Partagez | .
 

 Noir hirondelle [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Sappho
avatar
Nombre de messages : 624
Âge : 23
Race : Mi-succube, mi-race-disparue
Poste : Souveraine des Enfers
Magie Contrôlée : Ténèbres

Feuille de personnage
Puissance:
746/1000  (746/1000)
MessageVen 20 Mar 2009 - 21:59

[suite de Souvenir de Sable]

Ah ! Comme c'était beau ! Comme c'était mignon, charmant, plaisant ! L'herbe qui commence à pousser, les bourgeons qui sortent de la neige, les fleurs timides du printemps ! Des oiseaux revenus de leur hibernation, des insectes sortis de leur cachette, quelque Kuchuchkan matinal s'éveille ici et là... Ah... La nature, le printemps, quel beau temps ! Regarde le pâle soleil s'élever dans le ciel doux... Un renard de cendre passant par là renifla, secoua son fin visage et s'enfuit, sans demander son reste... Maitre corbeau serait-il passé par là ?

Non. Pas maitre, ni corbeau d'ailleurs.
Maitresse.
Maitresse Succube.
S'il-vous-plait. Ou pas.

Et maitre renard a eu raison de partir, car maitresse succube était bien occupée : elle jouait. Maitresse succube était lieutenant maintenant. Lieutenant de Raziel. Alors, maitresse succube était heureuse. Donc il lui fallait un bon jeu. Quel meilleur jouet que la vie ! Quel meilleur jeu que la mort ! ou plutôt l'agonie ? Ah oui, Sappho préférait l'agonie.

Sappho, assise en tailleur sur un rocher plat, au milieu de ce désert d'herbe naissante, les cheveux ébouriffés, la robe satinée noir soulevée par le vent encore glacial du levant, tenait... quelque chose entre ses mains. Quelque chose avait des ailes, des plumes et un bec. C'était une hirondelle. Sappho regardait l'animal avec des yeux de prédateur : envie, sang, mort. La sucette dans le bec (le sien), elle commença son carnage. Euh pardon, son jeu. De sa main gauche elle tenait fermement l'oiseau, de sa main droite elle le caressa jusqu'à ce qu'il se calme. Elle sourit, et fredonna un air guilleret pour apaiser encore l'hirondelle. Oui, maintenant, elle suivait la musique. Alors, elle commença.

Le cri de l'oiseau, aigüe, déchirant, grinçant, emplit les collines pour se perdre dans le vent. Trois plumes tombèrent et s'envolèrent. Sappho continuait de chanter.

Nouveau cri.
Une patte tomba.
Nouveau cri...

Elle continua jusqu'à ce que le soleil soit totalement sorti de l'horizon. L'oiseau (si cela pouvait encore s'appeler un oiseau) ne criait plus depuis longtemps. Mais il vivait. Déchiqueté, coupé, il respirait. Sappho eut presque pitié. Mais non. Elle jeta la créature encore vivante, agonisante, sans ailes et sans pattes, au sol. La chose ne bougeait plus. Dans le silence reposant de ce beau matin de printemps, l'hirondelle ouvrit ses petits yeux... souffla... inspira... Puis s'en alla. Yeux ouverts, comme des soucoupes, fixés sur Sappho. Elle fit la moue. Elle aurait espéré plus de spectacle : des gémissements, des hurlements, ... quelque chose !


" C'est pas drôle... Méchant oiseau ! "

Elle envoya valser le corps de l'oiseau avec son pied, dans l'herbe plus loin... Pff, même pas amusant. Pas de frisson d'extase devant la mort, pas de peur indicible dans les yeux de sa victime. Rien que le noir hirondelle. Noir. les créatures de la surface, autrement appelés élamentiens, étaient plus excitant ! Mais elle n'avait vu personne cette nuit. Elle soupira, et se laissa choir sur le sol gelé. Elle s'allongea, frissonnante de froid. Elle regardait les nuages. Oh tiens, celui-là ressemblait à un escargot écrasé ! Voilà qui lui rappelait Iblîs... D'ailleurs, ce nuage là lui correspondait assez... Oh non, l'autre là-bas avait la forme d'une hirondelle ! Noir hirondelle... Elle ferma les yeux. Cette foutue hirondelle lui gâchait sa journée ! N'importe quoi, il lui fallait n'importe quoi pour l'oublier.

Elle se mit sur le ventre et commença à chanter un petit air tout gai... Une souris approcha. Ses yeux brillèrent d'envie. Elle attrapa la souris, plus vive qu'une simple enfant, de sa main gauche. Elle allongea les ongles de sa main droite. Elle positionna son ongle juste en face de l'œil rouge du petit rongeur... Elle s'arrêta, et guetta la peur dans les yeux rouges de la souris...

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageLun 23 Mar 2009 - 11:35

Ca fait quelque jours que la jeune femme est revenues a Elament, aujourd’hui les cours son suspendus pour les troisième année, simplement parce qu’il faut bien entraîner les premières année, tiens d’ailleurs en parlant de professeur, peu être qu’elle pourra aide le professeur des terra quand elle aura fini ces cours.. Ca vaut sûrement le coup de demander, apprendre ce qu’elle sait, ça a l’air des plus amusant, mais est-ce qu’elle serais capable de parler devant des élèves, oui ça pas de problème, le seul problème, et elle le sait, elle ne ressent pas la terre comme tout les autre, simplement parce qu’elle ne leur ressemble pas, son corps n’est pas vraiment de chair et de sang, il est bien plus végétale…

En parlant de végétal, elle a envie d’aller prendre l’air, d’être seule avec la nature, comme toujours elle pars sans rien, a peine vêtue d’un robe couleur terre, la jeune femme n’a pas vraiment peur du froid, elle se sent pleine d’énergie nouvelle, comme chaque année quand reviens le printemps… Elle sort de la ville en sautillant, sans aucune peur de ce qui l’attends, direction les collines, elle a fait quelque cours dans cette colline, mais ces temps si elle sont dangereuse, simplement parce qu’il y a des démons…

Arrivée a un lieux dégager, la jeune femme siffle doucement, laissant le bruit se propager dans l’air du matin, elle sait que l’animal qu’elle appelle ne vas pas tarder a arriver, d’ailleurs cela ne manque pas, la blancheur de la licornes qui s’est prise d’affection pour elle se dessine a l’horizon… Avancent rapidement vers la sylphide… Un rire échappe a la jeune femme alors qu’elle viens caresser la robe douce de l’animal, contente de voir que tous vas bien pour elle…

La collines est si tranquille, puis c’est le cris d’un animal qui fait sursauter la jeune femme, des cris de douleur, qui la font frissonner, qui font monter a ces yeux jaune, des larmes de douleur, elle souffre a cause de se cris, un coup de museau de sa licorne la tire de la transe dans laquelle, elle sombrait.. Doucement elle se mordit les lèvres.. Décidant d’aller voir si elle pouvait aider, chaque cris lui faisaient mal….
Marcher pieds nus dans l’herbe, elle cherchait a capter ce qui se passait…. Elle ne sait pas trop combien de temps elle mit pour arriver en vue de la jeune démone….

Mais son regard ne se posa par sur la fillette, mais seulement sur l’animal mort… Un coup au cœur… La pauvre oiselle, elle ne ressemblait plus a grand chose… un haut le cœur sembla faire trembler le corps de la jeune femme… Pourquoi… Pourquoi toujours de la douleur…
Un petit cris de peur, une souris, son regard se posa sur la main de la jeune femme… Sur l’ongle qui semblait vouloir percer l’œil de la souris… Et sans réfléchir, la jeune créature végétal agis, rapidement des lianes vinrent entourer la main de la jeune femme éloignant la main griffue de l’œil de la souris… Une autre liane venant soustraire en douceur la souris a la main de la jeune femme, venant la poser dans la main de la plantimorphe… en douceur elle caressa le pelage doux de l’animal effrayer…


« Pourquoi vous faite cela ? »
Revenir en haut Aller en bas
Sappho
avatar
Nombre de messages : 624
Âge : 23
Race : Mi-succube, mi-race-disparue
Poste : Souveraine des Enfers
Magie Contrôlée : Ténèbres

Feuille de personnage
Puissance:
746/1000  (746/1000)
MessageLun 23 Mar 2009 - 22:07

Occupée qu'elle l'était à se repaitre de la terreur du pauvre rongeur, Sappho n'avait rien vu venir : ni la femme arrivant, ni les lianes qui la privèrent de sa proie. Elle n'avait par ailleurs, pas fait de rapprochement immédiat entre les deux actions presque simultanées. Sauf que maintenant, elle regardait la jeune femme avec une expression de gamine à que l'on vient de priver de son jouet favori... ce qui était le cas, en vérité... Sa main droite emprisonnée dans les lianes, la gauche relâchée, elle avait levé son visage angélique vers l'arrivant. Son regard déçu devait faire peine à voir... Et en même temps, ça devait être particulièrement répugnant d'imaginer que quelqu'un puisse être triste d'avoir raté une occasion de tuer un être innocent...

Bah, qu'elle pense ce qu'elle veut ! Cette grande femme, jolie par ailleurs, qui lui rappelait étrangement... une fleur. A vrai dire, elle tenait plus de l'elfe que de la plante, mais disons... son attitude, son "aura", appelez ça comme vous le voulez, lui rappelait un végétal. Bizarre. Elle n'eut guère le temps de méditer la question, qu'une autre justement, lui tomba sur la tête. Quelle originalité ! La dernière fois, on lui avait demandée pourquoi elle aimait tuer... C'était un peu la même chose, non ? Ils manquaient d'imagination, ces êtres de la surface, décidément...

Elle soupira, et de sa main libre attrapa sa sucette. Elle risqua un coup aux alentours : personne, à part l'herbe, une fourmi pas loin... Nom d'un chien ! Que cette liane était solide ! Elle arrivait juste à remuer le poignet ! Alors, c'était donc cela un pouvoir élémentaire ? Celui de la terre, en l'occurrence ? Assez impressionnant... Il faudrait qu'elle demande à Raziel de lui en dire plus sur ces pouvoirs si étranges. Elle réussit néanmoins à se mettre sur les genoux sans difficultés, malgré les lianes. De déçu, son regard devint accusateur et boudeur. Une vrai gamine vous dis-je... Et c'est d'une voix totalement infantile qu'elle s'adressa à cette étrange terra...


" Pourquoi t'as fait ça ? Je jouais ! T'es pas drôle... Na. " elle tira la langue dans un excès de puérilité, avant de reprendre avec un peu (tout petit peu) plus de sérieux. " Bah, c'est amusant quoi, je réduis les populations de nuisibles... C'est... hum... utile ? Disons que c'est un passe-temps, lorsque je n'ai pas d'élamentiens à exterminer ! Hihihi. "

Clin d'oeil complice. Genre, j'ai vu que t'étais du coin, ma vieille, alors rends-moi ma souris ! Elle doutait fortement du succès d'une telle technique, mais en même temps, pousser les gens à bout était son sport préféré. Plus qu'un passe-temps, un art. Sappho aimait l'art, suffisamment pour y inclure la folie, le sarcasme ou la torture comme 7ème, 8ème et 9ème arts !

Elle regarda sa main emprisonnée. Bah, elle pourrait bien la faire sortir en utilisant les ténèbres, mais bon. Révéler toutes ses cartes au début d'une entrevue n'était pas la meilleure tactique. Elle préférait attendre... un peu. Elle décida cependant de se présenter, histoire de faire tout cela dans les règles.


" Bref, je me nomme Sappho, enchantée, très chère inconnue ! "

Sourire en dents de scie. Regard satisfait. Comme d'habitude, elle ne faisait rien pour faciliter la vie de ses interlocuteurs, la Sappho. Vraiment incorrigible.

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageMer 25 Mar 2009 - 11:58

Comment tant de violence, peut se trouver dans un corps au visage si angélique.. Doucement les doigts chaud de la jeune terra, courérent sur le pelage de la souris, la calmant doucement, comme toujours, elle avait un effet calmant sur les animaux, il n’avait pas peur d’elle, pourquoi est-ce qu’il aurais peur d’une nymphe, une protectrices de la nature…
Sans vraiment savoir pourquoi la jeune femme garda son emprise sur les bras de la jeune femme, sachant très bien, enfin le sentant confusément qu’elle pourrais s’enfuir assez facilement, la liane qu’elle a utiliser est assez faible…
C’est aussi étrange de ne pas la voir s’affoler, mais il faut dire aussi que Cycy n’était pas vraiment menacent, elle ne savait juste pas que faire… Est-ce qu’elle devait encore tenir la eune femme, enfin la gamine, et fuir avant de la lâcher, ou alors la lâcher pour parler parce que cela l’intriguait toujours, elle n’avait pas vraiment de notion pour le bien et le mal…
Depuis sa naissance elle cherchait a le comprendre, mais elle n’y arrivait pas…


« Jouais ? »

Jouez a fait du mal a l’autre, étrange, penchant la tête sur le cotée, la jeune plante, chercha a comprendre ce que venait de dire la démone, mais son cerveaux avait du mal a comprendre tout…. Nuisible… Mais non l’animal n’était pas nuisible… Doucement elle fronça les sourcils…

« Une hirondelle ou une souris ne sont pas nuisible.. Personne sur cette terre ne l’est… Il n’y a que les être de chair qui juge, qui dise qui doit vivre ou mourir… Je trouve cela triste… »


Pourquoi exterminer les gens, pourquoi toujours tuer, toujours faire du mal, les démons qui on tuer l’homme qu’elle aimait, n’avait aucune raison de le faire, il voulait juste de la violence, il voulait juste du sang, elle ne comprenait pas cela… Elle ne comprenait pas les être de chair, comme les elfes ou les autres…. Il avait tous au fond de leurs cœurs cette envie de tuer de massacrer, de laisser leur folie destructrice monter dans leur esprit… Elle sait parfaitement que la nature tue, elle n’a aucun problème avec cela, ce qu’elle ne comprend pas ces meurtre inutile, ces meurtre qui affaiblisse la magie du monde…


« Non vraiment je n’arrive pas a comprendre les être de chair pensant. Ceux qui se disent supérieur… »

Drôle de façon de parler, drôle de façon de voir le monde, mais la jeune femme n’est pas comme les autres, parce qu’elle ne pense pas comme les autres, elle n’a aucune pensée de conquête, aucun esprit de territoire, pour elle le monde entier est un terrain de vie, de jeu… Joli sourire, sur le visage de la plante, se dessina aussi un sourire paisible, de celui qui apaise les proie et les chasseurs dans le monde animal… Laissant la souris aller se cacher dans ces cheveux, qui on prit la couleur et la texture des plantes, pour mieux cacher l’animal… Elle s’incline doucement, laissant sa liane se retirer du bras de la démone…

« Cytïse Telemmaitë, je ne peux pas encore dire si je suis ravie ou non de vous rentrer damoiselle Sappho. »

Un sourire encore, alors qu’elle reste légèrement sur ces gardes, la terre semblant trembler sous ces pieds, comme prêtes a agir, étrange mélange dans le corps de la jeune femme, un calme étrange, comme une forets au lever du soleil, et une nervosité a fleur de peau, comme si elle était une biche sous les yeux d’un loup…

« Vous êtes une démone n’est pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Sappho
avatar
Nombre de messages : 624
Âge : 23
Race : Mi-succube, mi-race-disparue
Poste : Souveraine des Enfers
Magie Contrôlée : Ténèbres

Feuille de personnage
Puissance:
746/1000  (746/1000)
MessageMer 25 Mar 2009 - 22:36

Une innocente, peut-être ? Ou bien simplement idiote ? Enfin, Sappho se fichait pas mal qu'on la comprenne ou pas. Elle-même ne se comprenait pas toujours alors... Bah oui, elle était bonne pour l'asile, la succube. Un asile pour folles, pour meurtrières, sadiques, et autres dégénérées dans son genre. Mais il fallait croire que chez les démons, la folie n'avait pas atteint un stade suffisant pour être qualifiée de "dangereuse". Dommage pour les êtres de la surface d'ailleurs. L'être un face d'elle cependant, ne semblait pas tellement terrifié. Ni même véritablement choqué. Juste... pensif. Oui, c'était cela, elle réfléchissait. A quoi ? Bah, même Sappho n'avait pas encore percé le mystère de la boîte crânienne ! Ce qui était sûr, c'était qu'elle était vraiment, vraiment, concentrée, la... plante - elle ne trouvait rien qui s'approcha mieux du physique de cette chose-là -.

Au mot répété "jouer", Sappho ne put que sourire. Un sourire avide. Glauque. Puis vint la réflexion, et avec ce charmant rendez-vous entre neurones, arriva la phrase philosophique censée briser l'existence de la petite succube. Ouais. Pas mal. A vu mieux. Mais pire aussi. Ah, le jugement. Pourquoi Sappho considérait-elle ces animaux comme des nuisibles ? Bonne question. Réponse idiote : Parce que. Na. Il lui fallait de petits animaux, dociles et faciles à capturer, mais surtout, pouvant ressentir l'angoisse, la terreur de la mort qui approche, qui s'insinue dans chacune de leurs cellules... Réjouissant.


" Moi, je juge ? Hihihi, si je jugeais, ça prendrait bien trop de temps ! Tuer pour tuer, n'est-ce pas plus simple ? Quelle que soit la créature en face ?"

Ah oui, comprendre. En voilà un défi. Comment percer à jour les arrières-pensées d'autrui ? Impossible ? Sans doute. Même en lisant les pensées de son interlocuteur, on ne peut espérer comprendre. Il faudrait savoir par quel chemin, mécanisme fragile, cette idée, cette phrase lui est venu à la bouche. Voilà un challenge. Réellement impossible. Le cerveau - que Sappho avait eu l'occasion d'observer d'assez près sur certaines victimes - était un organe étrange et complexe. Chez certains plus que d'autres d'ailleurs. Sappho devait avoir un cerveau bien tortueux pour être aussi folle ! Combien de massacres avait-elle commis ? De bains de sang ? De carnages ? Combien de tortures ? De meurtres ? Et tout cela... la conscience tranquille ? Si toutefois l'on suppose qu'elle l'eut une conscience. Ce qui semblait assez peu probable.

" Normal, je suis folle. On ne peut espérer me comprendre. Mais il est évident que les démons sont supérieurs aux autres voyons ! Hihihi. "

A vrai dire, elle avait déjà rencontré des êtres de la surface plus vifs que certains démons de sa connaissance, mais passons. Et puis, elle rirait. A vrai dire elle s'amusait bien. Même si elle guettait toujours cette maudite souris... Tu as eu de la chance cette fois, semblait lui murmurer ses yeux, mais je te retrouverais... Enfin, quand la liane quitta son poignet - enfin ! -, elle se leva avec grâce, ce qui ne changeait pas grand chose de son point de vue étant donné sa petite taille.

Elle sentait son interlocutrice légèrement sur ses gardes. Mais c'était assez peu convainquant pour elle. Elle n'y fit d'ailleurs, pas très attention, se contentant de regarder son poignet rougi avec une moue contrite. Bah, tant pis, ça partirait bien assez tôt. Elle attrapa sa sucette ronde de sa main droite, et tandis qu'elle parlait, elle la faisait tourner dans sa main.


" Cytïse... Eh bien, moi je suis ravie ! Mais appelle moi Sappho tout court. Sauf si tu veux vraiment m'honorer, dans ce cas tu dis : Maitresse Sappho Hihihi. Oh, ça te dérange si je te tutoie ? Ça fait si vieux de vouvoyer !"

Maitresse Sappho. C'était ainsi que l'appelait ses subalternes. Et c'était jouissif. Une succube aime le pouvoir. Même si Sappho n'était pas la succube la plus ambitieuse qui soit, elle aimait bien ça quand même. Quant au tutoiement... Juste une habitude de gamine. Mais revenons à la situation. Ah, apparemment, Cytïse sentait bien qu'elle était dangereuse. Au moins, son état mental à elle était sain. C'était déjà ça.

" Moi ? Oui. Une succube. Sappho des démons, lieutenant d'Andrinople aux Enfers, fille d'Alouqua, fille de Lilith, à votre service... ou pas d'ailleurs... Mais on ne parle que de ma personne, Cytïse, tu dois être une habitante d'Elament non ? Ou du moins une élève ? Bah, si tu refuses de répondre par loyauté ou une autre imbécilité du genre, je ne m'en vexerais pas... je crois. "

Ah ah. Très drôle. Pour accompagner cette parodie, une petite révérence s'imposait. La tête penchée, et le sourire plus large que jamais. Sappho Sappho... ça faut pas tenter...

_________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

La Cité d'Elament :: Forum RPG Médiéval-Fantastique École  :: Hors Jeu :: Taverne du Troll Lavé :: Tartare :: Reliquats du Jeu-

 Sujets similaires

-
» Croisé Caniche noir à la SPA de Dunkerque
» griffon noir & feu 8 mois - adoraaable à Béthune ADOPTE
» Toupie petit caniche noir, 11 ans - ADOPTE par sa FA
» Petite excarpate [PV: Vague Hirondelle et Cannabis]
» SHAPY Labrador noir cage 37 La Louvière Belgique - ADOPTE