Partagez | .
 

 Rendez-Vous Nocturne [Privé - un certain R.B]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Mélody Heribergen
Marchande
avatar
Nombre de messages : 17
Race : Fée Mystérieuse
Poste : Aubergiste
Magie Contrôlée : Eau

Feuille de personnage
Puissance:
510/1000  (510/1000)
MessageSam 23 Mai 2009 - 10:15



"C'est quoi c'te blague ?!..."

"Que mon intrusion ne te dérange pas" ? Ben si, carrément même ! Des grommellements incompréhensibles ponctués de jurons sortirent des si jolies lèvres de Mélody. Ce petit papier était d'une ironie qui ne la faisait pas rire du tout et l'attendrissait encore moins avec ses compliments en guimauve périmée. Et faux en plus. Elle avait pas d'accent, foutrebleu !

"... Crève."

Le papier finit en boulette et vola au hasard dans la pièce encore vide, la salle principale de l'Auberge des Cents Âmes. Il était encore tôt et elle n'avait pas ouvert ; En faisant le ménage restant et en mettant en place tables et chaises, Mélody avait trouvé cette missive bizarre, dans une enveloppe bien cachetée. Le plus étonnant avait été l'odeur de poivre qui en émanait, limite écœurant. Heureusement qu'elle bossait assez en cuisine pour la supporter ! Et voilà, en ouvrant elle était tombé sur ça. Cette stupide lettre d'amour signée R.B. Elle connaissait pas de R.B, bon d'accord, c'était un peu le principe de l'admirateur secret de pas être connu, mais de fait ça l'énervait car les gênés et les timides, dehors ! Elle avait pourtant encore bouffé personne, c'était pas dur de lui parler, ou au moins d'y remettre en main propres ! Carrément nazebroque. Du coup, elle y croyait pas, ça l'arrangeait bien. Tant pis pour lui… Pour elle ? Et si c'était une fille ? Bah, ça revenait au même, c'était un-e dégonflé-e. Tout juste le cran de se cacher pour glisser sa fichue lettre sous le comptoir. Sous le comptoir ! Dire qu'elle ne l'avait même pas vu ! Rien que pour la violation de cet espace sanctuarisé qu'était SON comptoir, l'expéditeur méritait la mort par noyade ! Mais malheureusement, elle ne l'avait pas sous la main et ne s'amuserait pas à chercher dans ses souvenirs ou à interroger ses propres clients sur ces initiales.

La jeune femme continua son travail, c'est qu'elle avait une boutique à tenir, elle ! Sol lavé, fenêtre idem, mobilier prêt, hop, c'était tout bon. Elle n'avait plus qu'à tirer le rideaux de l'entrée et mettre la petite pancarte "OUVERT" bien voyante. Et sa journée fila comme les autres. Elle avait oublié le message jusqu'à ce que, en foutant trois péquins ivres dehors, elle ne retrouve la missive sous la table renversée. Aaaah quelle malédiction ! Elle décida de la foutre au feu, mais quelque chose l'arrêta : Une idée géniale. Aller voir qui c'était et lui coller une bonne correction pour son manque de courage. Oui, c'était une bonne idée ! Et puis au moins serait-elle fixée : Qui sait, si c'était au moins un prix de beauté, elle pourrait lui pardonner.

La nuit était tombée depuis une heure à peine qu'elle laissa donc son commerce à ses aides, sans illusion ni confiance aucune. Elle estimait que si elle n'était pas sur place, tout se cassait la gueule : Et s'il y avait du grabuge en son absence ils paieraient tous, serveurs et clients, et pas que de leur porte-monnaie ! Ce qu'elle ne savait pas c'était qu'elle pouvait vraiment leur faire confiance, car la plupart avaient été traumatisés par ses colères et s'affairaient tous à ce qu'aucun bien matériel ne subisse de trop lourds dommages. Ou alors, tout bien élevés qu'ils étaient, ils dénonçaient le coupable, l'exposant à la fureur de la maîtresse des lieux. Et tout rentrait dans l'ordre. Bref, ce fut donc seule qu'elle partit à la Tour des Vents, avec pour toute arme une dague cachée sous ses jupons colorés et pour toute protection contre le froid un manteau pourpre. Elle ne craignit pas de faire mauvaise rencontre, de toute façon si une personne ou une créature se mettait sur son chemin, elle se rendrait vite compte du mauvais choix de sa cible. Non mais sans blague. La Tour des Vents… Elle n'y avait pour ainsi dire jamais fichu les pieds. C'était un coin pour les Aeras ça, et encore : Si tout le monde savait bien que c'était l'endroit favori d'Archael, ancien maître de l'Air disparu on ne savait où et qu'elle avait à peine entr'aperçu durant sa scolarité fraîchement achevée, il se disait que le lieu était particulièrement déserté désormais. Même le nouveau prof n'y foutait pas les pieds. Son intérêt devait être bien limité, et il l'était clairement pour la demoiselle qui aimait les lieux peuplés. Donc, pour ceux qui suivraient pas, les rendez-vous amoureux en pleine nuit, c'était intérêt zéro pour elle. Enfin bon, pas le choix, elle voulait voir qui était le (la ?) petit-e plaisantin-e qui l'avait amenée ici. Elle se rendit au sommet et constata qu'il n'y avait personne. Ca déjà, c'était de mauvais goût ! Mélody prit toutefois le parti d'attendre, de prendre son mal en patience pour quelques temps histoire d'en avoir le cœur net.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Rork Baruk
avatar
Nombre de messages : 174
Âge : 32
Race : Nain
Poste : Enchanteur ~ Père de la Résistance
Magie Contrôlée : Terre

Feuille de personnage
Puissance:
661/1000  (661/1000)
MessageDim 24 Mai 2009 - 20:33

Spoiler:
 


Minuit approchait sur Elament - et la tour des vents dormait sous la lune. Bien qu'il soit nécessaire, pour l'instruction des générations futures, de mentionner que cette poétique expression n'est pas toujours exacte. Justement, ce soir, de grossiers nuages se chargeaient de ruiner périodiquement l'ambiance, en plongeant le monde dans un noir de four à intervalles de dix minutes. Mais la nuit est belle pourtant, fraîche et calme. En regardant en bas, d'autres étoiles scintillent. Dorées, multicolores, toute une constellation de points de lumière, chacune abritant une vie. Une constellation nommée Elament.

S'il y a du vent? Bien entendu qu'il y en a, comment croyez-vous que cette tour s'appelle? Mais à part son léger souffle, pour le moment la Tour est déserte, hormis la fée mystérieuse attendant son prétendant. Dans l'ombre, un hibou passe, de son vol silencieux. Il guette, comme un fantôme, la musaraigne qui vient de pointer son museau entre deux pierres, prête à sortir de son trou pour une promenade nocturne. Comme chaque nuit, c'est l'un de ces drames minuscules et tragiques! Qui l'emportera? La vigilance toujours en éveil du petit rongeur, sa vivacité, ses réflexes foudroyants? Ou l'ombre silencieuse des serres et du bec cruel, surgissant brusquement de la nuit d'en haut?

...


Comme la réponse nous intéresse à peu près autant que la couleur de la chaussette gauche de Shaloa, laissons là le zoziau nocturne et son rat, et allons directement à l'essentiel. Pendant que nous faisons de la zoologie, un pas se fait entendre dans les escaliers de la tour. Un pas plutôt inégal, accompagné d'une respiration lourde ... ou c'est un cas particulièrement grave de somnambulisme, ou l'amoureux timide n'est pas des plus dégrossis. Il sera possible de s'en rendre compte bientôt, car le visiteur arrive au sommet des marches. Et bien entendu, c'est à ce moment que les nuages reviennent, histoire de compliquer les choses, en voilant légèrement la scène. Si Mélody est assez visible, se détachant sur le ciel nocturne, l'arrivant qui souffle en haut des marches se distingue mal, sur le fond sombre de la porte de la tour. On devine sa silhouette trapue, une musculature imposante, une crinière blonde ou blanche ...

La silhouette s'immobilise, dévisageant à son tour la jeune femme. Quelques secondes de silence, puis une sorte de soufflement étouffé se fait entendre.

"Pffffff..."

Et soudain cela explose.

"OUAHAHAHAHAHAHAHAHAHA !!"

C'est un rire monumental qui vient d'exploser - un rire qu'il est impossible de confondre avec aucun autre à Elament - un rire de Nain. La preuve en est donnée par la lune, qui semble avoir prit le petit billet amoureux au mot, car elle se pointe entre deux nuages. De ses poétiques rayons, elle éclaire les deux personnages de cette scène. Le premier est est une fée mystérieuse vêtue de son manteau rouge, où l'ombre du capuchon laisse deviner un visage délicat, pour l'instant barré par la contrariété. Le second est un personnage petit, barbu, solide, vêtu de cuir et absolument mort de rire.

Est-il nécessaire de présenter Rork l'Enchanteur et Mélody Huit-Lunes?

A sa décharge, il faut dire que notre Nain était déjà quelque peu imbibé en rentrant chez lui. En lisant la lettre, il s'était gratté la tête. Ce soir? A la tour des Vents? Sous la lune? Mais, c'était maintenant! Rork ne se faisant pas d'illusions sur son charme, la lettre ressemblait fort à une plaisanterie de mauvais goût. Mas l'un dans l'autre, on ne savait jamais - si par extraordinaire l'histoire était vraie, il ne pouvait pas laisser une folle enamourée attendre toute la nuit au sommet de la Tour.

Rork résolut d'abord le problème le plus pressant, l'alcool, en plongeant la tête dans une barrique d'eau glacée. Changé rapidement (la bière renversée sur les habits n'est pas indiquée pour un rendez-vous), il s'était ensuite dirigé droit vers le Square. Entrée de la tour, escaliers : bon sang, encore de l'architecture elfe, vu ce désagréable égoïsme de ne pas avoir prévu de marches pour les petites personnes! Enfin, après une demi-heure de montée, il était enfin arrivé au sommet. Pour avoir une surprise de taille.

C'est qu'on n'est pas Enchanteur sans avoir une qualité : la mémoire. Il se souvenait parfaitement des visages, des noms et des silhouettes - et celle-là, il ne pouvait pas vraiment se planter. Il fréquentait trop souvent l'Auberge des Cent Âmes pour ne pas connaître de vue la patronne. Huit-Lunes! Elle était célèbre, ses manières aussi. Plusieurs clients avaient déjà eu affaire à elle pour des ardoises non réglées, et curieusement, même les plus récalcitrants finissaient par payer. Rork avait déjà eu un aperçu de ses talents - pour une petite bagarre sans importance. Avec Huit-Lunes, on ne discutait pas : on vidait rapidement les lieux. D'ailleurs, pour séparer les groupes de bagarres, elle avait sa technique bien à elle, le lancer de chaudron de fonte dans le tas.

Bref. De ce qu'il en savait, elle n'était pas du genre à avoir le cœur facilement brisé. Alors, Rork essuya les larmes de rire qui lui coulaient sur le visage, et avec la délicatesse légendaire des Nains, mit les pieds dans le plat.

"Huit-Lunes, tu vas pas m'dire que c'est toi qui m'a envoyé c'billet débile?"

_________________________________________________________


°~ L'Ultime Pouvoir est de Créer
Revenir en haut Aller en bas
Mélody Heribergen
Marchande
avatar
Nombre de messages : 17
Race : Fée Mystérieuse
Poste : Aubergiste
Magie Contrôlée : Eau

Feuille de personnage
Puissance:
510/1000  (510/1000)
MessageMar 26 Mai 2009 - 20:12

Spoiler:
 
D'accord, tout est clair et entendu, c'était un plan fumeux. Par déduction, Mélody pensa que c'était se ficher d'elle précisément que l'on avait voulu, et là, ça allait pas être bon. Pour celui d'en face. Qui n'était pas en face encore, d'ailleurs, mais qui arrivait, aussi discret que dix pachydermes en mission d'espionnage furtif : C'était de là qu'elle avait compris que c'était un plan fumeux. Elle l'attendit donc patiemment, tournée vers la porte qui donnait sur le sommet, sans idée aucune de dégainer son arme ; Elle aviserait selon, attendons d'abord de voir ce qui se pointait. Si c'était une blague, ça allait chier des bulles ; Si c'était un piège, ça allait doublement chier des bulles ! On n'ennuyait pas l'honnête femme qu'elle était sans en payer les conséquences… Les poings serrés, plus par colère que par intention de frapper, elle garda le regard fixé sur l'encadrement de la porte, totalement prête à voir arriver quelqu'un… Ou quelque chose, qui sait ? Non, bien quelqu'un, petit et costaud, mais quelqu'un. En tout cas cela avait forme vaguement humanoïde dans le noir… Et ça hurlait très fort. Comment ça, c'est pas un hurlement ? La jeune femme eut bien du mal à différencier le bruit qui s'éleva et sursauta un peu, surprise de cette réaction qui lui fit plisser la bouche dans une grimace dubitative. Allez, accouche, c'est quoi la blague ?… Fronçant les sourcils, elle entreprit de s'approcher afin de commencer les présentations d'une aimable pêche dans la face, mais il suffit de deux pas de faits et d'un éclaircissement providentiel des cieux pour qu'elle s'arrêtât brusquement, et contînt de façon approximative un pouffement de rire elle aussi, que la réplique d'entrée de ce qui se révélait être un nain transforma rapidement en éclat de rire. Elle renversa la tête en arrière sous le coup et son capuchon tomba. Bah, il servait à rien il pleuvait même pas.

De loin, un observateur se serait bien demandé ce qui les faisait autant marrer, tous les deux, ce nain et cette fée... Mais quand on connaissait les protagonistes en question, on savait repérer directement un grotesque de situation digne d'une farce classique.

"Ce cher Rork !", ironisa-Mélody en se calmant bien vite, un rictus resté accroché aux lèvres.

R.B. R.B, ça semblait si stupidement évident maintenant qu'elle avait la solution sous les yeux. Elle sortit de son décolleté le supposé billet doux, dont elle avait compris la provenance : Pas le nain en tout cas, sous le nez duquel elle colla tout de même le bout de parchemin rageusement froissé avec la même ironie quasi-cruelle.

"Ben tiens que je vais pas te le dire ! Et ça, chéri ?"

Elle ne lui avait rien envoyé, bien entendu, et il l'avait compris tout seul comme un grand - …. Aucun commentaire, compris ? - : Rork était un client assidu de l'Auberge des Cent Âmes qui n'avait jamais mis délibérément le bousin dans la salle et avait toujours réglé ses additions ; De là à lui faire passer des mots doux, il y avait une marge… La réciproque était vrai. Si ce petit concentré parcheminé de pâte d'amande écœurante et de poneys roses haïssables devait venir de quelqu'un, c'était sûrement pas de lui. Et si c'était pas lui, c'était un-e petit-e imbécile qui avait décidé de jouer aux marieuses et de former des couples totalement improbables. Pas besoin d'insister, le message finit à nouveau en boulette et cette fois, disparut par-delà les limites de la tour pour se perdre loin ailleurs dans un néant d'indifférence.

"Y a des p'tits malins, pas vrai ?" soupira-t-elle, blasée. "Si je trouve qui c'est, sa mère va pas le reconnaître !"

Elle jouait drôlement bien son rôle de méchante mégère pas drôle, n'est-ce pas ? Sachant qu'il était très improbable qu'elle sache un jour qui était le responsable de cette perte de temps, l'ironie était encore plus saisissable et elle le savait bien elle-même. Pourtant, l'envie de punir le faiseur de contretemps était bien réelle…Cette histoire n'était que bigrement stupide et ennuyeuse, quoiqu'elle eût évité le pire en matière de rencontre il fallait l'avouer. Ca aurait pu être un piège, même si elle se demandait pourquoi on lui en aurait tendu un… Pour se venger des coups distribués pour démolition de matériel, trouble de l'ordre de l'auberge et/ou ardoise "oubliée", peut-être ? Pour ça, oui, elle devait avoir quelques ennemis, et pas que chez les élémentalistes… Ah oui, pas de cadeau, pas de traitement de faveur ! Elle tremblait pas des mollets devant leurs Seigneuries Infernales ! Enfin, il fallait être honnête, c'étaient rarement les hauts gradés qui venaient prendre un pinte dans son établissement. Déjà. Mais même, pas question de faire carpette devant les rotures. Et quand la force physique ne suffisait pas, hop, à la porte et une bonne noyade en cadeau de départ ! En plus si ça pouvait en décuver certains, écoutez, ça ne pouvait que faire plaisir de rendre service…

Bref, cela resterait un mystère et tant mieux. Le tout était que cela ne se reproduise pas. L'idée qu'elle ne devait pas avoir été la seule avec Rork à avoir été jouée lui tira un nouveau rictus : S'ils étaient plusieurs couples dans cette situation, on pouvait monter un comité de révoltés et organiser une frappe chiurgicale… Hm. Mais on extrapole, là…

"Bon, maintenant que la galerie a bien rigolé on va rentrer, hein ?"

… Eh quoi ? Parce qu'en plus vous avez cru qu'elle allait rester là pour tailler une bavette ?… Vous savez pas ce que c'est que de tenir un commerce de nuit, mes petiots ! Elle avait assez perdu de temps comme cela et son acolyte Nain aussi. Ils n'étaient ni des inconnus qui profiteraient de l'occasion pour se poser des questions de bases de présentation, ni de très bon amis qui pouvaient se permettre de rester papoter toute la nuit. Elle n'avait bien évidemment rien contre Rork. Même physiquement, figurez-vous. Sauf que la question n'était pas là : Le fait était qu'ils étaient occupés chacun de leur côté, de jour et de nuit. Elle en tout cas oui. Lui le jour cela devait être sûr, bien qu'elle ignorât ses activités, et la nuit, s'il n'était pas à l'Auberge, c'était qu'il devait dormir… Ou s'adonner à quelques fantaisies qui ne la regardaient pas, qui sait. Mais puisqu'on ne peut conclure si brusquement une rencontre, pas même elle puisqu'elle ne refusait pas la compagnie, il fallait bien proposer une ouverture. Elle interrogea donc avec décontraction :

"Tu comptais passer à l'Auberge, dis-moi ?"

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Rork Baruk
avatar
Nombre de messages : 174
Âge : 32
Race : Nain
Poste : Enchanteur ~ Père de la Résistance
Magie Contrôlée : Terre

Feuille de personnage
Puissance:
661/1000  (661/1000)
MessageDim 31 Mai 2009 - 23:12

A travers les quelques larmes de rire qui lui restaient encore au coin des yeux, Rork jeta un regard au papier. Foi d'Enchanteur, l'illustre inconnu qui avait envoyé ces missives à l'eau de rose tenait à la fois du génie et du crétin. Du génie, parce que de toutes les personnes de la Cité, il avait fallu qu'il choisisse Mélody Huit-Lunes, et ça, ça lui avait valu le plus gros fou rire du mois. Chapeau bas. Par contre, il aurait dû se donner un peu plus de peine pour rendre ses billets réalistes. Surtout quand on avait la bêtise de les rédiger exactement pareil, il ne fallait pas espérer que la blague aille très loin. N'empêche, c'était quand même une très bonne idée. Si il avait eu l'idée de reproduire ça plusieurs fois (et c'était très probablement le cas), l'histoire ferait le tour d'Elament. D'ici qu'il aie eu l'idée d'envoyer des billets à deux trois personnages hauts en couleur, on en parlerait pendant des semaines. En apercevant au passage une expression du billet de son interlocutrice, Rork ne put s'empêcher de ricaner.

"J'aime ta délicatesse, qu'il dit, l'autre! Ouais, on cultive tous les deux les géraniums en composant de la poésie, c'est bien connu!"

Et en toute bonne logique, le message suivit rapidement le même chemin que l'autre : par dessus bord. Fin de l'histoire - enfin, jusqu'à ce qu'on trouve le responsable de l'affaire. Mélody avait visiblement l'intention de lui faire passer un mauvais quart d'heure. Peut-être qu'il pourrait le récupérer ensuite pour l'inviter à boire une pinte, histoire de garder un bon souvenir de l'histoire. Au fond, il ne lui en voulait pas : grâce à lui, il avait bien ri et était en train de discuter avec une belle femme... non, une très jolie gérante d'auberge. Bien que Rork ne soit ni alcoolique déclaré ni coureur de jupons professionnel, eh bien ... il fallait l'avouer, ni un homme ni un Nain ne songeraient à s'en plaindre, n'est-ce pas?

La question suivante éveilla son intérêt. L'Auberge? Hmm. Il rentrait du bar de Clad, mais après tout, pourquoi pas. De toute manière, le lendemain, il ne pourrait rien faire tant que les matériaux qu'il avait commandés n'étaient pas arrivés. Et comme la caravane des Saltimbanques, qui l'approvisionnait parfois, était en grande liesse pour la mariage de la fille de leur chef, les affaires étaient suspendues pour deux jours. Alors l'un dans l'autre, pourquoi s'en faire?

"C'est une question piège, ça. Ma foi, j'dis pas non. Si ya b'soin d'une excuse, c'est une question d'honneur de race, mais on s'en fout."

L'auberge, motion acceptée!

"Après toi, la belle!" ajouta Rork d'un ton moqueur, en s'effaçant devant la porte des escaliers. "Blague à part, ton boulot marche? On commence à parler pas mal d'ton auberge dans la Cité, si j'en crois mes oreilles ..."

_________________________________________________________


°~ L'Ultime Pouvoir est de Créer
Revenir en haut Aller en bas
Mélody Heribergen
Marchande
avatar
Nombre de messages : 17
Race : Fée Mystérieuse
Poste : Aubergiste
Magie Contrôlée : Eau

Feuille de personnage
Puissance:
510/1000  (510/1000)
MessageSam 6 Juin 2009 - 17:27

[-> Suite ici]

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» [Privé + Glen Pandora]Un rendez-vous inattendu ...
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» [Terminé] Premier rendez vous avec Samus
» rendez-vous a 2 setaka et elbastino
» Rendez-vous commercial