plaça ensuite sa main vers la clavicule, cherchant le trou, là où il pouvait perforer les poumons sans rencontrer d'os. Lorsqu'il le trouva il plaça ses doigts à la perpendiculaire à la peau et ferma les yeux.

"Puisse ton Dieux élémentaire t'acceuillir là-haut"

[i]Y croiyait-elle vraiment ?
Coralline, sans s'y attendre, se sentit soudain soulever et lancer dans les airs. La chute se ferais non sans trop de mal, la neige étant épaisse cette nuit. Saisei ne l'avait pas tuer ? Pourquoi ? À la place la bras qui soutenait la gamine se trouvait en l'air, la main qui devait perforer sa cage thoracique était maintenant crispée. Le corps entier du démon tremblait. Lorsqu'il se retourna Coralline pu comprendre pourquoi. L'un des yeux était rouge, l'autre restait vert Une marque noir semblait vouloir progrésser sur la joue du démon mais l'ombre glissait sur la peau immaculée du démon. Il bavait et était atteind de spasmes violent.
Deux tons sortir de la gorge du démon...


"Idiot... Imbécile. Il faut l'effrayer avant ! Veux-tu un repas sec ? Fait battre son coeur, que son sang traverse tout son corps en un rien de temps."

Et tel un pantin mal contrôlé Saisei se cambra tout en saisissant son épée dans son dos.
Il la chargeait, mais ses pas étaient maladroits, comme... hésitants.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageVen 3 Juil 2009 - 12:34

Et vlan ! Ça lui apprendra à vouloir jouer les adultes ! Tout juste eut-elle le temps d'arrondir les yeux de stupeur qu'elle se retrouvait déjà clouée à un arbre, privée d'oxygène par le bras et les doigts puissants, privée du contact avec le sol aussi. Trop lente à réagir, elle venait d'en payer salement le prix. D'abord paniquée, elle tenta rapidement de se concentrer et rappela à elle ce qu'elle avait appris. Pas mal de choses en vérité et même, elle se sentait capable d'innover aujourd'hui. Pour l'heure, elle avait une petite idée de la manière qu'elle emploierait pour se dégager mais le manque d'air causé par l'étranglement ralentissait ses gestes et elle sentait, furieuse, qu'elle ne serait peut-être finalement pas assez rapide à réagir... La manger ? Non mais quelle idée ! Le givre glissa de l'écorce à ses mains, nourrissant la contre-attaque qu'elle préparait. Hélas, elle n'eut pas même le temps de la mettre en œuvre que déjà, elle sentit le vent lui gifler le visage, preuve – s'il en était – qu'elle effectuait un magnifique vol plané.

Ah ! Elle avait connu pire. Di lui avait déjà fait le coup. Seulement voilà, elle n'avait plus toutes ses facultés après avoir été privée d'oxygène quelques secondes et le temps de se remettre, elle avait déjà mordu la poussière – ou plutôt devrait-on dire la neige. « Sale petit fumier... » pestait-elle entre deux inspirations haletantes. Et elle se releva, le cœur battant, entre la panique et l'excitation. Elle s'était toujours retrouvé dans des situations impossibles. Qu'il s'agisse d'un ours hybride dont l'unique but était de la dévorer, de Swanector et son Artifice puant, jusqu'à cette folle aux cheveux hérissés de serpents, une certaine Celeyna si elle s'en souvenait correctement. Les prédateurs, elle les connaissait pour les avoir côtoyés bien trop souvent. Le danger en revanche, semblait être une notion totalement étrangère à la gamine inconsciente. Une suicidaire en vérité, car la peur est votre plus précieux garde-fou. Ne pas la ressentir, c'est vous exposer plus mortellement. Quant à Saisei, le rouge revenait dans son regard. Cette fois, elle était prête à contrer le prochain assaut.

« Je ne crois pas à ces balivernes de Dieu élémentaire. Ici et maintenant, c'est moi qui suis devant vous. Voyez-vous quelqu'un d'autre ? »

Répondant à son exhortation muette, la neige se souleva soudain derrière Saisei et, comme deux mains puissantes, allèrent lui saisir les chevilles afin de l'immobiliser tout à fait. La neige se fit glace, mordante et cruelle, empêchant tout mouvement en avant si l'envie lui reprenait de se jeter sur elle. Serait-ce suffisant ? Sans-doute pas, mais elle avait bon espoir de recouvrer son souffle et d'autres idées plus amusantes pendant qu'elle l'occupait ainsi.

« Je n'ai pas eu de véritable repas depuis longtemps non plus, et chez moi, on dit que votre tête vaut son petit pesant d'Elamentias. Ceci dit, ce n'est pas tellement pour cela que je vous cherches... »

Elle porta machinalement la main à sa bouche et essuya le sang au coin des lèvres. Cette fichue malchance à se mordre la langue chaque fois, ce n'était décidément pas possible d'avoir autant la guigne. Dans ses regards sombres pourtant, étincelait la satisfaction mêlée à une grosse part de crainte. Elle ignorait ce qui l'avait autorisé à se croire plus maligne que Saisei mais une chose était sûre : elle commençait à le regretter...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageJeu 9 Juil 2009 - 7:33

"Et pourquoi le cherchais tu ?"

La voix était rauque et caverneuse. Ce n'était celle de Saisei mais celle de l'ancêtre. D'une simple coup d'épée il brisa la glace fine, libérant ses chevilles mais blessant aussi ces dernières. Le corps de Saise y était habitué, sa force n'était pas incroyable, sa rapidité non plus. Sa résistance aux coups, aux blessures et aux magies était son point fort.
Alors qu'il commençait à nouveau à avançer vers elle, la marque fut chasser, rapidement et les yeux redevinrent vert. Mais on devinait que l'état de Saisei était instable.


"Ne peux-tu pas disparaître ? Tu ne crois pas en avoir suffisament fait ?"

Il arma son bras et fendit l'air de son épée. Cette dernière siffla en tranchant le vent et jaillirent des éclairs en direction de Corraline.
Il en avait marre d'elle. La première fois c'était un contrat. On lui annonçait que cette gamine avait posé un contrat sur sa tête à lui, mais pourquoi ? Il ne l'avait jamais rencontré, il ignorait même son existence. Alors pourquoi avoir placer un contrat sur sa tête ? Et arriva la nuit du combat. Un elfe était venu le chercher, avec ce contrat... Mais il aurait pu ne pas intervenir que cela n'aurait rien changer. Elle voulait simplement cet elfe noir. Pourquoi ne pas lui avoir donner rendez-vous gentiment dans la cité ? Ca lui aurait éviter bien des blessures à lui et de l'énergie aux autres.
Mais remuer le passé ne sert à rien. Vivre maintenant et tout de suite.


*Venges-toi...*

Affamé et enivré Saisei chargea de nouveau la jeune fille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageLun 27 Juil 2009 - 19:52

Elle observait, pas très fière, c'est le moins que l'on pouvait dire, et notait machinalement chaque détail de ce qui se déroulait sous ses yeux. L'instinct des Oréades ? Encore aurait-il fallu qu'elle soit au fait de ses origines. Le regard vif, elle notait, tout et n'importe quoi, cherchant ce qui pouvait lui être utile, la renseigner, l'aider à ne pas se faire hacher menu comme cela était bien partit pour. Pourquoi n'avait-elle pas peur ? Pourquoi n'était-elle pas furieuse ? Elle n'y pensait pas. Elle était ailleurs. Elle semblait une autre. Elle devait essayer, le coup du givre changé en eau, comme elle avait appris. Elle devait tenter, comprendre, effleurer, du bout des doigts, cette limite brûlante entre le jeu et le danger. Des petites bulles dans un bassin, ça ne l'amusait pas. Elle avait la sensation de n'apprendre que des tours pour amuser la galerie, se sentait inutile, faible. Et ça, faible, ce n'était pas concevable. Alors elle se donnerait dans un combat, un vrai, et elle verrait si elle était bonne à quelque chose... au moins à survivre, le minimum.

Il avait parlé au passé, d'une autre voix. Confusion entre le temps et l'espace, entre les entités peut-être. Elle s'était renseignée sur l'individu, rares étaient ceux à en avoir parlé de façon cohérente.

« Je ne le cherchais pas, je cherchais Shinreï Suiton. Et vous n'étiez pas obligé de répondre à cette invite. Tout comme aujourd'hui. Aujourd'hui je vous cherche. Il y a un contrat sur votre tête, et il n'émane pas de moi cette fois-ci. Je vous cherche pour combattre. Je ne gagnerai pas, mais, amusez-moi. Auberge des Cent Âmes. Je vous promets de vous offrir le repas si vous me promettez de ne pas me tuer. Pas aujourd'hui. Un autre jour, vous ferez ce que vous voudrez. L'occasion se représentera sans-doute. »

Les yeux, comme le témoin lumineux d'une vieille machine au rouages grinçant. Vert ou rouge selon que la personnalité changeante de Saisei était à l'accalmie ou à la sauvagerie. Étonnant et amusant, un détail qui la faisait sourire. Elle s'attendait presque à trouver un levier quelque part, pour actionner l'un ou l'autre des deux individus se disputant ce corps. Vert. Aujourd'hui, elle ne devrait avoir affaire qu'au vert, l'autre était bien trop dangereux. Rouge comme la colère, le feu, le sang. Elle frissonna à la seconde image qui s'était imposée à elle : le feu. Et ce fut une seconde d'inattention de trop. Car Saisei était repartit à la charge, comme un buffle qui ne sait guère faire plus subtil. Aussitôt, elle se protégea d'un bouclier d'eau. Maîtrise parfaite, à force d'usage, mais cette fois, elle le doubla. Et il n'y eut non pas une grande bulle, cloche de verre protectrice et frémissante, mais deux, l'une sur l'autre, comme le jeu des poupées russes. La plus à l'extérieur scintillait et vibrait, comme bout la surface d'un lac lorsqu'une créature d'un autre âge gronde, sous les flots. Elle n'avait jamais essayé cela, elle innovait.

Point faible : il fonce. Bougre d'âne !

Et la pellicule azurée remua. Elle se déchira à l'arrière et glissa vers l'avant, grand miroir déformant. De convexe, il passa concave, rabattant l'air au devant d'elle, comme s'il s'attendait à réceptionner Saisei en son alcôve. Puis brusquement, comme l'angoisse compresse vos battements de cœur, la lentille imposante se ratatina sur elle-même et devint un grand bandeau horizontal et compact. Coralline n'était pas sûre et improvisait. C'était long et ça demandait de l'énergie. Les réflexes n'étaient pas encore là. Mais elle ne voulait pas enclencher le « levier » et risquer de faire passer les voyants au rouge, face à elle. Sifflement.

Comme une fronde jetée avec force, le bandeau miroitant fila droit devant, tournoyant dans un mouvement circulaire, peu puissant mais précis, la puissance qu'elle mettait à ses actions les rendant chaque fois aléatoires. Elle avait retenu la leçon. Précision, donc. Et lorsque le grand ruban fut assez près, elle enclencha la puissance. Comprenez tout ce qu'elle pouvait donner, du haut de son âge tendre de gamine écervelée, soyons honnête. Comme un lien, la fronde liquide alla s'enrouler autour des jambes, les entravant tout à coup. Elle ignorait si cela serait suffisant et, dans le doute, son bouclier était toujours là, prêt à résorber le plus gros de l'attaque, ou plus simplement à y survivre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMer 11 Nov 2009 - 20:19

Et il vit le bouclier.

En soi ce n’est pas bien dangereux… Au fond qu’est ce que ça changeait pour lui ? Rien. Il continuerait à foncer droit devant. Si l’on devait comparer Saisei deux animaux s’offrait à vous : Le taureau et le bélier. L’enfant était le taureau s’interrogeant longtemps s’il doit charger ou ignorer. L’ancêtre est le bélier, se posant rarement la question. Deux entités pour un corps. La cohabitation était difficile mais pas impossible, avec le temps ils avaient appris, qui a dit que les démons ne s’acclimataient pas ?
Cette fillette devant lui, la première fois il avait été taureau, elle s’était moquée de lui, pas ouvertement mais il y avait ce petit chose de pas clair qui l’agaçait. Aussi avait-il décidé d’être le bélier, gare aux cornes fillette, car celle-ci sont tranchantes car elles s’appellent épée. Epée qui se trouvait devant lui, il l’avait aligné avec son bras, augmentant ainsi son aérodynamique et sa force de frappe. Elle brillait de son éclat maléfique, tel un éclair accroché à une garde.

Mais le bouclier s’anima soudain.
« La faiblesse de la force est de ne croire qu’en la force. »
Combien de fois son ancêtre le lui avait répété ? Trop souvent pour qu’il l’oublie.
D’une immense bulle protectrice il devient une bulle inverse, prête à l’avaler.
Mais il ne s’arrêterait pas.
Mal lui en pris, la bulle s’aplatît encore pour ne devenir qu’une simple ligne. Il ne vit pas tout de suite que cette ligne se dirigeait vers lui, il ne le vit que trop tard pour l’esquiver ou la trancher.
Il s’attendait à rencontrer quelque chose de dur mais non, pire : c’était mou.
Saisei se sentit soudain chuter, la ligne était venue engluer ses jambes, bien sûr elle s’était brisé, on arrêter par un bélier dans sa course aussi facilement. Mais le mal était fait : Saisei chutait vers le sol.
Il se concentra et envoyant tout de même une salve faite d’éclairs, en direction de la gamine. En direction, l’attaque pouvait parfaitement la rater, Saisei n’avait pas visé.

Lorsque son visage heurta la neige il sentit la morsure du froid. Mais aussi la morsure de la faim. Les paroles de la gamine lui revinrent en mémoire ; un repas chaud… En échange de quoi ? Un combat. C’était comme… être esclavager par quelque chose dont on ne peut pas se passer : la nourriture.
Pourquoi ne pas accepter après tout ?


*- Parce qu’elle ne va jamais tenir un tel engagement.
- Pourquoi pas ?
- Aller dans une auberge avec un démon, c’est comme signer son arrêt de mort…
- Pourtant certains démons disent perdre tous pouvoir dans cet endroit « aux cents âmes ». Peut-être le sait-elle et veut-elle en profiter.
- Tu ne devrais pas…*

Le démon retint son estomac de recracher le peu qu’il avait en lui sous la contraction de la faim et se releva, s’appuyant sur son épée. En levant les yeux il vit [HRP] tu me permet ? [/HRP] que la gamine, secouée par son attaque se relevait elle aussi, sans doute était-elle tombée. Saisei laissa son épée vers le bas. Il semblait soudain très fatigué, les cernes sous ses yeux parurent encore plus noires et plus profondes, ses joues creusées par la faim et mordues par le froid étaient creuses… Les yeux observaient.

"Et ce serait quoi comme combat que tu veux en échange du repas ?"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» Pour le plaisir de vos yeux messieurs
» Pour le plaisir des yeux et des idées
» L'oscar de meilleure actrice pour Marion Cotillard
» Pour le plaisir.
» Une p'tite Waaagh! Goff pour le plaisir!