Partagez | .
 

 Embauche, en bouche [privé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ruby
Prophétesse
avatar
Nombre de messages : 4776
Âge : 36
Race : Peuple de Cristal
Poste : Errante - Prophétesse
Magie Contrôlée : Arcanes de l'Eau

Feuille de personnage
Puissance:
990/1000  (990/1000)
MessageDim 22 Mar 2009 - 21:18

C'était tard le soir.
Le ciel était particulièrement nuageux. De toute façon, cette nuit de nouvelle lune n'aurait rien éclairé de particulier, et les dangers qui rôdaient dans la cité n'étaient rien pour la cristalléenne. L'hiver était au porte de la cité, le givre, à la nuit tombait, recouvrait les olives et les poutres de charpenterie des bâtiments de la ville, tandis que les vagabonds et les sans-abris se terraient dans les petites ruelles sombres pour se mettre à l'abri d'une brise tranchante comme la lame d'un couteau.

Les portes des tavernes et des bordels s'ouvraient, laissant s'échapper des flots de visiteurs, le visage rougit par la chaleur intérieur, rubicond par le froid extérieur. Les haleines se transformaient en vapeur, sous la lueur torve des torches qui éclairaient la face des bâtiments accueillant. Le chant des étoiles était étouffé par les rires et les discutions, par les hurlements et les bruits divers d'une grande cité. Et la Cristalléenne marchait.

Des jours plus tôt, la grande Arène accueillait l'humaine, des jours plus tôt, elle donnait des cours à un ancien roi, des jours plus tôt, ce moment n'existait pas, alors que le sol n'éveillait aucun bruit sous ses pieds d'opaline. Maintenant vêtue d'une robe au dessin particulier, la jeune femme était un spectre d'une blancheur absolue dans cette nuit d'une intégrale obscurité. Sa bouche même ne la trahissait pas de ce froid mordant. Sa main, instrument de harpiste, poussa une porte de bois grossier, son visage accusa la chaleur ambiante des lieux.

Elle n'avait pas prit le soin de se masquer, de se cacher, pour venir ici, et il suivit à son entrée un silence court, pendant que les consommateurs actuels regardaient le nouvel arrivant. Mais le brouhaha reprit rapidement, dissipant le malaise originel. L'arrière de sa robe, plus long que le devant, traînait sur le sol, sa peau plus couverte que des jours plus tôt, un pas vers la décence peut-être.

Lentement, la Professeur de l'Eau chercha du regard une femme dans le salon de thé finement décoré, mais ne la trouva pas. C'était bien ici qu'elle avait donné rendez-vous à Dierebel, n'est-ce pas ? La tâche était simple: recruter la jeune femme pour la faire professeur de la terre. D'après ce que Ruby savait, la vagabonde avait refusé les précédentes demandes, faites par l'intermédiaire de messager. Mais cette fois-ci, Ruby n'avait pas fait la bêtise de ces prédécesseurs : tout d'abord, elle donnait rendez-vous à la Fée sombre, histoire de lui parler en face à face, ensuite, le message qu'elle lui avait fait porter ne parlait pas du sujet de leur rencontre, seulement du lieu, de l'heure, sous forme officiel. Personne n'échappait à une convocation officielle de la cité, par respect, principe et obligation.

A pas lent, la Cristalléenne alla s'assoir à une table située au fond au salon de thé. Elle commanda un grand verre de jus de pomme, déposa trois pièces sur la table et patienta, fixant de temps à autre la porte principale, attendant que la Fée Sombre ne pointe le bout de son nez malicieux.

_________________________________________________________

http://elament.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
e'Dierebel
avatar
Nombre de messages : 268
Âge : 34
Race : Fée sombre
Poste : Esclave (Saïsei)
Magie Contrôlée : Terra

Feuille de personnage
Puissance:
830/1000  (830/1000)
MessageDim 22 Mar 2009 - 22:28

Dierebel était déjà là lorsque la magnifique dame des glaces entra dans la taverne. Ses yeux s’écarquillèrent et sa bouche forma un « o » impressionné en la voyant dignement entrer dans ce lieu populaire.
Pour ne pas s’y attendre, elle ne s’y attendait pas. Ruby se présentait en personne au rendez-vous. Alors la missive officielle ne l’avait pas baratinée.
Cachée derrière la porte de service de l‘établissement, elle avait loisir d’observer la totalité de l’assemblée des badauds présents. Cela faisait un moment qu’elle patientait, discrètement recluse derrière le battant de bois usé. A vrai dire, elle pensait à une mauvaise plaisanterie. Encore une de ses mégères cocues d’Elament lui avait fait le coup le mois dernier, une fausse missive officielle, un rendez-vous dans une taverne glauque du sud de la cité. Une sacrée bagarre. Depuis quand était-il interdit de batifoler avec les hommes mariés ? Et depuis quand ces hommes étaient-ils assez bêtes pour se faire pincer ?
Peu importe.

La fée en avait vue des vertes et des pas mûres. Et cette convocation officielle pour un thé à vingt-et-une heure avec la dirigeante de la cité avait éveillé ses soupçons et sa méfiance.
- Alors elle est vraiment venue ? Bon sang, qu’as-tu encore fait Dierebel ? S’insurgea un jeune serveur qui lui tenait compagnie dans sa cachette.
- Je t’avoue que je n’en ai aucune idée, répondit la damoiselle encore secouée par l’émotion.
- Si elle se déplace en personne, c’est bien que tu as fait quelque chose !
- Je te le répète, je ne sais pas pourquoi elle est là, continua-t-elle sur le même ton en scrutant le visage de son hôte.
- Tu n’as tout de même pas sali ses propres draps avec son fiancé ? L’herbe bleue que tu consommes, tu es sûre de la fiabilité de ton fournisseur ? Et tiens, ça n’aurait pas rapport avec tes sorties répétées à l’extérieur de la cité ? D’ailleurs, qu’est-ce que tu fiches tout le temps barrée…
- La ferme, Scylothin ! La ferme, bordel, l’interrompit-elle sèchement, Tu m’empêches de réfléchir ! Et je te rappelle que je suis ma propre fournisseuse, à moins que je ne sois décidément qu’une ivrogne intenable…
- Ah, ça…
Dierebel lui lança un regard noir de sous-entendus. Un silence de mort fit taire le serveur qui préféra s’échapper en cuisine mine de rien. Une fois seule, elle poussa un long soupir en jetant à nouveau un œil en salle. Elle contempla quelques minutes le dos de sa dirigeante avec un air ennuyé.
Enfin elle poussa la porte de sa tour de garde, sourire habituel provocateur retrouvé. Elle se planta fièrement dans le dos de Ruby. Son parfum délicat et sa coiffure travaillée inquiétèrent d’autant plus la jeune vagabonde. Qu’est-ce que tout cela voulait dire ?
Elle savait pertinemment qu’elle troublait quelque peu la cité de par ses conquêtes, son amour de l’alcool et des plantes illégales. Mais l’inviter pour en discuter autour d’un thé était quelque peu paradoxal…

- Ainsi donc ce n’était pas une plaisanterie. Vous êtes vraiment là.

Sa voix était hautaine mais néanmoins troublée par une émotion qu’on ne lui connaissait pas.
Droite et sûre d’elle dans sa robe de coton grise aux motifs abstraits, elle attendait avec hâte de pouvoir considérer le regard de Ruby pour juger de la situation. Une main nerveuse glissa entre les mèches folles qui débordaient de son chignon mal fait. Elle faisait pâle figure devant la beauté et l’élégance de son interlocutrice. Flûte.

- Je suis curieuse de vous entendre.

_________________________________________________________

e'Dierebel
Revenir en haut Aller en bas
Ruby
Prophétesse
avatar
Nombre de messages : 4776
Âge : 36
Race : Peuple de Cristal
Poste : Errante - Prophétesse
Magie Contrôlée : Arcanes de l'Eau

Feuille de personnage
Puissance:
990/1000  (990/1000)
MessageDim 22 Mar 2009 - 23:59

La Cristalléenne n'eut pas à attendre longtemps.
Rapidement, elle sentit dans son dos une présence, et les relents d'une parfum qu'elle connaissait, l'odeur d'une plante connue. Le nom était sur le bout de sa langue, mais elle ne s'en rappelait pas. Puis, elle découvrit le physique de celle qu'elle espérait faire devenir professeur de la terre : une fée sombre, lui avait-on dit, c'était sans préciser son sourire narcissique, ses yeux de fumées et sa peau au reflet de narcotique, ses cheveux de nuit, ses traits fins et généreux et ses formes rondes.

D'emblée, Ruby s'interdit de la juger : de quel droit pouvait-on appliquer une étiquette à quelqu'un sur la seule foi de son physique, de ses manières et de ses airs ? Elle se passa une main dans les cheveux avec élégance, mettant une mèche rebelle en place derrière l'argent de sa tiare. Sa natte, parfaite et simple, frappa entre ses omoplates lorsqu'elle tourna la tête. D'un geste de la main, elle appela le serveur, gardant un silence calculé. Sa voix d'acier commanda une coupe de thé au jasmin, d'une légère couleur d'or lui avait-on dit.


" Je n'ai donc pas l'obligation de me présenter. " murmura-t-elle.

Oui, car ici, l'ambiance était aux murmures, aux messes basses, la pièce était certes remplie de bruit, mais ce n'était que le bourdonnement agaçant d'une ruche, une accumulation de petits bruits formant un grand nuage de décibel. La langue de la professeur de l'eau claqua contre son palais, signe chez elle de réflexion, non d'agacement, à l'inverse de ce que la majorité des gens pensaient.


" Je n'irai pas par quatre chemins " continua-t-elle ensuite " Je vous veux comme professeur de la Terre. "

La jeune femme n'avait pas pour habitude de laisser planer le mystère des choses des heures, de tourner autour du pot. Droit au but, pour ne pas perdre de temps. Elle avait d'autre chat à fouetter. Car si elle s'était exceptionnellement coiffée, et si elle avait changé de tenue, ce n'était pas pour aller voir une vagabonde délurée. Au final, même si la Cristalléenne se moquait de ce qu'on pensait d'elle, elle avait remarqué qu'elle était tombé dans la négligence ces temps-ci. N'appartenait-elle pas à une race de femmes fières, après tout ? Il était normal de leur faire honneur et puis... Et puis quelque chose dans son esprit lui disait que sa rencontre avec Ethan, l'assistant professeur du Feu, était un signe de la déesse Louve, qui lui disait de grandir, de mûrir.

D'autres chats, donc... Oui, l'humaine. Elle était encore dans la cité, celle là. D'un revers de la main, la jeune femme dissipa ses pensées parasites pour se pencher sur l'instant, et, s'adressant de nouveau à la Fée Sombre :


" Avant que vous ne refusiez tout net mon offre, j'aimerai que vous me laisser le loisir d'argumenter un minimum. Asseyez-vous donc. "

Refuser, à ce moment précis, aurait alors été lui faire insulte.

_________________________________________________________

http://elament.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
e'Dierebel
avatar
Nombre de messages : 268
Âge : 34
Race : Fée sombre
Poste : Esclave (Saïsei)
Magie Contrôlée : Terra

Feuille de personnage
Puissance:
830/1000  (830/1000)
MessageMar 24 Mar 2009 - 15:50

Ruby ne se présenta pas. D’ailleurs, Dierebel ne le fit pas non plus. Sa petite silhouette se déplaça jusqu’à la chaise de fer forgé qui faisait face à la femme aux cheveux de neige.

Pas encore assise, le sujet fut lancé. Oui, voilà cette vieille histoire qui remontait à la surface ! Elle, professeur de la terre ? Encore cette étrange proposition ! Pourtant bien des terras de la cité aurait été enchantés de prendre ce poste si précieux, et beaucoup avait un pouvoir égal au sien… Alors pourquoi elle bon sang ?

Ses pupilles dilatées par l’étonnement fixèrent le minois blanc pur qui la scrutait. Un millième de seconde, Die pensa lui envier ses magnifiques iris rouges.
Elle gesticula maladroitement sur ses deux jambes, preuve d’un véritable malaise chez la fée voire de la colère. Sa bouche mima une phrase silencieuse.
Le petit claquement de langue de son interlocutrice la laissait sceptique. Elle le prit pour un tic nerveux d’ennui, presque d’exaspération. Pendant un court moment, Dierebel ne sut que répondre. Comment rester polie et ferme pour refuser son offre ? Il ne fallait pas utiliser son vocabulaire habituel pour convaincre l’elfe délicate en face d’elle. Elle doutait que son arrogance et sa vulgarité ne plaisent à la dirigeante de l’école.

Elle inspira un souffle, secoua du chef, et se reprenant en main elle commença à articuler son refus :
- Je…, eut-elle à peine le temps de dire.
Ruby l’avait déjà coupé. Au moins elle se devait admirative de sa poigne.

Dierebel fit une mine dépitée de petite fille capricieuse. Ses mains se posèrent sur ses hanches. Elle songea répondre quelque chose de cinglant et partir comme elle était venue. Mais bien malgré elle, la fée s’assit. Son attitude rigide et son dos droit firent ressortirent le volume de sa poitrine dans sa robe outrageusement moulante et décoltée. Mmmh, une petite leçon de stylisme s’imposait sans doute avant toute pratique éventuelle de pédagogie.
- Je ne serais pas venue pour rien. Cela risque d’être fort amusant de vous écouter surenchérir les arguments boiteux de vos prédécesseurs !

Ses yeux prirent un grain de malice et d’audace tandis qu’elle s’appuya nonchalamment le visage entre ses deux mains sur la table. Elle fit un petit mouvement de sourcils pour provoquer la dame de cristal.
Soudain elle pivota sur elle-même et fit signe au serveur :
- Une absynthe docteur, ça se fait ici ?
Elle avait parlé si fort que la foule se tut un instant. Le serveur jeta son regard vers le plafond, comme s’il était désespéré.
- C’est un salon de thé.
- Alors de ton eau aux plantes. Thé blanc. Peu importe le reste.
La foule reprit son murmure incessant. Mais les regards restaient posés sur elle, outrés.

Elle se retourna vers Ruby.
- Folle soirée dites-moi ! Bien, je vous écoute…

_________________________________________________________

e'Dierebel
Revenir en haut Aller en bas
Ruby
Prophétesse
avatar
Nombre de messages : 4776
Âge : 36
Race : Peuple de Cristal
Poste : Errante - Prophétesse
Magie Contrôlée : Arcanes de l'Eau

Feuille de personnage
Puissance:
990/1000  (990/1000)
MessageVen 27 Mar 2009 - 22:20

La Cristalléenne fit de son mieux pour ne pas s'énerver.
Chez elle, la colère était un prémisse à la folie, et la folie ne se contrôlait pas. Cela faisait presque un an maintenant qu'elle ne s'était pas mise en colère au point de sombrer, au point de se perdre. Les images de la bataille refirent surface lorsque la fée lui tient tête. La professeur de l'Eau se contrôla de son mieux, évita de froncer les sourcils et serrant les mains autour de son verre. Heureusement pour elle, elle ne mit pas assez de force pour briser le récipient, sans quoi elle se serait probablement blessée. Elle profita de la commande de la Fée sombre pour se reprendre et plaquer sur son visage son habituel stoïcisme.

Les messagers ne lui avaient donc pas menti. Dierebel était impolie et agaçante, narcissique et hautaine. Elle n'avait pas toutes les qualités du monde, mais c'était elle que l'ont avait choisi pour devenir professeur. Normalement, on attendait des gens qu'ils se présentent et on prenait dans le lot la personne qui ressortait le plus, mais cette technique était selon Ruby archaïque, et dépourvue de sens : si jamais que des gens incompétents se présentaient, comment faisait-on ? Il valait mieux aller chercher les enseignants à la source, dans la cité, là où leurs qualités ressortaient le plus. Pour le reste, les habitants, qu'ils soient vagabonds ou commerçants, acceptaient généralement l'offre.


" Je pourrai déjà vous tenter par les privilèges qu'offrent la situation de professeur, par le salaire, le logement de fonction, l'autorité. Vous serez payée 1000 Elamentias la première année, puis 2000 la seconde. Le salaire maximum étant de 6000 Elamentias, ce qui représente une petite fortune, vous vous en rendez bien compte. "

Pouvait-on vraiment appâter les gens par le gain ? Lorsqu'on choisit une vie de vagabond, on choisit de dormir dans les bois, en contact avec la nature. On choisit également de se débrouiller soi-même, de fabriquer les objets de première nécessité de ses mains, on décide de faire la manche ou de travailler ici où là en fonction des saisons ou de récolter de quoi vivre dans les bois et les plaines, de lécher l'eau à même les cailloux. On ne prend pas cette décision à la légère, la vie de vagabond étant une des plus dangereuse, des plus déracinante. Des plus attirante, pour Ruby.

La jeune femme détourna son argumentation sur un autre point.


" Vous aurez le droit de participer au Conseil d'Elament, celui-la même qui prend toutes les décisions pour la cité, au milieu de crouton sans âge plus inquiet pour leur confort que pour celui des habitants de la ville. "

Là encore, la volonté d'autorité et d'influence en matière de politique n'était pas un point à souligner lorsqu'on choisit l'indépendance et la liberté, la simplicité d'une vie rustique. Les Arcanes complexes de la politique ne sont pas accessibles à tous, il faut un minimum d'éducation pour en saisir le sens, l'objectif, l'ampleur ! Confier la vie de milliers de personne entre des mains maladroites... Voila de quoi donner des frissons dans les échines les plus raides.

Comment continuer ? Exagérer le confort de la situation de prof ? Le choix était difficile, il fallait cerner la psychologie de la Fée Sombre, et cerner un être en une rencontre était une chose presque impossible, aussi, la Cristalléenne se donna contenance en buvant une gorgée de son verre, tapotant de ses ongles de cristal, des ongles de naïades, le bois sec de la table, ce qui, en langage clair signifiait "je n'ai pas fini et je vous interdis de m'interrompre". Sa langue claque une nouvelle fois contre son palais, tandis qu'elle prenait son temps.


" Ce serai naturellement vous mentir que dire que c'est un métier facile. Vous n'êtes pas sans ignorer les ragôts que les habitants colportent sur les Professeurs de la cité, mais je ne pense pas me tromper en disant que cela vous passe largement au dessus de la tête. " Haussement de sourcil, la jeune femme essaya de lire dans les mouvements de visage de la fée une quelconque réaction, positive ou négative.

Ouch, il lui sembla lire un mauvais point. Le rejet social n'intéressait donc pas la fée, ce qui, somme toute, était normal. Qui de sans d'esprit appréciait être... déprécié ? Mais le fait que l'on parle d'elle, encore et encore, au fond, ça pouvait être une forme de.... d'immortalité ! Une non-mort, au travers des paroles, des anecdotes, des poèmes, des odes, des chansons du peuple. Après tout, on connaissait Ruby par delà les frontières de la région d'Elament. Ce n'était pas le cas de tout le monde.


" Je pense qu'on vous a déjà dit tout ça, ou que vous le sachiez. Sauf que je recherche une Professeur, pas une greluche gentille et compatissante. Les élèves ne sont pas là pour apprendre la vie, mais pour apprendre à maîtriser leur pouvoir. Je veux une personne ayant de la trempe, de l'autorité, qui ne se laissera pas marcher sur les pieds et ne s'émeuvera pas d'un bobo. "

La Cristalléenne marqua une pause, dardant son regard de braise dans les yeux de la fée, et ce, de toute l'intensité qu'elle pouvait, essayant de donner l'impression de voir au travers d'elle.

" Je ne vous veux pas pour vos jolies formes, ni pour votre caractère aimable en enjoué, je vous veux pour vos capacités, et rien d'autre. Et si c'est vous que j'ai choisi, je ferai tout mon possible pour que vous acceptiez le poste. "

Le serveur arriva avec une théïère fumante et une tasse.

_________________________________________________________

http://elament.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
e'Dierebel
avatar
Nombre de messages : 268
Âge : 34
Race : Fée sombre
Poste : Esclave (Saïsei)
Magie Contrôlée : Terra

Feuille de personnage
Puissance:
830/1000  (830/1000)
MessageMer 1 Avr 2009 - 14:36

Dierebel grimaça. Elle resta un instant songeuse. Le serveur posa sa tasse de thé blanc nature sur la table. Ses ailes vibrèrent, dégageant autour d’elle une jolie poussière scintillante et dorée. On cru entendre un bourdon dans la salle. Ses yeux se replongèrent dans ceux de Ruby mais avec moins de cynisme à présent. Ainsi donc, la dirigeante de l’école était prête à tout pour l’avoir, elle ? C’était peut-être l’occasion rêvée pour imposer ses règles..

La fée soupira longuement. Elle suspendit sa main au-dessus de sa tasse et une poudre brune se déposa sur la surface de l’eau brûlante. Presque aussitôt un parfum de vanille et de cannelle se fit sentir. Deux arômes extrêmement puissants peu connus pour aller bien ensemble… Drôles de goûts.

Dierebel n’avait pas lâché des yeux la sublime dame blanche. Ses yeux traduisaient un certain embarras. L’argent n’était pas ce qui lui importait le plus, elle avait toujours s’en sortir avec peu ou pas du tout d‘elementias en poche. C’était un confort qu’elle avait refusé d’avoir en faisant de sa vie un parcours de vagabondages. Cela l’obligeait en permanence à être sur le qui-vive et à réfléchir aux meilleures opportunités. Mais quelque chose qu’elle cachait depuis un moment la tracassait un peu. Après une vie de hasard et sans lendemains, la fée avait un souhait particulier pour lequel elle serait prête à mettre de côté son esprit aventureux et son goût pour le présent. Dierebel n’était plus de première jeunesse non plus et son désir de plus en plus fort de donner descendance à sa race et à sa tribu la hantait depuis quelques années déjà. Mais pour cela, hors de question d’élever cet enfant avec l’argent de ses conquêtes quotidiennes. Elle voulait un père présent qui puisse lui enseigner l’équitation et à manier le sabre, une gamelle toujours pleine, un toit qui ne tenait pas debout par miracle. Une sécurité que ne pouvait que lui offrir l’argent. Une stabilité dans laquelle la fée accepterait de tomber par amour des traditions de sa race.

L’histoire du conseil ne lui avait jamais été présentée durant ses entretiens passés. Pourtant, plutôt avide de pouvoir, la fée trouva l’idée amusante que d’aller secouer les esprits poussiéreux de vieux députés avec ses yeux de pluie. Les ragots de la cité ne la dérangeaient pas, non, bien au contraire cela l’excitait. Elle était une véritable adolescente en crise pour ces choses là. Elle aimait à connaître toutes les petites histoires juteuses sur les gens qui l’entouraient. Et bien évidemment, elle aimait qu’on parle d’elle, en bien comme en mal… Tant qu’elle était au centre de l’attention.

Mais l’argument qui fit le plus mouche sur elle fut le dernier que Ruby souleva. Enfin, on le lui disait ! On ne cherchait pas une petite intellectuelle à lunettes, prude et sans personnalités pour mener ces cours. Cela voulait-il dire que la dirigeante cherchaient un peu de rebondissements ? Car Dierebel en avait à revendre. Elle ne supportait pas la monotonie, et si l’on attendait d’elle une pédagogue amoureuse de son don, ils seraient mal tombé. A la façon qu’elle en avait d’en parler, Ruby sous-entendait presque qu’elle cherchait une sorte de sadique prête à mettre à l’épreuve les neurones molles des nouveaux terras qui arrivaient à Elament. Et ça, elle s’en sentait capable. Elle n’avait jamais recherché la facilité au final. Sa vie n’était qu’une suite bien organisée d’histoires farfelues qui n’en finissait pas et pimentait le quotidien de ceux qui l’entouraient.

« Bien bien… Au moins vous valiez le déplacement. J’avoue que votre discours est bien différent que celui de vos prédécéceurs… Je suis assez surprise je dois le dire. » déclara enfin la jeune femme ailée après un long silence.

Elle ponctua sa réponse en buvant une longue rasade de thé encore brûlant. Sa langue rose humecta ses lèvres brillantes et ses iris se perdirent sur un point dans le vide.

« J’avoue que ma jeunesse commence à s’effacer et j’aimerai encore vivre à cent à l’heure, sans responsabilités ni hiérarchie. Mais malheureusement, ce beau rêve devra s’effacer un jour non ? Et puis… » dit-elle tandis que ses yeux se reposèrent sur Ruby accompagné d’un nouveau soupir. « Et puis, j’ai un petit projet que l’argent que vous me proposez pourrait grandement aider. Un peu de stabilité un certain temps ne me ferait pas de mal. »

Dierebel n’attendait pas de la dirigeante qu’elle rentra sur un ton plus intime. Cependant, elle ne la laissa pas argumenter d’avantage et reprit aussitôt son petit monologue :

« Je ne suis pas plus convaincue que par le passé mais j’avoue qu’enseigner ce que je sait me paraît aujourd’hui plus abordable. Je ne sais pas… Cela met en jeu ma liberté. Et quelque part j’en ai peur. Mais ce que vous attendez de moi me plaît. »

Elle avait baissé sa garde, toujours aussi nombriliste peut-être, mais la fée semblait savoir échanger et communiquer tout d’un coup. Elle ne se fermait plus à Ruby. Tiens, tiens…
Elle ne répondait pas négativement avec cette pointe de moquerie dans la voix. Elle écoutait et pesait le pour et le contre. Elle avait envie de changement ? C’était peut-être pour son interlocutrice le moment de relancer son argumentaire…

_________________________________________________________

e'Dierebel
Revenir en haut Aller en bas
Ruby
Prophétesse
avatar
Nombre de messages : 4776
Âge : 36
Race : Peuple de Cristal
Poste : Errante - Prophétesse
Magie Contrôlée : Arcanes de l'Eau

Feuille de personnage
Puissance:
990/1000  (990/1000)
MessageDim 5 Avr 2009 - 14:36

La partie était gagnée, il ne restait plus qu'à mettre les formes.
L'argent, donc, intéressait la fée. Mais lorsque Ruby avait parlé du conseil, il s'était allumé dans les yeux de l'ailée des petites lumières dissimulées derrière le cynisme racial de son interlocutrice. Le coin de la bouche de la Cristalléenne la chatouillait, tremblant légèrement, évitant de sourire. Il fallut un quart de seconde à la Professeur de l'Eau pour se rendre compte qu'elle risquait de se trahir. La diplomatie était un jeu de mensonges, de faux-semblants et d'impressions données. Un jeu que la chasseresse pouvait tout à fait accepter pour sien, tant sa vie avait été bati sur les mêmes fondations.

Dierebel parla, acceptant sans le dire tous les termes de ce contrat, mais laissa par la suite trainer un silence qui appelait à une suite d'argument, à des paroles. Dans la tête de la Cristalléenne, une petite voix murmura " Parle si tu as des mots plus forts que le silence, ou tais-toi " et il lui fallut quelques secondes de réflexion pour trouver les termes adaptés. Car, pour dire vrai, elle avait déballé tout ce qu'elle pouvait livrer, elle avait dit toutes les vérités bonnes à dire, si elle parlait de nouveau, ce ne devait pas être pour radoter, mais pour apporter quelque chose de nouveau.


" Je vous ferai apporter demain les documents officiels par messager. Les clauses du contrat de base sont modifiables. Vous êtes en position de force et vous pouvez demander ce que vous désirez. Dites-moi donc ce que vous voulez. "

Voila. La rassurez encore sur sa position, lui affirmer, encore et encore, mais via des mots différents, qu'elle était la maîtresse, lui donner l'illusion du pouvoir, dans cette cité tissée de mensonges. le piège se refermait doucement, un piège dans lequel les acteurs étaient des spectateurs, et vice-versa. Il n'y avait pourtant pas de satisfaction dans le coeur de l'albinos, seulement le sentiment d'avoir accompli son devoir en allant chercher dans la masse de prétendant la seule personne capable d'assumer un poste à responsabilité. Il était seulement fort dommage que cette personne soit issu d'une race aussi cynique et cruelle.

[je sais que c'est court, mais je voyais pas quoi ajouter u_u ]

_________________________________________________________

http://elament.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
e'Dierebel
avatar
Nombre de messages : 268
Âge : 34
Race : Fée sombre
Poste : Esclave (Saïsei)
Magie Contrôlée : Terra

Feuille de personnage
Puissance:
830/1000  (830/1000)
MessageLun 6 Avr 2009 - 18:40

[ C'est parfait, ne t'inquiète pas ! ]

Dierebel souria. Position de force, vraiment ? Mais elle n'était pas assez bête pour se faire berner de la sorte. Elle savait très bien que si Ruby la suppliait, c'est que l'affaire devenait urgente. Alors oui, elle était au moment présent en position de force. Mais une fois sa signature posée sur le contrat, elle ne le serait sans doute plus du tout. Elle lui vendait sa liberté pour une paire d'années.
C'était l'instant pour la fée de réfléchir et de faire preuve d'intelligence. Elle devait déballer son sac là, tout de suite, maintenant. Elle se devait de faire comprendre à Ruby qu'elle n'était pas "possédable". Après, elle pourrai s'enorgueillir du contrat qu'elle venait d'accepter.

" Bien, alors je vais vous donner la nausée de suite. Ma vie privée n'est pas à vendre. Je suis libre de mes paroles et actes dans ce cadre. Cela ne vous regarde pas que je fume, fornique ou boive jusqu'à l'ivresse. Mes relations ne vous concerneront jamais. Pas de remarques, pas d'interdits, pas de holà. "

Elle reprit progressivement son souffle après cette longue tirade, une rasade de thé et la voilà qui reprend :

" Tant que je serai professeur, j'aurai besoin d'un logement convenable avec un bureau et un laboratoire à ma disposition. Seul mon accès y sera autorisé. On peut négocier sur votre venue. Pas sur votre jugement."

Ses yeux disaient qu'elle n'avait pas fini, et de loin. Elle contempla le visage de Ruby. Elle voulait qu'il se décompose, ça aurait été jouissif à souhait ! Son air sec et intransigeant pourtant pouvait largement rassurer la belle femme de glace : son tac et sa fermeté... Parfait pour mater les élèves les plus indisciplinés.

" Mon engagement pour le moment est oral. Quand je le recevrai par courrier, je le lirai et le décrypterai. Pas d'entourloupes, ma belle ! Je suis plus maligne que j'en ai l'air. Pas de petites lignes ni de petites étoiles. Sinon, je déchire le contrat et vous pourrez, aussi noble soyez vous, vous le mettre dans un endroit où il sera franchement désagréable à faire passer. Je vous vends mes services, pas mon âme. Sommes-nous au clair ? "

Ses yeux fusillaient son interlocutrice. Elle n'avait pas l'air de nature à rire sur sa liberté, mais au moins le ton était donné.

A Ruby de trancher...

_________________________________________________________

e'Dierebel
Revenir en haut Aller en bas
Ruby
Prophétesse
avatar
Nombre de messages : 4776
Âge : 36
Race : Peuple de Cristal
Poste : Errante - Prophétesse
Magie Contrôlée : Arcanes de l'Eau

Feuille de personnage
Puissance:
990/1000  (990/1000)
MessageMar 7 Avr 2009 - 17:55

A Ruby de trancher ?
La fée aurait probablement voulu voir le visage de la jeune femme se décomposer de rage, et elle n'en était pas loin : ses pupilles se dilataient à vue d'oeil tandis que sous sa lèvre supérieure poussaient des crocs d'ivoires, tours inversées d'un royaume en guerre. Sur ses mains, ses ongles s'allongèrent malgré elle, toujours transparents, toujours de glace, telles de griffes de naïades ou des poignards de nymphe, et tout aussi mortel si ce n'était moins empoisonné. Le bois de la table s'érafla sous leur tranchant, abimant irrémédiablement ce qui devait être une oeuvre de maître spécialement conçu pour les lieux.

Mais comment osait-elle, cette folle, lui manquer de respect ? D'un battement de coeur, elle pouvait la tuer sans même tâcher le splendide parquet lustré, et peu lui importait : au point où la Professeur de l'Eau en était, un peu de sang de plus ou de moins sur ces mains n'en rendraient pas l'éclat de son regard moins terne, loin de là. Durant les deux secondes qui s'écoulèrent entre les dernières paroles de la Fée et la fin des bavardages autour d'elles dans le salon de thé, Ruby trancha. La tuer ou la laisser vivre ?


" Ca m'est égal que vous soyez une pute doublée d'une alcoolique, je vous pensais assez maligne pour comprendre que je me moque de ce genre d'étiquette. " Elle crispa les poings, pour se retenir de la frapper, pour se retenir de la corriger, de lui faire ravaler sa fierté à coup de gel dans la face.

Si Dierebel fusillait des yeux Ruby, que dire des prunelles de cette dernière ! Lorsqu'elle usait de son pouvoir racial (qu'elle se transformait, en somme) ses battements cardiaques réchauffaient son sang habituellement presque figé par l'utilisation de son don élémentaire sur le froid, donnant à sa beau une belle couleur rosée et à ses iris la teinte exacte du sang versé. En contraste avec ses cheveux, le tableau était printanier, ou volcanique. La fée voulait une Ordalie ? Un duel de femme ? En parole ou en acte, la cristalléenne était une adversaire à la hauteur, la combativité étant fille de la nécessité.


" Les contrats que je fais signer sont aussi clairs et limpides que la glace qui vous prendra si vous continuez à me parler sur ce ton. Et ils sont également résilliables à la première occasion. " Ruby crispa la mâchoire, grinçant des dents.

La jeune femme aurait pu ajouter que si la fée ne s'estimait pas heureuse de son sort, la cristalléenne pouvait aussi bien engager la première simplette venue, la former comme il se doit, et l'expédier à l'éducation des élèves et là, alors, on dirait partout que la fée, la siiiiii belle et maligne fée s'était fait recalée pour une elfe noldor amoureuse de la nature et des petits oiseaux. La menace implicite fut remplacée par une autre, bien plus explicite :


" Je ne suis goelière de personne, mais si vous persistez sur cette voie ( = celle de l'irrespect), je me ferai une joie de vous faire connaître les plaisirs de la métaphore que vous venez d'employer. Et ce ne sera pas seulement une image. "

Ruby se leva alors, et posa sa main sur le dessus de sa tasse remplit de thé.

" A dans peu de temps donc. "

Et lorsqu'elle retira la colombe d'opale qui lui servait de membre, l'eau de la coupe avait disparu. Ne restait dans le fond que de la poussière, thé anhydre qu'il suffirait d'humidifier pour consommer. Sans demander son reste, et considérant l'affaire comme entendue, la professeur de la cité, qui avait mieux à faire, tourna les talons et sortit de la pièce, sous les regards étonnés des consommateurs présents.

_________________________________________________________

http://elament.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
e'Dierebel
avatar
Nombre de messages : 268
Âge : 34
Race : Fée sombre
Poste : Esclave (Saïsei)
Magie Contrôlée : Terra

Feuille de personnage
Puissance:
830/1000  (830/1000)
MessageMer 8 Avr 2009 - 18:53

Scylothin, le serveur avec qui Dierebel conversait durant l'arrivée de Ruby, fit des yeux immenses à la fée lorsque la dame des glaces se mit en colère et déguerpit furieuse. Une fois qu'elle eut le dos tourné, Die fit un petit sourire narquois à l'attention de son ami. Elle haussa les épaules et un gloussement la gagna. Oui, elle avait mis folle de rage celle qui était respectée de tous à l'intérieur des murs de la cité. Elle avait osé. Mais elle s'en fichait ! C'était ça le pire. La mort était un jeu qui lui avait toujours plu... Alors les griffes d'une reine.

Le serveur vint ramasser les tasses vides des dames :
" Tu es dingue, sale fée !
- C'est pas ça qui te plaît chez moi ? rétorqua t-elle.
- N'empêche, elle t'a insulté de tous les noms, tu n'as rien rétorqué et elle a eu le dernier mot.
- Et alors, je peux au moins lui laisser ce plaisir. Elle en aura beaucoup moins à essayer de me diriger ! Disons qu'elle se rongera ses jolis ongles de tigresse plus tard...
- Tu ne te laisses jamais démonter toi ? "

Elle haussa les épaules avec ce même sourire agaçant qui se fixait sur ses lèvres depuis le départ de Ruby.
Peut-être avait-elle eu le dernier mot, mais au moins le message était passé. Dierebel avait sa liberté. Ruby avait son professeur.
Tout le monde était content dans l'histoire non ?

Elle se leva, jeta trois pièces mordorées sur la table et sortit à son tour. En se dirigeant vers la porte d'entrée, elle tourna autour du serveur et lui glissa :

" N'oublie pas pour demain soir jolie gueule. "

_________________________________________________________

e'Dierebel
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» Depuis quand on embauche des livreuses privées à Lohendra... ? [PV mama Nothy ?]
» Bouche à oreille - Participez à populariser le projet
» Nouvelle structure de la Partie Privée
» Un entretien d'embauche pas comme les autres...
» [embauche illégale/coupable] Choupettezou59 21/03/1459