Partagez | .
 

 Pintes et Causeries Nocturnes [Privé Rork]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Mélody Heribergen
Marchande
avatar
Nombre de messages : 17
Race : Fée Mystérieuse
Poste : Aubergiste
Magie Contrôlée : Eau

Feuille de personnage
Puissance:
510/1000  (510/1000)
MessageSam 6 Juin 2009 - 17:33

[Suite de ]

Tentative d'imagination. Stop. Géranium. Stop. Poésie. Stop. Gros blanc de réflexion intérieure et mise en route de la machine à reconstitution de scène… Ahaha. Ridicule ! Essayez de visualiser, juste pour rire, une femmes des plus élégantes arroser ses beaux géraniums tout en déclamant quelques vers lyriques et recherchés… Qui finiront vite en éclat de rire ou en insultes, au choix, avant que l'arrosoir ne finisse projeté dans le mur le plus proche et qu'elle n'use de son pouvoirs pour noyer ces fleurs ingrates demandant bien trop d'attention pour ce qu'elles sont. Ah… oui, la vision romantique était bien éphémère. Cause de son éphémérité : Son invraisemblance. Toutefois ironiquement amusante. Mais Mélody laissa de côté cette image décalée pour acquiescer à la réponse de Rork. Il n’avait effectivement pas besoin de raison puisqu’elle ne le forçait à rien, mais puisqu’il venait d’accepter, voilà qui était fait ! Direction la taverne, donc. Vous pensez bien qu’elle était tout à fait satisfaite de ramener un client avec elle ! Et puis, quitte à tailler le bout de gras, autant le faire sur son lieu de travail, là où elle pourrait tenir tout le monde à l’œil en même temps. Efficacité, toujours.

Avec un sourire en coin plus ou moins flatté – le sobriquet de "belle" étant très souvent utilisé sans qu'elle n'y voie ni moquerie ni séduction véritable, juste une appellation comme tant d'autres -, elle prit donc les devants comme on le lui proposait, pour la forme, mais attendit après quelques pas que le nain revienne un peu à sa hauteur – Non, vraiment, aucun commentaire – pour lui répondre, un tantinet surprise :

"Ah bon ? Faut dire qu'à part pour les courses, je passe pas beaucoup dans la Cité. Tant mieux si le bouche à oreille fait son ch'min ! Je crois que ça marche oui, parce qu'on a un bon petit monde. Pas toujours du très recommandable… Enfin, c'est une auberge, pas un palace !"

Elle marqua une pause. Des gens glauques, il en passait comme il en passe toujours dans ce genre d'établissement. Inutile pour certains de se cacher sous une enseigne pseudo-raffinée, car au final les choses restaient les mêmes ; Elles étaient juste plus habilement dissimulées sous couvert de luxe et de feutré. Ce que Mélody détestait par-dessus tout dans sa taverne étaient les filles qui ramenaient des clients pour avoir une chambrée. Quitte à mettre le boxon quelque part, ils n'ont qu'à aller faire ça dans la nature, l'eau, les arbres, l'herbe et les fourmis ! Sans blague. Après c'était une horreur à ranger pour le personnel, et les découvertes étaient parfois sérieusement peu ragoûtantes. Elle avait appris à en repérer certains avec leurs manèges et, en cas de récidive, leur interdisait les chambres. Elle ne pouvait vraiment pas se permettre de racheter sans arrêt des draps et des meubles neufs, elle allait finir déficitaire ! Alors il fallait faire une croix sur l'argent qu'ils donnaient pour payer la chambre, afin d'éviter de payer soi-même plus cher derrière, et à leur place !

"En fait ce qui doit faire le charme, c'est le fait que la magie ne fonctionne pas. C'est un gros avantage. Ca empêche pas certains de frapper fort, mais on est déjà plus à armes égales en cas de pépin ! Et je te cache pas que certains doivent aimer fricoter avec des bouts de démons pour monter des magouilles diverses qu'ils pourraient pas faire entre élémentalistes."

Dans la semi-pénombre, elle adressa un clin d'œil éloquent mais quelque peu amer au nain. En effet, si elle était du genre à s'amuser de la situation car après tout, dans l'immédiat rien de grave n'arrivait dans l'enceinte de l'auberge ou aux alentours, en général ces "magouilles" n'étaient pas que de simples arrangements à prendre à la légère. Dans une vision plus large des choses, ils pouvaient conduire à d'autres arrangements moins sympathiques pour la Cité, ou même pour les Démons, qui sait… En tout cas si elle devait développer, il était clairement indiqué qu'elle ne le ferait pas dans un tel endroit ; Etrangement l'auberge, lieu bondé, était plus susceptible d'accueillir des oreilles désagréablement traînantes, mais c'était là que les conversations, au milieu des autres, se noyaient le mieux. Ils arrivèrent finalement au bas de la Tour, et, sans se presser, prirent le chemin de l'Auberge, presque bras-dessus bras-dessous, en tout cas en devisant assez simplement.

"Et toi alors, ça afflue la clientèle ? D'après ce que je connais d'ici, les gens ont une sacrée marotte à vouloir ensorceler toute sorte d'objets pour se la donner un peu !"

En tout cas ça jasait bien sur le sujet, de tout temps ça avait été une mode assez présente. De là à ce que tout le monde se précipite pour le faire concrètement une fois la boutique de l'Ensorceleur ouverte, c'était autre chose. Surtout à cause des tarifs en fait, ça en faisait reculer pas mal ! Sur le chemin, ils n'eurent aucun problème ni anicroche, la nuit semblait plutôt calme. Sûrement que l'hiver engourdissait même les plus enhardis des prédateurs. En tout cas, Rork et Mélody arrivèrent sans encombre à l'Auberge des Cent Âmes, où l'un pourrait passer une partie de la soirée et où l'autre pourrait poursuivre son travail de gestion générale. Comme elle avait proposé l'endroit, Mélody entreprit de servir elle-même son comparse, chose rare puisque ce qu'elle servait le plus souvent lorsqu'elle intervenait auprès des clients, c'étaient les mandales.

"Alors, qu'est-ce que monsieur prend ?" lança-t-elle joyeusement sur le ton du "comme d'habitude, je suppose ?", déjà prête.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Rork Baruk
avatar
Nombre de messages : 174
Âge : 32
Race : Nain
Poste : Enchanteur ~ Père de la Résistance
Magie Contrôlée : Terre

Feuille de personnage
Puissance:
661/1000  (661/1000)
MessageDim 28 Juin 2009 - 17:04

Spoiler:
 

Après une scène de théâtre burlesque au sommet de la Tour des Vents, pour le seul bénéfice des chauves-souris de passage, les rues d'Elament virent à leur tour passer les deux compagnons. Enfilant une ruelle après l'autre, tous deux traversèrent tranquillement la ville en direction de l'Auberge. Il n'est pas toujours sûr de se promener la nuit, comme le prouva la rencontre avec un ou deux passants suspects, dissimulés sous leurs capuches. Aucun ne vint leur chercher des billes, ce qui évita que la situation ne tourne à la bagarre.

Ils passèrent la lourde porte d'Elament sans encombre. Elle semblait dépourvue de toute surveillance, bien que Rork crut déceler une silhouette les regardant depuis la muraille. Etait-ce l'un des gardiens, KöH l'aasimar, où la femme aveugle à la langue de vipère? Le Nain ne les connaissait pas suffisamment pour décider, ni n'y voyait assez bien la nuit pour reconnaître exactement le veilleur. Du reste, il pouvait s'agir d'un banal habitant en virée nocturne.

Quelques centaines de mètres sur la route, tout en écoutant Mélody lui raconter les nouvelles. Il répliqua d'une grimace aux ennuis évoqués par cette dernière, sans faire de commentaires. Effectivement, le problème des auberges, c'est bien qu'il faut compter avec un certain pourcentage d'indésirables. De ceux qui y voient un terrain rêvé pour les opérations louches, ceux qui la considèrent comme un baisodrome et ceux qui y finissent invariablement ivres-morts ... enfin, comme le disait la jeune femme, la magie n'y avait pas d'emprise. Même si les professeurs d'Elament en personne n'avaient jamais réussi à expliquer le phénomène, mais c'était une idée très loin d'être stupide d'avoir bâti l'auberge à cet endroit précis.

"Ouaip. Et c'est aussi mieux pour ton auberge, d'ici qu'un ivrogne décide de déclencher une bonne tempête ou une coulée de lave dans la salle... "

Rapidement, l'Auberge se dessina devant eux. Fenêtres d'un jaune lumineux, hospitalières ... quelques mètres en arrière, les premiers arbres de la Forêt Darke en paraissaient d'autant plus noirs. Il ne fait pas bon aller marcher sous les branches quand la nuit est noire. Il valait mieux pousser la porte de chêne, écouter les rires qui y résonnaient, sourire, entrer ...

Une fois à l'intérieur, assis sur un tonneau (plus haut qu'une chaise normale, détail qui avait son importance), Rork regarda la jeune femme faire le tour du comptoir et lui proposer sa boisson habituelle. Il cligna de l'œil en guise de réponse, sans se donner la peine d'énumérer l'une des 365 raisons qui poussent le nain à boire de la bière - une pour chaque jour de l'année, disaient les vieux de sa cité natale. Il préféra répondre à la question posée plus tôt à propos de son propre commerce, tout en admirant les formes de la jeune femme, penchée sur le robinet de la pompe mécanique. (Comment ça, pervers? Non mais, depuis quand se rincer l'œil est interdit?)

"Ca va. C'est pas la cour du prince, mais j'ai assez d'clients. Mais j'aimerais bien qu'on m'demande d'enchanter autre chose que des épées, ça devient monotone!"

Rork se gratta un instant la tête. La plupart des clients rêvaient d'armes enchantées. Au moins, cela rapportait - cela lui permettait de tourner avec assez peu de clients, mais tout de même. Soudain, le souvenir de Faust lui traversa l'esprit. Il n'avait toujours rien trouvé à ce sujet dans sa bibliothèque, mais il comptait bien poursuivre ses recherches.

"Encore qu'ya moins d'deux lunes qu'un Cornu m'a demandé le truc le plus fou que j'aie entendu dans cette cité... pas plus loin qu'à cette table-là!"


Le doigt de Rork indiqua une table de bois à l'autre bout de la salle, table actuellement occupée par deux énorme gaillards occupés à se raconter quelque hilarante histoire de chasse ou de guerre.

"Et toi, du particulier ces derniers jours? C'est quoi le dernier ragot en date?"

_________________________________________________________


°~ L'Ultime Pouvoir est de Créer


Dernière édition par Rork Baruk le Lun 6 Juil 2009 - 5:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mélody Heribergen
Marchande
avatar
Nombre de messages : 17
Race : Fée Mystérieuse
Poste : Aubergiste
Magie Contrôlée : Eau

Feuille de personnage
Puissance:
510/1000  (510/1000)
MessageDim 5 Juil 2009 - 21:20

D'un œil aguerri, Mélody scrutait toute la pièce, cherchant le moindre petit détail qui aurait pu trahir une défaillance dans la surveillance de ceux à qui elle avait légué le pilotage un peu plus tôt. Elle frappa soudain du poing sur le comptoir, montrant de son autre doigt l'un des serveurs et lui ordonnant de débarrasser la table du fond, sous l'escalier, qui devait être oubliée depuis un bon quart d'heure au vu des mouches qui tournaient déjà autour des plats délaissés. Certes ils étaient occupés et l'auberge était bondée, mais une table non débarrassée était autant de places en moins pour de futurs clients ! La Fée s'en retourna alors à son client qui lui parlait de ce dont il avait lui-même été témoin… Notre gérante vit là l'occasion de faire une bonne blague :

"Un Cornu ? Il était cocu ?" interrogea-t-elle, tirant la langue en souriant.

Hop, ça c'était casé. Puis le Nain demanda des nouvelles de l'endroit, des potins venus d'entre les tables... Voilà un sujet qui plaisait à l'attentive tenancière !

"Dernier ragot ? Ahaha ! Et pas qu'un... Dommage que la moitié ça soit que de la coucherie !"

Comme de bien entendu, les ragots se faisaient en messes basses, c'était de tradition : Aussi Mélody se pencha-t-elle par-dessus le comptoir pour glisser à l'oreille du nain :

"Le maître d'armes vu aux prises avec une rouquine à longs cils… C'est celui qui tenait la boutique entre deux propriétaires qui a vu passer ça. Il m'a dit que le type avait un mal fou à tenir en place, à mon avis y avait de la magie derrière le charme de la dame et il était pas très tranquille !"

Elle servit la bière habituelle avec le sourire commercial qui allait avec – bien qu'il n'y en eût aucunement besoin, mais que voulez-vous c'était l'habitude – et reprit son commérage, bien contente de faire partager les potins :

"D'ailleurs ça vient de là que je fais attentions avec les chambres ! Apparemment c'était pas la première fois qu'elle s'amenait quelqu'un, il m'a dit de faire attention. Et y a pas longtemps que moi je l'ai revue avec un autre !… Tu sais pas qui ? Un assistant… Sulimo.."

Et elle acquiesça avec un air grave, assurant que "si, si, ma bonne dame, c'était lui !". Elle l'avait reconnu, puisqu'elle l'avait vu arriver l'année précédente pour épauler Ruby alors qu'elle, son année et ses examens bouclés de façon assez chaotique, prenait enfin la poudre d'escampette de l'école. Le jugeant à la tête, elle n'aurait pas aimé l'avoir en cours !

"Déjà qu'il s'amuse avec des écolières, t'as qu'à voir… Ah et puis t'aurais vu le petit jeu de malins… Une vraie parade amoureuse de paons ! Enfin, ils sont partis grailler un morceau dehors, j'ai pas eu à me plaindre."

Comme c'était la nuit, elle n'avait même pas pu les surveiller très indécemment par la fenêtre. Mais c'en était déjà bien assez ! Elle recevait l'Atia comme bien des gens, et savait que ce Sulimo avait sa réputation de coureur de jupons. Il devait être habitué à entendre parler de ses propres aventures palpitantes et peut-être s'en fichait-il, mais ce qui importait avant tout pour les badauds était de s'indigner un bon coup. Et puis ça suffisait pour couvrir une certaine rouquine de soupçons… Les rousses allaient devoir se cacher – ou se teindre les cheveux – pour ne pas être regardées de travers !

"Une démone, j'te dis", maugréa la Fée en réceptionnant les plateaux vides de la table à débarrasser.

Ou juste une prostituée consciencieuse… Ou nymphomane. Mais à ce moment-là, il y a des maisons closes pour travailler. Bref, ça nourrissait les ragots et ça faisait réfléchir quelques cervelles en mal de sensations. Mélody déversa les déchets dans un vulgaire sac en toile pendu sous le comptoir et la vaisselle dans la bassine remplie d'eau prévue à cet effet, continuant à voix basse :

"Et hier, j'ai entendu quatre encapuchonnés parler d'assassinat… Au tarif auquel ils se fixaient, je peux te dire que c'est pas du paysan qu'il vont tuer…"

Avec un sourire en coin satisfait, elle réceptionna un paiement et alla tirer deux autres bières à la demande d'un client posté dans une alcôve. Elle déposa le tout sur un plateau et laissa la charge de livrer commande à l'un des serveurs, comme à l'accoutumée. Ayant fait la tournée des derniers petits racontars et autres "les murs ont des oreilles", la Fée entreprit de se renseigner à son tour, sur un ton aussi décontracté :

"A propos de magouille j'allais justement te demander ce qu'il voulait, ton cocu… Allez, raconte, il t'as demandé de fabriquer une cage pour sa femme ?"

Elle poussait évidemment dans le comique de répétition, et savait pertinemment que le type n'était pas cocu.. Enfin peut-être que si, mais que ça n'avait rien à voir. Quoique, allez savoir, consulter un Enchanteur pour régler ses problèmes de couples par la magie, certains en seraient bien capables. On dit que ça pimente la relation et que ça ravive la flamme...

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Rork Baruk
avatar
Nombre de messages : 174
Âge : 32
Race : Nain
Poste : Enchanteur ~ Père de la Résistance
Magie Contrôlée : Terre

Feuille de personnage
Puissance:
661/1000  (661/1000)
MessageJeu 9 Juil 2009 - 21:04


Le regard du Nain pétilla littéralement de plaisir en voyant la chope qui venait d'être posée devant lui. La mousse légère, dorée, pétillante comme un jour de soleil, avec ce délicat reflet de miel qui ne dure que quelques semaines, entre une bière à peine trop jeune et une autre déjà passée. Puis dessous, à peine devinée, le breuvage d'ambre dont la fragrance musquée arrivait aux narines sans même avoir à tendre la main. Une bière de roi. Sans doute importée directement des brasseries de Pommeuse, dans les terres d'Erestrée. Ah ... la diplomatie ne faisait pas partie des qualités de Mélody, mais quand à ses talents de tenancière et de sommelier, elle aurait fait face sans sourciller aux plus grands noms des cités sur les trois continents qu'il ait visité. Et vous servir discrètement un joyau pareil, au milieu de paysans incapables de l'apprécier, c'était s'attirer la fidélité du client - même d'un client Nain, c'est-à-dire de l'avis de Rork, un connaisseur.

Lentement, savourant chaque seconde, il porta la chope à ses lèvres et absorba une longue gorgée, selon l'angle exact nécessaire pour ne pas se mettre de la mousse plein la moustache. Tout en se livrant au plaisir des papilles, il ne perdait pas un mot de ce que disait la gérante. Pour preuve, ses yeux gris, brillants sous les sourcils blancs, se relevèrent par-dessus le bord de la chope quand Mélody mentionna les dernières frasques d'une certaine rousse. Rork baissa le bras et croisa les bras sur le comptoir.

"Vega et Sùlimo, hein..."
répéta-t-il pensivement - et jamais l'expression "sourire dans sa barbe" ne fut plus justifiée qu'en cet instant. "Mouais ... Que ta rouquine se fasse les hommes qui passent, j'veux bien. Mais si on n'la voit qu'avec des Maîtres d'Armes ou des Assistants des pontes, j'parie ma barbe qu'on entendra parler d'l'histoire avant peu ..."

Il s'interrompit, car son interlocutrice venait de s'éloigner pour encaisser quelques Elamentias et servir de nouveaux clients. Il n'en prit aucunement offense, car la pratique était compréhensible. Mélody était une collègue d'artisanat (quoique leurs domaines différaient quelques peu), donc les gains étaient sacrés. Quand aux arrivants, ils étaient des collègues buveurs, et la soif était sacrée aussi!

En revanche, ce qui lui plut moins fut l'haleine putride de l'individu ivre qui vint s'asseoir juste à côté de lui. Par toutes les foutues pierres de Siddarthâ, cet imbécile pourrait se faire engager dans la dératisation à grande échelle, il y obtiendrait d'excellents résultats ... et de plus, il devait être de mauvaise fréquentation, car quand Rork lui lança un regard d'avertissement, l'autre le prit très mal. Lourdement, il posa sa main sur l'épaule du Nain, dans un geste plus menaçant qu'amical, et éructa quelques mots. Déjà passablement imbibé, il était aussi compréhensible qu'un Troll enroué, mais le ton suffisait à faire comprendre que la bagarre était très près d'éclater.

Rork se réserva und ou deux secondes de réflexion. Envoyer son poing dans la figure du provocateur? En temps normal, s'il avait été de mauvaise humeur, il aurait adopté la solution avec enthousiasme. Mais il était actuellement en train de passer une excellente soirée, et entamer un pugilat ne ferait que la gâcher. Il se décida pour l'intimidation. Sans piper mot, il leva la main et agrippa le poignet de l'homme, l'obligeant à ramener sa main vers la table. Celui-ci tenta de résister, enhardi par le fait que son adversaire était plus petit que la moyenne. Mal lui en prit... Sous la peau du Nain, les muscles noueux jouèrent, ces muscles habitués à transporter des barres de fer et des quartier de roche. L'homme grimaça en sentant la poigne de cette formidable patte, qui serrait son poignet à le broyer. En guise d'avertissement final, Rork ajouta un regard en biais, le plus menaçant qu'il put imiter (la tête légèrement renversée en arrière, écarquillant la paupière, montrant exagérément les dents). Or, les ivrognes réagissent violemment devant une agressivité modérée, mais placés devant une situation imprévue et inquiétante, l'alcool fait rapidement perdre pied. L'indésirable n'échappa pas à la règle, et finit par rompre l'affrontement muet, inquiet devant ce personnage au poil hirsute qui le regardait comme un psychopathe prêt à entrer en crise de folie. Cahin-caha, il repartit vers le fond de la salle, oubliant qu'il était venu chercher un nouveau verre d'alcool fort. De son côté, le Nain retourna avec satisfaction à sa bière, songeant que plutôt que d'utiliser la magie à tout va, les vieux "trucs"comme une belle grimace fonctionnaient tout aussi bien ...

Quand il se retourna à nouveau vers l'autre côté du comptoir, Mélody terminait de servir ses clients et revenait pour la suite de la conversation. Bien quelle n'en laissait rien paraître, le Nain se doutait qu'elle n'avait sans doute rien perdu de la scène. Malgré son joli minois et son sourire classé vente, la fée avait la manie de surveiller tout ce qui bougeait, comme munie d'une paire d'yeux derrière la tête. Il ne releva même pas l'incident, au fond banal.

"Mon Cornu? Tu ne devinerais jamais... accroche-toi à tes jupons : j'sais pas si c'est pour courir la pucelle ou mener des trafics, mais y'voulait que j'lui trouve un moyen de changer de race! Le pire est que vu que c'est pas impossible, j'ai bien envie d'essayer. Après tout, z'ont bien changé la race de l'humaine qu'est arrivée l'autre semaine. Ce gars, j'l'imagine tout à fait en nymphe ou en lutin!"

Rork accompagna sa conclusion de son rire sourd - hugh, hugh, hugh - avant d'achever sa boisson avec un grand soupir satisfait.

"Aaah. Huit-Lunes, un Elfe te dirait sûrement qu'c'est un nectar de dieux ou un truc du genre. Ca sonne ballot, mais il aurait bien raison. J'te demanderais presque d'm'épouser, mais j'tiens à la vie, tu m'pardonneras..."


_________________________________________________________


°~ L'Ultime Pouvoir est de Créer


Dernière édition par Rork Baruk le Jeu 23 Juil 2009 - 11:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mélody Heribergen
Marchande
avatar
Nombre de messages : 17
Race : Fée Mystérieuse
Poste : Aubergiste
Magie Contrôlée : Eau

Feuille de personnage
Puissance:
510/1000  (510/1000)
MessageVen 17 Juil 2009 - 21:20

Spoiler:
 

Mélody se borna à hocher la tête à la première remarque de son client. C'était surtout ça qu'elle avait relevé : Ca tapait dans le scandale justement parce que c'étaient des têtes de la Cités qui passaient leurs soirées avec la dame. Plus que de la magie dans le charme, elle devait avoir des idées derrière la tête… Et c'est à partir de ce moment-là que certains tournent la tête en marmonnant que "ça ne nous concerne pas" ! Carrément que oui, ça les concernait… Ils ne souhaitaient juste pas savoir. Toute une nuance. Mais la Fée ne réfléchissait pas à tout cela : Elle satisfaisait sa curiosité et utilisait ce qu'elle apprenait à des fins personnelles lorsqu'elle en avait l'occasion et le besoin... Mais mener des enquêtes ne l'intéressait pas. Tandis qu'elle était partie resservir des clients, il lui vint en tête une question : Comment ferait-elle chanter la démone si l'occasion se présentait ? Elle devait être plus que fière de ce qu'elle faisait, c'était indéniable, inscrit en gros sur son front, en lettres multicolores et clignotantes. Limite si elle ne disposerait pas des panneaux indicateurs un peu partout pour qu'on la retrouve. Hé, pourquoi ne pas en faire une attraction pour attirer plus de clients ? Mélody secoua lentement la tête pour elle même tandis qu'elle posait les bières sur la tables.

"Ouais bah faites gaffe, vous", avertit-elle froidement.

Lointaine, toujours dans son calcul de probabilités, elle s'en retourna tranquillement au comptoir sous l'œil stupéfait des deux clients, qui se jaugèrent mutuellement l'un l'autre dans un silence pesant avant de renifler leur bière respective d'un air suspicieux. Évidemment, ils n'avaient rien suivi du cheminement qui avait amené la Fée à dire cela. Pourtant, elle venait très clairement de les mettre en garde contre une démone, non ? Tout en remettant des plateaux en place et en s'apprêtant à servir une "Danse de la Nuit" bien fraîche, Mélody jetait un regard perçant au type qui repartait à sa place en titubant. Tant mieux que Rork l'ait fait repartir. Elle ne voulait pas de bagarre, surtout pas de sa part ce soir. Ce serait… Terriblement mal venu, pour rester courtois (et euphémisant). Et puis elle aurait eut bien de la réticence à le resservir. Pas tellement de question d'éthique ou d'inquiétude pour sa santé, mais vu son état, il cherchait déjà la petite bête (Rork) pour pas grand chose : Allez savoir ce qu'il allait trouver à faire avec une nouvelle couche d'alcool… Elle le ferait sortir plus tard, avant qu'il ne se lance dans un monologue politiquement contestable et ne soit la cible d'un fabuleux lancer de denrées alimentaires venues de tous les recoins de la salle… Ou à la fermeture de la boutique, tandis qu'il pioncerait encore, en travers de sa chaise, les bras ballants, des échardes incrustées dans le front et la bave aux lèvres. Mais tandis que cette vision d'horreur lui faisait bouillir le sang d'avance, elle adressa un nouveau sourire de speakerine au Nain qui dégustait son propre breuvage.

"Ne me chasse pas les consommateurs comme ça…", ironisa-t-elle à voix basse afin que seul Rork puisse l'entendre, ses yeux fixant toujours le buveur penaud.

C'était une façon de lui dire qu'il avait bien fait, pour toutes les raisons citées plus haut. Enfin, le nain répondit à la question, satisfaisant à son tour sa curiosité. Elle essaya de s'imaginer un peu, puis lança sans grande originalité :

"Non, sans blague ?…"

Elle suspendit sa réponse le temps de chasser de sa tête cette paranoïa qu'elle avait à voir partout des soûlards décidés à ruiner son mobilier et détourna le regard de sa cible. Pour se recentrer, elle remplit avec soin un élégant verre à pied de la fameuse "Danse de la Nuit", qui, malgré son nom prometteur, ne vous faisait pas mieux danser après ingurgitation, puis le déposa au centre d'un plateau qu'elle posa aussi sur le comptoir. Il attendait dans un coin où l'un des serveurs pourrait l'attraper en passant, sans avoir à se frayer un chemin chaotique entre les clients.

"… Ils ont changé la race de l'humaine ? Bah voyons…"

Oui, elle en était resté là dans son analyse. Il fallait dire que la réunion qu'avait provoqué l'arrivée de cette humaine avait été si mal fichue que Mélody n'était pas restée, et ne pensait pas s'y réintéresser un jour. Ses courses sous le bras, elle avait cru à un rassemblement intéressant, une nouvelle géniale, révolutionnaire… Et elle n'avait pu voir, de loin, que cette gamine trembloter au milieu de gens braillards. Bien que l'idée des porte-voix ait été particulièrement bien trouvée, elle s'était refusée à prononcer son avis, car si c'était pour dire "je m'en fous", on ne fait pas avancer le schmilblick. Si elle ne pouvait apporter efficacement une contribution scandaleuse au scandale déjà formé, elle se taisait. D'autres avaient secoué l'opinion mieux qu'elle, d'après ce qu'elle avait entendu avant de filer. Ils avaient finalement trouvé une solution, temporaire peut-être…

"Ils la gardent sans savoir ce qu'ils vont en faire, c'est plutôt amusant… Il va lui arriver des bricoles..."

La tête appuyée sur sa main, Mélody ricana un peu, puis adressa un clin d'œil à son interlocuteur.

"Enfin, j'espère ! Mais changer de race ça m'paraît bizarre. Surtout radicalement, quoi… Vrai, on peut s'demander ce qui passe par la tête de ton Tordu, comme idée. Et par la tête des autres, là... Entre lui qui te le demande et l'autre qui tremble à l'idée d'être changée, y a une bonne distance, aussi ! Bah, il est p'têt juste mal dans sa peau, ce petit…"

La dernière phrase resta en suspens à nouveau, sur un ton assez inconvaincu. Elle sourit à nouveau tout en contrôlant la propreté d'un autre verre qu'elle venait de laver, puis son regard vint à la bière que Rork tenait encore. Elle fit mine de contempler coquettement son reflet dans son verre, remettant en place une coiffure déjà impeccable avec la bouche projetée en avant avec la sensualité d'un poulpe.

"Oh, tu n'as pas besoin de ça pour la boire, ta bière, va !" rétorqua-t-elle avec un rictus en reposant le verre sur l'établi. "Et effectivement, inutile de mettre ta vie en danger, en comparaison, quelques pièces sont vite re-gagnées…"

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Rork Baruk
avatar
Nombre de messages : 174
Âge : 32
Race : Nain
Poste : Enchanteur ~ Père de la Résistance
Magie Contrôlée : Terre

Feuille de personnage
Puissance:
661/1000  (661/1000)
MessageJeu 27 Aoû 2009 - 21:03

[Tiens, c'est vrai pour l'Oréade ^^ Je corrigerai dès que possible!
Bon, je suis en arrêt dans un wifi de café, j'ai réalisé que je te fais attendre depuis un bout de temps, donc je tape en vitesse! Désolé du court, je ferai mieux au suivant Wink]


* * *

Les bras croisés sur la table, Rork ne répondit pas tout de suite. A la vérité, il réfléchissait. N'allez pas faire de visage étonné, cela arrive à tout le monde, et notre brave Nain ne fait pas exception à la règle. S'il emploie beaucoup d'énergie à se montrer plus bête qu'il ne l'est, il ne prend plus cette peine lorsqu'il est en compagnie des rares personnes à qui il fait confiance. Or donc, courtaud-sur-pattes avait de quoi penser, à mesure des réflexions de Mélody. La première commençait bien : faites gaffe, hein. Tout en notant l'avertissement au cas où, il émit par habitude un reniflement de sanglier en colère, comme si la seule idée d'avoir quelque chose à craindre l'indignait. Il envoya l'un de ses sourires grimaçants à la jeune femme.

« Tu t'intéresses à la santé du client? Bah, tu sais, vu ma gueule cassée, ya pas grand risque. Et puis, j'suis qu'un vieux bricoleur, pas un ponte du conseil comme ta ribaude les chasse. Tu m'vois assis sur une chaise à une table ronde? Me faudrait des coussins! hugh hugh! »

Le Nain émit son ricanement de trompette, qui se prolongea en entendant la suite. Des consommateurs comme celui qu'il venait d'éloigner, Mélody s'en passait probablement volontiers! Du reste, le particulier en question venait de rouler sous une table au fond de la salle. Il ne dérangerait plus personne pendant quelques temps...

Le Nain hocha la tête, répondant parfois d'un grognement approbateurs aux différentes remarques de la jeune femme, tout en la suivant du regard se pencher pour réaliser une Danse de la Nuit. Ne demandez pas s'il était en train de regarder sa poitrine ou d'admirer le vitesse à laquelle elle remplissait les verres – en homme et en Nain, il devait probablement apprécier le spectacle à double titre. Encore que la Danse de la Nuit ne soit pas vraiment la boisson qu'il préférait – trop sucré à son gout. Il ne releva pas la provocation de la tenancière à propos de ses pièces d'or, qui lui renvoyait sa plaisanterie aussi vivement qu'elle avait été reçue. C'aurait été peine perdue. Ne jouez jamais avec Mélody au jeu de la langue de vipère, vous étiez sûr de perdre!

Et puis, autre chose le préoccupait. L'humaine ... le sourire de Rork disparut lorsqu'il se remémora l'assemblée qui avait débattu du destin de cette gamine malchanceuse. La décision de la garder n'était pas la meilleure – c'était simplement la moins mauvaise. La tuer, c'était mettre les choses un peu loin, mais pas question de la laisser repartir. Les Sans-magie, c'était pire que les démons. Il n'avait vu qu'une fois de loin les côtes du continent des hommes, et n'en gardait pas un bon souvenir. Les marins disaient qu'ils étaient aussi nombreux que des fourmis, et très intolérants sur ce qui sortait de leur cadre habituel. Qu'ils restent chez eux – pas question qu'une gamine les appâte ici en leur racontant des histoires sur des cités pleines de joyaux magiques et d'armures brillantes. Dire que personne n'y croirait, c'était mal connaître l'avidité des mortels. Le mot « or », disait-on, suffisait à les rendre fous. Des vrais barbares.

« La gamine s'y fera » grommela-t-il finalement. « Y'a pas d'autre choix pour elle : j'la voix pas revenir chez elle avec des nageoires ou des ailes en plus. Pour le Cornu, j'vais faire gaffe quand même. Mais j'pense c'que j'pense... il l'a pas dit, mais à son air tout rouge, j'ai dans la caboche qu'ya une fille derrière tout ça. »

Rork leva les yeux au ciel, son sourire goguenard revenu.

« Si c'est ça, c'est plutôt lui qui est dans la m... »

Une explosion de vaisselle brisée couvrit le dernier mot, preuve que le hasard arrive parfois à point pour donner un coup de main à la politesse. A quelques pas de là, un client taillé en colosse, échauffé par le jeu, venait de balayer la table d'un geste large. Une chope et le pichet de terre cuite finirent par terre, la seconde chope s'envola dans les airs ... et la divinité de la Poisse choisit cet instant précis pour intervenir. Rork avait à peine eu le temps de se retourner, que le récipient et son contenu terminaient leur trajectoire droit sur lui. Il eut juste le temps d'intercepter la lourde chopine avant qu'elle ne le heurte, mais se retrouva inondé d'un liquide brunâtre. Un silence de mort tomba dans la salle pour quelques secondes, puis une vague de rires déferla. Le Nain dégoulinant resta figé, la main tenant encore le récipient, des gouttelettes d'alcool tombant encore de sa barbe, mâchoire serrée, retenant une colère sur le point d'éclater.

« ... »

_________________________________________________________


°~ L'Ultime Pouvoir est de Créer
Revenir en haut Aller en bas
Mélody Heribergen
Marchande
avatar
Nombre de messages : 17
Race : Fée Mystérieuse
Poste : Aubergiste
Magie Contrôlée : Eau

Feuille de personnage
Puissance:
510/1000  (510/1000)
MessageLun 7 Sep 2009 - 18:38

Spoiler:
 

Au rire du Nain, la Fée s'était contenté d'un sourire poli, laissant quelques têtes se tourner vers lui et elle. En effet, Rork n'était pas du gratin, et l'imaginer à une table de conseil quelconque pouvait paraître comique ; En réalité, cela pourrait bien lui arriver, selon elle ! Son Art était respecté, pour sûr que s'il n'était pas de la plus haute sphère, cette dernière ne se priverait pas de le ménager de toutes les façons possibles pour obtenir quelque chose de lui à la première nécessité. C'était bien comme cela que ça fonctionnait, que voulez-vous… Concentrée sur des commandes à préparer, elle le laissa en finir avec le sujet de son "Cornu", ne projetant pas de répondre dans l'immédiat. Le sujet était pour elle épuisé, voilà tout... Seulement, il finissait en queue de poisson… Ou plutôt en vol de choppe. Sursautant, l'aubergiste en oublia totalement tout sujet de conversation et toute conversation tout court, se saisissant par réflexe de la première arme à sa portée : Un couteau en mode séchage dans l'égouttoir. Le temps qu'elle comprenne, au vu du liquide brunâtre qui venait de salir un bout de son comptoir, qu'on avait attenté à son mobilier et à l'un de ses clients, et elle se crispa soudainement, loin de rigoler. Rouge de colère, fulminante, elle gronda comme un prédateur en chasse :

"Ne bouge surtout pas…"

Mélody ne s'adressait pas à Rork, mais celui-ci lui tournant désormais le dos, il ne put le deviner immédiatement. La phrase eut pour effet de faire revenir lentement le silence, et l'on n'entendit plus que le plancher qui composait l'estrade du comptoir craquer, les talons des bottes de la tenancière claquant dessus d'un pas mesuré des plus oppressants. Les yeux rivés sur le colosse, c'était bien à lui qu'elle s'adressait, même si la phrase pouvait s'appliquer à Rork assez accessoirement. De toute façon, le premier à bouger risquait désormais sa peau ! Sortie de son comptoir, réveillée de sa tanière, la Fée allait une fois de plus montrer qui était la cheftaine ici. On ne rigolait même plus de la mésaventure du Nain, on attendait : Les plus habitués étaient en train de se demander ce qu'elle allait inventer cette fois pour faire respecter son mobilier et ses couverts…

Lorsqu'elle fut descendue de l'estrade, on put voir qu'elle jouait à tapoter la paume de sa main avec le manche du couteau, son autre main le tenant par la lame de façon assez significative dans un tel instant. Elle n'eut plus qu'à lever ses bras au-dessus de sa tête et à fermer un œil pour que le colosse comprenne le message et commence à reculer vers la porte.

"Je t'ai dis de PAS BOUGAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAYYYYYY !!"

Il lui tourna le dos pour mieux trouver la poignée, mais fut stoppé quelques secondes dans son élan par le sifflement du couteau qui lui vrilla les oreilles pour se planter dans le bois, juste au-dessus de son épaules et à quelques centimètres de son cou. Malgré le ratage, certains client applaudirent. Sachant que l'aubergiste allait en vouloir à sa personne, le colosse optait visiblement pour un repli stratégique - aussi connu sous le nom de fuite -, sous les huées de ses comparses de jeu. Mais Mélody n'allait sûrement pas en rester là ! Elle traversa la salle en courant et passa la porte, coursant l'impudent empaffé qui n'avait pas pris soin de s'informer des règles et des sanctions du lieu dans lequel il avait pénétré. Les clients les plus proches des fenêtres les ouvrirent pour mieux voir la suite et fin de l'histoire.

"JE T'AI PAS AUTORISE A SORTIR, GROS MALIN !"

Un puissant bruit d'eau déferlant en vagues se fit entendre, noyant l'herbe, et fut succédé par un cri de surprise de la part du joueur en fuite. Un bruit mat, et quelques rires fusèrent dans le public : La Fée, restée à moins d'un mètre de la porte d'entrée, s'était contentée par flemme de courir de ralentir sa cible en lui collant une joyeuse patinoire sous les pieds. Désormais, le vaillant colosse glissait pitoyablement comme un poulain nouveau-né.

"Et j'veux plus t'revoir ici, t'imprimes ?!"

La Fée grommela quelque chose d'indistinct mais de sûrement pas très poli avant de retourner à l'intérieur, signe que le spectacle était fini. Elle n'oublia pas le couteau, bien entendu, et le tira du bois pour pouvoir le ramener à sa place parmi la vaisselle à laver. Sur le chemin du retour, elle passa près de la table renversée et l'inspecta : Au milieu des couverts, des boissons et de la nourriture renversés, elle trouva plusieurs pièces d'or, sûrement une petite partie des gains du jeu, qu'elle désigna dédaigneusement du doigt.

"C'est à vous, ça ?"

En vérité elle n'attendit aucune réponse, et, sous les yeux médusés des anciens compagnons de table du colosse, que certains autre clients regardaient toujours à essayer de se tirer de la patinoire avec un minimum syndical de dignité, Mélody ramassa le maigre butin, sans distinction quant à leur propriétaire. Si elle pouvait punir toute la table par cette action et ainsi faire en sorte que les copains du baraqué s'occupassent eux-mêmes de lui filer une rouste, elle en était satisfaite. Sinon, eh bien les sous payeraient une partie des dommages causés. Sa pile d'elamentias dans la main, elle s'en revint à sa royale tribune. Jetant négligemment le couteau dans une bassine, et l'argent dans ce qui servait de caisse provisoire, elle arrêta la serveuse qui, par habitude, revenait déjà de la cuisine avec une bassine d'eau et des chiffons propre. Elle préleva un chiffon, l'humidifia, puis chercha le Nain des yeux, l'ayant très facilement oublié sous le coup de la colère. Elle lui tapota l'épaule et lui tendit le chiffon en question, ricanant.

"Bon, pour excuser le désagrément, je t'en ressers une ?"

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» Nouvelle structure de la Partie Privée
» Entraînement chasse ! (privé Nuage de Corbeau)
» Le combat des Alphas [Privé] [Lexy vs Blackmist]
» Ed, Détective privé
» La patte dans le sac [privé Tempêtes de feuilles et Etoile d'argent]