Partagez | .
 

 Inquiétudes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Armand Sulimo
Nombre de messages : 319
Âge : 29
Race : vampire
Poste : Bras Droit de Sybaris
Magie Contrôlée : eau

Feuille de personnage
Puissance:
870/1000  (870/1000)
MessageJeu 25 Juin 2009 - 15:38

Croiser Armand Sulimo la journée n'était pas donné à tout en chacun. En effet notre vampire n'appréciait pas vraiment les rayons du soleil aussi consacrait il ses journée à ses élèves, enfermé dans sa salle de classe.
Le reste de l'école pouvait le voir le soir mais guère davantage.

Mais aujourd'hui il avait le plus grand besoin de s'entretenir avec Dame Ruby, aussi les dérangements du aux rayons de l'astre diurne furent ils relégués au rangs de "démangeaisons passagèrent".

Suivis de son chat Sylvestre Elwing, qui voletait guaiment un peux partous à sa suite, l'assistant de Ruby avançait d'un pas rapide en direction du bureau de cette dernière.
Ses pas bottés produisaient une résonnance cristalline dans le corridor artificiellement aquatique tandis qu'il le traversait pratiquement en courant, attirude tranchant radicalement avec son flegme habituelle...
Il tenait dans l'une de ses mains un morceau de parchemin roulé pris dans l'antre des Traqueurs Infernaux.
Aucun vol la dedans armand faisait lui même partis du groupe, mais une bien mauvaise intention à l'égard du rédacteur cela indéniablement...
Car l'auteur menaçait très clairement les Traqueurs par ses propos, et cela ne plaisait vraiment pas à Armand.
En effet que les Traqueurs aient ralentis leur actions ses derniers temps étaient une chose.
Mais qu'une personne censée protéger Elament puisse faire appel à des assassins en était une tout autre...Et Armand ne tolérerait jamais qu'on puisse le traquer comme une vulgaire bête ou comme un démon.
Si l'inconscient qui avait proféré cette menace venait à tomber entre les pattes du vampire...
Toutefois Armand se dit qu'il était tout autant à blamer. Il avait accepter de devenir Traqueur sans connaitre le patron. S'était une belle erreur de sa part.
Erreur qui lui avait été révélé par ce Inoï.
Pour une fois le vampire allait peut être donné satisfaction aux démons en mettant le grappin sur celui qui menaçait la sécurité de ces monstres dans leur retraites...

Espérant de tous coeur que Ruby serait présente, Armand s'arêta devant sa porte et frappa doucement contre le bois avec son index replié.
Un petit "toc toc" retentit puis Armand attendit patiament...

_________________________________________________________

Fan number one de Di et Sybaris! Je vous adore!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Ruby
Prophétesse
avatar
Nombre de messages : 4776
Âge : 37
Race : Peuple de Cristal
Poste : Errante - Prophétesse
Magie Contrôlée : Arcanes de l'Eau

Feuille de personnage
Puissance:
990/1000  (990/1000)
MessageSam 4 Juil 2009 - 20:46

" Bien, Vous la trouverez normalement dans la taverne des Bois coulants, près de Salem, c'est à trois jours de marche direc...."

Toc toc toc.

Ruby releva brutalement la tête un quart de seconde avant que le bruit de phalange contre le bois ne viennent perturber sa discussion avec Coralline, à la fois élève et messagère de la cité. Elle avait sentit comme un tiraillement au limite de sa conscience, signe que quelqu'un pénétrait près de son domaine fait de glace et d'eau. Pourtant, l'intrusion s'était faite tout en douceur. C'était donc un aqua qui s'approchait d'elle, pour la voir. D'un coup d'oeil à la fenêtre masquée d'une épaisse couche de glace, elle devina que le soleil était encore haut dans la journée. Quand il faisait nuit, cette glace était plus noire que les ombres elles-mêmes. Cela faisait-il donc tant de temps que la professeur avait convoqué la messagère ?

Elle lui avait demandé de venir tôt le matin pour remettre une missive très importante à quelqu'un, perdu dans un autre village situé à des kilomètres de là. Le contenu de la lettre ? Il n'y avait que Ruby qui le connaissait, et elle révélait rarement ses secrets à n'importe qui, même si Coralline n'était pas n'importe qui. On ne devait pas s'en prendre au messager, jamais, et l'idéal était que le messager ne soit au courant de rien pour en courir aucun mal. Pourtant, la professeur, en charge temporairement de la cité, faisait souvent rédiger à la jeune fille les missives, cela lui faisait du travail en moins, pour peu que cela fit vraiment une différence. Et c'était le cas aujourd'hui, apparemment, puisqu'une pile conséquente de lettres trônait près de ses fontes spéciales. Son poignet était quant à lui endoloris par les signatures successives, et la paperasserie qu'elle devait coute que coute remplir. Un soupir de satisfaction lui échappa, tandis qu'elle jetait un regard attendrit vers la porte, remerciant mentalement la personne qui venait l'interrompre. Elle massa ses doigts, et lança un bref
" Entrez" qui sonna fort dans la pièce maintenant silencieuse.

La silhouette d'Armand se découpa sur le seuil, et Ruby remarqua que Coralline avait levé les yeux de son ouvrage, adressant maintenant un regard plein... de ferveur ? Non, de questions à la Cristalléenne. Celle-ci lui adressa un geste du menton qui signifiait clairement "tu peux rester" alors qu'elle invitait son assistant à approcher. Encore de la paperasse, ou pire, ils allaient reprendre leur dispute de la dernière fois. Elle pensait pourtant avoir été claire, non ? Et puis il s'était écoulé plusieurs jours depuis, Ruby était revenu de son cours magistral de deux jours en pleine nature, il ne devait plus lui en vouloir, et même si c'était le cas, d'une baffe elle le remettrait à sa place, mais...

Mais quand Ruby vit les yeux de son assistant et le pli de sa mâchoire, elle se leva brusquement, le coeur prit d'une vague de pressentiment. Quelque chose de grave s'était passé ! Une attaque ? Un élève avait disparut (il y en avait beaucoup en ce moment) ? Les démons s'étaient amassés près de la cité ? Une nouvelle razzia sur un village perdu ? Un incendie ? Elle se passa mentalement la liste de choses graves qui auraient pu se produire à cette heure de la journée, essayant vainement de les classer par ordre de gravité, mais elle avait des responsabilité telles que pour elle, la simple chute d'une charrette sur la route jusqu'à Elament pouvait clairement signifier la fin d'un commerce, le départ d'une famille, chômage, hausse de la criminalité, meurtres... Bref, un petit caillou pouvait faire une grosse avalanche. Qu'elle était lassée de ces responsabilités sans queues ni têtes ! Que la vie simple et sauvage lui manquait ! C'est de cela que venait peut-être sa mauvaise humeur actuellement, même si l'escapade de deux jours dans les marais l'avait particulièrement calmée.

En se relevant, elle renversa une bouteille d'encre qui macula la lettre qu'elle était en train de rédiger en expliquant à Coralline où trouver le destinataire d'une missive importante. Deux choses à la fois, probablement à recommencer. Comme le temps de dormir lui manquait ! Elle faisait pourtant tout son possible pour paraître au mieux de sa forme, mais il est très difficile de cacher le noir de cernes sur une peau aussi claire que la sienne...


" Qu'y a-t-il ?! " lanca-t-elle d'un ton inquiet à Armand. Elle espérait tout au fond d'elle que ce n'était qu'une charrette, une toute petite charrette...

_________________________________________________________

http://elament.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Armand Sulimo
Nombre de messages : 319
Âge : 29
Race : vampire
Poste : Bras Droit de Sybaris
Magie Contrôlée : eau

Feuille de personnage
Puissance:
870/1000  (870/1000)
MessageDim 5 Juil 2009 - 11:41

A peine Armand entendit il la permission d'entrer émise, il le devinait, par Ruby qu'il ouvrit la porte sans plus attendre.
La vitesse à laquelle il bondit plus qu'il n'entra dans la pièce lui déplut à lui même mais il était déjà trop tard. Le mal était fait.
Elwing comme à son habitude pointa un timide museau dans la pièce avant de pousser un miaulement joyeux et de s'envoler vers Coralline pour manifestement réclamer un calin de ses yeux où toute l'innocence du monde baignait tranquillement.

Contenant un soupir quand à l'attitude de sa chatte sylvestre, Armand décida de l'ignorer. De toute façon maintenant qu'elle avait une "victime" à qui soutirer caresses et autres cajoleries rien au monde n'aurait pus l'en détourner...

Lorsqu'Armand vit la mine de Ruby, un élan de pitié naquit en lui à l'égard de la jeune femme qui assurait presque seule que l'avenir de la Citée D'Elament.
Armand savait qu'elles charges étaient la sienne, et combien cela devait être éprouvant pour une jeune femme si forte d'esprit mais à la fois si frêle d'apparence. Du moins intelectuellement car jamais il n'avait embrassé de telle respponsabilitée et il n'y comptait pas trop.
Il y avait tous simplement trop à faire pour qu'un amoureux d ela vie comme lui accepte de se faire engloutir par tant de responsabilité.
Paradoxe interessant pour un vampire...

Sitot entré, Armand salua Ruby comme il se devait mais gratifia simplement Coralline d'un signe du menton.
Les dieux seuls savaient au juste ce que cette jeune fille avait contre lui mais il y avait manifestement quelque chose...


"-Dame Ruby, Coralline..."

Constanant avec horreur que Ruby avait l'air passablement alarmé, Armand rectifia son expression corporel, surtout son visage, pour se composer un air détendus.
L'effet devait être assez terrifiant pour quiconque n'avait encore jamais vus de vampire mais Armand se doutait que Ruby en avait vus passer son content.
Une fois parvenus au résultat attendus il se racla la gorge, reflexe de mortel, avant de se reprendre:


"-Et bien il se trouve que j'ai reçu ce qui me parrait comme une menace de mort. Je ne viendrais pas pleurer dans vos bras s'il ne s'agissait que de moi toutefois. Il s'agit d'une menace venant d'une seule personne...et en visant plusieur dont moi même."

L'instant suivant Armand tendit à Ruby le morceau de parchemin arraché du mur des Traqueurs puis reprit:



"-Il s'agit d'un message trouvé dans "l'antre des Traqueurs Infernaux" si je puis dire...Vous devez savoir que j'en fait partis, de même que d'autre personne de la Citée."

Son regard vagabonda avec une fausse négligence sur Coralline avant de poursuivre:

"-Vous devez savoir également que l'identité du "Chef" demeure secrête. Mais si ses mobiles, préserver la Citée des Démons, étaient hors de tous soupçons jusque maintenant je ne puis que m'interrogez après cette missive des plus inquiétante. Comment accordez le moindre crédit à une personne désirant user d'assassin pour mener à bien ses projets?
Ainsi je vous le demande, connaissez vous cette personne? Non pas que je veuille lui exprimer toute ma sympathie pour ceci, ou de moins pas tous de suite, mais je doute que nous puissions maintenir les Traqueurs dans ces conditions. Je suggère de l'arrêter sans plus attendre..."

Lorsqu'il avait parlé d"esprimer sa sympathie, un méchant rictus était apparus sur les lèvres de notre vampire avant qu'il ne l'en banisse aussitot.
Il avait besoin de l'aide de Ruby, et il espérait que cette dernière le comprendrait.
Puis il se prépara à subir l'assaut de Coralline, qui ne manquerait pas de lui expliquer sa façon de pensée juvénile. Mais cela ne l'étonnerait pas le moins du monde...

_________________________________________________________

Fan number one de Di et Sybaris! Je vous adore!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageDim 5 Juil 2009 - 12:44

Spoiler:
 


Elle n'avait pas bougé de sa place, toute occupée à plier chaque message avec soin de manière à le protéger des intempéries ou des regards un peu trop indiscrets. Il ne resterait plus à Ruby qu'à y apposer son cachet de cire, et son sceau. Elle s'appliquait, s'efforçant de retenir les quelques messages verbaux que lui avaient confiés Ruby. Pour ceux-là, pas de vélin, pas d'encre, pas de trace écrite. Ils mourraient avec leur porteuse, si la porteuse venait à mourir. Mais pourquoi cela devrait-il arriver ? À cause de cette fichue manie de se mettre dans des situations bigrement dangereuses, peut-être. Les doigts appuyaient sur le papier cartonné jusqu'à lui imposer la forme voulue. Elle se sentait l'âme d'une factrice et cela la fit sourire. À d'autres, elle aurait très certainement rétorqué qu'elle n'était pas leur chien. À Ruby, elle ne pouvait rien refuser. Après avoir été en charge de l'Atia, l'écriture ne lui faisait plus peur. Elle s'y était habituée comme à une tâche quotidienne et reposante, pas grand chose à voir avec une corvée.

Et puis, ce nouveau rôle avait ses petits avantages. Elle n'était pas au fait de tous les détails, mais elle apprenait des choses intéressantes. Elle voyait du pays, si l'on pouvait dire et s'habituait doucement à faire preuve de discrétion, une qualité qui lui avait trop souvent fait défaut. Et puis surtout, elle avait à présent d'excellentes raisons de se retrouver en compagnie de Ruby et rien que pour cela, elle n'aurait échangé ce poste pour rien au monde. Elle avait sourit, reconnaissante qu'on lui fasse suffisamment confiance pour la laisser assister à ce genre d'entretien, sans interrompre sa tâche minutieuse. Aux salutations d'Armand, elle répondit d'un bref hochement de tête poli, sereine, pour une fois, avant de s'attaquer à la pile suivante. Ça faisait beaucoup de messages pour une première fois, mais il y en avait en retard, de ce qu'elle avait compris. Peut-être devrait-elle passer par le Bestiaire et emprunter une monture ? Le gérant les prêtait-il ? Devrait-elle demander un ordre de la part de Ruby elle-même ? En avait-elle le droit ? Ne se prenait-elle pas un peu trop au sérieux ?

Elle se redressa afin d'étirer son dos. À force de se pencher ainsi, elle commençait à en ressentir une vive brûlure dans les épaules. Son regard alla vers la fenêtre de givre, grand miroir filtrant curieusement les rayons du soleil. Elle défit, dans ses cheveux, un nœud dont elle se servit pour se recoiffer plus efficacement. Quelques mèches lui échappèrent, retombant devant ses yeux sombres. La petite boule de poils était venue vers elle et elle lui adressa quelques caresses, heureuse de cette distraction inattendue. Elle avait entendu, vaguement distraite, les propos d'Armand, et son sourire s'était élargit. L'un de ses soupçons devenait une certitude, il faisait partie des Traqueurs Infernaux. Intéressant... ou pas. Lui aussi avait eu vent de ce message. En revanche, il le prenait beaucoup moins bien que la jeune Nymphe. Et lorsqu'elle ouvrit la bouche pour répondre, son inconscient l'alerta. Attention, trop en dire la trahirait également. Si elle avouait avoir eu connaissance de ce message, alors elle avouait faire partie de cette guilde et en toute honnêteté, elle n'avait pas tellement envie que ce fichu coureur de jupons l'apprenne. Il serait encore capable de lui faire la morale et elle se sentait de bonne humeur. Qu'il n'aille pas tout gâcher !

Pourtant, son sourire s'était effacé au ton qu'employait Armand et l'espace d'une seconde elle eut la sensation désagréable que les intentions du Vampire n'était pas des plus louables quant au chef des Traqueurs. Non pas qu'elle lui voue elle-même une grande admiration, elle ne le connaissait de toute façon pas, mais il était son employeur, son gagne pain, et plus encore celui qui lui donnait tant d'occasions de s'amuser un peu. Eh quoi ? Il se croyait donc si infiniment plus respectable, l'assistant professeur ? Le chef, au moins, avait de l'humour. Dommage que le Vampire en ai si peu pour l'apprécier.

Elle haussa les épaules et entreprit de terminer ce qu'elle avait commencé, silencieuse dans son coin, les oreilles aux aguets. Elle repoussa gentiment le petit chat étrange qui ronronnait à présent si fort qu'il l'empêchait d'épier correctement la conversation. Une seconde, elle pensa demander de quoi il s'agissait mais elle se ravisa, jugeant que se montrer trop curieuse la déservirait. Aussi, elle se contenta d'espérer que Ruby lirait à voix haute.


Dernière édition par Coralline le Ven 31 Juil 2009 - 10:59, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ruby
Prophétesse
avatar
Nombre de messages : 4776
Âge : 37
Race : Peuple de Cristal
Poste : Errante - Prophétesse
Magie Contrôlée : Arcanes de l'Eau

Feuille de personnage
Puissance:
990/1000  (990/1000)
MessageMar 7 Juil 2009 - 17:22

D'une main lasse, Ruby se frotta le visage, rougissant ses yeux déjà injecté de fatigue. Puis, en soupirant, elle prit le parchemin que lui tendait Armand. Qu'il était loin le temps où ses seules obligations étaient d'instruire les élèves ! Mais à tout bien considérer, ses obligations la ravissaient, comme si elle était née pour commander. Et, dans le fond, n'était-ce pas le cas ? L'encre était déjà gelée par le froid du bureau de glace, aussi arracha-t-elle la plaque pour poser le vélin fragile de son assistant. Une menace... Réellement ? Le courrier était très vague, et à vrai dire, n'importe quel oeil extérieur n'aurait lu qu'une ancienne injonction, datant de l'avant guerre...

" Vous seriez étonné de tout ce que je sais des secrets de cette cité. " dit-elle, pensive, essayant de lire au travers des lignes.

Ruby reprit le courrier entre ses doigts fins, et le porta à son visage. Humant doucement, elle cherchait des odeurs familières, ou non. Mais il n'y avait qu'une odeur de vampire, et celle, plus détestable, d'un chat, muscée. Elle releva les yeux vers le compagnon d'infortune de son assistant qui grimpait sur le bureau, curieux comme tout animal sucuidaire, déplaçant de sa truffe les parchemins qu'il reniflait. Une petite voix dans son crâne, issue de son sang animal, lui dictait de le virer au plus vite de son territoire, ou de lui faire peur, de le faire fuir, mais Ruby s'abstint de tout mouvement agressif envers lui.

Les secrets de cette cité... Dieux qu'il y en avait plein ! Certains étaient presque sans importance, comme l'origine douteuse de telle ou telle personne, d'autres au contraire pouvaient être pris comme des armes, comme cette guilde, les "Traqueurs". Ils chassaient sans distinction habitants et démons, et la seule raison qui justifiait le fait qu'ils existaient encore était qu'ils chassaient plus volontier du démon que de l'habitant... Mais l'identité de ses membres n'était pas certaine, moins encore celle de leur chef. Une petite enquête aurait été nécessaire, comme par exemple l'envoi d'un espion, mais la jeune femme se moquait comme d'un guigne de ce qui pouvait être un avantage tactique : tant qu'ils ne gênaient pas, ils avaient l'assurance de leur pérénité, mais s'ils marchaient sur des chemins trop dangereux, elle les annihilerai, comme pour la guilde des voleurs qui avaient fournit une créature dangereuse à une certaine démone dont le nom lui échappait.

La professeur savait néanmoins que le vampire traînait dans des choses louches : de là venait son impatience à son égard ? Probablement. D'un geste distrait, elle tendit le parchemin usé à Coralline. "j'engage des assassins" disait le parchemin. Cela dénotait d'une richesse personnelle, et peu de gens avaient les moyens de payer des mercenaires, enfin, en grand nombre entendons-nous... Il n'y avait rien d'autres que des menaces en l'air.


" Et bien ? " demanda-t-elle sèchement à Armand en se rasseyant " Que voulez-vous savoir ? L'identité de votre chef ? Quels mercenaires il a de fortes chances d'embaucher ? Vous auriez du réfléchir aux dangers que vous courriez avant de vous engager dans une milice aussi peu recommandable. " La réprimande n'était pas cachée, mais Ruby en avait marre des faux semblants. Elle ne demandait aux gens que la loyauté et la confiance, et elle ne mettait pas d'autres vies en danger que la sienne propre. Aussi ajouta-t-elle a mi voix :

" J'ai eu tord d'espérer que vous aviez foi en mes capacités. "

La professeur prit entre ses doigts la plaque d'encre gelée, remit le pot en place et fit doucement fondre la matière. Sa plume était collée à la glace : elle passa sa main dessus et la récupéra, puis elle griffona sa signature sur un parchemin qui traînait, oublié de la masse. Elle faisait plusieurs choses à la fois, comme d'habitude, mais cela ne l'empêchait pas d'ajouter encore et toujours des devoirs à une liste mentale qu'elle dressait. La plume retrouva sa place sur le bureau de glace, et d'une geste irrité Ruby fit partir le félin velu.


" Vous êtes et demeurerez néanmoins sous ma protection, je ferai ce qui est en mon pouvoir pour vous aider, et j'ai de nombreux pouvoirs, ne l'oubliez pas. Alors ?"

_________________________________________________________

http://elament.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Armand Sulimo
Nombre de messages : 319
Âge : 29
Race : vampire
Poste : Bras Droit de Sybaris
Magie Contrôlée : eau

Feuille de personnage
Puissance:
870/1000  (870/1000)
MessageMer 15 Juil 2009 - 19:35

Lorsqu'il eu tendus le parchemin à Ruby, Armand sentis son poul s'accélérer de façon bien inhabituel pour un non mort. En effet il craignait par dessus tous que Ruby le laisse se sortir seul de ce guépied, car il savait ce qu'il ferait à ceux qui oseraient le menacer ainsi...
Il avait besoin de Ruby pour ne pas commetre d'impairs mais aussi pour être plus efficace.

La réaction d'Elwing le sidéra, lui même n'oserait jamais mettre les mains sur les affaires de Ruby, mais il la laissa considérant qu'il y avait plus urgent.
Curieusement aucun commentaires n'émana de Coralline, ce qui eu pour effet de troubler encore davantage le professeur. Cela lui ressemblait bien peux.

Puis vint la réponse de Ruby, au son de laquel le sang reflua visiblement du visage d'Armand alors qu'il endurait la critique.
Elle n'avait pas tord, il n'acceptait intellectuellement, mais pas tout à fait raison non plus.
Ignorant s'il recherchait ainsi du réconfort ou s'il ne s'agissait que d'une lache technique pour gagner du temps, Armand se dirigea lentement vers l'une des fenêtres pour regarder par delà la glace protectrice la citée d'Elament.
Doucement il soupira, ses épaules se relachant de concerts, avant de tourner un visage exprimant tous les regrets du monde vers Ruby tandis qu'Elwing battait en retraite vers lui:


"-J'ai toujours crus en vous. Toujours depuis le jour ou un novice de l'eau décédé est devenus votre élève admiratif. Et même au plus fort de La Bataille je n'ai pas douté. Toutefois Elament est mon foyer à présent et je me battrais pour lui. Pour cette citée son idéal et ses habitants, enfin presque tous.
Mais je ne pouvais pas demeurer ainsi à regarder les démons courir à notre perte à l'extérieur. Aussi ais je décidé d'agir.
je reconnais que j'orais dus vous consulter et refuser de ne pas connaitre mon chef. Mais j'avais mis de côté ma fierté pour pourchasser les démons. Pour les abatre autant que possible. J'ai eu tord. Mais le mal est fait, et à présent celui qui se prétend le "Maître des Traqueurs" est prêt à s'acoquiner avec des assassins...Qui sait ce qu'il est en train de manigancer? Quelque démons pourraient être à son service même?"

Armand était tourné vers la fenêtre, ses émotions en ébulition tandis qu'il se reprenait et se tournait à nouveau vers Ruby:

"-Ainsi je vous demande le nom de cette créature. Pour l'arrêter et dissoudre cette organisation. Que nous chassion les démons officiellement ou non, seul vous ou la directrice devriez décider de qui fait quoi en cette citée en ce sens.
J'ai besoin de vous pour cela, car l'empleur de la tache me dépasse totalement."

Puis un rictus rieur s'afficha sur ses lèvres:

"-Je ne suis qu'un petit vampire de 300 ans après tous..."

_________________________________________________________

Fan number one de Di et Sybaris! Je vous adore!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Ruby
Prophétesse
avatar
Nombre de messages : 4776
Âge : 37
Race : Peuple de Cristal
Poste : Errante - Prophétesse
Magie Contrôlée : Arcanes de l'Eau

Feuille de personnage
Puissance:
990/1000  (990/1000)
MessageLun 27 Juil 2009 - 13:45

[ Je me permets de ne pas attendre Coralline. Si tu veux intervenir, tu peux, et si tu veux que je te mette à la porte, interprête l'un des gestes de mon personnage comme un congès. ]

L'ironie était cuisante à ses oreilles, et elle l'accepta en crispant la mâchoire, des étincelles dans ses yeux de glace. Son insolence était parfois tellement insupportable que Ruby se retenait de peu de le frapper, elle qui cédait, il fallait le dire, si rarement à la violence... Mais elle ne broncha et soupira une nouvelle fois, baissant les yeux sur les liasses de feuilles, les tâches d'encre sur ses doigts. Elles tombèrent en paillette d'obscurité sur le bureau, morceaux de nuit rendus au néant, arrachés par les griffes. Son dos était douloureux, et elle avait l'impression d'avoir du sable sous les paupières. Quel jour était-on déjà ? Quelle saison, aussi ? Ah oui, 300 ans. Il devait savoir, lui, et son flair de prédateur, qu'elle était un animal mourrant, que la vie qui se promettait à elle n'excédait pas la centaine d'années, ne dépassait pas la cinquantaine. Que celle qu'elle avait vécu se comptait sur les doigts de la main. Vingt-Huit ans, dieux ! Vingt-huit ans ! Elle posa son regard sur sa main, où elle fit jouer ses articulations. La courbature passait.

" Je ne connais malheureusement pas l'identité du Chef des Traqueurs. Il la cache à la perfection et déjoue les espions à la cité avec une facilité presque insultante. " coupa enfin sa voix. Etait-elle vaincue ? Non. Elle se doutait que pareille révélation, pareille aide, appellerait forcément rétribution. Mais quelle en serait les conséquences ? Une guerre civile ? Des dissensions politiques ? Une Inquisition élémentaire ? Les habitants commenceraient-ils à vouloir tuer la gangrène en leur sein ? La Professeur tourna son regard de sang vers Coralline. Parlerait-elle, cette petite ? Quelque chose en elle lui disait que non, qu'elle pouvait avoir confiance en elle, pour l'instant. Elle lui adressa un petit sourire.

C'était ça, l'avenir de la cité. Et que les démons viennent s'ils l'osent. Il y avait de la vie et la soif immense de la liberté dans la jeunesse. Depuis quand, exactement, Ruby n'était-elle plus la jeunesse ? Aaah, mais lui susurra une voix, mais depuis la partie d'échec avec les ombres, depuis le jeu des Rois avec le Fou. Depuis le baisé sanglant et la mort prompte... Aaaah. Elle tourna légèrement la tête, semblant presque entendre un murmure par delà les distances, un appel, un soupir de plaisir. Quelqu'un venait. Elle n'avait plus le temps pour les jeux de maître et d'élève.


" Soyons clair, Armand. A partir de maintenant, je ne vous considérerais plus comme mon élève. " Reprit-elle d'un ton sec, tranchant avec netteté l'air silencieux, ciseaux d'acier sur la trame douce de la soie. " Vous avez deux choses à savoir, néanmoins : Vous avez perdu ma confiance en ne croyant pas en moi, mais vous l'avez regagné en venant ici. Tout est donc stable. "

Une pause... Que s'apprêtait-elle à faire, folle qu'elle était ! C'était un nouveau pacte que se liait doucement, des promesses à rompre et des mensonges à tisser. Les arcanes du jeu du pouvoir reprenaient leur place. Depuis quand s'y laissait-elle si facilement aller ? Depuis quand y prenait-elle presque goût ? Que de questions sans réponse ! Pourtant, alors qu'elle se levait doucement, Ruby eut l'impression de se déposséder d'un manteau miteux et sale, fatigué par les ans. Endossait-elle enfin le pourpoint de la royauté, celui de la force qui anime les dirigeants ? Elle ne le savait trop, la tête prise dans le courant des possibilités, mais elle se retrouva droite, ses mains délicates posées sur la glace polie de son bureau, toute fatigue l'avait abandonnée, remplacée par autre chose.


" Seulement, je ne vous donnerai pas ses pouvoirs pour rien. Si vous désirez travailler seul, regardez bien cette porte, car c'est la dernière fois que vous la verrez, prenez là et marchez jusqu'aux enfers et que grand bien fasse à ceux qui vous veulent du mal de vous tuer ! Ce serait bien naturellement une insulte personnelle, mais je trouverai le temps de la résoudre rapidement. Si vous restez ici pour écouter ce que j'ai à vous dire, vous jurez deux choses. "

Ruby poussa du dos de ses cuisses le fauteuil dans lequel elle trônait qui, mue par sa propre volonté, se liquéfia, flaque d'eau cristaline qui gelait rapidement sur le sol. Elle contourna le bureau et se dirigea vers la fenêtre, et celui-ci se recula lentement, allant s'adosser à un mur. La chaise en glace de laquelle Coralline observait sa scène le suivit lentement, sans heurte pour les objets posés dessus. Les marques des chaussures laissées sur le pavage de glace ainsi dégagé s'effacèrent, absorbées ou bouchées, comblées. Puis, alors que la professeur marchait dessus, des excroissances sortirent du sol. Elle ne les regarda pas, ne leur adressa pas la moindre attention, mais on sentait dans la délicatesse du mouvement de croissance sa marque, indéfectible. Alors, son corps se trouva près de celui de son Assistant.

Elle leva son visage vers lui, plus petite mais bien plus impressionnante, toute de blanche immatérielle et inhumaine, et de rouge sanglant. Et sa tiare à son front faisait d'elle une reine. Sa main se leva vers la fenêtre, vers l'endroit où la glace était la plus fine, et s'y déposa comme un papillon de nuit à la recherche de la lumière. Derrière elle, les environs de la Cité avait émergé des glaces.


" Vous jurez de me faire entièrement confiance, de ne jamais remettre en question mes actes, mes décisions et mes paroles, de ne pas les contredire ni de chercher à contre-carrer mes plans. Je ne vous demanderai pas de m'obéir aveuglément, mais d'avoir foi en moi. Enfin, vous me jurez de ne pas me trahir, de ne pas mettre votre en vie en danger au risque de faire découvrir nos intentions, de ne pas parler à n'importe qui de n'importe quoi. "

Sous sa main, la glace s'épaissit, et sa voix reprit :

" De mon côté, je jure de garder votre vie et de ne pas me servir de vous comme un pion, de ne pas vous tenir écarté des missions qui vous concerne ou de retenir des informations qui vous seraient utiles. Et surtout, de ne jamais vous mentir. Vous apprendrez bien rapidement que le mensonge est une chose impossible pour les gens de ma race. Jurez, ou partez. "

_________________________________________________________

http://elament.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageVen 31 Juil 2009 - 10:46

Spoiler:
 

Coralline leva brièvement les yeux, abandonnant sa tâche à peine une seconde. La réflexion de Ruby sur ce qu'elle savait des secrets de la cité l'avait alertée et elle l'interrogeait muettement du regard, sans parvenir à croiser celui de son professeur. Savait-elle, que Coralline faisait partie des Traqueurs Infernaux ? Pensait-elle que l'enfant lui dissimulait cette information ? Cette éventualité l'inquiétait. Elle ne souhaitait pas véritablement faire de secrets à Ruby, mais elle n'avait pas pour habitude de s'étaler sur elle, ce qu'elle était, ce qu'elle faisait ou ce qu'elle ressentait – puissiez-vous penser qu'une teigne comme elle ne ressentait pas grand chose d'autre que de la haine. Abandonnant l'idée de recevoir quelconque réponse à ses interrogations, la jeune fille entreprit de se remettre au travail, pliant, sans relâche, les missives qu'elle devait dégeler chaque fois sous peine de les briser en les manipulant.

Elle garda le silence, jetant parfois un œil curieux vers la petite boule de poils qui furetait partout, au plus grand déplaisir de Ruby, à n'en pas douter. Étonnante attitude, entre envie viscérale d'éjecter le félin hors du bureau et retenue, si l'on en jugeait par l'expression qu'elle affichait en le regardant. Mais alors que l'enfant était au bord d'achever une pile de message, celui d'Armand lui atterrit sous le nez. Stupéfaite, elle en effleura à peine les mots du bout des yeux, reconnaissant effectivement celui qu'elle avait lu à la Planque. Aussitôt, et sans qu'elle parvienne à le contenir, un sourire s'afficha sur ses lèvres. Armand lui échappait totalement et son comportement l'intriguait autant qu'il l'agaçait. Non, il n'avait décidément aucun sens de l'humour. Ou bien était-ce parce qu'elle ne l'avait jamais apprécié. Pour l'heure, elle jugea plus prudent de se taire, une nouvelle fois, et de continuer ce pourquoi elle était là. Ce qui ne l'empêchait pas d'écouter, bien entendu, et autant dire qu'elle n'en perdait pas une miette !

Elle écouta Armand, retenant un soupir de lassitude face à son ton monotone. Se montrer désagréable n'était pas envisageable, pas ici, pas maintenant, pas devant elle. Ce n'était pas le moment et à vrai dire, elle n'en avait pas envie. Tant que le Vampire évitait de lui adresser la parole, elle n'avait aucune raison de l'envoyer ad patres. Alors elle écouta, sans chercher à comprendre ou à compatir le moins du monde aux belles paroles de Monsieur-coureur-de-jupons. Elle tressaillit cependant, piquée au vif par une réflexion. Un Vampire de 300 ans seulement, et il semblait y accorder beaucoup d'importance. Était-ce de là que lui venait son insupportable arrogance ? Parce qu'il s'estimait plus âgé que, plus mûr que, plus sage que, comme si chacune de ces qualités se mesurait en années ? Voilà qui expliquait bien des choses, pensait la jeune fille sans ouvrir la bouche. Mais un esprit fermé et obtus, fut-il âge d'un millier d'années, était toujours moins rempli qu'un plus jeune et largement ouvert aux sollicitations extérieures.

Elle sourit, levant un regard chargé de mépris vers Armand et se figea lorsqu'elle croisa le sourire de Ruby. Comme chaque fois que cette dernière lui manifestait un gentil intérêt, elle rougit et baissa les yeux, cherchant à se calmer. Mais la suite le lui interdisait. Les paroles distillées par Ruby planaient, comme une menace, au-dessus de sa tête et toutes les alertes de son âmes s'étaient mises en route en même temps. Comment ça, protéger Armand ? Ne pouvait-elle pas le laisser mourir, infâme réceptacle vide, mort et débordant d'arrogance pompeuse ? Et elle alors ? Elle fusilla l'assistant du regard, souhaitant le faire mourir sur le champ, quand bien même il l'était déjà. De nouveau, ce sale petit parasite se mettait en travers de son chemin. Il ne méritait pas tant d'attention, s'indignait-elle. Ce n'était pas juste ! Coralline n'avait jamais douté de Ruby, elle, non mais ! Et puis elle n'avait pas très envie que Ruby révèle à ce racoleur de base qu'elle même faisait partie des Traqueurs. À tout les coups, elle aurait droit à une leçon de morale. Et puis, c'était son secret, son jardin, la seule chose qu'elle ai jamais eu pour elle seule et il lui répugnait que cet insupportable prétentieux soit au courant. Et avant qu'elle n'ai pu réaliser qu'elle s'énervait plus que de raison, elle s'était levée d'un bond.

« Pardonnez-moi, tonna sa voix plus qu'elle n'aurait dû, mais si l'objectif des Traqueurs Infernaux est de répondre à des chasses et qu'aucun d'entre eux ne fait le moindre effort, alors qu'ont-ils à faire dans cette guilde ? Objecta-t-elle d'une seule traite. Ce chef ne souhaite-t-il pas simplement leur rappeler leur devoir ? Et puis, je ne suis peut-être pas suffisamment âgée pour me permettre quelconque jugement, mais à mon sens, ce message ressemble plus à une plaisanterie qu'à une menace. Reprit-elle après une courte pause, le cœur palpitant dans ses mains tremblantes. Franchement, les Traqueurs traqués, ça prête plus à sourire qu'à s'inquiéter. »

Mais elle se tut subitement, consciente que son intervention inopportune venait d'interrompre Ruby dans un instant d'une importance cruciale.

« Je... suis désolée... » s'excusa-t-elle d'une voix éteinte, rougissant jusqu'aux oreilles.

Morte de honte, elle se rassit. Elle tremblait à tel point qu'elle ne parvenait plus même à plier ses petits messages. Ses oreilles bourdonnaient et son cœur faisait un vacarme épouvantable, là-dedans. Alors, machinalement, elle se mit à haïr Armand plus qu'elle ne le détestait déjà, rêvant de le découper en fines rondelles et de le donner à manger à son chat.
Revenir en haut Aller en bas
Armand Sulimo
Nombre de messages : 319
Âge : 29
Race : vampire
Poste : Bras Droit de Sybaris
Magie Contrôlée : eau

Feuille de personnage
Puissance:
870/1000  (870/1000)
MessageLun 3 Aoû 2009 - 16:06

Pris, bien malgré lui, d'une sérénité absolue alimentée par les propos de Ruby, Armand l'écouta avec la plus grande attention. Une attention telle qu'elle le figea à la semblance d'une pierre comme bon nombre de vampire se retrouvant faciné par quelque chose, ou quelqu'un...
Parfaitement immobile, telle une statut, Armand ne cilla pas, ses yeux verts émeraudes braqués sur Ruby. L'iridescence habituelle de ceux ci se transforma bien vite en un véritable flamboimant lorsque Ruby se retrouva à seulement quelques centimètre de lui.
A telle point que si la moindre brise avait soufflé la cape du vampire se serrait retrouvée à quasiment entourée Ruby, telle un sort de protection.

Sans comprendre ce qu'elle lui disait il l'écoutait, ses paroles ne prenant de sens que bien après.
Un serment était pour Armand quelque chose de très sérieux, à un point que seul la mort, net et définitive, pouvait y mettre un terme. Et encore...
Mais en allait il de même pour Ruby? Car pour Armand un serment se cré dans le sang et finis avec lui.
S'était en pensant à cela que ses lèvres se retroussèrent imperceptiblement laissant apparaitre ses canines, prêtent à mordre avec toute la douceur etla fermeté d'une telle promesse.
S'était ainsi que procédaient les vampires, mais Armand n'avait pas en face de lui une des siennes.
Aussi se contenta-t-il de poser l'une de ses mains froide comme la mort et douce comme la neige sur celle de Ruby.
Ses lèvres frémirent doucement alors qu'il lui disait, si bas qu'il douta que Coralline ait entendue:


"-Je vous le jure ma Dame..."

Puis Coralline intervint soudain, interrompant Armand et le tirant de ses songes.
Relachant la main de Ruby, il recula et écouta avec intéret la jeune femme.
Une fois qu'elle eut finis et alors que le sang affluait sur son visage, la faisant paraitre plus vivante que jamais.
Armand allait lui répondre vertement, mais s'abstint. Si uby avait tolérer la jeune femme s'était pour une bonne raison.
Armand lui même la trouvait prometeuse, mais juste un peux trop impulsive à son gout.
Aussi jugea-t-il de se montrer pédagogue. Pour une fois.

S'accroupissant devant elle, Armand pressa de ses mains froides celle de Coralline pendant un bref instant avant de river ses yeux dans les siens:


"-L'âge représente parfois bien peux de chose. L'expérience seule importe, ainsi que ta perceptionde ce qui t'entoure. En effet quiconque ne traque pas les démons n'a rien à faire chez les Traqueurs. Toutefois jamais nous n'avons vus notre "chef" ni n'avons nous pus juger de son efficacité. A l'heure actuelle il ne s'agit que d'un être maniant des pantins...Quand a son message. Et bien je fait partis de ces personnes qui ne suportent que peux les blagues mettant en scène des menaces...Je m'inquiète bien plus de savoir pouvoir être agressé jusque dans cette citée qu'avoir des ennemis dehors. Il existe une défférence entre avoir ses ennemis sur le pas de la porte et les avoirs dans la salle à manger..."

Puis armand se releva, et se retourna vers Ruby:

"-Pour ma part je pense que dissoudre l'organisation des Traqueurs serait une bonne chose. Recréer un groupe de combattant aussi, mais sous les ordres de l'Ecole et de la Directrice. Donons aux élèves et aux habitants la paix qu'ils méritent, mais montront nous ferment envers les démons. Que proposez vous ma Dame?"

_________________________________________________________

Fan number one de Di et Sybaris! Je vous adore!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Ruby
Prophétesse
avatar
Nombre de messages : 4776
Âge : 37
Race : Peuple de Cristal
Poste : Errante - Prophétesse
Magie Contrôlée : Arcanes de l'Eau

Feuille de personnage
Puissance:
990/1000  (990/1000)
MessageSam 8 Aoû 2009 - 20:07

Lorsque Armand montra les crocs à Ruby, elle fit de même, jouant avec le bout de sa langue sur ses canines développées, nées de la magie purement unique de sa race. Pourtant, aucun sourire ne tirailla le coin supérieur de ses lèvres, il n'y avait que quelques rides nouvelles aux coins de ses yeux qui montraient que, peut-être, elle jubilait intérieurement. Un pacte. C'était purement un pacte, une cérémonie d'échange de voeux. Elle en avait connu des plus sommaires, mais toutes celles qu'elle avait connu, même celle de ce jour, avaient le même caractère impulsif, né du moment. Un pacte de l'instant, fait pour durer. Elle hésita à échanger son sang, à clore par un baiser d'escarboucle ses paroles, comme si un lien sanglant était nécessaire pour que ses mots puissent avoir foi. Le souvenir lointain de lèvres chaudes recouvertes de son propre sang lui revint en mémoire, ainsi que le tiraillement faible d'un appel. Quelqu'un voulait la voir. Peut-être Archaël. Les liens magiques étaient une chose très rares, qui demandait énormément de puissance magique, des glyphes élémentaires...

Mais il accepta, ce vampire, il décida de prendre place à sa droite. Ruby eut l'impression qu'un énorme poids lui fut retiré des épaules, qu'une écharde douloureuse ne perçait plus le satin délicat de sa peau. Pourtant, sa tâche n'en devenait que plus difficile, car maintenant qu'elle s'était lié à lui, elle devait tenir sa parole, et c'était pour elle une chose fondamentale, impossible à trahir. Lentement, elle forgerai le monde, elle ferai de ces terres un véritable lieu de paix pour les élémentalistes, un lieu de savoir, débarrassé des guerres et des luttes, et pour cela, elle était prête à mourir. Une nouvelle fois. La cité n'était pour le moment qu'un nerf sensible, prompte à répondre aux attaques des démons, qui prenaient de plus en plus de force. Oui... Elle ferai de ce lieu quelque chose, et là où toutes les dirigeantes précédentes avaient échoué, elle réussirait.

Mais la voix douce de Coralline troua l'atomphère de conspiration. Ses arguments soulignèrent clairement la seule faille devinable dans le plan de Ruby, qui pourtant n'en était pas une. Un sourire de pure fierté étira la bouche de la Professeur de l'Eau, là où la réussite d'une alliance avait raté. La jeune femme semblait littéralement irradier de plaisir. En la prenait à son service, elle ne s'était pas trompée, loin de là. Elle avait clairement vu l'intelligence qui se cachait sous cette masse informe de nerf et de mépris, seulement effacé par un geste de sa part. N'y avait-il qu'en sa présence que la jeune fille devenait aussi douce qu'un feupin endormi ? Et sa voix suivit celle d'Armand, coupant les interrogations de ce dernier.


" Regarde la, Armand. Regarde la véritablement. Tu ne vois qu'une gamine effrontée et peut-être un peu trop curieuse. Mais laisse moi 6 mois de paix et le temps qu'il faut, et je ferai d'elle une guerrière avec l'esprit d'une Reine. Je ferai d'elle une femme, dans tous les sens du terme. Ne l'assomme pas avec son manque d'expérience, elle possède un Don que peu ont dans cette cité. Pas l'eau, ou la terre, ou même le feu, mais la capacité dénuée de véritable ambition à voir la trame des choses, et à les concevoir sur l'avenir. "

Même si elle mentait. La jeune femme savait pertinement que Coralline faisait partit des Traqueurs Infernaux, et cela ne l'empêchait pas de l'avoir prise à son service. Etait-elle une espionne à la solde de cette guilde, ou seulement une gamine qui ne savait pas trop quoi faire ? Ruby penchait pour une autre option : Coralline était attirée par le vernis mat de la puissance. Cela lui servirait de force, dans l'avenir, mais serait aussi sa plus grande faiblesse. Plongée dans un silence méditatif, la professeur ne s'empêcha pourtant pas de la fixer avec des yeux de fervance muette. L'Avenir. Pour la première fois de sa vie, elle est y réfléchissait réellement. Il était loin le temps où ses seules préoccupations étaient de savoir que manger et où dormir. Maintenant, elle jouait avec les plus grands. Pire. Elle était la plus grande, et la différence était importante. Les autres puissants mesuraient à partir de son aulne, et pas l'inverse. C'était elle qui allait dicter le pas de la danse à venir. Ruby écarta ses yeux de la jeune messagère et se fixa sur Armand, faisant abstraction de tout le reste, même de la région en relief qui trônait au milieu de son bureau.

" Mes plans sont simples, Armand. A l'inverse de Coralline, je vois dans cet appel à l'ordre une faille immense qu'il faut absolument reboucher ou élargir. Cette Guilde n'a pas de but véritable, à part l'Argent. Les membres de celle-ci ont peut-être à coeur la sécurité de la cité, mais je ne pense pas que ce soit le cas du chef. Seulement, je ne suis pas du genre à délaisser des armes qu'on m'offre avec tant de gentillesse. Je vais tout mettre en oeuvre pour débusquer ce chef si mystérieux et, de deux choses l'une : soit il acceptera ma proposition de marcher dans une même direction et je me servirai de son organisation, soit il refusera et vous serez tout simplement anihilés de la surface de cette planète. Par mes soins. "

Et ce n'était pas la première fois qu'elle faisait ce genre promesse. Le souvenir de Dierebel lui revint en mémoire. Elle la voulait elle, cette fée insolente, comme professeure, et la fée avait acceptée. Mais le pouvoir lui était apparemment monté à la tête et elle avait commencé à fraterniser avec l'ennemi. Son sort restait un secret que seule Ruby connaissait, et bien sûr les bourreaux de cette promesse, car la jeune femme avait du, pour cette fois, se servir de moyens détournés. Elle ne douta pas, néanmoins, qu'Armand - et Coralline - puisse ne pas la croire, car sa moue de détermination faisait foi de sa conviction en sa propre puissance.

" Pour la suite, c'est simple. J'ai déjà recruté des espions. Je surveille les généraux de la garde, et je suis presque sûre que deux d'entre eux sont coupables de trahison. Je compte d'abord nettoyer la cité de la corruption, au plus haut de l'échelle, puis m'atteler aux réarmements. Former les jeunes devient de plus en plus urgent, mais je reste contre la formation purement agressive, car nous ne sommes pas des Enrôleurs. Recruter des soldats aussi, serait une bonne chose. La seule façon de gagner la guerre qui se prépare, c'est d'avoir des bases solides. J'imagine que vous vous demandez votre rôle dans tout cela ? "

Son regard engloba Coralline et Armand. La question leur était posée à tous les deux.

_________________________________________________________

http://elament.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageLun 10 Aoû 2009 - 12:28

Spoiler:
 
*°*°*°*°*°*°*°*°*


Noyée dans le bouillonnement de sa honte, elle n'avait pas prêté attention au fait qu'Armand s'était rapproché et ne le vit que trop tard, lorsque le contact glacial de ses mains se posa sur les siennes. Elle tressaillit et ses yeux étincelèrent d'une fureur indicible. Comme la mer se retire subitement sous vos pieds nus et que vous devinez, là-bas, le Tsunami qui gonfle les flots, ce fut une bouffée de rage qui s'empara de tout son être. À peine effleurée, elle retira ses mains, les arrachant à celles d'Armand. « Ne me touchez pas ! » hurlait son regard injecté de haine. Mais nul son n'avait franchit ses lèvres, scellées sur la déferlante d'insultes qui ne demandait qu'à se déverser sans retenue. Des pantins ? Mais qui lui avait demandé d'intégrer les Traqueurs Infernaux ? Personne. C'était un choix. Des pantins ? Elle était bien triste, sa vie de Vampire, pour qu'il ne se considère que comme le pantin d'un autre. Était-il à ce point imbu de sa personne qu'il se sente à ce point manipulé dès lors qu'un autre se trouvait au-dessus de sa tête ? Avait-il besoin de tout savoir ? Fallait-il qu'il ai le contrôle sur cet autre ? Un pantin ? Mais un pantin aurait été bien mieux manœuvré qu'Armand agissant par lui-même !

Il était bien avisé de parler d'ennemis dans sa salle à manger, le libidineux qu'elle avait aperçu dans les bras d'une succube, quelques temps plus tôt !

Et elle se releva d'un bond, se sentant l'âme de cette créature qui berçait KöH à chacun de ses pas nonchalants. Elle n'avait pas de bride, elle. Elle se ferait un plaisir de massacrer cet insupportable Sulimo sans que rien ni personne ne puisse l'en dissuader d'un coup sec sur le mors. Et pour commencer, elle lui arracherait la langue et la lui ferait avaler ! Mais pile au moment où elle s'apprêtait à déverser sa rage, la voix de Ruby, comme le chant cristallin de ces créatures marines qui font s'abîmer les hommes dans les profondeurs apaisantes des océans, lui intima l'ordre de mourir, un bref instant. « Tais-toi. Écoutes. C'est pour toi. ». Et sa bouche entrouverte sur un juron plus grossier qu'un adulte n'osera jamais penser se referma aussitôt, étouffant sa haine. Son regard dévia. Et les larmes que la fureur avait apporté devinrent aussi douces qu'une vague mourant sur la plage. Et les battements furibonds de son cœur devinrent tambours exaltés. Et les tremblements furieux de ses mains devinrent le frémissement du vent dans les feuilles. Sidérée. Et le mot était encore trop faible. Pour un peu, elle se serait mise à pleurer. Elle n'en était pas loin, se retenant de toute son âme.

Elle se rattrapa de justesse au bord de la petite table qui lui servait d'écritoire quelques instants plus tôt, cherchant à retrouver son souffle, sinon ses esprits. Beaucoup de choses avaient été dites. Effrayantes pour la plupart. Toutes n'avaient pas encore esquissé l'ampleur qu'elles auraient dû revêtir dans l'esprit de la jeune Nymphe, mais il serait toujours temps d'y repenser. Plus tard, lorsque la solitude lui sera si pesante sur son corps qu'elle pourra laisser aller ses pensées, comme autant de bulles d'eau s'élevant au delà de toute chose matérielle. Et l'enfant se redressa, frappée encore par ses propres émotions. KöH lui aurait dit « non », et il l'aurait calmée. En cet instant, elle devrait faire seule l'effort de revenir au calme qu'elle s'était imposé quelques minutes à peine plus tôt. Un exercice difficile, d'autant plus difficile que ce sale parasite de Vampire se pavanait devant elle. Alors elle ferma les yeux et tenta de faire abstraction de tout. Une technique bien rodée en vérité, puisqu'elle en faisait usage lors de ses cours élémentaires.

Lorsque sa voix se fit entendre de nouveau, elle était revenue à son octave habituel, bien que sensiblement frémissant. Elle ne s'adressa qu'à Ruby, cherchant à oublier l'autre présence indésirable.

« Oui. »
Revenir en haut Aller en bas
Armand Sulimo
Nombre de messages : 319
Âge : 29
Race : vampire
Poste : Bras Droit de Sybaris
Magie Contrôlée : eau

Feuille de personnage
Puissance:
870/1000  (870/1000)
MessageLun 10 Aoû 2009 - 20:49

Totalement abosrbé par son désir de faire comprendre son point de vus à Coralline, Armand ne vit absolument pas le volcan prêt à exploser et à le noyer dans un torrent de lave.
Lorsqu'il vit les canines de Ruby, Armand eu un accès intérieur de désir envers cette femme. Pendant un bref instant il se surpris à désirer son sang...
Toucher sa peau, sentir la vie palpiter sous ses doigts, sentir sa fragrance, puis dans une étreinte mêlée à un baiser dans le coup, cliché absolus des vampires, boire une infime partis de son sang.
Un flamboymant dans ses yeux iridescents fut la seule marque extérieur de son trouble intérieur jusqu'à ce qu'il se contienne, à grande peine.

Puis vint la réponse de Ruby, et la brusque réaction de Coralline qu'Armand ignora superbement pour se concentrer sur la maîtresse des lieux.
Toutefois Elwing elle se rua vers Coralline, ayant détectée une personne plus émotive et donc plus apte à jouer avec elle.
Du moins d'après son intelect de chat sylvestre...
La féline slaloma entre les jambes de Coralline, ronronnant aussi fort que possible.


Avec attention, Armand écouta la réponse de Ruby. D'abord sceptique quand à son exemple, l'idée fit son chemin en lui celon quoi cela pouvait être bien vrai.
Si on les formait bien,les jeunes pouvaient très bien prendre la relève plus tard.
Encore faudrait il que les démons leur laissent le temps...Rien de moins sur.


"-Je comprend votre point de vus. Concernant les Traqueurs je ferais mon possible pour vous aide. Je me disais que nous pourrions en faire un bonne usage.
Outre le fait de mettre la main sur le chef, j'ai entendus de la bouche de quelques démons de secondes importance avant que je ne les occis proprement que l'organisation leur causais bien des tords. Au point que le sujet ne soit pas seulement aborder e, de rares occasions.
Tendons un piège aux démons, en exposant des traqueurs en qui nous auront confiance, ou que nous voudrions sacrifiés s'ils sont traitres, afin de débusquer certains de nos adversaires..."

Armand se garda bien de préciser que "les démons de secondes importances" n'étaient autres qu'Inoï et Sybaris.
Cela n'avait plus d'importance à présent de toute façon.


"-Ensuite je suis en effet curieux de savoir où je pourrais vous seconder efficacement. J'ai conscience, et je pense que mademoiselle Coralline aussi, du fardeau qui pèse sur vos épaules. Ainsi si je puis faire quoi que ce soit...."

*Comme trucider ce fameux chef s'il refuse.*

_________________________________________________________

Fan number one de Di et Sybaris! Je vous adore!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Ruby
Prophétesse
avatar
Nombre de messages : 4776
Âge : 37
Race : Peuple de Cristal
Poste : Errante - Prophétesse
Magie Contrôlée : Arcanes de l'Eau

Feuille de personnage
Puissance:
990/1000  (990/1000)
MessageJeu 20 Aoû 2009 - 12:39

Le ronronnement du chat aurait pu être agréable à n'importe qui sur cette planète, mais Ruby n'entendait dans ce bruit qu'un martèlement sans fin à ses oreilles délicates, un son d'arrière plan qui détournait sa concentration. Depuis combien de temps n'avait-elle pas dormi ? Elle n'avait, à la base, pas besoin d'énormément de sommeil, mais ces dernières semaines, les rêveries la fuyait aussi résolument que les démons dans la forêt, ne laissant pour ces nuits qu'une succession d'heures épuisantes, yeux ouverts braqués sur le ciel, plongés dans l'observation absorbée des étoiles, cherchant dans les constellations des réponses aux questions qui, sans son crâne, roulaient comme des vagues sur une grève. Même les pluies d'étoiles filantes ne parvenaient pas à la détourner de ses réflexions. Quand viendrait l'hiver ? Quand trouverait-elle enfin le calme dans la placide atmosphère froide de sa saison tutélaire ? Ses pérégrinations meurtrières lui manquaient d'autant plus que les rares qu'elle accomplissant ne lui prenait rarement plus que quelques heures.

Le trône de glace s'avança, venant frôler de sa surface polie les arrêtes déchirés des Monts en relief. Elle s'avança vers lui et s'y assit avec le plus de douceur possible, alors qu'entière elle aspirait à s'y laisser tomber.


" Pour bien comprendre, je dois vous mettre au courant d'un secret connu de peu de monde. " Elle marqua une pause, durant laquelle la jeune femme fixa avec force les deux personnes ici présentes. Elle essayait de lire dans leur coeur, ou dans le miroir de leurs âmes, à quel point ils croyaient en elle, à quel point elle pouvait leur faire confiance. Ce qu'elle s'apprêtait à leur révéler était... une information capitale, que l'ennemi ne devait surtout pas, et à aucun prix, apprendre.

" Naciniah Naûr a quitté la Cité depuis près de deux lunes. J'ai fait passer son absence pour une maladie rare en voie de guérison, mais je sais que le subterfuge ne tiendra plus très longtemps maintenant. Ma position est, pour cette raison, plus que délicate. "

Un éclat de doute brilla quelques temps dans ses prunelles incarnats, alors que la jeune femme mesurait l'étendue de ses responsabilités. Elle aurait volontier rit aux paroles d'Armand, concernant son fardeau, mais le coeur n'y était pas et l'humour en était noir. Son fardeau... La direction administrative, politique et militaire d'une cité de plusieurs millions d'âmes, le tout, sous le manteau, à l'abri de lettre cachetée par la Directrice qu'en fait elle-même rédigeait, de dessous de table, d'heures entière de discussions... Sa santé commençait à chanceler, succession de nuits blanches, de nervosité, de doutes... Mais elle ne faisait appel à aucun guérisseur, à aucun herboriste, trop fière, et en cela trop stupide. Elle ne pouvait se permettre de laisser penser qu'elle était faible, ou mal en point, c'était inacceptable.

Quant à la délicatesse de sa position... Elle était aisément imaginable. Une fois le départ de Naciniah connu de tous, on l'accuserait d'avoir fomenté un coup d'état, d'avoir brigué le poste suprême, d'avoir menti à la population... Sa tête, d'ici peu, ne vaudrait plus grand chose, si ce n'est comme ornement en haut d'une pique. Une chose était sûre : si on devait en arriver à de telle extrémité, il était certain qu'elle défendrait chèrement sa peau. Il y avait encore tant à faire, tant à faire...


" Et vos rôles... Armand. Je vais enquêter dès à présent sur l'identité du Chef des Traqueurs. Et une fois celle-ci découverte, je vous veux comme intermédiaire entre moi et cette organisation. je dois me décharger d'une partie de mon attention sur les forces militaires pour me concentrer exclusivement sur l'espionnage des Enfers. Il faut faire tomber ce Roi avant qu'il ne parvienne à unifier les terres d'En-Bas. Comprenez-vous ce que je veux dire ? "

Elle tourna le visage vers la carte en relief au sol, et celle-ci changea d'apparence très rapidement. Effacée, la forêt, envolés, les pics des Monts, disparue, la cité. Ne restait qu'une carte étrange, toutes de tunnels et de cavernes, labyrinthe de Dédale. Les Enfers. Ruby avait eu l'occasion d'y aller une seule fois, au cours d'une crise de folie meurtrière, affaiblit par un sortilège de Shin, allant demander sa pitié à Iblis en Personne, le seul capable de la sauver sans la tuer. Et les chemins, s'ils avaient changé entre-temps, restaient néanmoins frais dans son esprit de cristal. Limpides.

" J'ai pour le moment peu d'informations sur celui-ci. Vraiment très peu. Je ne suis même pas certaine de sa race. D'après les rapports d'espionnages que je possède, il pourrait aussi bien être un effrit qu'un mage du Vulcain ayant poussé son pouvoir à un niveau phénoménal. Rien sur son passé, rien sur ses faiblesses, rien sur ses aspirations. Rien. C'est une ombre de feu, un tison en notre sein qu'il faut impérativement détruire, et ce, qu'importe le prix. "

Un bruit de brisure se fit entendre, et la carte en relief se réduisit en poussière de glace, éclat douloureux pour les poumons des profanes, cascadant sur le sol, sous forme de paillettes de matière. Il y avait de la beauté, en cela, de la beauté pure...

" Et vous Coralline... Il me reste encore quelques petites informations à trouver. J'hésite entre vous former à l'espionnage, bien que - vous l'aurez compris - votre poste de messagère en soit en grande partie le but, ou vous former pour prendre ma succession, si jamais il devait advenir quelque chose à ma vie. "

_________________________________________________________

http://elament.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMar 25 Aoû 2009 - 8:34

Spoiler:
 
*°*°*°*°*°*°*°*°*°*

L'équilibre revenait, apaisement nerveux, raison, calme. L'enfant se redressa et sa main, étai à son âme quelques secondes plus tôt, glissa du meuble qu'elle avait cramponné. Entre ses mollets, le chaton ailé se frottait en ronronnant si fort qu'il était bien difficile de se concentrer sur autre chose que lui et Coralline pensa qu'elle devait sa sérénité retrouvée à son intervention. Elle lui adressa un sourire reconnaissant, baissant doucement la tête et plongeant son regard sombre dans celui, fendu d'une pupille verticale, du petit félin. Clin d'oeil complice, puis elle inspira et redevint la jeune fille placide et détachée qu'elle avait été au début de l'entretien. Armand ne payait rien pour attendre, mais pour le moment, elle avait d'autres préoccupations en tête et ce qu'avait dit Ruby l'inquiétait plus que toute autre chose. Elle hésita une seconde. Tant de choses avaient été dites pendant qu'elle observait un silence stupéfait qu'elle ne savait plus par où commencer.

« Ruby, commença-t-elle, et sa voix était redevenue aussi calme qu'une mer d'huile, je comprends que vous souhaitiez protéger Elament et ses occupants et je comprends que pour cela, vous vous serviez des armes déjà présentes : les Traqueurs. Je comprends que vous souhaitiez contrôler chaque guilde, chaque groupuscule, officiel ou officieux, mais je ne vous suis plus lorsque vous promettez détruire toute une organisation sous prétexte que leur chef seul refuse de se soumettre à votre volonté. Monsieur Sulimo – et elle se retint de ne pas user d'un ton méprisant pour prononcer ces mots – a peut-être rejoint cette organisation avec d'utopiques rêves de protection là où d'autres s'y enrôlent pour gagner leur vie ou pour tout autre raison qui n'appartient qu'à eux. Condamnez le chef si vous l'estimez coupable de quoi que ce soit, mais ne condamnez pas ceux qui ne connaissent ni ses desseins, ni son identité. Vous tueriez un professeur s'il enseignait un usage prohibée de la magie, mais tueriez-vous également ses élèves ? Les Traqueurs ne font qu'obéir à des contrats et je gage que la moitié d'entre eux au moins sont d'excellents éléments. Les annihiler là où vous pourriez les rallier à vous serait une erreur. »

Elle jeta un bref regard vers Armand, pensant subrepticement que si Ruby le massacrait par erreur ça ne la dérangerait pas outre mesure... seulement voilà, elle lui avait promit sa protection et un tel incident n'était pas prêt d'arriver, ce qui était fort dommage.

« Pour le moment, les Traqueurs donnent du fil à retordre aux Démons. Qu'ils s'en méfient, ça leur donnera un os à ronger pour quelques temps. Quant aux membres de cette guilde, ils sont plutôt bien renseignés et ont la fâcheuse habitude de laisser traîner leurs oreilles là où ils ne devraient pas, traques obligent. Vous devriez en tirer avantage, peut-être sont-ce là vos espions. » sourit-elle gentiment.

Elle n'était pas tout à fait certaine que Ruby ne piquerait pas une colère devant son aplomb. Après tout, elle n'était qu'une gamine et rien ne justifiait le fait qu'elle se permettre de donner quelconque leçon à son professeur et modèle. Lentement, elle alla se rasseoir devant sa pile de messages à plier, cacheter et distribuer. Le chat Sylvestre avait bondit sur ses genoux et le caressa machinalement, sans même y penser. Comment résister à ses petits yeux suppliants de chat malheureux ? Ronronnant de plus belle, le félin avait entrepris de « pattouner » sur sa robe pourpre sortant ses griffes acérées et les rétractant avant même de toucher la peau au travers de l'étoffe.


« Oui, j'ai conscience des responsabilités qui pèsent sur vos épaules. Reprit-elle d'un ton plus froid, laissant libre le passage à l'enfant égoïste. Mais vous avez accepté ces responsabilités et vous avez accepté de les endosser seule. Vous ne l'êtes pas, d'autres ont les capacités pour vous seconder mais vous ne les avez pas sollicités. Vous ne déléguez pas, vous ne faites confiance à personne et sans-doute avez-vous d'excellentes raisons. Je vous admire, Ruby, pour la manière dont vous portez Elament à bout de bras et pour le dévouement que vous portez à ses habitants, mais je refuse de vous succéder à ce poste. Je ne suis pas une meneuse. Je ne suis pas une personne que la vie d'autrui inquiète ou intéresse et je ne serais jamais capable de faire preuve de quelconque mesure ou raison, vous le savez. J'espionnerais tant que vous le souhaiterez. N'importe qui, n'importe quand, n'importe où, au mépris des risques et de ma propre vie si vous l'exigez. Mais pour rien au monde je ne voudrais de votre place. Vous partie, et en aucun cas je ne souhaite qu'un tel malheur puisse arriver, rien ne me retiendrait à Elament. »
Revenir en haut Aller en bas
Armand Sulimo
Nombre de messages : 319
Âge : 29
Race : vampire
Poste : Bras Droit de Sybaris
Magie Contrôlée : eau

Feuille de personnage
Puissance:
870/1000  (870/1000)
MessageMer 2 Sep 2009 - 18:17

Indifférent au petit manège d'Elwing, qui agrandissait son cercle "d'amis dévoués", Armand maintenait son attention fixée sur Ruby.
Sa révélation concernant l'ancienne directrice lui fit l'effet d'un coup de poingt en pleine face, mais des dizaines d'années d'entrainement lui permirent de ne rien laisser paraitre de sa surprise sur son visage.
Celui-ci demeura de marbre, quoique par totalement pour ne pas choquer l'assistance.
Le fait que la maladie de la Directrice n'était qu'un mensonge ne le surpris pas outre mesure.

En revanche qu'elle soie partis pour une quète personnel l'était!
Contrairement à d'autre, don une présente dans cette pièce, Armand n'avait pas connue personnelement Nacinhia Nur. Toutefois il avait combattus à ses côtés durant la Bataille et elle ne lui avait pas semblé moins que dévouées corps et âmes à la Citée.



"-Voila une nouvelle bien inquiétante...Je ne met pas en doute sa loyautée mais que se passerait il si ce fameux Roi des Enfers a réussi à la capturer? Mais comme personne n'en est encore conscient je pense que non. Si l'ennemis pouvait nous lancer une telle information il le ferait car cela nous causerait bien du tord.
De deux choses l'une: soit nous déballons tous maintenant et en affrontons ensemble les conséquences, soit nous attendons que pire encore ne nous tombe sur le coin du nez..."


Armand pris une posture suggérant la reflexion, mais sa décision était déjà prise: tous révéler, puis placer Ruby en position de Directrice. Mais cela il voulait qu'elle en prenne elle même la décision...

Puis vint la réponse de Coralline en partie véridique concernant l'aide disponible mais à côté de la plaque concernant Traqueurs, en partis aussi du moins:



"-Mademoiselle Coralline, les Traqueurs ne seraient pas tous détruits. L'Organisation oui, uniquement ses membres déloyaux.
Mais utilisez ses membres loyaux me parait une bonne idée. Qui d'autre à part les professeur à davantage d'expérience des démons?
Toutefois vous avez raison sur ce point: Dame Ruby n'est pas seul pour faire face!"

Et Armand termina sa phrase en regardant Ruby d'un air déterminé, resplendissant de confiance.

_________________________________________________________

Fan number one de Di et Sybaris! Je vous adore!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Ruby
Prophétesse
avatar
Nombre de messages : 4776
Âge : 37
Race : Peuple de Cristal
Poste : Errante - Prophétesse
Magie Contrôlée : Arcanes de l'Eau

Feuille de personnage
Puissance:
990/1000  (990/1000)
MessageVen 4 Sep 2009 - 18:22

Les paroles de Coralline touchèrent énormément Ruby, tout comme le visage rayonnant - autant que faire se pouvait pour un vampire - d'Armand. La jeune femme ne faisait pas ou difficilement confiance aux gens, pour des raisons évidentes, et, à chaque fois qu'elle le faisait, il y avait toujours en elle le doute de la trahison, de la souffrance et du rejet. Elle était forte, mais elle avait vu beaucoup trop de chose pour une trentaine année de vie - une vingtaine d'année d'évolution. Elle aurait été, dans plusieurs dizaines de sociétés, reléguée dans les jupes de sa mère jusqu'à ce qu'elle atteigne l'âge de femme. Dans la sienne, elle aurait été jetée si elle avait incapable d'assumer tout cela avant même d'avoir ses menstruations. Mais là n'était pas la question. Elle soupira, et un frisson couvrit sa peau de chaire de poule, elle qui évoluait dans un environnement de glace.

" Je ne compte pas tuer les membres des Traqueurs Infernaux, seulement détruire les têtes pensantes, et disséminer les autres, en les gardant bien naturellement sous surveillance. Je n'ai pas pour habitude de faire dans le zèle, sans compter qu'en effet, des combattants aguerris ne seront pas de trop prochainement. "

Elle croisa les jambes, se confinant dans le silence, pesant les paroles de Coralline et sont refus de prendre sa succession. Qui, si ce n'est elle, pouvait le faire ? Ruby ne connaissait pas assez de monde personnellement. Elle en connaissait, en revanche, énormément, désireux de prendre sa place d'Adjointe à la Direction. Elle-même ne voulait pas prendre la suite de Naciniah et cherchait activement dans la cité une personne capable de le faire. Ce n'était pas son rôle de diriger. Elle s'occupait seulement d'une régence provisoire, et cela était clair dans son esprit. Mais si il devait arriver qu'elle ne meure avant d'avoir pu mettre une personne légitime sur le trône de la cité... Non, les conséquences n'étaient pas imaginables, c'était purement et simplement la fin d'Elament, dans le sang ou dans l'exode, mais elle comprenait le choix de la jeune aqua.

" J'accepte votre décision, Coralline. "
Mais cette phrase semblait vide, creuse. Devait-elle, pour cette raison, lui donner congé ? Cela ne serait-il pas pris pour un geste mesquin ? Si Coralline n'avait plus maintenant que le poste de Messagère et d'espionne officieuse, et qu'elle ne devait plus reprendre la succession de la Cristalléenne, les décisions des hautes instances ne la concernaient plus, et pour cette raison, les secrets d'Etat ne devaient plus tomber dans ses oreilles...

Et pour Naciniah. Ruby ne pouvait pas régler ce problème. Elle avait déjà envoyé dans les autres royaumes des messagers possédant des plis celés, fait cheminer par monts et par vaux des espions... Il n'y avait eu aucune trace de la Directrice nulle part : si elle avait voulu qu'on ne la trouve pas, elle s'y était très bien prise. Alors, la jeune femme avait décidé de prendre le problème dans l'autre sens : trouver celui que Naciniah poursuivait. Mais là encore, toute l'enquête avait fait choux blanc. Comment était-il possible, pour une cité aussi puissante et ancienne, d'être incapable de retrouver des gens, comme ça ? C'était impensable, et la Cristalléenne en avait conclu qu'il y avait de bien plus nombreuses failles qu'elle ne le pensait de prime abord, failles qu'elle se devait de corriger.


" Les Enfers ne sont pas au courant, j'ai lancé des rumeurs de maladie bien avant que son absence ne paraisse suspecte, et j'ai plusieurs espions qui les diffusent en en changeant les versions. Et pour ce qui est de mettre au courant les habitants... Dieux, j'ai réfléchit à cette question tellement longtemps que l'avouer maintenant reviendrait à me faire pendre. Personne n'acceptera que j'ai gardé ce secret aussi longtemps, que j'ai pris des décisions sans être la dirigeante officielle. Je préfère avant tout trouver quelqu'un à mettre à sa place de façon légitime. Il faut trouver une personne qui sera capable de prendre les rennes de la cité. "

Ruby décroisa les jambes et les recroisa à l'envers, laissant le sang irriguer de nouveau ses mollets. Oui... trouver quelqu'un. L'ancien directeur, Wind, n'était-il pas, aux dernières nouvelles, dans la région ? Ou même, Archaël, était-il capable de prendre la succession ? Le temps qui serait nécessaire à les trouver lui paraissait bien trop long, mais c'était nécessaire. Plongée dans ses réflexions, elle garda le silence, et revint à la réalité juste pour entendre qu'elle n'était pas seule.

Mais c'était un mensonge. Comment pouvait-il dire cela ? Il était certes proche d'elle, mais mourrait-il, pour elle, tuerait-il, pour elle ? La connaissait-il si peu que ce soit ? Il ne voyait de Ruby que le professeur et la commandante du front du lac qui avait tué plus d'élèves qu'on ne pouvait en compter. Il était un instrument consentant, rien de plus. La jeune femme fronça les sourcils et planta son regard dans le sien, la suspiçion y couvant. Elle se doutait de quelque chose : voulait-il mettre les habitants au courant de la disparition de la Directrice ? Lui planterait-il ce couteau dans le dos avant qu'elle n'ait le temps de remplacer Naciniah, si peu que cela soit possible ? Non, son regard était plein de fervance et de confiance. Ciel, pourquoi provoquait-elle soit la confiance soit la haine ? Y avait-il une malédiction qui précédait son pas ?

Elle se leva brutalement. L'Appel était trop fort, il lui pompait la moindre parcelle de concentration.


" Coralline, vous pouvez disposer. Le courrier que je vous ai remit est important. Ramenez moi cette femme, dussiez-vous la trainer par les cheveux. J'ai besoin d'un professeur de la Terre. "


Ruby lui laissa le temps de partir et de lui glisser quelques mots, puis se tourna vers Armand.

" Le ferais-tu ? " demanda-t-elle. " Livrerais-tu à cette cité cette nouvelle sans plus de préparation ? Désires-tu donc que je sois discréditée avant d'avoir pu mettre quelqu'un de compétant sur le trône ? "

_________________________________________________________

http://elament.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageSam 5 Sep 2009 - 8:38

C'est à peine si l'enfant écouta les paroles d'Armand, réfugiée derrière une hostilité assez curieuse qui la poussait à le mépriser sincèrement. Traduit grossièrement, le fond de sa pensée se résumerait en quelque chose d'assez proche de « parle à mes bottes », et encore, en restant polie. Elle baissa la tête pour regarder le chaton ailé et s'amusa à lui gratter doucement les oreilles, ce qu'il avait l'air d'apprécier si l'on en jugeait ses ronronnements à en faire trembler les murs de l'école. Le petit félin avait fermé les yeux d'un air ravi, dissuadant la jeune fille de se souvenir qu'il appartenait à Armand Sulimo lui-même... On ne savait jamais ce qu'elle aurait pu lui faire en se rappelant de ce détail... Pour l'instant, elle se concentrait sur le pelage de l'animal, chatouillant de-ci de-là pour ne pas entendre l'insupportable voix vampirique et ne pas voir ses poses désespérément calculées. Elle l'avait déjà pensé, il ne payait rien pour attendre...

Elle leva tout juste un regard apaisé sur Ruby et hocha la tête à sa précision concernant les Traqueurs, rassurée tout à coup et reconnaissante aussi. C'est que, elle n'aurait pas aimé se faire annihiler par celle qu'elle révérait plus que tout juste parce qu'elle s'adonnait à une activité extra-scolaire un peu particulière. Chasser des Démons – même si à son niveau elle ne pouvait pas espérer en ramener un seul – n'était pas tout à fait le genre de loisirs commun aux élèves de cette fichue Cité. Toute à ses réflexions, elle observa mollement la Cristaléenne, comme elle l'avait fait au Cimetière il y avait déjà longtemps. Ruby semblait ailleurs et ses mouvements, sur son trône de glace, trahissait la lutte intérieure qu'elle se livrait. Puis elle reprit la parole après un silence aussi pesant que le froid des lieux, pour qui y était sensible évidemment. Machinalement, l'enfant passa en revue le peu de personnes qu'elle connaissait, évaluant mentalement lequel serait à même de prendre ce poste de directeur... mais elle abandonna bien vite. La liste de ses connaissances était courte. La liste de ceux capable d'arriver ne serait-ce qu'à la cheville de la Protectrice disparue, inexistante. Elle sourit cependant, imaginant KöH à la tête de cette Cité qu'il désirait tant protéger... Ça vaudrait le coup d'oeil !

Elle se leva à son tour, chassant le chat Sylvestre de ses genoux, et entrepris de ramasser chaque lettre cachetée sous l'exhortation de Ruby. Il y en avait tant cependant qu'elle renonça à les porter et créa un semblant de boîte de glace pour tout jeter à l'intérieur. Ceci fait, elle salua poliment Ruby – méprisant superbement Armand comme il devait s'y attendre – et lui adressa un sourire avant de s'éclipser. Elle avait du travail, et pas qu'un peu, et être congédiée ne la froissait pas le moins du monde. Au contraire, elle en était presque reconnaissante, incapable de supporter la présence du Vampire plus longtemps.


edit rub : Raaah, bah dit donc, tu es rapide XD
edit groupie : Oui, je n'ai que ça à faire en ce moment ^^;
Revenir en haut Aller en bas
Armand Sulimo
Nombre de messages : 319
Âge : 29
Race : vampire
Poste : Bras Droit de Sybaris
Magie Contrôlée : eau

Feuille de personnage
Puissance:
870/1000  (870/1000)
MessageVen 18 Sep 2009 - 15:40

Armand était toujours aussi déterminé. D'une part à assurer la pérénité de la citée et de l'école, d'autre part à assurer Ruby dans le fonction qu'elle occupait déjà d'elle même sans l'accord de tous.
Evidement le problème était différents pour les mortels que pour les vampires ou les démons. Ces deux derniers se soumettant à un chef par craintes et non par adhésions indiviuelle ou collective...

Armand regarda Coralline sortir, sans même répondre à son sourire avant de reporter son attention sur Elwing.
Celle ci suivis également de ces yeux d'herbe le départ de Coralline, sentant la fin des calins.
Ses yeux passèrent sur Ruby mais sans s'y attarder. En effet Elwing savait reconnaitre les personnes froides dès le premier abords...
Puis elle choisis de rester là où elle était, près de la porte, à attendre qu'Armand sens aille ou la prenne dans ses bras.


De son côté, celui ci observait à présent Ruby avec le plus grand intéret, ses yeux verts émeraudes chercchant à déchiffrer la moindre parcelle de visage de cette dernière. Sondant son être de l'int"rieur depuis l'extérieur...
Une idée surgie soudain dans l'esprit de notre vampire. D'aucun l'auraient jugés farfelus, surtous en ces sombres temps où la volontée d'un seul pouvait faire basculer tout un royaume, mais elle avait le mérite de paraitre désintéréssée. De le paraitre tous du moins...


"-Oui et non. La livrée oui. Sans préparation aucune nullement. Toutefois nous pouvons encore changer la donne. La Citée parrait faible car contrairement aux démons nous n'avons pas de chef charismatique, ou plutot tyranique, qui inspire crainte et terreur autant dans ses rangs que chez l'ennemis. Bien qu'une certaine forme de respect vous précède toutefois.
Nous sommes à présent san chef, officieusement du moins.
Tout en chacun s'attend à une révélation. Alors pourquoi ne pas tout changer? Ou plutot une partie.
Conservez la Direction de cette école, car tout en chacun ne peut concevoir tout le potentiel de la magie que nous enseignons. Mais nommez des "représentants", ou tous nom que vous voudrez leur accorder, pour régir la citée.
Ainsi vous ne ferez pas office de tyran.
Le risque étant une dispute politique pour le pouvoir, mais mis à part vous le faire prendre dans son intégralité je ne vois pas autre chose...

Quel que soit votre choix sachez que je serais à vos côtés quoi qu'il arrive et quel qu'en sois le prix..."

Armand termina sa phrase en s'emparant d'une main de Ruby et en la baisant doucement avant de la lacher.
Impassible, ses yeux seuls exprimant soutient et compassion, animaient son visage tandis qu'il attendait.

_________________________________________________________

Fan number one de Di et Sybaris! Je vous adore!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Ruby
Prophétesse
avatar
Nombre de messages : 4776
Âge : 37
Race : Peuple de Cristal
Poste : Errante - Prophétesse
Magie Contrôlée : Arcanes de l'Eau

Feuille de personnage
Puissance:
990/1000  (990/1000)
MessageDim 20 Sep 2009 - 8:45

Elle accepta son touché, le contact de sa lipe gourmande sur le recto de sa senestre d'albâtre. Nombreux étaient morts pour moins que ça, nombreux avaient souffert pour un peu plus, mais elle ne le gifla pas, ni ne le fit exploser en particules de matière glacée : elle avait besoin de lui, besoin de sa tranquille force et de sa confiance en lui-même et en elle aussi, besoin de sa silhouette découplée passe partout là où la couleur caractéristique de sa peau était plus que visible. Elle se rassit dans son trône, le dos droit, épine dorsal aussi inflexible que sa volonté, et laissa l'idée de diriger la cité flotter dans son esprit, jouant avec son tranchant, avec l'attirance, la fascination et la crainte, l'ivresse du pouvoir.

Elle ? Diriger Elament ? Elle n'en avait jamais rêvé, ne l'avait jamais voulu, n'y avait même jamais pensé sérieusement, juste des "si" jetés dans le vent "si je dirigeais Elament, telle chose ne serait pas pareille", puis elle courait librement dans la forêt, pourfendre si et là, briser quelques os et se délecter du flux inconstant du sang, sa liberté passant avant. Mais c'était tout. Il lui offrait, comme ça, comme on donne une pâtisserie à un enfant, pire, il proposait de mettre en place un système qui existait déjà : un conseil. Seulement, il n'en faisait pas partit et n'était donc pas au courant de son existence, c'était tout.


" Traîtrise. " Murmura-t-elle. Oui, c'était de la traîtrise, elle n'était pas la dirigeant de cette cité, elle ne faisait que l'intérim, dans le secret le plus total, pour que les démons ne pensent pas la cité affaiblit. " Je n'ai aucun droit sur le trône élémentaire. "

Le regard plein de ferveur du vampire était une douleur en soit. Elle allait échouer, elle allait briser leur confiance et tout détruire. Pourquoi ne provoquait-elle jamais que la haine, la peur ou la ferveur ? Elle touchait du doigt la plus haute marche, et par la même occasion la possibilité de tout changer, d'opérer des modifications là où elles étaient nécessaires, pas comme Layna ou Naciniah, elle pouvait devenir la Reine Guerrière, apex de la perfection recherchée par les filles de sa race... Et écraser les démons sous son talon. Mais il fallait pour cela passer outre ses principes de hiérarchie : elle n'était là que pour obéir, pas pour diriger, mais sa nature fluctuante lui chuchotait l'inverse.

Quelques lignes de l'Ôde du Pélerin lui revinrent en mémoire. Elle avait apprit cette litanie sans le faire exprès, à force de l'entendre réciter par des petits enfants sans-dons allant dans l'école secondaire de la cité pour les rejetons d'élémentalistes...

" Ils trempèrent leurs mains dans le sang des Anges Infortunés,
Et répandirent l'ichor sacré sur la pierre de la Muraille des Pères Premiers,
Savaient-ils qu'en cela ils maudiraient les futures générations ?
Je ne pense pas - Les Prophéties sont des mensonges,
Qui pensa qu'Elament la Belle, Ôh Songe,
Serait le bastion de massacres, de famines, d'invasions ?
Ils avaient bâti la ville pour nous protéger de nos pères, Sans-Dons,
Elle deviendrait le refuge contre nos cousins, Enfants de la Pervertion.
Mais toujours demeurait la possibilité, le risque,
Qu'en ses murs nos frères s'entre-tuent dans de futiles rixes. "


Paroles de prophéties relatant l'histoire de la cité et son futur maudit. Après tout, toutes les dirigeantes n'étaient-elles pas mortes ou avaient disparut dans des circonstances troubles ? Il y avait, de plus, toujours la possibilité de guerres intestines, de combats fratricides. De là, les reines du passé n'avaient trouvé qu'une solution : rallier tous le monde sous la bannière de la haine contre les démons, et sous celle, bien moins brillante, de la recherche de la connaissance absolue dans les arts élémentaires. Il fallait qu'elle y réfléchisse, qu'elle réfléchisse sérieusement à la possibilité de diriger la cité. On devenait rarement dirigeant par volonté, disait un diction de chez elle, mais par nécessité, le pouvoir confié entre les mains d'une personne ne le désirant pas bien mieux manié que dans celles d'une personne qui l'appelait à ses voeux.

Sa voix, tranchante, qui n'avait fait que chuchoter les vers de l'Ôde, s'éclaircit et résonna plus fort :


" Notre passé est pour moitié fait de conflits internes, je n'aspire pas à être la prochaine icône d'un massacre Elamentiens. Mais s'il faut que je prenne le pouvoir pour assurer notre survie, et bien soit, et que s'en viennent les bourreaux sur le pas de ma demeure s'il le faut. Je les recevrai comme j'accueille le blizzard. "

Ruby serra les lèvres, fronçant les sourcils. Il fallait faire le premier pas, le premier geste. Elle désirait toujours mettre quelqu'un de plus apte qu'elle sur le trône, mais en attendant, il fallait bien que quelqu'un tienne les rennes de la cité. Distraire la foule pour se donner le temps de réfléchir et d'agir. Pour le moment, tout ce qui pouvait être fait était fait : il y avait des espions dans les enfers qui enquêtaient sur le Haut-Roi d'En Bas, il y en avait dans la cité qui tendaient l'oreille aux rumeurs, le commerce allait bon train, même si les razzias et les attaques des démons lésaient le flux de marchandises, le ménage se faisait lentement dans la cité, mais surement, elle avait du temps devant elle...

Sauf... Le Chef des Traqueurs.


" Je dois sortir, pour trouver le chef des Traqueurs. " Mais aussi pour apaiser l'Appel qui résonnait dans son crâne aussi violemment que des vagues heurtant une falaise. " Ma porte vous est ouverte quand vous le désirez, nuit et jour. " Elle se leva en soupirant. Même la surface lisse et dure du trône de glace était accueillante pour ses muscles pétri de fatigue...

_________________________________________________________

http://elament.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» Inquiétudes...
» Inquiétudes à Astranaar
» Evanouissement et inquiétudes... (Suite de Surprise en forêt) [Pv Yumiko]
» Il ne fallait pas s'inquiéter pour moi, c'est trop gentil. [PV Le seigneur fou]
» Vos Études ?