Partagez | .
 

 Le cycle de l’arbre-école [Quête]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar
MessageSam 18 Avr 2009 - 22:41

Chapitre 44 : Intrusion.

Il était enfin revenu dans l’école, voilà quelques temps, les séquelles du monde extérieur n’avaient touché à la pureté de son masque virginal, l’ange et sa cour traversaient maintenant les multiples couloirs séculaires, en direction des appartements ennemis.
Shaloa lui avait fait bon accueil à l’époque, ravi de retrouver son compagnon de chambrée qui avait de nettes tendances aux ronflements nocturnes, il s’était même demandé comment il avait fait pour ne pas périr d’asphyxie durant son absence.
C’est lui-même qu’il l'avait sauvé malgré lui, lors des premiers cours qu’il avait prit avec le maitre de sa classe, Tyrol l'elfe blanc ; que de temps avait passé depuis ce souvenir doux à sa mémoire, soucieuse de la suite des événements.
Ils obliquèrent vers la dextre, un nouveau couloir sans fin où ils espéraient trouver les jardins d’Eden, les prairies grasses des Terra.
L’herbe devait y être aussi douce que celle où il s’était étendu las, où il avait croisé alors dans le ciel serein, les deux nuages d’un succube portant le nom de Sybaris.
Penser à elle ainsi, raviva quels autres souvenirs douloureux, qui agitaient la nuit son bas-ventre, il pensait bien un soir ou un jour sans lune lui rendre la pareille.
Toute s’enchainait dans sa tête, comme les fils d’un marionnettiste, les étapes qu’il avait franchit d’abord dans les grottes de Finduilas Súrion en compagnie de la terrifiante Breïna.
Maintenant qu’ils se tenaient tous les trois devant l’entrée, il hésitât un instant, pourtant derrière aucun hurleur terrifiant, ou reine désaxée pour finir une nouvelle fois de le tuer.
Il avait échappé à la mort sacrificielle, cependant leur folle action qu’ils s’apprêtaient à commettre, nécessitait une très grande prudence.
En effet, il n’était pas rare de rencontrer dans les couloirs des professeurs ou assistants, même si l’heure qu’il avait choisit était propice, il demanda dans un souffle destiné à eux seuls.


-« Assurez-vous que nul n’arrive, je vérifie que nous pouvons entrer sans danger ! »

Il faut savoir que les dortoirs et zone de repos étaient tous à l’époque, protégés par de puissantes magies, réagissant contre les éléments opposés, encore fallait t’il déterminer l’origine de ces curieux sanctuaires.
L’entrée examiné lui parue sans danger, il s’engouffra alors, entrainant avec lui ces deux acolytes curieux.
Les prairies se tenaient devant eux, vaste terrain aux couleurs et bruits contrastant avec l’ambiance qu’ils avaient quitté plus tôt, témoin de la puissante magie de l’école d’Elament.
Evanescent avait dès son retour cherché à la prévenir, elle qui avait dans la bibliothèque de la cité, assuré de son soutien pour cette délicate mission passionnée, et c’est dans un petit courrier sous la forme d’une poésie qu’il avait sut la reconquérir à sa promesse.


---
Chère amie,
Je vous rappelle à mon souvenir, cruel je vous avais par trop délaissé
Par ce petit billet à vous de tenir, rendez vous pour ce que vous savez
...
Evanescent.

---

La belle aux cheveux bleutés se tenait alors à sa droite, sa pureté et sa beauté lisse, s’étouffèrent discrètement dans sa glotte.

-« Prenez garde aux arbres gorgés de la magie, ils vous repousseraient directement dans le bureau de la directrice, nous allons tacher de les éviter, afin de rejoindre celui mort au milieu ! »

Ils traversèrent ladite prairie avec prudence, les tensions magiques autour d’eux toutes prêtes à les piéger, on pouvait penser qu’il n’y avait personne d’autre que ces rangées d’arbres aux fruits alléchants, et aux bruits bourdonnants de petites bestioles.
L’herbe caressait leurs chevilles chatouilleuses, lorsqu’ils se tinrent enfin vers l’arbre-école : sinistre en comparaison il effrayait les regards.
Au moins il n’aurait pas à retenir l’Igni aux cheveux de feu qui avait manqué juste avant de les faire prendre, à vouloir goutter avec insistance aux fruits défendus charnus.
Flanqués sur la terre morte en auréole autour de lui, ils approchèrent en silence respectueux et sortant un ouvrage ou heureusement la moitié des pages n’avait pas encore été brûlées, le danseur cherchait la formule pour les transporter en son sein.


-« Approchez vous de l’arbre, tendez votre paume contre son écorce… »

Mais c’est là que tout se corse, lorsque au loin résonne les bruits sourds d’élèves Terra.
Revenir en haut Aller en bas
Yumi Watase
avatar
Nombre de messages : 1465
Âge : 28
Race : Ange, chérubin (anciennement nymphe)
Poste : Elémentaliste
Magie Contrôlée : L'eau

Feuille de personnage
Puissance:
299/1000  (299/1000)
MessageLun 20 Avr 2009 - 18:19

« Chère amie,
Je vous rappelle à mon souvenir, cruel je vous avais par trop délaissé
Par ce petit billet à vous de tenir, rendez vous pour ce que vous savez
...
Evanescent. »


Un mot très doux.

Presque parfumé subtilement. Yumi avait apprécié recevoir une aussi jolie lettre. Les premiers mots, à peine avait-elle lu les premiers vers qu’un sourire avait illuminé son visage. Bien sûr qu’elle se souvenait de lui, bien sûr qu’elle tiendrait sa promesse. Elle avait promis après tout.
Patiemment elle attendit le jour et le moment. Elle s’était rendue au point de rendez-vous et avait salué Evanescent tout en faisant connaissance avec l’élève igni présent avec lui...
Elle avait revêtu une robe blanche, simple, mais élégante ; cintrée à la taille et s’évasant au niveau des cuisses. Cette robe avait l’avantage de permettre une grande liberté de mouvement, le col en V laissait voir une gorge profonde et aussi blanche que la robe.
Mais comme il faisait frisquet ces temps-ci la demoiselle avait pris avec elle un long gilet blanc, les larges mailles de crochets laissaient entrevoir la peau fine et blanche des épaules de la jeune fille. Elle avait enfilé de petites sandales simples, sans talons pour éviter de faire trop de bruit. Ses cheveux étaient relevés à la hâte en un chignon grossier. Plusieurs mèches folles se dégageaient des épingles. En opposition à cette coiffure rapide, le maquillage de la jeune fille était soigné, fin et délicat. Ses paupières avaient été recouvertes légèrement de poudre bleue pailletée, sans douce à base de corne de licorne. Ses lèvres avaient aussi été recouvertes de cette poudre, mais cette dernière paraissait plus rosée, sans doute due à l’humidité des lèvres de la demoiselle. Aucun bijou clinquant, aucun tatouage ne venaient troubler l’image sage et douce de la jeune femme. Même les fameuses mèches folles prenaient un air doux et soyeux.

Elle était donc là, à sa droite, un peu en retrait mais attentive à ses paroles.
Il demandait à surveiller les environs. L’ange s’exécuta, utilisant ses ailes pour se rendre plus rapidement au bout du couloirs et ne surveiller que personne ne pouvait apparaître depuis les angles. Elle y resta jusqu’à ce qu’on la rappel ; Yumi les rejoint aussi vite qu’elle pu.
Elle était assez angoissée et cela se voyait. Elle savait qu’elle effreignait les règles internes de l’école. Evanescent lui ne montrait pas d’inquiétudes, au contraire, il semblait confiant, juste méfiant des pièges qu’il pourrait y avoir.

Et soudain, pendant un instant, elle oublia ces règles et ses inquiètudes : la prairie des terras s’ouvrait à eux. Yumi se sentit presque jalouse, les aquas n’avait qu’une île, une île simple bête et méchante, rien que du sable et quelques plantes tropicales. Ici il y avait de l’herbe, un doux vent pur et clair venait aérer les idées. Des arbres poussaient en groupe plus loin, l’ange à l’aile unique semblait vouloir s’y diriger. Yumi le suivit, tout comme l’élève igni, tout en observant le paysage.

Quelque instant plus tard ils furent aux milieux des arbres, Evanescent les mis en garde suite à des arbres magiques. Yumi un peu effrayée se rapprocha d’eux. Elle observait silencieusement, des cigales venaient troubler le silence complice qui les accompagnait. Dans certains arbres se trouvaient des petites maisons, sans doute là où dormaient les élèves terras. Tout comme les bateaux des aquas. Des ronflements et des chuchotements parvenaient aux oreilles de la chérubine. Elles se prit à sourire, au fond, ils s’occupaient à leur manière eux aussi.

Ils arrivèrent près de leur objectif lorsque soudain son regard fut attiré sur une maisonnette différente. Si la plupart étaient dans les arbres et semblaient « posées » sur ces imposants gardiens sylvestres. Cette dernière semblait plutôt avoir fusionné avec le tronc. L’entrée se trouvait directement sur le sol, pudiquement cachée par un tissu, alors que les autres ne semblaient pas avoir d’accès direct. Une autre chose attira son regard dans la maisonnette : un mouvement.
Elle ne réagit pas immédiatement et resta bêtement immobile, bien visible. Angélique fantôme au milieu d’un paysage verdoyant. Une créature ne tarda pas à sortir de la porte de la cabane, Yumi n’eut pas besoin de lunette pour reconnaître ces hybrides qui n’en étaient pourtant pas : un centaure. L’imposante créature s’étira les bras et une patte arrière avant de tourner la tête vers elle et de s’arrêter soudainement. Yumi sursauta alors, on l’avait vu.
Bêtement, la chérubine héla ses compagnons tout en chuchotant, tandis que derrière elle l’humanoïde quadrupède l’appelait tout en galopant dans sa direction.


"On m’as vu !"

Yumi accrocha le bras de Evanescent tout en lui lançant un regard plein de regrets et d’excuses alors qu’un bruit de galop résonnait et se rapprochait.

Quelques secondes plus tard le centaure se trouvait devant eux. Son teint était hâlé, ses cheveux et sa queue de paille et sa robe aussi subtile que le sable. Ses yeux violets torpillaient les visiteurs.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMer 22 Avr 2009 - 20:27

Poupée n°14 : Fruits défendus.

-« Non mais je vous jure, quel rabat-joie celui là ! »

Dans la prairie des Terra, la jeune sorcière fulminait contre l’ange plasmatique, comme d’un mauvais programme visuel qui l’avait contrainte à réprimer ses envies primaires.
Pour mieux comprendre ce petit bout de choux aux joues rosies par la frustration, revenons en arrière un moment.
Elle couvrait la partie gauche de l’évanescent planaire, dans les couloirs gigantesques en comparaissons avec sa petite dimension, ici et là tournant sur la droite, elle dut accélérer le pas pour se maintenir à leurs avancées.
Décidément ces « grands personnes aux jambes en baguettes », ne savent pas les tenir, préférant avancer comme des occidentaux pressés.
Enfin arrivé devant la porte mystérieuse, il leurs souffla des recommandations de bon sens, qui eurent don d’exaspérer l’initiée car sa partie de couloir à surveiller était plus longue que celui de la « grande gourdasse maquillée ».
Arrivé dans son coin, elle imagina très fortement un bonnet d’âne à placer sur la tête du benêt qui ouvrit à mi-distance des deux femelles, la porte sans le moindre artifice.


-« Si le narrateur a besoin d’un peu de feu pour ce genre d’effet orientaux, je suis toute prête à lui en donner ! »

Devant la pression de notre personnage (nous n’avons pas envi d’être transformé en fusée de feu d’artifice !), nous accélérons le pas pour nous retrouver dans la prairie, long espace bucolique où les maisons hantent les plus solides branches des arbres fleuris.
Nous sommes à la fin du printemps et la jeune élève surdouée contemplait avec circonspection les regards passionnés de l’ange pour sa rivale.


-« Tu voudrais une peinture d’elle, ou on peut avancer ! »

La remarque n’était pas si innocente, s’il ne restait pas continuellement en mouvement, ils risquaient de ce faire repérer, qui sais quel monstre horrible pouvait bien à ce moment les espionner (un novice Aqua, mais quel horreur !!).
Cernée par les arbres aux fruits alléchant, l’estomac de Cascendre, masqué par une jolie robe parme en dentelles brodées qui lui descendaient agréablement sur des petites bottines noires lustrées, d’un éclat si puissant lorsque l’on veut bien s’y pench…


-« Abrège ! »

Des fruits disais-je qui attirèrent par leurs couleurs vives, les yeux de chat de la jeune sorcière.

-« Oh, des fruits ! »

S’approchant hypnotique vers l’arbre défendu, et risquant de déclencher l’alarme, l’ange n’eut pas le temps de dire un mot alors qu’elle s’avançait encore plus.

-« Ils me parlent, ils veulent que je les mange… »

Mais au dernier moment, elle se prit les bottines lustrées dans une racine et tombant à la renverse, le danseur la rattrapant juste à temps, lui qui avait courut, porté par le vent à une vitesse incroyable, il l’a ceintura et l’éloigna du serpent.

-« Mais lâches moi ! »

Ils avancèrent calmement désormais, le « grand monsieur méchant qui n’avait même pas de bonbons pour elle» se frottant une main qui avait du approcher une source de chaleur trop importante.

*Bien fait pour lui !*

Elle quitta son sourire malsain lorsque le vieux sycomore leurs apparut, elle écouta les consignes, mais avant de pouvoir poser la main sur l’écorce, elle entendit « la cruche ramener de nouveaux copains qu’elle semblait s’être faite ».
Elle n’arrêtait pas hystérique de s’excuser auprès du monsieur qui récitait des formules étranges d’un bouquin qu’elle avait elle-même longtemps consulté dans la bibliothèque, des bons souvenir où « le pois-chiche bibliothécaire ne s’était pas encore rendu compte qu’elle brûlait par mégarde des centaines de pages de ces bouquins».
La petite pyromane portant son regard au loin, vit quatre paires de jambes s’agiter au loin, sur lesquels deux centaures avançaient sereins.


Dernière édition par Cascendre le Dim 26 Avr 2009 - 22:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMer 22 Avr 2009 - 22:35

Meiko se promenait tranquillement dans les couloirs de l'école, pensant à la mission qu'il venait de recevoir, sa mission envers Evanescent, de la part d'une petite (Enfin, pour lui, plutôt grande, même géante !) elfe aux cheveux bleus. Bref, il se dirigeait vers les dortoirs, pensant retourner dans sa chambre pour se reposer un peu, quand en bifurquant dans un autres couloirs, il vu brièvement un jeune ange au cheveux gris et à l'aile unifié.

*Oh, ça doit être cet Evanescent ! Comme elle me l'a décrit ! Tiens, je vais profiter de cette coïncidence pour essayer d'en apprendre un peu plus sur lui...*

Meiko retourna rapidement sur ses pas, puis s'accotant sur le mur, il se pencha légèrement pour observer sa proie. C'était bel et bien lui, mais il était aussi accompagné. Une jeune fillette aux cheveux blonds ainsi qu'une ange aux cheveux bleus, un peu plus vieille, se promenait à ses cotés.

*Oh mais c'est que c'est un petit tombeur, cet ange !*

Soudainement, la plus vielle se retourna, Meiko retourna tout de suite se cacher derrière son mur. Il ne fallait pas qu'il se fasse repérer, pas maintenant ! Ils préparaient donc quelque chose, il devait en apprendre plus. Meiko jetait donc de petits coup d'oeil de temps à autres, et quand le groupe bifurquait dans un autre couloir, Meiko courrait de son plus vite vers l'autre coin de mur. À sa taille et donc à la vitesse où il allait, quand il arrivait à l'autre mur, le groupe bifurquait déjà !

Ce ne fut donc pas très long avant que le groupe rejoigne la prairie, et dès lors Meiko prit le risque et entra dans l'inconnu de cette salle, il jeta rapidement un coup d'oeil autour de lui, et avant qu'un membre du groupe se retourne, il courut de son plus vite pour partir se cacher sur le coté derrière un arbre à fruit, et quand le groupe avançait, il jetait un coup d'oeil et courrait pour changer d'arbre.

Peu après, le groupe s'arrêta et le dit Evanescent parla au reste de son groupe. Pendant que Meiko observait furtivement la scène, il remarqua que la plus jeune regardait son arbre avec intérêt, ou plutôt ses fruits. C'était le moment parfait pour Meiko de se faire une bonne petite blague ! Il agrippa le tronc de l'arbre, et le faisant bouger (très) légèrement, il lançait à la fille :


-Aller ! Mange moi ! J'ai très bon gout, tu sais... Je suis juteux, pleins de saveurs, sucré... Aller ! Mange moi ! Jamais tu ne le regretteras !

Au plus grand bonheur du lutin, la petite fille avançait naïvement vers lui pour prendre un fruit et déclencher l'alarme. Mais au dernier moment, l'archange se mit à courir vers l'arbre pour rattraper la petite fille avant qu'il soit trop tard.

*Et merde ! Je vais me faire prendre, c'est sure !*

Meiko se cacha parmi les feuille, se faisant le plus petit possible (ce qui n'était pas très dur, d'ailleurs). À sa plus grande chance, le dit Evanescent retourna vers l'ange aux cheveux bleus avec la petite fille sans rien faire de plus, sans vérifier.

*Ouf ! Je l'ai échappé belle ! Bref observons un peu plus...*

Meiko retourna son regard vers le groupe, et il vu plus tard un centaure courir vers le groupe, ça allait aller mal pour eux ! Meiko continua d'observer avec intérêt pour voir le ce qui se passerait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMar 5 Mai 2009 - 18:35

Maudis écureuils.

Toujours à couiner, toujours à gambader sur les branches de l'arbre.
Le bruit était infime mais en cet fin d'hiver il était désagréable. Alors que tout était silencieux autour d'eux on pouvait entendre des petits gémissements, des bruits de courses folles dans les arbres. Les écureuils hibernaient en hiver, mais il arrivaient que certains se réveillent avant l'heure pour gambader et profiter ainsi de la neige de fin de saison.

Tetsuo aussi aurait aimer hiberner. Lui qui venait d'un endroit chaud et sec cette humidité omniprésente ne lui convenait absolument pas. Couché sur sa paillasse à même le sol il s'était recouvert de nombreux tissu. Son torse appuyer contre l'écorce de l'arbre hôte. Nanee avait eut la gentillesse de lui prêter des fourrures. Elle venait du froid, la veinarde. Le jeune centaure à la robe clair avait dormit. Peu mais son caractère était grincheux, le fait de se réveiller en pleine nuit était presque systématique pour lui. Une fois de plus ou une fois de moins. Il avait chassé les écureuils, leur lançant les rares pomme de pins sèches qui restaient par terre. Une fois ces derniers partis, l'étalon avait essayé. Oh oui il avait vraiment essayer. Mais se rendormir par ce froid n'était vraiment pas facile. Pendant plusieurs minutes il grelotta sur place ; il avait même pensé rejoindre la paillasse de Nanee et dormir à coté d'elle, comme ils faisaient dans sa harde. Mais non, c'était une fille et elle était un peu trop bizarre pour qu'il la considère comme quelqu'un de sa famille.

Au petit matin, lorsque Nanee se réveilla, il avait les yeux ouvert. Des poches sous les yeux et quelques stalagtytes de givre dans les cheveux et le pelage. Comme d'habitude il se leva, souhaita le bon jour à sa colocataire et procéda à sa toilette. Même si ce matin, pour aller cherche de l'eau, lorsqu'il sortit de la cabane, il apperçut une silouhette qui lui était inconnue.
Ca possèdait des ailes blanche, les cheveux bleus et le teints blafâre avait avertit le centaure : il ne l'avait jamais vu chez les terras. Tous le monde ovus le dira, les centaures ne sont pas des créatures pacifiques et calme de nature.
Tetsuo en particulier était très méfiant. Il prévint Nanee de la présence d'un inconnue dans les dortoirs et hélà ce dernier. La fille prit la fuite, oui car il s'agissait d'une file à n'en pas douter par les courbes de sa silouhette.

Tetsuo rappella Nanee, sans doute ne seraient-ils pas de trop de deux contre quelqu'un, s'il devait se battre.
Le centaure fit trembler la neige et la terre endormie sous ses sabots.
Le corps de Tetsuo était taillé pour la rapidité, fins et élégant son poil court et drut luisant sous le timide soleil de se début de journée. Sa robe d'un jeune sablé se confondait presque avec la clarté de la neige. Il en était de même pour ses cheveux et son crin, encore plus blond, plus clair. Ses sabots noirs, seuls se démarquaient du sol. Il ratrapa bien vite l'inconnue, qui n'était pas seul. Il n'apperçut que tardivement le lutin, le prenant pour un quelconque écureuil, il bifurqua au dernier moment et dut rapidement freiner pour se camper devant ces individus. Il était échevelé, normal il venait de se lever de cette nuit de sommeil. Il ne portait pas ses bijoux traditionnels mais restait impressionnant. Tant par sa taille, supérieure à ceux ici présent ; que par son maintien.


"Que faites-vous ici ? Je ne vous ait jamais vu chez les terras."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageDim 17 Mai 2009 - 22:54

L'hiver était la saison préférer de Nanee pour de nombreuses raisons. La première était sans doute le paysage recouvert de ce manteau neigeux et doux qui rendait tout à l'extérieur blanc. Le faite que dans sa tribu le soir tout le monde se regroupait autour du feu pour entendre les histoires des chefs de hardes et temps passés. Ils dormaient également tous les uns contre les autres c'était amusant et agréable. Et puis après tout c'était en quelque sort son élément naturel dans le sens ou elle avait plus l'impression d'être chez elle.
Depuis la saison froide la centaurine avait donner ses fourrures à Tetsuo pour qu'il est moins froid, lors de leur première rencontre il lui avait dit venir des contrées chaudes et toujours ensoleillées, un endroit ou elle n'aurait pas pu vivre pour sur.

Les rayons si particulier aux matins hivernal venait de percé à travers la tenture mise à l'entrée de l'arbre hôte. C'est cette faible luminosité qui avait réveillé la jeune femme. Elle avait bien dormit d'une traite, les pattes repliées sous elles, une couverture sur ses épaules nues elle ne mouvait plus dormir avec un vêtement depuis qu'elle était descendu dans ses pleines. Même l'hiver était moins froid et moins cuisant que celui de chez elle. Elle ne supportait qu'une faible couverture.
Elle bailla négligemment alors qu'elle avait encore la tête entre les bras et se releva doucement, une main tenant sa couverture pour cacher sa pseudo nudité - même si ça ne la dérangeait pas vraiment, elle ne savait pas si ça allait poser problème pour son camarade, alors elle préférait prévenir que guérir - et de l'autre elle se frotta les yeux, puis doucement ses deux prunelles émeraude firent le point sur SON centaure. Le voir au réveille lui m'étais toujours du baume au coeur et la rendait joyeuse pour la journée. Cela dit elle se gardait bien de faire quel qu'on que commentaire à ce sujet. Elle lui adressa un sourire tout en le saluant à son tour.
Comme chaque matin elle l'observait allonger docilement sans faire le moindre bruit. Visiblement la nuit avait été mauvaise, elle essayerait de lui trouver d'autre fourrure, ou si elle avait l'audace elle pourrait lui proposer de venir se mettre contre elle pour avoir plus chaud .... NON jamais elle n'oserait, il était si distant. Et puis il ne semblait pas l'aimer plus que ça.

Tetsuo était sortit pour aller chercher de l'eau sans doute pour sa toilette, pendant ce temps la centaurine en avait profité pour passer un petit gilet fin qu'elle avait attacher avec la broche que son compagnon de chambré lui avait prêté. En bonne petite femme d'intérieur elle avait fait son lit et avait fait de même pour celui de son ami, c'était normal pour elle. Après tout il l'avait accueilli dans sa chambre elle pouvait au moins se rendre utile. Soudainement la tenture se souleva et Tetsuo avertit Nanee de l'intrusion de gens douteux dans leurs dortoir. Certes de nature sa race n'était pas très agréable avec tout ce qui attiraient leur méfiance et là visiblement c'était le cas. Sans réfléchir une seconde Nanee sortit à ça suite. Si Tetsuo perdait le contrôle de lui il pouvait y avoir danger, si elle venait il y avait toujours une possibilité pour qu'elle arriver à calmer le jeu.
Cependant ne dit on pas que les innocents n'ont rien à cacher? Alors pourquoi cette fille s'enfuyait elle ? Sur un nouvelle appel de son compagnon elle pressa le pas, poussant même jusqu'au galop pour le rejoindre. L'union fait la force. Enfin elle l'espérait. Si Tetsuo était tailler pour la rapidité Nanee elle était faite pour l'endurance. Comme pour répondre à la robe sable du centaure, la sienne luisait de reflet cuivré au soleil froid d'hiver, tout comme son crin rehaussait cet effet par sa couleur roux.
Elle arriva juste après son confrère prés d'un lutin. C'était vraiment.... vraiment.... petit?!
Si Tetsuo était impressionnant il en était de même pour la jeune pouliche à ses côtés, seul différence semblait plus douce et bien plus curieuse que méfiante.


"-Tu crois qu'ils sont nouveaux? Ils ne ressemble pas à des Terras ..."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» Katarr Commando DPS Artillerie
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Effondrement en Haiti: de la mairie au propriétaire de l'école .
» Nashville - Rappel du Club École -